Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Jutland dans l'œuvre de Steen Steensen Blicher

 | 
Hélène Wyss-Neel

V – Considérations économiques

Texte intégral

1L'activité économique de notre auteur, en revanche, est bien plus localisée. Son père a, sa vie durant, beaucoup travaillé au développement de sa région, et Blicher continue son action, de façon assez utopique d'ailleurs : ses nombreux traités économiques offrent des projets parfois peu réalisables, et ses essais de mise en pratique ne sont pas toujours des réussites ! Mais il se consacre avec passion à cette tâche d'agronome et déploie une activité inlassable dont il donne lui-même un aperçu en 1840 dans son autobiographie :

2"De ce que Blicher a fait pour l'agronomie en général et pour la Société Royale d'Économie Rurale en particulier, ce qui suit est (en dehors de la description du département de Viborg et de la description, actuellement en préparation, du département de Skanderborg) ce qui lui semble particulièrement pouvoir mériter d'être cité ici :

3Pendant qu'il était cultivateur, il a fourni plusieurs traités aux bulletins d'agronomie de Drewsen, dont un sur l'invention d'un parc à moutons sur roulettes, et un autre sur l'assolement.

4Il y a 16 ans, il a rédigé un mémoire complet et précis sur la si importante industrie du tricot dans les régions de landes du Jutland...

5L'année suivante, il présenta son traité sur l'industrie du lin dans le canton de Sønderlyng...

6En 1826, Blicher commença, en collaboration avec Schönheyder, alors préfet diocésain à Viborg, à procéder à l'achat de toiles jutlandaises pour le Commissariat général de la guerre.

7Il a travaillé aussi pour le boisement de sa région qui est dénudée...

  • 1 XXV, 130-3

8Enfin Blicher a, comme membre de la Société d'Économie Rurale du département de Randers, fait plusieurs propositions, dont une par exemple, "Pour la conservation et la pureté accrue de la race bovine jutlandaise", a commencé à être mise en œuvre1."

9Nous allons à présent étudier de façon plus précise ce que nous apprend l'œuvre de Blicher sur les différents aspects de la vie économique du Jutland : agriculture, élevage, industrie et commerce, et nous évoquerons les projets d'amélioration élaborés par notre auteur.

A - L'AGRICULTURE

  • 2 IV, 108

10"Le Danemark est un pays de culture céréalière : il renferme en lui-même les ressources nécessaires à la subsistance de ses habitants L'agriculture est ainsi la source économique la plus proche, la plus importante chez nous Nous pourrions vivre de céréales et de bétail ; nous pourrions vendre des céréales et du bétail, et nous devrions en vendre au moins autant qu'il faut pour équilibrer notre balance commerciale. Nous manquons d'usines, et leur augmentation et leur amélioration dépendront de celles de l'agriculture. Si le Danemark doit être sauvé de la faillite, c'en est le moyen principal ; bien qu'il ne soit guère infaillible, tant que manque l'interdiction d'importer des marchandises de luxe et des produits manufacturés étrangers. Jusqu'à ce moment attendu avec impatience et après, c'est le devoir de chaque Danois de contribuer de tout son pouvoir au progrès de l'agriculture2." Blicher écrit ceci en 1816, alors que le Danemark est en proie aux grandes difficultés d'après-guerre ; il est certain que l'agriculture est la ressource essentielle, vitale du Danemark, surtout à cette époque.

11Mais bientôt, au cours des années 1820, une très grave crise agricole éclate, provoquée parle protectionnisme anglais, conduisant à un blocus en règle contre l'entrée des produits agricoles. La conséquence en est une forte baisse des prix sur le marché mondial. D'ailleurs, le grain danois n'a pas non plus bonne réputation à cette époque, on le traite de "grain pourri." Le seul moyen de sauver le pays dans la très grave situation où il se trouve est d'apporter de grandes modifications dans le domaine de l'agriculture. Et c'est alors qu'apparaît l'importance des réformes opérées au siècle précédent : elles ont créé une classe plus large de paysans-propriétaires, développé en général la compétence de ceux-ci, tout en élevant leur niveau moral. Dans ces conditions, il est possible de réaliser de grands et rapides progrès. Grâce à l'emploi de meilleures méthodes d'exploitation et d'outils plus perfectionnés, à l'amélioration de la qualité des produits agricoles, à l'organisation des laiteries, etc..., l'agriculture danoise arrive, vers 1830, à jouir d'un bien-être relatif qui profite aux autres industries du pays. Une nouvelle loi anglaise sur les grains favorise l'exportation vers l'Angleterre et contribue aussi à ce résultat.

  • 3 XIII, 183-4

12Voici donc les grandes lignes de la situation agricole du Danemark à l'époque de Blicher. Voyons maintenant comment il la présente en 1828 dans L'état actuel du Danemark : "Un grand nombre de décrets excellents sont pris pour le progrès de toutes les branches de l'agriculture. Et la Société d'Économie Rurale qui est fondée par des particuliers, sous les auspices du gouvernement, est soutenue par celui-ci de la manière la plus énergique avec de grandes sommes d'argent annuelles ; si bien que, grâce à ces efforts, l'agriculture, les fourrages, le jardinage, le boisement et l'industrie domestique sont encouragés, récompensés et progressent constamment. En outre, le roi lui-même veille directement à l'amélioration de l'élevage chevalin et bovin ; de même qu'à par des prêts officiels, aussi bien pour devenir propriétaires de leur ferme, que pour l'amélioration de celle-ci ; même pour le déplacement des fermes vers des endroits plus favorables et pour une meilleure construction, le roi a tendu une main généreuse et secourable. Pour le défrichement des landes sont donnés des privilèges encourageants, et beaucoup d'étendues incultes sont, par suite, mises en valeur3." Nous savons déjà que la brochure d'où cette déclaration est tirée, a pour but essentiel de faire la louange du roi ; d'autre part, Blicher y vante systématiquement tout ce qui est danois. Aussi beaucoup de ses affirmations sont-elles très exagérées, et certaines sont même en contradiction avec d'autres de ses écrits.

13Examinons maintenant la situation agricole dans le Jutland de Blicher et les nombreux conseils et projets d'amélioration qu'il propose. Grâce à la description du département de Viborg, c'est sur cette région que nous possédons le plus de précisions.

14Le centre du Jutland est une région pauvre : les terres arables n'y sont pas toujours de la meilleure qualité, et il s'y trouve d'immenses étendues de landes, de marécages et de tourbières, qui peuvent seulement être utilisées comme pâturages pour les moutons ; on peut aussi en tirer tourbe et bruyère comme combustibles.

  • 4 XXXI, 135

15Blicher insiste longuement sur la mise en valeur des terres incultes. Les landes peuvent être boisées, les marécages transformés en prairies ; ce travail est d'ailleurs déjà commencé. Les colons allemands ont aussi essayé de cultiver la lande, mais les résultats ont été assez peu satisfaisants. Blicher, lui, est surtout partisan des plantations d'arbres dans les landes ; il l'a fait lui-même sur la terre du presbytère de Spentrup : "De cette lande, j' ai, au cours des années 1828, 29 et 30, de manière conforme à la science forestière, enclos, défriché, ensemencé et presque boisé environ 7 hectares, surtout avec du sapin, du mélèze et du bouleau4." Et il rend gloire au roi Frédéric VI qui est l'instigateur de la plantation de Stendalgaard :

  • 5 VII, 230

"D'une main créatrice, Tu répandis
Ta semence dans la terre aride ;
Dans le désert, si désolé auparavant,
La belle plantation croît5."

  • 6 XXII, 124

16Il est d'autant plus nécessaire de planter que la superficie boisée a fortement diminué depuis la fin du xviiième siècle, époque à laquelle on a commencé à beaucoup abattre ; et comme le dit Blicher, avec des considérations assez peu scientifiques : "Indéniablement, il est mélancolique de voir les bois verts se changer en lande noire, et de grandes étendues boisées qui, pendant des siècles, ont réjoui de leur beauté, rafraîchi de leur ombre et chauffé de leur bois, disparaître de la surface de la terre6."

  • 7 XXII, 85

17Ses conceptions agronomiques sont souvent dictées par de tels motifs lyriques, subjectifs... Ainsi, dans la question du défrichement des landes, sa position exacte est presque impossible à définir : en tant qu'agronome, il prêche la mise en valeur ; mais le poète souhaite ardemment que ce paysage romantique qu'il aime tant, ne disparaisse pas : "Tant que le Jutland aura ses vastes landes, marécages et étangs - et plaise à Dieu qu'il puisse les conserver longtemps - !...7." Cette dualité rend certes délicate l'étude de son œuvre.

  • 8 XXIII, 149-51

18Son opinion n'est guère plus nette en ce qui concerne l'assèchement des nombreux marais des landes. Il écrit, dans le Profil occidental de la péninsule cimbrique : "Il est possible que tu considères le Vildmose dont la surface doit atteindre 75 à 80 kilomètres carrés, du point de vue agronomique et économique 1 que tu aies envie de clamer et de crier : "Pourquoi tout un mille carré s'étend-il ici sans la moindre utilité pour le monde ? Pourquoi ne draine-t-on pas l'eau, ne défriche-t-on pas et ne peuple-t-on pas ce désert avec trois ou quatre mille personnes ? "Cher ami ! on peut bien, à t'entendre, savoir que tu n'es pas chasseur. Si ton projet était mis à exécution, que deviendraient alors les bécassines doubles, les canards sauvages, les oies sauvages, les renards et les petits coqs de bruyère ? Non, laisse le Vildmose comme il est ! Et sur ce, que la paix soit avec le Vildmose et tous les autres marais et landes du pays8." Blicher est-il tout à fait sérieux ? Peut-être pas I Bien que, nous l'avons déjà dit, le poète et le chasseur qu'il est, aime ces grandes étendues désertes, et souhaite vraiment qu'elles soient conservées, au moins partiellement.

  • 9 V, 185-6

19Quoiqu'il en soit, Blicher, en 1820, publie un traité Sur la mise en valeur des marais de landes du Jutland qui commence ainsi : "Quand on se tient sur une des collines près de Graamose, qu'on regarde autour de soi de tous les côtés et qu'on voit - des marais et de la bruyère, de la bruyère et des marais..., on est alors inconsciemment reporté au déluge... Quand ce désert deviendra-t-il terre cultivée, quand le blé, le seigle, l'orge et l'avoine onduleront-ils ici à la place des joncs, du myrte bâtard, de la bruyère et de toutes les sortes d'airelles ? Un jour - ce jour viendra-t-il bientôt, cela dépend de nous. Les sèches collines couvertes de bruyère, les pentes sablonneuses entre les marais sont transformées en champs d'année en année ; mais quels champs ? maigrement ensemencés, clairsemés, rémunérant parcimonieusement la sueur de ceux qui les ont cultivés. Les vastes plaines de la Grand-Lande verdissent et jaunissent chaque année, et un millier de gens tirent leur subsistance de l'avare couche d'alios, mais les riches mines d'or des marais dorment inexploitées, jusqu'à ce qu'une postérité plus entreprenante, plus avisée, ouvre ces filons... Laissez les landes se reposer un peu, il y a ici un salaire pour le travail - et un meilleur salaire9." Il demande au gouvernement et à la Société d'Économie Rurale d'apporter leur soutien à ce projet. Et il donne, dans ce traité et dans le chapitre du Département de Viborg consacré à ce sujet, des indications sur la manière dont cette mise en valeur doit être faite.

20Pour les terres déjà en culture, il étudie, dans le même ouvrage, les différents amendements, recommandant les uns, la marne par exemple, déconseillant les autres.

21Il cite les modes de culture utilisés dans la région. En 1817, il porte un intérêt tout particulier au système de l'assolement : il l'a mis en pratique sur la terre du presbytère de son père, à Randlev, et rend compte de son expérience dans un mémoire : Une petite contribution à la connaissance de l'assolement. Mais, en 1838, dans son Département de Viborg, il déconseille ce système pour les exploitations de quelque importance, s'attirant par là la critique de la Société d'Économie Rurale qui estime ses arguments contre l'assolement faibles et faciles à réfuter. Ce n'est d'ailleurs pas le seul cas où Blicher encourt ce reproche : il est soutout théoricien et ne se rend pas toujours bien compte comment les choses se passent en réalité.

22Il préconise l'emploi des bœufs introduit par les colons allemands, pour le travail des champs, et décrit les différents instruments de travail utilisés.

23Plusieurs chapitres sont consacrés aux semences. Le seigle, l'avoine, l'orge, le blé noir sont les céréales les plus courantes ; la culture de la pomme de terre, introduite par les colons allemands, est assez répandue...

24Quant aux jardins, ils sont pratiquement inconnus chez les paysans qui possèdent tout au plus un potager principalement planté de choux. En revanche, la plupart manoirs sont entourés de beaux jardins, de vastes parcs.

B - L'ELEVAGE

  • 10 XXI, 11

25Un autre aspect essentiel de l'économie rurale jutlandaise, l'élevage, préoccupe également beaucoup Blicher ; il faut travailler au développement de "notre magnifique race bovine, la source de revenus la plus riche et la plus sûre du Jutland10."

  • 11 XXI, 232

26Pour une extension de l'élevage, il faut tout d'abord améliorer les prairies naturelles en les asséchant, les aplanissant, en coupant les arbustes qui les encombrent ; mais on doit aussi créer de nouveaux pâturages : "Je suis loin de l'exagération, lorsque j'affirme que, dans ce seul département, plus de 275 kilomètres carrés attendent l'aide de l'homme pour pouvoir augmenter le cheptel de 50 000 têtes. Je trouve que, pour le Jutland du nord, aucune branche de l'agriculture n'est plus importante que celle-ci, bien plus, celle-ci est aussi importante que toutes les autres prises ensemble. Car il s'agit ici de produire non pas un peu, mais beaucoup à partir de rien, d'augmenter par un seul moyen la production du pré et du champ, de l'écurie, de l'étable et de la bergerie11."

  • 12 XXII, 90
  • 13 XXI, 12
  • 14 Nørvig : op. cit. p. 114

27Plusieurs chapitres du Département de Viborg sont consacrés à l'élevage : "Les Hollandais et les Holsteinois ont, bien avant nous, reconnu la supériorité remarquable de notre race bovine jutlandaise ; et ce n'est qu'après avoir commencé à la croiser avec des étrangères que nous nous sommes aperçus de ce qu'il y avait d'inutile - pour ne pas dire carrément nuisible - dans l'abâtardissement de notre noble race qui unit la richesse en lait, la facilité à engraisser, à la frugalité et l'endurance12." Il faut essayer de rendre ses qualités à la race jutlandaise en ne la croisant plus avec des éléments étrangers. La même remarque est valable pour les chevaux et les moutons : " L e sang des moutons est maintenant tellement mélangé avec de l'allemand, de l'espagnol et de l'anglais, qu'on ne le trouve à l'état pur que dans quelques coins de l'ouest du pays13." Cette observation est faite dans sa Proposition pour une pureté accrue de l'authentique race de bétail jutlandaise en 1838 ; les animaux ne peuvent être de bonne qualité que s'ils sont jutlandais pur sang... "Les idées de Blicher en économie nationale ont comme principe de base cet optimisme et cette confiance en tout ce qui est authentiquement danois, qui sont le nerf de toute son activité14." La justesse de cette opinion est vérifiée ici, et nous en trouverons d'autres confirmations. Encore un élevage important, celui du porc ; mais là, il n'y a pas de race jutlandaise bien marquée.

  • 15 IV, 112-3

28En 1816, Blicher avait publié un projet de parc à moutons sur roulettes dont l'utilisation devrait permettre un élevage beaucoup plus important de ces animaux, et aurait pour résultat une élévation du niveau de vie national : "... Le pays pourrait de cette manière élever deux fois plus de moutons : un bénéfice de plusieurs millions, un pur bénéfice... Mais nous ne pourrions pas nous arrêter à ce bénéfice : une double quantité de laine entraînerait la duplication du nombre des fabriques... La laine monterait en prix ; cela inciterait le paysan à s'intéresser à la pureté des races, et à mieux soigner et traiter les animaux. Toute son agriculture en serait transformée... De la prospérité du cultivateur dépend celle de l'artisan, du bourgeois - de l'État. Ce que les carottes ont été pour l'Angleterre, les moutons peuvent le devenir pour le Danemark Si cela est de la pure fantaisie, que les économistes danois me réfutent, alors ! mais si cela n'en est pas, qu'ils me soutiennent de toute leur puissance, jusqu'à ce qu'un jour, vêtus du costume national danois en laine danoise, nous puissions nous passer des produits des pays étrangers, ou les payer15." Nous avons là un bon exemple des conceptions économiques, pleines d'optimisme, mais un peu fantasques et peu réalistes, de Blicher.

C- L'INDUSTRIE

  • 16 XIII, 184-5

29Blicher écrit dans L'état actuel du Danemark : "L'industrie est stimulée de multiples manières ; non seulement le gouvernement favorise des fabriques et des manufactures, mais encore il en fonde lui-même, et l'un des innombrables objets de ses soins constants est la plus grande amélioration possible des produits fabriqués Plusieurs ressources hétérogènes et locales, telle que la fabrication de la toile, la pêche et beaucoup d'autres reçoivent une aide et directe et indirecte16..."

30L'industrie, peu développée au Jutland à cette époque, est alors presque exclusivement basée sur l'agriculture et l'élevage. Elle se pratique beaucoup à l'échelle artisanale, dans le cadre de la ferme, par exemple l'industrie textile qui est l'une des plus importantes alors.

  • 17 XXII, 141-3

31Parlons tout d'abord de l'industrie de la laine dont Blicher nous donne une longue description dans son Département de Viborg. Son origine "remonte beaucoup plus loin que toute tradition écrite ou orale". Son berceau est le canton de Lysgaard et celui de Hammerum ; mais, depuis l'abolition du servage, elle s'est répandue et continue à le faire. "On s'approchera de la vérité en admettant que cette industrie domestique souvent mentionnée fleurit et constitue la source de revenus la plus importante dans 90 paroisses totalisant une population de 40 000 personnes." Tout le monde tricote, hommes, femmes et enfants à partir de 5 ou 6 ans ; et chaque instant libre est consacré à ce travail : " Dans quelques paroisses, le tricotage va si loin que la plupart des travailleurs - du sexe féminin surtout - ne laissent même pas leur tricot pendant leurs promenades17." La laine utilisée a été évidemment préparée par les paysans eux-mêmes. Que tricote-t-on ? Principalement des bas, mais aussi des gilets, des écharpes, des mouffles... Cette industrie apporte aux travailleurs un bénéfice qui leur donne souvent la possibilité de joindre les deux bouts ; son importance est particulièrement remarquable et accrue dans des périodes difficiles comme la crise agricole des années 1820. Elle fournit aussi au commerce des marchandises appréciées.

  • 18 XXV, 132

32Autre industrie textile prospère : celle du lin. On la trouve dans les cantons où l'on ne tricote pas ; elle est également très développée dans le canton de Randers : Blicher écrit, en 1837 et 38, deux articles sur l'état et le progrès de l'industrie du lin dans cette région. La culture et toute la préparation se font dans les fermes. Puis les femmes de chaque famille se mettent à filer avec une énergie d'autant plus soutenue que les hommes ne participent pas à ce travail. Ensuite vient le tissage qui a également lieu à la maison, là où il y a un métier, ce qui est très souvent le cas. Une grande partie des tissus est utilisée par la famille ; le reste est vendu à Viborg ou à Randers. Pour le progrès de cette industrie, il faut introduire de plus en plus l'usage des machines, et Blicher s'y emploie activement : "En collaboration avec Vilde, receveur général à Randers, B. s'est occupé pendant plusieurs années de l'achat de fil de lin, aussi bien pour le compte de l'État que de particuliers..., ce qui, conjointement avec la diffusion de dévidoirs marquant le nombre des fils, de peignes à filasse, l'acquisition de drèges améliorées, la distribution de pure semence de lin à prix réduit, etc... a notablement contribué à l'extension de la culture du lin et à une amélioration de la toile, en en faisant une bonne marchandise commerciale18."

33Le résultat de ces deux activités est la confection de toutes sortes de vêtements, draps, etc... Une certaine industrialisation commence d'ailleurs dans ce domaine : il existe deux fabriques de vêtements, l'une fondée en 1811 à la prison de Viborg, l'autre établie en 1821 à Brunshaab, près de cette même ville.

34A Viborg, on peut encore trouver une tannerie de quelque importance, une petite fabrique de cardes et un certain nombre de distilleries.

35Il existe aussi de petites industries secondaires telles que fours à chaux, briqueteries, poteries : les pots jutlandais ont une certaine renommée...

  • 19 XXII, 207

36La pêche est une ressource importante. Le département de Viborg touche au Limfjord "duquel Père Saxo disait que son poisson pourrait nourrir tout le Danemark19. " Mais là où le département est en contact avec le fjord, débouchent trois rivières importantes ; aussi y pêche-t-on surtout du poisson d'eau douce. Les rivières et les lacs sont également poissonneux.

  • 20 XXIII, 159

37Blicher nous parle aussi de la cote occidentale dont tous les habitants tirent leur nourriture de la mer ; la pêche est également leur gagne pain : "Des pêcheurs de Skagen dépendent Gammelstrand à Copenhague et le marché au poisson de Gothembourg, ainsi que plusieurs de nos propres petits ports20."

  • 21 XXXI, 71

38Toutes ces ressources économiques secondaires sont très importantes pour le Jutland ; elles empêchent l'argent de sortir du pays et en font même rentrer, "Il est extrêmement intéressant et satisfaisant de chercher et de connaître les ressources du pays Les mal pensants ont depuis longtemps prédit la ruine du pays ; les découragés ont craint ; même les bien pensants ont douté - et pourtant le petit Danemark est toujours debout, pourtant le cours se rapproche maintenant du pair. Ici, dans la région, il y a presque plus de monnaie sonnante que de billets... Je ne connais aucun paysan qui soit vraiment dans le besoin (c'est-à-dire dans la région du tricot et dans la région du lin, et sans avoir fait de faute grave) ; et depuis que je suis pasteur à Thorning, il n'y a pas eu, que je sache, une seule personne qui se soit couchée affamée. Le tricotage des bas, la culture du lin, la fabrication de la chaux, l'ébénisterie, la poterie, l'élevage de chevaux, de bétail à cornes et de porcs, la fabrication de bure et de tissu pour édredons, la pêche au hareng, à l'anguille et à la morue e t c..., d'une part retiennent, d'autre part apportent de telles sommes dans le pays, que la guerre et le luxe n'ont pas encore réussi à le ruiner", écrit Blicher en 182521.

D - LE COMMERCE

39Le commerce est la seconde ressource économique du Danemark. Les villes de province jouent désormais un rôle continuellement croissant comme centres d'échanges et de contacts. La fin du monopole commercial de Copenhague remonte à 1787, année où la liberté est rendue au commerce des produits agricoles, et à 1793, lorsque la permission est accordée aux villes de province d'importer des marchandises ; ces mesures se trouvent naturellement en liaison avec les efforts généraux pour développer aussi bien l'agriculture que le commerce.

40Pendant les années 1820, beaucoup de maisons de commerce danoises en sont réduites à s'approvisionner par l'intermédiaire de la plus proche des grandes places de commerce européennes, Hambourg, surtout parce qu'elles peuvent y obtenir le crédit nécessaire. Le Jutland notamment est une sphère d'intérêt hambourgeoise : dans toutes les régions, on peut rencontrer des agents des maisons de commerce de cette ville, des "commis voyageurs", circulant à cheval avec leurs échantillons.

  • 22 XIII, 184

41Mais après les années de crise, commence un affranchissement de la domination financière de Hambourg. Et un bon nombre de villes de province, telles que Aarhus, Aalborg, Korsør, vont vers une période d'opulence, maintenant qu'elles participent à l'exportation et reçoivent des marchandises étrangères pour fournir le marché intérieur. Le commerce prospère à cette époque : "L'exportation de céréales et de charcuterie, de poisson et de tous autres produits a, en l'espace de quelques années, plus que doublé22", écrit Blicher en 1828.

42Viborg est un des grands centres commerciaux du Jutland. Les autres endroits où le paysan du département de Viborg peut écouler ses produits, sont les villes de Randers, Skive et aussi Hobro, et les différents marchés du pays.

  • 23 XXX, 97

43Le commerce de Randers a d'ailleurs beaucoup diminué depuis la guerre, et Blicher conseille, dans un article écrit en 1845, Udbyhøj, place de commerce, de faire un port de ce village situé à l'entrée du fjord de Randers : " Le commerce de Randers devient de moins en moins actif, à mesure que le fond de la rivière s'élève23..." Ce serait un grand avantage pour Udbyhøj et les habitants des campagnes environnantes, et Randers conservera de l'importance comme place de transit.

44Viborg est également difficile à approvisionner ; les marchandises étrangères viennent de Randers, Hambourg... ; et les transports sont longs et coûteux, surtout en raison du très mauvais état des routes. Aussi les articles y sont-ils vendus à un prix trop élevé. Et pour la même raison, le paysan a du mal à y écouler ses produits. Pour la laine, le problème n'est pas si grave, car une grande quantité est absorbée par les fabriques de Viborg, et pour le reste, le transport n'est pas trop coûteux par rapport à la valeur de la marchandise.

  • 24 XXII, 176-7

45"Les toiles dont on peut se passer, se vendent presque toutes à Randers et Viborg ; dans le premier endroit, principalement aux marchés d'été et d'automne - dans le dernier, au Toftmarked (vers la Saint-Michel) aussi bien qu'au Snapsting ; mais autrefois pourtant plus que maintenant, car ce marché aussi bien que le mouvement de fonds et l'afflux des étrangers perdent de l'importance d'année en année. La quantité qui, de Randers, doit repartir pour Copenhague, ne m'est pas connue ; mais elle ne peut guère être importante24."

  • 25 XXII, 157

46En revanche, le commerce des bas de laine, un aspect caractéristique du Jutland de Blicher, est fait dans un rayon extrêmement vaste par les bonnetiers, sédentaires ou ambulants. Ces commerçants servent d'intermédiaire entre les paysans et les grossistes de Copenhague. Un seul acheteur peut absorber le travail d'environ un millier de tricoteurs. Des envois par bateau se font vers Hambourg, la Hollande et la Norvège. Parfois, les bonnetiers font le commerce pour leur propre compte, et se dirigent alors volontiers vers le Holstein ; ils vendent beaucoup à Hambourg d'où les marchandises partent pour l'Amérique. Mais des commerçants du Holstein aussi montent au Jutland chercher des marchandises qu'ils écoulent dans leur pays et jusqu'à Hambourg et Brème. Ces ventes sont d'un gros rapport pour le pays, et Blicher conclut, avec son optimisme habituel fondé sur sa confiance absolue en tout ce qui est authentiquement danois, et surtout authentiquement jutlandais : "Si cette industrie était répandue dans tout le Jutland septentrional, elle pourrait apporter chaque année 3 à 4 millions à la province, et ainsi, bon an mal an, arriverait à occuper la première place parmi les articles d'exportation25."

E - LES CONDITIONS SOCIALES

47En parlant de l'évolution historique et économique, nous avons déjà évoqué l'amélioration apportée à la condition du paysan par les différentes réformes agraires ; et c'est surtout cette classe sociale qui nous intéresse, étant donnée la région étudiée.

  • 26 XIII, 182

48Mais voyons ce que Blicher dit lui-même des conditions de vie au Danemark en 1828. Ces propos étant encore une fois tirés de L'état actuel du Danemark, nous savons quelle attitude réservée il convient d'adopter à leur égard. Blicher rappelle tout d'abord l'abolition de la résidence forcée, la suppression de la corvée, de la communauté, et il rend gloire à Frédéric VI pour toutes les mesures qui ont facilité au paysan l'accès à la liberté. "Mais le roi n'en resta pas là : il savait que la liberté sans l'instruction est un don dangereux - un couteau dans les mains d'un enfant en bas âge - c'est pourquoi il organisa l'instruction publique d'une telle manière qu'aucun enfant du peuple ne peut plus, au Danemark, être privé des connaissances nécessaires et utiles à sa condition ; et - qui plus est - aucun ne peut même se dispenser de les recevoir26." Une loi de 1814 introduit en effet l'enseignement obligatoire de 7 à 14 ans.

49Grâce au soutien et aux subventions de l'État, l'agriculture connaît un tel essor que "malgré sept années d'une guerre désastreuse, malgré une importante augmentation des impôts, malgré les bas prix du blé, une grande partie de la population des campagnes se trouve dans l'aisance, la majorité a un revenu suffisant, et les conditions de tous sont, sans comparaison, meilleures qu'il y a deux générations ; et enfin, l'instruction et la moralité ont marché de pair avec le bien-être économique toujours croissant".

50"L'assistance publique est tout aussi parfaitement réglée, et ne laisse réellement plus rien à désirer du côté du gouvernement ; chaque commune s'occupe, en levant ses impôts, de ses propres pauvres. Ils ne peuvent absolument pas manquer du strict nécessaire... Nous osons librement affirmer qu'au Danemark, pas une personne - sans faute et délit de sa part - ne se couche, un soir, affamée, et ne se lève, un matin, sans savoir où elle prendra le nécessaire pour la journée."

  • 27 XIII, 183-7

51"La police sanitaire est organisée, chez nous, de la manière la plus remarquable : les médecins de canton sont affectés à des districts d'activité convenables... ; de même, des sages-femmes, formées scientifiquement, sont établies dans des arrondissements de faible étendue ; la charlatanerie est réprimée. On fait le nécessaire pour enrayer les maladies contagieuses27."

52De grands efforts ont été faits, les conditions de vie se sont beaucoup améliorées, c'est certain ; mais tout cela est trop beau pour être pris au pied de la lettre...

53Les écrits sociaux de Blicher ne se limitent pas à cela. Il publie également un certain nombre d'articles philanthropiques. Quelques-uns nous intéressent plus particulièrement.

  • 28 XX, 157-9
  • 29 XXVI, 51

54Pour l'enseignement, il fait, en 1836, un Plan pour la création, dans le presbytère d'Understed, d'une école, destinée aux jeunes gens qui pourraient désirer une formation plus spécialisée, pour entrer dans des maisons de commerce par exemple28. Il est aussi tout à fait partisan de la fondation de hautes écoles pour la classe paysanne ; dans un article publié en 1841, il en montre les avantages, suggère un programme d'études : "On doit y enseigner l'histoire, et avant tout, celle de la patrie, pour que l'élève puisse connaître les qualités et les défauts du passé, et se regarder sérieusement dans le miroir29."

55Un article sur les hôpitaux du Jutland (1838) révèle la manière peu honnête dont ceux-ci sont administrés.

  • 30 XXI, 36

56Blicher réclame la suppression des réunions où les paysans, surtout les valets de ferme et les servantes, se retrouvent le soir pour danser, boire... Il ne leur refuse pas le droit de s'amuser, mais "une salle à danser est un institut, une pension, une école, où l'on enseigne la débauche, la bagarre, la fornication30."

57Blicher s'est beaucoup intéressé à un problème tout particulièrement jutlandais, celui des bohémiens, les habitants des landes que nous avons déjà évoqués. Sur cette classe profondément méprisée qui tient une place de choix dans son œuvre romanesque, il écrit en 1820 un article sur lequel nous reviendrons.

Notes

1 XXV, 130-3

2 IV, 108

3 XIII, 183-4

4 XXXI, 135

5 VII, 230

6 XXII, 124

7 XXII, 85

8 XXIII, 149-51

9 V, 185-6

10 XXI, 11

11 XXI, 232

12 XXII, 90

13 XXI, 12

14 Nørvig : op. cit. p. 114

15 IV, 112-3

16 XIII, 184-5

17 XXII, 141-3

18 XXV, 132

19 XXII, 207

20 XXIII, 159

21 XXXI, 71

22 XIII, 184

23 XXX, 97

24 XXII, 176-7

25 XXII, 157

26 XIII, 182

27 XIII, 183-7

28 XX, 157-9

29 XXVI, 51

30 XXI, 36

© Presses universitaires de Caen, 1971

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter