Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entrelacs franco-irlandais

 | 
Paul Brennan
, 
Michael O’Dea

Échos et rencontres

La France choisie de Lady Morgan

Jean Brihault

Texte intégral

1Lady Morgan a joué un rôle essentiel dans l’émergence du roman irlandais en langue anglaise. Avec Maria Edgeworth dont elle était la contemporaine, elle contribua à faire de la matière d’Irlande autre chose que l’objet de bouffonneries. Plusieurs similitudes existent entre Lady Morgan, alias Sydney Owenson, et Maria Edgeworth. Elles furent toutes deux très tôt placées face à de lourdes responsabilités du fait du décès précoce de leurs mères et de la confiance absolue que leur accordaient leurs pères. Ceci les amena, dans une certaine mesure, à échapper à l’existence artificielle et confinée des jeunes filles de leur temps. Elles purent ainsi observer le monde dans lequel elles vivaient, parfois en influencer la marche, certainement le décrire.

2Ce monde, c’était l’Irlande, bien qu’il ne s’agît pas toujours de celle de leur époque. Ce fut également la France, pour Lady Morgan.

3Dans son cas, le contact avec la France s’établit en terre irlandaise dès l’âge de treize ans. Son éducation fut alors confiée à Madame Terson, une descendante de huguenots qui dirigeait une institution pour jeunes filles à Portalington. L’éducation reçue par la jeune Sydney Owenson et sa sœur, Olivia, fut de qualité et pour une bonne part, francophone.

4C’est alors que les deux sœurs accomplissaient leur troisième année d’étude dans ce pensionnat que celui-ci ferma ses portes et qu’elles furent confiées à un autre établissement qui n’était pas non plus dépourvu de liens avec la France. On sait, en effet, qu’une Madame Dacier y était employée en qualité de gouvernante. Celle-ci devait, par la suite, ouvrir sa propre école à laquelle Sydney Owenson s’empressa de confier l’éducation de sa jeune sœur.

5Enfin, Monsieur Fontaine, professeur de musique et de danse à Dublin, joua souvent un rôle de mentor pour Sydney Owenson.

6Il est intéressant de noter que Sydney Owenson, lorsqu’elle dut plaider auprès de son père le caractère respectable de la position de gouvernante, le fit en ces termes :

  • 1 Lady Morgan, Memoirs, Londres, Allen & Co., 1862, vol. I, p. 177-178 : « What objections can you h (...)

Quelle objection pouvez-vous avoir à ce que j’occupe un poste d’enseignant auprès de la jeunesse ? C’est une carrière embrassée par des gens ayant noms Madame de Maintenon, Madame de Genlis et, à ma connaissance, à ce moment même, le jeune Duc d’Orléans1.

7On observera avec intérêt le caractère exclusivement français des références mises en avant.

8Les deux premiers romans de Sydney Owenson, Saint Clair et The Novice of Saint Dominick, respectivement publiés en 1802 et 1805, font la part belle à la France : abondance des passages en langue française, citation généreuse d’auteurs français et, pour le second, une intrigue et des personnages historiques français.

9Ce n’est qu’après avoir épousé le docteur Morgan que la romancière découvrit par elle-même la France où elle posa le pied pour la première fois au mois d’avril 1816 afin de collecter suffisamment d’informations pour écrire un livre.

  • 2 Voir W.J. Fitzpatrick, The Life of Charles Lever, Londres, Chapman & Hall, 1879, p. 50.

10L’idée d’écrire un livre sur la France n’était pas originale et un certain nombre d’ouvrages sur le sujet étaient déjà parus à Londres. Le mérite de Lady Morgan fut d’entreprendre le voyage dans un authentique but d’observation et d’enquête, contrairement à beaucoup de ses prédécesseurs. Il convient également de remarquer que Lady Morgan et son mari prirent la route du continent européen peu de temps après que celui-ci eût été rendu de nouveau accessible aux Britanniques. Ce faisant, ils précédaient d’une dizaine d’années ces vagues de jeunes Anglais et de jeunes Irlandais qui déferlaient sur le continent douze ou quinze ans après Waterloo2.

11L’attrait exercé par la France sur Lady Morgan n’était cependant pas exceptionnel. Dans L’Irlande sociale, politique et religieuse, Gustave de Beaumont décrit cet enthousiasme extraordinaire d’une nation à l’égard d’événements se déroulant hors de ses frontières :

  • 3 G. de Beaumont, L’Irlande sociale, politique et religieuse, Paris, Gosselin, 1840, vol. I, p. 165. (...)

La révolution française a remué tous les peuples ; mais il ne se trouve peut-être pas dans le monde un pays auquel elle se soit aussi vite et aussi fidèlement communiquée qu’à l’Irlande.
L’Irlande a désormais les yeux fixés sur la France ; tout ce qui se passe dans ce dernier pays la touche profondément. La cause de la France est à ses yeux celle de tous les peuples asservis qui aspirent à la liberté.
Non seulement l’Irlande sympathise avec la France et prend toutes les passions de celle-ci, mais encore, elle lui emprunte ses mœurs, son langage, le style de ses lois, et toutes ses nouvelles allures révolutionnaires3.

12De surcroît, Lady Morgan, en dehors des huguenots déjà évoqués, avait, comme bon nombre de ses compatriotes, eu de multiples contacts avec des émigrés français pendant sa jeunesse. Elle avait rencontré de nombreux monarchistes et anciens membres de la Brigade irlandaise qui étaient tellement « francisés » qu’ils apparaissaient comme français aux yeux des Irlandais.

13Enfin, la France était, pour Lady Morgan, le pays où la femme était à même de jouer un rôle considérable dans le domaine littéraire et où les préjugés se dissipaient.

14La France que Lady Morgan découvrit en avril 1816 était une France qui s’était pratiquement débarrassée de son anglophobie. La Révolution de 1789 avait introduit de forts préjugés antibritanniques dans beaucoup de têtes françaises, préjugés que l’épopée napoléonienne avait confirmés. La chute de l’Empire entraîna tout naturellement un mouvement inverse et un retour à l’anglomanie d’avant la Révolution. La période impériale avait, malgré tout, et sans que personne en eût conscience à l’époque, contribué à ce retour à des sentiments plus favorables à l’égard des Britanniques. En effet, comme le rappelle P. Jourda :

  • 4 P. Jourda, L’Exotisme dans la littérature française, Paris, Boivin, 1938, p. 20.

La période impériale est précisément l’époque où, pour la première fois, les Français prennent une connaissance profonde des littératures étrangères4.

15La conséquence de cette découverte et, en particulier, de la littérature anglaise, fut un resserrement des liens de société entre les deux pays dès qu’une nouvelle situation politique le permit. Ce mouvement d’anglomanie qui devait se prolonger durant tout le xixe siècle et qui n’en était en 1816 qu’à sa phase préliminaire favorisa grandement le succès du séjour des Morgan en France.

16Une brève allusion de Lady Morgan aux hôtels dans lesquels elle séjourna à Paris montre combien son voyage était placé sous le double signe de la découverte de la littérature et du combat pour la liberté :

  • 5 Lady Morgan, Memoirs, vol. II, p. 45 : « On arriving in Paris at the hotel de Belgique, I found we (...)

En arrivant à Paris à l’Hôtel de Belgique, je découvris que nous étions à proximité de l’Hôtel de Rambouillet où les intrigues scolastiques de la Sorbonne et les beaux esprits de Port Royal ont contribué à fonder ces coteries littéraires qui, bien que réputées pour leur pédanterie et leur mauvais goût, leurs Trissotins et leurs Vadius regroupaient cependant très officiellement quelques uns des plus éminents personnages que la France ait jamais produits. En déménageant pour l’Hôtel d’Orléans, dans le Faubourg Saint Germain, nous découvrîmes que nos appartements surplombaient les jardins de l’Hôtel de la Rochefoucault sur lequel ils donnaient vue ; là où les Encyclopédistes se rassemblaient si régulièrement ; là où les Voltaire, D’Alembert et Diderot communiaient en esprit et en philosophie et où se tint la première réunion de ces cinq amis qui devaient constituer la « Société des amis des nègres » : Grégoire, Mirabeau, de la Rochefoucault, Condorcet et La Fayette5.

  • 6 Voir G. Michaud et G. Hacquard, Guide France, manuel de civilisation française, Paris, Hachette, 1 (...)

17Dans ce Paris postnapoléonien, « le “bourgeois” est en train d’évincer le “chevalier”, cette autre incarnation du tempérament français »6. Par voie de conséquence,

  • 7 A.-D. Toledano, La Vie de famille sous la Restauration et la monarchie de juillet, Paris, A. Miche (...)

La gravité domine la vie privée et publique. Ce sont alors les redingotes noirs et jabots blancs des bourgeois solennels, dont la tenue officielle est stricte comme leur mise7.

18Ce n’est pourtant pas cet aspect morose de la vie parisienne sous la Restauration qui retiendra l’attention de Lady Morgan. Elle se sentira plutôt attirée par les côtés brillants ou pittoresques du pays. Aux bourgeois, elle préférera les aristocrates et les paysans. Son grand mérite est d’avoir abordé le séjour avec aussi peu de préjugés que possible et d’avoir accepté les expériences les plus inattendues. Cette attitude lui permit de pénétrer dans des milieux auxquels bien peu d’étrangers avaient eu accès jusque-là.

19Les Morgan passèrent au total cinq mois en France, cinq mois pendant lesquels ils menèrent une vie extrêmement active, écoutant, rencontrant, visitant. Le nombre de personnes illustres avec lesquelles ils eurent des contacts et qui, dans bien des cas, devinrent leurs amis, suffit à prouver l’intensité de leur activité et aussi l’enthousiasme qu’ils suscitèrent dans les cercles qu’ils fréquentèrent. Ils eurent des contacts avec des gens aussi prestigieux et variés que Humboldt, l’abbé Grégoire, Denon, le prince et la princesse de Beauveau, la princesse de Craon, la princesse de Henin, le comte et la comtesse de la Rochefoucault, la marquise de la Villette, Madame Patterson (ancienne femme de Jérôme Bonaparte), Madame de Genlis, Talma, Suard, Cuvier, Ségur, Lally Tollendal et La Fayette qui devint leur ami intime.

20En bref, ce séjour en France (essentiellement à Paris en fait) fut un succès remarquable et dès son retour à Dublin, en septembre 1816, Lady Morgan entreprit de mettre en forme les notes qu’elle avait prises au cours des mois précédents.

21Le 17 juin 1817, l’éditeur londonien Colburn écrivait à Lady Morgan pour lui annoncer que France était sorti des presses et il exprimait dans ce même courrier l’espoir d’épuiser la première édition avant le début du mois de juillet.

22France devait être le premier volume d’une sorte de triptyque consacré à notre pays. Les deux autres, France in 1829-1830 et Passages from my Autobiography, an Odd Volume, furent publiés en 1830 et 1859.

  • 8 M.I. Moraud, Une Irlandaise libérale en France sous la Restauration. Lady Morgan, Paris, Didier, 1 (...)

23Il ne fait aucun doute que France porte les marques de l’engagement politique de son auteur. C’est précisément ce qui lui permet de garder un certain intérêt. Lady Morgan s’efforce de donner une idée des bienfaits de la Révolution de 1789. En contrepartie, elle souligne les maux et les injustices qui ont été restaurés en même temps que la monarchie. Les critiques qu’elle adresse au régime monarchiste et à l’Église catholique sont d’autant plus intéressantes qu’elles correspondent à « celles qu’on murmurait déjà dans les rangs du peuple et dans les cercles soit libéraux soit bonapartistes français »8.

24À côté de dissertations politiques de qualité inégale, France fournit des renseignements variés sur les mœurs des Français. Tout ceci permet une grande variété dans le ton, une diversité considérable dans les sujets abordés et contribue à rendre l’ouvrage intéressant et agréable à lire aujourd’hui encore.

25Dès le mois d’août 1817, Madame Patterson-Bonaparte était en mesure d’annoncer à Lady Morgan la mise en vente de la traduction française de France :

  • 9 Lady Morgan, Memoirs, vol. II, p. 65 : « Your work on France has appeared through a French transla (...)

Votre travail sur la France est paru sous forme d’une traduction dans laquelle on a supprimé ce qu’on jugeait le meilleur et accommodé ce qu’on a choisi de donner au public de la manière la plus favorable à l’objectif poursuivi par les traducteurs9.

26Cette censure entraîna aussitôt la réaction de Madame du Bignon qui, comme le médecin parisien Montègre en informait Lady Morgan dans une lettre en date du 22 octobre 1817,

  • 10 Lady Morgan, Passages from my Autobiography, an Odd Volume, Londres, Bentley, 1859, p. 134-135.

avait pris soin de faire un relevé exact de toutes les suppressions, additions, ou mutations qu’on avait fait [sic] à l’ouvrage dans les deux éditions de la traduction française10.

  • 11 Ibid., p. 135. Cet ouvrage, s’il vit jamais le jour, demeure aujourd’hui introuvable.

27Montègre précise dans le même courrier que Madame du Bignon « a envoyé cela en Belgique pour le faire imprimer sous le titre de “Esprit de Lady Morgan” »11.

28L’ensemble de la presse française consacra de longs articles tant à l’auteur qu’à son ouvrage. On trouve ces commentaires dans des organes aussi variés que Les Archives philosophiques, politiques et littéraires, La Chronique parisienne, Le Constitutionnel, Le Correspondant, La Gazette de France, Le Journal de Paris, Le Journal des débats, Le Journal général, Le Mercure de France, La Quinzaine littéraire et La Quotidienne.

29La presse ne fut pas seule à réagir. Plusieurs pamphlets virent le jour et A.-J.-B. Defauconpret, l’auteur de la « traduction » de juillet 1817, Charles Dupin et William Playfair surent mettre l’accent sur certaines faiblesses de France. Pour sa part, le gouvernement français décida d’interdire de séjour Sir Charles et Lady Morgan.

  • 12 P. Rafroidi, L’Irlande et le Romantisme, Paris, Éditions universitaires, 1972, p. 75.

30Le succès fut considérable et les éditions se multiplièrent, tant en Grande-Bretagne qu’en France et aux États-Unis. Dans ces conditions, les attaques grossières de Croker en Angleterre et des Ultras en France n’eurent guère de prise sur Lady Morgan qui songeait déjà à exploiter plus systématiquement l’idée qu’elle avait eue en rédigeant ce que P. Rafroidi a appelé « le pionnier des essais que nous consacreront les Britanniques »12.

31À la fin du mois d’août 1818, les Morgan étaient de retour en France où ils n’étaient censés effectuer qu’un court séjour. Celui-ci devait, en réalité, durer huit mois. Colburn avait accepté de leur verser deux mille livres par avance pour le volume qu’ils devaient écrire sur l’Italie et, de ce fait, aucune précipitation ne présida à leur entreprise.

32Dès le début du mois de septembre, ils se rendirent à La Grange, la résidence de leur vieil ami, La Fayette. Pendant un mois, ils y vécurent dans l’intimité du vieux général et de sa famille.

33De retour à Paris, au début du mois d’octobre, Lady Morgan entreprit de tenir salon et le mercredi devint « son » jour. Elle était devenue l’idole de tout ce que Paris comptait de libéraux, de bonapartistes et aussi de romantiques (ceux-ci faisant à tort de Lady Morgan le chef de file du romantisme européen suite à ses écrits sur Racine et Shakespeare). Il est permis de penser que le contexte politique particulier joua un rôle au moins aussi important que les opinions exprimées dans France dans le tri qui se fit à la porte des Morgan. La France était alors en pleine période électorale et, de plus, son sort se jouait à Aix-la-Chapelle. Cette époque était également celle où bon nombre d’Ultras s’efforçaient d’obtenir la prolongation de l’occupation du pays par leurs alliés étrangers. Dès que cette tension se fut un peu dissipée, plusieurs monarchistes modérés n’hésitèrent pas à rendre visite à Lady Morgan et retrouvèrent avec plaisir celle qu’ils considéraient toujours comme une amie en dépit des jugements sévères qu’elle avait portés sur eux.

34Les « mercredis » de Lady Morgan devinrent rapidement un succès. Sa vie ne fut bientôt plus qu’une longue suite de réceptions comme en témoigne sa correspondance :

  • 13 Lady Morgan, Passages…, p. 179 : « We go to the Princess Jablonowski’s on Sundays, the Duc de Brog (...)

Nous nous rendons chez la Princesse Jablonowski le dimanche, le Duc de Broglie le lundi, le Duc de la Rochefoucault le mardi ; le mercredi est le soir de ma propre réception, et ainsi de suite pratiquement chaque semaine, ce qui est beaucoup plus agréable que nos invitations en bonne et due forme13.

35La romancière se lassa cependant bientôt de ce genre de vie malgré tout le plaisir qu’elle avait pris à sa cérémonie d’admission dans la « Grande loge écossaise Belle et Bonne ». Elle écrivait à sa sœur à la fin du mois de mars 1819 :

  • 14 Lady Morgan, Passages…, p. 298-299 : « […] my notoriety is now more a charge and tiresome to me th (...)

[…] ma notoriété est aujourd’hui plus pesante et fatigante que ne pourrait l’être l’obscurité la plus profonde. Je ne connais jamais le plaisir d’une seule journée, d’une seule heure sans contrainte. Des étrangers de tous pays non seulement m’écrivent pour que je les reçoive, mais ils forcent littéralement ma porte, cherchent chicane à mon serviteur, entrent dans la pièce où je suis, et croient qu’ils excusent cette intrusion en me parlant de ma « réputation européenne ».Vous ne pouvez imaginer comme j’aspire au silence, à la solitude, et au long voyage que, Dieu merci, nous sommes sur le point d’entreprendre. Depuis ces dernières semaines, nous nous trouvons pris dans un cycle permanent de réjouissances et de divertissements14.

36La fatigue n’était pas seule en cause. Les Morgan commençaient à se rendre compte que mener grande vie est coûteux et, peu avant son départ pour l’Italie, Lady Morgan écrivait à sa sœur :

  • 15 Ibid., p. 294 : « We pay here for a first floor, precisely what we get for our whole house in Dubl (...)

Ici, nous payons pour un premier étage, exactement ce que nous rapporte la location de notre maison de Dublin si bien que nous faisons cadeau des taxes et de l’utilisation des meubles. Nous sommes contraints à l’économie. Je porte toujours les robes de popeline d’Irlande que j’avais à Dublin et n’en ai pas acheté une seule depuis notre arrivée en France à l’exception d’une robe noire pour les soirées, et c’est tout ce que j’ai à me mettre15.

37C’est en 1829 que les Morgan retrouvèrent pour la troisième fois la France. Le séjour de trois mois qu’ils y accomplirent à partir d’avril fut marqué par d’enthousiastes retrouvailles avec nombre d’anciens amis. Comme elle l’avait fait à l’occasion de ses deux premiers passages à Paris, Lady Morgan rencontra autant de célébrités que possible. Ses Memoirs, particulièrement la page 283 du second volume, présentent toutefois d’incontestables exagérations quant à la nature « triomphale » de ce troisième séjour dans la capitale française.

38Celui-ci devait donner lieu à la publication, le 7 septembre 1830, du second ouvrage consacré par Lady Morgan à la France intitulé France in 1829-1830.

39Les deux volumes de cette seconde France révèlent beaucoup plus de modération que ceux de 1817. Certaines comparaisons entre 1816 et 1829 offrent un réel intérêt et confirment le don d’observation et la perspicacité de l’auteur. Ses remarques sur l’évolution de l’attitude du peuple envers la religion ou sur l’anglomanie récente des Français demeurent susceptibles de retenir l’attention du lecteur.

40La modernisation de Paris donne également lieu à quelques commentaires originaux. Dans l’ensemble, Lady Morgan porte un jugement plutôt favorable sur les transformations qui se sont produites en France entre 1816 et 1829.

41Les Trois Glorieuses de juillet 1830 auraient dû constituer une bonne publicité pour France in 1829-1830. Lady Morgan leur consacra d’ailleurs un post-scriptum avant de confier la version définitive à l’imprimeur. En fait, la nouvelle œuvre laissa indifférents public et critiques.

42Colburn avait mis en œuvre, il faut le dire, tous les moyens dont il disposait pour compromettre le succès de France in 1829-1830. Furieux d’avoir été lâché par l’auteur au profit d’un autre éditeur, il annonça par voie de presse la vente à moitié prix des œuvres précédentes de Lady Morgan, justifiant ces « soldes » par les pertes qu’il avait subies jusque-là en assurant la publication des œuvres de l’Irlandaise. Ce stratagème s’avéra si efficace que Saunders & Otley portèrent finalement l’affaire devant la justice à l’automne 1831. Ce procès fut l’occasion pour Colburn de se rétracter sur un certain nombre de points et l’affaire retomba bientôt dans un oubli d’où ne sortit pas pour autant la seconde France.

43La troisième œuvre non romanesque où Lady Morgan évoque la France est un volume de mémoires et de correspondance qui retrace la période pendant laquelle elle avait séjourné à Londres et à Paris d’août 1818 à mai 1819 alors qu’elle préparait son voyage en Italie. Il fut publié à Londres en 1859 peu de temps avant la mort de l’écrivain.

44Il va sans dire que les Memoirs de Lady Morgan, publiées en 1863 par Hepworth Dixon et Geraldine Jewsbury, contiennent un nombre considérable de pages consacrées à la France.

***

45Au-delà de l’aspect descriptif, il convient de s’interroger pour savoir quelle France Lady Morgan a présentée à ses compatriotes.

46Dès The Novice of Saint Dominick, on perçoit un parti pris très clair. La France qui y est décrite dut paraître bien familière aux lecteurs irlandais. Elle se caractérise, en effet, par le conflit qui oppose les Ligueurs aux troupes d’Henri de Navarre, le futur roi Henri IV. La combinaison du religieux, du politique et du social y est d’une grande complexité. De plus, il ne s’agit pas là d’une simple toile de fond, mais bel et bien du véritable ressort de l’action du roman. L’intrigue de The Novice of Saint Dominick se fonde sur les amours impossibles entre Imogène et le baron de Montargis. Cet amour est impossible essentiellement pour des raisons religieuses bien qu’un conflit familial ait également un rôle à jouer. La thématisation par Lady Morgan de ce type de relation interdite par un contexte politico-religieux conflictuel confirme que son objectif est de dépasser le niveau de l’affrontement individuel pour adopter une perspective historique comme le démontre la présentation qu’elle fait des deux principaux protagonistes :

  • 16 Lady Morgan, The Novice of Saint Dominick, Londres, Hughes, 1833, vol. II, p. 24-25 : « The family (...)

La famille de Montargis embrassa l’hérésie luthérienne sous le règne d’Henri II. Les Comtes de Saint Dorval, à la même époque, multipliaient leurs efforts pour s’opposer aux innovations que l’esprit schismatique du jour introduisait progressivement dans le système immuable de la foi sacrée de leurs ancêtres. Plus tard, les Barons de Montargis s’unirent à Catherine de Médicis, puis à Henri de Navarre pour anéantir la Ligue et écraser la Maison de Lorraine : les Comtes de Saint Dorval s’employèrent à promouvoir les positions de la Ligue et à soutenir le Duc de Guise. Ainsi la différence religieuse et l’esprit de faction politique semblaient-ils s’allier pour exacerber les antagonismes familiaux16.

47Le conflit socio-politique ne constitue pas seulement le ressort de l’action, mais c’est le seul paramètre qui puisse rendre vraisemblable le comportement des personnages. Les sentiments personnels et le patriotisme s’entremêlent chez la plupart, provoquant par moments une schizophrénie correspondant à la nature de la société dans laquelle ils vivent. Le comte de Saint-Dorval, au seuil de la mort, est partagé entre les forces positives de la vertu personnelle et du futur, d’une part, et les forces négatives de la haine collective et du passé d’autre part. Seuls les personnages d’exception sont susceptibles de refuser les comportement tribaux, mais ceci n’est possible qu’au prix de souffrances personnelles considérables. Quant à l’héroïne, elle oscille pendant tout le roman entre les deux pôles de la morale publique et de la vertu individuelle pour finalement se ranger sous la bannière de la seconde.

48Par ailleurs, le père de la novice de Saint-Dominick, le vieux comte de Saint-Dorval, sait tout le mal que peut engendrer l’absence du maître pour les paysans qui exploitent ses terres. C’est pour cette raison qu’il interdit à sa fille de demeurer plus de trois mois de suite à Paris. Certaines des parenthèses qui parasitent le cours naturel du récit révèlent clairement la signification du propos. C’est le cas lorsque sont évoqués les régisseurs malhonnêtes :

  • 17 Ibid., vol. IV, p. 207 : « Well […] may a mercenary domestic have slumbered over the interest and (...)

Il n’a pas été difficile à un domestique mercenaire de négliger l’intérêt et de trahir la confiance d’une maîtresse trop confiante, lorsqu’elle faisait elle-même le jeu du tricheur et devenait l’agent soumis de sa propre perte17.

49L’attitude des paysans français lors du retour de leur maîtresse est décrite de manière à convaincre n’importe quel propriétaire terrien absentéiste que seules les petites gens peuvent se montrer authentiquement fidèles. De telles descriptions indiquent clairement quelle est la cause plaidée par Lady Morgan dont la conviction profonde est que seul le retour des propriétaires terriens en Irlande est de nature à garantir le bonheur de la paysannerie et la prospérité nationale.

50Le processus de transposition ne se limite pas à l’évocation des difficultés de l’Irlande ; il inclut la proposition de possibles remèdes tous enracinés dans le patriotisme. Celui-ci est évoqué avec lyrisme dans une longue tirade du chevalier de Sorville, toujours dans The Novice of Saint Dominick :

  • 18 Lady Morgan, The Novice of Saint Dominick, vol. III, p. 45-46 : « Patriotism […] Oh ! for ever sac (...)

Le patriotisme […] Oh ! que soit à jamais sacré ce principe qui englobe l’existence de toute vertu publique, de toute vertu sociale ; qui, tel les rayons bienfaisants du soleil, diffuse ses bienfaits de manière universelle ! Celui qui nourrit en son âme l’étincelle pure, l’étincelle inviolable du patriotisme ; qui se consacre à soutenir la liberté, l’indépendance, le bien moral et la sécurité politique de son pays de toute l’énergie de son intellect et de son corps ; qui oppose ses efforts individuels au bras oppresseur, à la menace de l’invasion, au pouvoir de la tyrannie, qu’elle soit étrangère ou domestique ; qui offre sur l’autel du bien public le sacrifice de son point de vue et de ses intérêts personnels ; qui considère le pays qui lui a donné la vie comme sa mère, et ses enfants comme ses frères ; qui présente au miroir de la mémoire la splendeur passée et les vertus indomptables de son ancienne condition et oppose cette image formidable aux faibles efforts de la dégénérescence contemporaine ; et qui dissémine autour de lui ces principes qu’il ressent si profondément ; que son nom prenne rang dans les annales de l’immortalité au-dessus de celui des plus grands conquérants de ce monde, et que génération après génération on rende hommage à sa mémoire et que l’on imite ses vertus autant qu’on les révère : mais que jamais, Ô non jamais, le mot sacré de patriotisme ne soit mis au service du sectarisme étroit ou du préjugé partisan18.

51Cette phrase ne se caractérise pas seulement par son lyrisme d’un autre temps : elle propose également au lecteur une définition précise du patriotisme, une définition dont le but évident est d’apporter une solution aux problèmes de l’Irlande.

***

52La transposition spatio-temporelle observable dans l’ensemble des œuvres « françaises » de Lady Morgan s’effectue selon trois modèles. Parfois, le narrateur disparaît totalement et la voix entendue est clairement celle de l’auteur, parfois cette transposition est effectuée implicitement sans que la convention narrative soit abandonnée, parfois enfin, la rencontre d’un Irlandais, soit personnage de roman, soit être véritable évoqué dans l’un des livres de voyage, permet d’introduire la préoccupation irlandaise.

53Nous nous contenterons ici de fournir deux illustrations de la première démarche. Lorsque Lady Morgan, dans The Novice of Saint Dominick, souhaite souligner le caractère vraisemblable du rapt de l’héroïne par son père pour des motifs religieux elle fournit la note suivante :

  • 19 Ibid., vol. I, p. 41 : « A recent instance of this description of pious fraud took place in the ki (...)

Un exemple récent de cette manière de pieuse duperie s’est produit dans le royaume d’Irlande lorsque le jeune Comte de G- fut enlevé à sa famille19.

54La même démarche se retrouve dans France où l’évocation d’une conversation avec des paysans français l’entraîne à une réflexion sur la situation des paysans de son propre pays :

  • 20 Lady Morgan, France, Londres, Colburn, 1817, vol. I, p. 41 : « Oh ! in listening to their sensible (...)

Oh ! en écoutant leurs questions intelligentes et leurs réponses franches, combien de fois et de manière Ô combien inéluctable n’ai-je pas comparé leur attitude à celle des paysans de mon propre pays où l’intégralité de la population semble se satisfaire d’exhiber le comble de l’insoumission et de la servilité la plus abjecte dans son comportement et ses manières20.

55Pour ce qui est de la seconde démarche, celle de la transposition implicite, on pourra relire les nombreux passages de France où l’auteur démontre de quelle manière une aristocratie inconsciente de ses devoirs entraîne inexorablement le pays vers la révolution.

  • 21 Lady Morgan, The Novice of Saint Dominick, vol. II, p. 167.

56Enfin, nous ferons de nouveau appel à The Novice of Saint Dominick pour fournir un exemple de l’introduction fortuite d’un personnage irlandais afin de ramener le lecteur au sujet qui préoccupe réellement l’auteur. Dans ce roman, le chevalier de Sorville rencontre Sir Henry Sidney, ce qui donne l’occasion d’une nouvelle transposition21.

***

57Deux conclusions peuvent être tirées d’une lecture de la partie « française » de l’œuvre de Lady Morgan.

58D’une part, Lady Morgan a abondamment observé la France. Elle l’a observée d’un œil honnête en s’interdisant de faire preuve des préjugés qu’elle avait détectés chez bon nombre de ses compatriotes. Ceci lui a permis d’acquérir une remarquable connaissance surtout de la vie parisienne, mais également d’autres aspects de la France.

59D’autre part, il est manifeste que son regard eut tendance à être arrêté par tous les objets susceptibles de renvoyer à l’Irlande.

60Le paradoxe n’est qu’apparent : Lady Morgan fut une observatrice intéressée, elle eut pour notre pays une attirance et une amitié qui ne se démentirent en aucune occasion, mais jamais elle ne se départit de son patriotisme exacerbé qui transforme l’intégralité de son œuvre en un plaidoyer en faveur de l’Irlande.

Notes

1 Lady Morgan, Memoirs, Londres, Allen & Co., 1862, vol. I, p. 177-178 : « What objections can you have to my occupying a position as teacher to the young ? It is a calling which enrols the names of Madame de Maintenon, Madame de Genlis, and I believe, at this moment, even the young Duke of Orleans. »

2 Voir W.J. Fitzpatrick, The Life of Charles Lever, Londres, Chapman & Hall, 1879, p. 50.

3 G. de Beaumont, L’Irlande sociale, politique et religieuse, Paris, Gosselin, 1840, vol. I, p. 165. Les deux pages suivantes offrent de multiples illustrations de cette attitude.

4 P. Jourda, L’Exotisme dans la littérature française, Paris, Boivin, 1938, p. 20.

5 Lady Morgan, Memoirs, vol. II, p. 45 : « On arriving in Paris at the hotel de Belgique, I found we were close by the hotel de Rambouillet, where the scholastic gallantries of the Sorbonne, and the beaux esprits of the Port Royal [sic] assisted to found those literary coteries, which, though proverbial for their pedantry and bad taste, their Trissotins and Vadius’s still assembled in their formal groups some of the most distinguished characters, that France ever produced. On removing to the hotel d’Orleans [sic] in the faubourg St Germain, we found our apartment hanging over the gardens, and commanding the hotel de la Rochefoucault, where the Encyclopedists so constantly assembled ; where the Voltaires, D’Alemberts and Diderots were united in wit and philosophy, and where the first meeting of those five friends took place, who formed the subsidiary society of “Les amis des nègresGrégoire, Mirabeau, de la Rochefoucault, Condorcet and La Fayette. »

6 Voir G. Michaud et G. Hacquard, Guide France, manuel de civilisation française, Paris, Hachette, 1964, p. 231.

7 A.-D. Toledano, La Vie de famille sous la Restauration et la monarchie de juillet, Paris, A. Michel, 1943, p. 206.

8 M.I. Moraud, Une Irlandaise libérale en France sous la Restauration. Lady Morgan, Paris, Didier, 1954, p. 138.

9 Lady Morgan, Memoirs, vol. II, p. 65 : « Your work on France has appeared through a French translation, in which they have suppressed what they thought best, and have arranged what they chose to give the public in the way best suited to their own purposes. »

10 Lady Morgan, Passages from my Autobiography, an Odd Volume, Londres, Bentley, 1859, p. 134-135.

11 Ibid., p. 135. Cet ouvrage, s’il vit jamais le jour, demeure aujourd’hui introuvable.

12 P. Rafroidi, L’Irlande et le Romantisme, Paris, Éditions universitaires, 1972, p. 75.

13 Lady Morgan, Passages…, p. 179 : « We go to the Princess Jablonowski’s on Sundays, the Duc de Broglie’s on Mondays, Duc de la Rochefoucault’s on Tuesdays, my own nights on Wednesdays, and so on every week pretty much the same, which is much more agreeable than our set invitations. »

14 Lady Morgan, Passages…, p. 298-299 : « […] my notoriety is now more a charge and tiresome to me than the profoundest obscurity could possibly have been. I never know the enjoyment of one day, one hour to myself. Strangers of all countries not only write to me to receive them, but actually force my door, dispute the point with my servant, enter my room, and then think they excuse this intrusion by talking to me of my “reputation European” [sic]. You have no idea how I pant for silence, solitude, and a long journey which, thank heaven, we are now about to begin. We have been for the last few weeks in a constant round of gaiety and dissipation. »

15 Ibid., p. 294 : « We pay here for a first floor, precisely what we get for our whole house in Dublin, so that we give the taxes, and the use of our furniture, for nothing. We are obliged to be very economical. I am still in my Dublin tabinette gowns, and have not bought a single gown since I have been in France, but one black one for evening, and I have nothing else. »

16 Lady Morgan, The Novice of Saint Dominick, Londres, Hughes, 1833, vol. II, p. 24-25 : « The family de Montargis embraced the heresies of Luther in the reign of Henry the Second. The Counts de St Dorval [sic], at the same period, were active in their endeavours to check the innovation the schismatic spirit of the age was gradually introducing into the immutable system of their ancestors’s holy faith. In a later day the barons de Montargis united with Catherine de Medicis, and afterwards with Henry de Navarre, in suppressing the League and crushing the House of Lorraine : the Counts de St Dorval in promoting the measures of the League and supporting the Duke de Guise. Thus religious distinction and political faction seemed united in their endeavours to sharpen the asperity of family feuds. »

17 Ibid., vol. IV, p. 207 : « Well […] may a mercenary domestic have slumbered over the interest and betrayed the confidence of his too-confiding mistress, when she herself favoured the cheat, and became the willing accessory to her own ruin. »

18 Lady Morgan, The Novice of Saint Dominick, vol. III, p. 45-46 : « Patriotism […] Oh ! for ever sacred be that principle, which includes the existence of every social, every public virtue ; which, like the sun’s genial glow, diffuses its influence with indiscriminate benefit ! He who nourishes within his soul the pure, the inviolable spark of patriotism ; who is devoted with all the energies of his intellectual and corporeal being to support the liberty, the independence, the moral good, and political safety of his country ; who opposes his individual exertions to the arm of oppression, to the threat of invasion, to the power of tyranny, whether foreign or domestic ; who on the altar of the public weal offers up the sacrifice of his private views and interest ; who looks on the land which gave him birth as his parent, and on her children as his brethren ; who holds to the mirror of recollection the past splendor and dauntless virtues of her ancient state, and opposes the glorious reflection to the feeble efforts of modern degeneracy ; and who disseminates around him those principles which he so profoundly feels ; let his name be enrolled in the annals of immortality above that of the greatest conquerors of the earth, and let succeeding generations do homage to his memory, and emulate as they reverence his virtues : but never, O never, let the glorious name of patriotism be wrested to the purposes of narrow-souled faction or party prejudice. »

19 Ibid., vol. I, p. 41 : « A recent instance of this description of pious fraud took place in the kingdom of Ireland, when the young earl of G- was carried off from his family. »

20 Lady Morgan, France, Londres, Colburn, 1817, vol. I, p. 41 : « Oh ! in listening to their sensible questions, and frank replies how often, and how unavoidably, have I contrasted their deportment with that of the peasantry of my own country, where the whole population seem condemned to exhibit, in their unregulated conduct and manners, the extreme of lawless resistance, and of grovelling servility. »

21 Lady Morgan, The Novice of Saint Dominick, vol. II, p. 167.

Auteur

Université de Haute Bretagne, Rennes II

© Presses universitaires de Caen, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540