Version classiqueVersion mobile

Dumas amoureux

 | 
Julie Anselmini
, 
Claude Schopp

Notes sur les auteurs

Texte intégral

1Karl Akiki est enseignant-chercheur à l’université Saint-Joseph de Beyrouth. Il y dirige le département de lettres françaises et la revue scientifique de la faculté des lettres et sciences humaines. Son champ d’expertise s’appuie principalement sur la littérature populaire du XIXe siècle, à laquelle il a consacré sa thèse soutenue à l’université Sorbonne Nouvelle. Actuellement, ses recherches portent sur la réception des œuvres littéraires et sur les narrations transmédiales, particulièrement celles s’effectuant au niveau des séries télévisées qui suivent le fonctionnement narratif des romans-feuilletons.

 

2Maître de conférences en littérature française du XIXe siècle à l’université de Caen Normandie et membre du LASLAR (EA 4256), Julie Anselmini est spécialiste de l’œuvre d’Alexandre Dumas père. Elle a publié Le roman d’Alexandre Dumas père, ou la réinvention du merveilleux (Genève, Droz, 2010), dirigé le volume collectif Dumas critique (Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2013) et édité Gaule et France (Paris, Classiques Garnier, 2015). Elle s’intéresse plus généralement à l’émerveillement en littérature, thème sur lequel elle a codirigé avec Marie-Hélène Boblet De l’émerveillement dans les littératures poétiques et narratives des XIXe et XXe siècles (Grenoble, ELLUG, 2017). Elle a également travaillé sur des auteurs tels que George Sand, Théophile Gautier ou Jules Barbey d’Aurevilly, particulièrement sous l’angle des relations entre littérature et critique.

 

3Estelle Bédée est docteure en littérature française. Elle a soutenu en 2017 une thèse à l’université Paris Nanterre sur L’insurrection dans le roman au XIXe siècle : de Prosper Mérimée à Lucien Descaves. Elle a travaillé sur la littérature haïtienne, et participé au colloque international « La littérature dans la peau : enjeux, imaginaires, pratiques », qui s’est tenu les 13 et 14 juin 2019 au musée d’Art et d’Histoire de Saint-Denis.

 

4Directeur de recherche à l’université de Namur, membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, Michel Brix a consacré une cinquantaine d’ouvrages ‒ essais et éditions ‒ à la littérature française des XVIIIe et XIXe siècles. Spécialiste de Gérard de Nerval, il s’est aussi intéressé à Alexandre Dumas père, dont il a édité le Voyage en Russie (Paris, Bartillat, 2015) et le Voyage au Caucase (Paris, Bartillat, 2016).

 

5Maître de conférences à l’université d’Angers, Anne-Marie Callet-Bianco a publié plusieurs romans de jeunesse de Dumas : Pauline (Paris, Gallimard, 2002) ; Le Château d’Eppstein (Paris, Gallimard, 2015) ; Le Capitaine Paul (Paris, Gallimard, 2017). Elle codirige avec Sylvain Ledda l’édition de son Théâtre complet aux éditions Garnier, et a également codirigé avec lui Le théâtre de Dumas père, entre héritage et renouvellement (Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018).

 

6Doctorante contractuelle en littérature française du XIXe siècle sous la direction de Brigitte Diaz (LASLAR) à l’université de Caen Normandie, Samantha Caretti travaille sur les stratégies publicitaires de promotion de la littérature romantique en France. Elle a rédigé un mémoire de master de recherche portant sur la notion d’enthousiasme comme énergie du premier romantisme. Présidente de la Société des amis de Custine, elle s’intéresse également à l’œuvre et à la correspondance d’Astolphe de Custine.

 

7Ancienne élève de l’ENS de Lyon, Sandrine Carvalhosa est agrégée de lettres et membre du RIRRA 21 (université Paul-Valéry – Montpellier 3). Elle est l’auteur d’une thèse intitulée La causerie au XIXe siècle. Les voix d’une écriture médiatique. Ses travaux portent sur la presse au XIXe siècle, et plus spécifiquement sur l’influence de la forme conversationnelle sur l’écriture journalistique. Elle a publié plusieurs articles portant sur des écrivains-journalistes (Alexandre Dumas, Théophile Gautier, Jules Vallès, Émile Zola), et a participé à l’édition des articles de critique dramatique d’Alexandre Dumas (publiés dans les Cahiers Alexandre Dumas, no 42, 2015).

 

8Philippe Chanial est professeur de sociologie à l’université de Caen Normandie (CERREV, EA 3918) et rédacteur en chef de La Revue du MAUSS semestrielle. Ses travaux sont consacrés aux relations de don, dans une perspective anthropologique, morale et politique. Il a notamment écrit Générosité et réciprocité. À la lumière du don (à paraître) ; La sociologie comme philosophie politique, et réciproquement (Paris, La Découverte, 2011), La délicate essence du socialisme (Lormont, Le Bord de l’eau, 2009), et dirigé La société vue du don (Paris, La Découverte, 2008).

 

9Barbara T. Cooper est professeure émérite de français à l’université du New Hampshire (États-Unis). Spécialiste du théâtre français du XIXe siècle et de la représentation des Noirs sur les scènes parisiennes, elle a édité dix volumes dans la collection « Autrement Mêmes » chez L’Harmattan et participe à l’édition du Théâtre complet de Dumas, dont les œuvres font régulièrement l’objet de ses publications.

 

10Marc Dambre est professeur émérite de littérature française à la Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (THALIM, UMR 7172). Il a publié Roger Nimier. Hussard du demi-siècle (Paris, Flammarion, 1989) et rassemblé textes et inédits, de L’Élève d’Aristote (Paris, Gallimard, 1981) et Journées de lecture. II, 1951-1962 (Paris, Gallimard, 1995) à la Correspondance, 1950-1962 avec Paul Morand (Paris, Gallimard, 2015). À l’initiative de nombreux colloques, il en a édité les actes tels Roger Nimier, quarante ans après “Le Hussard bleu” (Paris, Association des Cahiers Roger Nimier – BnF, 1995) et Les Hussards. Une génération littéraire (Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2000).

 

11Héléna Demirdjian est professeur certifié de lettres modernes. Elle a soutenu sous la direction de Corinne Saminadayar-Perrin une thèse de doctorat intitulée : Sociétés secrètes et collectivité nationale dans le roman historique au XIXe siècle, Dumas, Raffi, Scott. Elle a codirigé, avec Annick Asso et Patrick Louvier, l’ouvrage Exprimer le génocide des Arméniens. Connaissance, arts et engagement (Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016). Elle est également l’auteur d’articles critiques, de traductions et d’un roman.

 

12Daniel Desormeaux est professeur des littératures française, antillaise et comparée à l’université Johns Hopkins (Baltimore), où il dirige le département de français. Parmi ses nombreuses parutions, on peut citer Alexandre Dumas, fabrique d’immortalité (Paris, Classiques Garnier, 2014).

 

13Maria Lúcia Dias Mendès est professeure de littérature française à l’université fédérale de São Paulo depuis 2009. Elle s’intéresse aux rapports entre presse et littérature et entre histoire et littérature au XIXsiècle. Ses recherches portent sur l’œuvre de Dumas, notamment sa réception au Brésil, ainsi que d’autres auteurs tels que le Portugais Camilo Castelo Branco (1825-1890) et le Brésilien Joaquim Manuel de Macedo (1820-1882). Parmi ses publications récentes, on peut signaler : « Romances folhetins sem fronteiras : o caso de Alexandre Dumas » (in Romances em movimento. A circulação transatlântica de impressos (1789-1914), Márcia Abreu [dir.], Campinas, Unicamp, 2016) et No limiar da história e da literatura. As memórias de Alexandre Dumas (São Paulo, Editora Unifesp, 2018).

 

14Auteure d’une thèse sur le roman-feuilleton de l’époque romantique (1983) et d’une habilitation à diriger des recherches sur « Modernité, roman, anthropologie culturelle » (1992), Lise Dumasy, professeure de littérature française à l’université Grenoble Alpes, est une spécialiste du roman du XIXe siècle, particulièrement du roman-feuilleton, sur lequel elle a publié plusieurs livres et de nombreux articles. Parmi ces articles consacrés à Dumas, on citera notamment « Les Mohicans de Paris ou comment être romantique sous le Second Empire » (in Entre presse et littérature. “Le Mousquetaire”, journal de M. Alexandre Dumas, Pascal Durand et Sarah Mombert [dir.], Liège, Presses universitaires de Liège, 2009).

 

15Dominique de Font-Réaulx est conservateur général, directrice de la Médiation et de la Programmation culturelle au musée du Louvre. Elle a été de 2013 à fin 2019 la directrice du musée national Eugène-Delacroix. Spécialiste de l’art du XIXe siècle, elle s’intéresse notamment aux liens entre la peinture et les autres arts. Elle a été commissaire de nombreuses expositions en France et à l’étranger, a dirigé de nombreux catalogues et publications. Elle a publié Peinture et photographie. Les enjeux d’une rencontre, 1839-1914 (Paris, Flammarion, 2012) ; avec Servane Dargnies, les manuscrits de jeunesse de Delacroix (Paris, Flammarion, 2018) et, la même année, Delacroix. La liberté d’être soi (Paris, Cohen & Cohen), récompensé par le prix du Cercle Montherlant – Académie des beaux-arts en 2019. Elle enseigne à Sciences Po Paris.

 

16Édith Perry est agrégée de lettres modernes et titulaire d’un doctorat en littérature. Sa thèse était consacrée à l’œuvre romanesque de Julien Green. Ses recherches portent essentiellement sur la littérature du XXe et du XXIsiècles, mais elle s’intéresse également à la littérature de jeunesse et au roman populaire. Elle a publié des articles sur la comtesse de Ségur, Hector Malot, le mythe de Robinson et participé en 2013 au colloque de Cerisy : « Civiliser la jeunesse ». Derniers articles publiés : « Huysmans, inch’Allah… » (in Roman 20-50, no 66, 2018, Michel Houellebecq. “La Carte et le Territoire” et “Soumission”) ; « La Confession de Daniel Eyssette » (in Le Petit Chose, Bulletin de l’Association des amis d’Alphonse Daudet, no 107, 2018) ; « La Faim du monde » (in Le Pardaillan, no 5, 2018, Nourriture).

 

17Christine Prévost est maître de conférences à l’université d’Artois (EA 4028, « Textes et Cultures »). Après une thèse sur la réception du théâtre d’Alexandre Dumas père, ses recherches se poursuivent sur les genres populaires à la scène et à l’écran, les interactions entre patrimoine littéraire et naissance de médias grand public. Elle participe au projet d’édition du Théâtre complet de Dumas père chez Garnier. Citons, parmi ses dernières publications, « La mise en espace du jeu électoral dans Catilina » (in Sculpter l’espace, ou le théâtre d’Alexandre Dumas à la croisée des genres, Sylviane Robardey-Eppstein (dir.), Paris, Classiques Garnier, 2018) et « L’héritage du Mariage de Figaro dans les comédies de Dumas père » (in Le théâtre de Dumas père, entre héritage et renouvellement, Anne-Marie Callet-Bianco et Sylvain Ledda [dir.], Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018).

 

18Maxime Prévost est professeur titulaire au département de français de l’université d’Ottawa. Auteur de Rictus romantiques. Politiques du rire chez Victor Hugo (Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2002) et de Alexandre Dumas mythographe et mythologue. L’Aventure extérieure (Paris, H. Champion, 2018), il s’intéresse à la littérature romantique et aux mythologies antiques et modernes. Il a coédité trois ouvrages collectifs sur la pénétration des mythes modernes dans l’imaginaire collectif : Mythologies du superhéros. Histoire, physiologie, géographie, intermédialités (Liège, Presses Universitaires de Liège, 2014), L’invention de la rock star. Les Rolling Stones dans l’imaginaire social (Paris, Hermann – Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 2014) et Les téléséries. L’historicité des communautés imaginaires (Montréal, Nota Bene, 2016).

 

19Valery Rion est doctorant en littérature française du XIXe siècle à l’université de Neuchâtel en Suisse et enseigne au lycée cantonal de Porrentruy. Il est également président de l’Association suisse des professeurs de français. Ses recherches portent essentiellement sur le pouvoir herméneutique du mythe de Méduse. Il est aussi l’auteur de différents articles sur Jules Verne, Georges Rodenbach, Théophile Gautier et a remporté le prix de la publication 2017 de la Society of dix-neuviémistes (SDN). Il a de plus rédigé la préface et la postface des deux premiers volumes de la collection « Méduséenne » aux Éditions Otrante, notamment Colliers de velours. Parcours d’un récit vampirisé, anthologie qui regroupe toutes les versions de ce récit dont celle de Dumas.

 

20Agrégée de lettres modernes, Isabelle Safa enseigne au lycée Gustave-Eiffel (Armentières). Chercheuse associée au centre Jacques-Seebacher (université Paris Diderot), elle est l’auteure d’une thèse sur le roman historique d’Alexandre Dumas. Elle travaille sur le romantisme et sur l’écriture de l’histoire au XIXsiècle, sujets auxquels elle a consacré plusieurs articles. Elle participe à l’édition du Théâtre complet d’Alexandre Dumas (Garnier) et à la transcription des papiers préparatoires de Jules Michelet (projet Lafabrev). Elle a codirigé deux Cahiers Alexandre Dumas : le premier, avec Matthieu Letourneux, autour de la figure du mousquetaire (no 43, 2016), le second, avec Julie Anselmini, sur Dumas en caricatures (no 45, 2018).

 

21Àngels Santa est professeure émérite de littérature française à l’université de Lleida (Espagne). Elle y dirige un groupe de recherche sur la littérature populaire française et la culture médiatique. Sa recherche porte aussi sur l’écriture féminine et autobiographique à l’époque contemporaine et sur la littérature comparée (française-espagnole-catalane). Elle a aussi beaucoup travaillé sur Dumas. Parmi ses publications, on peut signaler la direction Des lettres et des femmes… La femme face aux défis de l’histoire (Bern, Peter Lang, 2013) et Ensoñaciones literarias (Lleida, Pagès Editors, 2019). Elle dirige la revue L’Ull crític. Elle a réalisé l’édition critique de Jacques de Sand dans les Œuvres complètes (Paris, H. Champion, 2012) et elle est en train de préparer celle de L’Homme de neige pour la même collection.

 

22Claude Schopp, président de la Société des amis d’Alexandre Dumas, est l’éditeur de nombreuses œuvres de Dumas et l’auteur de plusieurs travaux biographiques touchant Dumas et son entourage : Alexandre Dumas. Le génie de la vie (Paris, Fayard, 1997) ; Dictionnaire Alexandre Dumas (Paris, CNRS Éditions, 2010) ; Les Dumas. Bâtards magnifiques, en collaboration avec Sylvain Ledda (Paris, La Librairie Vuibert, 2018).

 

23Marianne Schopp est l’auteure d’une biographie, Dumas fils, ou l’Anti-Œdipe, en collaboration avec Claude Schopp (Paris, Phébus, 2017), qui a reçu le prix Goncourt de la biographie.

 

24Nathalie Solomon est professeure de littérature française du XIXsiècle à l’université de Perpignan. Elle est spécialiste de l’époque romantique, particulièrement de Balzac et des récits de voyage. Son dernier ouvrage paru est : Voyages et fantasmes de voyages à l’époque romantique (Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2014).

 

25Docteur en histoire et civilisations à l’université de Teramo (Italie) et à l’université Paris Diderot, Giulio Tatasciore est actuellement chercheur postdoctoral en histoire moderne à l’École normale supérieure de Pise (Italie). Il est secrétaire de rédaction de la revue Storica.

 

26Steffie Van Neste, attachée temporaire d’enseignement et de recherche et doctorante à l’université de Gand, prépare une thèse sous la direction d’Alexander Roose sur la curiosité dans l’œuvre d’Alexandre Dumas père. Elle a publié récemment des articles sur Dumas, Stendhal et Balzac.

© Presses universitaires de Caen, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search