Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Jutland dans l'œuvre de Steen Steensen Blicher

 | 
Hélène Wyss-Neel

III - Eléments de géographie humaine

Texte intégral

1Cette belle nature jutlandaise ne joue pourtant pas qu'un rôle esthétique ; elle est le cadre de vie de toute une population. L'œuvre de Blicher nous apporte un certain nombre de renseignements concernant le peuplement, l'habitat...

2Comme pour l'étude de la nature, le Jutland oriental s'apparente davantage pour la géographie humaine aux îles qu'au reste de la péninsule, et n'occupe guère de place chez notre auteur. La région sur laquelle nous possédons le plus de données précises est, une fois encore, le département de Viborg : il peut vraiment être considéré comme le centre du "Jutland de Blicher", et l'on y rencontre à peu près les mêmes conditions que dans les autres régions du centre et de l'ouest.

  • 1 XXI, 207

3Dans son étude sur le département de Viborg, Blicher fait d'abord le recensement de la population : 54 449 habitants en 1834 contre 41 564 en 18011. La densité est d'environ 18 au kilomètre carré, ce qui est évidemment très faible. Plus loin, nous trouvons un tableau de la répartition de la population suivant la profession : 1483 ecclésiastiques et professeurs, 718 fonctionnaires civils ; 36 297 personnes vivent de l'agriculture, et 482 tirent leur subsistance de la mer ; la classe ouvrière totalise 6 943 personnes, celle des commerçants 755 ; il y a 1937 retraités et rentiers, 3 113 journaliers... Cette population est répartie en 158 paroisses, et le département compte deux villes, Viborg et Skive.

A - LES VILLES

  • 2 De nos jours, Aarhus l'a supplantée,

4Nous trouvons un certain nombre d'allusions aux différentes villes jutlandaises, Aarhus, Aalborg, Randers, Ribe..., mais, pour Blicher, la ville, c'est Viborg, l'ancienne capitale du Jutland ; elle en est encore, à cette époque, le centre politique, économique et intellectuel2.

5Viborg, nous l'avons vu, peut être considérée comme le point central du département et même de tout le Jutland. Elle se trouve à la limite septentrionale des grandes landes du centre :

  • 3 XVI, 28

"Comme une oasis dans le désert aride,
Une tache vive dans la vaste et sombre lande,
La petite Viborg sourit à son roi...3".

  • 4 VI, 160

6La ville est joliment située au bord d'un grand lac : "bientôt, tu apercevras l'antique Viborg, se mirant dans le lac4" ; elle est dominée par les deux tours de sa cathédrale romane.

7C'est un lieu rempli de souvenirs historiques : Viborg - "la colline sacrée" -est édifiée au croisement des anciennes voies reliant le nord du Jutland au sud, et l'est à l'ouest. Depuis des temps très reculés, elle est un centre de rassemblement religieux, politique. Elle devient siège épiscopal en 1065. Pendant tout le Moyen Age, les rois sont élus à l'Assemblée Provinciale de Viborg.

  • 5 XVI, 28

"Ici se dressait autrefois le plus ancien trône royal –
Bloc erratique sur le brun champ de bruyère –
Ici les hommes danois se réunissaient en assemblée,
Pour prêter serment au souverain du royaume de Danemark5."

8Viborg reste la plus grande ville du Jutland jusqu'en 1650. Aux xviième et xviiième siècles, elle connaît un certain déclin ; mais, vers 1800, elle reprend une importance économique. Au point de vue politique, elle reste siège de l'Assemblée Provinciale jusqu'en 1805, et les États Provinciaux du Jutland septentrional y tiennent leurs réunions entre 1836 et 1848. Depuis cette date qui est d'ailleurs celle de la mort de Blicher, Viborg commence à perdre de son importance au bénéfice d'Aarhus.

9Le nombre des habitants atteint 3 419 en 1834. Parmi eux, se trouvent évidemment beaucoup de fonctionnaires et de gros négociants qui forment la classe bourgeoise de la ville ; leurs beaux hôtels dominent les petites maisons en colombage, où résident artisans, journaliers et ouvriers.

10Viborg possède quelques industries, et c'est un grand centre d'échanges commerciaux. Un de ses marchés, le Snapsting, est particulièrement célèbre ; nous en reparlerons plus tard.

B - LA CAMPAGNE

11C'est sur la campagne que nous trouvons le plus de renseignements, car notre auteur y a passé presque toute sa vie et s'y est beaucoup intéressé. C'est d'ailleurs l'aspect le plus caractéristique d'un pays qui est toujours essentiellement agricole. A l'époque de Blicher, l'agriculture y est presque l'unique ressource.

  • 6 On surélève le milieu des champs pour que l'eau s'écoule mieux.
  • 7 X, 53

12Dans le centre du Jutland, le sol est pauvre, la population clairsemée. La description, déjà partiellement citée, que nous trouvons au début de La caverne de brigands, ne laisse pas de doute à ce sujet : "Plus on pénètre vers l'intérieur, plus le pays change ; les vallées deviennent plus profondes ; les collines plus escarpées ; les bois ont l'air plus vieux et plus décrépits ; bien des marais couverts de joncs, bien des coins de terre tapissés de bruyère courte ; de grosses pierres sur les champs bombés6 - tout témoigne d'une civilisation plus pauvre et d'une population moins nombreuse. Des chemins étroits avec de profondes ornières et de hautes saillies au milieu indiquent une circulation plus faible et des rapports moins nombreux entre les habitants. Les demeures de ceux-ci deviennent, vers l'ouest, de plus en plus simples, de plus en plus basses, comme si elles se courbaient sous les violents assauts du vent d'ouest. De même que les landes deviennent plus fréquentes et plus grandes, les églises et les villes deviennent moins nombreuses et plus éloignées les unes des autres. Près des fermes, on voit au lieu de meules de blé de noires piles de tourbe, au lieu de vergers des plantations de choux... Plus une haie, plus une plantation de saules pour marquer la séparation entre homme et homme ; on croirait que tout est encore en communauté7."

  • 8 Géographie Universelle, III, 21

13En effet, avant le remembrement de 1781, beaucoup de terrains étaient communaux et appartenaient à tous les paysans du village. Étudions un peu cette profonde transformation que subit l'organisation de la campagne danoise, justement à l'époque de Blicher, et voyons tout d'abord ce que nous apprend la Géographie Universelle : "L'organisation ancienne avait abouti, dans les villages, à un morcellement excessif du sol agricole. Le domaine de chaque ferme se divisait parfois en plusieurs dizaines de parcelles éparpillées aux quatre coins du finage. En pratique, les champs formaient des groupes sur lesquels s'effectuait en même temps une même culture ou la mise en jachère. Il y avait quelque chose de communautaire dans le mode d'exploitation. A ce régime, beaucoup de de temps se perdait en allées et venues ; tout progrès individuel était à peu près impossible. Ces défauts finirent par apparaître si criants que, après 1760, certains grands propriétaires commencèrent à remembrer les lots de leurs tenanciers, de façon que chaque ferme disposât d'un domaine groupé. A partir de 1781 se succédèrent les lois pour l'affranchissement des fermes et le remembrement du sol. Elles donnèrent le signal d'une véritable révolution dans la répartition de l'habitat rural, dans la propriété et dans la mise en valeur. Le grand remembrement provoqua la dissolution progressive de beaucoup de villages, dont les fermes peu à peu s'évadèrent de l'agglomération pour se disperser sur les points jugés les plus avantageux du territoire agricole. En même temps commença la mise en vente de ce qui restait des pâturages communaux : d'où la création de nouvelles fermes isolées8."

14Après cet aperçu général du mouvement, voyons ce que Blicher nous dit de la nouvelle répartition des terres dans le département de Viborg. " On ne trouve que fort peu d'exceptions à cette sentence : plus le remembrement est ancien, plus il est mauvais. Les règles générales suivies au début étaient :

  1. Pas ou extrêmement peu de fermes allant s'établir hors des terres communes du village. Les conséquences en étaient que les parcelles de champs avaient la forme irrégulière d'un long triangle ayant la pointe à l'intérieur et le grand côté à l'extérieur.
  2. Chaque ferme devait avoir autant de parcelles que le village avait de différents terrains : une parcelle de champs - plus souvent deux, et même trois -... ; une parcelle de pâturage... ; une parcelle de tourbière ; une parcelle de bois etc.
  3. Les petits fermiers, et entre autres les instituteurs, devaient avoir leurs lots aussi loin que possible du village. Par suite ils avaient les plus mauvaises terres...
  • 9 XXI, 252-3

15La plupart des répartitions furent effectuées au cours des années de 1776 à 17969."

  • 10 XXVI, 74

16Les villages sont généralement petits : "Le village de Lysgaard n'est pas tellement grand : il n'y a que six fermes et quelques maisons...10." Une note claire au milieu des petites maisons sombres : l'église blanche.

  • 11 XX, 189

(Karup)" est tout petit, sans aucun arbre,
Et l'église n'a pas de flèche. Ses huttes couvertes de bruyère
S'éparpillent dans les sables jaunes...
Mon œil d'enfant a souvent cherché et trouvé
Le pignon blanc de l'église, au loin dans la lande,
Où lui seul, et un tumulus isolé
Reposaient le regard...11"

  • 12 XXI, 218
  • 13 H. Feilberg : Dansk Bondeliv, I, 37-8

17Les habitations, comme nous l'avons évoqué plus haut, sont fort modestes : "En ce qui concerne le mode de vie, le Jutlandais de l'est - à quelques exceptions près - mange mieux et est mieux logé que le Jutlandais de l'ouest. Ces derniers ont bien, depuis quelque temps, commencé à cuire des briques et à construire en maçonnerie, mais l'intérieur des maisons est loin d'être aussi confortable ou aussi bien garni que celui des premiers12." Ces indications concordent avec la description que nous donne, à la fin du siècle, H. F. Feilberg : "On connaîtra combien les habitations dans les régions pauvres du pays étaient modestes par la description suivante qui convient à la région de Viborg il y a soixante ans environ : "La ferme était mal pourvue en bâtiments, toutes les maisons couvertes d'une épaisse couche de bruyère pour empêcher l'eau d'entrer... Ce qu'il y avait de mieux dans la maison étaient les lourdes poutres de chêne... Le couloir était pavé de galets et tous les sols étaient d'argile battue. Il n'y avait pas de chambre à coucher. Dans la salle se trouvaient un banc le long des fenêtres, une table, un fauteuil avec un siège de paille au coin du feu et un coffret avec de vieux chiffons de l'autre côté du poêle13." Ajoutons encore des lits bien peu confortables, une lampe à huile de baleine..., et nous avons tout l'ameublement de ces pauvres maisons.

  • 14 XX, 13
  • 15 XXII, 30
  • 16 VII, 74
  • 17 XXVIII, 82

18Entre la campagne cultivée et la lande, la séparation n'est généralement pas très nette. Mais, dans cette dernière, l'habitat est encore plus dispersé. Blicher, au cours de ses longues marches, n'y découvre que rarement une hutte ou une ferme, ou encore une maison comme le presbytère de Langebaek, posé "comme un nid d'alouette dans la lande... On n'aurait pas pensé qu'ici, certainement à plus d'une demie-lieue de la paroisse et encore plus loin des autres habitations humaines, et, semble-t-il, au milieu de la lande sauvage, se trouvait le foyer d'un pasteur, s'il ne s'était pas parfois révélé par sa fumée14." Voici encore une autre lande, "Tapshede qui, uniquement égayée par sept chaumières et la parcelle de champs labourables y attenant, s'étend ininterrompue sur trente kilomètres du lac de Viborg jusqu'à la frontière nord-est du canton de Sønderlyng15." L'une de ces fermes misérables est décrite au début de la nouvelle Le pasteur de Thorning : "Ses bâtiments bas sont vieux et délabrés, et leur toit semble couvert de mousse. Son apparence modeste n'est pas égayée par un jardin ; car on ne peut guère donner ce nom à une petite plantation de choux dont les chaussées de tourbe sont bordées de sureaux grêles et rabougris ; et au-dessus, un vieux sorbier se courbe, fouetté et plié depuis sa jeunesse par les âpres vents d'ouest16." Les ressources ne sont pas plus grandes dans cette petite vallée au sud-ouest de Viborg, où demeurent un prêtre et deux ou trois paysans : "La vallée est sableuse et ne produit guère autre chose que du seigle clairsemé. Ce n'est pas la peine de parler de l'herbe : "chaque brin, court et pâle, doit crier pour se faire entendre de l'autre", comme nous, des deux côtés de la vallée, est le meilleur pâturage pour les moutons et quelques vaches maigres. Les pommes de terre font subsister hommes et bêtes17."

  • 18 XXI, 219

19Dès 1760, un premier essai de colonisation est fait par des Allemands sur la Grand-Lande : "Il y a environ quatre-vingts ans, on fit venir des colons allemands du Palatinat et de la Hesse pour défricher et peupler les étendues les plus désertes de la grande croupe revêtue de landes du Jutland18." Mais cette entreprise réussit mal dans l'ensemble, et un grand nombre de ces Allemands rentrent chez eux. Pourtant quelques-uns restent et forment une partie de la petite population des landes.

  • 19 XXI, 223-4

20Les autres habitants de ces espaces immenses sont les bohémiens. Autrefois répandus dans tout le Danemark, on les trouve surtout maintenant dans les départements de Ribe et de Ringkøbing, et dans la partie occidentale de ceux de Vejle et de Viborg : "Ils y ont des demeures fixes... ; mais un bien plus grand nombre sont encore et toujours des nomades19."

C - LES MANOIRS

  • 20 XXVI, 77

21Dans la campagne, nous trouvons aussi des châteaux, demeures des nobles auxquels appartenaient d'ailleurs, avant le remembrement, toutes les terres et les fermes. Mais à l'époque de Blicher, nous l'avons vu, beaucoup de ces grands domaines sont divisés ; ainsi Kaersholm : "Il a fini par être démembré comme tant d'autres ; mais avant, c'était une rudement bonne propriété", nous dit un paysan20.

  • 21 XX, 47-9

22Beaucoup de châteaux anciens, plus ou moins fortifiés, restent encore, et nous en trouvons plusieurs dans les nouvelles de Blicher. Voyons par exemple celui qui est décrit dans Quinze jours au Jutland : "Vu des collines occidentales, le manoir se présente sous un bel aspect : au-dessus des bâtiments d'exploitation peu élevés situés en avant, le fier château élève ses murs rouge sombre et ses flèches couvertes de plomb. Derrière, on aperçoit la cime des arbres du p a r c... La résidence comporte quatre ailes contiguës qui ferment une cour d'honneur... A l'extérieur, courent des fossés doubles qui, autrefois, étaient pourvus de ponts-levis ; on en reconnaît encore nettement la place à l'ouvrage de maçonnerie plus récent dans les arcs du milieu des ponts... L'intérieur du château est un vrai labyrinthe pour les étrangers. D'étroits escaliers à vis conduisent d'un étage à l'autre ; des couloirs courts et longs, clairs et obscurs mènent à tant de petites pièces presque semblables qu'une numérotation s'imposerait pour que les non habitués s'y retrouvent... Au milieu de tant de petites pièces, je ne trouvai que deux salles vraiment grandes. La première était la salle des chevaliers - ainsi appelée assurément parce qu'elle contenait une collection de portraits des ancêtres du baron, des chevaliers morts depuis longtemps, et leurs nobles dames... L'autre était très joliment décorée dans le goût le plus moderne... elle convenait dans le vieux château, comme, par exemple, une fenêtre rectangulaire dans une église gothique21."

  • 22 XXVI, 151

23Non seulement les anciens châteaux fortifiés subissent des transformations, mais beaucoup disparaissent : ils ne sont plus nécessaires maintenant et sont remplacés par des demeures plus vastes, plus claires, souvent construites en pans de bois. A Hald, par exemple, "le château de vieille noblesse bâti en briques avait disparu, et une construction en colombage, couverte de chaume, était maintenant la demeure modeste du propriétaire bourgeois22."

D - LA COTE

24Pour compléter ce tour des principaux centres de vie du Jutland de Blicher, mentionnons encore les villages de pêcheurs.

25En fait, bien qu'il parle à plusieurs reprises des pêcheurs, il ne donne guère d'indications sur le peuplement et l'habitat des régions côtières, même dans une nouvelle comme Marie où les principaux personnages sont des gens de mer. Représentons-nous de petites maisons assez dispersées, blotties au creux des dunes pour se protéger du terrible vent de mer, et sans cesse menacées aussi par l'invasion du sable.

  • 23 XXIII, 102-3

26La petite île de Fanø, malgré de son manque de ressources, est incroyablement peuplée, comme il est dit dans le Profil occidental de la péninsule vérité ! Noir sur blanc, car tout le côté oriental, long de plusieurs kilomètres, n'est que villages23."

  • 24 XXIII, 159

27Autre village de pêcheurs, le petit port de Skagen à l'extrémité nord de la péninsule : "Skagen se compose en réalité de deux villages : l'ancien et le plus petit sur la côte occidentale, et le nouveau, qui est de loin le plus grand, vers l'est. C'est de ce dernier qu'il est question. - Ici vivent dans de sombres maisons de bois enduites de goudron, dispersées sur une étendue de trois ou quatre kilomètres environ le long de la baie vers le sud, un millier de gens ou plus...24."

  • 25 XIX, 134

28Certains, à la fois pêcheurs et paysans, connaissent pourtant des conditions moins dures, sur les riches bords du Limfjord par exemple : "Des fermes bien construites s'éparpillent le long des côtes, et leurs habitants tirent, sans peine et sans danger, une large subsistance de la terre favorable et des eaux calmes25."

Notes

1 XXI, 207

2 De nos jours, Aarhus l'a supplantée,

3 XVI, 28

4 VI, 160

5 XVI, 28

6 On surélève le milieu des champs pour que l'eau s'écoule mieux.

7 X, 53

8 Géographie Universelle, III, 21

9 XXI, 252-3

10 XXVI, 74

11 XX, 189

12 XXI, 218

13 H. Feilberg : Dansk Bondeliv, I, 37-8

14 XX, 13

15 XXII, 30

16 VII, 74

17 XXVIII, 82

18 XXI, 219

19 XXI, 223-4

20 XXVI, 77

21 XX, 47-9

22 XXVI, 151

23 XXIII, 102-3

24 XXIII, 159

25 XIX, 134

© Presses universitaires de Caen, 1971

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter