Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Jutland dans l'œuvre de Steen Steensen Blicher

 | 
Hélène Wyss-Neel

I - Biographie

Texte intégral

1Avant d'étudier le Jutland tel qu'il apparaît dans l'œuvre de Blicher, montrons tout d'abord pourquoi il y tient une si grande place, comment les origines, la vie de notre auteur lient si fortement celui-ci à cette terre rude.

  • 1 XXV, 83

2Dans son autobiographie écrite en 1840, Blicher évoque son ascendance : son père était "le pasteur, mort l'an dernier dans sa 91ème année, connu pour ses écrits topographiques et théologiques et sa poésie latine, Niels Blicher, dont le père, le grand-père, le bisaïeul et le trisaïeul, tous avaient été pasteurs de campagne ici dans le Jutland, et dont le quadrisaïeul était le fils d'un paysan du village Horsens dans le canton de Kjaer dans le Vendsyssel. Celui-ci s'appelait Ove Horsens1. " En réalité, cet ancêtre de Blicher s'appelait Niels Jensen et était du Himmerland ; son fils, Jens Nielsen, fut prêtre à Baelum, au nord du fjord de Mariager, et épousa la fille adoptive d'un commerçant d'Aalborg, Blicher, dont leurs enfants prirent le nom. Pendant huit générations, cette famille donna des pasteurs au Danemark et surtout au Jutland, et notre auteur est l'un des maillons de cette chaîne.

  • 2 Hans Hansen : Steen Steensen Blichers Barndom og Ungdom, p. 3

3La famille paternelle de Blicher est donc de vieille souche jutlandaise. Hans Hansen en parle en ces termes : "L'élément principal du caractère de la famille est l'esprit jutlandais. Ce qu'il y a comme sang vigoureux dans les veines de Niels Blicher est un héritage de ses ancêtres jutlandais ; il s'est maintenu puissant et sain de génération en génération à cause de cette vie de plein air que mènent les pasteurs et de leur activité au milieu des paysans2."

4Du côté maternel, les ancêtres de Blicher viennent de Fionie, et il faut sans doute chercher là l'origine d'un certain nombre de traits de caractère fort peu jutlandais de notre auteur, ou, en tout cas, très éloignés de l'image qu'il a lui-même donnée du Jutlandais. Nous y reviendrons plus tard.

  • 3 XXV, 83

5Steen Steensen Blicher "est né à Vium, canton de Lysgaard, le 11 octobre 1782, au centre du Jutland du Nord, et sur la ligne de partage entre la lande et les champs3." C'est ainsi que notre auteur commence son autobiographie, et il note tout de suite le fait qui marque si fortement sa personnalité : toute sa vie, il est partagé entre la terre inculte et la terre cultivée, entre ce qui est sauvage et ce qui est civilisé, entre la nature et la culture ; et cette dualité est sensible dans toute son œuvre.

6La plus grande partie de son enfance s'écoule dans le presbytère de son père ; mais il fait aussi de longs séjours chez son grand-oncle maternel, au manoir d'Avnsbjerg ; en effet, sa mère est sujette à de graves crises de neurasthénie pendant lesquelles on éloigne l'enfant ; elle termine d'ailleurs sa vie dans un état de complète aliénation mentale. Ces tristes circonstances contribuent à rapprocher le fils et le père : ce dernier devient le seul compagnon, le guide, le conseiller, l'éducateur, et lui qui aime tant son pays et le connaît si bien communique cet amour et cette connaissance au jeune Steen. Il l'entraîne pour de longues promenades et des parties de chasse à travers la lande qui, à cette époque, s'étend à l'infini dans cette région, sans même un petit bois pour couper la vaste perspective ; il le fait monter au sommet des collines pour y admirer le paysage. Et tout en marchant, il lui fait découvrir les différentes plantes et fleurs, les animaux, les oiseaux ; il lui raconte l'histoire du pays ; il lui parle de ses habitants, des paysans aussi bien que des bohémiens, et de leurs coutumes. Tout ce monde d'images, varié, riche, coloré, se retrouvera plus tard dans son œuvre, et y sera souvent éclairé par le soleil de l'enfance ; son sens de l'observation est aussi éveillé au cours de ces promenades, et restera toujours très vif.

  • 4 XXIV, 44
  • 5 XXIV, 45

7C'est un autre aspect du Jutland qu'il apprend à connaître au manoir d'Avnsbjerg : "Dans ma jeunesse, je devais, plus souvent et plus longtemps que je le désirais, séjourner, ou plutôt, être emprisonné dans ce manoir4." Le châtelain, son grand-oncle, est plein de bonhomie ; mais sa femme est très autoritaire, et, quoiqu'aimant bien l'enfant, elle en fait le jouet de ses caprices. Pourtant, malgré ces désagréments, Blicher demeurera toujours attaché à ces vieux manoirs avec leurs beaux jardins, restes d'un faste en voie de disparition, et nous les retrouverons souvent dans son œuvre. D'ailleurs, à Avnsbjerg, le petit Steen a un ami qui lui fait oublier la tyrannie de sa grand-tante, et dont il parlera à plusieurs reprises : c'est le garde-chasse Guillaume ; "je n'étais jamais aussi heureux que lorsque, parfois, j'obtenais la permission d'aller le voir dans sa chambre, d'examiner ses fusils, de jouer avec ses chiens, et d'écouter ses histoires de chasse5." Sa passion pour la chasse remonte donc à ses jeunes années.

8Malgré la maladie de sa mère et les jours pénibles sous la tutelle de la châtelaine d'Avnsbjerg, Blicher se rappellera toujours son enfance comme la période la plus heureuse de sa vie, et il l'évoquera souvent avec mélancolie :

  • 6 "Demeure de ma joie ! " : Blicher fait allusion à la maison où il a passé son enfance, le presbytè (...)
  • 7 Colline où l'on allumait un feu en cas de guerre.
  • 8 IV, 224

"Halte ici, maintenant ! Que je ne passe pas près de toi en hâte,
Demeure de ma joie6 I Je veux m'attarder un petit moment
Près de cette maison couverte de chaume, pour rappeler
Les années passées où ces collines à l'est
Etaient le bout du monde, et la colline coiffée de son cairn7
une grande montagne.
Et l'étang, une mer ; et la chênaie là-bas,
Une forêt sans bornes où logeaient esprits et brigands8 :"

9Puis il se souvient des descentes en luge sur les pentes couvertes de neige, l'hiver ; du jardin avec sa tonnelle sous laquelle le père racontait des histoires à son fils ; de la sonnerie de l'angélus qui le conviait à aller se plonger dans un sommeil plein de rêves merveilleux…

  • 9 XX, 16

10Et le Jutland deviendra cher à son cœur, parce que c'est le pays de sa naissance, des jours heureux, insouciants de son enfance. "L'endroit que nous avons vu la première fois avec joie, nous le revoyons ensuite de la même manière ; non seulement le souvenir de tout ce qui s'est passé alors est réveillé et rafraîchi, mais, comme par enchantement, il nous replonge dans le même état d'âme9." Le sévère paysage de collines et de landes sera toujours pour lui "le Paradis de l'enfance".

  • 10 IH, 137

"Le désert jaune est un paradis
S'il a contemplé les premières joies de l'enfant.
Mon sol natal est le brun pays de la bruyère,
Le soleil de mon enfance a souri au-dessus de la sombre lande,
Mon pied de bambin a foulé le sable jaune,
Au milieu de noires collines habite la joie de ma jeunesse.
Le clos sans fleurs est beau à mes yeux,
Ma lande brune est un jardin d'Eden10."

11Mais, comme c'est souvent le cas, c'est la nostalgie qui l'aidera à découvrir la beauté de son pays natal.

  • 11 XXV, 87
  • 12 XXV, 89

12Blicher quitte Vium à l'âge de quatorze ans, lorsque son père devient pasteur à Randlev, au sud d'Aarhus, dans le Jutland oriental. Puis à l'automne de la même année, il entre au collège de Randers. Et, en 1799, ayant réussi son baccalauréat, il part étudier la théologie à Copenhague. H prend une part active à la vie de société de la capitale qui est pleine d'attraits pour un jeune provincial ; il cherche à devenir un dandy, et dans ce but, il apprend à danser, à faire de l'escrime... Mais ayant contracté une très grave pneumonie, il quitte Copenhague à l'automne de l'année 1801, pour aller se soigner dans l'île de Falster où il restera deux ans. "De l'automne 1803 à 1807, Blicher, à l'exception de quelques voyages d'été, resta dans la capitale11" : il y poursuit ses études, sans trop de zèle, et surtout, malgré sa pauvreté, il est un membre actif de "La Société Bourgeoise". Mais en 1807, cette joyeuse vie est brutalement interrompue ; du 2 au 7 septembre a lieu le grand bombardement de Copenhague par les Anglais : "lorsque celui-ci, la plus coûteuse de toutes les illuminations, fut fini, et comme son peu de linge, le reste de ses vêtements et ses livres avaient brûlé pendant ce temps,... il se vit obligé de quitter la capitale mutilée, et de chercher son pain quotidien chez son père à Randlev. Il y resta à peu près une année, puisque ce n'est qu'au début de l'automne 1808 qu'il repartit pour Copenhague, pour penser à l'examen final12." Il réussit cette épreuve au printemps 1809, et quitte bientôt la capitale où il ne fera plus que de brefs séjours.

  • 13 Tout d'abord, Thorning à vingt kilomètres au sud de Viborg ; puis Spentrup, à dix kilomètres au no (...)
  • 14 Hans Brix : Danmarks Digtere, p. 242
  • 15 A cause de cela, et aussi pour des raisons pécuniaires, il essaiera, à partir de 1840, d'obtenir u (...)
  • 16 Hans Brix : Digterne og Faedrelandet

13Sans doute lui arrivera-t-il de regretter amèrement de ne pouvoir aller s'y établir : dans son petit presbytère jutlandais13, la vie de société qu'il a connue au temps de ses études lui manque. L'isolement, surtout intellectuel, dans lequel il se trouve, lui pèse parfois lourdement : il a beaucoup de mal à avoir des livres, des journaux ; il ne rencontre pas souvent de gens avec qui il puisse avoir une conversation vraiment intéressante. Comme le dit Hans Brix, "le Jutland intérieur était alors, vu de la capitale, un pays aussi lointain que, de nos jours, le désert du Sahara. Pour des gens lettrés, cette exclusion du monde qu'était le fait d'y être établi, pouvait être assez dure. On n'avait pas, sans raison, forgé ce dicton : Il boit comme un pasteur jutlandais dans sa solitude14." A cela s'ajoute un regret : il pourrait, pense-t-il, faire plus facilement carrière littéraire dans la capitale ; ses œuvres ont du mal à atteindre Copenhague, et il jalouse les auteurs de moindre valeur dont les écrits sont cependant connus parce qu'ils vivent dans le centre intellectuel du pays15. Par réaction contre cet état de fait, il cherche à s'opposer aux écrivains de la capitale, et des îles en général, en devenant le poète du Jutland ; il décide de montrer que les Jutlandais, objets des moqueries des Copenhaguois, valent autant, sinon plus, que ces derniers ; il veut que son œuvre, par son réalisme et son sérieux, soit l'antithèse de celles des insulaires qu'il accuse de légèreté, de fantaisie... "Quand Blicher appelle le Jutland, et non le Danemark, sa patrie, il faut comprendre cela comme une opposition délibérée aux écrivains qui ont insisté sur le fait que leur patrie était le doux royaume insulaire16."

14Mais d'ailleurs, Blicher a-t-il vraiment désiré passer sa vie dans la capitale ? Quelques passages de son œuvre permettent d'en douter, et tout d'abord, cet adieu à Copenhague tiré du Voyage au Jutland en six journées :

  • 17 IV, 124

"Adieu, adieu, toi, fourmillière enveloppée de fumée !
Avec tes tours, brins de paille légèrement ébouriffés
Que tu es petite ! Un simple grain de poussière sur ma lorgnette
Cache toute ta splendeur, reine de l'Øresund.
Tu es si amorphe, toi, demeure de milliers ! - je prête en vain
l'oreille
A la clameur et au vacarme de tes rues grouillantes –
Pour moi, tu es déserte et silencieuse comme Tadmor et Cartilage17."

15Le poète étouffe dans la ville, se sent seul au milieu de la foule.

16Un poème du premier recueil publié par Blicher en 1814, Le jeune homme dans la grande ville, démontre que les plaisirs de la capitale n'apportent pas le vrai bonheur. Le vieux chasseur met en garde l'adolescent qui se hâte vers la ville où l'attend, dit-il, la joie :

  • 18 III, 104

"Si tu veux vraiment savoir où demeure la joie,
Alors, viens avec moi !
Dans la forêt et le désert, tu la trouveras18."

17Mais ce sage conseil n'est pas écouté. Et, peu de temps après, le chasseur qui s'est décidé à prendre lui aussi le chemin de la grande ville, rencontre, aux portes de celle-ci, le jeune homme qui est maintenant un être décrépit au visage fané, à la main tremblante : il a gaspillé ses années de jeunesse à de vains plaisirs et il ne désire plus que la mort. Blicher n'a pas trouvé la vraie joie au cours des années passées à Copenhague : la vie de société lui a plu, l'a distrait pendant un moment, mais n'a pas réellement comblé ses aspirations ; il a besoin d'espace, de grand air, de la solitude sur la lande pour parvenir à son plein épanouissement.

18Et peut-on trouver preuve plus convaincante que ce poème Nostalgie, écrit vraisemblablement en 1811, après le long exil en ville, à Copenhague et à Randers, alors qu'il est encore dans le Jutland oriental, à Randlev ?

  • 19 III, 137

"Cher tu nous es, pays natal, doux est ton nom,
Vers toi se tend la grande nostalgie de tes fils,
Une force secrète nous attire en ton sein,
Auprès de toi, tout autre pays n'est qu'une prison19."

19Cette patrie, ce sol natal, c'est "le brun pays de la bruyère", comme le dit l'auteur dans la suite de ce poème que nous avons citée plus haut.

20Il semble donc assez évident que les années passées à Copenhague ont contribué à faire apprécier à Blicher la sauvage nature jutlandaise.

21Un autre événement joue aussi un très grand rôle dans cette prise de possession progressive par Blicher de son pays natal : le séjour dans l'île de Falster, que nous avons déjà mentionné.

  • 20 XXIX, 170

22"Je suis né, sinon au milieu de la lande, du moins si près d'elle que de trois côtés, j'avais ses bruns tapis sous les yeux. Quel changement pour moi, homme des bruyères âgé de dix-neuf ans, lorsque j'arrivai, comme précepteur, dans la charmante Falster I Ces champs avec leur richesse égyptienne en céréales, ces bois magnifiques, aussi exubérants que s'ils étaient importés d'Australie - je me demandais : es-tu vraiment au Danemark ? Et puis les ravissantes filles - je m'étonnais presque d'entendre des mots danois sortir de leurs lèvres épaisses ; j'aurais attendu du grec ou du tahitien20." Blicher ne souffre pas de la nostalgie dans ce pays idyllique ; cela ne fait d'ailleurs pas encore très longtemps, à cette époque, qu'il a quitté le sol natal. Mais, dans cette île verdoyante, fertile, il a l'impression d'être dans un pays étranger ; et ce dépaysement total, en plein Danemark, lui fait prendre conscience de sa nationalité jutlandaise.

  • 21 "le barde royal de Morven" : ce poète est Ossian ; Morven est un massif montagneux d'Écosse.
  • 22 XXV, 86

23Une autre expérience, vécue par notre auteur dans l'île de Falster, sera décisive pour sa carrière de poète jutlandais. Pendant son séjour, il fait la connaissance du professeur Christian Olufsen qui lui prête les contes ossianiques dans la version originale anglaise. "Avec un autre ami, plus âgé, il conclut une liaison aussi chère que solide - le barde royal de Morven21, dont les puissants accords de harpe ont bien contribué à l'orientation poétique du Jutlandais22." C'est ainsi que Blicher raconte, dans son autobiographie, cette rencontre avec Ossian qui va être vraiment le point de départ de sa carrière poétique. Le cadre de ces récits ossianiques est l'Écosse dont la nature est sauvage et mélancolique comme celle du Jutland, et la lecture de cette œuvre donne à Blicher la nostalgie des grandes landes de son pays natal. H traduit tout d'abord Ossian en danois ; puis il conçoit le désir de chanter la nature jutlandaise, et sa poésie sera évidemment très fortement marquée par l'empreinte ossianique, à ses débuts surtout, mais cette influence restera sensible tout au long de l'œuvre de notre auteur, et elle est en particulier à l'origine de sa conception romantique de la nature.

24Voici donc le contexte sentimental et littéraire dans lequel se situe le retour de Blicher au Jutland. Ce retour a lieu en 1810, et notre auteur ne quittera plus guère la péninsule, sauf pour quelques séjours à Copenhague et un voyage en Suède. Il est d'abord professeur à Randers ; puis à l'automne 1811, il va s'installer chez son père à Randlev, au sud d'Aarhus, comme intendant de l'exploitation agricole attenant au presbytère. En 1818, il obtient enfin une charge de pasteur à Thorning, avec l'annexe de Lysgaard qui dépendait de Vium, lorsque son père y était pasteur : le voilà enfin vraiment retourné à son pays natal, celui de son enfance. En 1825, il obtient la paroisse plus riche de Spentrup, non loin de Randers ; il y restera jusqu'à sa mort.

  • 23 Vilhelm Andersen : Dansk Litteraturhistorie, III, 287

25Comme le dit Vilhelm Andersen, "Après un état d'exil spirituel, Blicher a vécu, dans les années suivant 1820, un "retour au pays" physique et spirituel23."

  • 24 VI, 148

26Cette marche vers le pays natal est très sensible dans l'œuvre de Blicher. De la période passée à Falster et à Copenhague date la traduction d'Ossian. Pendant son séjour à Randlev, il écrit le Voyage au Jutland en six journées : ici c'est le retour, mais dans ce poème il n'a pas encore pleinement trouvé sa "patrie" ; c'est encore plus avec les yeux d'Ossian, qu'avec ses yeux d'enfant, qu'il voit alors le Jutland. Puis c'est Thorning, où il prend véritablement possession de son royaume, comme il le raconte dans l'une de ses premières oeuvres en prose sur le Jutland, Légendes anciennes de la Grand-Lande, publiée en 1824 : "... lorsque, quittant le sol accidenté des régions de l'est, je me mis à voguer sur la lande, ce fut pour moi, comme si, maintenant seulement, je partais dans le vaste monde en complète liberté ; comme si, avant, je n'avais fait que serpenter péniblement au milieu des collines et des bois, mais maintenant planais, léger comme un oiseau au-dessus de la surface illimitée24." Ce retour au pays de la bruyère est le point de départ de l'œuvre vraiment jutlandaise de Blicher : les nouvelles, la poésie en dialecte ; et le départ pour Spentrup ne coupera pas cet élan.

  • 25 XXVII, 201
  • 26 cité par Vasegaard : Til Belysning af Blichers Liv og Digtning 1820-1836, p. 16
  • 27 Jeppe Aakjaer : Blichers Livs-Tragedie, II, 94-5
  • 28 Mylius-Erichsen : Den jydske Hede før og nu, p. 92-3

27Grâce à la vie qu'il mène, notre auteur réussit à acquérir une connaissance très profonde du Jutland : marcheur intrépide, chasseur passionné, il parcourt le pays en tout sens, son fusil à l'épaule. La nature, et en particulier la lande, lui deviennent ainsi tout à fait familières et sont pour lui un refuge, une consolation. Il vit dans des circonstances familiales pénibles, car il ne s'entend pas avec sa femme ; et, chargé de dix enfants, mauvais économe, il a constamment des soucis financiers. Il fuit donc son foyer pour trouver paix et liberté au sein de la nature. La chasse est son passe-temps favori, et il publiera même une revue pour chasseurs, Diana, dans laquelle nous trouvons un certain nombre d'histoires qui reparaîtront, plus ou moins transformées, dans ses nouvelles. Pour Blicher, ces promenades sont aussi l'occasion de rencontrer toutes sortes de gens. "J'aimais beaucoup alors, comme encore maintenant, me donner du mouvement et regarder autour de moi ; tantôt dans les manoirs, tantôt dans les fermes ; bavarder tant en jutlandais qu'en allemand, tant en danois qu'en français25." De temps en temps, il chasse en compagnie des nobles des environs, et il est invité pour manger le gibier rapporté, comme au manoir de Stendalsgaard qui, à l'époque où Blicher est pasteur à Thorning, est le centre de réunion pour la société des environs. Notre auteur prend une part active à cette vie, ainsi que le raconte le neveu du propriétaire du domaine : "Le jour, mon oncle, Blicher, mon père et Nerents allaient à la chasse, et le soir, ils rentraient pour déguster le butin du jour comme dîner, et jouer aux échecs26." Le plus souvent pourtant, Blicher part seul à travers la lande avec son fusil et son chien ; mais, étant de nature très sociable, il entame la conversation avec tous ceux qu'il rencontre, même si ce sont des bohémiens, ou, si une ferme se trouve sur son chemin, il entre pour se reposer et bavarder. Voici, rapportée par Jeppe Aakjaer27, une aventure caractéristique arrivée à un habitant des landes : "Par un pluvieux après-midi, il passa en voiture à côté d'un voyageur qui ressemblait à un artisan, et celui-ci demanda la permission de monter dans la voiture. C'était Blicher. Comme le cocher demandait aussitôt d'où était ce gars, il apprit son erreur, et ils se mirent à bavarder avec animation. Le marchand de laines s'étonna de ce que Blicher voyageât ainsi à pied. "Oh, c'est ainsi que je peux entendre et voir le plus de choses, alors qu'il en arrive si peu dans les diligences", répondit Blicher. Les deux hommes durent trouver un tel agrément dans la compagnie l'un de l'autre, qu'ils voyagèrent ensemble, faisant le commerce de la laine, pendant trois jours de temps." D'ailleurs, son métier de pasteur contribue aussi à l'introduire intimement dans toutes les classes de la société. Il sait très bien se mettre à la portée des gens simples, n'hésite pas à s'asseoir à la table du paysan, prend part aux fêtes de famille, comme le raconte Francisco Blicher, un fils de notre auteur, dans un entretien avec Mylius- Erichsen : "Père se mêlait beaucoup à la population lors des mariages et des enterrements où il parlait et chantait. Il était aimé de tous, grands et petits"28. Il sait gagner la confiance de tout le monde, et cela lui permet de bien pénétrer les caractères, d'apprendre quantité de faits et d'histoires sur le pays et ses habitants, tout en apportant conseil et réconfort à ses paroissiens.

28C'est ainsi que Blicher arrive à une connaissance très profonde et très véridique du Jutland et de sa population, puisqu'il tire son savoir d'un contact direct avec le pays, de la bouche même du peuple ; il le faisait d'ailleurs déjà pendant son enfance lorsqu'il allait bavarder avec les valets dans le presbytère de son père, ou avec le garde-chasse au manoir d'Avnsbjerg. Plus tard, il complète les connaissances acquises alors, et il le fait avec l'optique de l'homme mûr et du poète qu'il est devenu.

  • 29 Vilhelm Andersen : op. cit. III, 312

29Pour résumer de quelle manière le Jutland a pris une place si importante dans l'œuvre de notre auteur, citons Vilhelm Andersen : "La source de la poésie de Blicher n'est pas comme chez Ingemann le jaillissement dans la mémoire du temps de l'enfance, mais le revoir de l'homme confirmé avec le pays de l'enfance où il a vécu sans chagrins et la vie continuée dans ce pays. Le revoir n'est pas seulement le principe de la composition des nouvelles, mais l'âme de leur poésie29."

30Essayons donc de conclure ce chapitre par une esquisse du caractère de Blicher : est-il un vrai Jutlandais, ou son ascendance fionienne fait-elle aussi sentir son influence ?

  • 30 Hans Brix : Analyser og Problemer VI

31"Blicher était un homme très étrange et un tempérament singulier. En bon Jutlandais, il était têtu, buté, obstiné. Sa naïveté peut aussi être attribuée à la péninsule. Mais en même temps, il était distrait, fantasque, aveuglément optimiste. On ne rencontre pas souvent des hommes qui sont à la fois sanguins, hypocondriaques et amèrement mélancoliques. Il réunissait ces différents traits30."

32Blicher possède, à n'en pas douter, un tempérament assez déroutant, très variable. Aux traits de caractère typiquement jutlandais, énumérés par Brix dans la citation précédente, on peut encore ajouter sa passion pour les voyages qui, par suite de circonstances adverses, devra s'assouvir presque uniquement au Danemark. Il faut aussi parler de sa soumission au destin, poussée jusqu'au fatalisme, ce qui est assez curieux pour un prêtre : "il ne devait pas en être ainsi", dit-il avec le paysan jutlandais ; la jeunesse offre beaucoup d'espoirs qui sont tous déçus par la vie, brisés par un destin qui semble sans signification, si on ne sait se consoler en pensant que "les voies de Dieu sont impénétrables". Découlant de ce fatalisme, la mélancolie est un trait de caractère jutlandais partagé par Blicher.

  • 31 Vilhelm Andersen : Litteratur-Billeder

33Mais notre auteur se distingue parfois beaucoup des gens de la péninsule : il s'emporte très facilement, se lance sans réfléchir dans de nombreuses entreprises ; il n'est pas économe... Vilhelm Andersen met l'accent sur la distance qui sépare le caractère de Blicher de celui des héros de son œuvre : "De mentalité, Blicher n'est qu'à moitié jutlandais, en tout cas, il est loin de cette sorte d'esprit jutlandais qu'il a lui-même décrite et chantée. Le Jutlandais est robuste et tenace, Blicher était, sur des points décisifs, faible et hésitant. Le Jutlandais est peu loquace et posé, Blicher était fort vif en paroles et en gestes... ; le Jutlandais n'est guère ce qu'on appelle érotique... ; Blicher fut toujours très enclin "aux folies bénies du cœur". L'humour du Jutlandais est sèchement ironique, il est "superficiel" ou "appuyé", il raconte les histoires les plus affreuses avec un visage tout à fait sérieux ; l'humour de Blicher est lyrique et délicat31."

34L'œuvre de Blicher offre un vif intérêt pour la connaissance du Jutland, tant par ses dimensions que par la diversité des sujets abordés. Le pays y est présenté sous des aspects très divers : géographie physique et humaine, histoire, vie économique et sociale ; et surtout, ses habitants y évoluent dans leur cadre de vie et avec leurs coutumes.

35Toutefois, l'étude complète de cette œuvre présente à tout moment de grandes difficultés, dues au caractère et à la personnalité de son auteur. En effet, l'évolution de Blicher au cours de sa carrière est très sensible. D'autre part, et c'est peut-être là le plus grand obstacle à la formation d'une opinion exacte sur la pensée et la position de Blicher, nous le voyons, quelquefois au même moment, émettre des avis très différents sur un même sujet, selon qu'il s'agit d'écrits à caractère assez technique, faits dans le but de plaire au gouvernement, ou bien d'œuvres où il se laisse emporter par l'inspiration littéraire, poétique. Cette dualité se retrouve plus ou moins tout au long de sa vie et de son œuvre. La difficulté, et l'intérêt, de notre étude sera donc d'essayer de discerner, à travers des écrits si différents, la véritable pensée de Blicher. Nous pourrons peut-être ainsi arriver à montrer son apport à la connaissance du Jutland au xixème siècle.

Notes

1 XXV, 83

2 Hans Hansen : Steen Steensen Blichers Barndom og Ungdom, p. 3

3 XXV, 83

4 XXIV, 44

5 XXIV, 45

6 "Demeure de ma joie ! " : Blicher fait allusion à la maison où il a passé son enfance, le presbytère de Vium.

7 Colline où l'on allumait un feu en cas de guerre.

8 IV, 224

9 XX, 16

10 IH, 137

11 XXV, 87

12 XXV, 89

13 Tout d'abord, Thorning à vingt kilomètres au sud de Viborg ; puis Spentrup, à dix kilomètres au nord de Randers.

14 Hans Brix : Danmarks Digtere, p. 242

15 A cause de cela, et aussi pour des raisons pécuniaires, il essaiera, à partir de 1840, d'obtenir un poste le plus près possible de Copenhague.

16 Hans Brix : Digterne og Faedrelandet

17 IV, 124

18 III, 104

19 III, 137

20 XXIX, 170

21 "le barde royal de Morven" : ce poète est Ossian ; Morven est un massif montagneux d'Écosse.

22 XXV, 86

23 Vilhelm Andersen : Dansk Litteraturhistorie, III, 287

24 VI, 148

25 XXVII, 201

26 cité par Vasegaard : Til Belysning af Blichers Liv og Digtning 1820-1836, p. 16

27 Jeppe Aakjaer : Blichers Livs-Tragedie, II, 94-5

28 Mylius-Erichsen : Den jydske Hede før og nu, p. 92-3

29 Vilhelm Andersen : op. cit. III, 312

30 Hans Brix : Analyser og Problemer VI

31 Vilhelm Andersen : Litteratur-Billeder

© Presses universitaires de Caen, 1971

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter