Version classiqueVersion mobile

Formation, transformations des savoirs scolaires

 | 
Pierre Kahn
, 
Youenn Michel

Les acteurs des réformes

Un consensus issu de la consultation des enseignants ? L’élaboration des programmes d’histoire du groupe technique disciplinaire Berstein-Borne (1993-1995)

Patricia Legris

Résumé

Jusqu’aux années 1980, la rédaction des programmes dépendait principalement de l’Inspection générale qui associait, ou non, des acteurs représentants les enseignants comme les syndicats ou les associations de spécialistes. La mise en place du Conseil national des programmes et celle des groupes techniques disciplinaires (GTD) en 1990 introduisent une nouvelle procédure d’écriture des programmes. L’ouverture de la procédure d’écriture à des acteurs pluriels se retrouve dans la composition du GTD Berstein-Borne (1993-1998) qui associe des universitaires, des inspecteurs et des enseignants du secondaire. Ce GTD consulte également l’Association des professeurs d’histoire et de géographie (APHG) tout comme les syndicats et, pour la première fois, l’ensemble des enseignants. Cette volonté d’associer ces derniers est présentée comme un moyen pour créer un consensus auprès de l’ensemble de la profession à la suite de la polémique lancée par le GTD de Jean-Clément Martin (1990-1993). Cependant, cela ne signifie pas pour autant que tous les acteurs consultés pèsent de la même façon sur le processus d’écriture. L’étude des négociations conduites par le GTD Berstein-Borne pour élaborer de nouveaux programmes montre qu’on retrouve les enjeux de pouvoir entre acteurs politiques et éducatifs mais aussi le poids de la hiérarchie éducative. On remarquera le filtrage des demandes opéré par l’Inspection générale pour produire un texte, tout comme sa prise en compte des enjeux de terrain.

Texte intégral

  • 1 COPREHG : Commission permanente de réflexion sur l’enseignement de l’histoire et de la géographie. (...)

1Jusqu’au milieu des années 1980, la rédaction des programmes relevait de l’Inspection générale de l’Éducation nationale (IGEN) qui associait, ou non, des représentants d’enseignants comme les syndicats ou les associations de spécialistes. Le rapport Bourdieu-Gros et la loi d’orientation de juillet 1989 proposent de changer cette procédure en tenant compte de l’expérience menée de 1984 à 1986 : les programmes avaient été alors écrits par la COPREHG1 qui avait associé systématiquement inspecteurs, universitaires et représentants d’enseignants. Les modifications dans le circuit d’écriture des programmes lancées en 1989 par la création de nouvelles institutions ont pour but d’introduire les évolutions de la recherche dans les programmes sans en renforcer l’encyclopédisme. Ainsi le décret du 23 février 1990 institutionnalise-t-il le Conseil national des programmes (CNP) composé de 22 membres permanents et présidé à sa création par Didier Dacunha-Castelle, mathématicien proche du conseiller du ministre Lionel Jospin, Claude Allègre. Le CNP est chargé de donner des avis concernant les programmes. Les groupes techniques disciplinaires (GTD), composés d’une douzaine de membres (inspecteurs, universitaires et enseignants), écrivent des projets répondant à la commande du Ministère. Cette nouvelle procédure d’écriture des programmes marque la volonté de certains membres du ministère de l’Éducation nationale d’éloigner les syndicats qu’ils perçoivent comme des groupes corporatistes rendant toute réforme impossible.

2Par ces mesures, le nombre d’acteurs concernés par l’écriture des programmes augmente de 1990 à 2005 : CNP, GTD, IGEN et Ministère sont les principales institutions chargées de leur production. Cette ouverture se retrouve dans la composition du GTD Berstein-Borne (1993-1998). Composé d’universitaires, d’inspecteurs et d’enseignants du secondaire, ce GTD consulte également l’Association des professeurs d’histoire et de géographie (APHG) tout comme les syndicats et, pour la première fois, l’ensemble des enseignants. Cette volonté d’associer ces derniers est présentée comme un moyen de créer un consensus dans l’ensemble de la profession à la suite de la polémique lancée par les travaux du GTD de Jean-Clément Martin (1990-1993).

3Cependant, l’ouverture de l’écriture des programmes à de nombreux acteurs ne signifie pas pour autant que tous pèsent de la même façon sur le processus. L’étude des négociations conduites par le GTD Berstein-Borne montre qu’on retrouve les enjeux de pouvoir entre acteurs politiques et éducatifs et au sein de la hiérarchie éducative. On remarque le filtrage des demandes opéré par l’Inspection générale pour produire un texte, tout comme sa prise en compte des enjeux de terrain car les acteurs défendent des intérêts variés et des conceptions de la discipline parfois contradictoires. Pour comprendre cela, nous suivrons les trajectoires scripturales des programmes de sixième, seconde et première générale du GTD Berstein-Borne (1993-1995) quand fut organisée pour la première fois la consultation des enseignants. Plusieurs sources permettent de décrire ces processus : les archives du ministère de l’Éducation nationale et du CNP conservées au Centre des archives contemporaines de Pierrefitte, des entretiens, les revues syndicales ainsi que la revue de l’APHG, Historiens et géographes.

La crise provoquée par le groupe technique disciplinaire de Jean-Clément Martin (1990-1993)

4Les travaux menés par le premier GTD se caractérisent par des tensions vives nées des difficultés rencontrées par le nouveau processus d’écriture des programmes au moment où les changements géopolitiques issus de l’éclatement du bloc soviétique amènent à repenser l’organisation des contenus d’histoire contemporaine des programmes.

Les critiques sur la composition du groupe technique disciplinaire

  • 2 Jean-Clément Martin collabore régulièrement à la revue Espaces Temps.
  • 3 La Direction des lycées et collèges (DLC) du Ministère avait pourtant recommandé aux GTD de faire p (...)
  • 4 SNES, « Réclamations adressées au GTD d’histoire-géographie », 8 octobre 1990, Archives nationales, (...)
  • 5 SNES, L’Université syndicaliste, no 276, 6 décembre 1991, p. VI-VII.

5Le CNP présidé par Dacunha-Castelle est mis en place en 1990. Ses membres proposent au ministre Jospin des personnes pour constituer les GTD. C’est le cas de Jean-Clément Martin dont le nom est avancé par l’historien Jean Lebrun, membre du CNP. Le premier GTD d’histoire-géographie est ainsi présidé par un universitaire spécialiste de la Révolution française, attaché aux enjeux pédagogiques2. Le groupe est initialement composé de sept personnes favorables à la didactique dont le président Martin, deux inspecteurs et la doyenne du groupe histoire-géographie de l’IGEN, Jeannine Geoffroy, un inspecteur pédagogique régional (IPR) et un inspecteur de l’Éducation nationale, une formatrice en institut universitaire de formation des maîtres (IUFM), une chercheuse de l’Institut national de recherche pédagogique (INRP) ainsi qu’une enseignante. Les représentants des syndicats d’enseignants ne figurent donc pas parmi les membres du GTD3 malgré la demande du Syndicat national des enseignants du second degré (SNES), syndicat majoritaire dans le secondaire4. Exclu, il constitue une source de critiques pour le GTD, perçu comme un « cénacle d’experts coupés des enseignants de terrain »5. Il en est de même pour l’APHG dont aucun responsable ne participe au GTD.

Le non-respect de la commande ministérielle

  • 6 J.-C. Martin, « Autour des propositions de 1992 pour les programmes d’histoire », Vingtième siècle. (...)

6Outre l’absence de consensus autour de la composition du groupe, Jean-Clément Martin affaiblit sa légitimité en ne répondant pas directement à la commande ministérielle. Alors qu’il lui est demandé d’écrire un nouveau programme de seconde, il souhaite réformer les programmes de l’ensemble du secondaire. Dès lors, le délai de travail d’un an fixé par le Ministère ne peut être respecté. De plus, le flou né de la réforme de 1989 nuit au GTD : les groupes d’intérêt (syndicat et APHG) ainsi que les acteurs engagés dans le circuit d’écriture confondent les attributions du CNP, du Ministère et du GTD. Malgré cela, Jean-Clément Martin anime un groupe désireux de promouvoir une histoire culturelle et sociale incluant des contenus politiques, comme l’Europe et l’État, et religieux6. Ses projets comportent trois nouveautés importantes. La première consiste en la modification du découpage dans le second degré. Le GTD propose un tronc commun jusqu’à la seconde, classe atteinte par la plupart des élèves. La deuxième modification concerne les classes de première et terminale durant lesquelles l’enseignement repose sur des concepts. La méthode pédagogique souhaitée s’apparente à l’approche régressive : le cours débute par l’analyse du présent éclairée par le passé. Troisième changement de taille : le programme n’est plus intégralement obligatoire. Il est composé de noyaux durs et de parties optionnelles à choisir dans une liste. Les pratiques pédagogiques et l’organisation de l’enseignement de l’histoire sont fortement bouleversées par ces projets qui provoquent une vive polémique.

L’opposition des acteurs clés à ce projet

  • 7 D. Dacunha-Castelle, « Protocole de travail », 20 novembre 1991, Archives nationales, CAC, 2007 001 (...)
  • 8 G. Hugonie, entretien avec l’auteure, 18 mars 2008.

7Le nouveau circuit d’écriture invite le GTD à soumettre des projets aux associations de spécialistes, en premier lieu l’APHG, qui perçoit d’abord positivement cela7. Cependant, la démarche adoptée par Jean-Clément Martin la déstabilise. Souhaitant rendre ses travaux « transparents », le président du GTD envoie pour avis à toutes les sections régionales de cette association les projets non définitifs. Cette démarche, menée également auprès de l’IGEN, conduit très vite à des brouillages dans la communication car, lorsque ses interlocuteurs se prononcent sur le projet qui leur a été soumis, le GTD a déjà changé le texte8. La réduction des dotations horaires attribuées par la DLC, la suppression de la géographie physique des programmes de géographie et la proposition d’une histoire davantage conceptuelle mobilisent contre le GTD les associations de spécialistes et l’IGEN, désormais très critiques.

  • 9 Le didacticien Gérard Hugonie, dont la présence est alors de plus en plus discutée par les associat (...)
  • 10 Groupe histoire-géographie IGEN, « Rapport sur le projet GTD », 3 avril 1992, Archives nationales, (...)
  • 11 A. Briat, O. Lacueva, C. Ruiz, « Assemblée générale, 6 décembre 1992 », Historiens et géographes, n(...)
  • 12 CNP, « Réunion du CNP et des présidents des GTD », 9 septembre 1992, Archives nationales, CAC, 1997 (...)

8Le groupe de Martin, dont la composition est modifiée fin 19919, adopte dès lors une stratégie d’opacité à l’égard de ses partenaires. Malgré l’opposition de la DLC et du directeur de cabinet de Jack Lang, Christian Forestier, le GTD reprend son travail pour remettre un nouveau projet en juin 199210. Pendant le premier semestre 1992, le GTD Martin est donc coupé des autres institutions (directeur du cabinet du ministre, DLC, APHG et IGEN) qui communiquent entre elles sans l’en avertir11. Le dernier projet du GTD est désavoué par la DLC, ce qui conduit une grande partie des membres du GTD à démissionner en septembre 199212.

La recherche d’un consensus par le groupe technique disciplinaire Berstein-Borne (1993-1995)

9Jean-Clément Martin et son groupe démissionnent en 1993 dans un contexte de tensions. Les travaux du GTD suivant ont pour objectif d’« apaiser » rapidement la profession.

Deux fortes personnalités à la tête du groupe technique disciplinaire

  • 13 P. Kerleroux, H. Tison, « Entretien avec Serge Berstein et Gilbert Gaudin », Historiens et géograph (...)
  • 14 S. Berstein, D. Borne, « Objectifs et fondements », L’information historique, no 3, septembre 1996, (...)

10La nomination d’un nouveau GTD pour l’histoire-géographie apparaît comme la solution pour résoudre la crise disciplinaire engendrée par le GTD Martin. Le cabinet de Jack Lang impose au CNP Serge Berstein. Le choix de cet historien, connu des enseignants et qui dispose de l’appui de l’Inspection, est fait par la DLC en décembre 199213. Berstein représente une histoire politique portée par Sciences Po Paris, Nanterre et l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP). Ce professeur d’histoire contemporaine à l’Institut d’études politiques de Paris est président de la section « Histoire moderne et contemporaine » du Conseil national des universités (CNU). Il a rédigé plusieurs manuels scolaires et universitaires qu’il considère comme des outils pédagogiques constituant la source principale de préparation des cours pour les enseignants14. Mais les élections législatives de mars 1993 et la mise en place d’un nouveau gouvernement dirigé par Édouard Balladur ralentissent la constitution du GTD Berstein.

  • 15 P. Garrigue, « Nomination d’un inspecteur général (lettre au doyen Yves Martin) », 30 avril 1987, A (...)
  • 16 D. Borne, entretien avec l’auteure, 2 avril 2008.
  • 17 D. Raulin, entretien avec l’auteure, 11 février 2008.

11Le successeur de Jack Lang, François Bayrou, appuie également la candidature de Serge Berstein, mais impose un second président, Dominique Borne. Fils de l’inspecteur général de philosophie Étienne Borne (qu’a connu le ministre Bayrou), ancien professeur de classes préparatoires au lycée Henri-IV, cet agrégé d’histoire participe à l’écriture des programmes de lycée de 1988 et 198915. Depuis 1990, l’inspecteur général Dominique Borne est doyen du groupe d’histoire-géographie. L’objectif de cette double présidence est de restaurer un consensus scientifique et éducatif. Pour cela, le doyen se montre attentif aux observations faites sur le terrain ainsi qu’aux discussions avec les IPR, ce qui lui permet d’évaluer les capacités et les difficultés des enseignants d’histoire-géographie. Outre sa connaissance du terrain, Dominique Borne conçoit son rôle de doyen comme celui d’un coordonnateur des inspections (IGEN et IPR) et d’un intermédiaire entre le Ministère et la profession enseignante16. Cette double présidence occupée par des « ténors en histoire » a pour fonction d’« assurer la paix sociale »17 pour produire de nouveaux programmes du secondaire.

  • 18 P. Kerleroux, H. Tison, « Entretien avec Serge Berstein et Gilbert Gaudin », p. 41. Le GTD en compt (...)
  • 19 D. Borne, entretien avec l’auteure, 26 février 2008.
  • 20 Composition du GTD, 1995, Archives nationales, CAC, 2007 0019, articles 31-35.

12Le GTD Berstein-Borne compte à ses débuts 17 participants18. Historiens et géographes sont représentés à parts égales. Les universitaires sont Serge Berstein pour l’histoire, Philippe Pinchemel (université Paris I) et Robert Ferras (IUFM de Montpellier) pour la géographie. Dominique Borne et Gilbert Gaudin représentent l’IGEN. Jacques Bourraux y participe en tant qu’IPR chargé de mission auprès de l’IGEN. Le GTD compte également deux inspecteurs d’académie. Les professeurs agrégés exerçant dans le secondaire, proposés par les IPR à l’IGEN19, dominent quantitativement : ils représentent 10 des 17 membres20. Il faut noter que, là encore, les représentants syndicaux sont exclus. Mais, contrairement au GTD Martin, cela n’en affaiblit pas pour autant le GTD qui dispose du soutien de l’administration et de l’Inspection.

Le respect de la commande

  • 21 S. Berstein, D. Borne, « Objectifs et fondements », p. 101.
  • 22 D. Borne, entretien avec l’auteure, 2 avril 2008.
  • 23 D. Borne, entretien avec l’auteure, 26 février 2008.

13Ce GTD étant chargé de dénouer une situation de crise21, les deux présidents se montrent attentifs à respecter la commande, à savoir rédiger de nouveaux programmes pour la sixième, la seconde et la première. Concernant la méthode de travail adoptée au sein du GTD, Berstein et Borne partent des habitudes des acteurs22. Les deux présidents décident de ne pas changer radicalement les programmes et de maintenir une histoire davantage chronologique. Dominique Borne justifie cela par le fait que le GTD hérite des programmes d’histoire auxquels sont associées des routines pédagogiques. Les membres du GTD doivent donc tenir compte de ces contraintes endogènes pour élaborer de nouveaux programmes23. Dans un premier temps, le GTD « bricole » ainsi les programmes existants en déplaçant des contenus d’un niveau à l’autre, en en éliminant d’autres. Une fois le diagnostic établi, le GTD décide de la structure globale des programmes avant de soumettre le projet aux partenaires éducatifs traditionnels (syndicats et associations de spécialistes).

  • 24 D. Borne, entretien avec l’auteure, 2 avril 2008.
  • 25 R. Marconis, « Turbulences », Historiens et géographes, no 348, mai-juin 1995, p. 19.

14Le travail du GTD Berstein-Borne est facilité par la Charte des programmes de 1992. Ce texte officiel fixe à 14 mois le délai entre la publication et la mise en œuvre d’un programme dont la durée est au minimum de 5 ans. Il évoque également la mise en place des « documents d’accompagnement » qui remplacent les instructions officielles et il fixe les missions assignées à chaque institution. Dès le début des travaux du GTD en 1993, les missions assignées à chaque organisation sont définies et les méthodes de travail entre le GTD et les associations de spécialistes se rapprochent davantage de celles utilisées avant le GTD Martin. Dominique Borne tient ainsi informés les syndicats et l’APHG d’une façon différente de Jean-Clément Martin. Alors que ce dernier soumettait à l’association des projets écrits, le doyen décide de les rencontrer pour connaître leurs revendications et discuter des textes provisoires24. Les associations et les syndicats comprennent mieux cette méthode de concertation25.

Des changements à la marge

  • 26 Ibid.

15Concernant les contenus des programmes, les deux présidents du GTD se réclament de trois sources d’inspiration. Tout d’abord, le rapport Joutard de 1989 qui s’est prononcé contre l’empilement des connaissances, pour l’ouverture de l’histoire-géographie vers les autres sciences sociales, pour l’insertion de l’histoire des sciences et des techniques, de l’histoire des religions, de l’histoire des arts et pour l’étude de l’Europe dans l’ensemble des programmes. Les pratiques de classe sont la deuxième source : grâce aux remontées du terrain qui lui viennent des IPR, Dominique Borne est tenu informé des points trop longuement étudiés et de ceux difficilement appliqués26. Enfin, la troisième source d’inspiration est la recherche universitaire : le tandem Berstein-Borne illustre les liens entre le centre d’histoire de Sciences Po Paris et le groupe disciplinaire de l’IGEN. Tous deux incarnent une conception de l’histoire culturelle et de l’histoire politique. Tout en tenant compte du déjà-là, les membres du GTD désirent modifier certains contenus devenus « classiques », peu retravaillés par les enseignants et parfois inadaptés aux évolutions historiographiques et aux changements de contexte géopolitique, comme la Nouvelle Politique économique (NEP) ou la crise de 1929. La volonté de rompre avec la chronologie continue est également défendue par le doyen pour permettre aux enseignants de finir les programmes.

Une réforme curriculaire faite malgré tout par le haut (1994-1995)

16La principale nouveauté dans le processus d’élaboration des programmes du GTD Berstein-Borne est la consultation de tous les enseignants du secondaire. Mais au lieu d’être le reflet de toutes les opinions, cette procédure est filtrée par l’IGEN.

L’obligation de consulter les enseignants

  • 27 Voir « Le nouveau dispositif d’élaboration des programmes », BOEN, no 26, 30 juin 1994, p. 1818-182 (...)

17Le GTD est obligé de multiplier les consultations car la production des programmes scolaires se complexifie à partir de 199427. Tout nouveau programme doit dorénavant faire l’objet d’une commande passée au GTD par le Ministère. Le GTD élabore son projet qui est soumis à la consultation « coutumière », à savoir celle des IPR, des associations de spécialistes et des syndicats. Ce projet, qui peut être retouché par le GTD, est ensuite soumis à la consultation de tous les enseignants. Les synthèses des réponses des enseignants, faites par les IPR, sont fournies par la DLC dont le Bureau des programmes élabore une synthèse finale remise au GTD. Puis, la version remaniée par le GTD est débattue au CNP puis au Conseil supérieur de l’éducation (CSE). Enfin, le texte issu de ces discussions est remis au ministre pour avis définitif.

  • 28 D. Dacunha-Castelle, « Réflexions sur les modalités d’élaboration des programmes », 2 juin 1993, Ar (...)
  • 29 Didier Dacunha-Castelle est remplacé par Luc Ferry, nommé par François Bayrou à la présidence du CN (...)
  • 30 D. Raulin, entretien avec l’auteure, 11 février 2008.
  • 31 La polémique sur les programmes de géographie porte sur le retrait de la géographie physique. Beauc (...)
  • 32 L’Université syndicaliste, supplément no 337, 4 avril 1994, Histoire-géographie, D. Paget, J.-L. Pe (...)
  • 33 L’Université syndicaliste, supplément no 349, 10 novembre 1994, Histoire-géographie, D. Paget, D. C (...)

18L’idée de la consultation, proposée par Didier Dacunha-Castelle28 avant sa démission de la présidence du CNP en 199329, est reprise par Dominique Raulin qui propose d’associer ainsi tous les enseignants30 afin de mettre un terme à la controverse déclenchée par les projets de programmes du GTD de Jean-Clément Martin, notamment ceux de géographie31. Le décret du 30 novembre 1993 met en place une démarche inédite qui consiste à demander à tous les enseignants du secondaire leur avis sur les projets de programmes élaborés par les GTD. Parallèlement à cette consultation officielle, le SNES adresse un questionnaire à ses adhérents qui paraît dans le supplément Histoire-géographie de la revue L’Université syndicaliste en avril 199432. Sept mois plus tard, les réponses sont publiées : 64,5 % des syndiqués ayant répondu jugent les programmes en vigueur non satisfaisants pour l’histoire, car ils écartent l’histoire sociale, l’étude des moments de rupture et l’histoire extra-européenne. 62,1 % approuvent des programmes organisés autour de thèmes et beaucoup demandent des allégements33.

Les difficultés pratiques de la consultation

  • 34 S. Berstein, D. Borne, « Note à Luc Ferry », 8 février 1994, Archives nationales, CAC, 1997 0515, a (...)
  • 35 Ces programmes s’appliquent dans le cadre de la réforme du lycée de 1994.
  • 36 Ministère de l’Éducation nationale, « Questionnaire adressé aux professeurs d’histoire-géographie p (...)
  • 37 L’Université syndicaliste, supplément no 349, 10 novembre 1994.
  • 38 On compte 45 000 enseignants d’histoire-géographie dans le secondaire en 1994. J. Peyrot, « Caveant (...)
  • 39 D. Raulin, entretien avec l’auteure, 11 février 2008.

19Le GTD Berstein-Borne ne prend pas de retard sur les délais fixés par la DLC34. Ainsi, à l’automne 1994, les textes pour la seconde et la première sont remis à la DLC afin d’organiser la première consultation des enseignants35. En octobre 1994, le questionnaire est adressé aux professeurs dans tous les lycées. Certaines questions posées concernent les finalités de l’enseignement, d’autres les contenus36. Les organisations représentant les enseignants perçoivent positivement cette initiative. Pour le SNES, le Ministère reconnaît par là les compétences des professeurs en les associant directement à l’écriture des programmes, mais ses représentants dénoncent une histoire qu’ils jugent idéologique et trop centrée sur l’Europe37. Pour éviter que trop de réponses38 ne lui parviennent, la DLC recommande aux chefs d’établissement de demander aux enseignants de regrouper et synthétiser leurs réponses39.

  • 40 S. Berstein, D. Borne, « Les nouveaux programmes d’histoire des lycées », Vingtième siècle. Revue d (...)
  • 41 S. Berstein, D. Borne, « L’histoire et la géographie au lycée. Les résultats de la consultation nat (...)
  • 42 G. Hugonie, entretien avec l’auteure, 18 mars 2008.

20Le taux de réponse est difficile à évaluer. Selon Dominique Borne, il est particulièrement élevé : de l’ordre de 90 % des établissements auxquels ce texte a été envoyé40. Les projets auraient reçu un bon accueil : approuvés par un tiers des réponses, un autre tiers demandant plus de précisions et seul un tiers rejetant les programmes41. Mais certains témoignages fournis par des IPR contredisent cette estimation. De plus, la rédaction des synthèses par les IPR n’est pas rigoureuse dans toutes les académies. Au moment de reprendre les réponses des enseignants, ces derniers se heurtent à plusieurs difficultés. Il s’agit d’analyser des questionnaires ouverts. Or, aucun barème et aucune grille d’analyse n’ont été produits par la DLC. De plus, les IPR doivent rendre rapidement les synthèses alors que les réponses sont nombreuses et longues. Par exemple, pour l’académie de Versailles qui compte alors 4 000 enseignants d’histoire-géographie en lycée, les quatre IPR doivent résumer 200 à 250 réponses42.

L’efficacité limitée de la consultation

  • 43 Le CNP et la DLC approuvent les projets du GTD pour le lycée lors de la séance du 20 octobre 1994, (...)
  • 44 F. Eleuche, « Nouveaux programmes d’histoire-géographie dans les lycées », La quinzaine universitai (...)

21Les solutions pour traiter ces questionnaires diffèrent selon les académies. Dans certaines, les IPR ne reprennent pas les réponses des enseignants et rédigent eux-mêmes la synthèse académique, biaisant fortement l’ambition de cette nouvelle étape de l’élaboration des programmes. Dans d’autres, ils convoquent plusieurs mercredis après-midi une dizaine d’enseignants, qu’ils connaissent déjà, afin d’écrire le texte à partir des réponses parvenues au rectorat. Il ressort de ces réponses parfois biaisées et rédigées hâtivement que la moitié des enseignants est favorable aux projets, alors que l’autre non. C’est au GTD de trancher à ce moment pour sélectionner parmi les remarques émises celles qui lui semblent pertinentes et dont il faudra tenir compte. Dominique Borne se charge de cela. Quelques éléments sont retouchés dans la version soumise au CNP43 puis au CSE le 12 avril 1995. Ce jour-là, le programme de seconde est approuvé par 18 membres, celui de première par 5 membres, 3 contre44.

22La signature du ministre Bayrou puis les arrêtés du 14 juin 1995 rendent publics les nouveaux programmes de lycée. L’année scolaire suivante, le doyen Borne convoque l’ensemble des IPR de la discipline pour leur présenter les nouveaux programmes. L’écrasante majorité des inspecteurs ne le contredit pas, même s’ils n’approuvent pas toujours ses propos. La force des rapports hiérarchiques y est visible car seuls deux IPR, en fin de carrière, prennent la parole pour nuancer l’exposé du doyen et discuter l’efficacité de la consultation des enseignants.

  • 45 C. Delacroix, P. Garcia, « L’inflexion patrimoniale : l’enseignement de l’histoire au risque de l’i (...)
  • 46 R. Marconis, « Pas de répit ! », Historiens et géographes, no 349, juillet-août 1995, p. 10.
  • 47 « Commission pédagogique nationale du premier cycle », Historiens et géographes, no 352, mars-avril (...)
  • 48 Proposition d’avis du CNP sur le programme d’histoire-géographie de la classe de sixième, 3 juillet (...)
  • 49 Avis définitif du CNP sur les projets de programmes de sixième, Archives nationales, CAC, 2007 0019 (...)

23Quant au projet de la classe de sixième, sa trajectoire est plus complexe. Le GTD l’élabore à l’hiver 1994 après avoir terminé les projets pour le lycée. Un premier texte présenté en juin 1994 reçoit un avis négatif du CNP. Celui-ci regrette le peu de place accordée à l’étude de la naissance du christianisme. Le texte, qui accorde une importance aux documents patrimoniaux et aux dates repères45, est retouché à la marge en janvier et en mars 1995. Une deuxième version du projet du GTD est soumise à la consultation des enseignants au printemps 1995. L’écho auprès d’eux est moins fort. L’APHG critique le fait que seul le programme de sixième soit soumis à consultation46. Le GTD retient de la consultation que les enseignants rejettent la réduction de l’étude de la Préhistoire au seul Néolithique47. Malgré les réserves des enseignants et du CNP, le GTD maintient les dotations accordées initialement pour chaque partie du programme48. À la rentrée 1995, le texte définitif pour cette classe est approuvé par le CNP et la DLC qui remercient le GTD d’avoir « permis un dialogue fructueux »49. Le ministre valide ce programme en signant l’arrêté du 22 novembre 1995.

  • 50 La consultation du projet par les enseignants est maintenue par le CSP.

24La consultation des enseignants est menée pour l’écriture des programmes suivants du GTD Berstein-Borne (1995-1998). Cette procédure est maintenue même après la fin du CNP en 2005 et jusqu’à la création du Conseil supérieur des programmes (CSP) en 2013. Les groupes d’experts présidés par un inspecteur général soumettent à la consultation de tous les enseignants le projet, le plus souvent à l’approche des vacances de printemps, ce qui est régulièrement critiqué par les syndicats. Les remarques des synthèses sont appréciées uniquement par le président du groupe, ce qui mécontente à chaque fois une partie de la profession qui ne retrouve pas ses réflexions dans les programmes définitifs50.

Bilan

25Cette étude met en évidence deux évolutions des politiques éducatives. Consulter directement l’ensemble des enseignants signale un changement dans la conception de ces acteurs par les hauts fonctionnaires de l’éducation : les enseignants ne sont dorénavant plus de simples exécutants, mais également des experts capables de se prononcer sur les programmes. Les remarques émanant de ces acteurs locaux trouvent dans la consultation un mode d’expression. Le deuxième changement concerne les relations entre acteurs au sein de la hiérarchie éducative : les enseignants sont un nouvel interlocuteur des hauts fonctionnaires qui s’ajoute aux groupes d’intérêt « traditionnels » (syndicats et associations de spécialistes) qui ne parviennent plus nécessairement à créer un consensus autour d’un programme et dont les effectifs diminuent.

26L’application de cette nouvelle procédure se caractérise par une lourdeur bureaucratique qui complexifie le circuit d’écriture. La consultation renforce également la centralité de la prise de décision. En effet, il revient uniquement au président du groupe de prendre (ou non) en compte les avis des enseignants dans le projet présenté au ministre. Dans le cas du GTD Berstein-Borne, on observe une réappropriation de la production des programmes par l’IGEN qui se présente comme un corps d’experts capables de juger de la faisabilité et de la pertinence scientifique de curricula consensuels, tout en rompant avec les routines pédagogiques. Ce renforcement de la centralité de la production des programmes interroge par là l’efficacité de la consultation des enseignants : les décideurs, qui filtrent les demandes locales qui leur semblent recevables, demeurent les acteurs placés au sommet de la hiérarchie éducative centralisée. Tous les interlocuteurs du GTD ne retrouvent donc pas dans les nouveaux programmes leur représentation de la discipline.

27La réussite du GTD Berstein-Borne est d’avoir écrit des programmes qui réformaient à la marge les textes antérieurs. En ne bouleversant pas radicalement les routines pédagogiques et en s’appuyant sur les réponses de la majorité des enseignants peu favorables à des changements importants pour justifier leurs programmes, les deux présidents sont parvenus à créer du consensus auprès d’une grande partie de la profession.

Bibliographie

Berstein S., Borne D., « Les nouveaux programmes d’histoire des lycées », Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 49, janvier-mars 1996, p. 133-142.

Comelli D., Autour du GTD de Jean-Clément Martin, master d’histoire sous la direction de J.-C. Martin, université de Nantes, 1993.

Garcia P., Leduc J., L’enseignement de l’histoire en France de l’Ancien Régime à nos jours, Paris, A. Colin, 2003.

Legris P., « Les programmes scolaires d’histoire dans l’enseignement secondaire », in La fabrique scolaire de l’histoire : illusions et désillusions du roman national, L. de Cock, E. Picard (dir.), Marseille, Agone, 2009, p. 28-52.

Legris P., « Les coulisses des programmes d’histoire. Transformations des circuits d’écriture depuis la Libération », Historiens et géographes, no 417, janvier 2012, p. 75-84.

Legris P., Qui écrit les programmes d’histoire ?, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2014.

Martin J.-C., « Autour des propositions de 1992 pour les programmes d’histoire », Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 49, janvier-mars 1996, p. 122-133.

Raulin D., Les programmes scolaires : des disciplines souveraines au socle commun, Paris, Retz, 2006.

Notes

1 COPREHG : Commission permanente de réflexion sur l’enseignement de l’histoire et de la géographie. Pour davantage de précisions concernant l’élaboration des programmes dans les années 1980, voir P. Legris, L’écriture des programmes d’histoire en France (1944-2010) : sociologie historique d’un instrument d’une politique éducative, thèse de science politique, université Panthéon-Sorbonne – Paris 1, 2010, p. 306-394.

2 Jean-Clément Martin collabore régulièrement à la revue Espaces Temps.

3 La Direction des lycées et collèges (DLC) du Ministère avait pourtant recommandé aux GTD de faire participer à ces groupes des syndicalistes : DLC, « Note aux GTD », 21 juin 1990, Archives nationales, Centre des archives contemporaines (CAC), 1997 0515, art. 5.

4 SNES, « Réclamations adressées au GTD d’histoire-géographie », 8 octobre 1990, Archives nationales, CAC, 1997 0515, art. 5.

5 SNES, L’Université syndicaliste, no 276, 6 décembre 1991, p. VI-VII.

6 J.-C. Martin, « Autour des propositions de 1992 pour les programmes d’histoire », Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 49, janvier-mars 1996, p. 122-133.

7 D. Dacunha-Castelle, « Protocole de travail », 20 novembre 1991, Archives nationales, CAC, 2007 0019, art. 21-25.

8 G. Hugonie, entretien avec l’auteure, 18 mars 2008.

9 Le didacticien Gérard Hugonie, dont la présence est alors de plus en plus discutée par les associations de géographes, démissionne le 17 mars 1992. Patrick Garcia intègre le GTD à ce moment.

10 Groupe histoire-géographie IGEN, « Rapport sur le projet GTD », 3 avril 1992, Archives nationales, CAC, 1997 0515, art. 8.

11 A. Briat, O. Lacueva, C. Ruiz, « Assemblée générale, 6 décembre 1992 », Historiens et géographes, no 339, février-mars 1993, p. 23-32.

12 CNP, « Réunion du CNP et des présidents des GTD », 9 septembre 1992, Archives nationales, CAC, 1997 0515, art. 5.

13 P. Kerleroux, H. Tison, « Entretien avec Serge Berstein et Gilbert Gaudin », Historiens et géographes, no 348, mai-juin 1995, p. 41.

14 S. Berstein, D. Borne, « Objectifs et fondements », L’information historique, no 3, septembre 1996, p. 104.

15 P. Garrigue, « Nomination d’un inspecteur général (lettre au doyen Yves Martin) », 30 avril 1987, Archives nationales, CAC, 2009 0018, art. 1.

16 D. Borne, entretien avec l’auteure, 2 avril 2008.

17 D. Raulin, entretien avec l’auteure, 11 février 2008.

18 P. Kerleroux, H. Tison, « Entretien avec Serge Berstein et Gilbert Gaudin », p. 41. Le GTD en comptera 18 de 1995 à 1998.

19 D. Borne, entretien avec l’auteure, 26 février 2008.

20 Composition du GTD, 1995, Archives nationales, CAC, 2007 0019, articles 31-35.

21 S. Berstein, D. Borne, « Objectifs et fondements », p. 101.

22 D. Borne, entretien avec l’auteure, 2 avril 2008.

23 D. Borne, entretien avec l’auteure, 26 février 2008.

24 D. Borne, entretien avec l’auteure, 2 avril 2008.

25 R. Marconis, « Turbulences », Historiens et géographes, no 348, mai-juin 1995, p. 19.

26 Ibid.

27 Voir « Le nouveau dispositif d’élaboration des programmes », BOEN, no 26, 30 juin 1994, p. 1818-1820.

28 D. Dacunha-Castelle, « Réflexions sur les modalités d’élaboration des programmes », 2 juin 1993, Archives nationales, CAC, 1997 0515, art. 5.

29 Didier Dacunha-Castelle est remplacé par Luc Ferry, nommé par François Bayrou à la présidence du CNP en décembre 1993.

30 D. Raulin, entretien avec l’auteure, 11 février 2008.

31 La polémique sur les programmes de géographie porte sur le retrait de la géographie physique. Beaucoup d’associations de spécialistes déplorent cette évolution qui sera cependant introduite dans les programmes ultérieurs.

32 L’Université syndicaliste, supplément no 337, 4 avril 1994, Histoire-géographie, D. Paget, J.-L. Peudon (dir.).

33 L’Université syndicaliste, supplément no 349, 10 novembre 1994, Histoire-géographie, D. Paget, D. Courtoux, J.-P. Hennuyer (dir.).

34 S. Berstein, D. Borne, « Note à Luc Ferry », 8 février 1994, Archives nationales, CAC, 1997 0515, art. 5.

35 Ces programmes s’appliquent dans le cadre de la réforme du lycée de 1994.

36 Ministère de l’Éducation nationale, « Questionnaire adressé aux professeurs d’histoire-géographie pour les programmes de lycée », octobre 1994, Archives nationales, CAC, 1997 0515, art. 8.

37 L’Université syndicaliste, supplément no 349, 10 novembre 1994.

38 On compte 45 000 enseignants d’histoire-géographie dans le secondaire en 1994. J. Peyrot, « Caveant consules… Renforcer la surveillance dans trois secteurs », Historiens et géographes, no 346, décembre 1994, p. 40.

39 D. Raulin, entretien avec l’auteure, 11 février 2008.

40 S. Berstein, D. Borne, « Les nouveaux programmes d’histoire des lycées », Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 49, janvier-mars 1996, p. 134.

41 S. Berstein, D. Borne, « L’histoire et la géographie au lycée. Les résultats de la consultation nationale », BOEN, no 26, 29 juin 1995, p. 2074-2078.

42 G. Hugonie, entretien avec l’auteure, 18 mars 2008.

43 Le CNP et la DLC approuvent les projets du GTD pour le lycée lors de la séance du 20 octobre 1994, Archives nationales, CAC, 1997 0515, art. 1.

44 F. Eleuche, « Nouveaux programmes d’histoire-géographie dans les lycées », La quinzaine universitaire, no 1074, 29 mai 1995.

45 C. Delacroix, P. Garcia, « L’inflexion patrimoniale : l’enseignement de l’histoire au risque de l’identité ? », Espaces Temps, no 66-67, 1998, p. 111-136.

46 R. Marconis, « Pas de répit ! », Historiens et géographes, no 349, juillet-août 1995, p. 10.

47 « Commission pédagogique nationale du premier cycle », Historiens et géographes, no 352, mars-avril 1996.

48 Proposition d’avis du CNP sur le programme d’histoire-géographie de la classe de sixième, 3 juillet 1995, Archives nationales, CAC, 2007 0019, art. 19-20.

49 Avis définitif du CNP sur les projets de programmes de sixième, Archives nationales, CAC, 2007 0019, art. 19-20.

50 La consultation du projet par les enseignants est maintenue par le CSP.

Auteur

CERHIO
Université Rennes 2

Patricia Legris est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Rennes 2. Membre du Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO, UMR 6258), elle travaille sur l’histoire des disciplines, sur la fabrique des programmes scolaires ainsi que sur l’histoire de la formation des enseignants en France.

© Presses universitaires de Caen, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search