Version classiqueVersion mobile

Formation, transformations des savoirs scolaires

 | 
Pierre Kahn
, 
Youenn Michel

Les acteurs des réformes

La Société française de pédagogie (1919-1938)

Laurent Gutierrez

Résumé

Issue d’un groupement de professeurs appartenant à tous les ordres de l’enseignement public, la Société française de pédagogie (SFP) s’inscrit dans ce vif et profond désir de rénovation et de progrès qui se manifeste après la Première Guerre mondiale. Son objectif était de rénover et d’élargir l’esprit de la pédagogie française pour instituer un centre d’étude et de discussion auquel participeraient, dans un sentiment de confraternité, tous les membres de l’enseignement.
Après avoir abordé les aspects structurels de cette organisation durant les vingt premières années de son existence, nous verrons dans quelle mesure la méthode dite « expérimentale » a été présentée par les conférenciers invités comme le remède au surmenage scolaire, à un moment où le progrès de l’enseignement ne peut passer que par l’utilisation de procédés rationnels d’apprentissage empruntés à la démarche scientifique. Nous analyserons ensuite comment la SFP travailla à asseoir cette cohérence nécessaire entre la théorie et la pratique, seule garante, selon les membres dirigeants de cette société, d’assurer la réussite de toute réforme scolaire aussi bien sur le plan structurel que disciplinaire.

Texte intégral

1La présente étude se propose de revenir sur les vingt premières années d’activité de la Société française de pédagogie (SFP) à partir de l’analyse de son bulletin. Le rôle qu’elle a pu jouer dans le paysage de la réflexion pédagogique, durant l’entre-deux-guerres, nous a semblé mériter une attention toute particulière. C’est la raison pour laquelle nous avons cherché à évaluer son influence dans les débats et les controverses de son époque en tentant d’en circonscrire son champ d’action véritable. Aussi, après avoir interrogé les motifs qui ont préfiguré à la naissance de cette société, nous montrerons comment cette dernière est progressivement devenue une tribune pour les promoteurs de la réforme pédagogique en France. Ces derniers répertoriés, nous nous attacherons à mieux cerner les champs disciplinaires investis par chacun d’eux qui, dans le même temps, intervenaient au sein des associations d’Éducation nouvelle. Ce maillage, ainsi reconstitué, nous permettra de comprendre les diverses collaborations à l’œuvre dans cette entreprise de réforme de l’enseignement par les méthodes pédagogiques.

Origines, figures et ambitions de la Société française de pédagogie

2Contrairement à de nombreuses organisations s’inscrivant dans le champ de la réforme scolaire, la SFP ne trouve pas ses origines dans les revendications fraternelles nées de la Première Guerre mondiale. La fondation de la SFP est à mettre à l’initiative d’un instituteur, Alfred Moulin, qui chercha, dès 1908, à regrouper les enseignants des différents ordres de l’enseignement public. Son ambition est alors d’amener ces derniers à échanger sur leurs pratiques pédagogiques. C’est donc dans un esprit de coopération et de mutualisation, cher aux mouvements d’Éducation populaire de la fin du XIXe siècle, que naît cette Société française de pédagogie dont la création au Journal officiel date du 9 juillet 1914. Son activité, interrompue durant la Première Guerre mondiale, reprend, toutefois, dès la fin des hostilités. En février 1919, la SFP réunit puis élit les membres de son conseil d’administration dont l’appartenance laisse apparaître un subtil équilibre entre, d’une part, des « administrateurs » avec des directeurs d’écoles (9) et des inspecteurs (8) et, d’autre part, des « enseignants » avec des professeurs de lycée (5), des professeurs d’université (4) et des instituteurs (3) exerçant leurs fonctions majoritairement sur Paris.

Tableau 1 – Les premiers membres élus au conseil d’administration de la SFP (20 février 1919)

Anne Amieux, directrice du lycée Jules-Ferry
M. Berthelot, inspecteur de Seine-et-Marne
Désirée Billotey, directrice de l’école normale d’institutrices de la Seine
Victor Bonnaric, inspecteur général de l’enseignement primaire, directeur de l’École normale supérieure d’enseignement primaire de Saint-Cloud
M. Boulet, professeur au lycée Voltaire
Jean Brunhes, professeur au Collège de France
Célestin Bouglé, professeur à la Faculté des lettres de Paris
M. Candelier, instituteur public à Paris
M. Clais, directeur de l’école annexe de la Seine
Mlle Combet, directrice d’école primaire
M. Damblemont, directeur d’école primaire
M. Flot, professeur au lycée Charlemagne
Georges Fontené, inspecteur général honoraire
Mlle Ginier, inspectrice de l’enseignement primaire
Mme Girard, inspectrice des écoles maternelles
Henri Goy, professeur agrégé à l’école primaire supérieure Jean-Baptiste-Say
M. Hauduroy, directeur de l’école normale d’instituteurs du Loiret
Camille Jullian, membre de l’Institut de France, professeur au Collège de France
Pierre Kergomard, professeur au lycée Louis-le-Grand
M. Ladevèze, directeur d’école primaire
Marie-Thérèse Latzarus, institutrice publique à Paris
M. Mathieu, inspecteur de l’enseignement primaire à Paris
Alfred Moulin, instituteur public à Paris
Alexandre Parodi, inspecteur de l’académie de Paris
Edmond Perrier, membre de l’Académie des sciences et de l’Académie de médecine, directeur du Muséum d’histoire naturelle
Henri Piéron, professeur à l’École des hautes études, directeur du laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne
Mlle Pivot, directrice de l’école municipale professionnelle Élisa-Lemonnier
Henri Rollet, directeur de l’école municipale professionnelle Diderot
Mlle Véroux, professeur au lycée Jules-Ferry
  • 1 Cette répartition des premiers adhérents nous est fournie par le Bulletin de la Société française d (...)

3La même année, la SFP compte parmi ses 266 premiers adhérents des inspecteurs généraux (11), des recteurs et professeurs de l’enseignement supérieur (22), des inspecteurs d’académie (15), des proviseurs et professeurs de l’enseignement secondaire (25), des inspecteurs et inspectrices primaires, des directrices et directeurs d’écoles normales, des professeurs d’écoles normales (53), des directrices et directeurs et professeurs d’écoles techniques et d’écoles primaires supérieures (9), des présidents de sociétés, des directeurs de cours libres et des publicistes (18) et, enfin, des directrices et des directeurs d’écoles primaires, des institutrices et instituteurs de l’enseignement primaire (113)1.

  • 2 V. Bonnaric, « Conférence de M. C. Jullian », Bulletin de la Société française de pédagogie, no 1, (...)

4En 1919, son premier président, Victor Bonnaric, rappelle l’objectif poursuivi par cette société. Il s’agit bien de « rénover et d’élargir l’esprit de la pédagogie française, pour instituer un centre d’étude et de discussion sur ce sujet auxquels participeraient, dans un sentiment de confraternité, tous les membres de l’enseignement »2. Élément utile à la préparation de toute réforme nationale en la matière, le libre examen des questions de pédagogie apparaît comme le leitmotiv de cette société dont l’ambition, sur le plan idéologique, est de concilier la tradition avec la nouveauté hors des clivages politiques.

  • 3 Il avait déjà accepté, dès le mois de mai de cette même année, de diriger la section des sciences à (...)

5Cette volonté demande, toutefois, d’être incarnée afin d’en asseoir la légitimité institutionnelle. Après Victor Bonnaric qui doit laisser sa place pour des raisons de santé, c’est Félix Pécaut, inspecteur général de l’Instruction publique, qui prend sa place dès la fin de l’année 1919. Ce dernier ne pouvant, à terme, assumer cette fonction en raison de charges administratives trop importantes, c’est ensuite à l’inspecteur de l’académie de Paris, Paul Crouzet (rédacteur en chef, par ailleurs, de la revue L’École et la vie), d’en devenir le président en 1920. Deux ans plus tard, la SFP trouve son véritable chef de file en la personne de Paul Langevin3, qui en demeure le président jusqu’en 1937, date à laquelle Henri Wallon lui succède.

6Dans le même temps, la SFP adopte, en plus de ces conférences publiques qu’elle propose périodiquement, à son siège, situé au Musée pédagogique à Paris, une nouvelle organisation afin d’étendre son action auprès des professeurs et des instituteurs. Lors du conseil d’administration (CA) du 14 octobre 1920, il est créé, sur la suggestion d’Hélène Guénot, des sections spécialisées aussi bien à Paris qu’en province. Une section littéraire voit ainsi le jour, dès 1920, autour de M. Lévy-Guénot. Sur cet exemple, d’autres sections vont naître au cours de cette décennie, sous la présidence de professeurs d’université ou d’inspecteurs de l’Instruction publique. En 1930, la SFP compte neuf sections, étendant ainsi son domaine d’activité aussi bien aux sciences qu’aux domaines artistique et littéraire, sans oublier les langues étrangères.

Tableau 2 – Les différentes sections de travail de la SFP (juin 1930)

1) Section de pédagogie générale :
Président : Henri Piéron, professeur au Collège de France ;
Secrétaire : M. Guéguen, instituteur à l’école d’application.
2) Section littéraire :
Président : M. Strowski, professeur à la Sorbonne ;
Secrétaire : Mlle Frelin, directrice d’école primaire.
3) Section d’histoire et de géographie :
Président : Charles Guignebert, professeur à la Sorbonne ;
Secrétaire : Mme Dous, professeur d’école primaire supérieure.
4) Section musicale :
Président : Auguste Chapuis, professeur au conservatoire ;
Secrétaire : M. Chevais, inspecteur de chant.
5) Section artistique :
Président : Gaston Quénioux, inspecteur général de l’Instruction publique ;
Secrétaire : M. Fréchet, directeur de l’école Boulle.
6) Section des sciences :
Président : Paul Langevin, professeur au Collège de France ;
Secrétaire : M. Guibé, professeur de cours complémentaire.
7) Section d’orientation professionnelle :
Président : Hyppolite Luc, sous-directeur de l’enseignement technique ;
Secrétaire : Julien Fontègne, inspecteur général de l’enseignement technique.
8) Section d’éducation maternelle :
Président : Alice Coirault, inspectrice générale des écoles maternelles ;
Secrétaires : Renée Mouflard, inspectrice des écoles maternelles et Mlle Crépin, directrice d’école maternelle.
9) Section des langues étrangères :
Président : Charles Pagot, professeur à l’université ;
Secrétaire : M. Guibé, professeur de cours complémentaire.
  • 4 Seuls deux changements auront lieu : le premier en 1934 avec le remplacement de H. Piéron par H. Wa (...)
  • 5 M. Berthelot, inspecteur de Seine-et-Marne, n’apparaît plus parmi les vice-présidents ; M. Rollet, (...)
  • 6 Alors que onze noms de personnes disparaissent de la liste (J. Brunhes, professeur au Collège de Fr (...)

7La direction de ces sections restera relativement stable durant les années 19304. En 1934, le CA de la société va, toutefois, faire l’objet d’un remaniement assez important. Outre les modifications au niveau de son bureau5, le nombre des membres du CA passe de 19 à 12 avec, dans le même temps, un renouvellement important de ses membres6. Doit-on voir au travers de ce déménagement de la SFP dans les nouveaux locaux du Musée pédagogique (rue d’Ulm), en 1933, une volonté de ses dirigeants de fonctionner à partir d’un CA restreint ? Seul un accès à des archives nous permettrait de répondre à cette question. En attendant, il convient de se reporter au bulletin de la société dont l’analyse fait apparaître un certain nombre d’éléments éclairants quant à son action en faveur de la promotion des innovations pédagogiques durant l’entre-deux-guerres.

Le Bulletin de la Société française de pédagogie

8Pour apprécier l’activité de la SFP, il convient, tout d’abord, de s’arrêter sur le montage éditorial de son bulletin qui, pour l’époque, est assez classique. Trois rubriques composent, pour l’essentiel, la trentaine de pages proposée à ses lecteurs. La première est dédiée aux retranscriptions des conférences données dans le cadre des sections d’étude de la SFP. Elles sont suivies occasionnellement d’échanges entre les membres de l’assistance et le conférencier. La deuxième partie est consacrée à des comptes rendus d’ouvrages. La SFP cherche, par ce procédé répandu, à attirer l’attention de son lectorat sur l’œuvre de certains pédagogues. Il ne s’agit donc pas d’une recension de livres, suivie d’une analyse critique des idées qu’ils contiennent, mais davantage d’un plaidoyer en faveur des principes et des méthodes pédagogiques exposés par leurs auteurs. La troisième et dernière partie, moins régulière que les deux autres, relaye des informations relatives à des manifestations (colloques, congrès, conférences, etc.) ayant eu lieu ou sur le point de se tenir.

  • 7 D’une à cinq conférences par numéro : no 1 (avril 1919) : 1 ; no 2 (novembre 1919) : 2 ; no 3 (mars (...)

9Sur le plan de l’activité éditoriale de ce bulletin, trois périodes se dégagent assez nettement. La première, entre 1919 et 1924, se caractérise par un nombre de contributions très inégal par numéro7, accompagné d’une très grande hétérogénéité des thèmes abordés. Nous y retrouvons, par exemple, une conférence de Ferdinand Buisson sur « l’École unique » (no 3, mars 1920), suivie dans les numéros suivants de comptes rendus d’interventions portant aussi bien sur « l’arithmétique concrète » par le Dr Beauvisage (no 5, avril 1921) que sur « l’utilisation de l’animal vivant dans l’enseignement élémentaire des sciences » par M. Bertin (no 12, décembre 1923) ou encore « le rôle éducatif des projections cinématographiques dans l’enseignement » par M. Collette (no 13, janvier 1924).

  • 8 Un autre adepte de la méthode naturelle, l’inspecteur primaire Octave Forsant, était déjà intervenu (...)

10La deuxième période, entre 1925 et 1937, est marquée par la stabilité éditoriale avec une moyenne de 4 conférences retranscrites par numéro. Cette régularité dans la durée témoigne de la bonne santé de l’association qui, d’une part, poursuit ses travaux par section et, d’autre part, soutient diverses manifestations en direction du renouveau pédagogique. Durant ces treize années, certains noms apparaissent fréquemment au titre de conférencier et / ou de président de séance, à commencer par ceux de Paul Langevin (10), Alice Coirault (7), Henri Wallon (6), Henri Piéron (4) et Renée Mouflard (4). La présence des psychologues est également visible au regard des interventions de Dagmar Weinberg (no 29, septembre 1928), de Jacques Roubinovitch (no 43, mars 1932), d’Alice Silz (no 60, juin 1936) et de Maurice Prudhommeau (no 61, septembre 1936). Les conférences des promoteurs de méthodes de gymnastique font régulièrement l’objet de retranscription dans le bulletin avec notamment celles du Dr Chailley-Bert (no 38, décembre 1930), de G. Racine (no 39, mars 1931), de G. Thomas (no 54, décembre 1934) et de Robert Lafitte (no 60, juin 1936)8.

  • 9 Dans ce numéro de janvier-février 1938, Charles Guignebert, professeur à la Sorbonne, apparaît comm (...)
  • 10 Les actes de cette manifestation seront publiés par la Société universitaire d’éditions et de libra (...)

11La troisième et dernière période correspond aux trois derniers numéros du bulletin (no 65, 669 et 67) parus entre juillet 1937 et avril 1938. Ils présentent l’originalité d’être entièrement consacrés au congrès international de l’Enseignement primaire et de l’Éducation populaire qui vient d’avoir lieu à Paris du 23 au 29 juillet 1937. Les interventions de Georges Lapierre et Alexis Léaud (no 65), d’Henri Wallon, Henri Piéron, M. Bourguoin, Jean Brérault et Jean Painlevé (no 66), de Théodore Rosset, Oscar Auriac, Hyppolite Luc et, à nouveau, Georges Lapierre (no 68), sont ici retranscrites avant la parution même des actes du colloque10.

12Enfin, l’analyse thématique des articles publiés dans le bulletin de la SFP nous permet de mieux cerner l’importance du travail entrepris par chacune des sections au sein de la société. La section de pédagogie générale et la section artistique arrivent en tête par le nombre de conférences publiées (23). Il est intéressant de constater que les travaux sur la psychologie de l’enfant sont presque deux fois plus importants que ceux dédiés aux questions de pédagogie générale. Leur omniprésence durant les années 1920 témoigne de la montée en puissance de ce type de recherche après la Première Guerre mondiale. Leur importance numérique donne également à voir comment ceux qui la promeuvent occupent une place grandissante dans le champ de la pédagogie délaissé, durant cette période, par la sociologie. Dans le même temps, l’importance du cinéma éducatif ressort nettement au sein de la section artistique avec 9 conférences, devant le dessin (7) et les interventions sur l’intérêt de l’enseignement de l’art à l’école (6).

13Les sections musicale, littéraire, des sciences et d’histoire-géographie présentent un nombre très proche d’articles (18, 19, 18, 17). Par ses conférences d’ordre général sur la place et le rôle éducatif de la musique à l’école, le travail mené par la section musicale atteste d’un fort engouement pour cet enseignement tout au long des années 1930. À l’inverse, la question du latin n’apparaît qu’à une seule reprise parmi les conférences organisées par la section littéraire, au moment où sa place est âprement discutée. Ce choix interroge sur le rôle de la SFP qui, visiblement, a préféré rester en retrait des polémiques liées aux décrets Bréard au milieu des années 1920. La prédominance des interventions sur l’enseignement des mathématiques au sein de la section des sciences reste, quant à elle, emblématique de son hégémonie sur les autres disciplines scientifiques à l’école. De la même manière, les conférences sur l’enseignement de l’histoire sont plus de quatre fois plus importantes que celles sur l’enseignement de la géographie (14 contre 3).

Tableau 3 – Répartition des articles publiés dans le Bulletin de la Société française de pédagogie selon les thématiques abordées au sein de chaque section

Sections Recensement par année Total
Section littéraire 19
– Conférences sur l’enseignement littéraire à l’école 1919, 1926, 1928, 1934 (2) 5
– Grammaire 1920, 1925, 1927, 1935 4
– Orthographe 1921, 1928, 1933 3
– Lecture 1921, 1925, 1934, 1935, 1937, 1937 6
– Latin 1925 1
Section de pédagogie générale 23
– Travaux sur la psychologie de l’enfant 1923 (3), 1924, 1925, 1927 (3), 1928 (2), 1929, 1932, 1936, 1938 (2) 15
– Réflexion générale sur la pédagogie 1922, 1922, 1923, 1924, 1925, 1929, 1930 (2) 8
Section d’histoire et de géographie   17
– Histoire 1919, 1921, 1924, 1925 (4), 1926, 1927, 1928 (2), 1929, 1931, 1934 14
– Géographie 1922, 1926, 1932 3
Section musicale   18
– Conférences générales sur la musique à l’école 1929, 1930, 1931, 1932, 1932, 1933 (4), 1936, 1937 11
– Chant 1921, 1923, 1927, 1928, 1936 5
– Instrument 1934, 1935 2
Section artistique   23
– Conférence sur l’art à l’école 1924, 1928, 1931, 1932, 1933, 1933 6
– Dessin 1927, 1932, 1933, 1934, 1934, 1935, 1938 7
– Cinéma 1923, 1924, 1927, 1929, 1930, 1931, 1933, 1938 (2) 9
– Marionnettes 1930 1
Section des sciences   18
– Conférences sur les sciences à l’école 1926 (2) 2
– Sciences naturelles 1923, 1926, 1927, 1931 4
– Physique / Chimie 1930, 1931, 1932, 1935 4
– Mathématiques 1921, 1923, 1926, 1930, 1931, 1932, 1936, 1937 8
Section d’orientation professionnelle 1921, 1921, 1923, 1925, 1926, 1927, 1928, 1929, 1930, 1930 (4), 1935 (2), 1935 15
Section d’éducation maternelle 1927, 1927, 1928 (2), 1929 (2), 1933, 1934, 1936 (3), 1937 12
Section des langues étrangères 1927, 1927, 1929, 1930 4
Divers   61
– Conférences sur la réforme de l’enseignement 1920, 1923, 1924 (2), 1927, 1936 6
– Conférences sur l’enseignement, l’université et les Écoles normales supérieures (ENS) 1921, 1929, 1929, 1938 4
– Conférences sur l’enseignement dans les colonies 1920, 1927, 1928, 1932 4
– Conférences sur l’éducation physique 1923, 1925 (2), 1930, 1931, 1934, 1934, 1936 8
– Conférences sur les œuvres sociales (plein air, hygiène) 1924, 1925, 1937 3
– Conférences sur les modèles d’enseignement à l’étranger 1919, 1926, 1930, 1931, 1933 (2), 1934 (5), 1935 12
– Conférences d’ordre général et conférences transversales (culture, morale, commémoration, colloque, monographie) 1927, 1927, 1928, 1928 (2), 1930 (3), 1931 (3), 1932 (10), 1933 (5), 1934, 1935 (2), 1936, 1937 (2), 1938 19
– Conférences sur les enfants arriérés 1932, 1936 2
– Conférences sur le surmenage 1929, 1931, 1937 3
  Total : 198
  • 11 À l’inverse, toutes les conférences annoncées n’ont pas été retranscrites dans le bulletin, ce qui (...)
  • 12 Notons que les interventions sur les modèles d’éducation ou sur les réformes de l’enseignement entr (...)

14Cette analyse, qui repose uniquement sur ce bulletin, présente toutefois des limites. Tous les articles qui y furent publiés ne sont pas systématiquement des retranscriptions ou des comptes rendus des conférences organisées par la SFP11. Ainsi, sur les 198 textes répertoriés ci-dessus entre 1919 et 1938, seule une centaine correspond à des conférences données sous l’égide de la SFP. Les autres proviennent d’autres manifestations que la SFP encourage pour partager le même but. Tel sera le sens de la présence des articles issus du congrès de l’Enfance tenu à Paris en 1931 (no 41, septembre 1932 et no 42, décembre 1932), de ceux du 6e congrès mondial d’Éducation nouvelle de Nice en 1932 (no 45, septembre 1932) ou encore de ceux du congrès pour l’étude des questions relatives à l’Organisation de l’enseignement du second degré. Des numéros thématiques paraîtront également durant cette période, à commencer par ceux dédiés au Dr Ovide Decroly (no 46, décembre 1932 et no 47, mars 1933), à l’éducation artistique (no 33, décembre 1933) ainsi qu’à l’éducation à l’étranger (no 53, septembre 1934)12.

L’approche expérimentale en pédagogie

15En matière de contenu, les méthodes pédagogiques préconisées le sont essentiellement sur la base des bons résultats qu’elles ont produits de l’avis de ceux qui les ont observées ou expérimentées. L’approche expérimentale constitue, ici, le point d’ancrage autour duquel se retrouvent les membres de la SFP. La nomination de Paul Langevin à la présidence de cette société est, de ce point de vue, emblématique. Entendue comme la méthode active la mieux adaptée aux caractéristiques d’apprentissage des élèves, on la retrouve préconisée dans la majorité des conférences ainsi qu’au centre de la plupart des discussions qui font suite à certaines conférences publiées dans le bulletin. En 1935, par exemple, on peut lire ces propos de Paul Langevin, à la suite de la conférence d’Émile-Marcel Ginat :

  • 13 P. Langevin, « L’expérimentation dans l’enseignement secondaire. Conférence de M. Ginat », Bulletin (...)

[…] il est de plus en plus nécessaire, dans les classes, de confier aux élèves un rôle actif au lieu de leur assigner un rôle passif, si on veut les préparer et les adapter à la vie, car vivre ne consiste pas seulement à être réceptif, mais aussi actif ; or, une initiation pratique à la méthode expérimentale est la meilleure préparation à toute activité manuelle ou intellectuelle. On pourrait même dire […] que ce serait un remède possible à la crise économique et sociale dont nous souffrons, et qui résulte en partie du fait que tant de gens ignorent encore les bienfaits des méthodes réalistes13.

16On perçoit nettement, ici, le projet de changement social sur les bases d’un renouveau éducatif, cher à Langevin, et qui constitue l’un des axes majeurs autour duquel il fonde ses espoirs de réforme de l’enseignement. Cette même conception de la pédagogie, qui préfigurera à la création des classes nouvelles à la Libération, apporte la preuve que la SFP porte déjà en elle les germes des idéaux de démocratisation de l’enseignement que l’on retrouvera, par la suite, dans le plan Langevin-Wallon.

17À travers la tribune qu’elle accorde à ses conférenciers, la SFP est également le lieu où des propositions sont faites en matière de transformations disciplinaires. C’est notamment le cas de l’instituteur Pierre Guéguen, qui plaide pour l’efficacité de « la récitation sensorielle par la diction mimée » (no 7, décembre 1921) ; c’est ce professeur à l’ENS de Saint-Cloud, M. Pezard, qui prône l’utilisation du « microscope à l’école primaire » (no 19, mars 1926) ; c’est l’inspecteur général Charles L’Hôpital qui intervient sur « le phonographe dans l’enseignement musical à l’école » (no 36, juin 1930) ; c’est ce professeur, M. Lavagne, qui milite pour une « formation musicale des élèves des cours complémentaires à l’aide du disque » (no 43, mars 1932) ; c’est, enfin, cet autre instituteur, Jean Brérault, qui loue les effets du « film d’enseignement » (no 48, juin 1933).

18D’autres saisiront cette occasion pour discuter de la pertinence des méthodes et des programmes dans leur discipline respective, à l’exemple de M. Clais en grammaire (no 18, décembre 1925), de Maurice Weber dans le cadre de l’enseignement des sciences (no 21, septembre 1926), ou encore de M. Aymard en histoire (no 42, décembre 1931). La SFP va, enfin, consacrer une part non négligeable à l’enseignement technique et à l’orientation scolaire. Parmi les conférences qui traitent de ces questions, nous retrouvons notamment celles de l’inspecteur primaire, M. Lomont, sur « l’orientation professionnelle par les ateliers-écoles de la chambre de commerce de Paris » (no 35, mars 1930) et celle d’une jeune assistante d’hygiène sociale, Hélène Gratiot-Alphandéry, sur « l’orientation professionnelle à l’école primaire » (no 55, mars 1935).

Une tribune pour les partisans de la réforme de l’enseignement public par les méthodes pédagogiques

19Nombreux sont donc les personnels de l’enseignement public qui, par le biais de la SFP, militent pour une réforme de l’enseignement par les méthodes pédagogiques. À chacun des degrés de l’institution scolaire, nous retrouvons ainsi les artisans de cette entreprise. Pour les écoles maternelles, ce sont principalement les inspectrices Alice Coirault, Renée Mouflard, Blanche Maucourant, Marguerite Angles ou encore la directrice honoraire de l’école normale de la Seine, Désirée Billotey, qui assurent cette fonction. Pour l’enseignement primaire, ce sont essentiellement des directeurs d’écoles et des inspecteurs primaires qui interviennent, au titre de promoteurs de nouvelles méthodes pédagogiques, alors que pour l’enseignement secondaire, il est fait appel à des professeurs de lycée (la plupart agrégés) et à des directeurs d’écoles normales.

  • 14 Conférence sous la présidence de Langevin, assisté pour l’occasion d’Henri Piéron et de Paul Faucon (...)
  • 15 Elle fut à l’origine, en 1922, de la fondation de l’association « L’Éducation nouvelle : groupe d’é (...)

20La SFP a également permis aux représentants des mouvements d’Éducation nouvelle de porter leur discours auprès de ses auditeurs. Ainsi, Roger Cousinet, codirecteur de l’association pédagogique « La Nouvelle Éducation », y intervient dès 1923 sur sa méthode de travail libre à l’école (no 11, juin 1923). Adolphe Ferrière, principal artisan de la Ligue internationale pour l’Éducation nouvelle, y parle, le 16 octobre 1924, de l’école active au cours d’une séance présidée par Langevin qui exprime, à cette occasion, toute sa foi dans l’Éducation nouvelle. Le célèbre médecin belge Ovide Decroly y remporte, le 20 décembre de la même année, un franc succès avec sa conférence sur la fonction de globalisation dans l’enseignement14. Alice Jouenne15, à la suite de Mlle Ginier (no 14, décembre 1924), y témoigne, en janvier 1925, de son expérience de directrice d’une école de plein air de la municipalité de Paris qu’elle a fondée trois ans auparavant. Henri Laugier, Compagnon de l’Université nouvelle, y expose, en 1929, ses idées sur le surmenage scolaire. La même année, Émilie Flayol, en passe de devenir l’une des figures de proue du GFEN, y est plébiscitée pour sa conférence sur la vie dans les écoles normales d’institutrices.

21L’analyse du bulletin nous renseigne ainsi sur les acteurs engagés dans quelques-unes des réformes pédagogiques préconisées, selon les disciplines, durant l’entre-deux-guerres. À ce niveau, on peut croiser les noms des auteurs ayant collaboré à ce bulletin avec ceux d’autres listes établies au cours de recherches sur les associations pédagogiques de cette époque.

  • 16 GFEN : Groupe français d’Éducation nouvelle ; LNE : « La Nouvelle Éducation » ; Compagnons : Compag (...)

Tableau 4 – Appartenances croisées des membres de la SFP16

Associations
Prénoms et noms (SFP)
Compagnons GFEN LNE
Anne Amieux X
Marguerite Angles X
Madeleine Bardot X
Julien Bezard X X
Célestin Bouglé X
Albert Châtelet X
Marthe Chenon-Thivet X
Alice Coirault X
Roger Cousinet X
Georges Duhamel X
Anne Fernier
Julien Fontègne X X
Mlle Géraud X
Émile Ginat X
Henri Goy X
Hélène Guénot X
Alice Jouenne X X
Pierre Kergomard X X
Marie-Thérèse Latzarus X X
Paul Langevin X X
Henri Laugier X
Charles Lebrun X
Alexandre Parodi X
Henri Piéron X X
Gaston Quénioux X
Jean Roger X X
Henri Wallon X
Maurice Weber X
Dagmar Weinberg X X

22Ce tableau fait apparaître un véritable réseau de militants pédagogiques. Ces multiples affiliations tendent à faire la démonstration, par ailleurs, que, si les clivages entre ces associations ont parfois existé, ils ne tenaient plus face à l’inscription de leurs membres dans d’autres organisations. Ainsi, on peut observer que, sur les adhérents à la SFP répertoriés ci-dessus, 13 furent des Compagnons de l’Université nouvelle, 15 appartenaient au GFEN et 9 à « La Nouvelle Éducation ».

  • 17 Rappelons ici que, en plus d’être président de la SFP, ce scientifique de haut rang fut président d (...)

23Ainsi, sans être une succursale des mouvements d’Éducation nouvelle, la SFP soutient ses représentants en les invitant et en les publiant dans son bulletin. Cette association avec ces promoteurs de l’Éducation nouvelle assure, de fait, à ces derniers, une tribune auprès des membres de l’enseignement officiel, selon le vœu de Paul Langevin qui n’est pas étranger à ces croisements17. La SFP représente ainsi, tout à la fois, un groupement d’artisans convaincu, au sein de l’enseignement public, de la nécessité d’y réformer les méthodes disciplinaires d’enseignement et un lieu où se croisent, à l’occasion de ses conférences, celles et ceux qui y militent dans le cadre d’autres associations pédagogiques.

Bilan

  • 18 Oscar Auriac, Célestin Bouglé, Émilie Flayol, Henri Goy, Georges Lapierre, Henri Laugier, Charles L (...)

24Au regard des éléments précédemment évoqués, il apparaît que la SFP a bel et bien rempli sa mission en faveur de la réflexion pédagogique en France. Les idées et les méthodes préconisées par ses intervenants ont trouvé un écho auprès de certains hauts fonctionnaires de l’enseignement public qui y ont vu, peut-être aussi, un moyen d’y accroître les activités du Musée pédagogique qui accueille, dans le même temps, outre la SFP, le GFEN. Dès lors, il n’est pas étonnant de retrouver dix membres de la SFP parmi les collaborateurs du tome XV de l’Encyclopédie française18 dirigée, par ailleurs, par l’un des anciens membres de son CA, Célestin Bouglé. Par les liens qu’elle a favorisés, la SFP a participé à cette effervescence intellectuelle durant l’entre-deux-guerres en concrétisant cette alliance entre « Éducation nouvelle » et « enseignement public », si chère aux artisans de la réforme de l’enseignement en France, à commencer par les signataires du plan Langevin-Wallon.

Bibliographie

Bulletin de la Société française de pédagogie, Paris, SFP, 1919-1939.

Congrès international de l’Enseignement primaire et de l’Éducation populaire (Actes du colloque de Paris, 23-31 juillet 1937), Syndicat national des institutrices et des instituteurs de France et des colonies (dir.), Paris, Société universitaire d’éditions et de librairie, 1938.

Garnier B., Les combattants de l’école unique, Lyon, Institut national de recherche pédagogique (INRP), 2008.

Paul Langevin et la réforme de l’enseignement, C. Kounelis, L. Gutierrez (dir.), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2010.

Réformer l’école. L’apport de l’Éducation nouvelle (1930-1970), L. Gutierrez, L. Besse, A. Prost (dir.), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2012.

Notes

1 Cette répartition des premiers adhérents nous est fournie par le Bulletin de la Société française de pédagogie (no 1, avril 1919, p. 26-27) sans que l’on puisse identifier avec plus de précision leur fonction respective au sein de leur corps de rattachement.

2 V. Bonnaric, « Conférence de M. C. Jullian », Bulletin de la Société française de pédagogie, no 1, avril 1919, p. 3.

3 Il avait déjà accepté, dès le mois de mai de cette même année, de diriger la section des sciences à la suite de Paul Fauconnet.

4 Seuls deux changements auront lieu : le premier en 1934 avec le remplacement de H. Piéron par H. Wallon à la tête de la section de pédagogie générale et le second, en 1935, avec l’arrivée de l’inspecteur principal de l’enseignement du dessin, Éric Bagge, à la direction de la section artistique en lieu et place de Gaston Quénioux.

5 M. Berthelot, inspecteur de Seine-et-Marne, n’apparaît plus parmi les vice-présidents ; M. Rollet, directeur de l’école municipale professionnelle Diderot, est remplacé par M. Guibé qui était auparavant secrétaire de la section des langues étrangères (juin 1930).

6 Alors que onze noms de personnes disparaissent de la liste (J. Brunhes, professeur au Collège de France ; A. Chapuis, inspecteur primaire ; P. Crouzet, inspecteur de l’académie de Paris ; C. Jullian, membre de l’Institut de France, professeur au Collège de France ; M. Kergomard, professeur au lycée Louis-le-Grand ; É. Labbé, directeur général de l’enseignement technique ; M. Leconte, inspecteur général, directeur de l’enseignement primaire ; M. Meyerson, directeur adjoint du laboratoire de psychologie à la Sorbonne ; M. Mathieu, inspecteur de l’enseignement primaire ; M. Mironneau, inspecteur de l’enseignement primaire ; Mlle Véroux, professeur au lycée Jules-Ferry), trois autres font leur apparition (Mme Fraysse, directrice de l’école normale de la Seine ; Mme Georget, secrétaire générale du Musée pédagogique ; M. Lebrun, directeur adjoint du Musée pédagogique).

7 D’une à cinq conférences par numéro : no 1 (avril 1919) : 1 ; no 2 (novembre 1919) : 2 ; no 3 (mars 1920) : 2 ; no 4 (juin 1920) : 1 ; no 5 (avril 1921) : 4 ; no 6 (septembre 1921) : 2 ; no 7 (décembre 1921) : 2 ; no 8 (mai 1922) : 1 ; no 9 (novembre 1922) : 1 ; no 10 (janvier 1923) : 2 ; no 11 (juin 1923) : 5 ; no 12 (décembre 1923) : 4 ; no 13 (janvier 1924) : 5 ; no 14 (décembre 1924) : 3.

8 Un autre adepte de la méthode naturelle, l’inspecteur primaire Octave Forsant, était déjà intervenu en 1925 (no 17, septembre 1925), alors que le genevois Émile-Jacques Dalcroze avait présenté, quelque temps auparavant, les bienfaits de sa gymnastique rythmique sur l’éducation des enfants (no 15, mars 1925).

9 Dans ce numéro de janvier-février 1938, Charles Guignebert, professeur à la Sorbonne, apparaît comme coprésident d’honneur de la SFP avec Paul Langevin en deuxième de couverture.

10 Les actes de cette manifestation seront publiés par la Société universitaire d’éditions et de librairie, en juin 1938.

11 À l’inverse, toutes les conférences annoncées n’ont pas été retranscrites dans le bulletin, ce qui constitue une seconde limite à ce travail d’appréciation des activités de la SFP, faute d’archives.

12 Notons que les interventions sur les modèles d’éducation ou sur les réformes de l’enseignement entreprises en dehors des frontières hexagonales sont programmées à raison d’une fois par an, en moyenne, entre 1930 et 1935.

13 P. Langevin, « L’expérimentation dans l’enseignement secondaire. Conférence de M. Ginat », Bulletin de la Société française de pédagogie, no 57, septembre 1935, p. 158.

14 Conférence sous la présidence de Langevin, assisté pour l’occasion d’Henri Piéron et de Paul Fauconnet.

15 Elle fut à l’origine, en 1922, de la fondation de l’association « L’Éducation nouvelle : groupe d’études, de recherches et d’expériences éducatives », d’où émane officiellement le Groupe français d’Éducation nouvelle (GFEN) en 1929.

16 GFEN : Groupe français d’Éducation nouvelle ; LNE : « La Nouvelle Éducation » ; Compagnons : Compagnons de l’Université nouvelle.

17 Rappelons ici que, en plus d’être président de la SFP, ce scientifique de haut rang fut président des Compagnons de l’Université nouvelle jusqu’en 1933 et président d’honneur du GFEN de 1929 à 1946.

18 Oscar Auriac, Célestin Bouglé, Émilie Flayol, Henri Goy, Georges Lapierre, Henri Laugier, Charles Lebrun, Hippolyte Luc, Renée Mouflard et Émile Weill.

Auteur

CIVIIC
Université de Rouen

Laurent Gutierrez est docteur en sciences de l’éducation avec une thèse intitulée L’Éducation nouvelle et l’enseignement catholique en France (1899-1939) soutenue en 2008. Après avoir exercé dix années dans l’enseignement secondaire, il est désormais maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université de Rouen (laboratoire CIVIIC [Centre interdisciplinaire de recherches sur les valeurs, les idées, les identités et les compétences]). Ses recherches portent sur l’histoire du mouvement de l’Éducation nouvelle dans le cadre d’une réflexion plus globale sur les enjeux éducatifs et pédagogiques des réformes scolaires en France depuis le début de la IIIe République.

© Presses universitaires de Caen, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search