Version classiqueVersion mobile

Formation, transformations des savoirs scolaires

 | 
Pierre Kahn
, 
Youenn Michel

Transformations

Réformer l’éducation physique, entre sportivisation et scolarisation : les cas de la natation et de l’athlétisme

Emmanuel Auvray et Yohann Fortune

Résumé

Souvent considérés comme des « sports de base », l’athlétisme et la natation ont occupé une place cardinale dans l’enseignement de l’éducation physique scolaire, et ce, d’autant plus qu’à partir de 1945, les sports viennent progressivement remplacer les gymnastiques dites de formation. À ce titre, ils constituent d’excellents marqueurs pour comprendre comment les acteurs politiques, syndicaux ou enseignants contribuent à jouer pour ou contre les réformes. Qui sont ces acteurs et comment travaillent-ils ? L’analyse montre qu’en l’espèce, si la construction d’un outil docimologique autorise l’homogénéisation, le contrôle et la diffusion de l’athlétisme dans les leçons, le constat n’est pas identique pour ce qui concerne la natation. Il apparaît en effet que malgré la scolarisation des nages sportives dans les textes officiels de l’éducation physique, les pratiques pédagogiques réelles soient longtemps restées à l’ombre de la natation sportive pour des raisons liées à la fois aux infrastructures, aux choix d’équipe ou au rapport au savoir à enseigner. Ainsi, de manière synchronique, les réformes ayant conduit à scolariser et à sportiviser officiellement l’éducation physique n’ont pas nécessairement produit les mêmes effets au niveau des différents sports alors convoqués, enseignés et évalués entre 1945 et 1995.

Texte intégral

  • 1 G. Véziers, Une histoire syndicale de l’éducation physique (1880-2002). La force du militantisme, P (...)
  • 2 T. Terret, « Éducation physique et sports de base », in L’éducation physique au XXe siècle. Approch (...)

1Rendu obligatoire dans les lycées, collèges et écoles normales de garçons par le décret du 3 février 1869, l’enseignement de l’éducation physique (EP) est jalonné depuis par de multiples réformes. Faire une histoire de ces réformes, c’est s’intéresser, d’une part, aux actions des différents protagonistes politiques ou syndicaux1 ayant conduit à réformer l’EP et, d’autre part, aux acteurs de terrain qui, au contact de leurs élèves, ont le pouvoir de mettre en œuvre ou non ces mêmes réformes. À partir d’exemples pris sur l’enseignement de la natation et de l’athlétisme, sports de base2 de l’EP, cette contribution se propose d’illustrer les rôles respectifs de ces catégories d’acteurs ayant impulsé ou infléchi le changement. Entre 1960 et 1995, comment les réformes inhérentes à la sportivisation de l’EP ont-elles pesé sur l’enseignement prescrit et réel de la natation ? Sous la IVe République, en quoi les débats relatifs à l’inscription d’épreuves physiques obligatoires aux examens ont-ils été déterminants quant à la généralisation de l’athlétisme dans les leçons ? Telles sont les deux questions majeures auxquelles nous tenterons de répondre ici, non sans revenir au préalable sur les mécanismes qui sous-tendent en général les réformes scolaires en EP.

L’éducation physique et la réforme : entre sportivisation et scolarisation

  • 3 A. Prost, « Comment faire l’histoire des réformes de l’enseignement ? », in Les sciences au lycée. (...)
  • 4 La rénovation scolaire est entendue ici comme le renouvellement officiel de ce qui doit être enseig (...)
  • 5 Les sciences au lycée…, « Introduction », p. 2-13.
  • 6 A. Prost, Éducation, société et politiques. Une histoire de l’enseignement en France, de 1945 à nos (...)
  • 7 P. Clastres, P. Dietschy, Sport, culture et société en France, du XIXe siècle à nos jours, Paris, H (...)
  • 8 G. Klein, Une affaire de discipline. L’éducation physique en France et en Europe, 1970-2000, Paris, (...)
  • 9 Précisons que le général de Gaulle était attaché à l’idée de pouvoir utiliser le sport pour former (...)
  • 10 En attestent les propositions contenues dans l’Essai de doctrine du sport : une étude de la commiss (...)
  • 11 J.-L. Martin, Histoire de l’éducation physique sous la Ve République (1958-1969) – L’élan gaullien  (...)
  • 12 Circulaire du 21 août 1962, « EPS. Instructions pour l’organisation des activités du sport : initia (...)
  • 13 Selon Antoine Prost, entre 1960 et 1986, les effectifs scolaires, suite à la réforme Berthoin de 19 (...)
  • 14 Essai de doctrine du sport…, p. 18.
  • 15 Ministère de la Jeunesse et des Sports – ministère de l’Éducation nationale, Programmation des acti (...)

2L’historiographie relative aux réformes de l’enseignement en France3 a permis de mettre en lumière les mécanismes sous-jacents à toute réforme ou rénovation scolaire4. De manière globale, lorsque le législateur décide de réformer les disciplines scolaires, c’est que les savoirs dispensés deviennent, à un moment donné, périmés vis-à-vis de l’évolution de leur référence savante et / ou inadaptés aux finalités et objectifs de l’école, eu égard aux transformations et aux demandes de la société comme à l’évolution des publics scolaires5. L’historiographie de l’EP montre que la discipline a connu, au cours des XIXe et XXe siècles, de nombreuses réformes de contenus et de méthodes pédagogiques. Concernant plus précisément la seconde moitié du XXe siècle, l’EP a été fortement marquée par un processus réformateur de sportivisation, dans un contexte international de Guerre froide et, en France, de démographisation scolaire6 et de démocratisation des loisirs corporels7. Par sportivisation, les historiens de l’EP entendent la transformation de ses pratiques et de ses finalités à partir de l’utilisation du sport, en lieu et place de la gymnastique de formation et de la méthode naturelle. Sur le fond, la sportivisation de l’EP renvoie à une réforme de nature à la fois politique, sociale et culturelle, qui n’est pas nécessairement partagée par l’ensemble des acteurs du champ8. Elle s’accentue en effet dès l’entrée dans la Ve République, dont le président Charles de Gaulle9 affiche la volonté de moderniser l’EP, afin qu’elle contribue directement au développement du sport de masse et du sport d’élite10. Dans ce contexte, les « profs de gym » constituent une petite armée11 au service du ministère de la Jeunesse et des Sports, pour permettre l’avènement d’un sport éducatif de masse. De manière consubstantielle, la sportivisation de l’EP constitue une réforme culturelle dans la mesure où, entre les instructions officielles (IO) de 1959 et la circulaire du 21 août 1962, l’enseignement des « gestes sportifs les plus caractéristiques »12 prend progressivement le pas, dans la leçon obligatoire d’EP, sur une gymnastique de formation essentiellement composée de séries de mouvements non représentatifs des pratiques sociales. Enfin, en permettant à un nombre croissant d’élèves scolarisés dans le secondaire, suite à la réforme Berthoin de 195913, d’accéder à des pratiques sportives jusque-là réservées à une élite14, la sportivisation de l’EP incarne une certaine mutation sociale. Au tournant des années 1960, et au nom de motifs sans doute différents, elle constitue une réforme à la fois souhaitée par la parole d’autorité et la parole syndicale. Mais, réciproquement, la sportivisation a sous-tendu un processus irréfragable de scolarisation des pratiques sportives au sein de la culture scolaire. Le contenu des textes officiels relatifs à l’EP témoigne de cette scolarisation de l’enseignement prescrit des pratiques sportives. En atteste, par exemple, la partie consacrée à la natation dans la Programmation des activités physiques et sportives dans les établissements scolaires (1967)15, qui recouvre, de la sixième à la terminale, les propositions didactiques de Raymond Catteau. L’essentiel du débat porte alors sur la capacité de définir et de choisir, de hiérarchiser et de différencier, d’évaluer et de noter l’enseignement des activités physiques et sportives (APS).

3De ce point de vue, les visées morales, hygiénistes, éducatives et culturelles assignées à l’EP ont conféré à l’athlétisme comme à la natation, une place de choix dans les contenus dispensés. Pour cette raison, faire l’histoire de l’enseignement de ces deux activités en EP constitue un bon indicateur pour l’analyse des transformations et des réformes qui ont accompagné cette discipline scolaire. En tant que sports de base, ces deux activités accompagnent les mutations tout autant qu’elles les provoquent.

Une histoire de l’enseignement de la natation en éducation physique et sportive entre le dire et le faire (1960-1995)

  • 16 Comme des traces de leçons de natation, des rapports d’inspections, des projets de cycle de natatio (...)

4C’est à partir d’un ensemble de sources privées et semi-officielles16 que nous avons pu formaliser l’évolution des pratiques pédagogiques de terrain à l’endroit de l’enseignement de la natation en éducation physique et sportive (EPS). Ce corpus nous a donc permis d’apprécier le degré d’application des réformes scolaires chez des enseignants d’EPS.

Une natation à l’ombre du sport (1960-1986)

  • 17 Ministère de la Jeunesse et des Sports – ministère de l’Éducation nationale, Programmation des acti (...)

5Selon les historiens de l’EPS, entre 1960 et 1986, l’évolution identitaire de cette discipline scolaire a été fortement marquée par un processus de sportivisation. Effectivement, s’agissant de l’enseignement de la natation, les curricula formels de l’EPS lui ont conféré, entre la circulaire du 21 août 1962 et les IO de 1986, une identité plus tournée vers une motricité de forme sportive et performative, sans toutefois perdre de vue l’acquisition d’un savoir-nager minimal et sécuritaire fixé dès 1965 sur la base d’un 50 mètres en eau profonde. En l’espèce, il s’agissait d’enseigner les nages sportives, à partir de la maîtrise du triptyque respiration-équilibre-propulsion (REP) théorisé par Raymond Catteau, et de les orienter vers la pratique de la natation synchronisée, du water-polo, du plongeon sportif et du sauvetage. Plus précisément, ils devaient apprendre les techniques de nage sportive, les départs et les virages de spécialité dans l’optique de nager vite et longtemps. Le législateur invitait le personnel enseignant à utiliser des mises en œuvre pédagogiques collectives dans lesquelles la compétition était a priori une source suffisante de motivation pour initier et entraîner un maximum d’élèves à la pratique de la natation sportive17. En ce qui concerne l’évolution des exigences prescrites par les évaluations certificatives au niveau du baccalauréat, on bascule entre 1959 et 1972, d’un 50 mètres nage libre non chronométré à un 50 mètres nage libre chronométré (1966), puis à un 50 mètres chronométré (1972) en choisissant une nage parmi les quatre nages sportives dans le respect des règlements de la Fédération internationale de natation amateur (FINA). Cette évolution docimologique témoigne de l’introduction du chronomètre et du respect des normes réglementaires propres à chaque sport dans la notation et l’appréciation de la valeur motrice des élèves au cours d’un examen scolaire. En attestent la construction puis l’usage du barème Letessier pour noter les élèves lors des épreuves d’EPS au baccalauréat.

  • 18 Ibid.
  • 19 Le crawl n’est pas, par définition, une nage sportive. Son origine se situe en dehors du champ spor (...)
  • 20 M. Attali, J. Saint-Martin, L’éducation physique de 1945 à nos jours. Les étapes d’une démocratisat (...)
  • 21 Entre 1960 et 1986, le nombre de licenciés à la Fédération française de natation (FFN) passe de 38  (...)
  • 22 « Opération les 1 000 piscines », Archives nationales, Centre des archives contemporaines (CAC) de (...)

6C’est donc dans ce contexte scolaire marqué par l’accentuation de la sportivisation de l’EP et la massification des élèves18 que les pratiques pédagogiques inhérentes à l’enseignement de la natation ont apparemment évolué à l’ombre du sport. Dans la population étudiée, nous disposons de 94 enseignants d’EPS qui indiquent avoir enseigné la natation au collège et / ou au lycée, dans 25 académies différentes, entre 1960 et 1986. S’agissant des finalités et des objectifs poursuivis, ils indiquent avoir généralement cherché à ce que leurs élèves soient plus à l’aise dans l’eau en raison d’un faible niveau de pratique initial au collège. Après cette première étape, que les enseignants ont eux-mêmes qualifiée de « familiarisation aquatique », les invariants techniques communs à l’ensemble des nages sportives ont été systématiquement abordés au travers du triptyque REP ainsi que l’amélioration des coordinations motrices. Si la brasse et le dos sont demeurés les deux techniques de nage les plus enseignées au début des années 1960, le crawl a, en revanche, occupé progressivement une place de plus en plus importante au début des années 1980. On suppose que ce choix est lié au fait que le crawl19, contrairement à la brasse, est, de toutes les nages sportives, la nage la plus efficace sur un plan chronométrique et la plus efficiente sur un plan énergétique. En ce qui concerne l’évolution des conditions matérielles, il apparaît que l’augmentation du nombre de piscines chauffées et couvertes ainsi qu’une répartition plus homogène sur le territoire national, ont contribué au processus global de démocratisation de l’enseignement de la natation en EPS. Effectivement, on peut rappeler que, si en 1961 les villes françaises de plus de 1 000 habitants (sauf Paris, Lyon et Marseille) disposaient au total de 33 bassins de 50 mètres et de 405 de 25 mètres, on estimait20 en revanche qu’il aurait fallu au moins 60 bassins de 50 mètres et 934 de 25 mètres pour espérer répondre de manière convenable aux besoins réels de l’EPS et des clubs sportifs21. Toutefois, c’est à la suite des lois de programmation de 1961 et de 1965, qui prévoyaient notamment la réalisation de 10 bassins de 50 mètres et de 175 bassins de 25 mètres, et de la mise en place au début des années 1970 d’un projet gouvernemental nommé « Les 1 000 piscines de type Caneton, Tournesol ou Iris » piloté par Jean-Baptiste Grosborne, que le nombre d’infrastructures aquatiques tend à progresser considérablement22. Concernant les mises en œuvre pédagogiques et le matériel, on peut estimer qu’ils ont tous mis au rebut l’apprentissage instrumenté de la brasse pour s’orienter vers l’utilisation de situations pédagogiques globales avec les élèves non nageurs, et analytiques avec les élèves plus débrouillés. Systématiquement, les appareils à suspension d’élèves, de type Trotzier ou potence, furent remplacés par du matériel flottant (ceinture, planche) qui libère, dans une certaine mesure, la motricité aquatique des élèves. S’agissant de l’évaluation, les collégiens devaient montrer le plus souvent qu’ils étaient capables, à la fin d’un ou plusieurs cycle(s) de natation, de nager de 25 mètres à 100 mètres en utilisant soit des nages ventrales ou dorsales et avec ou sans l’aide de matériel. Que dire de l’évolution des pratiques pédagogiques développées au sein des lycées classiques (1960-1986) ?

7Pour la quasi-totalité des enseignants d’EPS interrogés, alors en poste en lycée, c’est principalement les exigences certificatives, les conditions matérielles locales et le niveau de pratique des élèves qui ont pesé sur la nature de leurs pratiques pédagogiques. Ainsi, d’après leurs témoignages et les rapports d’inspection, pour préparer au mieux leurs élèves aux évaluations certificatives, ils ont travaillé sur les éléments techniques communs et propres aux nages sportives, aux virages et aux départs, afin qu’ils puissent parvenir à se déplacer vite en nageant la brasse traditionnelle voire, avec les élèves plus confirmés, la brasse sportive ou le crawl. Sur un plan pédagogique, ils ont eu recours, avec les meilleurs nageurs, à des situations d’apprentissage analytiques et fonctionnelles entrecoupées de longueurs de bassin pour les préparer physiologiquement à l’épreuve chronométrée de 50 mètres. Pour la grande majorité des élèves, des débutants, les enseignants ont agi prioritairement pour qu’ils apprennent à être à l’aise sous l’eau et sur l’eau. Ce sont seulement les élèves déjà formés dans les clubs sportifs, autrement dit peu d’élèves, qui se sont vus proposer une natation sportive, c’est-à-dire autour de la spécialisation technique, de l’entraînement et de la répétition gestuelle. Sur un plan plus quantitatif, si le nombre et la durée des séances de natation, données plus fréquemment dans des piscines couvertes chauffées à l’année, ont augmenté, en revanche, on a pu constater encore d’importantes disparités locales. Effectivement, qu’il s’agisse des collèges ou des lycées, on oscille, sur une année d’enseignement, entre une dizaine de séances d’une durée de 30 minutes et une séance hebdomadaire d’une durée de 45 à 50 minutes de travail dans l’eau. Entre 1960 et 1986, on peut écrire que l’enseignement de la natation en EPS est donc resté, pour la quasi-totalité des élèves du secondaire, à l’ombre de la natation sportive.

Une natation « épsienne » (1987-1995)

  • 23 C’est-à-dire, pour l’EPS, son intégration aux examens scolaires, la constitution d’un appareil doci (...)

8C’est avec l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981 que coïncide le rattachement de l’EPS au ministère de l’Éducation nationale. C’est manifestement à compter de cette date que le processus de scolarisation23 de l’EPS semble s’être accéléré dans l’optique de parer cet enseignement de certains attributs lui permettant d’être davantage reconnu comme discipline à part entière. Or, en ce qui concerne l’évolution de l’enseignement prescrit de la natation, il apparaît qu’il n’y a pas de différence notoire entre le mandat fixé par les IO de 1967 et celui des IO de 1985 (collège) et de 1986 (lycée). Effectivement, au niveau des objectifs poursuivis, les enseignants ont continué à être mandatés pour que les élèves puissent parvenir à s’adapter au milieu aquatique et acquérir les quatre nages sportives à partir de l’apprentissage du triptyque REP et de mises en œuvre pédagogiques collectives et participatives utilisant prioritairement la compétition. En outre, le personnel enseignant devait encore initier les élèves à la natation synchronisée, au plongeon, au water-polo et au sauvetage. S’agissant des évaluations certificatives (baccalauréat), on passe, entre 1972 et 1984, d’un 50 mètres chronométré en choisissant une nage parmi les quatre nages sportives, aux trois épreuves suivantes : nager un 100 mètres quatre nages ou de spécialité chronométré adossé à des démonstrations techniques, nager dix minutes ou un 400 mètres sans temps d’arrêt et une épreuve chronométrée de sauvetage. Au niveau du collège, à partir de 1985, l’évaluation a de moins en moins tenu compte de la seule performance chiffrée, seulement 1/3 des points sur 20, et davantage des conduites motrices des élèves et des progrès accomplis pour 2/3 des points sur 20. Or, comment, au cours de cette période (1987-1995) dite de scolarisation de l’EPS, les pratiques de terrain ont-elles évolué ?

  • 24 Entre 1987 et 1995, le nombre de licenciés à la FFN passe de 123 139 (dont 1 192 clubs) à 167 929 ( (...)

9Dans la population ici étudiée, nous avons pu collationner des données auprès de 84 enseignants ayant enseigné la natation dans 25 académies différentes. Comme pour la période précédente, il en ressort une relative diversité curriculaire qui n’a pas pour autant empêché l’ensemble de ces enseignants d’être en adéquation avec le mandat prescrit. Effectivement, les enseignants ont oscillé entre l’acquisition d’un savoir-nager minimal et un savoir-nager plus marqué par la spécialisation technique, la recherche de performance chronométrique et la gestion des efforts pour nager vite et longtemps en crawl et / ou en brasse. Du point de vue de l’évolution du nombre et de la durée des séances, on observe toujours une importante hétérogénéité à l’échelon national. En effet, pendant que certains collégiens ont pu bénéficier, sur un ou plusieurs niveau(x) de classe, d’une séance hebdomadaire à l’année de 40 minutes effectives, d’autres n’ont eu que 7 séances de natation de 30 minutes et uniquement en sixième. Par rapport à la question des méthodes pédagogiques employées, on remarque une utilisation plus fréquente des situations d’apprentissages globales, ludiques et fonctionnelles avec des élèves non nageurs, et des situations plus analytiques avec des élèves nageurs le plus souvent déjà formés en club24. En outre, les enseignants indiquent avoir eu plus souvent recours à du matériel pédagogique (comme des palmes, des pull-buoy, des frites), rendu manifestement plus facilement accessible grâce à l’amélioration des conditions matérielles locales. Par ailleurs, on note qu’ils ont fréquemment, au fil du temps et de leur carrière, délaissé quelque peu l’apprentissage formel des techniques de nage sportive pour orienter leurs interventions vers des acquisitions plus fonctionnelles en tenant compte alors des contraintes et des ressources naturelles du milieu aquatique et des spécificités du corps humain. Cette relative prise de distance vis-à-vis de la culture sportive compétitive peut aussi s’expliquer par rapport à une stratégie plus générale de redéfinition identitaire de l’EPS, qui consistait à s’éloigner des normes inhérentes aux sports de compétition. En atteste, par exemple, l’émergence de l’utilisation des parcours multinages, sans équivalent sportif, pour déterminer des niveaux de pratique et évaluer les élèves. Ces nouveaux usages illustrent en partie cette dynamique identitaire qui consiste à produire une natation « épsienne », c’est-à-dire une natation en EPS qui, en se définissant de l’intérieur par une série de créations didactiques, comme les parcours multinages, s’éloigne progressivement des normes propres à la natation sportive régies par la FINA.

10On assiste alors à l’apparition d’une natation scolaire marquée par l’autotélisme. Au lycée, on observe, dans la grande majorité des témoignages recueillis, que les enseignants d’EPS ont d’abord organisé leurs pratiques pédagogiques en fonction de l’évolution des exigences définies par les épreuves certificatives, des conditions matérielles locales et du niveau de pratique des élèves. Contrairement au collège, il semblerait que les situations d’apprentissage soient restées plus analytiques et plus répétitives, car les enseignants souhaitent préparer physiologiquement les élèves aux différentes épreuves chronométrées. S’agissant de l’évolution du nombre et de la durée des séances de natation, on relève encore au niveau des 25 académies étudiées des variations quantitatives importantes. Alors que dans le même temps, le nombre de piscines en France a augmenté puisque l’on dénombre en 1986 pas moins de 3 496 piscines couvertes chauffées, mixtes ou de plein air, mieux réparties d’ailleurs sur l’ensemble du territoire national entre les grandes et les moyennes villes. Dès lors, on remarque que les objectifs visés localement (projet pédagogique), les exigences certificatives et le temps de pratique des élèves ont souvent varié d’un établissement à un autre en fonction de la disponibilité des infrastructures et des coûts engendrés par le déplacement des élèves et la location des piscines. Enfin, ce sont encore seulement les élèves qui ont déjà acquis dans les clubs sportifs un bon niveau de compétence qui se sont vus proposer une natation d’obédience sportive, c’est-à-dire un véritable perfectionnement technique adossé à des séances d’entraînement.

Des pratiques de terrain relativement idoines

11L’investigation de pratiques de terrain liées à la pédagogie de la natation en EPS montre que cet enseignement a connu, entre 1960 et 1995, deux périodes relativement distinctes : une natation à l’ombre du sport (1960-1986), puis une natation « épsienne » autotélique (1987-1995). En outre, il semblerait que ces pratiques pédagogiques aient souvent précédé et accompagné l’évolution des curricula formels de l’EPS entre sportivisation et scolarisation. On peut alors écrire que la temporalité des pratiques de terrain ne se superposerait pas ici ipso facto à celle des réformes et des rénovations officielles pour de multiples raisons. Finalement, cette histoire difficile mais possible des pratiques pédagogiques révolues en EPS nous montre, comme l’a déjà souligné par ailleurs Antoine Prost, que les enseignants demeurent les acteurs décisifs des réformes. Les changements véritables sont ici fonction de leurs habitus professionnels et des ressorts de leur rationalité au travail, de la variabilité des contextes locaux d’enseignement, de la réception ou non de la parole didactique dominante (Raymond Catteau) alors institutionnalisée à l’endroit de l’enseignement de la natation en 1967.

L’athlétisme et la scolarisation de l’éducation physique par la voie des examens (1945-1959)

  • 25 A. Chervel, La culture scolaire, une approche historique, Paris, Belin, 1998.

12Si l’examen est un symbole de reconnaissance pour celui ou celle qui en est lauréat, il l’est aussi pour les disciplines scolaires qui figurent au rang des épreuves obligatoires. Ainsi, par exemple, le baccalauréat est-il un espace de reconnaissance institutionnelle que l’on ne peut négliger, dès lors que l’on s’intéresse au processus de scolarisation. Il participe bien du phénomène de construction identitaire pour toute discipline désireuse d’une intégration dans l’école, en ralentissant ou en accélérant les mutations pédagogiques. En effet, en plus de la spécialisation de certains exercices dans leur fonction d’exercices de contrôle, l’examen engendre un second phénomène, en tant qu’il influence considérablement le déroulement de la classe et le développement de la discipline25.

  • 26 Épreuves masculines : hauteur avec élan, vitesse (50 mètres, 60 mètres, 80 mètres ou 100 mètres sel (...)
  • 27 À quelques détails près, les épreuves sont quasi identiques à celles définies par le décret de 1941
  • 28 En attendant la réforme. Disciplines scolaires et politiques éducatives sous la IVe République, R.  (...)
  • 29 Y. Fortune, La table Jean Letessier : analyse et interprétation de la genèse d’un outil docimologiq (...)

13C’est par le décret du 26 mars 1941 que, pour la première fois, une épreuve d’EP facultative au baccalauréat est instituée. Le premier commissariat à l’Éducation générale et sportive de Jean Borotra lui confère alors un caractère entièrement sportif, sur la base des disciplines de l’athlétisme26. Dès la Libération, l’arrêté du 21 février 1945 modifie légèrement l’épreuve, mais le changement n’est que de façade27. Ce n’est finalement que treize ans plus tard, par le décret du 28 août 1959, que l’épreuve devient obligatoire. Face à ce constat, la IVe République peut apparaître comme un « temps mort », aucun texte ne promouvant l’EP à l’examen durant le temps de son existence. Est-ce à dire pour autant que la question est mise de côté ? Comment expliquer que, quelques mois seulement après sa nomination au rang de haut-commissaire à la Jeunesse et aux Sports, Maurice Herzog parvienne à concrétiser le projet ? L’analyse des débats sur le sujet nous montre au contraire que la IVe République constitue un « temps fort »28. Conséquemment, ces débats sont aussi l’occasion de provoquer, chez les acteurs de terrain de la discipline, une réforme interne et officieuse, portant sur la construction d’un outil docimologique cotant les performances athlétiques29 et destiné à devenir une référence majeure dans l’histoire des pratiques professionnelles en EP.

L’éducation physique obligatoire au baccalauréat : des débats récurrents

  • 30 Beaucoup d’institutionnels voient encore d’un mauvais œil l’idée d’un « baccalauréat du muscle ».

14Dès 1946, le Comité consultatif national d’hygiène scolaire et universitaire émet le souhait d’une épreuve obligatoire d’EP au baccalauréat, dans le but essentiel de lutter contre le surmenage intellectuel. En 1948, ce souhait est soumis à une tentative d’application, par l’introduction d’un brevet sportif scolaire (BSS) adapté à l’âge, et que l’élève est dans l’obligation de passer avant de se présenter à l’examen. Le projet est accepté par le Conseil supérieur de l’enseignement, mais finalement rejeté30 par le Conseil supérieur du second degré. En février 1950, la question est toujours d’actualité, puisque des études sont en cours en vue de la création d’un BSS obligatoire pour les candidats au baccalauréat. L’objectif est alors de faire pénétrer l’idée sportive dans la masse des jeunes. Sans lendemain, ces tentatives sont d’abord l’occasion de remettre en cause le caractère facultatif de l’EP dans les principaux examens, alors que, par ailleurs, celle-ci demeure une matière obligatoire dans l’enseignement.

15Une accélération est portée en 1953, sous l’impulsion d’André Marie. Dans une conférence de presse tenue le 3 septembre, le ministre de l’Éducation nationale affirme vouloir

  • 31 A. Marie, « Conférence de presse », EPS, no 17, octobre 1953, p. 45-47.

faire en sorte que tous les enfants de France aient aux examens de base une épreuve d’EPS car, jusqu’à présent, l’EP, enseignement régulier et obligatoire, n’est pas ou est insuffisamment sanctionnée aux examens […]. En ce qui concerne le baccalauréat, il reste que l’EP est la seule des disciplines obligatoires tout au long de la scolarité qui n’y fasse pas l’objet d’une épreuve imposée à tous. L’épreuve actuellement facultative doit devenir obligatoire31.

  • 32 M. Attali, J. Saint-Martin, « Essai d’analyse quantitative de l’encadrement de l’EPS entre 1945 et  (...)

16Mais la mise en œuvre du projet n’est pas sans poser certaines difficultés. Il faut tout d’abord que l’élève inapte puisse en être dispensé et que sa préparation ne crée aucun surmenage chez les autres élèves. De plus, comme l’enseignement de l’EP est loin d’être effectif et assuré partout32, il ne faut pas qu’elle soit un obstacle à la réussite à l’examen. Les responsables institutionnels proposent ainsi des épreuves qui ne tendent pas à la performance sportive, mais au contrôle de la préparation suivie et qui tiennent compte de l’insuffisance actuelle de l’équipement sportif mis à disposition des élèves. Autrement dit, l’entérinement du projet passe d’abord par des épreuves simples, reposant sur des barèmes faciles, et tout élève ayant sérieusement suivi la préparation doit pouvoir décrocher une bonne note.

  • 33 T. Terret, « Naissance d’une idéologie : l’athlétisme, sport de base ? », in L’homme en mouvement. (...)
  • 34 M. Baquet, « Faut-il réviser la notion des sports de base ? », Héraclès, no 31, décembre 1948, p. 3
  • 35 A. Blondin, L’athlétisme, Genève, R. Kister (Encyclopédie des sports modernes), t. I, Origines, évo (...)
  • 36 A. Marie, « Conférence de presse », p. 45-47.

17Dans ces conditions, l’athlétisme, « sport de base »33 à la fois complet, mesuré, matériellement peu coûteux et souvent associé aux valeurs promues par l’école (effort, rigueur, persévérance…), se présente comme un support de choix. Défini par les pédagogues en vogue dans les années 1950 comme une activité permettant « de mesurer d’une façon rigoureuse la valeur corporelle et athlétique d’un individu »34, il est le sport par l’intermédiaire duquel la consécration institutionnelle de l’EP devient envisageable. En effet, l’athlétisme « n’admet d’autres impératifs que ceux qui vous poussent plus vite ou plus loin et ne connaît d’autre arbitrage que celui du chronomètre ou du décamètre […]. [Il] est le domaine des verdicts absolus »35. Ainsi les qualités qui lui sont conférées en font-elles l’instrument idéal pour consolider la présence de l’EP aux examens, levier essentiel du processus de scolarisation. Comme le souligne Gaston Roux, directeur général de la Jeunesse et des Sports, c’est par le biais de l’examen que l’on incitera les élèves à accorder de l’importance à cet enseignement : « Aussi attrayantes que soient ces activités, l’expérience prouve que l’importance qui leur est accordée par les enfants et leurs parents croît avec la place qu’elles occupent dans l’examen »36.

  • 37 Archives nationales, CAC de Fontainebleau, versement 19790794/3.

18Mais, en réalité, l’essentiel est ailleurs. Les pouvoirs publics savent bien qu’imposer ne suffit pas pour faire adhérer les élèves. C’est même plutôt le contraire qui arrive souvent, conduisant à des pratiques de bachotage largement dénoncées. En réalité, en agissant de la sorte, il s’agit avant tout de rendre l’enseignement de l’EP effectif et de mettre les politiques en face de leurs responsabilités. Pour l’inspecteur général Robert Huguet, « il ne s’agit pas simplement, pour le ministre de l’EN, de créer une obligation pour les étudiants. Il s’agit aussi, de façon corollaire, pour le ministre de l’EN, pour l’État, de prendre l’engagement, et un engagement codifié par les textes, de permettre la réalisation de ces obligations qu’ils imposent »37. Ainsi en va-t-il de la reconnaissance de l’EP et de son corps enseignant, par le biais d’un enseignement effectif, organisé pour tous les élèves et dans tous les lycées.

Une réforme informelle : la table de cotation des performances athlétiques Jean Letessier

  • 38 Elle porte ainsi le nom de ses principaux créateurs, Jean et Pierre Letessier.
  • 39 Y. Fortune, J. Saint-Martin, « La table Letessier au service de l’intégration progressive du sport (...)
  • 40 J. Letessier, « Le brevet sportif scolaire », EPS, no 11, juin 1952, p. 7.

19Si ces projets sont finalement tous rejetés, leur récurrence demeure un signe d’espoir pour la profession. Ils poussent même quelques-uns de leurs protagonistes à engager un débat essentiel portant sur l’appréciation de la valeur physique. Initiés par la revue Éducation physique et sport dès le mois de juin 1952, les travaux du groupe d’étude no 5 débouchent en 1957 sur la publication d’une table de cotation des performances athlétiques, dite « table Letessier »38. Tandis que l’évaluation des élèves et leur notation se déroulent dans des conditions très hétérogènes, on imagine combien la nécessité d’un outil rationnel peut se fait sentir dans la pratique quotidienne des leçons39. Jean Letessier l’a d’ailleurs bien compris, lorsqu’il affirme espérer « que l’intérêt et l’importance que présente pour l’avenir de l’EP une épreuve rationnellement définie, sanctionnée officiellement comme n’importe quelle autre discipline de l’enseignement, n’échappe [sic] à personne »40. Alors que la nécessité d’une épreuve obligatoire d’EP aux examens de fin d’études primaires et secondaires est une volonté politique affichée, la concrétisation du projet passe inévitablement par la construction d’un outil fiable et rationnel, incombant dès lors à ceux qui font vivre l’EP au quotidien, c’est-à-dire ses enseignants.

  • 41 J. Letessier, « Croissance physique et performance à l’âge scolaire », EPS, no 19, février 1954, p. (...)

20La table Letessier cote avant tout les épreuves d’athlétisme (courses, sauts et lancers), activités physiques dans lesquelles la performance du pratiquant est directement mesurable à travers une donnée temporelle ou métrée. Chaque individu peut ainsi non seulement situer ses performances au sein d’une échelle globale, mais en apprécier également la valeur dans plusieurs types d’épreuves. En transformant le résultat du mètre ou du chronomètre en points, il devient ainsi possible de comparer un saut en longueur avec un saut en hauteur, mais aussi de savoir si l’on est meilleur au lancer du poids que sur 100 mètres. Et comme la répartition est établie à partir de nombreuses données statistiques liées à l’âge, on peut également « connaître pour chaque âge quelques normes de la valeur physique et, d’après ces normes, classer un individu ou un groupe parmi des individus de même âge »41. L’outil permet dès lors de savoir si l’élève est dans la moyenne ou si, au contraire, il s’en écarte exceptionnellement vers le haut ou vers le bas. Il apparaît donc que la scolarisation de l’EP des années 1950-1960 ne s’arrête pas à la question des examens. Si ce levier demeure essentiel, la table Letessier en dépasse largement le cadre. Son influence va bien au-delà, car l’outil joue en effet un rôle déterminant dans la mise en forme scolaire de l’EPS, en établissant un lien définitif entre une EP conforme à l’orthodoxie scolaire et la volonté politique de la moderniser par le sport, athlétisme en tête. Elle contribue alors à l’émergence d’une évaluation rationnelle, conjuguée à une massification de l’athlétisme, pratique dans laquelle se côtoient compétition et émulation. Ainsi les enseignants disposent-ils désormais d’un attribut scolaire supplémentaire : celui d’un instrument de cotation des performances athlétiques, véritable étalon de la valeur physique, autorisant une hiérarchisation rigoureuse et scientifique des groupes d’élèves ou d’adultes.

  • 42 Rapport du groupe d’étude no 5, Archives nationales, CAC de Fontainebleau, cote 19780581/10-13.

21Enfin, en rendant « possibles les comparaisons entre les individus »42 sur la base d’épreuves identiques ou différentes, la table Letessier pose aussi la question de la compétition et de l’émulation en tant que valeurs éducatives. Si la compétition sied assez bien à la logique de l’école des années 1950-1960, l’émulation devient un argument supplémentaire de taille pour ses défenseurs. En témoignent les propos des moniteurs d’EP de l’école d’apprentissage du chantier de Normandie :

  • 43 Ibid.

Au deuxième trimestre de l’année scolaire 1958-1959, nous avons employé la table Letessier pour familiariser les élèves avec les nouvelles conditions du BSP […]. Nous savions bien, en effet, qu’il faudrait faire quelque chose pour les élèves aux capacités physiques limitées qui se trouvaient barrés devant les performances imposées et pour ceux qui, au-dessus du niveau du BSP réalisaient la performance demandée et ne se souciaient point de s’améliorer. Eh bien ! L’emploi de la table Letessier nous a comblés. Il a amené, dès l’affichage des premiers résultats, une adhésion totale de tous et un intérêt inespéré. Chacun, de semaine en semaine, mesure les progrès réalisés. Comme il a toujours un objectif à sa portée, il s’entraîne ferme pour réaliser de meilleures performances. Quant aux plus doués, plus question de s’endormir sur les lauriers […], chacun devant s’améliorer en vue de la conquête du meilleur total43.

Et les enseignants d’insister :

  • 44 Ibid.

Quand on sait que maintenant trois sur cinq de nos futurs ajusteurs ou tourneurs, le plus souvent d’humble origine, se sont acheté une paire de pointes, […] nous croyons pouvoir parler d’une véritable révolution44.

22Si ce témoignage peut paraître anecdotique, il est cependant révélateur d’une réelle diffusion des expériences athlétiques dans l’école des années 1950-1960. Grâce à la table, une forme de démocratisation de l’athlétisme sportif est effectivement en marche.

23En légitimant la place de l’EP au sein des examens scolaires et en autorisant d’une manière égalitaire la diffusion de la culture athlétique de masse, la table Letessier accentue ainsi la scolarisation de l’EPS. À l’instar de ce qu’affirme André Chervel, on peut réaffirmer :

  • 45 A. Chervel, La culture scolaire…, p. 40.

Les épreuves finalement retenues pour l’examen ou le concours focalisent autour d’elles l’attention et l’intérêt du maître et des élèves, influant même, en amont, sur les classes antérieures. La solidarité de fait qui s’instaure entre pratique disciplinaire et préparation de l’examen masque bien souvent des mutations profondes45.

Bilan

24Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, l’histoire de l’enseignement de la natation et de l’athlétisme en EP illustre les processus de scolarisation et de sportivisation qui ont été au cœur des réformes liées à cette discipline scolaire, dans un contexte marqué par la démographisation scolaire. En l’espèce, si la construction d’un outil docimologique a finalement contribué à homogénéiser, contrôler et diffuser l’athlétisme dans les leçons, en réponse à la mise en place d’épreuves d’EP obligatoires aux examens (baccalauréat), en revanche, en ce qui concerne l’enseignement de la natation, il apparaît clairement que les pratiques pédagogiques réelles sont restées à l’ombre de la natation sportive (1960-1985) pour de multiples raisons (infrastructures, choix d’équipe, rapport au savoir à enseigner) et malgré la scolarisation des nages sportives dans les textes officiels de l’EP. Ainsi, de manière synchronique, les réformes qui ont conduit à scolariser et à sportiviser officiellement l’EP n’ont pas nécessairement produit les mêmes effets au niveau des différents sports alors convoqués, enseignés et évalués en EP entre 1945 et 1995.

Bibliographie

Catteau R., Garoff G., L’enseignement de la natation, Paris, Vigot, 1968.

Héry É., « Les pratiques pédagogiques, objets d’histoire », Carrefours de l’éducation, no 19, 2005, p. 93-105.

Letessier J., Table de cotation des performances sportives, Paris, EPS, 1957.

Merle P., La démocratisation de l’enseignement, Paris, La Découverte, 2002.

Ministère de l’Éducation nationale, Direction générale de la jeunesse et des sports, Les épreuves d’éducation physique dans les examens scolaires, Paris, Publications de l’Institut pédagogique national, 1957.

Schmitt P., Nager : de la découverte… à la performance, Paris, Vigot, 1989.

Schœbel É., Précis de natation scolaire, Paris, Bourrelier, 1947.

Terret T. et al., L’athlétisme et l’école. Histoire et épistémologie d’un sport éducatif, Paris, L’Harmattan, 2002.

Notes

1 G. Véziers, Une histoire syndicale de l’éducation physique (1880-2002). La force du militantisme, Paris, Syllepse, 2007.

2 T. Terret, « Éducation physique et sports de base », in L’éducation physique au XXe siècle. Approches historique et culturelle, J. Gleyse (dir.), Paris, Vigot, 1999, p. 127-138.

3 A. Prost, « Comment faire l’histoire des réformes de l’enseignement ? », in Les sciences au lycée. Un siècle de réformes des mathématiques et de la physique en France et à l’étranger, B. Belhoste, H. Gispert, N. Hulin (dir.), Paris, Vuibert – Institut national de recherche pédagogique (INRP), 1996, p. 15-16.

4 La rénovation scolaire est entendue ici comme le renouvellement officiel de ce qui doit être enseigné à l’école, tant du point de vue des contenus transmis que des moyens pédagogiques employés pour y parvenir.

5 Les sciences au lycée…, « Introduction », p. 2-13.

6 A. Prost, Éducation, société et politiques. Une histoire de l’enseignement en France, de 1945 à nos jours, Paris, Seuil, 1997.

7 P. Clastres, P. Dietschy, Sport, culture et société en France, du XIXe siècle à nos jours, Paris, Hachette supérieur, 2006.

8 G. Klein, Une affaire de discipline. L’éducation physique en France et en Europe, 1970-2000, Paris, EPS, 2003.

9 Précisons que le général de Gaulle était attaché à l’idée de pouvoir utiliser le sport pour former la jeunesse et le futur militaire de métier. Voir C. de Gaulle, Vers l’armée de métier, Nancy – Paris – Strasbourg, Berger-Levrault, 1934, p. 82-83.

10 En attestent les propositions contenues dans l’Essai de doctrine du sport : une étude de la commission de doctrine du sport (M. Herzog, J. Borotra [dir.], Paris, Haut-Comité des sports, 1965).

11 J.-L. Martin, Histoire de l’éducation physique sous la Ve République (1958-1969) – L’élan gaullien (1958-1969), Paris, PUF, 2004, p. 53.

12 Circulaire du 21 août 1962, « EPS. Instructions pour l’organisation des activités du sport : initiation, entraînement, compétition », BOEN, no 37, 1962, p. 3371.

13 Selon Antoine Prost, entre 1960 et 1986, les effectifs scolaires, suite à la réforme Berthoin de 1959 qui porta la scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans, passent pour le premier cycle de (en milliers d’élèves) 2 353 à 3 460.

14 Essai de doctrine du sport…, p. 18.

15 Ministère de la Jeunesse et des Sports – ministère de l’Éducation nationale, Programmation des activités physiques et sportives dans les établissements scolaires du second degré : texte définitif adopté par la Commission le 3 mai 1967, Paris, La Documentation française, 1967, p. 17-20.

16 Comme des traces de leçons de natation, des rapports d’inspections, des projets de cycle de natation, des témoignages écrits.

17 Ministère de la Jeunesse et des Sports – ministère de l’Éducation nationale, Programmation des activités physiques et sportives…, p. 17-20.

18 Ibid.

19 Le crawl n’est pas, par définition, une nage sportive. Son origine se situe en dehors du champ sportif contrairement au papillon.

20 M. Attali, J. Saint-Martin, L’éducation physique de 1945 à nos jours. Les étapes d’une démocratisation, Paris, A. Colin, 2004, p. 136.

21 Entre 1960 et 1986, le nombre de licenciés à la Fédération française de natation (FFN) passe de 38 423 (dont 679 clubs) à 118 288 (dont 1 221 clubs) ; source : département des statistiques de la FFN.

22 « Opération les 1 000 piscines », Archives nationales, Centre des archives contemporaines (CAC) de Fontainebleau, versements 19810159, art. 1-27 ; 19810178, art. 12 ; 19770271, art. 1-3 et art. 5-24 ; 19890011, art. 1-11.

23 C’est-à-dire, pour l’EPS, son intégration aux examens scolaires, la constitution d’un appareil docimologique, l’établissement d’une didactique disciplinaire, l’alignement de la formation de ses enseignants sur celle des autres, etc.

24 Entre 1987 et 1995, le nombre de licenciés à la FFN passe de 123 139 (dont 1 192 clubs) à 167 929 (dont 1 255 clubs) ; source : département des statistiques de la FFN.

25 A. Chervel, La culture scolaire, une approche historique, Paris, Belin, 1998.

26 Épreuves masculines : hauteur avec élan, vitesse (50 mètres, 60 mètres, 80 mètres ou 100 mètres selon l’âge), poids (5 ou 7 kg selon l’âge), longueur avec élan, grimper (avec ou sans les jambes selon l’âge). Épreuves féminines : hauteur avec élan, vitesse (50 mètres, 60 mètres, 80 mètres selon l’âge), lancer d’adresse (cible plus ou moins éloignée selon l’âge), longueur sans élan, grimper avec les jambes.

27 À quelques détails près, les épreuves sont quasi identiques à celles définies par le décret de 1941.

28 En attendant la réforme. Disciplines scolaires et politiques éducatives sous la IVe République, R. d’Enfert et P. Kahn (dir.), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2010.

29 Y. Fortune, La table Jean Letessier : analyse et interprétation de la genèse d’un outil docimologique en EPS (1952-1957), mémoire de master en sciences de l’éducation et didactiques, université de Caen Basse-Normandie, 2007.

30 Beaucoup d’institutionnels voient encore d’un mauvais œil l’idée d’un « baccalauréat du muscle ».

31 A. Marie, « Conférence de presse », EPS, no 17, octobre 1953, p. 45-47.

32 M. Attali, J. Saint-Martin, « Essai d’analyse quantitative de l’encadrement de l’EPS entre 1945 et 1981 », Science et motricité, no 57, 2006, p. 55-66.

33 T. Terret, « Naissance d’une idéologie : l’athlétisme, sport de base ? », in L’homme en mouvement. Histoire et anthropologie des techniques sportives, L. Robène, Y. Léziart (dir.), Paris, Chiron, 2006, vol. 1, Techniques sportives et société, p. 185-194.

34 M. Baquet, « Faut-il réviser la notion des sports de base ? », Héraclès, no 31, décembre 1948, p. 3.

35 A. Blondin, L’athlétisme, Genève, R. Kister (Encyclopédie des sports modernes), t. I, Origines, évolution, 1956, p. 16.

36 A. Marie, « Conférence de presse », p. 45-47.

37 Archives nationales, CAC de Fontainebleau, versement 19790794/3.

38 Elle porte ainsi le nom de ses principaux créateurs, Jean et Pierre Letessier.

39 Y. Fortune, J. Saint-Martin, « La table Letessier au service de l’intégration progressive du sport dans l’éducation physique scolaire (1952-1959) », Le Télémaque, no 34, novembre 2008, p. 87-100.

40 J. Letessier, « Le brevet sportif scolaire », EPS, no 11, juin 1952, p. 7.

41 J. Letessier, « Croissance physique et performance à l’âge scolaire », EPS, no 19, février 1954, p. 10.

42 Rapport du groupe d’étude no 5, Archives nationales, CAC de Fontainebleau, cote 19780581/10-13.

43 Ibid.

44 Ibid.

45 A. Chervel, La culture scolaire…, p. 40.

Auteurs

CRIS
Université Lyon 1

Emmanuel Auvray est professeur agrégé d’EPS et docteur en STAPS. Enseignant à l’université de Caen Normandie (UFR STAPS), il est chercheur associé au Centre de recherche et d’innovation sur le sport (CRIS) de Lyon 1. Ses travaux portent sur l’histoire et l’épistémologie du sport et des pratiques pédagogiques de terrain chez les enseignant(e)s d’EPS.

CesamS
Université de Caen Normandie

Yohann Fortune est professeur agrégé d’EPS et docteur en STAPS, chercheur associé au laboratoire CESAMs (Centre d’étude sport et actions motrices, EA 4260) de l’université de Caen Normandie. Ses recherches portent sur l’épistémologie des savoirs athlétiques scolaires et, plus largement, sur l’histoire de l’athlétisme.

© Presses universitaires de Caen, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search