Version classiqueVersion mobile

Formation, transformations des savoirs scolaires

 | 
Pierre Kahn
, 
Youenn Michel

Transformations

Pratiquer l’éveil et faire de la géographie à l’école

Jean-Pierre Chevalier

Résumé

En tant que savoir sur l’espace des sociétés humaines, la géographie a largement participé aux activités d’éveil. Dans les années 1960 et 1970, les promoteurs de l’éveil se sont souvent appuyés sur des exemples en relation avec la géographie.
Pendant cette période et plus tard, lors de la remise en cause de l’éveil, aucune voix ne s’est élevée pour dénoncer au nom des géographes, la pédagogie d’éveil, la démarche d’éveil. Sur ce point la communauté des géographes universitaires s’est différenciée de celle des historiens. Il faut dire qu’entre éveil et géographie les affinités épistémologiques étaient nombreuses.
Une petite communauté de pédagogues de la géographie à l’école élémentaire s’est alors formée, souvent constituée de jeunes enseignants issus directement de l’université, recrutés en nombre en période de forte augmentation démographique des effectifs des écoles normales, affirmant leur utilité sociale et leur légitimité scientifique par l’approche didactique de leur discipline.

Texte intégral

1En tant que savoir sur l’espace et pour l’étude des sociétés humaines, la géographie a largement participé aux activités d’éveil. Ainsi, dans les années 1960-1970, les promoteurs de l’éveil se sont souvent appuyés sur des exemples en relation avec la géographie. Pendant cette période, ou plus tard, lors de la remise en cause de l’éveil, aucune voix ne s’est élevée pour dénoncer au nom des géographes, la pédagogie d’éveil, la démarche d’éveil. Sur ce point, comme sur d’autres, la communauté des géographes s’est différenciée de celle des historiens. Il faut dire qu’entre éveil et géographie, les affinités épistémologiques étaient nombreuses. La petite communauté de pédagogues de la géographie à l’école élémentaire qui s’est alors constituée a poursuivi ses recherches didactiques, du moins tant que ses troupes restèrent nombreuses dans les institutions de formation initiale des enseignants du premier degré.

2Nous revisiterons les relations épistémologiques et pédagogiques entre la géographie et l’éveil, mais nous nous intéresserons aussi aux structures de l’école, aux cohortes démographiques ainsi qu’aux corporations professorales et, en leur sein, à cette petite communauté des didacticiens de la géographie, qui émerge dans cette conjoncture.

Convergences épistémologiques

  • 1 L. Porcher et al., Pour comprendre et pratiquer les activités d’éveil, Paris, A. Colin (Cahiers de (...)

3A priori, avoir une approche disciplinaire semble fondamentalement contradictoire avec la notion même d’éveil. Pourtant, les plus ardents défenseurs des activités d’éveil ont eu recours à des catégories disciplinaires1. En fait, jusque dans les années 1970, ils se situent dans le prolongement des promoteurs de la pédagogie active et de l’étude du milieu des décennies précédentes. Éveil et géographie, à supposer qu’ils soient des sujets actifs, se revendiquent en effet tous les deux de l’activité, de la découverte et des échanges entre disciplines.

Pédagogies de l’activité

  • 2 M. Sorre, « L’enseignement de la géographie (introduction) », in Les activités dirigées, M. Sorre ( (...)
  • 3 Circulaire du 26 avril 1939 ; reproduite par M. Benoît, L’enseignement de la géographie à l’école p (...)
  • 4 Instructions du 5 mars 1942 relatives au nouveau plan d’études pour les écoles primaires, JORF du 2 (...)
  • 5 Programmes provisoires de l’enseignement primaire pour l’année 1944-1945, circulaire ministérielle (...)
  • 6 Arrêté du 17 octobre 1945 ; reproduit par M. Benoît, L’enseignement de la géographie…, vol. des ann (...)

4La géographie scolaire est, au moins depuis le Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson, définie comme une discipline de terrain. C’est d’abord, au cours élémentaire, une « leçon de choses ». C’est ce que disent les programmes de 1923, et l’expression sera reprise en 1938 par Max Sorre2, géographe et directeur de l’enseignement primaire de Jean Zay, dont la circulaire sur les activités prône la généralisation des sorties pour l’étude du milieu3. Cette pédagogie de l’action est ensuite promue par les programmes de Vichy qui parlent de « véritables leçons de choses géographiques » et présentent « comme véritable nouveauté […] l’étude méthodique du milieu local »4. À la Libération, les programmes invitent à nouveau à sortir de la classe : « On partira du cadastre. Étude pratique et sur le terrain des cartes à grande échelle »5. Les programmes de 1945 prescrivent à nouveau cette « pratique du terrain », comme disent les géographes. Au cours élémentaire, « toutes les leçons seront fondées sur l’observation du milieu local et l’explication de gravures : elles seront faites en liaison avec les classes promenades et les activités dirigées » et le programme du cours moyen commence par la géographie locale : « étude par l’observation directe le plus possible de la ville ou du petit coin de France qui l’entoure »6.

  • 7 Ministère de l’Éducation nationale, Direction de l’enseignement du second degré, Instructions génér (...)
  • 8 J.-P. Chevalier, « Le lent déclin de la monographie géographique dans l’enseignement primaire », Le (...)
  • 9 L. Leif, G. Rustin, R. Dezaby, Pédagogie spéciale, Paris, Delagrave, 1965, 3e fasc., L’histoire et (...)
  • 10 L. Legrand, Pour une pédagogie de l’étonnement, Paris, Delachaux et Niestlé, 1960.

5Pour l’enseignement de la géographie, cette pédagogie de l’activité continue à être systématiquement prescrite dans les années 1950. Même dans l’enseignement secondaire, on invite alors, probablement avec peu d’effets, à recourir à la méthode active : « Elle est valable pour l’enseignement tout entier, mais elle convient à la géographie plus qu’à toute autre discipline »7. Il convient aussi de rappeler la pratique de la rédaction de monographies, exercice canonique demandé aux instituteurs depuis l’Exposition universelle de 1889, exercice obligatoire aussi, à réaliser au cours de l’année de formation professionnelle des normaliens jusque dans les années 19608. Cette incitation récurrente au recours à la pratique du terrain et aux méthodes actives cohabite néanmoins chez des prescripteurs avec la conception de la géographie comme discipline de la mémoire : « La géographie exige […] un gros effort de mémoire »9 qui l’emporte sur les méthodes fondées sur l’observation. Au-delà des limites physiques de la sortie avec sa classe, il faut craindre que, derrière l’expression « leçon de choses », la description conduise souvent à un « dogmatisme illustré »10.

  • 11 B. Brouillette et al., L’enseignement de la géographie, Paris, UNESCO, 1966, en ligne à l’adresse s (...)
  • 12 F. Best, Pour une pédagogie de l’éveil, Paris, A. Colin, 1973, p. 70.

6Néanmoins, et quelles que soient ses limites, la convergence autour de la notion d’activité est évidente. On la rencontre dans les années 1960-1970, à la fois dans les préconisations des plus hautes autorités géographiques, telles que la Commission de l’enseignement de la géographie de l’Union géographique internationale11, et chez les pédagogues promoteurs de la pédagogie d’éveil. « L’activité, porteuse de progrès et de connaissance du monde, est au centre de l’éducation primaire – c’est-à-dire première et fondamentale »12.

Transdisciplinarité et diversité des supports d’apprentissage

  • 13 L. Porcher et al., Pour comprendre et pratiquer…, p. 22.
  • 14 Ibid., p. 26 et 95.
  • 15 F. Best, Pour une pédagogie de l’éveil, p. 18.
  • 16 Ibid., p. 74.

7Le recours à des méthodes issues de diverses disciplines est aussi un point de convergence entre les géographes et les promoteurs de la pédagogie d’éveil. Au début des années 1970, Louis Porcher et Pierre Ferran affirment, faisant référence à Bachelard et à Piaget, que désormais « l’interdisciplinarité correspond à l’état actuel des sciences et de la connaissance »13. Allant encore plus loin, ils affirment alors que « tout contenu est bon puisque le contenu n’est pas essentiel » et que donc « la suppression des connaissances imposées et des programmes est, à propos des activités d’éveil, capitale »14. Moins radicale dans ses formulations, Francine Best précise « que des connaissances bien intégrées, la construction d’un savoir cohérent, parce que méthodiquement acquis, font partie des finalités des activités d’éveil »15. Ainsi retient-elle pour la fin de l’école élémentaire l’approche de la classification disciplinaire des savoirs16. Si elle cite Louis Legrand énonçant que :

  • 17 L. Legrand, Une méthode active pour l’école d’aujourd’hui, Paris, Delachaux et Niestlé, 1971, p. 13 (...)

le parti du savoir disciplinaire est non seulement irrationnel quant aux possibilités effectives des élèves et aux fins de l’éducation intellectuelle : il est aujourd’hui radicalement impossible quant au contenu des disciplines elles-mêmes ou de ce qu’il en reste17.

  • 18 F. Best, Pour une pédagogie de l’éveil, p. 76-85.
  • 19 Ministère de l’Éducation nationale, Direction de l’enseignement du second degré, Instructions génér (...)
  • 20 R. Clozier, « L’enseignement de la géographie et l’adaptation des programmes au niveau mental des é (...)
  • 21 B. Brouillette et al., L’enseignement de la géographie, p. 9. B. Brouillette, « Rapport de la Commi (...)
  • 22 M.-L. Debesse-Arviset, M. Debesse, « Place de l’enseignement géographique au cours du développement (...)
  • 23 L. Marbeau, « Recherche appliquée sur programme en histoire, géographie, initiation économique, soc (...)
  • 24 M. Roumégous, Didactique de la géographie. Enjeux, résistances, innovations, 1968-1998, Rennes, Pre (...)
  • 25 V. Prévost, « L’enseignement de la géographie au 22e congrès international de géographie », Histori (...)

8Francine Best définit l’activité d’éveil comme appelant la pluridisciplinarité et l’interdisciplinarité18. Au même moment, la géographie universitaire est secouée par la remise en cause de la dualité géographie physique et géographie humaine, maintenue alors dans les programmes scolaires, d’autant qu’elle est depuis longtemps définie comme « un carrefour où se joignent les disciplines les plus diverses »19. L’intégration de la géographie au vaste ensemble des études sociales (social studies) est de plus en plus répandue dans le monde anglo-saxon20 et elle devrait, selon les vœux de l’Union géographique internationale (UGI), se généraliser au niveau de l’enseignement primaire21. Depuis l’IPN, puis depuis l’Institut national de recherche et de documentation pédagogiques (INRDP), Marie-Laure Debesse-Arviset22, Francine Best et Lucile Marbeau23 diffusent des applications de la psychologie constructiviste pour l’enseignement de la géographie24. Le mot et l’idée d’une didactique de la géographie commencent aussi à apparaître dans les congrès de l’UGI25. Les convergences entre les géographes et les partisans de l’éveil sont donc fortes et de longue durée.

Du tiers-temps pédagogique à l’éveil en géographie (1963-1984)

9Pendant les deux décennies que l’on peut borner par la suspension des programmes du primaire en 1963 et les instructions de 1984 pour l’histoire-géographie, la massification-démocratisation de l’enseignement secondaire ainsi que la redéfinition épistémologique de la géographie viennent appuyer le déploiement de l’éveil à l’école élémentaire. Mais les traditions disciplinaires, bien implantées dans le corps des enseignants du second degré, et en particulier chez les historiens, vont susciter en retour, une remise en cause de l’éveil.

L’éveil propédeutique au cycle d’observation

  • 26 M. Rouchette et J. Vacquier, « Introduction », in L’enseignement dans le cycle d’observation, M. Ro (...)
  • 27 A. Casanova, « La géographie en 6e et les techniques de connaissance. L’enseignement dans le cycle (...)

10En 1960, 20 % des enfants nés en 1948 redoublent leur cours moyen. Les autres se répartissent ainsi : 47 % poursuivent leur scolarité primaire en classe de fin d’études, 1 % entre dans une école technique, 17 % entrent au collège d’enseignement général et seulement 15 % vont au lycée26. La géographie apprise à l’école primaire est alors une pièce importante du bagage intellectuel et culturel pour des élèves majoritairement destinés à une rapide insertion professionnelle, sans poursuite d’études secondaires. Or, par l’ordonnance du 6 janvier 1959, l’instruction est devenue obligatoire jusqu’à 16 ans, ce qui met désormais en question l’articulation du cours moyen avec l’enseignement terminal. La réponse structurelle donnée à partir de 1963 est la création progressive des collèges d’enseignement secondaire (CES) qui regroupent dans leurs murs les classes dites de transition et celles du premier cycle du secondaire. Pourtant, les programmes de la classe de sixième ne tiennent guère compte de l’école élémentaire, en géographie comme dans d’autres domaines. Ainsi, A. Casanova, un inspecteur pourtant issu de l’enseignement primaire, présente la classe de sixième comme un point de départ : « Si on me permet une comparaison, je dirai que la 6e constitue le cours préparatoire de la géographie »27 ; comme si rien n’avait été fait à l’école élémentaire en géographie.

  • 28 Arrêté du 7 août 1969, circulaire du 2 septembre 1969.
  • 29 L. Porcher et al., Pour comprendre et pratiquer…, p. 25.
  • 30 M.-L. Debesse-Arviset, La géographie à l’école, Paris, PUF, 1969.

11Poussant la logique d’un continuum de formation jusqu’à 16 ans, la réforme du tiers-temps pédagogique en 196928 fait de l’école élémentaire une propédeutique à l’enseignement secondaire. Ce qui, au regard des plus engagés dans la réforme, justifie l’absence de programme au primaire29 et, pour d’autres ayant une approche plus disciplinaire, motive une progression du CP à la fin du collège, en particulier en géographie pour ce qui nous concerne ici30. Cette divergence est probablement un des facteurs d’explication du fait que les instructions officielles qui mettent en œuvre cette nouvelle orientation ne sont publiées que plus tardivement, en 1977 pour l’école maternelle et le cycle préparatoire, en 1978 pour le cycle élémentaire et en 1980 pour le cycle moyen. Ce délai est période de latence, de liberté, mais aussi d’errance et de désarroi pour certains, voire de désintérêt et d’abandon pour d’autres.

  • 31 Arrêté du 18 mars 1977 : « Horaires applicables au cycle préparatoire des écoles élémentaires », JO (...)
  • 32 Circulaire no 77-266 du 2 août 1977 : circulaire sur l’école maternelle adressée aux recteurs, aux (...)
  • 33 Arrêté du 7 juillet 1978 : « Horaires applicables au cycle élémentaire des écoles primaires », JORF(...)
  • 34 Voir dans le livret documentaire publié par le ministère de l’Éducation et envoyé à tous les profes (...)

12On notera le vocabulaire employé en 1977 dans les instructions concernant le « cycle préparatoire des écoles élémentaires »31. On y parle des domaines (au pluriel) des sciences sociales et humaines, avec en particulier l’approche de la dimension géographique de la notion d’espace et l’approche de concepts à signification géographique. Les instructions pour l’école maternelle, précisées par une simple circulaire invitent à construire peu à peu des notions d’espace et de temps32. Compte tenu des traditions de l’école maternelle, l’éveil apporte une inflexion plus du côté des références psychologiques que du côté des pratiques pédagogiques. Les instructions pour le cycle élémentaire sont publiées l’année suivante33, cette fois on parle au singulier d’un domaine des sciences sociales au sein des activités d’éveil, avec des savoir-faire communs et des savoirs spécifiques à « l’initiation géographique ». Les dénominations des champs disciplinaires continuent à fluctuer : sciences sociales et humaines en 1977, sciences sociales en 1978, puis éveil : histoire-géographie en 1980. Le vocable « sciences sociales » traduisait la volonté de développer des approches pluridisciplinaires et de prendre en compte « l’économie contemporaine », tentative que l’on retrouve au même moment dans les programmes de collège34 et à laquelle les autorités renonceront de la même façon à partir de 1980.

1980, recul ou apogée de la démarche d’éveil en géographie ?

  • 35 Circulaire no IV 69-371 du 2 septembre 1969 : aménagement de la semaine scolaire dans les écoles él (...)
  • 36 Arrêté du 18 juillet 1980.

13Après la circulaire du 2 septembre 1969 qui invite à un mouvement novateur et à « dépasser la notion contraignante de programme »35, il faut attendre 1980 pour que soit publié un programme pour le cycle moyen36, car, entre-temps, la polémique s’est développée autour des mathématiques modernes, du français et de l’enseignement de l’histoire. Ces instructions, pour ce qui reste en fait le cours moyen, ont connu, en ce qui concerne l’histoire et la géographie, plus de douze projets de rédaction successifs. Au final, elles apparaissent comme un recul aux yeux des plus fervents partisans de l’éveil qui ironisent.

  • 37 Il s’agit d’une note du 8 août 1957 d’Aristide Beslais, directeur de l’enseignement du premier degr (...)
  • 38 F. Best, F. Cullier, A. Leroux, Pratiques d’éveil en histoire et géographie à l’école élémentaire, (...)

On ne tient pas compte des possibilités des enfants […]. On revient à une conception étriquée des deux disciples, l’histoire et la géographie – le vocable Sciences Sociales, présent dans les I.O. du cycle préparatoire et du cycle élémentaire, disparaît de celles du cycle moyen […]. Les contenus proposés sont très proches des anciens programmes de 1957, pourtant dénoncés pour leur archaïsme37. […] Le programme de géographie, présenté en une demi-page (p. 71) ne renie rien de la suprématie ancienne de la géographie physique, ni du mondialisme vague des anciens programmes de fin d’études […]. Enfin au niveau des pratiques pédagogiques nous assistons au renforcement des interventions magistrales38.

  • 39 Ibid., p. 42.
  • 40 Ibid.
  • 41 Ministère de l’Éducation nationale, « Programmation possible des diverses activités au cycle moyen  (...)
  • 42 Ministère de l’Éducation nationale, « Histoire et géographie d’aujourd’hui et implications pédagogi (...)
  • 43 Ibid., p. 1 du sous-dossier « Sciences sociales ».
  • 44 J. Maréchal, M. Presle, « L’histoire et la géographie d’hier à aujourd’hui. Les “retombées” pédagog (...)
  • 45 Ministère de l’Éducation nationale, « Quelques supports didactiques, frises historiques, cartes con (...)

14Néanmoins, les mêmes reconnaissent que « les méthodes conseillées restent bien celles que prône une pédagogie active de l’éveil au monde »39, que l’on y invite à pratiquer une géographie à partir des études de terrain en s’appuyant sur « les réalités de l’environnement »40, faisant eux aussi preuve de leur confiance dans le réalisme du visible en matière de géographie scolaire. Cette interprétation, optimiste du point de vue des partisans de la pédagogie d’éveil, est confortée par l’arrivée d’Alain Savary au Ministère. La Direction des écoles supervise alors la publication de trois livrets de commentaires des instructions officielles concernant les activités d’éveil au cycle moyen, des fichiers d’une douzaine de pages intitulés « Sciences sociales ». Dans le premier, la priorité est donnée à la question des programmations annuelles, on n’est donc plus dans une liberté totale dans le choix des sujets à traiter41. Dans le second livret42, les instructions sont clairement situées dans la suite de la double réflexion « épistémologique et psycho-pédagogique menée en particulier à l’INRP »43 : il s’agit ici d’un tableau présentant les transformations épistémologiques récentes de l’histoire et de la géographie, ce que Monique Presle, en ce qui concerne l’histoire, et Jean Maréchal pour la géographie, avaient quelque temps auparavant présenté dans d’autres cadres44. Notons cette inflexion épistémologique, c’est-à-dire renvoyant aux évolutions de la discipline de référence. Cet éclairage est une nouveauté par rapport aux approches des années 1960 et du début des années 1970, nécessaire pour prouver que ce qui est ici proposé dans le cadre de l’éveil prend mieux en compte les évolutions de la science que les contenus disciplinaires défendus par les tenants d’une pédagogie plus impositive, renvoyés à une géographie épistémologiquement plus datée. Enfin, le troisième livret traite des supports didactiques dont les cartes construites45, ce qui a pour mérite d’orienter les regards des pédagogues vers l’analyse des outils de la discipline.

Après l’éveil, la didactique (1985-1994)

15Si la question épistémologique devient alors de plus en plus centrale, c’est que, dans la corporation des historiens et chez les politiques, l’éveil est de plus en plus dénoncé au nom de la disparition des contenus. Cette contestation va déboucher en 1985 sur l’abandon officiel de l’éveil ; mais, entre-temps, une jeune génération de didacticiens de la géographie de l’école primaire s’était formée, dont une bonne part issue du baby-boom. Elle poursuit pendant une dizaine d’années avec énergie le débat sur un terrain désormais plus didactique que pédagogique et se construit une légitimité en s’efforçant de combiner pédagogie et épistémologie de la discipline.

1985, l’éveil est fini

  • 46 J.-N. Luc, « Une réforme difficile, un siècle d’histoire à l’école élémentaire (1887-1985) », Histo (...)
  • 47 A. Decaux, « Préface », in Des enfants sans histoire : le livre blanc de l’enseignement de l’histoi (...)
  • 48 R. Girault, L’histoire et la géographie en question. Rapport au ministre de l’Éducation nationale, (...)
  • 49 Intervention spontanée (ce n’était pas à l’ordre du jour) de François Mitterrand au Conseil des min (...)

16Au milieu des années 1980, la réalité des classes est, comme toujours, en décalage avec les prescriptions ; en histoire, les maîtres se revendiquent soit des pratiques traditionnelles, soit de l’éveil, soit n’en font pas46. On peut supposer qu’en géographie, il en est de même, la minceur des cahiers intitulés « Cahier d’éveil » en témoigne souvent. C’est dans ce contexte que la campagne d’opinion dénonçant un « enseignement de l’histoire réduit à une peau de chagrin »47 menée par Alain Decaux et l’Association des professeurs d’histoire et de géographie (APHG) rencontre une très forte audience. En réponse, le ministre Alain Savary commande à René Girault un rapport, dont le titre évoque l’enseignement de l’histoire et de la géographie, même s’il n’y est question que de l’histoire48. Ensuite, le président de la République François Mitterrand lui-même manifeste sa colère contre l’insuffisance de l’enseignement historique49.

  • 50 Ministère de l’Éducation nationale, Colloque national sur l’histoire et son enseignement : 19-20-21 (...)
  • 51 Arrêté du 18 juin 1984 : « Objectifs et programmes pour l’enseignement de l’histoire et de la géogr (...)
  • 52 Ibid., p. II.

17Une commission permanente est créée, un colloque mis sur pied50. S’en suivent de nouvelles instructions, exclusivement consacrées à l’enseignement de l’histoire et de la géographie de la grande section de maternelle à la fin du primaire, un document détaillé, long de 32 pages51. C’est la fin du « tiers-temps pédagogique » ; mais il subsiste encore un certain équilibre dans la démarche entre approche impositive et démarche d’éveil, la géographie et l’histoire étant « des domaines d’enseignement qui, comme d’autres, peuvent faire appel à la démarche d’éveil »52.

  • 53 Arrêté du 15 mai 1985 ; voir ministère de l’Éducation nationale, École élémentaire : programmes et (...)
  • 54 J.-P. Chevalier, « Les quatre mondes lexicaux des programmes de géographie du primaire… et les troi (...)
  • 55 Arrêté du 22 novembre 1995.

18Cet équilibre ne dure que quelques mois. En 1985, les programmes signés par Jean-Pierre Chevènement53 s’affichent comme une tentative de restauration d’une école primaire d’avant l’éveil. L’étude lexicale de ce texte54, outre la disparition du mot éveil, montre qu’il est essentiellement construit autour de l’action du maître : « …le maître rend les élèves capables d’observer… il utilise le récit ; il tire parti… il recourt… il fait appel… le maître aide l’enfant à acquérir un vocabulaire de base… le maître aide l’élève à découvrir… ». La référence aux sujets d’étude en géographie dans les programmes peut aussi servir d’indicateur à l’évolution des commandes faites aux enseignants. En 1984, la pratique des sujets d’étude est limitée à quatre ou cinq par an et au total ils ne doivent pas excéder la moitié de l’horaire annuel, permettant néanmoins un maintien d’une pédagogie d’éveil. En 1985, l’exercice est plus fortement encadré, ne devant pas excéder le tiers de l’horaire annuel, et il doit servir à « approfondir le programme ». Il en est de même en 199555. Ensuite, la référence aux sujets d’étude a disparu des programmes, la page de l’éveil était bien tournée.

Les géographes pédagogues deviennent didacticiens

19Si la démographie scolaire a relativisé la place de l’école primaire par rapport à l’enseignement secondaire, l’augmentation générale de la population scolaire a aussi entraîné un développement des écoles normales et un profond renouvellement de leur corps enseignant. De nouveaux jeunes professeurs d’écoles normales ou de centres de formation des professeurs d’enseignement général des collèges (PEGC), en quête d’une légitimité professionnelle et scientifique, y mâtinent alors la démarche d’éveil avec les nouvelles géographies. Ils combinent souvent pédagogie de la découverte idiographique et construction de modèles spatiaux, approches structuralistes et culturalistes. Le centre de formation des inspecteurs du primaire et des professeurs d’écoles normales, où un grand nombre suit un stage d’un an, est un creuset identitaire ; il en est de même de leur principal syndicat, le Syndicat national des professeurs d’écoles normales (SNPEN). En géographie, ils contribuent fortement à la création de l’Association française pour le développement de la géographie (AFDG), qui se veut une alternative à la traditionnelle APHG. L’AFDG organise des stages d’été de formation continue des enseignants, financés par le Ministère, ce qui contribue à son rayonnement. Nombre de ces professeurs d’écoles normales obtiennent aussi le statut de chercheur associé à l’INRP et rejoignent ainsi les équipes animées par Lucile Marbeau, puis François Audigier.

  • 56 Le calcul est fait sur la base des fiches descriptives des programmes des 30 unités de formation qu (...)
  • 57 J.-P. Chevalier, Du côté de la géographie scolaire. Matériaux pour une épistémologie et une histoir (...)
  • 58 J.-P. Chevalier, I. Lefort, « Enseigner la géographie, quelques décennies de réflexions didactiques (...)

20Outre l’effet démographique produit par l’augmentation du nombre de normaliens, les effectifs des professeurs d’histoire et de géographie en écoles normales croissent sous l’effet de l’accroissement des volumes horaires qui leur sont confiés en formation. En 1979, dans le cadre d’une formation en 3 ans des normaliens, un professeur d’histoire-géographie en école normale d’instituteurs assure entre 50 et 150 heures d’enseignement par promotion, soit entre 5 % et 15 % de leur encadrement56. Un maximum est atteint entre 1986 et 1992, où, dans le cadre de la formation en 2 ans après le diplôme d’études universitaires générales (DEUG), historiens et géographes assurent entre 100 et 213 heures de cours à chaque promotion, soit entre 8 % et 16 % de la formation des normaliens. Le nombre des historiens et géographes formateurs des maîtres de l’enseignement primaire connaît donc une augmentation considérable jusqu’à la fin des années 1990. De 1985 à 1992, ils sont en moyenne une petite cinquantaine à participer chaque année aux journées sur la didactique de l’histoire, de la géographie et des sciences sociales organisées par l’INRP57. Les géographes y sont longtemps plus dynamiques que leurs collègues historiens. Un certain nombre d’entre eux se lancent dans des thèses portant sur la didactique de la géographie à l’école élémentaire, avec un maximum de thèses soutenues pendant les années 1990-199458, thèses parfois en sciences de l’éducation, mais plus souvent en géographie, la géographie universitaire ouvrant ses portes à la didactique, à la différence de l’histoire. C’est une période d’universitarisation de la recherche accentuée par la création des Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM). Le développement de ces travaux universitaires sur la didactique de la géographie à l’école primaire dans les années 1990 est ainsi un écho de l’éveil, après que cette pédagogie eut été officiellement abandonnée. Mais cet essor de la recherche sur la didactique de la géographie à l’école primaire s’avère fragile, ne serait-ce que par suite de la diminution du nombre de formateurs spécialisés dans la formation à l’enseignement de la géographie dans le primaire dans les vingt dernières années.

La géographie des pédagogues innovants

  • 59 Abbé Le François, Méthode abrégée et facile pour apprendre la géographie, Paris, A. Brunet et J. Qu (...)

21Si, du point de vue du développement des travaux en didactique de la géographie à l’école primaire, l’année 1985 ne marque pas immédiatement une rupture, il en est aussi un peu de même dans les pratiques dans les classes qui évoluent lentement, même quand leur légitimité change. Les continuités sont aussi à chercher du côté du passé plus lointain. Depuis longtemps, l’enseignement de la géographie est placé simultanément sous des auspices d’apparence contradictoire, ceux « d’une mémoire heureuse »59, comme celle de Mlle de Crozat, et ceux de la démarche d’investigation comme celle de l’Émile de Rousseau perdu en forêt de Montmorency.

22Contradiction apparente aussi dans la constitution d’un corpus disciplinaire de didactique de la géographie à l’école élémentaire, largement mis en place par ceux qui avaient été recrutés pour former les instituteurs à la pratique de l’éveil transdisciplinaire. Contradiction qu’il ne convient pas de surestimer, compte tenu du caractère hétérogène de la géographie scolaire qui mêle des savoirs sur l’espace puisés dans les sciences humaines et les sciences de la nature.

  • 60 J.-P. Chevalier, « La place de la géographie dans la formation des enseignants du premier degré, de (...)

23Mais, pour des raisons démographiques, cet essor, postérieur à la période de l’éveil, de la réflexion sur l’enseignement de la géographie, n’a pas duré très longtemps. Les volumes horaires de formation en histoire et géographie des futurs enseignants du primaire s’écroulent à partir de 1994 pour se situer entre 40 et 75 heures, c’est-à-dire entre 4 % et 8 % de l’horaire total60. Cela a des conséquences sur l’évolution des programmes des concours et des programmes de l’école élémentaire. Le nombre de spécialistes de la didactique de la géographie à l’école primaire baisse alors régulièrement ; il est probablement aujourd’hui diminué de moitié, alors que le nombre d’élèves et d’enseignants du primaire n’a cessé d’augmenter.

Bilan

24La période de l’éveil, celle d’une pédagogie dépassant les frontières disciplinaires, a ainsi permis l’émergence de recherches didactiques disciplinaires, probablement de par la formation disciplinaire d’origine de ces chercheurs, dimension renforcée par le retour aux cadres disciplinaires dans les programmes de l’école élémentaire.

  • 61 Père Grégoire Girard, Explication du plan de Fribourg, en Suisse, dédiée à la jeunesse de cette vil (...)

25Aujourd’hui, dans une école élémentaire fortement recentrée sur la trilogie lire / écrire / compter, la géographie reste l’occasion d’ouvrir une fenêtre sur le monde. La modernité de la géographie à l’école élémentaire apparaît toujours dans son adéquation aux pédagogies novatrices ; ce n’est plus celle du père Girard, disciple de Pestalozzi, faisant étudier le plan de leur ville à ses jeunes élèves61, ni celle des promoteurs de l’éveil. La géographie scolaire reste aujourd’hui porteuse de modernité, non seulement par ses contenus, mais aussi parce qu’elle est souvent l’occasion de la mise en œuvre des nouveaux outils numériques avec tableaux interactifs, ressources documentaires sur internet et manuels numériques interactifs. La géographie, vecteur de diffusion de la démarche d’éveil dans les années 1960, outre son intérêt propre, sera-t-elle, par sa plasticité et sa diversité disciplinaire, un des vecteurs d’apprentissage en milieu scolaire de la maîtrise des nouvelles sources d’information que nous propose le monde d’aujourd’hui ?

Bibliographie

Best F., Pour une pédagogie de l’éveil, Paris, A. Colin, 1973.

Best F., Cullier F., Leroux A., Pratiques d’éveil en histoire et géographie à l’école élémentaire, Paris, A. Colin – Bourrelier, 1983.

Brouillette B. et al., L’enseignement de la géographie, Paris, UNESCO, 1966, en ligne à l’adresse suivante : http://unesdoc.unesco.org/images/0013/001339/133922fo.pdf.

Chevalier J.-P., « Les quatre mondes lexicaux des programmes de géographie du primaire… et les trois nuages d’instructions officielles de 1977 à 1995 », in Concepts, modèles, raisonnements (Actes du VIIIe colloque sur les didactiques de l’histoire, de la géographie, de l’éducation civique et des sciences économiques et sociales, Paris, 27-29 mars 1996), F. Audigier (dir.), Paris, INRP, 1997, p 75-87.

Chevalier J.-P., Du côté de la géographie scolaire. Matériaux pour une épistémologie et une histoire de l’enseignement de la géographie à l’école primaire en France, habilitation à diriger des recherches, université Panthéon-Sorbonne – Paris 1, 2003.

Chevalier J.-P., Lefort I., « Enseigner la géographie, quelques décennies de réflexions didactiques », in L’état de la géographie. Autoscopie d’une science, R. Knafou (dir.), Paris, Belin (Mappemonde), 1997, p. 54-67.

Debesse-Arviset M.-L., La géographie à l’école, Paris, PUF, 1969.

Girault R., L’histoire et la géographie en question. Rapport au ministre de l’Éducation nationale, Paris, CNDP, 1983.

Legrand L., Pour une pédagogie de l’étonnement, Paris, Delachaux et Niestlé, 1960.

Leif L., Rustin G., Dezaby R., Pédagogie spéciale, Paris, Delagrave, 1965, 3e fasc., L’histoire et la géographie.

Luc J.-N., « Une réforme difficile, un siècle d’histoire à l’école élémentaire (1887-1985) », Historiens et géographes, no 306, 1985, p. 48-207.

Maréchal J., Presle M., « L’histoire et la géographie d’hier à aujourd’hui. Les “retombées” pédagogiques à l’école élémentaire », Historiens et géographes, no 274, 1979, p. 1079-1090.

Ministère de l’Éducation nationale, « Programmation possible des diverses activités au cycle moyen », in Activités d’éveil au cycle moyen : fiches d’accompagnement des instructions officielles. 1, octobre-décembre 1981, Paris, CNDP, 1981.

Ministère de l’Éducation nationale, « Histoire et géographie d’aujourd’hui et implications pédagogiques au cycle moyen », in Activités d’éveil au cycle moyen : fiches d’accompagnement des instructions officielles. 2, janvier-mars 1982, Paris, CNDP, 1982.

Ministère de l’Éducation nationale, Colloque national sur l’histoire et son enseignement : 19-20-21 janvier 1984, Montpellier, Paris, CNDP, 1984.

Porcher L. et al., Pour comprendre et pratiquer les activités d’éveil, Paris, A. Colin (Cahiers de pédagogie moderne ; 50), 1971.

Sorre M., « L’enseignement de la géographie (introduction) », in Les activités dirigées, M. Sorre (dir.), Paris, Bourrelier (Cahiers de pédagogie moderne pour l’enseignement du premier degré ; 7), 1938, p. 3-5.

Notes

1 L. Porcher et al., Pour comprendre et pratiquer les activités d’éveil, Paris, A. Colin (Cahiers de pédagogie moderne ; 50), 1971.

2 M. Sorre, « L’enseignement de la géographie (introduction) », in Les activités dirigées, M. Sorre (dir.), Paris, Bourrelier (Cahiers de pédagogie moderne pour l’enseignement du premier degré ; 7), 1938, p. 3-5.

3 Circulaire du 26 avril 1939 ; reproduite par M. Benoît, L’enseignement de la géographie à l’école primaire, 1867-1991, thèse de doctorat en géographie, université Panthéon-Sorbonne – Paris 1, 1992, 3 vol., vol. des annexes, Corpus des textes officiels, p. 111-112.

4 Instructions du 5 mars 1942 relatives au nouveau plan d’études pour les écoles primaires, JORF du 21 mars 1942, p. 124a-125a, signées par le secrétaire d’État à l’Éducation nationale et à la Jeunesse, Jérôme Carcopino ; reproduites dans le Manuel général de l’Instruction primaire, no 29, du 4 juillet 1942, p. 2 ; voir également M. Benoît, L’enseignement de la géographie…, vol. des annexes, Corpus des textes officiels, p. 120-123.

5 Programmes provisoires de l’enseignement primaire pour l’année 1944-1945, circulaire ministérielle du 12 octobre 1944 ; programmes reproduits par M. Benoît, L’enseignement de la géographie…, vol. des annexes, Corpus des textes officiels, p. 130-131.

6 Arrêté du 17 octobre 1945 ; reproduit par M. Benoît, L’enseignement de la géographie…, vol. des annexes, Corpus des textes officiels, p. 135-136.

7 Ministère de l’Éducation nationale, Direction de l’enseignement du second degré, Instructions générales pour l’enseignement de l’histoire et de la géographie [mai 1955], Paris, Institut pédagogique national (IPN), 1958, p. 39.

8 J.-P. Chevalier, « Le lent déclin de la monographie géographique dans l’enseignement primaire », Les études sociales, no 133, 2001, p. 69-90.

9 L. Leif, G. Rustin, R. Dezaby, Pédagogie spéciale, Paris, Delagrave, 1965, 3e fasc., L’histoire et la géographie, p. 64.

10 L. Legrand, Pour une pédagogie de l’étonnement, Paris, Delachaux et Niestlé, 1960.

11 B. Brouillette et al., L’enseignement de la géographie, Paris, UNESCO, 1966, en ligne à l’adresse suivante : http://unesdoc.unesco.org/images/0013/001339/133922fo.pdf.

12 F. Best, Pour une pédagogie de l’éveil, Paris, A. Colin, 1973, p. 70.

13 L. Porcher et al., Pour comprendre et pratiquer…, p. 22.

14 Ibid., p. 26 et 95.

15 F. Best, Pour une pédagogie de l’éveil, p. 18.

16 Ibid., p. 74.

17 L. Legrand, Une méthode active pour l’école d’aujourd’hui, Paris, Delachaux et Niestlé, 1971, p. 134.

18 F. Best, Pour une pédagogie de l’éveil, p. 76-85.

19 Ministère de l’Éducation nationale, Direction de l’enseignement du second degré, Instructions générales pour l’enseignement…, p. 35.

20 R. Clozier, « L’enseignement de la géographie et l’adaptation des programmes au niveau mental des élèves », Cahiers de géographie du Québec, vol. 5, no 9, octobre 1960-mars 1961, p. 126.

21 B. Brouillette et al., L’enseignement de la géographie, p. 9. B. Brouillette, « Rapport de la Commission de la géographie dans l’éducation pour la période de 1968 à 1972 », Cahiers de géographie du Québec, vol. 16, no 37, 1972, p. 141-150.

22 M.-L. Debesse-Arviset, M. Debesse, « Place de l’enseignement géographique au cours du développement de l’enfant », in La géographie, M. Sorre (dir.), Paris, Bourrelier (Cahiers de pédagogie moderne), 1953, p. 34-41. M.-L. Debesse-Arviset, « Enquête sur la formation de la notion d’espace géographique », Courrier de la recherche pédagogique, no 16, juin 1962, p. 27-55. M.-L. Debesse-Arviset, L’environnement à l’école, une révolution pédagogique, Paris, PUF, 1973, 136 p.

23 L. Marbeau, « Recherche appliquée sur programme en histoire, géographie, initiation économique, sociale et politique », L’Information géographique, no 5, 1969, p. 232-234.

24 M. Roumégous, Didactique de la géographie. Enjeux, résistances, innovations, 1968-1998, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002, p. 49-117.

25 V. Prévost, « L’enseignement de la géographie au 22e congrès international de géographie », Historiens et géographes, no 241, 1973, p. 571-575.

26 M. Rouchette et J. Vacquier, « Introduction », in L’enseignement dans le cycle d’observation, M. Rouchette, J. Vacquier (dir.), Paris, A. Colin (Cahiers de pédagogie moderne ; 27), 1964, p. 4.

27 A. Casanova, « La géographie en 6e et les techniques de connaissance. L’enseignement dans le cycle d’observation », in L’enseignement dans le cycle d’observation, p. 109.

28 Arrêté du 7 août 1969, circulaire du 2 septembre 1969.

29 L. Porcher et al., Pour comprendre et pratiquer…, p. 25.

30 M.-L. Debesse-Arviset, La géographie à l’école, Paris, PUF, 1969.

31 Arrêté du 18 mars 1977 : « Horaires applicables au cycle préparatoire des écoles élémentaires », JORF, 25 mars 1977, p. 1635.

32 Circulaire no 77-266 du 2 août 1977 : circulaire sur l’école maternelle adressée aux recteurs, aux inspecteurs d’académie et signée par le ministre de l’Éducation, René Haby, BOEN, no 30, 1er septembre 1977, p. 2313- 2338.

33 Arrêté du 7 juillet 1978 : « Horaires applicables au cycle élémentaire des écoles primaires », JORF, 12 juillet 1978, p. 2777.

34 Voir dans le livret documentaire publié par le ministère de l’Éducation et envoyé à tous les professeurs d’histoire et de géographie de collège : « Agents et activités économiques dans le milieu local », Fiches documentaires. Sciences humaines (histoire, géographie, économie, éducation civique), no 4, mai 1977, p. 14-30.

35 Circulaire no IV 69-371 du 2 septembre 1969 : aménagement de la semaine scolaire dans les écoles élémentaires et maternelles, pour le ministre et par délégation H. Gauthier, BOEN, no 35, 18 septembre 1969, p. 2910.

36 Arrêté du 18 juillet 1980.

37 Il s’agit d’une note du 8 août 1957 d’Aristide Beslais, directeur de l’enseignement du premier degré, intitulée : « Instructions relatives à l’enseignement de l’histoire et de la géographie dans les cours élémentaire, moyen et supérieur des écoles publiques », dans le cadre d’une réduction d’une demi-heure par semaine de cet enseignement.

38 F. Best, F. Cullier, A. Leroux, Pratiques d’éveil en histoire et géographie à l’école élémentaire, Paris, A. Colin – Bourrelier, 1983, p. 39-41.

39 Ibid., p. 42.

40 Ibid.

41 Ministère de l’Éducation nationale, « Programmation possible des diverses activités au cycle moyen », in Activités d’éveil au cycle moyen : fiches d’accompagnement des instructions officielles. 1, octobre-décembre 1981, Paris, Centre national de documentation pédagogique (CNDP), 1981.

42 Ministère de l’Éducation nationale, « Histoire et géographie d’aujourd’hui et implications pédagogiques au cycle moyen », in Activités d’éveil au cycle moyen : fiches d’accompagnement des instructions officielles. 2, janvier-mars 1982, Paris, CNDP, 1982.

43 Ibid., p. 1 du sous-dossier « Sciences sociales ».

44 J. Maréchal, M. Presle, « L’histoire et la géographie d’hier à aujourd’hui. Les “retombées” pédagogiques à l’école élémentaire », Historiens et géographes, no 274, 1979, p. 1079-1090.

45 Ministère de l’Éducation nationale, « Quelques supports didactiques, frises historiques, cartes construites », in Activités d’éveil au cycle moyen : fiches d’accompagnement des instructions officielles. 3, avril-juin 1982, Paris, CNDP, 1982.

46 J.-N. Luc, « Une réforme difficile, un siècle d’histoire à l’école élémentaire (1887-1985) », Historiens et géographes, no 306, 1985, p. 48-207.

47 A. Decaux, « Préface », in Des enfants sans histoire : le livre blanc de l’enseignement de l’histoire, J.-F. Fayard (éd.), Paris, Perrin, 1984, p. 15.

48 R. Girault, L’histoire et la géographie en question. Rapport au ministre de l’Éducation nationale, Paris, CNDP, 1983.

49 Intervention spontanée (ce n’était pas à l’ordre du jour) de François Mitterrand au Conseil des ministres du 31 mai 1983 (selon le porte-parole du gouvernement Max Gallo), citée par P. Garcia et J. Leduc, L’enseignement de l’histoire en France, Paris, A. Colin, 2003, p. 230

50 Ministère de l’Éducation nationale, Colloque national sur l’histoire et son enseignement : 19-20-21 janvier 1984, Montpellier, Paris, CNDP, 1984.

51 Arrêté du 18 juin 1984 : « Objectifs et programmes pour l’enseignement de l’histoire et de la géographie à l’école primaire », BOEN, 28 juin 1984.

52 Ibid., p. II.

53 Arrêté du 15 mai 1985 ; voir ministère de l’Éducation nationale, École élémentaire : programmes et instructions, 1985, J.-P. Chevènement (préfacier), Paris, CNDP, 1985, « Histoire et géographie », p. 57-65.

54 J.-P. Chevalier, « Les quatre mondes lexicaux des programmes de géographie du primaire… et les trois nuages d’instructions officielles de 1977 à 1995 », in Concepts, modèles, raisonnements (Actes du VIIIe colloque sur les didactiques de l’histoire, de la géographie, de l’éducation civique et des sciences économiques et sociales, Paris, 27-29 mars 1996), F. Audigier (dir.), Paris, Institut national de recherche pédagogique (INRP), 1997, p 75-87.

55 Arrêté du 22 novembre 1995.

56 Le calcul est fait sur la base des fiches descriptives des programmes des 30 unités de formation que les élèves-instituteurs suivent durant leurs trois années de formation en école normale. Ministère de l’Éducation, Direction des écoles, formation initiale des instituteurs, fiche descriptive de l’unité de formation de base « activité d’éveil, sciences sociales (histoire – géographie – économie contemporaine – éducation civique) », 12 octobre 1979.

57 J.-P. Chevalier, Du côté de la géographie scolaire. Matériaux pour une épistémologie et une histoire de l’enseignement de la géographie à l’école primaire en France, habilitation à diriger des recherches, université Panthéon-Sorbonne – Paris 1, 2003, p. 348.

58 J.-P. Chevalier, I. Lefort, « Enseigner la géographie, quelques décennies de réflexions didactiques », in L’état de la géographie. Autoscopie d’une science, R. Knafou (dir.), Paris, Belin (Mappemonde), 1997, p. 54-57.

59 Abbé Le François, Méthode abrégée et facile pour apprendre la géographie, Paris, A. Brunet et J. Quillau, 1705, épître à Mlle de Crozat, p. XX.

60 J.-P. Chevalier, « La place de la géographie dans la formation des enseignants du premier degré, des écoles normales aux IUFM », in L’enseignement de la géographie après le baccalauréat (Actes du 119e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, section de géographie physique et humaine, octobre 1994, Amiens), R. Regrain (dir.), Paris, Éditions du CTHS, 1996, p. 172-177.

61 Père Grégoire Girard, Explication du plan de Fribourg, en Suisse, dédiée à la jeunesse de cette ville, pour lui servir de première leçon de géographie, Lucerne, X. Meyer, 1827.

Auteur

EMA
Université de Cergy-Pontoise

Jean-Pierre Chevalier est professeur des universités à l’université de Cergy-Pontoise, laboratoire EMA (École, mutations, apprentissages, EA 4507). Ses travaux de recherche portent sur l’histoire et l’épistémologie de la géographie scolaire depuis la fin du XVIIIe siècle. Il s’intéresse à la diffusion des savoirs géographiques dans le cadre d’un système dont l’école est un élément. Il poursuit actuellement des travaux sur l’influence des technologies sur les pratiques scolaires en géographie. Plus largement, il s’intéresse aux conceptions de l’espace géographique telles qu’elles s’expriment au travers des médias et des œuvres d’art à différentes époques.

© Presses universitaires de Caen, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search