Version classiqueVersion mobile

Dumas amoureux

 | 
Julie Anselmini
, 
Claude Schopp

Postface

Mil e tre

Claude Schopp

Texte intégral

  • 1 Autographe : BnF, n.a.fr. 24641, f. 60. Cité dans Marcel Thomas, « Lettres inédites d’Alexandre Dum (...)

1Dans une déclaration adressée aux autorités théâtrales à propos de La Dame aux camélias, le 4 octobre 1851, Dumas père affirme que le drame de son fils, interdit par cette stupide institution qu’on appelle la censure, est une pièce essentiellement morale. « J’ai le droit, ajoute-t-il, d’avoir une opinion en morale, moi qui ai écrit 700 volumes qui peuvent entrer dans une Bibliothèque de séminaire ou dans un couvent de jeunes filles »1. A-t-il donc oublié qu’il est l’auteur de Filles, lorettes et courtisanes, ce « coin du grand panorama parisien que personne n’avait osé peindre, cette page du grand livre de la civilisation moderne, au bas de laquelle personne n’avait osé mettre son nom » ? Il a passé outre les « pudibondes susceptibilités de l’époque », en acceptant la tâche scabreuse qui lui était proposée. Dumas n’hésite jamais à outrer son propos en héroïsant ce qu’il présente comme un exploit littéraire : les regards attentifs portés à travers ce volume sur ses romans et ses drames ont prouvé à l’envi qu’il y a dans ses œuvres amplement de quoi mettre le feu aux joues des séminaristes ou des pensionnaires, si l’on met entre leurs mains La Reine Margot, Le Collier de la reine ou Olympe de Clèves.

2Sans se placer sous l’égide de la critique biographique de Sainte-Beuve, consistant à faire entrer dans la critique la biographie et le portrait, afin de mieux pénétrer l’œuvre dans sa totalité, on peut légitimement se demander si la forte charge érotique recensée dans l’œuvre est bien le reflet de l’homme dans son comportement amoureux.

   

  • 2 Hippolyte Romand, « Poètes et romanciers modernes de la France. IX. Alexandre Dumas », Revue des De (...)

3Alexandre Dumas, c’était, tel que son premier biographe le définissait au début de sa carrière littéraire et amoureuse, « Don Juan la nuit, Alcibiade le jour »2, les mil e tre de l’abuseur sévillan augmentés de la multitude de jeunes gens que l’élégant d’Athènes traînait à sa suite. Le nombre, ou, pour mieux dire l’innombrable. Amours et amitiés mêlées, la vie sentimentale d’Alexandre compte autant de volumes que sa vie littéraire, autant de collaborateurs, et plus encore de collaboratrices. Au temps où les doctrinaires encouragent la bourgeoisie triomphante à économiser afin de s’enrichir, Dumas, lui, dépense (et se dépense) sans compter, en tout temps et lieu, que ce soit à sa table les flots d’encre noircissant son papier bleu lavande, ou les flots monétaires que cette encre dépose dans ses poches – trouées, hélas ! –, les flots d’esprit dans les salons, les flots de semence entre ses draps, les flots d’amour aussi, en un épanchement continu qui soulevait l’admiration d’un Théodore de Banville :

  • 3 Théodore de Banville, Mes souvenirs […], Paris, G. Charpentier, 1883, p. 407.

Dumas n’avait pas plus besoin d’économiser ses forces et sa vie qu’un fleuve d’économiser ses flots, et il semblait en effet qu’il tînt dans ses fortes mains des urnes jamais vidées, et d’où s’écoulait le ruisseau toujours clair et limpide3.

4Les activités érotiques ont capté bonne part de cette prodigieuse énergie. Ogre dévorant, chasseur invétéré, il suit toutes les pistes où l’appelle l’odor di femmina, se pliant à la loi naturelle dont le but ultime est le coït :

  • 4 Alexandre Dumas, Une aventure d’amour. Un voyage en Italie, suivi des Lettres inédites de Caroline (...)

Lorsque la nature a créé l’homme et la femme, elle n’a pas, toute prévoyante qu’elle est, eut la moindre idée des lois qui régiraient les sociétés humaines : avant de songer à créer l’homme et la femme, elle avait, comme dans les autres espèces d’animaux, songé à créer le mâle et la femelle. Sa principale affaire, à cette grande Isis aux cent mamelles, à la Cybèle grecque, à la bonne déesse romaine, c’est la reproduction des espèces. De là la lutte éternelle des instincts charnels contre les lois sociales, de là, la puissance d’asservissement de l’homme sur la femme et d’attraction de la femme vers l’homme4.

  • 5 Alexandre Dumas, Filles, lorettes et courtisanes, in La Grande Ville, nouveau tableau de Paris comi (...)

Ce texte était le développement d’un apophtegme proposé dans Filles, lorettes et courtisanes : « Toute race animale a, dans ce monde, son masculin et son féminin. / L’amour étant une loi de la création, la reproduction une nécessité de la nature »5.

   

  • 6 Autographe : BnF, n.a.fr. 14669, f. 107. Cité dans Alexandre Dumas, Lettres à mon fils, Claude Scho (...)
  • 7 Autographe : BnF, n.a.fr. 24641, f. 75. Cité dans ibid., p. 224.

5Cet Éros quasi clinique et désillusionné s’exprime sans fard dans sa correspondance. Ainsi il n’éprouve aucune gêne à évoquer pour son fils sa vie sexuelle du moment. De Bruxelles en avril 1852 : « Maintenant es-tu assez riche pour acheter et m’envoyer, en l’essayant sur une belle brune de 20 à 25 ans que je crois à ta disposition, un chapeau d’été de 50 à 70 f ? […] J’ai couché avec une très belle fille qui ne veut rien recevoir autre chose qu’un chapeau d’été ou jaune paille très clair ou tout simplement blanc »6. Et plus tard, de Tifflis, le 1er janvier 1859 : « Ce serait assez nouveau il me semble – un héros tatar et une héroïne tcherkess – mis en scène par un homme qui a baisé des Tcherkess et fait le coup de fusil avec des Tatars »7.

  • 8 Mathilde Shaw, Illustres et inconnus. Souvenirs de ma vie, Paris, E. Fasquelle, 1906, p. 191.

6« Je ne veux pas exagérer, disait-il à Mathilde Shaw, mais je crois bien que j’ai de par le monde plus de cinq cents enfants »8. Ce qui s’apparente sans doute à des vantardises masculines rapproche l’amour de la chasse. Les exploits amoureux exposés sont autant de trophées. Ces expositions de la femme en gibier poursuivi et abattu paraissent bien opposées à la sociabilité mondaine dont, par ailleurs, Alexandre Dumas se veut le parangon :

  • 9 Alexandre Dumas, Une aventure d’amour…, chap. III, p. 45.

Ma vanité n’a jamais eu, si jeune que j’aie été, ce que vous appelez les bonnes fortunes pour objet. Dans certaine position de richesse ou de célébrité, on n’a pas le temps de chercher, on n’a pas besoin de mentir. J’ai eu au bras les plus jolies femmes de Paris, de Florence, de Rome, de Naples, de Madrid et de Londres, souvent non seulement les plus jolies femmes, mais les plus grandes dames, et je n’ai jamais dit un mot qui pût faire croire […] que je ressentisse autre chose pour cette femme que le respect ou la reconnaissance que j’ai toujours eue pour la femme qui se mettait sous ma protection si elle était faible, qui me prenait sous la sienne si elle était puissante9.

Ce plaidoyer pro domo est bien nécessaire pour racheter une réputation exécrable, celle que lui renvoie la jeune comédienne Hyacinthe Meinier, qui, avant même de lui céder, craint l’abandon :

  • 10 Autographe : collection Jean Tainon. Cité dans Alexandre Dumas, Narcisse et Hyacinthe. Correspondan (...)

Avant de vous connaître, j’entendais dire : Dumas est l’homme le plus cruel pour les femmes, il a toujours vingt passions en un mois, toutes plus fortes, plus délirantes les unes que les autres : – chaque matin il écrit six lettres qu’il envoie aux femmes qu’il a remarquées, dans le nombre il reçoit une réponse au moins : hé ben, dès qu’il a eu cette femme, dès qu’il peut en donner la preuve, il en amuse ces amis, la soirée se passe en éclats – et la femme pleure – votre liaison fit du bruit avec la personne dont je vous ai parlé : on prétendait que vous étiez fixé pour trois mois10 !

  • 11 Alexandre Dumas, Le Vicomte de Bragelonne, in Les Mousquetaires, Claude Schopp (éd.), Paris, R. Laf (...)
  • 12 Le Roman de Violette. Œuvre posthume d’une célébrité masquée, Lisbonne, chez Antonio da Boa-Vista, (...)
  • 13 Alexandre Dumas, Correspondance générale, Paris, Classiques Garnier (Correspondances et mémoires. L (...)

7La brutalité de l’instinct est cependant tempérée par le cœur. Le civilisé est en lutte continuelle contre le sauvage ; Culture et Nature s’empoignent sans fin : car l’amoureux boulimique est affligé d’une sensibilité de petite maîtresse, Lovelace et Clarisse Harlowe cohabitent dans ce grand corps. Il a fréquemment l’œil humide, quoiqu’il assure que « l’on n’est vraiment généreux et bon que du moment où l’œil est devenu dur et le cœur resté tendre »11. L’amour est pour lui source d’enchantement : « Bienheureux en ce monde celui qui, cherchant inutilement ce qu’il a fait ici-bas, se contentera de répondre à la voix céleste : – J’ai aimé »12. Éros est écartelé entre désir fou et émotion irrépressible, que l’on ne peut ni l’un ni l’autre domestiquer. L’une de ses maîtresses, Mélanie Waldor attribuait ces excès à son « sang africain » et à son « âme de feu »13.

  • 14 Autographe : Société des amis d’Alexandre Dumas, fonds Glinel, R 3 39.

8Au commencement, l’écrivain a probablement, le temps d’un instant – rêve chimérique de sa jeunesse romantique –, espéré toucher la Femme, l’Unique. Mais, la vie passant, il s’est payé de sa menue monnaie, sans trouble, sans remords, car cet homme-là n’a jamais accordé la moindre valeur morale à ce qu’il considérait, lui aussi, comme l’échange de deux fantaisies et le contact de deux épidermes. Combien de femmes ont cru être aimées ? Le Leporello faisant la liste des « beautés séduites » devra se résigner au défectueux : Aglaé Tellier, sa première maîtresse, Manette Thierry, Laure Labay, Mélanie (Ire) Waldor, « la femme qu’[il a] le plus aimée », lui écrira-t-il à la fin de sa vie14 ; puis se succèdent dans son lit, la célébrité venue, des femmes de scène que l’on aime en coulisses, dupliquées par les rôles qu’elles jouent ou ont joués, si bien qu’il a pu ressentir l’enivrante impression d’avoir eu, à travers elles, toutes les femmes.

  • 15 Alexandre Dumas, Mes Mémoires, Claude Schopp et Dominique Frémy (préf.), Pierre Josserand (éd.), Pa (...)
  • 16 Alexandre Dumas, Correspondance générale, t. I, p. 72.
  • 17 Alexandre Dumas, Une aventure d’amour…, chap. IX, p. 113.
  • 18 Alexandre Dumas, Une vie d’artiste, Paris, M. Lévy frères, 1874, p. 80. Henriette est la Violette d (...)
  • 19 Rôle-titre d’Angèle, drame en cinq actes, créé au théâtre de la Porte-Saint-Martin le 28 décembre 1 (...)
  • 20 Alexandre Dumas, « Isabelle Constant », in Nouvelle Galerie des artistes dramatiques vivants, Charl (...)
  • 21 Alexandre Dumas, « L’exposition du Havre », Le Dartagnan, no 56, 11 juin 1868, p. 2.

9À mesure qu’il vieillit, ses maîtresses ont tendance à rajeunir, comme si les fruits verts agaçaient mieux ses dents vieillissantes. Après (ou en même temps que) Virginie Bourbier, la « très belle et très gracieuse personne » pour laquelle il écrit le rôle de Paula dans Christine, ou Stockholm, Fontainebleau et Rome, il y a Belle Kreilssamner, dite Mélanie (II), mère de sa fille Marie et médiocre comédienne sous le nom de Mélanie Serre, qui a « des cheveux noir de jais, des yeux azurés et profonds, un nez droit comme celui de la Vénus de Milo et des perles au lieu de dents »15. Puis viennent, successivement ou en même temps, Mme Abel à qui, par testament holographe rédigé à la veille de son duel avec Frédéric Gaillardet, il « lègue mille francs et [s]es cheveux » ; Ida Ferrier, vieille maîtresse devenue en 1840 Mme Alexandre Dumas, après sept ans de surnumérariat ; la géniale Marie Dorval, l’Adèle d’Hervey d’Antony, qui trahit Alfred de Vigny pour celui qu’elle appelle son « bon chien » (« pour trahir j’ai besoin que nous soyons deux et puis je ne sais, quand nous sommes ensemble, nous sommes si bons tous deux, que tout prend le caractère enfant, il ne nous semble pas que nous soyons bien coupables. Vous, non, mais moi je n’ai pas d’excuse »16) ; la douce Hyacinthe Meinier, dont Dumas disait : « Cette femme joue bien, parce qu’elle sent bien ! » ; Caroline Ungher, sublime cantatrice, avec qui, à Palerme, il ne forme « qu’un cœur, qu’une existence, qu’une haleine » – « Je ne l’ai jamais revue, et il y a vingt ans de cela, et pas le plus petit nuage ne tache la splendeur de ce mois et demi passé à Palerme »17, confessera-t-il plus tard, encore émerveillé au souvenir de cette aventure d’amour ; Henriette Chevalier, au théâtre Henriette Laurence, « pauvre enfant que la mort a prise à dix-neuf ans et dont je raconterai plus tard l’histoire », promettait-il18 ; la volcanique Inès Gonzalès, dite Mlle Angèle, qui a changé son nom « en celui d’une héroïne d’un des plus romanesques drames de son amant »19 ; Émilie Scrivaneck, cette « horrible fille, moitié Prusse moitié Hollande », au témoignage de Jules Janin, parlant « un véritable charabia », si fière de servir de secrétaire, à « lui, à l’homme universel » ; Béatrix Person, la « bonne chatte », étoile du Théâtre-Historique, où elle crée la plupart des premiers rôles ; Anna Bauër, dont le fils, Henri, était le portrait craché du père d’Antony ; la boulangère hystérique de Bruxelles à qui il fait faire des contorsions surprenantes : « Je la plains, compatissait Gérard de Nerval, s’il ne la finit pas, mais on a lieu de croire qu’il la finit dans un particulier » ; Isabelle Constant, dite Zirza, frêle ingénue, qui « venait d’avoir quinze ans, […] [et était] mince, flexible et gracieuse comme un roseau […] » – « Je n’ai jamais rien vu et n’avais jamais rien rêvé de plus léger, de plus aérien, de plus angélique que cette apparition »20 ; la pathétique Emma Mannoury-Lacour, toujours vierge quand l’écrivain la rencontre, « veuve d’un premier mari et avec un second en exercice », comme Dumas en fait la confidence à son ami Eugène Delacroix, un soir de janvier 1856 : « Elle avait des yeux d’un bleu d’azur assez foncé pour qu’au premier abord ils parussent noirs, des cheveux blonds tombant à l’anglaise, des sourcils bruns, des dents petites et blanches sous des lèvres carminées, qui faisaient encore mieux ressortir la pâleur de son teint », telle qu’il la peint dans Madame de Chamblay, roman inspiré de leurs amours – « Je crois bien, quoique je ne l’affirme pas, que les trois quarts de mon cœur, sinon mon cœur tout entier, moururent avec elle »21 ; Marie de Fernand, en littérature Victor Perceval, traductrice de l’anglais (Mémoires d’un jeune cadet, adaptés de Adventures of a Younger Son, de Edward John Trelawny) et dont la fille, Alexandrine, écrit à Dumas fils : « Votre père est le mien » ; la toute jeune et violente Émilie Cordier, dite « l’Amiral » à cause de l’accoutrement qu’elle s’est choisi pour accompagner son vieil amant dans sa circumnavigation de la Méditerranée :

Le cher petit enfant que tu as vu à la maison – garçon le jour, redevient femme la nuit. Dans un moment où il était femme, il lui est arrivé un accident qui le mois suivant s’est manifesté. M. Émile a disparu et Mlle Émilie est enceinte – et par conséquent obligée dans deux mois de me laisser continuer mon voyage seul – du 15 au 20 juillet, elle sera à Paris. Peux-tu lui trouver à cette époque un petit appartement garni à la campagne,

  • 22 Lettre d’Alexandre Dumas à Charles Robelin du 29 mai 1860. Autographe : ancienne collection Simone (...)
  • 23 André Maurois, Les Trois Dumas, p. 351.
  • 24 Lettre d’Alexandre Dumas à la comtesse Rattazzi du 27 juillet 1866. Autographe : Société des amis d (...)
  • 25 Lettre d’Alexandre Dumas à Louis Martinet de l’automne 1869. Autographe : Société des amis d’Alexan (...)

demande le futur père à un ami22 ; la tempétueuse Fanny Gordosa, « cantatrice noire comme une prune ; mais appétissante, et d’une ardeur au déduit si vive que son mari italien, épuisé, lui avait fait porter autour des reins des serviettes humides. Dumas la délivra de ses bandelettes et satisfit ses ardeurs23 » ; Marie Garnier, Vénus dans Orphée aux Enfers d’Offenbach, avec qui il fait, de Naples à Marseille, « un voyage à travers le paradis de Mahomet »24. Enfin, pour clore le catalogue, évidement incomplet, Saturnine, Valentine ou Aventurine, bergère lectrice acharnée du Comte de Monte-Cristo débarquée à Paris, qui trouve le moyen d’être à la fois buraliste aux Bouffes et « mon secrétaire de nuit »25.

  • 26 Alexandre Dumas, cité dans Gustave Simon, Histoire d’une collaboration. Alexandre Dumas et Auguste (...)

10Il serait tentant de rattacher à ces amantes telle ou telle héroïne qui en serait la transposition dans le domaine romanesque ou théâtral. Sans doute, pourrait-on citer, outre Adèle d’Hervey d’Antony, projection dramatique de Mélanie Waldor, toutes les héroïnes apparaissant dans les œuvres de type autofictionnel (Une aventure d’amour, Madame de Chamblay, Le Roman de Jonquille, première version du Roman de Violette). Pourtant force est de reconnaître que les héroïnes de l’écrivain, excepté quelques-unes (Olympe de Clèves, Jeanne de La Motte, la reine Margot) doivent davantage à des types normalisés qu’à des modèles vivants. Milady et Constance Bonacieux illustrent bien le recours aux clichés contemporains ou genrés : la première représentant la diabolique femme fatale, la seconde l’Ange, figures sexuées du mal et du bien. Objet ou sujet amoureux, elles sont des partenaires nécessaires dans la progression narrative : « L’absence de l’amour nous gênera ; je commence à m’en apercevoir », constatait l’écrivain en cours de rédaction de Vingt ans après26.

   

11Cependant l’amour est un sentiment auquel il ne convient pas d’accorder trop d’importance, car c’est un sentiment qui peut dégénérer en passion délétère. Voici la leçon que Benvenuto Cellini dispense à Ascanio, son jeune élève :

  • 27 Alexandre Dumas, Ascanio, in Les romans de la Renaissance, Claude Schopp (éd.), Paris, R. Laffont ( (...)

Qu’est-ce que l’amour, d’ordinaire ? Le caprice d’un jour, une joyeuse association, où l’on se trompe réciproquement et souvent de bonne foi. […] Cet amour […] a en petit toutes les joies, toutes les douceurs, toutes les jalousies d’une passion sérieuse, mais ses blessures ne sont pas mortelles. Comédie ou tragédie, après un certain temps, on ne se le rappelle plus guère que comme une représentation théâtrale. Et puis, […] les femmes sont charmantes, mais, à mon sens, elles ne méritent et ne comprennent presque toutes que ces fantaisies. Leur donner plus, c’est marché de dupe ou imprudence de fou.
Il est encore d’autres amours […] ; des amours terribles, insensées, impossibles comme des rêves. […] Ceux-là […] ne donnent ni le plaisir ni le bonheur, et cependant ils vous prennent tout entier ; ce sont des vampires qui boivent lentement toute votre existence, qui dévorent peu à peu votre âme ; ils vous tiennent fatalement dans leurs serres, et on ne peut plus s’en arracher27.

Ce moraliste cynique n’a pas pour vrai Dieu Éros : il honore avant Priape, apparemment impuni.

12Tout bien considéré, Alexandre Dumas n’a eu d’amours qu’amicales et d’amitiés qu’amoureuses. Ses véritables passions, si l’on exclut son fils, qu’il aime comme un prolongement de lui-même, qu’il a dans le sang parce qu’il est de son sang, se prénomment Victor, Ferdinand, Giuseppe. Génie, prince, Messie de la Liberté, Victor Hugo, Ferdinand d’Orléans ou Giuseppe Garibaldi appartiennent aux hommes forts ou puissants, dignes d’admiration.

13Au moyen de comparaisons plaisantes qu’il met dans la bouche de Coconnas, Dumas oppose l’éphémère de l’amour à l’éternité de l’amitié :

  • 28 Alexandre Dumas, La Reine Margot, suivi de La Dame de Monsoreau, Claude Schopp (éd.), Paris, R. Laf (...)

L’amitié […] voyez-vous, c’est une étoile, tandis que l’amour… l’amour… eh bien, je la tiens, la comparaison… l’amour n’est qu’une bougie. Vous me direz qu’il y en a de plusieurs espèces…
– D’amours ?
– Non ! de bougies, et que dans ces espèces il y en a de préférables : la rose, par exemple… va pour la rose… c’est la meilleure ; mais, toute rose qu’elle est, la bougie s’use, tandis que l’étoile brille toujours. À cela vous me répondrez que quand la bougie est usée on en met une autre dans le flambeau28.

La trilogie des mousquetaires constitue le roman mythique de l’amitié.

  • 29 Alexandre Dumas, Une aventure d’amour…, chap. X, p. 115.

14Cependant l’opposition établie entre amour et amitié est quelque peu factice. La palette sentimentale est infiniment plus étendue et plus riche. Ainsi, lors d’une excursion en compagnie de l’actrice Lilla von Bulyowski, Dumas découvre une variation sentimentale inconnue : « C’était la première fois que se présentait pour moi cette étrange situation : de l’intimité sans la possession, et de la familiarité sans l’amour. La tendresse fraternelle ne saurait donner aucune idée de cela »29. Et, tout compte fait, le véritable amour de Dumas va à l’amour de l’amour, à Agapè, cet amour désintéressé, qui est acte de charité :

  • 30 Comtesse Dash, Mémoires des autres, t. VI, Souvenirs anecdotiques sur mes contemporains, Paris, La  (...)

Dumas s’attachait à tout ce qui était faible, à tout ce qui souffrait. Il a supporté des amis assommants pendant des années parce qu’il leur était nécessaire. Il courait tout Paris du matin au soir, s’il pouvait être utile ; il passait des nuits au chevet des malades, les veillait, les soignait, les portait, les changeait, travaillait auprès d’eux, et il n’était pas rare qu’il passât quarante-huit heures sans dormir30.

  • 31 Alexandre Dumas, Le Vicomte de Bragelonne, t. II, chap. XCII, p. 578.

15Tout portrait d’Alexandre Dumas, pour être ressemblant, doit le représenter bras et poches largement ouverts. « Le pays des gens qui aiment, c’est le pays de ceux qu’ils aiment »31.

Notes

1 Autographe : BnF, n.a.fr. 24641, f. 60. Cité dans Marcel Thomas, « Lettres inédites d’Alexandre Dumas père à son fils », La Table Ronde, no 41, mai 1951, p. 93.

2 Hippolyte Romand, « Poètes et romanciers modernes de la France. IX. Alexandre Dumas », Revue des Deux Mondes, 3e série, t. I, 1834, p. 129-163 ; ici p. 163.

3 Théodore de Banville, Mes souvenirs […], Paris, G. Charpentier, 1883, p. 407.

4 Alexandre Dumas, Une aventure d’amour. Un voyage en Italie, suivi des Lettres inédites de Caroline Ungher à Alexandre Dumas, Dominique Fernandez (préf.), Claude Schopp (éd.), Paris, Plon, 1985, chap. III, p. 44.

5 Alexandre Dumas, Filles, lorettes et courtisanes, in La Grande Ville, nouveau tableau de Paris comique, critique et philosophique, Paris, au bureau central des publications nouvelles, 1843, vol. II, p. 350.

6 Autographe : BnF, n.a.fr. 14669, f. 107. Cité dans Alexandre Dumas, Lettres à mon fils, Claude Schopp (éd.), Paris, Mercure de France (Le Temps retrouvé), 2008, p. 161.

7 Autographe : BnF, n.a.fr. 24641, f. 75. Cité dans ibid., p. 224.

8 Mathilde Shaw, Illustres et inconnus. Souvenirs de ma vie, Paris, E. Fasquelle, 1906, p. 191.

9 Alexandre Dumas, Une aventure d’amour…, chap. III, p. 45.

10 Autographe : collection Jean Tainon. Cité dans Alexandre Dumas, Narcisse et Hyacinthe. Correspondance amoureuse avec Hyacinthe Meinier, Claude Schopp (préf., éd.), Paris, F. Bourin, 1991, p. 34-36 ; Alexandre Dumas, Correspondance générale, Paris, Classiques Garnier (Correspondances et mémoires. Le Dix-neuvième siècle ; 10), 2016, t. II, p. 212.

11 Alexandre Dumas, Le Vicomte de Bragelonne, in Les Mousquetaires, Claude Schopp (éd.), Paris, R. Laffont (Bouquins), 1991, t. II, chap. LXI, p. 371.

12 Le Roman de Violette. Œuvre posthume d’une célébrité masquée, Lisbonne, chez Antonio da Boa-Vista, 1870, p. 7. Nous avons attribué ce roman érotique à Alexandre Dumas (Le Roman de Violette, Claude Schopp [éd.], Paris, Mercure de France, 1992).

13 Alexandre Dumas, Correspondance générale, Paris, Classiques Garnier (Correspondances et mémoires. Le Dix-neuvième siècle ; 6), 2014, t. I, p. 342.

14 Autographe : Société des amis d’Alexandre Dumas, fonds Glinel, R 3 39.

15 Alexandre Dumas, Mes Mémoires, Claude Schopp et Dominique Frémy (préf.), Pierre Josserand (éd.), Paris, R. Laffont (Bouquins), 1989, t. II, chap. CXLIII, p. 26.

16 Alexandre Dumas, Correspondance générale, t. I, p. 72.

17 Alexandre Dumas, Une aventure d’amour…, chap. IX, p. 113.

18 Alexandre Dumas, Une vie d’artiste, Paris, M. Lévy frères, 1874, p. 80. Henriette est la Violette du Roman de Violette.

19 Rôle-titre d’Angèle, drame en cinq actes, créé au théâtre de la Porte-Saint-Martin le 28 décembre 1833.

20 Alexandre Dumas, « Isabelle Constant », in Nouvelle Galerie des artistes dramatiques vivants, Charles Geoffroy (lithographe), Paris, Librairie théâtrale, t. II, 1855.

21 Alexandre Dumas, « L’exposition du Havre », Le Dartagnan, no 56, 11 juin 1868, p. 2.

22 Lettre d’Alexandre Dumas à Charles Robelin du 29 mai 1860. Autographe : ancienne collection Simone André-Maurois. Lettre publiée dans André Maurois, Les Trois Dumas, Paris, Hachette, 1957, p. 319.

23 André Maurois, Les Trois Dumas, p. 351.

24 Lettre d’Alexandre Dumas à la comtesse Rattazzi du 27 juillet 1866. Autographe : Société des amis d’Alexandre Dumas, fonds Glinel, R3 57.

25 Lettre d’Alexandre Dumas à Louis Martinet de l’automne 1869. Autographe : Société des amis d’Alexandre Dumas, fonds Glinel, R8 178.

26 Alexandre Dumas, cité dans Gustave Simon, Histoire d’une collaboration. Alexandre Dumas et Auguste Maquet, Paris, G. Crès, 1919, p. 66.

27 Alexandre Dumas, Ascanio, in Les romans de la Renaissance, Claude Schopp (éd.), Paris, R. Laffont (Bouquins), 2012, chap. XIV : « Que le fond de l’existence humaine est la douleur », p. 146-147.

28 Alexandre Dumas, La Reine Margot, suivi de La Dame de Monsoreau, Claude Schopp (éd.), Paris, R. Laffont (Bouquins), 1992, chap. XLIV : « Oreste et Pylade », p. 377-378.

29 Alexandre Dumas, Une aventure d’amour…, chap. X, p. 115.

30 Comtesse Dash, Mémoires des autres, t. VI, Souvenirs anecdotiques sur mes contemporains, Paris, La Librairie illustrée, 1896, p. 197.

31 Alexandre Dumas, Le Vicomte de Bragelonne, t. II, chap. XCII, p. 578.

Auteur

Président de la Société des amis d’Alexandre Dumas

Claude Schopp, président de la Société des amis d’Alexandre Dumas, est l’éditeur de nombreuses œuvres de Dumas et l’auteur de plusieurs travaux biographiques touchant Dumas et son entourage : Alexandre Dumas. Le génie de la vie (Paris, Fayard, 1997) ; Dictionnaire Alexandre Dumas (Paris, CNRS Éditions, 2010) ; Les Dumas. Bâtards magnifiques, en collaboration avec Sylvain Ledda (Paris, La Librairie Vuibert, 2018).

© Presses universitaires de Caen, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search