Version classiqueVersion mobile

Formation, transformations des savoirs scolaires

 | 
Pierre Kahn
, 
Youenn Michel

Émergences

De l’astronomie à la cosmographie. Enseigner la science des astres (1802-1852)

Colette Le Lay

Résumé

Les savants de premier plan qui participent à la mise en place du nouveau système scolaire issu de la période révolutionnaire ambitionnent d’enseigner la science en marche et notamment l’astronomie, branche des mathématiques dans laquelle la France collectionne les succès. Mais ils se heurtent à la réalité du terrain et, dès 1830, l’astronomie cède la place à la cosmographie.
Au-delà du changement de dénomination, il s’agit d’une réorientation profonde : à la théorie se substitue la description.
Sous la monarchie de Juillet commencent à fleurir les Cosmographies destinées au public scolaire. Leur rédaction est prise en charge par quelques enseignants de valeur, mais aussi par des érudits locaux, des militaires ou des membres du clergé qui tentent de concilier la science et les Écritures saintes.
En 1852, avec la réforme de la bifurcation séparant les cursus littéraire et scientifique, le monopole de la rédaction des manuels passe aux mains des professeurs. Le contenu et la forme y gagnent en rigueur et se standardisent.
Pratiqué par des professeurs de mathématiques plus ou moins convaincus de son utilité, l’enseignement de la « cosmo » subsistera néanmoins jusqu’aux années 1960 où il disparaîtra lors de la grande réforme des « mathématiques modernes ».

Texte intégral

  • 1 Les deux sources principales de l’étude sont le livre dirigé par Bruno Belhoste, Les sciences dans (...)

1La fertile période post-révolutionnaire pose les jalons d’un nouveau système éducatif, plus empreint de sciences, se substituant aux humanités dispensées dans les collèges d’Ancien Régime. Mais la première moitié du XIXe siècle est le théâtre de nombreux bouleversements politiques qui s’accompagnent d’un jeu de balancier dans les structures d’enseignement et d’infléchissements dans les cursus. Nous avons choisi d’étudier la mise en place d’une branche des mathématiques qui n’apparaissait pas en tant que telle jusque-là dans l’enseignement secondaire français : l’astronomie. Comme nous le constaterons, la cosmographie s’y substitue rapidement. Nous nous proposons d’interroger cette transformation disciplinaire et ses enjeux. Dès lors, une perspective chrono-thématique s’impose comme la plus à même d’éclairer ce questionnement. Pour chacune des trois périodes repérées, nous nous arrêterons, dans la mesure du possible, sur le contexte, les acteurs, la réception et l’appropriation des réformes successives1.

  • 2 De milieux favorisés, naturellement, puisque l’enseignement secondaire est loin d’être gratuit.

2Soulignons, avant de débuter, que tout ce que nous développerons ici concerne, bien évidemment, les seuls garçons2 puisque c’est la loi Camille Sée de 1880 qui développe un véritable enseignement secondaire féminin, bien que quelques frémissements aient été perceptibles dès les années 1860 sous l’impulsion du ministre Victor Duruy.

Enseigner l’astronomie (1803-1829) : de grandes ambitions confrontées à la dure réalité

  • 3 Gaspard Monge (1746-1818), brillant mathématicien, père de la géométrie descriptive, joue un rôle d (...)

3Notre première période correspond aux lycées du Consulat et de l’Empire, puis aux collèges royaux de la Restauration qui choisit naturellement de revenir à la dénomination d’avant la Révolution. Le grand patron de la science française est, jusqu’à sa mort en 1827, Pierre-Simon Laplace, qui marque de son empreinte l’enseignement scientifique. Il fait partie, avec Monge et Lacroix3, de la commission chargée de choisir les livres de mathématiques. Il figurait au nombre des prestigieux professeurs de l’École normale de l’an III, destinée à former les futurs enseignants, et ce cours servit de base à son Exposition du système du monde, parue en 1796 et revue et corrigée jusqu’à sa mort. Laplace y prend le parti d’expliquer les aspects les plus ardus de la mécanique céleste en s’interdisant le recours aux formules mathématiques, espérant rendre ainsi l’ouvrage accessible à toute personne dépourvue de connaissances scientifiques.

  • 4 Sur ce dernier aspect, le succès de Laplace est total. Tous les astronomes qui s’illustrent dans la (...)
  • 5 Créées en 1795, les Écoles centrales sont établies dans tous les départements et scolarisent les ga (...)
  • 6 Pour tempérer l’affirmation émise dans l’introduction, précisons que les « éléments de la sphère » (...)
  • 7 B. Belhoste, Les sciences dans l’enseignement secondaire français, Paris, INRP – Économica, t. I, 1 (...)

4Animés par le même état d’esprit hérité des philosophes des Lumières et de Condorcet, les concepteurs de l’enseignement des mathématiques promeuvent une diffusion de la science en marche. Ils poursuivent trois objectifs principaux : mettre à la portée de la jeunesse une science utile à la Nation, détruire les préjugés et les peurs irrationnelles, constituer une élite dont la formation sera poursuivie dans les « Grandes Écoles » dont l’École polytechnique. Or, aux yeux de Laplace qui consacre l’essentiel de ses recherches à la mécanique céleste, l’astronomie peut se révéler emblématique de cette triple préoccupation. Elle est indispensable au navigateur comme au géodésien et elle vient de triompher dans la définition du nouveau système de mesures que la France souhaite rendre universel ; la connaissance scientifique des éclipses et des comètes hâte la disparition des croyances populaires qui y sont attachées ; enfin, la position dominante de la France dans le champ de la mécanique céleste sera confortée si elle parvient à faire émerger une génération de mathématiciens de haut niveau4. La brève expérience des Écoles centrales5, en dépit de son caractère éphémère, initie un mouvement profond de renouvellement des contenus et des méthodes en s’appuyant sur deux héritages : d’une part les cours publics qui firent florès à la fin du siècle précédent, d’autre part les mathématiques préparatoires aux examens sélectifs (Écoles du génie, d’artillerie, de la Marine). De nombreux auteurs ont analysé l’échec des Écoles centrales comme celui de l’École normale de l’an III. Les deux tentatives de diffuser une connaissance encyclopédique au plus grand nombre se heurtent à une multitude d’écueils. Les partisans de la tradition parviennent à obtenir le retour du primat des humanités dans les lycées créés en 1802. La loi stipule qu’« on enseignera essentiellement […] le latin et les mathématiques ». Celles-ci sont présentées en deuxième année et sont réparties en six classes d’un semestre chacune dont quelques lignes précisent le contenu : « Dans la cinquième, il enseignera les éléments de la sphère6 […]. Dans la troisième, le professeur fera connaître les éléments de l’astronomie »7. Remarquons l’usage du vocable « éléments », en référence au précurseur Euclide, dans le sens fort, généralisé au XVIIIe siècle, de « premiers principes » d’une science.

  • 8 Ibid., p. 79.

5Aucun programme détaillé ne guide le professeur, mais il dispose d’une liste de livres officiels qui fait la part belle aux membres de la commission et leurs disciples. Certains, tels ceux de Lacroix, existent déjà. D’autres vont être rédigés à cette fin. Ainsi, en astronomie, Laplace favorise : « Éléments de la sphère : Éléments d’astronomie du citoyen Biot (1re partie) », « Éléments d’astronomie : Éléments d’astronomie du citoyen Biot (2e partie) »8.

6Le Traité élémentaire d’astronomie physique de Jean-Baptiste Biot sort des presses en 1805. Laplace ne peut rêver disciple plus respectueux et fidèle que ce polytechnicien de la première promotion, devenu titulaire de la chaire au Collège de France. Dans son discours préliminaire, il fait valoir le peu de prérequis (« premières notions de mathématiques »). Le langage utilisé est clair et précis. Une place considérable est accordée aux apports de la mécanique céleste dans laquelle le maître Laplace excelle, mais l’observation n’est pas négligée. Les mathématiques de haut niveau sont placées en notes de bas de page ou à la fin du livre. La dédicace ne manque pas d’accents à la Condorcet :

  • 9 J.-B. Biot, Traité élémentaire d’astronomie physique, 2e éd., Paris, Klostermann, 1810. Il comptera (...)

C’est vous qui m’avez engagé à l’entreprendre ; c’est dans vos écrits que j’en ai puisé le matériau ; enfin, vos conseils m’ont soutenu dans l’exécution. Je l’offre à cet amour ardent des sciences qui vous fait regarder leur étude comme le plus grand de tous les plaisirs et leurs progrès comme le plus grand bien de l’humanité9.

  • 10 Jérôme Lalande (1732-1807) domine l’astronomie française pendant la deuxième moitié du XVIIIe siècl (...)

7La liste publiée le 28 septembre 1814 ajoute une nouvelle possibilité : l’Abrégé de Delambre. Alors que Jean-Baptiste Biot est un astronome de la génération montante né en 1774, privilégiant la mécanique céleste, Jean-Baptiste Delambre, né en 1749, a fait ses classes sous l’Ancien Régime ; il fut un disciple du fameux Jérôme Lalande10, et s’est rendu célèbre par sa participation à la mesure de la méridienne de France destinée à servir de base au nouveau système métrique. Notons qu’aussitôt son livre paru, Jean-Baptiste Biot quitte à son tour Paris pour prolonger jusqu’aux Baléares, en compagnie d’Arago, ladite méridienne. L’Abrégé de Delambre paru en 1813 est supplanté en 1814 par le Traité d’astronomie théorique et pratique en 3 volumes, ouvrage de référence pour les décennies qui suivent. C’est un ouvrage destiné à un public plus large que le seul public scolaire et, pas plus que le livre de Biot, il ne s’agit d’un manuel scolaire. L’enseignant doit faire un réel travail de compilation et de synthèse pour en tirer les leçons qu’il doit dispenser.

8Mais la caractéristique commune aux deux auteurs, comme du reste à tous ceux de la liste des livres officiels, est d’être des savants de premier plan, académiciens, titulaires de chaires prestigieuses, animés par le désir de mettre la science du moment à la portée du commun des mortels et notamment des jeunes gens.

9Du vœu à sa réalisation, il y a une haute marche. Tout d’abord, les collèges sont d’au moins trois ordres : le premier regroupant les cinq établissements parisiens de prestige, le deuxième la trentaine de collèges royaux ouverts dans les grandes villes de province, enfin le troisième comportant les 300 collèges communaux. Dans ces derniers, on imagine facilement le professeur de mathématiques, quand il existe, ne disposant que de deux lignes de programme et d’ouvrages savants pour mener à bien sa tâche dans un domaine dans lequel il n’a généralement pas de connaissances. La tentation est grande de faire passer à la trappe les « éléments de la sphère » et les « éléments d’astronomie ».

  • 11 Dossier de retraite communiqué par Fabien Locher.

10D’autant qu’avec la Restauration, l’enseignement scientifique, qui a été porté par les savants issus de la Révolution, a de plus en plus mauvaise presse. Les partisans des humanités parviennent à le rogner avec l’appui du très réactionnaire premier ministre des Affaires ecclésiastiques et de l’Instruction publique, Mgr Frayssinous (1824-1828). L’enseignement d’astronomie, quand il est assuré, est ballotté entre les classes de rhétorique et de philosophie. En 1829, il subit même une disparition complète, au profit de « notions élémentaires sur le système du monde », à la suite d’un rapport rédigé par les inspecteurs généraux Dinet et Bourdon. Charles-Louis Dinet est entré dans l’histoire pour avoir, cette même année 1829, examiné le candidat Évariste Galois lors de sa deuxième tentative d’entrée à Polytechnique et refusé son admission. La postérité jugea l’examinateur médiocre et injuste. Rappelons également qu’il fut le professeur adjoint de Biot à la Faculté des sciences de Paris jusqu’en 182411. Voici les lignes du rapport de Dinet et Bourdon qui traitent de l’astronomie :

  • 12 B. Belhoste, Les sciences dans l’enseignement secondaire…, p. 126.

Les principes de l’astronomie reposent sur la considération des triangles sphériques. […] Les éléments d’astronomie ont une langue particulière. On y emploie un assez grand nombre d’expressions dont les définitions ont besoin d’être répétées plusieurs fois par le professeur avant que les idées que ces expressions représentent soient saisies immédiatement par les élèves. Sans contredit, des notions d’astronomie doivent faire partie du cours d’études des collèges royaux. Ces notions seront présentées comme complément, comme application de la trigonométrie sphérique. Nous pensons donc que l’on prescrit un travail trop étendu pour les deux premières années pendant lesquelles il s’agit seulement de préparer les élèves à une étude spéciale. Il nous semble que l’on atteindrait plus sûrement le but qu’on se propose […] en supprimant du programme de la deuxième année la trigonométrie et les éléments de la sphère et d’astronomie (Rapport du 20 janvier 1829)12.

11Dès le premier argument, on ne peut manquer d’être surpris. À la lecture des traités de Biot et Delambre, il apparaît que la considération des triangles sphériques n’est pas un élément incontournable de l’initiation aux principes de l’astronomie. Il est clair que, pour Dinet et Bourdon, les éléments d’astronomie n’ont pas d’existence propre et ne doivent servir qu’à l’illustration des mathématiques. D’autre part, on ne peut que s’étonner que l’affirmation de la nécessité de notions d’astronomie conduise à leur disparition du programme.

La cosmographie dans tous ses états (1830-1852) : des ambitions réduites dans un contexte défavorable

12Avec la monarchie de Juillet, le contexte change. Laplace est mort et les rangs des savants post-révolutionnaires désireux de diffuser leur savoir se sont clairsemés. Une nouvelle révolution, industrielle celle-là, nécessite des savoirs plus pratiques. Ses chantres se heurtent aux tenants des humanités toujours très actifs. Selon le titulaire du portefeuille de l’Instruction publique, on assiste durant la période à un effet de balancier. Le premier à marquer durablement de son empreinte le paysage est Guizot, dont les mesures de 1833 en faveur de l’enseignement primaire conduisent à une augmentation considérable de la population alphabétisée. La statistique montre un passage de 45 à 64 % de conscrits sachant lire entre 1829 et 1848. Très naturellement, le nombre de collèges royaux et communaux s’accroît, bien que seule une faible proportion d’une classe d’âge continue à fréquenter l’enseignement secondaire.

13C’est aussi en 1833 que paraît le premier programme détaillé de cosmographie, destiné aux collèges du premier cercle (Paris et Versailles). Dans l’introduction de la discipline cosmographie, Bruno Belhoste voit la reprise de la tradition des leçons sur la sphère et le système du monde des classes de physique des collèges d’Ancien Régime. Nous sommes en effet bien loin de l’astronomie physique développée dans le Traité de Biot. L’étude des mouvements n’est plus de mise ; seule celle des positions importe. Le programme, pour la classe de rhétorique, comporte trente-deux leçons, soit une par semaine. Son caractère descriptif est patent. Les trois quarts des leçons sont consacrés à la Terre, au Soleil et à la Lune. Les autres objets célestes n’occupent que trois leçons (planètes, comètes, étoiles). L’évaluation des sciences au baccalauréat se fait à l’oral sous la forme d’une question de mathématiques parmi cinquante, et d’une question de physique parmi cinquante également. En voici un exemple :

  • 13 Ibid., p. 159.

Quelle est la cause des éclipses du soleil et de la lune ? Pourquoi les premières sont-elles moins fréquentes que les secondes ? Et comment se fait-il qu’elles n’ont pas lieu chaque mois13 ?

14En dépit de ses objectifs largement revus à la baisse, ce nouvel enseignement est encore victime de critiques répétées. Ainsi, lors de son accession au portefeuille de l’Instruction publique, Victor Cousin fait valoir le primat des études classiques et obtient le report du peu de sciences en classe de philosophie.

  • 14 Ibid., p. 161.

À partir de la prochaine année scolaire, les cours accessoires d’histoire naturelle, d’arithmétique, de géométrie, et de cosmographie, annexés aux diverses classes, depuis la sixième jusqu’à la rhétorique inclusivement, dans les collèges de Paris, et depuis la troisième jusqu’à la rhétorique dans les collèges des départements, seront reportés dans l’année de philosophie14.

15Voici comment il justifie la mesure :

  • 15 Ibid., p. 163.

1) les portions d’enseignement scientifique réparties depuis la sixième jusqu’à la rhétorique inclusivement ne produisent aucun bon résultat ; 2) cet enseignement accessoire, infructueux en lui-même, nuit considérablement aux études classiques […].
Voilà pourquoi l’expérience générale a placé d’abord les études classiques, si bien appelées humanités, parce qu’elles forment l’homme, et cultivent à la fois la mémoire, l’imagination, l’esprit et le cœur15.

16Il faut attendre le retour de Salvandy au Ministère en 1845 pour retrouver un climat plus favorable aux sciences. Le rapport commandé au mathématicien Louis Poinsot est une attaque en règle contre les arguments de Cousin qu’il reprend point par point :

  • 16 Ibid., p. 199.

Le principe qui domine tout ce travail est que ces premières notions d’arithmétique, de géométrie et de cosmographie qui entrent dans toute éducation libérale, doivent être annexées aux cours réguliers des lettres et former ainsi une partie non accessoire mais intégrante de chaque classe. Que données suivant cette méthode et dans cet esprit qu’on a déjà si particulièrement recommandé, elles vont naturellement à l’intelligence des élèves et que loin d’être nuisibles, elles sont favorables au progrès même des bonnes études littéraires16.

17Poinsot fait également remarquer que la cosmographie est souvent un terrain de lutte entre les professeurs de mathématiques et de physique qui se déchargent les uns sur les autres de cet enseignement qui les ennuie. Il obtient néanmoins de Salvandy le retour de la cosmographie en rhétorique. L’enjeu est de taille car beaucoup de collégiens arrêtent leurs études à la fin de l’année de rhétorique et ne font pas de classe de philosophie.

18Autre réforme importante à porter au crédit du ministre Salvandy, celle de la création le 5 mars 1847 d’un « enseignement spécial » destiné aux jeunes qui ne souhaitent pas faire des études longues. Cet enseignement, plus pratique, moins imprégné d’humanités, fait une place plus large aux sciences et techniques. Il constituera un enjeu important tout au long du siècle de par sa portée symbolique. Il comporte lui aussi un cours de cosmographie défini le 17 septembre 1849. Organisé en trente-trois leçons, il semble moins structuré que le précédent, mais on peut y noter la présence insistante de l’observation, conforme aux objectifs généraux de ce nouvel enseignement spécial.

19Après 1815 et jusqu’en 1852, date de la bifurcation dont il sera question dans la troisième partie, aucun scientifique important ne s’attache à la rédaction d’un Cours de cosmographie conforme aux programmes officiels qui se succèdent à compter de 1833. Vingt-quatre ouvrages de ce type paraissent pendant la période 1793-1853. Ils sont rédigés par des professeurs de mathématiques, des militaires désœuvrés ou des membres de sociétés savantes. L’apparition d’un texte officiel détaillé ne conduit pas encore à l’uniformisation du Cours de cosmographie. Plusieurs raisons peuvent l’expliquer. Tout d’abord, comme on l’a vu, la discipline apparaît dans la plupart des textes comme « accessoire ». De plus, tous les auteurs de Cours ne sont pas encore des enseignants. Ensuite, malgré les tentatives de concentration, les maisons d’édition demeurent nombreuses, non spécialisées et réparties sur tout le territoire. Enfin, les contrôles sur l’application des programmes, souhaités par le Ministère, peinent à se mettre en place. À ces explications s’ajoute un autre motif : certains auteurs savent que le succès de leur ouvrage dépend en partie de l’intérêt qu’y prendra un lecteur adulte. La description reprend le dessus dans ces ouvrages qui ne sont plus en prise directe avec la science de leur époque. La frontière entre manuel scolaire et livre de vulgarisation s’avère mince puisque certains auteurs écrivent pour les « gens du monde » autant que pour les « jeunes élèves des écoles ».

  • 17 Cécile Boulaire, de l’université de Tours, a piloté un projet ANR intitulé « Mame (1796-1975), deux (...)

20Terminons ce panorama par l’évocation d’un courant éditorial naissant qui aura de belles années devant lui, celui des livres « à l’usage de la jeunesse chrétienne » dont le grand spécialiste est Mame de Tours17. Il semble légitime d’avancer que les Leçons élémentaires d’astronomie de Léon-Michel Desdouits parues en 1844 sont représentatives de ce courant de science catholique. L’auteur, agrégé de mathématiques, professeur au collège Stanislas, inspecteur de l’académie de Paris, sera membre de la commission d’examen des livres d’enseignement primaire.

21Il puise dans les textes sacrés l’explication de certains phénomènes. Ainsi, pour l’aplatissement de la Terre aux pôles :

  • 18 L.-M. Desdouits, Leçons élémentaires d’astronomie, Tours, A. Mame, 1844, p. 74-75.

Or, les premiers versets de la Genèse nous fournissent l’histoire de cette transformation. En effet, il est dit au troisième jour génésiaque, Dieu sépara les eaux d’avec la terre et fit apparaître la masse aride. Il y a donc lieu de croire qu’avant cette époque, la terre, mêlée avec l’eau, offrait une masse limoneuse et molle susceptible de déformation ; que cette masse tournant autour de son axe aura subi facilement l’action de la force centrifuge, qu’elle se sera renflée à son équateur et aplatie à ses pôles, et qu’ensuite Dieu ayant solidifié la terre proprement dite, en séparant les eaux océaniennes, il n’aura rien été changé d’ailleurs à la forme que cette masse avait prise18.

22Il condamne l’hypothèse cosmogonique de Laplace :

  • 19 Ibid., p. 365.

Le plus simple bon sens suffit pour signaler les misères d’un pareil système […] c’est de la folie philosophique, la plus grossière et la plus intraitable des folies19.

23L’ouvrage est maintes fois réédité jusqu’à la fin du siècle. Mame étant le fournisseur presque exclusif des écoles catholiques, sa diffusion fut sûrement massive.

24Un parcours rapide sur les vingt premières années d’enseignement de la cosmographie montre qu’il suit une pente descendante, souvent relégué en classe de philosophie que bon nombre de collégiens ne fréquentent pas. Le corpus des Leçons de cosmographie publiées pendant cette période est très disparate. Selon la qualification de l’auteur, il peut s’agir de compilations pédantes non dénuées d’erreurs ou d’ouvrages pratiques renfermant les réponses aux questions du baccalauréat. La plupart recherchent un vaste lectorat, non réduit aux jeunes élèves des collèges.

Cosmographie et bifurcation (à partir de 1852) : le contexte s’améliore mais les ambitions ne sont pas accrues pour autant

25En 1847, l’éminent chimiste Jean-Baptiste Dumas, missionné au nom de la Faculté des sciences par Salvandy, avait préconisé la séparation de l’enseignement secondaire en trois filières : littéraire, scientifique, préparatoire aux écoles spéciales. La commission qui rendait ce verdict comptait parmi ses membres l’astronome Urbain Le Verrier, récent découvreur de la planète Neptune et grand ami de Dumas. Mais il faut attendre 1852 et le ministère Fortoul pour que prenne place la réforme de la bifurcation, à la suite des travaux d’une commission mixte dans laquelle siège de nouveau Le Verrier, futur directeur de l’Observatoire de Paris. Concernant la cosmographie, l’analyse est la suivante :

  • 20 Rapport du 23 juillet 1852, in B. Belhoste, Les sciences dans l’enseignement secondaire…, p. 289.

L’enseignement de la cosmographie a rarement réussi dans les lycées. Mais il était confié à des professeurs étrangers à la connaissance réelle des instruments de l’astronomie et à celle du ciel, obligés de remplir, par conséquent, leurs leçons par l’exposition de quelques-unes des méthodes de calcul applicables à la détermination du mouvement des astres ou aux lois des phénomènes célestes.
La commission propose d’exiger que cet enseignement demeure purement descriptif20.

26Cette remarque prouve que les enseignants n’ont pas perçu le changement fondamental survenu lors de la substitution de la cosmographie à l’astronomie. Elle montre également que l’apparition d’un programme détaillé en lieu et place de quelques lignes indicatives n’a pas eu l’effet d’uniformisation escompté. Un cours conforme aux suggestions de la commission est mis en place, en classe de seconde pour la section des lettres et en classe de rhétorique pour la section des sciences.

27Une dizaine de livres sont publiés entre 1852 et 1854 qui, contrairement à ce que nous avons constaté dans la période précédente, sont l’œuvre de professeurs de mathématiques respectueux des textes officiels. Parmi les ouvrages remarquables, citons celui de Charles Briot, alors professeur au lycée Saint-Louis, qui enseignera postérieurement à Polytechnique, à la Faculté des sciences de Paris et à l’École normale supérieure (ENS). Ainsi que celui d’Adrien Guilmin, professeur au lycée Bonaparte. Mentionnons également Henri Garcet qui enseigne au lycée Henri-IV. Cousin de Jules Verne, il lui servira de conseiller scientifique pour ses romans lunaires, entre autres, et Jules Verne insérera une page de ses Leçons de cosmographie dans son roman Aventures de trois Russes et trois Anglais.

28Tous ces ouvrages sont en totale rupture avec leurs homologues antérieurs à la bifurcation : ils respectent le programme officiel et sont structurés sous forme de cours avec définitions et théorèmes. Ce sont d’authentiques manuels scolaires et les libertés prises par les auteurs ou leur style propre sont peu perceptibles. Nous assistons à une standardisation. Le caractère intemporel de cet enseignement permet aux manuels de traverser les âges sans prendre beaucoup de rides. À cette liste, nous pouvons adjoindre les Leçons de cosmographie de l’astronome, académicien des sciences, Hervé Faye, qui se propose de préparer également les concours de Polytechnique et de Saint-Cyr, et le Cours élémentaire d’astronomie de Charles Delaunay qui, bien que de dimension double des précédents, revendique sa conformité au programme officiel. En réalité, il se propose un objet bien plus étendu et consacre une part non négligeable aux instruments et à la pratique de l’observation proscrits par les directives ministérielles. C’est sans doute la raison qui le conduit à choisir la dénomination « astronomie » plutôt que « cosmographie ». Delaunay, membre du Bureau des longitudes et bientôt académicien des sciences, fait déjà figure d’opposant majeur à la tyrannie de Le Verrier sur l’astronomie française. Hervé Faye, d’abord allié de Le Verrier, prend rapidement ses distances et poursuit sa brillante carrière dans la deuxième moitié du siècle. Il se fait notamment connaître pour sa théorie du Soleil. La boucle est ainsi refermée car, après une éclipse d’un demi-siècle environ, deux grands savants manifestent leur intérêt pour l’astronomie scolaire. Accessoirement, Hervé Faye fait partie, avec Urbain Le Verrier, de la commission d’examen des livres scolaires, pour l’enseignement public uniquement, puisque la loi Falloux a donné à l’enseignement catholique une quasi totale liberté de choix de ses manuels.

Bilan

29Le destin de l’enseignement de la science des astres en cette première moitié de XIXe siècle présente un caractère exemplaire. Introduite par les grands savants du moment soucieux de faire partager la science en marche, l’astronomie n’inspire guère les hommes de terrain, généralement dénués de formation. Comme toutes les disciplines scientifiques, elle subit les assauts de ceux qui veulent restaurer le statu quo ante. Sa fragilité, due notamment au manque de conviction des mathématiciens chargés de l’enseigner, en fait une proie facile. Le principe de réalité conduit alors à privilégier une présentation descriptive du ciel sous la dénomination de cosmographie. L’apparition d’un programme détaillé ne provoque pas aussitôt un alignement des pratiques sur le modèle préconisé. Il faut attendre la rédaction, par d’authentiques professionnels, de manuels scolaires conformes aux directives officielles, à partir de 1852, pour assister à un semblant d’uniformisation.

30L’histoire ne s’achève pas là. Les coups de boutoir des partisans des humanités auront bientôt raison de la bifurcation et la cosmographie poursuivra son mouvement d’oscillation entre classes de seconde, de rhétorique et de philosophie. Mais, bon an mal an, elle traversera les âges, et les manuels des années 1940-1950 sont proches des standards de la bifurcation. C’est la réforme des mathématiques modernes qui lui assènera le coup de grâce dans les années 1960-1970.

Bibliographie

Belhoste B., Les sciences dans l’enseignement secondaire français, Paris, INRP – Économica, t. I, 1789-1914 : textes officiels, 1995.

Biot J.-B., Traité élémentaire d’astronomie physique, 2e éd., Paris, Klostermann, 1810.

Desdouits L.-M., Leçons élémentaires d’astronomie, Tours, A. Mame, 1844.

Mame : deux siècles d’édition pour la jeunesse, C. Boulaire (dir.), Rennes – Tours, Presses universitaires de Rennes – Presses universitaires François-Rabelais, 2012.

Notes

1 Les deux sources principales de l’étude sont le livre dirigé par Bruno Belhoste, Les sciences dans l’enseignement secondaire français, publié par l’Institut national de recherche pédagogique (INRP) en 1995, et notre thèse sur les livres de vulgarisation de l’astronomie (1686-1880) soutenue en 2002, dont un objet secondaire était l’étude des manuels scolaires d’astronomie ou de cosmographie.

2 De milieux favorisés, naturellement, puisque l’enseignement secondaire est loin d’être gratuit.

3 Gaspard Monge (1746-1818), brillant mathématicien, père de la géométrie descriptive, joue un rôle de premier plan dans la mise en place des nouvelles institutions éducatives post-révolutionnaires, notamment à l’École polytechnique. Sylvestre-François Lacroix (1765-1847), élève de Monge, s’engage grâce à lui dans une remarquable carrière d’enseignant. Ses manuels de mathématiques deviendront des classiques.

4 Sur ce dernier aspect, le succès de Laplace est total. Tous les astronomes qui s’illustrent dans la première moitié du XIXe siècle (Biot, Arago, Le Verrier, etc.) ont fait leurs classes à Polytechnique.

5 Créées en 1795, les Écoles centrales sont établies dans tous les départements et scolarisent les garçons de 12 à 17 ans. Chaque élève choisit son parcours dans un large éventail de disciplines. Les Écoles centrales ferment en 1802, mais marquent une profonde rupture avec l’enseignement des élites sous l’Ancien Régime.

6 Pour tempérer l’affirmation émise dans l’introduction, précisons que les « éléments de la sphère » étaient étudiés dans quelques collèges d’Ancien Régime dotés d’un enseignant compétent.

7 B. Belhoste, Les sciences dans l’enseignement secondaire français, Paris, INRP – Économica, t. I, 1789-1914 : textes officiels, 1995, p. 78.

8 Ibid., p. 79.

9 J.-B. Biot, Traité élémentaire d’astronomie physique, 2e éd., Paris, Klostermann, 1810. Il comptera jusqu’à 5 volumes.

10 Jérôme Lalande (1732-1807) domine l’astronomie française pendant la deuxième moitié du XVIIIe siècle et se révèle soucieux d’une diffusion de cette science en direction d’un large public.

11 Dossier de retraite communiqué par Fabien Locher.

12 B. Belhoste, Les sciences dans l’enseignement secondaire…, p. 126.

13 Ibid., p. 159.

14 Ibid., p. 161.

15 Ibid., p. 163.

16 Ibid., p. 199.

17 Cécile Boulaire, de l’université de Tours, a piloté un projet ANR intitulé « Mame (1796-1975), deux siècles d’édition pour la jeunesse » qui a fait l’objet d’une publication portant le même titre aux Presses universitaires de Rennes et Presses universitaires François-Rabelais, en mai 2012.

18 L.-M. Desdouits, Leçons élémentaires d’astronomie, Tours, A. Mame, 1844, p. 74-75.

19 Ibid., p. 365.

20 Rapport du 23 juillet 1852, in B. Belhoste, Les sciences dans l’enseignement secondaire…, p. 289.

Auteur

Centre François Viète
Université de Nantes

Colette Le Lay est chercheuse associée au Centre François-Viète (membre du groupe d’histoire de l’astronomie), université de Nantes. Ses recherches portent essentiellement sur la diffusion de l’astronomie aux XVIIIe et XIXe siècles.

© Presses universitaires de Caen, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search