Version classiqueVersion mobile

Dumas amoureux

 | 
Julie Anselmini
, 
Claude Schopp

Résumés*

Texte intégral

Claude Schopp

L’amour d’une mère, l’amour d’un fils

  • * Nous tenons à remercier Barbara T. Cooper et Philippe Chanial pour leur précieuse aide dans la trad (...)

1Dans une lettre à Louis Perrée, imprimée dans Le Siècle (22 décembre 1849), Dumas affirme : « J’ai deux religions : Dieu et l’art. J’ai eu deux amours : ma mère, mon pays. » Laissant de côté Dieu et l’art, nous nous attacherons à analyser les manifestations, dans ses écrits intimes et dans son œuvre publiée, de ce qu’il déclare être ses « deux amours ». Sera particulièrement étudiée, sur la base de nombreux documents, l’affection fusionnelle qui unit Dumas à sa mère.

Love of a Mother, Love of a Son

2In a letter to Louis Perrée, published in Le Siècle (December 22, 1849), Dumas states: “I have two religions: God and art. I have had two loves: my mother and my country.” Leaving God and art aside, we will attempt to analyze the manifestations in his intimate writings and in his published work of these “two loves”. The fusional affection between Dumas and his mother will be studied in particular, based on an examination numerous documents.

Marianne Schopp

L’amour paternel chez Dumas : « tu es […] le seul être que j’aime passionnément au monde »

3S’il n’a pas ressenti le besoin de fonder une famille bourgeoise traditionnelle, en revanche, Dumas a tenu à avoir ses enfants naturels et reconnus auprès de lui, à vivre avec eux, et à diriger leur vie. Les lettres qu’il a adressées à Alexandre et Marie permettent de cerner les manifestations et la nature de l’amour paternel chez Dumas, à définir ce qu’est ce sentiment et ce lien dans une famille d’artistes et une famille de bâtards au XIXe siècle.

Dumas’ Feelings of Fatherly Love: “You Are […] the Only One in the World I Love Passionately”

4Although he did not feel the need to found a traditional bourgeois family, Dumas was keen to have his children, whether legally recognized by him or not, live with him and to guide their lives. His letters to Alexandre and Marie help us to identify the manifestations and nature of Dumas’ paternal love, and to define this kind of feeling and bond in a family of artists – and a family of bastards – in the 19th century.

Maria Lúcia Dias Mendès

Dumas et l’amour fraternel : « L’amitié d’un grand homme est un bienfait des dieux ! »

5Homme amoureux de la vie, Dumas a su comme personne cultiver l’amour fraternel. La fraternité a toujours été présente dans sa vie aussi bien comme thème de ses œuvres (par exemple dans l’amitié entre Athos, Porthos, Aramis et d’Artagnan) que dans sa vision du mouvement romantique et ses rapports personnels. Ce chapitre se propose de discuter la manière dont Dumas comprenait et manifestait son amitié envers ses compagnons du romantisme. Il se concentre particulièrement sur le lien profond qui, durant trente-cinq ans, l’a uni à Victor Hugo.

Dumas and Fraternal Love: “The Friendship of a Great Man Is a Gift from the Gods!”

6A man passionate about life, Dumas knew better than anyone how to cultivate brotherly love. Fraternity was always present in his life, whether as a theme of his writings (for example, the most famous of them, among Athos, Porthos, Aramis and d’Artagnan) or as a way to understand the romantic movement and its personal relationships. This essay aims to discuss the way Dumas understood and demonstrated friendship with his Romantic companions and, above all, to explore the bond that united him to Victor Hugo.

Dominique de Font-Réaulx

Dumas biographe de Delacroix : fantasmes et tensions d’une relation sous le signe de l’Éros

7En décembre 1864, quelque seize mois après la mort du peintre, Alexandre Dumas prononçait à Paris une conférence biographique dédiée à Eugène Delacroix. Les mots que Dumas réserve à l’auteur de La Mort de Sardanapale sont marqués par une admiration enthousiaste, par le souhait farouche de tenir l’objet de son apologie à l’abri de toute critique péjorative. La vigueur du dithyrambe de Dumas à l’égard de Delacroix se fonde sur un désir tout aussi vif ; désir où se confondent, comme dans toute tension de l’Éros, mimétisme et antinomie ; désir où l’amitié entre ces deux génies se confond souvent avec leurs actes de création. Cette réflexion se nourrit des écrits de l’homme de lettres et du peintre et tente d’analyser la relation puissante et complexe, personnelle et artistique, qui unit les deux hommes.

Dumas as Biographer of Delacroix: Fantasies and Tensions of a Relationship under the Sign of Eros

8In December 1864, sixteen months after Eugène Delacroix’s death, Alexandre Dumas gave a lecture on his friend’s life and artistic career. The words Dumas used to describe the creator of the Death of Sardanapalus reveal his fervent admiration for the man and the artist and Dumas’s efforts to prevent any derogatory critics from attacking Delacroix and his art. He wanted to present Delacroix as the greatest painter of his time. Such praise was also founded on Dumas’s desire to promote his own creation. His friendship for Delacroix linked the men together, connected their lives and works. Dumas’s enthusiasm for Delacroix stemmed from Delacroix’s melancholy. The author of Antony had certainly expected to be closer to the painter. His words on Delacroix told the story of their friendship as it might have been but also as Dumas wished it to be. Reality and fantasy are intertwined there. This paper is based upon the reading of Delacroix and Dumas’s essays. It aims to analyze their complex relationship.

Marc Dambre

Nimier chez Dumas : amours de lecture, erreurs de l’amour et des sens

9La trilogie des Mousquetaires entre dès l’enfance dans l’univers de Roger Nimier (1925-1962) et y demeure jusqu’à ses derniers jours, quand il signe D’Artagnan amoureux, ou Cinq ans avant. C’est alors par Dumas que le romancier retrouve, après neuf ans de silence, le plaisir de créer. Ce livre n’est pas, en effet, un simple pastiche. Le mot avait été employé dans les journaux, souvent à charge, alors que cette histoire d’amour entre le mousquetaire et la future Mme de Sévigné n’est pas seulement pour l’auteur une occasion de poursuivre la critique littéraire par d’autres moyens. Quand il préface Les Trois Mousquetaires en 1961, il y voyait une histoire de « mélancolie glacée » : intuition de la dimension inventive de son dernier livre. Autrement dit, dans D’Artagnan amoureux, fidélité à un certain Dumas et singularité de Nimier vont de pair.

Nimier in Dumas’s World: Love of Reading, Errors of Love

10The Musketeers’ trilogy became part of Roger Nimier’s world (1925-1962) when he was a child and remained there until his last days, when he published D’Artagnan amoureux, ou Cinq ans avant. It was then, through Dumas, that the novelist rediscovered, after nine years of silence, the pleasure of creating. Nimier’s book is not, however, a simple pastiche. That word was often used in the newspapers, as a critique, although the love story between the musketeer and the future Mme de Sévigné was more than an opportunity for the author to pursue literary criticism by other means. When he prefaced The Three Musketeers in 1961, Nimier read it as a story of “icy melancholy”: a premonition of the inventive dimension of his last book. In other words, in D’Artagnan amoureux, fidelity to a certain Dumas and to the singularity of Nimier’s own art go hand in hand.

Samantha Caretti

De l’enthousiasme romantique chez Dumas

11Si l’histoire littéraire a préféré retenir la notion de mélancolie pour caractériser la production et la sensibilité romantiques, l’enthousiasme, notion héritière d’une longue tradition, semble pourtant avoir exprimé de façon privilégiée l’énergie autour de laquelle se rallient les premiers écrivains romantiques. Attisée par les événements politiques, l’émotion enthousiaste doit son succès à la promotion du romantisme allemand par Mme de Staël, mais aussi au besoin de spiritualité et de poésie que réclame le siècle. Dumas, séduit par la force de cette énergie et la générosité de ce sentiment, va se réapproprier cette notion en pleine gloire pour en faire une composante et une dynamique romanesques et dramatiques, autant qu’une poétique sensible dans la création et la réception de ses œuvres.

On the Presence of Romantic Enthusiasm in Dumas’s Works

12If literary history has preferred to retain the notion of melancholy to characterize romanticism, its works and sensibility, enthusiasm, a notion inherited from a long tradition, seems nevertheless to have been used in a privileged way to express the energy around which the first romantic writers rallied. Fueled by political events, enthusiasm owes its success to Madame de Staël’s promotion of German Romanticism, but also to the century’s need for spirituality and poetry. Dumas, seduced by the strength of this energy and the generosity of this feeling, re-appropriates and highlights this notion to make it a component and a source of novelistic and dramatic energy, as well as a poetics of sensibility in the creation and reception of his works.

Sandrine Carvalhosa

La fabrique médiatique du désir d’auteur : le cas d’Alexandre Dumas

13Écrivain célèbre, Alexandre Dumas a joué un rôle actif dans sa propre médiatisation et dans la gestion de la relation avec ses lecteurs-admirateurs, en créant et en entretenant la fascination et l’attachement pour sa personne, le « désir d’auteur ». Si la presse est une fabrique de ce « désir d’auteur », elle en est aussi un lieu de réflexion, critique ou amusée. Beaucoup de caricatures et de textes satiriques publiés dans les journaux de l’époque interrogent l’idolâtrie du public et l’égocentrisme supposé de Dumas, ainsi que les dispositifs énonciatifs qu’ils génèrent. Le cas d’Alexandre Dumas est à la fois singulier et emblématique : la séduction opérée par l’auteur des Trois Mousquetaires sur son lectorat offre en effet un témoignage éclairant sur les modalités et la réception de la célébrité de l’homme de lettres au début de l’« ère médiatique ».

The Media’s Creation of an Author’s Desire: The Case of Alexandre Dumas

14The famous writer Alexandre Dumas has played an active role in his own media coverage and in managing the relationship with his readers, creating and maintaining a fascination and attachment for his person, an “author infatuation”. If the press is a fabric of this “author infatuation”, it has also opened the door to reflection, criticism and amusement. Many caricatures and satirical texts published in the newspapers of the time question the idolatry of the public and the supposed egocentrism of Dumas, as well as the texts and discourses they generate. The case of Alexandre Dumas is both singular and emblematic: the attraction orchestrated by the author of Les Trois Mousquetaires on his readership offers an enlightening testimony on the modalities and the reception of his literary fame at the beginning of the “media era”.

Karl Akiki

Five Shades of Dumas

15Cette contribution détourne le titre d’un célèbre best-seller transmédia de notre époque (Fifty Shades of Grey, E. L. James). À l’instar de ce roman qui explore les strates insoupçonnées du désir, nous reviendrons sur l’auteur sulfureux que fut Dumas et sur les nuances (shades) qu’il propose pour contrer le « code de la conjugalité ». Le propos y analyse le désir comme moteur de l’action permettant le déploiement des divers plaisirs des personnages. Désir et plaisir sont également analysés au niveau de l’acte de lecture.

Five Shades of Dumas

16This article reuses the title of a transmedia bestseller of our time (Fifty Shades of Grey, E.L. James). Like James, Dumas explores the depth of the desire and his shades to counter the “code de la conjugalité”. Desire is the main driving force of the characters and it allows them to abandon themselves to uncensored pleasures. Both desire and pleasure are as well analyzed through the act of reading.

Estelle Bédée

L’érotisme dumasien, entre conformisme et révolution(s)

17Le texte romanesque dumasien, travaillé par la frustration, oscille entre érotisme suggéré, « raisonnable » si l’on peut dire, et conforme aux mœurs de son époque, et un déchaînement de l’imaginaire, aboutissant à l’élaboration d’un érotisme plus transgressif, que les nombreuses adaptations de l’œuvre ont exploré de façon beaucoup plus explicite. L’individualité de Dumas, son histoire et son identité (ou plutôt le morcellement de ses identités), anomalies au sein du paysage littéraire français du XIXe siècle, ont façonné, par-delà des représentations conventionnelles, un paysage érotique révolutionnaire et ludique.

Dumasian Eroticism, Between Conformity and Revolution(s)

18Dumas’s novels, shaped by frustration, fluctuate between a suggested eroticism, a “sane”, morally acceptable one, in keeping with the mores of his time, and an unleashed imagination that contributes to the development of a more transgressive eroticism that many adaptations and interpretations have explored much more explicitly. Dumas’s individuality, his history and his identity (more exactly the fragmentation of his identities), anomalies within the French literary scene of the nineteenth century, have shaped, beyond conventional representations, a revolutionary and playful erotic landscape.

Valery Rion

Aimer la mort, aimer Méduse : l’Éros dans les récits fantastiques

19Dans ses récits fantastiques, Dumas met en scène des relations amoureuses de personnages masculins avec des femmes mortes. On retrouve cette thématique dans la nouvelle Les Gentilshommes de la Sierra-Morena. Dans La Femme au collier de velours et Les Mille et Un Fantômes, il met en scène des personnages féminins ayant subi une décollation, parvenant néanmoins à survivre. L’apparition de ces beautés d’échafaud participe de l’émergence de la beauté méduséenne, qui s’incarne dans la fiction lorsqu’un personnage féminin suscite chez un personnage masculin une forme de désir amoureux ou de fascination esthétique, favorisés par une certaine proximité avec la mort.

Loving Death, Loving Medusa: Eros in Dumas’s Fantastical Narratives

20In his fantastical writings, Dumas shows male characters having love affairs with dead women. We find this theme in the short story Les Gentilshommes de la Sierra-Morena. In La Femme au collier de velours and Les Mille et Un Fantômes, he portrays female characters who have been beheaded but still manage to survive. The apparition of these beauties who died on the scaffold belongs to a tradition of tales about Medusa’s beauty, a beauty which is embodied in fiction when a female character arouses in a male character a form of loving desire or aesthetic fascination, favored by a certain closeness to death.

Christine Prévost

Viol et subornation dans les drames de Dumas : entre ressort mélodramatique et métaphore du pouvoir

21Sur la scène française, l’évocation du viol a longtemps symbolisé le combat de la vertu républicaine contre le vice de la tyrannie, le spectateur assistant à une lutte idéologique davantage qu’à une agression sexuelle. Le théâtre de Dumas modifie cette tradition et témoigne du début d’une prise de conscience, en même temps que le cadre législatif évolue. Violence conjugale, adultère forcé, désir érotique brutal, les drames de Dumas s’affranchissent peu à peu des représentations classiques qui font du viol un dommage collatéral de la tyrannie, ce qui est encore le cas de Berthe dans Fiesque de Lavagna, de Ulrique dans Ivanhoë, et même de Catherine, femme du peuple victime de la vengeance d’un aristocrate dans Le Fils de l’émigré. Mais avec Angèle, c’est la notion centrale de consentement du sujet féminin qui est interrogée, dans un drame qui mérite d’être qualifié de « moderne ».

Rape and Subornation in Dumas’s Dramas: Between Melodramatic Device and Metaphor for Power

22On the French stage, the evocation of rape traditionally symbolized the struggle of republican virtue against tyrannical vice, the spectator thus witnessing an ideological struggle rather than a sexual assault. Dumas’s theatre changes this tradition. It testifies to the beginning of a new understanding of the meaning and nature of rape at a time when the legislative framework on the subject evolves. Domestic violence, forced adultery, brutal erotic desire, Dumas’s dramas gradually break free from the classical representations that make rape the collateral damage of tyranny, as it is in the case of Berthe in Fiesque de Lavagna, of Ulrique in Ivanhoe, and even of Catherine, a woman of the people, victim of the revenge of an aristocrat in Le Fils de l’émigré. But with Angèle, it is the notion of consent of the female subject that is called into question, making the drama a work that deserves to be called “modern”.

Barbara T. Cooper

Amours ardentes et sombres : l’amour sous toutes ses formes dans Lorenzino

23Cette réflexion cherche à montrer que les différentes formes d’amour qui se manifestent dans Lorenzino (1842) sont imprégnées de la corruption morale et politique qui pèse sur Florence sous le règne d’Alexandre de Médicis et se définissent par rapport à elle. Asservie et dégradée par Alexandre, souverain illégitime et débauché, Florence n’est plus la ville lumineuse des grands artistes ni la ville phare des principes républicains. Aussi est-ce la haine de la tyrannie, l’amour de la liberté et/ou d’une femme pure qui enflamment le cœur des personnages (bons) de cette pièce. C’est un feu qui couve sous la cendre, secret mais prêt à flamboyer quand on ne s’y attend pas. Il va embraser, consumer tous ceux qu’il touche au cœur.

Ardent and Somber Love: Love in all its Forms in Lorenzino

24This essay seeks to show that the different kinds of love on display in Dumas’s 1842 drama Lorenzino are permeated by the moral and political corruption that weighs down on the city of Florence under the reign of Alexandre de Medici and are defined by it. Subjugated and defiled by Alexandre, its illegitimate and debauched head of state, Florence is no longer the luminous city of great artists nor a beacon of republican principles. As a result, it is a hatred of tyranny, love of liberty and/or of a pure woman that burns brightest in the heart of the play’s (good) characters. That love is a fire smoldering in the ashes, hidden but ready to burst into flames when one least expects it. It will set on fire and consume all those whose hearts it touches.

Anne-Marie Callet-Bianco

Les « wedding comedies » de Dumas

25S’il a peint l’amour sous un angle tragique dans ses romans et ses drames, Dumas l’a aussi abordé sur le mode léger dans ses comédies, en l’associant au mariage. Prenant en compte les « grandes » comédies en quatre actes, à dimension historique, et les petites pièces en un acte, à tonalité contemporaine, cette étude s’attache à mettre en évidence leur canevas commun, qui reproduit le processus de rapprochement ou de formation d’un couple. S’inspirant des réalités historiques et sociales, ces pièces apportent également un éclairage indirect sur l’évolution de l’institution, qui passe du mariage arrangé au mariage d’inclination. Elles enregistrent enfin la naissance du couple moderne, fondé sur de nouveaux rapports et de nouvelles valeurs.

Dumas’s “Wedding Comedies”

26Dumas’s comedies (screwball or wedding comedies) always describe love and marriage in the same way. They show a couple that goes from confrontation to reconciliation. They also reflect the evolution of this institution (from marriage of convenience to love match). They finally register the birth of the modern couple, with new feelings and new attitudes.

Julie Anselmini

Olympe de Clèves, roman des comédiens et de l’amour fou

27Dans Olympe de Clèves (1852), « tomber fou amoureux » prend un sens littéral : amoureux éperdu de l’éblouissante Olympe, Bannière est enfermé à l’asile de Charenton ; à sa mort, sa maîtresse, à son tour, tombe foudroyée de malheur et d’amour. Bien avant les surréalistes, Dumas prend ainsi au sérieux l’amour fou, forme de sublime où se mêlent indissociablement le merveilleux et l’effroi, l’intensité et le risque, et joue de toutes ses potentialités romanesques et dramaturgiques. Dans ce « roman des comédiens », l’amour absolu est cependant mis à distance par différents procédés analysés ensuite.

Olympe de Clèves, A Novel about Actors and Mad Love

28In Olympe de Clèves (1852), “falling madly in love” takes on a literal meaning: madly in love with the dazzling Olympe, Bannière is locked up in Charenton’s asylum. When he dies, his mistress, in turn, is struck down by misfortune and love. Long before the surrealists, Dumas thus takes mad love seriously, a form of sublime where wonder and fear, intensity and risk are inseparably intertwined, and plays with all its romantic and dramatic potential. In this “actors’ novel”, however, absolute love is put at a distance by various processes which are then analysed.

Michel Brix

Dumas, Nerval et Jenny Colon

29Les amours du poète et de l’actrice constituent un des clichés du romantisme. Alexandre Dumas a évoqué ce thème dans ses Nouveaux Mémoires (1866), à propos de Gérard de Nerval. Celui-ci avait fait état, dans Sylvie (1853), de la passion qu’il aurait nourrie pour une actrice qu’il nomme Aurélie et dont le modèle est sans doute Jenny Colon. De nombreux proches de Nerval ont contribué, avant et après Sylvie, à représenter Gérard en soupirant de Jenny Colon. Dans cette perspective, il est intéressant de relire les pages des Nouveaux Mémoires, qui donnent à Dumas, dans cette affaire, un rôle essentiel de confident, d’intermédiaire, voire d’amant en titre.

Dumas, Nerval and Jenny Colon

30The loves of the poet and the actress constitute a stereotype in French romanticism. Alexandre Dumas mentioned this theme in his Nouveaux Mémoires (1866), about Gérard de Nerval. Nerval had written, in Sylvie (1853), of the passion that he had nurtured for an actress he named Aurélie and whose model is probably Jenny Colon. Numerous relatives of Nerval contributed, before and after Sylvie, to represent Gérard as the suitor of Jenny Colon. It is thus interesting to reread the pages of the Nouveaux Mémoires, which give Dumas, in this love affair, an essential role of confidant, go-between, even lover in title.

Maxime Prévost

Le désir séculaire : les XVIe et XVIIe siècles contrastés d’Alexandre Dumas

31Alexandre Dumas est le grand romancier de l’échec : échec héroïque, mais aussi échec amoureux. N’en déplaise à Roger Nimier, Athos est le seul mousquetaire amoureux et son amour se révèle maudit ; comme par atavisme, Bragelonne court à sa perte par dépit amoureux. C’est que le Grand Siècle d’Alexandre Dumas n’est pas le XVIIe (qui serait plutôt celui de la déchéance, notamment amoureuse) mais bien le XVIe (l’admiration que porte Athos à son ancêtre Enguerrand de La Fère est emblématique), sur tous les plans, dont celui de l’Éros. En effet, le passé qui inspire tout particulièrement Athos est le XVIe siècle, époque où, selon lui, l’idéal chevaleresque avait encore cours et où, suggère Dumas, il se trouvait encore des poètes pour magnifier ces exploits. Or la magnification du XVIe siècle dans l’œuvre de Dumas n’est jamais aussi explicite qu’en ce qui a trait à l’Éros.

Secular Desire: The Contrasting Representations of the 16th and 17th in Dumas’s Works

32Alexandre Dumas is a great writer about failure: heroic as well as sentimental failure. Athos is the only love-struck musketeer, and his love for Milady proves star-crossed; moreover, his son, the Vicomte de Bragelonne, will meet his doom because of love. It will be argued that Dumas’ “Golden Age” is not the 17th century (a century of decline in all matters, including amorous ones) but the 16th century (the century of chivalrous excellence, according to Athos), on all levels including that of romantic love. Indeed, Athos seems to mentally inhabit the 16th century, a time of heroes and of heroic poets. This paper argues that Alexandre Dumas’ glorification of the French Renaissance is particularly explicit in erotic matters.

Édith Perry

La Reine Margot, l’amour à outrance : d’Alexandre Dumas à Patrice Chéreau

33La Reine Margot se place sous le signe de l’excès : excès de violence et de haine bien plus qu’excès d’amour semble-t-il d’abord. La critique, soulignant que les grands acteurs du roman appartenaient à la politique, a vu en Henri de Navarre le véritable protagoniste du récit. Pourtant l’intrigue amoureuse entre Marguerite et La Mole a plus d’effet sur le cours de l’Histoire que les intrigues politiques qui se trament autour des prétendants à la couronne. L’amour, obstacle dans un monde qui valorise la force et l’ambition, peut devenir un auxiliaire dans la mesure où, aiguisant les sens et décuplant les forces, il permet au sujet de dépasser ses limites, en un mot de passer outre. L’amour rend fou, il fait perdre la tête, mais il donne aussi des ailes et fait un héros d’un simple mortel. Si chez Dumas et Chéreau, il engage autant le corps que le cœur, il convient aussi de se demander si les véritables objets du désir ne sont pas la mort ou le pouvoir.

La Reine Margot, Excessive Love: from Alexandre Dumas to Patrice Chéreau

34La Reine Margot is mainly about excess: excess of violence, of hatred rather than excess of love. Literary criticism has shown that the main characters in the novel belonged to the political world and has seen Henri de Navarre as the true protagonist of the story. However, the love story between Marguerite de Valois and La Mole shapes the course of events more than the political plots for the conquest of the crown. Sometimes love can be an obstacle for success but it can also help because it makes the lover challenge his own abilities and push ambitions to the limit. Love makes him lose his head, but it gives him wings and makes him a hero. In the novel and in the screen adaptation, love engages the heart and the body but it also hides other different objects of desire like death and power.

Àngels Santa

Le sentiment amoureux dans Mémoires d’un médecin : l’exemple de la comtesse de Charny

35Andrée de Taverney illustre la force du sentiment amoureux dans le cycle romanesque des Mémoires d’un médecin. Mêlée au destin de la famille royale pendant la Révolution française, elle souffre les affres d’un sentiment qui lui devient funeste tout en constituant la source de sa plus profonde joie. Violée par le jardinier Gilbert, favorite de la reine Marie-Antoinette, elle rencontre avec elle le comte de Charny dont elle tombe amoureuse. Par malheur, celui-ci s’éprend de la reine. Andrée s’enferme alors dans le couvent de Saint-Denis, d’où elle est tirée par la reine, qui, pour sauver son propre honneur, lui demande de se marier avec Charny. Ce mariage blanc fait d’Andrée une statue de marbre. Mais l’amour de Charny éveille ses sens ; le couple a une brève période de bonheur, avant la mort de Charny le 10 août 1792. Absolu et fatal, l’amour remplit la vie et l’âme d’Andrée tout en la vouant à la tragédie.

Love’s Emotions in the Mémoires d’un médecin: The Example of the Countess of Charny

36Andrée de Taverney illustrates the power of love in the romantic cycle of Mémoires d’un médecin. Sharing the fate of the royal family during the French Revolution, she suffers the agony of a feeling that becomes disastrous for her while constituting the source of her deepest joy. Raped by the gardener Gilbert, favorite of Queen Marie-Antoinette, she meets the Count de Charny with whom she falls in love. Unfortunately, the Count falls in love with the Queen. Andrée then locks herself up in the convent of Saint-Denis, from which she is withdrawn at the queen’s request, eager to save her own honor and to marry Charny. This sham marriage makes Andrée a marble statue. But Charny’s love awakens her senses; the couple has a brief period of happiness before Charny’s death on August 10, 1792. Absolute and fatal, love fills the life and soul of Andrée while subjecting her to tragedy.

Lise Dumasy

L’amour, la mort et le destin au prisme du roman historique dumasien

37L’examen des cycles révolutionnaires (Mémoires d’un médecin, Création et Rédemption) et postrévolutionnaire (Les Mohicans de Paris) écrits entre 1846 et 1870, nous fait mesurer la nature profondément historique de la création romanesque chez Dumas : les rapports sentimentaux entre les personnages et le destin de leurs amours y sont reliés en profondeur à leur situation sociohistorique. Le destin individuel ne se sépare pas du destin collectif. Mais il nous montre aussi l’évolution de la pensée et de l’imaginaire dumasiens. La pression de l’Histoire qu’il vit (celle des révolutions et restaurations successives) fait passer Dumas de la nostalgie d’une impossible monarchie constitutionnelle à l’affirmation d’un républicanisme plus engagé, de l’Histoire des rois à celle des Peuples, de l’impasse tragique à l’ouverture épique.

Love, Death and Destiny Viewed through the Prism of the Dumasian Historical Novel

38An examination of the revolutionary (Mémoires d’un médecin, Création et Rédemption) and post-revolutionary (Les Mohicans de Paris) series written between 1846 and 1870 makes us aware of the profoundly historical nature of Dumas’ novel creation: the sentimental relationships between the characters and the destiny of their loves are deeply linked to their socio-historical situation. Individual destiny is not separated from collective destiny. But these works also show us the evolution of Dumas’ thinking and imagination. The pressure of the History that he lives (that of successive revolutions and restorations) makes Dumas pass from the nostalgia of an impossible constitutional monarchy to the affirmation of a more committed republicanism, from the History of Kings to that of Peoples, from the tragic impasse to the epic opening.

Isabelle Safa

Éros et Clio : la représentation dumasienne de la Révolution au prisme de Michelet

39L’amour est une composante essentielle de la poétique du roman historique dumasien, plus particulièrement des fictions sur la Révolution française. L’articulation du destin individuel et du destin collectif y est en effet liée à la question de l’amour et des rapports amoureux. Or ce corpus est aussi celui pour lequel Dumas s’est largement revendiqué de l’historien Michelet. Il s’agira donc d’examiner les fonctions de l’amour dans un dispositif de mise en fiction de l’histoire qui intègre non seulement la matière historique de Michelet, mais encore son approche sensible, dans un projet de restitution du passé qui vise à la fois un rapport immédiat à celui-ci et sa reconstruction analytique. On montrera également que l’imprégnation grandissante de la fiction dumasienne par l’œuvre de Michelet accompagne l’évolution du positionnement politique de Dumas vers un républicanisme plus affirmé.

Eros and Clio: Dumas’s Representation of the Revolution through the Prism of Michelet’s Writings

40Love is a core component in the poetics of Dumas’s historical novels, in particular those about the French Revolution. Both individual and collective fates are indeed intertwined with the notion of love and romance. Those are the same texts for which Dumas claimed to have drawn inspiration from historian Jules Michelet. This study will therefore focus on the part played by love in Dumas’s fictionalization of history. Dumas’s fiction does not merely draw from the time period and material Michelet was himself interested in; it also echoes the aesthetic sensibility of the historian’s works, as it similarly intends to remember the past in an immediate yet critical way. The study will then move on to examine how Dumas’s increasing reliance on Michelet’s work in his fiction is linked to the evolution of his political views, as Dumas gradually became a staunch defender of republicanism.

Philippe Chanial

Amour, utopie et politique chez Alexandre Dumas

41Quels liens se nouent, à l’ère romantique et plus particulièrement dans l’œuvre dumasienne, entre idylles amoureuses et utopies politiques ? Cette contribution se propose tout d’abord de rappeler les affinités électives entre « socialisme romantique » et « romantisme littéraire », puis de montrer, dans un jeu de miroir entre fictions politiques et fictions romanesques, en quoi la communauté des cœurs (et des corps) aimants a pu prétendre constituer, après l’épreuve douloureuse de l’utopie révolutionnaire, le modèle de la société politique à venir, du moins inspirer une communauté des citoyens pacifiée, garante de l’harmonie entre les classes et unie par la religion de l’amour. Ces entrelacements entre amour, utopie et politique sont plus particulièrement interrogés à partir de deux œuvres de Dumas père : Les Mohicans de Paris et Création et Rédemption.

Love, Utopia and Politics in Dumas’s Works

42In the Romantic era, and more particularly in Dumas’s work, what links are forged between amorous idylls and political utopias? This study aims first of all to recall the elective affinities between “romantic socialism” and “literary romanticism”. It then seeks to reveal, in the links between political and romantic fictions, how the community of loving hearts (and bodies), after the painful trial of the revolutionary utopia, could claim to be the model of the political society to come, at least to inspire a peaceful community of citizens, guarantor of harmony between classes and united by the religion of love. These interconnections between love, utopia and politics are questioned in greater detail in two works by Dumas père: Les Mohicans de Paris and Création et Rédemption.

Steffie Van Neste

« Voir sans être vu » : amour et curiosité dans La Dame de Monsoreau, Le Vicomte de Bragelonne et Olympe de Clèves

43Dans l’univers romanesque d’Alexandre Dumas, la figure du curieux se décline le plus souvent selon trois modalités : le curieux se fait savant, collectionneur ou voyeur. Le voyeur est très présent dans les scènes amoureuses peintes par Dumas : il est l’amant transporté par le désir érotique, le mari ou le rival, mû par la jalousie. Cet article examine la question du voyeurisme et ses enjeux dans La Dame de Monsoreau, Le Vicomte de Bragelonne et Olympe de Clèves. Il se dégage de cet examen combien Dumas s’inspire des grands mythes de la curiosité : il retravaille, réécrit les mythes de Diane et Actéon, d’Argos et Io, d’Éros et Psyché pour construire toute une réflexion sur la légitimité du désir de voir. Oscillant entre l’éblouissement et l’aveuglement, la concupiscence oculaire constitue la pierre angulaire de l’amour dumasien : tout commence et finit par le regard.

“To See without Being Seen”: Love and Curiosity in La Dame de Monsoreau, Le Vicomte de Bragelonne and Olympe de Clèves

44In Alexandre Dumas’ fictional universe, the figure of the “curious individual” takes three forms: the scientist, the collector or the voyeur. The voyeur is omnipresent in the love scenes painted by Dumas: he is the lover carried away by erotic desire; he is the husband or rival moved by jealousy. This article examines the question of voyeurism and its implications in La Dame de Monsoreau, Le Vicomte de Bragelonne and Olympe de Clèves. It becomes clear how Dumas has been profoundly inspired by the great myths of curiosity: he reworks and rewrites the myths of Diana and Acteon, Argos and Io, Eros and Psyché to build a whole reflection on the legitimacy of the desire to see. Oscillating between dazzling and blinding, the concupiscence of the eyes is the cornerstone of Dumasian love: everything begins and ends with the gaze.

Nathalie Solomon

Impressions de voyage et sentiment amoureux : « J’en ferai un volume »

45Les voyages de Dumas, alternant anecdotes historiques et péripéties, accordent une grande importance à la personne du voyageur qui, écrivain, républicain, farceur et cuisinier de talent, est une figure centrale de ses propres récits. Semble manquer cependant l’expression du désir, l’esquisse d’aventures amoureuses. Où sont les femmes dans les voyages de Dumas ? Enveloppées dans la bonne humeur généralisée, sont-elles oubliées ? Le sentiment amoureux absent de ces pages ? C’est négliger la silhouette de Pauline en Suisse, ou l’évocation discrète des amours de cette Caucasienne qui donna bien des sujets de chagrin à son mari. La discrétion même de l’évocation mérite qu’on se penche sur la question, justement parce qu’elle semble peu caractéristique de la manière dumasienne. Quand le voyage devient (presque) roman, alors Dumas se rêve (peut-être) amoureux…

Dumas’s Impressions de voyage and the Role of Love: “I Could Write a Book about It”

46Alternating between anecdotes and adventures, Dumas’ travels give great importance to the traveler himself. A writer, a republican, a joker and talented cook, he is a central figure in his own narratives. However, the expression of sexual desire and possibility of romance are missing from these pages. Where are the women in Dumas’ travels? Are they forgotten in the midst of general cheerfulness? Is romance missing from these pages? That would mean forgetting about Pauline’s distant figure in Switzerland or the discreet mention of that Caucasian woman whose husband had good reasons to feel miserable. This very discretion deserves our attention, precisely because it is atypical of Dumas. When travel narratives get to (almost) become novels, Dumas (might) picture himself as a lover.

Héléna Demirdjian

Le Corricolo : Naples et Dumas, un cheminement amoureux

47Écrit quelques années après son passage clandestin dans le royaume des Deux-Siciles, Le Corricolo, extraordinaire mélange de littérature et de vécu, permet de saisir Naples dans son bouillonnement et son histoire. Il semble que si Dumas a su si bien saisir l’essence de cette ville, c’est parce qu’elle lui ressemble. Bouillonnante, vivante, en perpétuel mouvement, peuplée de Napolitains rusés et habités par la quête du plaisir, la ville ressemble à l’ogre Dumas, jouisseur effréné et aventurier plein d’humour. L’écriture de Dumas, en perpétuel mouvement, variant d’un genre littéraire à l’autre, réalise le miracle littéraire de donner au lecteur l’impression qu’il monte à bord du corricolo et qu’il visite Naples, secoué par les cahots de la route, emmené par le galop impétueux des chevaux, saisi enfin par l’intense désir de l’auteur.

Le Corricolo: Naples and Dumas, A Loving Progression

48Written a few years after his clandestine trip to the Kingdom of the Two Sicilies, Le Corricolo, an extraordinary mixture of literature and experience, captures Naples in its agitation and history. It seems that if Dumas has been able to grasp the essence of this city so well, it is because it resembles him. Ebullient, alive, in perpetual movement, populated by crafty Neapolitans inhabited by the quest for pleasure, the city resembles Dumas the ogre, an unbridled pleasure-seeker and an adventurer full of humor. Dumas’s writing, in perpetual movement, varying from one literary genre to another, realizes the literary miracle of giving the reader the impression that s/he is boarding the corricolo and that s/he visits Naples, shaken by the bumps of the road, led by the impetuous gallops of horses, finally seized by the intense desire of the author.

Giulio Tatasciore

Le brigand amoureux, une figure de l’imaginaire dumasien

49Dans l’épisode romain du Comte de Monte-Cristo, le brigand Carlini tue sa bien-aimée pour qu’elle ne serve pas d’amusement collectif à ses camarades de la bande. Quant au berger Luigi Vampa, il devient brigand pour impressionner et défendre la belle Teresa. La dimension érotique joue un rôle important dans la construction d’un personnage « type » romantique, le « brigand italien », auquel Dumas confie une grande partie de l’action et de la morale du roman. Le brigand amoureux est aussi une figure récurrente de l’imaginaire dumasien, si l’on pense notamment à Pauline ou bien à Pascal Bruno. L’érotisme déviant est aussi une clé d’accès aux systèmes culturels de représentation du crime dont Dumas devient en même temps récepteur, artisan et divulgateur.

The Loving Bandit, A Creation of Dumas’s Imagination

50In the Roman episode of the Count of Monte Cristo, the brigand Carlini kills his beloved so that she does not serve as a collective amusement to his comrades. As for the shepherd Luigi Vampa, he becomes a brigand to impress and defend the beautiful Teresa. The erotic dimension plays an important role in the construction of a romantic “type”, the “Italian brigand”, to whom Dumas entrusts a large part of the action and the moral of the novel. The brigand in love is also a recurring figure of Dumasian imagination, if one thinks of Pauline or Pascal Bruno. The staging of deviant eroticism also provides access to the cultural systems of representation of crime, of which Dumas becomes at one and the same time a receiver, an artisan and a speaker.

Daniel Desormeaux

L’amour nègre chez Alexandre Dumas

51Charles Baudelaire voyait sans méchanceté en Dumas un nègre extravagant et naïf. Pour son précoce roman Catéchisme de la femme aimée, qui ne parut jamais, il dit avoir trouvé l’idéal dans l’amour d’Antony. Plus tard, dans une lettre à Sainte-Beuve, il dit encore avoir trouvé une « vitalité de nègre » dans La Dame de Monsoreau et Joseph Balsamo. Il existerait dans certains romans de Dumas, notamment dans la série des Mémoires d’un médecin, Georges et Ingénue, une forme d’amoureux qui oscille entre l’esclave et la bête noire. Après tout, qui des deux, Baudelaire ou Dumas, est le plus nègre et le plus amoureux ? Qui s’accommode le plus des fantasmes de la « race créole », de l’idolâtre esclave de l’amour et de la confrontation refoulée entre des âmes inférieures et supérieures ?

“Negro” Love in Dumas’s Works

52Without any particular malice, Charles Baudelaire saw Alexandre Dumas as an extravagant and naive “nègre”. For his unpublished early novel Catéchisme de la femme aimée, Baudelaire said that he had found the ideal in Antony’s love. Later, in a letter to Sainte-Beuve, he said that he also came to the notion of “negro vitality” while reading La Dame de Monsoreau and Joseph Balsamo. Of note in some Dumas novels, particularly in the series Memoirs of a Doctor, Georges and Ingénue, is a kind of lover that oscillates between two poles: slave and bête noire. That being said, which of the two, Baudelaire or Dumas, is the most “nègre” and the most lover? Who best accommodates the fantasies of the Creole race, the idolatrous slavery to love and the repressed confrontation between lower and higher souls?

Notes

* Nous tenons à remercier Barbara T. Cooper et Philippe Chanial pour leur précieuse aide dans la traduction de certains résumés en anglais.

© Presses universitaires de Caen, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search