Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Jutland dans l'œuvre de Steen Steensen Blicher

 | 
Hélène Wyss-Neel

Conclusion

Texte intégral

  • 1 IV, 156

"... cette péninsule cimbrique
Est malheureusement plate, et fort parcimonieusement pourvue
De toutes les curiosités qui agrémentent un voyage ;
Pas de montagnes offrant de pittoresques perspectives,
Ni de vallées avec de ravissantes bergères ;
Des maisons délabrées - mais pas de véritables ruines ;
Des chemins où l'eau dévale - mais aucune vraie cascade...1."

  • 2 VI, 147
  • 3 P.L. Møller : Kritiske Skizzer, II, 114-26

1Cette présentation fort peu élogieuse du Jutland se trouve bien dans l'œuvre de Blicher, mais elle est placée dans la bouche du Barbier du Voyage au Jutland en six journées, personnage qui exprime toujours le contraire des sentiments profonds de l'auteur ; cette manière de penser correspond d'ailleurs à l'opinion courante, au début du xixème siècle, sur cette région du Danemark. Au début de sa carrière, Blicher hésite à s'opposer ouvertement au jugement général, et, dans ses Légendes anciennes de la Grand-Lande, il ose à peine avouer son admiration pour ces étendues désertes : "Tu as devant toi un vaste panorama ; il est grand, même s'il n'est pas beau. Et pourtant - cette grande plaine n'aurait-elle rien qui retienne le regard ? Pourquoi se pose-t-il alors avec plaisir, avec une émotion solennelle même, sur la surface immense de la mer ? Et n'est-ce pas comme si l'âme et le cœur s'élargissaient avec l'horizon2 ?" Il montre aux Danois que la nature souriante des îles n'est pas la seule beauté de leur pays ; il leur fait découvrir que la grandeur sauvage, héroïque du paysage jutlandais "Depuis le temps des chansons populaires", écrit P.L. Møller, un contemporain et grand ami de Blicher, "le Jutland n'avait pas eu de poésie, c'est-à-dire personne n'avait su apprécier sa poésie. Inconsciemment on a, pendant des siècles, traversé la lande, inconsciemment on a regardé les dunes et entendu la voix de stentor de la mer du Nord, inconsciemment on est passé à côté des vieux manoirs et des brunes collines boisées, tandis qu'on a écrit des strophes de plusieurs lieues sur les beautés naturelles des Iles. C'est pourquoi quelque chose, dans la poésie de Blicher, saississait de manière tellement magique, quelque chose à la fois de nouveau et de familier pourtant, nouveau par la manière de traiter et la conception, familier par la réalité bien connue dont il partait, et le ton populaire sur lequel elle était, par enchantement, engendrée à une vie poétique3."

  • 4 III, 137

"Mon sol natal est le brun pays de la bruyère,
Le soleil de mon enfance a souri au-dessus de la sombre lande4."

2Avec ces vers, la nature jutlandaise reprend sa place, aux côtés de celle des îles, dans la littérature danoise d'où elle avait disparu depuis le Moyen Age. L'amour du sol natal fait de Blicher le premier, et sans doute le plus grand, poète du Jutland. Le premier, il a compris la beauté et la grandeur de cette région sauvage, ressenti la plénitude qu'apportait à l'âme la contemplation de ce paysage sans limites ; et, le premier, il l'a chanté, avec un lyrisme si prenant qu'il n'a pas tardé à convaincre ses compatriotes pourtant rétifs.

3"Steen Blicher a rendu la nature jutlandaise poétique, l'intérieure comme l'extérieure", écrit encore P. L. Møller. Il réussit à faire disparaître le personnage du "paysan comique", implanté jusqu'à son époque dans la littérature danoise où le Jutlandais n'est présent qu'avec ce masque peu flatteur. Cette opinion des insulaires sur leurs compatriotes de la péninsule est rappelée par le Barbier du Voyage au Jutland en six journées, œuvre dans laquelle les deux conceptions, l'ancienne, et la nouvelle apportée par Blicher, sont mises ouvertement en opposition :

  • 5 IV, 162

"Oui, mon cher monsieur ! je voudrais sincèrement
Que ma mère, lorsqu'elle me portait sous son cœur,
Fût partie pour la Norvège, la Zélande, même jusqu'à Korsør
seulement :
Une terre plus noble m'aurait alors doté dès le berceau
De toutes les qualités qui manquent aux Jutlandais,
En premier lieu de celle de me rendre spirituel
Aux dépens de ceux-ci...5."

  • 6 Vilhelm Andersen : Nordboer, p. 92

4Blicher s'attaque à ce préjugé national et rend aux habitants de la péninsule leur dignité aux yeux des autres Danois ; son arme la plus puissante est le réalisme avec lequel il les décrit, ce réalisme qu'il réintroduit dans la littérature danoise. Dans son œuvre, le Jutlandais est peint tel qu'il est dans la vie quotidienne, et la fidélité de cette reproduction rend le personnage attachant, digne d'estime, malgré ses défauts, malgré sa naïveté. "Le héros de La veillée des tricoteurs est Rasmus Owstrup monté sur "Messingjens." Ce vrai Jutlandais est assurément le personnage le plus purement viril que possède l'art danois : humain, digne de confiance, armé d'un humour tranquille. En lui, le caractère national s'est complètement relevé de la défaite subie chez Holberg. Jeppe est remonté en selle6."

5Après plusieurs siècles d'oubli, le Jutland des chansons populaires du Moyen Âge, avec ses paysages sauvages et ses habitants énergiques, prend une place de choix dans la littérature danoise grâce à Blicher. Suivant son exemple, toute une lignée d'écrivains comptant parmi les plus importants du Danemark, chanteront le Jutland, leur pays natal : Holger Drachmann, Jakob Knudsen, Johan Skjoldborg, Jeppe Aakjaer, Johannes V. Jensen. Des peintres, aussi, chercheront leur inspiration au Jutland et dans l'œuvre de Blicher. Les deux principaux sont Christen Dalsgaard et Hans Smidth, artistes de la seconde moitié du xixème siècle, qui exécuteront un certain nombre de dessins et de peintures ayant pour sujet des paysans jutlandais, des bohémiens, des paysages de landes ; l'œuvre la plus célèbre est sans doute une peinture de Dalsgaard représentant Blicher dans la lande en conversation avec les héros de la Vie de bohémien, Peiter-sans-jambes et Linka-la-bohémienne.

  • 7 Johs. V. Jensen : Ungt er endnu Ordet, p. 28-9

6Citons, pour terminer, le vibrant hommage rendu par Johs. V. Jensen à son compatriote : "La lande et le dialecte jutlandais sont conservés inséparablement réunis dans le nom de Blicher, un domaine qu'il ne faut plus désormais chercher dans la réalité, mais qui est transposé inaltérablement dans le monde de la poésie. De même que la protection des sites sauve quelques parties de la lande du défrichement et du boisement, la poésie de Blicher préservera de l'oubli une race isolée, disparue, ces paysans des landes auxquels il a donné vie à travers le langage qu'ils parlaient, si bien que c'est presque comme s'ils vivaient et respiraient encore7."

Notes

1 IV, 156

2 VI, 147

3 P.L. Møller : Kritiske Skizzer, II, 114-26

4 III, 137

5 IV, 162

6 Vilhelm Andersen : Nordboer, p. 92

7 Johs. V. Jensen : Ungt er endnu Ordet, p. 28-9

© Presses universitaires de Caen, 1971

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter