Version classiqueVersion mobile

Formation, transformations des savoirs scolaires

 | 
Pierre Kahn
, 
Youenn Michel

Notes sur les auteurs

Texte intégral

1Marie-Noëlle Allart est professeur de lettres-histoire actuellement ATER au département des sciences de l’éducation de l’université de Caen Normandie (2014-2015). Docteur en sciences de l’éducation et membre du Centre d’études et de recherche en sciences de l’éducation (CERSE, EA 965) de l’université de Caen, ses travaux portent sur l’histoire des dimensions culturelles de l’enseignement technique destiné aux exécutants.

 

2Emmanuel Auvray est professeur agrégé d’EPS et docteur en STAPS. Enseignant à l’université de Caen Normandie (UFR STAPS), il est chercheur associé au Centre de recherche et d’innovation sur le sport (CRIS) de Lyon 1. Ses travaux portent sur l’histoire et l’épistémologie du sport et des pratiques pédagogiques de terrain chez les enseignant(e)s d’EPS.

 

3Anissa Belhadjin est maître de conférences en langue et littérature françaises à l’université de Cergy-Pontoise, laboratoire EMA (École, mutations, apprentissages, EA 4507). Ses recherches portent sur le roman noir français contemporain, l’enseignement du français en lycée professionnel et la didactique de la littérature.

 

4Marie-France Bishop est professeur des universités à Cergy-Pontoise (ESPE) et membre du laboratoire EMA (École, mutations, apprentissages, EA 4507). Ses travaux portent sur la didactique du français et sur l’histoire de la discipline et de ses réformes dans la seconde moitié du XXe siècle. Elle s’intéresse à l’histoire des objets de la discipline, plus particulièrement la rédaction et la lecture des textes littéraires à l’école élémentaire. Par ailleurs, elle participe à des recherches sur les apprentissages premiers du lire-écrire ainsi que sur les difficultés liées à l’apprentissage de la langue.

 

5Dominique Bret est maître de conférences en sociologie de l’éducation (université Paris-Sorbonne – Paris 4, ESPE de l’académie de Paris ; laboratoire CIAMS [Complexité, innovation, activités motrices et sportives, EA 4532], équipe SPOTS [Sport, politiques et transformations sociales], université Paris-Sud).
 Ses travaux socio-historiques portent, plus particulièrement, sur la professionnalisation des enseignants (trajectoires, entrée dans le métier, construction et évolution de l’identité professionnelle, formation) de différentes disciplines et différents statuts (EPS, PEGC…) et sur les différences sexuées dans le système éducatif.

 

6Clémence Cardon-Quint est maître de conférences en histoire à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et membre du Centre d’études des mondes moderne et contemporain (CEMMC, EA 2958). Ses recherches portent sur l’histoire du système éducatif, et plus particulièrement sur l’histoire du corps enseignant et l’histoire de la culture scolaire en France au XXe siècle (notamment l’enseignement des lettres).

 

7Frédéric Charles, agrégé en sciences de la vie et de la terre, est maître de conférences en sciences de l’éducation, au laboratoire S2HEP (Sciences, société, historicité, éducation et pratiques, EMA 4148 – université Claude-Bernard Lyon 1 et ENS de Lyon). Ses recherches sont inscrites en didactique des sciences et contribuent aux travaux de la didactique du curriculum.

 

8Élisabeth Chatel est économiste et sociologue, maître de conférences honoraire en sciences de l’éducation, associée à l’IDHES (Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société) ENS Cachan. Dans le cadre théorique de l’économie des conventions, elle a travaillé sur la logique de l’action éducative et de son évaluation. Elle s’est également intéressée à l’histoire de la constitution de l’économie en discipline d’enseignement scolaire en France.

 

9Jean-Pierre Chevalier est professeur des universités à l’université de Cergy-Pontoise, laboratoire EMA (École, mutations, apprentissages, EA 4507). Ses travaux de recherche portent sur l’histoire et l’épistémologie de la géographie scolaire depuis la fin du XVIIIe siècle. Il s’intéresse à la diffusion des savoirs géographiques dans le cadre d’un système dont l’école est un élément. Il poursuit actuellement des travaux sur l’influence des technologies sur les pratiques scolaires en géographie. Plus largement, il s’intéresse aux conceptions de l’espace géographique telles qu’elles s’expriment au travers des médias et des œuvres d’art à différentes époques.

 

10Nathalie Dupont est maître de conférences à l’université de Caen Normandie, Centre d’études et de recherche en sciences de l’éducation (CERSE, EA 965), équipe « Enfances, jeunesses, cultures ». Ses recherches s’orientent autour des contextes culturels de l’éducation : les transformations des marqueurs des cultures enfantines et juvéniles ; les articulations entre politiques culturelles, politiques sociales et politiques éducatives ; les enjeux d’une éducation culturelle artistique ; les partenariats entre l’école et les institutions culturelles et artistiques (notamment les musées)…

 

11Yohann Fortune est professeur agrégé d’EPS et docteur en STAPS, chercheur associé au laboratoire CESAMs (Centre d’étude sport et actions motrices, EA 4260) de l’université de Caen Normandie. Ses recherches portent sur l’épistémologie des savoirs athlétiques scolaires et, plus largement, sur l’histoire de l’athlétisme.

 

12Livia Giacardi est professeur d’histoire des mathématiques à l’université de Turin. Elle est l’auteur d’essais et de livres dans le domaine de l’histoire des mathématiques. Membre du comité scientifique de l’édition nationale des œuvres de Ruggiero Boscovich, elle fait partie de l’International Group for Research on the History of Mathematics Education et elle est l’un des éditeurs de la revue de l’Union mathématique italienne La Matematica nella Società e nella Cultura [Les mathématiques dans la société et dans la culture]. Elle a été secrétaire de la Société italienne d’histoire des mathématiques, dont elle est actuellement membre du conseil de direction. Elle est membre de la commission scientifique de l’Union mathématique italienne.

 

13Laurent Gutierrez est docteur en sciences de l’éducation avec une thèse intitulée L’Éducation nouvelle et l’enseignement catholique en France (1899-1939) soutenue en 2008. Après avoir exercé dix années dans l’enseignement secondaire, il est désormais maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université de Rouen (laboratoire CIVIIC [Centre interdisciplinaire de recherches sur les valeurs, les idées, les identités et les compétences]). Ses recherches portent sur l’histoire du mouvement de l’Éducation nouvelle dans le cadre d’une réflexion plus globale sur les enjeux éducatifs et pédagogiques des réformes scolaires en France depuis le début de la IIIe République.

 

14Pierre Kahn est professeur des universités à l’université de Caen Normandie et directeur-adjoint du Centre d’études et de recherche en sciences de l’éducation (CERSE, EA 965), dont il dirige l’équipe « Histoire, institutions, disciplines, idées, acteurs ». Ses recherches portent sur les enjeux culturels, épistémologiques, pédagogiques et sociaux de l’histoire de l’enseignement aux XIXe et XXe siècles.

 

15Joël Lebeaume, professeur en sciences de l’éducation à l’université Paris Descartes – Paris 5, membre du laboratoire EDA (Éducation et apprentissages), est spécialiste de didactique de la technologie. Avec des perspectives curriculaires, ses recherches contribuent à l’objectivation des fondements, de la structure, des figures d’ensemble et des conditions de développement, des enseignements et des configurations historiques de l’éducation scientifique et technologique pour la scolarité obligatoire.

 

16Patricia Legris est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Rennes 2. Membre du Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO, UMR 6258), elle travaille sur l’histoire des disciplines, sur la fabrique des programmes scolaires ainsi que sur l’histoire de la formation des enseignants en France.

 

17Colette Le Lay est chercheuse associée au Centre François-Viète (membre du groupe d’histoire de l’astronomie), université de Nantes. Ses recherches portent essentiellement sur la diffusion de l’astronomie aux XVIIIe et XIXe siècles.

 

18Alix Le Moal est professeur d’EPS. Affilié à l’équipe SPOTS (Sport, politiques et transformations sociales) de l’UFR STAPS de l’université Paris-Sud, il travaille sur les transformations de l’enseignement de l’EPS dans l’institution scolaire en France au XXe siècle.

 

19Maryse Lopez est professeur de lettres et formatrice à l’université de Cergy-Pontoise. Doctorante en sciences de l’éducation, elle est rattachée au laboratoire EMA (École, mutations, apprentissages, EA 4507) et mène des recherches sur l’enseignement de la littérature dans l’enseignement professionnel de 1945 à 1985.

 

20Philippe Mazereau est maître de conférences HDR en sciences de l’éducation à l’université de Caen Normandie, membre du Centre d’études et de recherche en sciences de l’éducation (CERSE, EA 965), équipe « Professionnalités, identités, apprentissages ». Co-coordinateur du pôle « Santé, maladies, handicaps » de la Maison de la recherche en sciences humaines (MRSH) de Caen, ses recherches s’effectuent dans les domaines de la scolarisation des élèves à besoins éducatifs particuliers, des politiques sociales du handicap, et de la professionnalité dans les métiers du social, du médico-social et du soin.

 

21Youenn Michel, ancien élève de l’ENS de Fontenay-aux-Roses, est historien et a consacré son doctorat à l’histoire de l’enseignement des langues régionales en France depuis le régime de Vichy. Membre du Centre d’études et de recherche en sciences de l’éducation (CERSE, EA 965) et de l’Association transdisciplinaire pour les recherches historiques en éducation (ATRHE), ses recherches portent sur les réformes scolaires du second XXe siècle. Youenn Michel est maître de conférences à l’université de Caen Normandie.

 

22Micheline Roumégous est agrégée d’histoire et géographie et formatrice d’enseignants. Dans le cadre du laboratoire EHGO (Épistémologie et histoire de la géographie, université Panthéon-Sorbonne – Paris 1), elle poursuit des recherches sur l’invention de la géographie scolaire au XIXe siècle (livre collectif à paraître).

 

23Jean-Yves Seguy est maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université Jean-Monnet de Saint-Étienne. Il appartient à l’équipe « Éducation, cultures, politiques » (ECP, EA 4571). Ses recherches portent sur les politiques de démocratisation de l’enseignement secondaire dans l’entre-deux-guerres. Il travaille plus particulièrement sur les réactions du monde enseignant (mouvements syndicaux et pédagogiques) aux réformes scolaires.

 

24Elisabete Zardo Búrigo est professeur des universités à l’Universidade Federal do Rio Grande do Sul, au Brésil. Coordinatrice du Programme de maîtrise en enseignement des mathématiques (PPGEMAT / UFRGS), elle est chercheuse au sein du Groupe d’études de l’histoire de l’éducation mathématique au Brésil (GHEMAT). Ses travaux de recherche portent sur l’histoire de l’enseignement des mathématiques depuis la fin du XIXe siècle. Elle s’intéresse aux initiatives des enseignants pour innover les programmes et les méthodes d’enseignement des mathématiques et poursuit actuellement des travaux sur les prescriptions et pratiques de l’enseignement de l’arithmétique à l’école primaire brésilienne.

© Presses universitaires de Caen, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search