Version classiqueVersion mobile

Dumas amoureux

 | 
Julie Anselmini
, 
Claude Schopp

Éros et Histoire

L’amour, la mort et le destin au prisme du roman historique dumasien

Lise Dumasy

Résumé

L’examen des cycles révolutionnaires (Mémoires d’un médecin, Création et Rédemption) et postrévolutionnaire (Les Mohicans de Paris) écrits entre 1846 et 1870, nous fait mesurer la nature profondément historique de la création romanesque chez Dumas : les rapports sentimentaux entre les personnages et le destin de leurs amours y sont reliés en profondeur à leur situation sociohistorique. Le destin individuel ne se sépare pas du destin collectif. Mais il nous montre aussi l’évolution de la pensée et de l’imaginaire dumasiens. La pression de l’Histoire qu’il vit (celle des révolutions et restaurations successives) fait passer Dumas de la nostalgie d’une impossible monarchie constitutionnelle à l’affirmation d’un républicanisme plus engagé, de l’Histoire des rois à celle des Peuples, de l’impasse tragique à l’ouverture épique.

Texte intégral

  • 1 Alexandre Dumas, Mémoires d’un médecin, t. I, Joseph Balsamo, Claude Schopp (éd.), Paris, R. Laffon (...)

Mort ! amour ! […] mort, mais amour ! […] Mort ! […] mais amour ! amour ! amour1 !

  • 2 Alexandre Dumas, Le Collier de la reine, in Mémoires d’un médecin, t. II, Le Collier de la reine, A (...)

Charny s’en alla comme le fiancé de la mort que sa livide fiancée emmène […] Philippe […] disparut, comme Andrée, comme Charny, dans le dernier tourbillon de cet orage, qui venait de déraciner un trône, en broyant tant d’honneurs et tant d’amours2 !

1L’œuvre dumasienne tire sa force dramatique, symbolique et fantasmatique de l’Histoire. C’est que la pensée dumasienne est fondamentalement historique : les éléments de la vie, de l’expérience, de l’observation sont saisis dans le mouvement de l’Histoire et de leur histoire, et c’est ce que l’invention transfigure et ce que la narration reconstruit. De ce fait la fable romanesque et la fable historique sont étroitement entre-tissées : les personnages historiques sont pleinement romanesques, non en raison de leur degré de fidélité au référent (ce qui est une autre question), mais parce qu’ils sont entièrement pris dans la fable romanesque, et vice versa. Le roman historique a été choisi par Dumas (qui écrit aussi, rappelons-le, toute sa vie, des récits historiques) pour sa capacité à faire ressurgir autrement le passé, et, nous en ferons l’hypothèse, parce qu’il permet d’en dire autre chose, en introduisant dans le récit le sujet et le désir.

  • 3 Voir dans ce volume « Éros et Clio : la représentation dumasienne de la Révolution au prisme de Mic (...)
  • 4 Gaule et France, dès 1833, théorise cette vision.
  • 5 Publiés respectivement en volumes sous les titres Joseph Balsamo, Le Collier de la reine, Ange Pito (...)

2Nulle part mieux que dans les grands cycles révolutionnaires cette liaison profonde ne peut s’observer. Car la Révolution pour Dumas comme pour un grand nombre de ses contemporains, dont notoirement Jules Michelet, grand inspirateur de Dumas3, est la genèse du sujet moderne, le promontoire à partir duquel visualiser conjointement sa propre origine et celle du monde moderne4. Nous chercherons donc à montrer comment, dans les deux grands cycles romanesques consacrés par Dumas à la Révolution française, Mémoires d’un médecin et Création et Rédemption5, la trame proprement romanesque (relations de désir, de haine, de pouvoir entre les couples amoureux et dans la configuration familiale) s’entrelace à la trame historique dans un symbolisme global. Les différences, notables, entre les deux cycles, qui se complètent plus qu’ils ne se répètent, mettent en lumière des évolutions de la pensée et de l’imaginaire dumasiens de la Révolution.

Les Mémoires d’un médecin, conte d’amour et de mort

3Les Mémoires d’un médecin content le combat de la monarchie déclinante contre la Révolution naissante, de 1770 à 1793, avec un épilogue en 1794. Ce combat est orchestré par le personnage de Joseph Balsamo, personnage capital du cycle romanesque, bien qu’il ne soit fortement présent que dans le premier roman du cycle, qui porte son nom. Dans le reste du cycle, sa présence scande le récit plus qu’elle ne le domine, entre autres du fait de sa sortie de la sphère privée, et de son exclusion du désir, à la suite de la mort de sa femme Lorenza. Joseph Balsamo reste tout au long du roman l’énonciateur de l’Histoire, fonction que l’introduction de Joseph Balsamo lui confère de façon explicite, et qui est régulièrement réaffirmée dans le cycle ; mais il en est également l’acteur et l’organisateur, intervenant de manière importante dans Joseph Balsamo et dans Le Collier de la reine, un peu plus épisodiquement dans Ange Pitou et dans La Comtesse de Charny, pour orienter dans le sens de la destruction de la royauté le cours des événements et des esprits. Son adversaire principal dans ce combat est la dauphine, puis la reine, Marie-Antoinette, qui incarne la face sombre de la royauté. Ce face-à-face est signifié dès le début du cycle, qui noue d’ailleurs le destin commun des principaux personnages historiques et romanesques du cycle, dans le château des Taverney, lors de l’arrivée de la dauphine (et simultanément de Balsamo) en France. Là, Joseph Balsamo montre à la dauphine, dans l’eau d’une carafe magnétisée par ses soins, sa mort future par décapitation. Ce face-à-face tragique sera régulièrement réactivé tout au long du cycle, Balsamo apparaissant à la reine comme une sorte de fantôme fatal à chacune des étapes par lesquelles la royauté court de plus en plus à sa perte. Aussi est-ce autour de Balsamo et de son double, Gilbert, d’un côté, de Marie-Antoinette et de son double Andrée de Taverney de l’autre que s’organisent les constellations de désir et de haine qui déterminent les relations amoureuses des personnages tout autant que leur destin historique.

4Quatre grandes histoires amoureuses s’entrecroisent dans le cycle : celle de Balsamo et de Lorenza, celle de Gilbert et d’Andrée de Taverney, celle du comte de Charny, aimé de la reine et d’Andrée, celle de Catherine Billot, aimée d’Isidore de Charny (le frère du comte) et d’Ange Pitou, un jeune paysan protégé de Gilbert. De ces histoires, seule la dernière reçoit, nous le verrons, une fin non tragique, mais toutes ces histoires sont fortement liées, au service d’une symbolique sociale et anthropologique d’une grande cohérence.

Le roman de Balsamo et l’énonciation historique

  • 6 Selon l’expression de Raymond Bellour dans Mademoiselle Guillotine. Cagliostro, Dumas, Œdipe et la (...)

5Posé dès le début du roman comme l’énonciateur et l’acteur de l’Histoire, Balsamo est également doté, dans le premier roman, d’une histoire propre, un roman, si l’on veut. Les principaux acteurs en sont Althotas, son maître et son père adoptif, vieux savant exclusivement adonné à la recherche de l’élixir de vie, n’imaginant, à l’inverse de Balsamo, le progrès de l’humanité que via la science, et non via l’émancipation politique, et sa femme Lorenza, dont la relation d’amour / haine avec Balsamo, dont elle est le médium, constitue l’une des armatures fictionnelles et symboliques fortes du roman. Althotas et Lorenza disparaissent à la fois du roman, mettant fin à l’histoire privée de Balsamo, une fois la matrice symbolique du cycle installée6. Il est nécessaire dans un premier temps de rappeler les principaux événements de ce roman, afin de bien saisir les éléments de cette matrice.

6Joseph Balsamo sauve une jeune aristocrate italienne, Lorenza Feliciani, vouée par sa famille au couvent, de bandits italiens qui l’avaient capturée pour la violer et la tuer. Ayant remarqué la force de l’attraction magnétique qu’il exerce sur elle, il la met en état de catalepsie alors qu’elle allait prononcer ses vœux, et l’enlève alors même qu’on allait l’enterrer, la croyant morte. Il l’épouse, toujours sous hypnose, et en fait son médium. En état de transe hypnotique, Lorenza est en effet voyante : elle voit à l’intérieur des êtres, et peut suivre à distance les évolutions / intentions de toute personne avec qui la pensée de Balsamo la met en relation. Toutefois Lorenza, amoureuse passionnée de Balsamo lorsqu’elle est sous hypnose – amoureuse mais non amante, car Balsamo, ardemment amoureux lui aussi, croit la conservation de la virginité de Lorenza nécessaire à la préservation de ses dons de voyance –, le déteste comme son oppresseur et comme un envoyé du Diable lorsqu’elle est réveillée. Elle essaie donc de s’enfuir chaque fois qu’elle le peut. La première fuite se situe au début du roman, lorsque Balsamo arrive à Taverney, un peu avant la dauphine à son arrivée en France. Balsamo découvre alors en Andrée de Taverney, jeune fille vierge elle aussi, un don équivalent à celui de Lorenza ; il l’endort pour retrouver Lorenza. Il la retrouve effectivement réfugiée au couvent de Saint-Denis, dont l’abbesse est Louise de France, fille de Louis XV. Grâce à son influence magnétique sur Lorenza, et malgré la résistance de Louise de France, Balsamo reprend Lorenza. La deuxième tentative de fugue intervient vers la fin du roman, et cette fois-ci Lorenza va directement porter à la police les secrets de Balsamo, enfermés dans une cassette. Grâce à l’aide de Jeanne Du Barry, à qui il a rendu service, Balsamo récupère Lorenza et sa cassette. Un moment tenté de la tuer, malgré son amour, pour préserver sa puissance au service de son action politique, Balsamo cède finalement à la séduction de Lorenza endormie. Ils vivent trois jours de passion intense, renfermée dans la sphère la plus intime. Balsamo, qui avait prévu de prendre Andrée comme voyante à la place de Lorenza, s’aperçoit que celle-ci n’a pas cessé d’être voyante, quoiqu’elle ne soit plus vierge. Son triomphe est donc total, et sa puissance absolue. Son identité n’est plus clivée. Hélas Althotas, à qui Balsamo a refusé de sacrifier un enfant (Althotas pense en effet avoir besoin, pour achever son élixir d’immortalité, de la dernière goutte du sang artériel d’un enfant… ou d’une vierge), profitant d’une absence de Balsamo, égorge Lorenza, qu’il croit toujours vierge, alors qu’elle est endormie du sommeil magnétique. Balsamo retrouve Lorenza vidée de son sang, et laisse Althotas brûler dans l’incendie de son hôtel. Désormais dépourvu de toute histoire personnelle, il ne sera plus, tout au long du roman, que l’énonciateur-acteur de l’Histoire révolutionnaire, son Prophète.

Magnétisme et violence

  • 7 Le docteur Gilbert qui revient sur la scène du roman dans Ange Pitou n’est autre que le petit paysa (...)

7Arrêtons-nous un moment sur cette figure du magnétisme et de l’hypnose, qui prend une place importante, quoique décroissante, dans le cycle des Mémoires d’un médecin : centrale dans Joseph Balsamo, présente, quoique de manière décalée, dans Le Collier de la reine (via le baquet de Mesmer, entre autres), on la retrouvera exercée à trois reprises dans Ange Pitou et La Comtesse de Charny ; l’hypnose y est pratiquée par celui à qui Balsamo en a transmis le pouvoir : le docteur Gilbert7.

  • 8 Dans Alexandre Dumas, Joseph Balsamo, chap. VII-IX, p. 106-125.
  • 9 Ibid., chap. IX, p. 118.
  • 10 Ibid., chap. IX, p. 124.

8Le caractère sexuel de la relation magnétique, telle qu’évoquée par Dumas, éclate dans les métaphores qui en décrivent le processus et l’effet. Il n’est que de relire la première scène d’hypnose exercée par Balsamo sur Andrée de Taverney8 : « Et tirant de dessous sa veste brodée une baguette d’acier, il en posa l’extrémité sur la poitrine palpitante de la jeune fille. Celle-ci bondit comme si un dard de flamme eût traversé sa chair et pénétré jusqu’à son cœur »9 ; « “Voyez !” répondit Balsamo en posant impitoyablement le bout de sa verge d’acier sur la poitrine de la jeune fille »10.

  • 11 Alexandre Dumas, Le Collier de la reine, chap. XVII, en particulier p. 173-174.

9Rappelons aussi que l’hypnose est ce qui libère la sexualité de Lorenza ; et que les femmes magnétisées par le biais du baquet de Mesmer dans Le Collier de la reine se donnent en spectacle, un spectacle dont l’érotisme est souligné à plaisir, particulièrement quand il concerne Nicole-Oliva, le sosie de la reine11.

  • 12 Ce n’est pas toujours le cas : l’autre fonction de l’hypnose, dans ces mêmes romans, peut être le s (...)
  • 13 Alexandre Dumas, Ange Pitou, in Mémoires d’un médecin, t. II, Le Collier de la reine, Ange Pitou, C (...)

10L’exercice de l’hypnose à des fins de pouvoir12 est un acte de violence sexuelle, étant exercé par un homme sur une femme non consentante. Il s’agit d’un viol métaphorique, quand il ne conduit pas au viol réel, comme explicitement dans le cas d’Andrée, sans résistance, parce qu’endormie, face aux entreprises de Gilbert, ou implicitement dans le cas de Lorenza, qui résiste de toute sa puissance consciente contre l’endormissement magnétique, et ne peut être possédée par Balsamo que sous hypnose. C’est cette même violence qu’on retrouve dans le sommeil hypnotique imposé par le docteur Gilbert à Andrée dans Ange Pitou, et qui provoque chez celle-ci une crise quasi hystérique13. Ce viol, réel ou métaphorique, conduit d’ailleurs à la mort, réelle ou métaphorique, de celles qui en sont l’objet : mort de Lorenza, longue interdiction d’accès à la jouissance d’Andrée de Taverney, puis mort ; catalepsie de l’une (en Italie) et de l’autre (à Versailles) qui les font prendre pour des mortes.

  • 14 Rappelons que dans Ingénue, autre roman révolutionnaire de Dumas, c’est Marat qui, comme Gilbert, a (...)

11On peut à bon droit se demander pourquoi la relation magnétique, qui fait de la femme l’auxiliaire, la médiatrice de l’accession de l’homme au pouvoir politique / historique, doit être une relation de violence. La réponse me semble se situer dans le symbolisme historique : le désir passionné de Gilbert, frère de lait d’Andrée de Taverney et pauvre paysan, pour la belle et aristocratique Andrée, est avant tout un désir de possession, appuyé sur la conscience de sa valeur, et le désir de s’élever socialement. Le mépris absolu, mépris de caste, par lequel Andrée répond à cet amour, la manifestation de la nullité absolue que représente Gilbert à ses yeux, conduisent le jeune homme, dès le début du roman, à l’idée du viol. Ainsi peut-on dire que le viol d’Andrée par Gilbert est la préfiguration des violences révolutionnaires, motivées par la rigidité du système de castes de l’Ancien Régime, suscitant la vengeance du peuple14. Quant au viol de Lorenza, on peut le relier à l’impossibilité, souvent évoquée ensuite dans le cycle, de rallier l’Église à la Révolution : ce sont en effet les scrupules religieux de Lorenza, « catholique romaine », qui l’empêchent d’accepter, en état de conscience, l’amour et la domination de Balsamo.

12Préfiguration des violences révolutionnaires, la domination magnétique exercée sur la femme ne réapparaît plus que sporadiquement, puis disparaît de la scène romanesque dès lors que celle-ci est occupée par la narration de ces violences mêmes. Dans ces violences, le meurtre de la femme prend un symbolisme tout particulier.

Le meurtre de la femme et la Terreur

  • 15 Alexandre Dumas, Joseph Balsamo, chap. CXXXI, p. 986.
  • 16 Ibid., chap. CXXXIII, p. 1001.

13Un seul meurtre de femme est exécuté dans Joseph Balsamo, c’est celui de Lorenza, mais un autre est montré : c’est la décapitation de Marie-Antoinette, que Balsamo montre à celle-ci dans l’eau d’une carafe, on s’en souvient, à l’orée du roman. La scène, régulièrement rappelée dans le roman, est même narrée par Marie-Antoinette au dauphin lors de leur nuit de noces non consommée. Ces deux événements préfigurent les meurtres et les têtes coupées de la Révolution. Dans Mémoires d’un médecin, il s’agit moins des têtes coupées par la guillotine (en revanche très présentes dans Création et Rédemption) que des têtes arrachées et portées au bout d’une pique par les foules révolutionnaires. L’égorgement de Lorenza, qui se vide totalement de son sang, annonce encore plus concrètement l’épanchement de sang opéré par la Révolution. Il provoque le « vertige » de Balsamo15, la « vertigineuse terreur » des chefs francs-maçons16.

14C’est donc bien le meurtre de la femme qui annonce les débordements de violence révolutionnaire, suprême transgression qui ferme la voie à toute évolution / progression narrative pour l’ouvrir à la rupture révolutionnaire.

Noyau symbolique et dissémination narrative

15Le couple antithétique et séminal que forment Balsamo et Marie-Antoinette dès le début du cycle engendre une multiplicité de développements narratifs qui structurent l’ensemble du cycle et y diffusent la matrice symbolique grâce à un ensemble d’analogies, équivalences et déplacements entre les personnages historico-romanesques du cycle, qui tous s’organisent autour de ce premier couple.

16Nous passerons rapidement sur l’équivalence qui se noue entre Balsamo et Gilbert. Gilbert, petit paysan éduqué, admirateur de Rousseau et épris d’idées révolutionnaires, sauvé de la mort (donnée par le frère d’Andrée de Taverney) et formé par Balsamo dans un espace hors roman (l’espace américain, qui sert de hors-cadre pour la Révolution française), devient son disciple ; médecin et magnétiseur comme son maître, il se fait par la suite le conseiller de Louis XVI, qu’il veut réconcilier avec le peuple, alors que Balsamo, de son côté, souffle sur les braises révolutionnaires.

17Nous ne ferons qu’évoquer les nombreux rapprochements mis en place au cours de la narration entre Gilbert, frère de lait d’Andrée de Taverney, et le frère de sang, adoré de celle-ci, Philippe : leur physique (tous deux ont les cheveux noirs et les yeux noirs), leur croyance en l’égalité des hommes (Philippe est un noble libéral qui cherche à traiter Gilbert en frère), leur commune admiration de Rousseau, leur amour pour Andrée, leur séjour en Amérique… Une autre équivalence se met en place dans Le Collier de la reine entre Philippe de Taverney et Olivier de Charny : deux jeunes nobles libéraux, tous deux amoureux de la reine, tous deux aimés de la reine et d’Andrée de Taverney, et qui par le jeu de l’intrigue deviendront « frères », quoique rivaux, Olivier de Charny épousant finalement Andrée de Taverney en un mariage blanc pour sauver l’honneur de la reine. Ils seront finalement tous deux victimes de la reine, pour qui ils mourront. Gilbert et Charny sont eux aussi rapprochés par transitivité, et se trouveront d’ailleurs, en position de conseillers du couple royal, donner les mêmes conseils de modération à la reine, aussi peu écoutés l’un que l’autre. Et l’un et l’autre auront possédé la même femme, puisque Charny, devenu amoureux de sa femme, consommera son mariage avec Andrée quelques mois avant leur mort.

  • 17 Nous laissons de côté les figures de Nicole-Oliva et de Jeanne de la Motte, quoique la logique roma (...)
  • 18 Voir Raymond Bellour, Mademoiselle Guillotine…, p. 123-126.

18Attardons-nous un peu plus longuement sur les équivalences qui se nouent, symétriquement, entre Lorenza, Andrée, la reine et Catherine Billot17. Une complémentarité narrative très forte lie Lorenza et Andrée18, elles sont pourvues toutes deux du même don de voyance, Andrée est endormie deux fois par Balsamo, à chaque fois pour lui permettre de retrouver Lorenza enfuie. Il existe une imbrication serrée entre les deux scénarios qui conduisent l’un à la séduction et à la mort de Lorenza, l’autre au viol d’Andrée. Toutes deux endormies par Balsamo qui oublie ou ne choisit pas de les réveiller, et donc impuissantes, elles sont l’une violée, l’autre possédée sans son consentement conscient puis tuée. Toutes deux se réfugient dans un même couvent, le couvent royal de Saint-Denis, dont elles sont toutes deux arrachées, l’une par le pouvoir de Balsamo, l’autre par celui de Marie-Antoinette. Mais le rapprochement le plus étroit est sans nul doute celui qui lie Andrée de Taverney et Marie-Antoinette, amoureuses des mêmes hommes, Philippe de Taverney d’abord, frère très aimé d’Andrée, et remarqué par la dauphine au début de Joseph Balsamo, et encore une fois au début du Collier de la reine, puis Olivier de Charny, rencontré par les deux femmes au même moment, et au début incertain entre les deux lui aussi. Sur le plan descriptif, au moral comme au physique elles se ressemblent beaucoup : blondes, majestueuses, pourvues de mains particulièrement aristocratiques ; toutes deux Lorraines, c’est-à-dire selon Dumas hautaines et d’un extrême orgueil, elles sont toutes deux des représentantes de la caste aristocratique, méprisant le peuple. La passivité d’Andrée contraste toutefois avec l’activité de la reine, tant dans leur comportement amoureux que sociopolitique. Andrée se contente de mépriser Gilbert, mais ne cherche en général pas à lui nuire ; elle n’a aucun rôle politique ; et elle voue à Charny une adoration passive qui ne se traduit que par le soin qu’elle prend de lui chaque fois qu’elle le peut, et l’accession à tous ses souhaits ; tandis que la reine accable Charny d’exigences d’amour absolu et aveugle, lui reprochant de ne pas l’appuyer dans sa folle politique et même de chercher à la tempérer. L’activité tout à la fois politique et amoureuse de la reine, inspirée par la même volonté de domination absolue, aboutit à la perte de Charny comme à celle de la royauté. Sur un mode mineur, la figure de Catherine Billot est également comparable à celle d’Andrée. Paysanne, mais d’une nature supérieure, et aristocratisée au contact de son amant, Isidore de Charny, le plus jeune frère du comte de Charny, Catherine est aimée d’un jeune paysan, Ange Pitou, comme Andrée de Gilbert, mais nous le verrons, le scénario qui unit ce trio rejoue d’une autre façon l’histoire de la Révolution et les rapports de classe.

La contagion de l’inceste

19Les équivalences que le récit instaure entre les personnages se retrouvent sans surprise dans la similarité des scénarios dont ils sont les acteurs, assurant ainsi la diffusion d’une trame incestueuse sur l’ensemble du roman.

20Le couple Balsamo-Lorenza associe certes un prophète, peu situé socialement, mais couvert de masques aristocratiques, à une médiatrice également assez peu située, mais que l’on sait néanmoins appartenir à une vieille famille aristocratique romaine désargentée. Il y a loin, apparemment, de Balsamo au petit paysan Gilbert, mais Gilbert rejoindra plus tard Balsamo dans la sphère de l’homme aristocratisé par le génie. Quant à Andrée de Taverney, elle appartient également à la vieille noblesse désargentée, française cette fois. L’opposition sociale entre Gilbert et Andrée vient donner au viol commis par Gilbert une valence de sens historique, mais ne remet pas en cause la configuration incestueuse qui le sous-tend. Du reste le viol d’Andrée, accompli par Gilbert, son frère de lait, est médité par le roi Louis XV, faussement attribué dans un premier temps par Philippe de Taverney à Balsamo, et faussement attribué dans un premier temps également par le docteur Louis à Philippe lui-même, que le docteur prend pour l’amant. Rappelons en effet qu’Andrée n’échappe au viol royal, qu’elle devait subir sous l’emprise d’un narcotique administré par sa servante Nicole (le sosie de la reine), que parce qu’elle est endormie par Balsamo avant de prendre le narcotique, et que celui-ci, préoccupé par sa propre situation, laisse Andrée dans un état de catalepsie semblable à la mort qui effraie le roi (mais non Gilbert, qui a suivi l’ensemble de l’opération). Andrée, « pure » aristocrate, n’échappe donc à la corruption de la Cour monarchique que pour tomber victime de la violence populaire. L’équivalence des deux scénarios (possession et meurtre de Lorenza, viol d’Andrée) est renforcée par les équivalences entre les personnages comme par leur proximité narrative.

  • 19 Ceci se traduit tout autant par les actions décrites (l’ardeur à se retrouver, la douleur de l’abse (...)

21Cette similarité des deux scénarios de base entraîne également la diffusion du scénario incestueux sur les relations entre les deux Taverney, Marie-Antoinette et Olivier de Charny. Marie-Antoinette désigne à plusieurs reprises Andrée comme sa « sœur », et nous avons vu l’ensemble des éléments qui les rapprochent. Charny devient le beau-frère de Philippe, quant à Andrée et Philippe, tout frère et sœur qu’ils soient, la narration n’a de cesse de souligner le caractère passionnel de leurs relations, renforcé par l’absence de relation affective au père, et par la disparition prématurée de la mère19. Ces relations étroites de fraternité passionnelle, directe ou transposée, inscrivent dans le récit l’inceste, et sa traduction historique la fermeture de la caste aristocratique. L’interdit de l’inceste condamne l’ensemble des relations amoureuses entre les personnages : très fortement entre Andrée et Philippe de Taverney, un peu moins entre Marie-Antoinette, « sœur » d’Andrée, et Philippe de Taverney, encore plus faiblement entre Marie-Antoinette et Charny, ou entre Andrée et Charny. Aussi une période de sursis est-elle donnée à ces deux derniers couples, que la logique historique, néanmoins, finira par condamner.

22La figure de Marie-Antoinette concentre toute la négativité de cette histoire / Histoire. Ne concevant le pouvoir, amoureux comme politique, qu’en reine absolue, elle perdra pour cette raison même l’un et l’autre. L’histoire de cette perte est l’objet principal d’Ange Pitou et de La Comtesse de Charny. Refusant, comme le lui conseillent Gilbert, le roi, Charny, Mirabeau, Barnave, de devenir la « mère » de son peuple, incapable de comprendre le transfert de légitimité qui est en train de s’opérer, elle manque également à ses devoirs privés, en trompant le roi et sa « sœur » Andrée, à qui elle avait promis de rester éloignée de Charny. Elle entraîne dans sa chute la monarchie et tous ceux qui sont restés fidèles à son sort. Ce mécanisme impitoyable qui semble condamner toutes les relations amoureuses pourrait faire du cycle un roman tragique, si n’était ménagée, à la fin du cycle, une échappée de l’histoire / Histoire, préparée dès le début d’Ange Pitou.

L’échappée de l’Histoire : le roman d’Ange Pitou

23Ange Pitou, qui donne son nom au roman de la Révolution (La Comtesse de Charny n’est que la suite, sans rupture narrative, d’Ange Pitou), est à plusieurs reprises désigné par l’auteur-narrateur comme « notre héros ». Il est le sujet d’une histoire / Histoire alternative, qui scande le roman. Commencée à Villers-Cotterêts / Haramont / Pisseleu, au premier chapitre d’Ange Pitou, celle-ci se conclut au même endroit, dans l’épilogue de La Comtesse de Charny. Petit paysan orphelin, frère de lait de Sébastien, le fils de Gilbert et d’Andrée, Ange Pitou est protégé par Gilbert et par son fermier, Billot. Il est amoureux de Catherine Billot, la fille du fermier, laquelle est l’amante d’Isidore de Charny, le plus jeune des trois frères Charny. Entraîné par Gilbert et Billot à Paris, Pitou va y devenir acteur des journées révolutionnaires. Il est toutefois régulièrement renvoyé par ses protecteurs à Haramont, où il devient capitaine de la garde nationale qu’il monte, exportant la Révolution à Haramont. Il s’y fait également le protecteur de Catherine, après la mort d’Isidore, et de l’enfant qu’elle a eu de ce dernier. Après la mort du roi qu’il a votée, le fermier Billot part pour l’Amérique avec Gilbert et Sébastien, confiant sa fille et sa ferme à Pitou. L’épilogue montre Pitou, Catherine et le petit Isidore réduits à la pauvreté, les biens des émigrés comme de la noblesse étant expropriés et mis en vente comme biens nationaux. Catherine décide d’épouser Pitou, qui au dernier moment découvre un trésor caché dans la maison d’une vieille tante avaricieuse qui vient de décéder, trésor avec lequel il rachète les terres de Billot comme celles des Charny.

  • 20 Voir Alexandre Dumas, Ange Pitou, chap. II, p. 659.

24Les amours d’Isidore de Charny et de Catherine Billot sont traitées sur le mode tragique comme toutes les autres, Isidore relevant de la fratrie Charny, mais il n’en est pas de même de celles d’Ange Pitou et de Catherine, tous deux appartenant au Peuple, sujet de l’avenir. Le ton employé pour décrire les aventures et les amours de Pitou relève des registres héroï-comique et sentimental. Il est important de noter ici qu’Ange Pitou est pourvu par Dumas de nombreux traits autobiographiques : son enfance à Villers-Cotterêts, l’amour de sa mère, sa description physique20, son goût pour le braconnage, son éducation classique sous la férule d’un abbé pittoresque, la bourse promise pour le petit séminaire… tous ces éléments et d’autres font référence de façon insistante à l’enfance de Dumas, telle qu’il l’évoque dans ses Mémoires, écrits à la même époque. Ange Pitou est le sujet innocent et pur de la Révolution.

25Le roman de Pitou est un roman d’apprentissage, politique et sentimental, au cours duquel il devient pleinement sujet, sur le plan privé comme politique ; mais il n’est entraîné, à la différence de Billot, dans aucun des actes criminels (ou pouvant être vus comme tels) de la Révolution ; chaque fois que ces actes se préparent, Billot et Gilbert le renvoient à Haramont. L’espace campagnard est l’espace de pureté de la Révolution. Le scénario qui rassemble autour de Catherine Isidore de Charny et Ange Pitou peut apparaître comme une sorte de scénario réparateur, par rapport au scénario Gilbert-Andrée-Charny, il en inverse la pente fatale. Passée la violence de l’Histoire, une Histoire qui transforme les rapports de classe, Catherine et Pitou (avec le petit Isidore) peuvent apparaître comme le couple et le noyau familial de l’époque moderne (postrévolutionnaire), réconciliant dans leur histoire, et dans la personne du petit Isidore, les classes opposées et brisant les frontières. Ce mariage équilibré (Catherine admire la grandeur d’âme et la générosité de Pitou, mais Pitou reconnaît la supériorité de Catherine), fondé sur la bienveillance mutuelle, et sur une protection qui ne se fait jamais domination, semble également prendre acte d’une évolution dans les rapports Homme / Femme qui nous fait – aussi – entrer dans l’âge moderne. À travers le personnage de Pitou, et le couple Catherine-Pitou, Dumas constitue fictionnellement son lecteur, et se constitue lui-même comme le sujet de l’ère postrévolutionnaire, dans une version pleinement harmonieuse (dont il est toutefois loisible de s’interroger sur le degré d’utopie que lui confère l’auteur).

Création et Rédemption : éducation, amour et politique

  • 21 Nous utiliserons pour Le Docteur mystérieux l’édition présentée par Nicolas Wagner chez Slatkine, d (...)

26Rédigé en 1868-1869, publié dans Le Siècle à partir du 29 décembre 1869, Création et Rédemption eut une édition posthume chez Michel Lévy en 1872, en deux volumes titrés Le Docteur mystérieux et La Fille du marquis21. À la fin de sa vie, Dumas éprouve donc le besoin, ou l’envie, de revenir vers l’histoire de la Révolution française, dans un roman qui convoque également à nouveau la figure du pouvoir magnétique et de l’hypnose. Le roman traite d’une période que Dumas n’a pas traitée dans les Mémoires d’un médecin, celle de la Terreur, jusqu’à Thermidor, et la réaction thermidorienne. L’histoire révolutionnaire y est vue, de plus, du côté républicain ; c’est plus l’affrontement entre les différentes factions républicaines, qui amène l’échec du projet démocratique, incarné dans Thermidor, qui est l’objet du récit, que la lutte entre la monarchie mourante et la république naissante. Dernier point notable : le récit de la Terreur, puis de la réaction thermidorienne, est fait du point de vue de l’héroïne féminine, à la fois victime et coupable.

27L’intrigue romanesque se construit autour des amours, traversées par l’Histoire, du docteur Jacques Mérey et d’Éva-Hélène de Chazelay, enfant trouvée par le médecin à demi idiote et informe, et qu’il a transformée en une éblouissante jeune fille. Intrigue romanesque et symbolique historique ne prennent pleinement sens que dans leur entre-tissage, dont nous allons tenter de démêler les fils.

L’innocence originelle

  • 22 Voir Alexandre Dumas, Le Docteur mystérieux, I, chap. I, p. 4-5.
  • 23 Voir à ce sujet l’article de Julie Anselmini, « Écriture de la Révolution et utopie chez Alexandre (...)
  • 24 Se voyant rejetée par Jacques Mérey qu’elle vient de retrouver après de longues tribulations, Éva t (...)

28Alors que dans Mémoires d’un médecin, tous les lieux du roman sont pris dans l’Histoire, dans Création et Rédemption, Argenton-sur-Creuse, où se déroulent la première et la dernière partie du roman, est présenté comme un lieu hors Histoire22, choisi pour cela même par Jacques Mérey, à la recherche de solitude et de tranquillité. Le début de la Révolution passe sans même un écho à Argenton. Est-ce donc un espace de l’utopie ? La question se pose23. C’est en tout cas un espace où le tragique de l’Histoire n’a pas lieu, et où le temps semble s’être arrêté. Le paradigme du conte de fées sur le modèle de la Belle au bois dormant est présent : Éva est découverte au plus profond d’un bois touffu, presque inerte, dans une cabane de forestier, il est vrai, mais le château n’est pas loin. L’Amour la réveillera de son sommeil mortel, même si le baiser est différé jusqu’à la fin du roman, la ramenant une seconde fois à la vie24. Enfin le paradigme chrétien de la Genèse, et ensuite du rachat par le Christ, est clairement évoqué par le titre du roman, comme par son système métaphorique.

  • 25 Voir Alexandre Dumas, Le Docteur mystérieux, I, chap. II, p. 23. C’est aussi le cas de Marat, dans (...)
  • 26 Ibid., I, chap. II, p. 38.

29Dans ce lieu hors Histoire prennent place des personnages eux aussi hors Histoire. À commencer par Jacques Mérey, dont l’origine et l’histoire avant son arrivée à Argenton sont inconnues et le resteront largement. On sait seulement qu’il est savant, probablement très riche, et démocrate : il ne soigne que les pauvres25. Il semble avoir choisi la science contre l’action politique26, tel Althotas, cherchant comme lui à percer le secret de la vie, non pour vivre éternellement, mais pour créer. Il maîtrise la puissance magnétique, mais ne l’utilise, avant l’arrivée d’Éva, que pour soigner. Le deuxième personnage central de ce roman, la future Éva, est davantage encore hors Histoire, puisque, lorsque Jacques la découvre, elle est informe, inerte, sans famille, sans nom, sans langage, et presque sans vie… De fait Éva et Jacques vont vivre l’intrusion de l’Histoire dans leur vie privée comme une épreuve douloureuse, mais inévitable, et ils ne seront des acteurs de l’Histoire qu’à leur corps défendant.

Création et magnétisme

  • 27 Ibid., I, chap. II, p. 20-22.

30Le rêve de Mérey, nous est-il dit, est de créer un être, et ainsi de s’égaler à Dieu27. Il est tentant de faire un parallèle entre cette ambition et le rêve des révolutionnaires de créer un homme nouveau, dans la mesure où Jacques Mérey est présenté comme un homme de progrès, inspiré par la philosophie moderne, et ne souhaitant que le bonheur de l’humanité. Du « jardin d’Éden » dans lequel Mérey installe la petite fille qu’il nomme Éva jusqu’au pommier de la connaissance, rien ne manque à l’analogie avec la Genèse. Toutefois aucune culpabilité ne semble assombrir ce paradis où Éva prend conscience de sa féminité sous le regard de Jacques. C’est la fin du roman qui met en œuvre le paradigme christique, celui du pardon et de la rédemption. L’espace de la faute est ainsi occupé par l’expérience collective de l’aventure révolutionnaire, et ne résulte qu’indirectement de la faute individuelle de la femme.

  • 28 L’outil privilégié de cette transmission est un miroir imprégné de la pensée de Jacques par magnéti (...)

31Cette puissance magnétique que Jacques Mérey employait jusqu’alors pour guérir, il va l’appliquer à la « guérison » d’Éva, qui est aussi une création. Ennemi de toute oppression, et de toute contrainte, Mérey utilise son don magnétique pour transmettre, insuffler sa pensée à Éva28 ; c’est une opération de persuasion et de séduction. Toutefois cette opération n’est pas innocente. Le mythe de Pygmalion et celui de Narcisse viennent ici prendre le relais du mythe biblique. Éva ne peut se (re)connaître elle-même que par le truchement de la pensée / du regard de Jacques. La prise de conscience de sa différence sexuelle et de sa propre identité ne libère pas Éva de l’emprise de Jacques, et ne lui permet pas d’arriver à l’autonomie, puisqu’elle n’opère aucune disjonction dans le couple. Le rappel de ce mythe lors des retrouvailles d’Éva et Jacques à la fin du roman au théâtre Louvois, où se joue Pygmalion et Galatée de Jean-Jacques Rousseau, est significatif : il met l’accent sur la valeur explicative de cet inachèvement, avec ses conséquences, que va prendre le récit subséquent d’Éva.

Les épreuves de l’Histoire

  • 29 Voir, entre autres, ibid., II, chap. XXVIII, p. 22-23 et II, chap. LI, p. 261-262.
  • 30 Voir ibid., I, chap. XXII, p. 265.

32Le récit de l’action de Jacques Mérey dès son entrée sur la scène révolutionnaire est pris en charge par la voix de l’auteur-narrateur, qui approuve le positionnement idéologique dont elle est porteuse29. Jacques Mérey reste de bout en bout l’acteur héroïque et le sujet pur de la Révolution ; Danton l’envoie explicitement aux armées dans ce but30, il en rapportera à l’Assemblée les drapeaux des victoires de Jemmapes et de Valmy, auxquelles il a lui-même pris part. Revenu à la Convention pour le procès du roi, il restera largement extérieur aux combats fratricides entre jacobins, girondins et cordeliers, et ne votera pas la mort du roi, quoiqu’il le juge coupable, par scrupule de médecin. Proscrit avec les girondins, il part pour l’Amérique avant le déclenchement de la Terreur, et n’en revient qu’après Thermidor.

  • 31 Significativement Éva confond dans sa perception purement émotionnelle Teresia Cabarrus et Jacques (...)
  • 32 Ce trouble de l’identité d’Éva, attesté dès sa première lettre à Jacques Mérey (Alexandre Dumas, Le (...)

33Le récit qu’Éva fait de la Terreur et de l’avènement de Thermidor est lu par Mérey (et par le lecteur) après les faits : en 1796 pour Jacques, lorsqu’il réapparaît sur la scène parisienne. Mais il est écrit par Éva comme un journal adressé à Jacques. Par ce moyen, elle essaie désespérément de construire son identité dans l’Histoire en maintenant un contact imaginaire avec celui qui en détient la clé. Le récit d’Éva témoigne en tout premier lieu de ce besoin vital de s’appuyer à la fois sur le souvenir de Jacques, qu’elle convoque par son récit même, et sur des substituts : son propre père et sa tante d’abord, puis Danton, Lucile et Camille Desmoulins. Une fois ces soutiens disparus, et l’image de Jacques Mérey s’effaçant de plus en plus, l’identité d’Éva devient de plus en plus fragile. C’est alors que se présentent comme appui Teresia Cabarrus31, puis Tallien et Barras, acteurs de Thermidor qui l’entraînent dans la Contre-Révolution. Le vertige et la dépossession la saisissent d’autant plus que les substituts d’autorité de Jacques lui donnent tous pour tâche de porter témoignage, ce qui la force à assister en témoin passif à des violences populaires et à des exécutions de plus en plus nombreuses, culminant dans l’exécution de Robespierre, dont elle devient la narratrice hallucinée32. C’est pour sauver Teresia qu’Éva participe à la réaction thermidorienne, ce qu’elle ressent confusément comme une faute politique. La faute privée, telle que présentée dans le récit d’Éva, va découler logiquement de cette faute historique : entraînée par Teresia dans la sphère sociopolitique et culturelle de la réaction thermidorienne, décrite comme une sorte de folie orgiaque, Éva y perd ce qui lui reste de raison et de conscience, et cède à Barras, à l’issue d’une scène théâtrale où elle joue Juliette face à Talma-Roméo, dont Barras prend la place, alors qu’Éva est dans un état de quasi-inconscience.

Moralités romanesque et historique

  • 33 Alexandre Dumas, Joseph Balsamo, chap. CXXIX, p. 973.

34La faute d’Éva est aussi imputable à Jacques Mérey, comme celui-ci en prend conscience à la lecture du récit d’Éva : il n’a développé en Éva qu’une sensibilité passive, émotionnelle, adéquate pour leur duo amoureux hors Histoire, mais qui rend Éva inapte à la survie indépendante dans l’espace politico-social. Il a pourvu la nouvelle Ève de sensibilité, et non de raison, commettant la même erreur (la même faute) que Balsamo lorsqu’il endort définitivement Lorenza du sommeil magnétique, et cette faute a la même origine : le fantasme de toute puissance. « Ève est ressuscitée pour moi, s’écrie Balsamo, Ève qui ne pensera pas sans moi, et dont la vie est suspendue au fil que je tiens »33. De même Jacques a créé une femme pour lui, prisonnière de son fantasme narcissique. Éva ne conquiert son identité que via sa propre expérience sociopolitique, le passage par la mort (symbolique : elle tombe en catalepsie après la mort de Robespierre), par la faute (Thermidor, Barras), et par l’acceptation de la perte (Jacques pour la mettre à l’épreuve, lui fait croire qu’il ne l’aime plus et va en épouser une autre, et elle projette d’entrer au couvent). C’est à ce prix qu’elle peut rejoindre Jacques pour former un « vrai » couple dans les dernières pages du roman. C’est, ainsi, à l’épreuve de la confrontation de l’héroïne avec l’expérience historique révolutionnaire que se met en place le questionnement sur le sujet féminin comme sujet pleinement politique, questionnement qui, on le sait, travaille la société française tout au long de ce XIXe siècle des révolutions.

  • 34 Voir, en particulier, Alexandre Dumas, Le Docteur mystérieux, I, chap. XVII, p. 181 et suivantes.
  • 35 Rien ne montre mieux que cela le déplacement thématique et symbolique par rapport aux Mémoires d’un (...)

35La Révolution est donc narrée dans ce roman du côté du peuple et de ses représentants, le couple royal est très peu présent, et entièrement désacralisé34. La mort de la reine ne fait pas scène, comme elle fit peu d’effet dans Paris35. Celle du roi est plus dramatisée, nettement moins, cependant, que le meurtre de Lepeletier de Saint-Fargeau qui eut lieu à cette occasion. La dérive de la Terreur est décrite comme une perte de contrôle de la Révolution par ses acteurs, et non comme une fatalité liée à l’exécution du roi.

  • 36 Alexandre Dumas, Le Docteur mystérieux, I, chap. XVI, p. 176-177.

36C’est la conception même de l’autorité qui est remise en question. S’il est quelque chose que Création et Rédemption démontre, c’est que la Révolution fait passer de la monarchie de droit divin à un monde laïque, où nul ne peut se revendiquer de Dieu, et où seuls comptent l’engagement et l’action individuels et collectifs. L’échec de l’entreprise de Jacques Mérey le montre amplement. Si au début Jacques a eu l’ambition de devenir Dieu par la « création » d’Éva, il s’aperçoit que cette ambition est démesurée : « J’ai pensé un instant que l’homme était le rival de Dieu, et, à l’instar de Dieu, pouvait créer. Dieu a eu pitié de mon néant ; il m’a pris comme un sculpteur sublime prend un apprenti et il m’a donné à achever son œuvre ébauchée »36.

  • 37 Voir Alexandre Dumas, Le Docteur mystérieux, II, chap. XL, p. 158-165.

37L’inachèvement de la Révolution, comme celui d’Éva, qui en est l’un des instruments dans l’intrigue, est attribué à la même cause : l’insuffisante éducation (politique) du peuple. On connaît du reste l’équivalence très largement faite au XIXe siècle entre la femme et le peuple, comme sujets politiques inachevés, et de ce fait conduits par leurs passions plus que par leur raison. L’intrigue de Création et Rédemption repose sur cette symbolique. Le motif, central dans le roman, de l’importance de l’éducation, est en quelque sorte repris en abîme par l’épisode de la mort de Lepeletier de Saint-Fargeau, à laquelle est accordée une place qui peut sembler disproportionnée dans le roman. L’éloge funèbre en est confié à Jacques Mérey, et celui-ci loue essentiellement en Lepeletier de Saint-Fargeau le précurseur de l’éducation pour tous, regrettant que son assassinat ne lui ait pas permis de terminer le plan qu’il était en train d’en faire pour la Convention37.

38Enfin la Révolution abaisse les barrières de caste, et permet le rapprochement du bourgeois Mérey et de l’aristocratique Hélène de Chazelay. À la violence de caste, qui oppose, dans Mémoires d’un médecin, Gilbert et Andrée, et se résout dans un viol annonçant les violences révolutionnaires, se substitue ici une fin heureuse réconciliant dans un espace postrévolutionnaire utopique les classes opposées.

   

  • 38 Ce passage a été bien analysé par Anne-Marie Callet-Bianco, en comparaison avec Le Comte de Monte-C (...)

39Ce parcours nous fait donc mesurer la nature profondément historique de la création romanesque chez Dumas : les rapports sentimentaux entre les personnages et le destin de leurs amours y sont reliés en profondeur à leur situation sociohistorique, et le destin individuel ne se sépare pas du destin collectif. Mais il nous montre aussi l’évolution de la pensée et de l’imaginaire dumasiens, qu’on pourrait encore suivre dans le seul cycle consacré par Dumas à l’époque postrévolutionnaire, celui des Mohicans de Paris, écrit et publié en feuilletons entre 1854 et 1859, et dont la trame historique est la lutte des républicains et des bonapartistes contre la Restauration, juste avant 1830. Par rapport aux cycles révolutionnaires, la première évolution significative est le passage d’un héros singulier à un héros collectif38. Salvator est certes le stratège et la cheville ouvrière, mais il n’agit pas seul ; chacun de ses amis a un rôle actif, ainsi que les divers collectifs auxquels il appartient : carbonari, mais aussi troupes populaires, dont les chefs ont un certain degré d’autonomie. La deuxième évolution tient à l’existence d’une organisation collective féminine : Regina, Lydie de Marande, Carmélite, Fragola, tels les mousquetaires, ont formé une alliance offensive et défensive, sur laquelle s’appuie Salvator, mais qui organise également des actions de façon autonome. Vu cette liberté nouvelle qui circule dans le roman, en particulier dans les rapports Homme / Femme, on ne s’étonnera pas de la disparition du magnétisme, transposé dans le pouvoir du regard et surtout de la parole persuasive, qui est une force beaucoup plus démocratiquement partagée, et qui engage l’interlocuteur à l’action au lieu de le conserver dans la passivité. Le déroulé et la conclusion des intrigues sentimentales du roman nous démontrent enfin la fluidité des liens sociaux et la circulation entre les classes. Les personnages appartenant à la vieille aristocratie réactionnaire meurent tous, frappés par le scénario incestueux (le comte Rappt, la princesse Rina, le maréchal de Lamothe-Houdon, Suzanne et Lorédan de Valgeneuse), tandis que les héros demeurent libres de s’accoupler comme ils le souhaitent. Ni l’Histoire, ni la famille, ni la différence de classe ou de fortune ne fait obstacle. Ce texte romanesque (très nourri des souvenirs propres de la jeunesse de Dumas, qu’il expose au même moment dans ses Mémoires) nous donne ainsi la vision, partagée entre énergie et mélancolie, d’une Histoire encore ouverte, encore à faire, dans le prolongement de la Révolution certes, mais dans une société profondément transformée, dont les membres sont tous, ou sont tous appelés à devenir, des acteurs de l’Histoire.

Notes

1 Alexandre Dumas, Mémoires d’un médecin, t. I, Joseph Balsamo, Claude Schopp (éd.), Paris, R. Laffont (Bouquins), 1990, chap. CXXVIII, p. 968.

2 Alexandre Dumas, Le Collier de la reine, in Mémoires d’un médecin, t. II, Le Collier de la reine, Ange Pitou, Claude Schopp (éd.), Paris, R. Laffont (Bouquins), 1990, chap. XCVIII, p. 647-648.

3 Voir dans ce volume « Éros et Clio : la représentation dumasienne de la Révolution au prisme de Michelet » d’Isabelle Safa.

4 Gaule et France, dès 1833, théorise cette vision.

5 Publiés respectivement en volumes sous les titres Joseph Balsamo, Le Collier de la reine, Ange Pitou et La Comtesse de Charny pour le premier, entre 1847 et 1852 ; Le Docteur mystérieux et La Fille du marquis pour le second en 1872.

6 Selon l’expression de Raymond Bellour dans Mademoiselle Guillotine. Cagliostro, Dumas, Œdipe et la Révolution française, Paris, La Différence (Mobile matière ; 1), 1989.

7 Le docteur Gilbert qui revient sur la scène du roman dans Ange Pitou n’est autre que le petit paysan Gilbert, amoureux fou d’Andrée de Taverney, qui, rejeté par la jeune aristocrate, profitera du sommeil magnétique dans lequel la plonge et l’oublie Balsamo, lors de la deuxième fuite de Lorenza, pour la violer. Il naît un enfant de ce viol, que Gilbert emportera pour le faire élever au sein du peuple avant de s’enfuir en Amérique, aidé par Balsamo, qui se considère comme responsable de son crime. Grièvement blessé lors de cette fuite par Philippe de Taverney, Gilbert sera sauvé par Balsamo qui en fera son disciple, et reviendra en 1789 pour devenir le conseiller de Louis XVI, dont il espère faire un roi constitutionnel.

8 Dans Alexandre Dumas, Joseph Balsamo, chap. VII-IX, p. 106-125.

9 Ibid., chap. IX, p. 118.

10 Ibid., chap. IX, p. 124.

11 Alexandre Dumas, Le Collier de la reine, chap. XVII, en particulier p. 173-174.

12 Ce n’est pas toujours le cas : l’autre fonction de l’hypnose, dans ces mêmes romans, peut être le soin, c’est le cas pour le baquet de Mesmer, et Balsamo comme Gilbert en usent également à plusieurs reprises.

13 Alexandre Dumas, Ange Pitou, in Mémoires d’un médecin, t. II, Le Collier de la reine, Ange Pitou, Claude Schopp (éd.), Paris, R. Laffont (Bouquins), 1990, chap. XXIII, p. 858-860.

14 Rappelons que dans Ingénue, autre roman révolutionnaire de Dumas, c’est Marat qui, comme Gilbert, a un fils d’une aristocrate violée ; Marat qui est, dans l’œuvre de Dumas, la figure de la Révolution la plus violente, et dont le meurtre, dans Création et Rédemption, déclenchera la Terreur.

15 Alexandre Dumas, Joseph Balsamo, chap. CXXXI, p. 986.

16 Ibid., chap. CXXXIII, p. 1001.

17 Nous laissons de côté les figures de Nicole-Oliva et de Jeanne de la Motte, quoique la logique romanesque les rattache également à la reine, et, pour la première, à Andrée, dont elle est la servante au début du roman, et la rivale, par sa liaison avec Gilbert, qui la rejette pour suivre Andrée à Paris.

18 Voir Raymond Bellour, Mademoiselle Guillotine…, p. 123-126.

19 Ceci se traduit tout autant par les actions décrites (l’ardeur à se retrouver, la douleur de l’absence) que par les termes employés pour les décrire. Pour ne prendre qu’un exemple entre mille : « Il [Philippe] avait […] doublé le pas pour être plus tôt dans les bras de cette compagne chérie » (Alexandre Dumas, Le Collier de la reine, chap. LXXXV, p. 569).

20 Voir Alexandre Dumas, Ange Pitou, chap. II, p. 659.

21 Nous utiliserons pour Le Docteur mystérieux l’édition présentée par Nicolas Wagner chez Slatkine, dans la collection « Ressources » (1980), pour La Fille du marquis l’édition Nelson de 1962. Le Docteur mystérieux est en un seul volume, mais ce volume est divisé en deux tomes, dont la pagination commence à chaque fois à la page 1 ; nous indiquerons donc par les chiffres I ou II à la suite du titre à quel tome nous nous référons.

22 Voir Alexandre Dumas, Le Docteur mystérieux, I, chap. I, p. 4-5.

23 Voir à ce sujet l’article de Julie Anselmini, « Écriture de la Révolution et utopie chez Alexandre Dumas père : Création et Rédemption », communication au colloque international « L’utopie sociale dans la littérature française du XIXe siècle » (université de Salerne, 5-6 décembre 2017), à paraître dans Francofonia, Brigitte Diaz et Agnese Silvestri (dir.), 2021.

24 Se voyant rejetée par Jacques Mérey qu’elle vient de retrouver après de longues tribulations, Éva tente de se noyer. Jacques Mérey lui fait du bouche-à-bouche pour la sauver… Voir Alexandre Dumas, La Fille du marquis, chap. VII, p. 73-74.

25 Voir Alexandre Dumas, Le Docteur mystérieux, I, chap. II, p. 23. C’est aussi le cas de Marat, dans Joseph Balsamo.

26 Ibid., I, chap. II, p. 38.

27 Ibid., I, chap. II, p. 20-22.

28 L’outil privilégié de cette transmission est un miroir imprégné de la pensée de Jacques par magnétisme, et dans lequel, en se mirant, Éva puise cette pensée et se l’approprie. Voir ibid., I, chap. IX, p. 97-100.

29 Voir, entre autres, ibid., II, chap. XXVIII, p. 22-23 et II, chap. LI, p. 261-262.

30 Voir ibid., I, chap. XXII, p. 265.

31 Significativement Éva confond dans sa perception purement émotionnelle Teresia Cabarrus et Jacques Mérey : « Cette amitié naissante s’étendit par des fils imperceptibles à mon amour pour toi » (Alexandre Dumas, La Fille du marquis, chap. IX, XVII, p. 238).

32 Ce trouble de l’identité d’Éva, attesté dès sa première lettre à Jacques Mérey (Alexandre Dumas, Le Docteur mystérieux, II, chap. XXXI, p. 65-67) s’accentue devant les images de mort massive de la Terreur pour devenir vertige, perte d’identité et hallucination : voir, entre autres, Alexandre Dumas, La Fille du marquis, chap. IX, V, p. 131, VI, p. 136-137 et 144, XI, p. 184 et 188-191, XII, p. 192, XXIV, p. 310-311 et 316-317, XXV, p. 317-318.

33 Alexandre Dumas, Joseph Balsamo, chap. CXXIX, p. 973.

34 Voir, en particulier, Alexandre Dumas, Le Docteur mystérieux, I, chap. XVII, p. 181 et suivantes.

35 Rien ne montre mieux que cela le déplacement thématique et symbolique par rapport aux Mémoires d’un médecin, où la reine, on l’a vu, joue un rôle si central.

36 Alexandre Dumas, Le Docteur mystérieux, I, chap. XVI, p. 176-177.

37 Voir Alexandre Dumas, Le Docteur mystérieux, II, chap. XL, p. 158-165.

38 Ce passage a été bien analysé par Anne-Marie Callet-Bianco, en comparaison avec Le Comte de Monte-Cristo, dans son article « De Monte-Cristo aux Mohicans, l’affirmation du sentiment républicain », in Dumas, une lecture de l’histoire, Michel Arrous (dir.), Paris, Maisonneuve et Larose, 2003, p. 189-208.

Auteur

Université Grenoble Alpes / CNRS – Litt&Arts (UMR 5316)

Auteure d’une thèse sur le roman-feuilleton de l’époque romantique (1983) et d’une habilitation à diriger des recherches sur « Modernité, roman, anthropologie culturelle » (1992), Lise Dumasy, professeure de littérature française à l’université Grenoble Alpes, est une spécialiste du roman du XIXe siècle, particulièrement du roman-feuilleton, sur lequel elle a publié plusieurs livres et de nombreux articles. Parmi ces articles consacrés à Dumas, on citera notamment « Les Mohicans de Paris ou comment être romantique sous le Second Empire » (in Entre presse et littérature. “Le Mousquetaire”, journal de M. Alexandre Dumas, Pascal Durand et Sarah Mombert [dir.], Liège, Presses universitaires de Liège, 2009).

© Presses universitaires de Caen, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search