Version classiqueVersion mobile

Dumas amoureux

 | 
Julie Anselmini
, 
Claude Schopp

« J’aime qui m’aime » – Dumas et les siens

Dumas et l’amour fraternel : « L’amitié d’un grand homme est un bienfait des dieux ! »*

Maria Lúcia Dias Mendès

Résumé

Homme amoureux de la vie, Dumas a su comme personne cultiver l’amour fraternel. La fraternité a toujours été présente dans sa vie aussi bien comme thème de ses œuvres (par exemple dans l’amitié entre Athos, Porthos, Aramis et d’Artagnan) que dans sa vision du mouvement romantique et ses rapports personnels. Ce chapitre se propose de discuter la manière dont Dumas comprenait et manifestait son amitié envers ses compagnons du romantisme. Il se concentre particulièrement sur le lien profond qui, durant trente-cinq ans, l’a uni à Victor Hugo.

Texte intégral

  • * Voltaire, Œdipe, acte 1, scène 1, cité dans Alexandre Dumas, Mes Mémoires, Claude Schopp et Dominiq (...)

La vie d’un ami c’est la nôtre propre, comme la vraie vie de chacun est celle de tous.
George Sand, Histoire de ma vie, Paris, W. Gerhard, 1855, t. I, chap. I, p. 13.

1Peu d’auteurs ont aussi bien dépeint l’amitié qu’Alexandre Dumas. Le célèbre cri de guerre « Tous pour un, un pour tous », qui encore aujourd’hui anime les jeux d’enfants aux quatre coins du monde, est devenu une devise aux multiples usages. Ce cri est l’expression de l’amitié qui s’est nouée entre les quatre mousquetaires, amitié qui non seulement les unit, mais qui encore les exalte, lorsqu’ils affrontent un danger ou luttent pour un idéal commun. Dans la trilogie des mousquetaires, l’amitié est le fil rouge qui conduit les intrigues. Le thème de l’amitié, majeur et récurrent, revient par exemple dans La Reine Margot, qui glorifie deux amis inséparables, Lérac de La Môle et Annibal de Coconnas, unis jusque dans la mort.

  • 1 La relation entre Dumas et Hugo est bien connue des dumasiens. Il semblait cependant nécessaire que (...)

2La fiction s’est-elle inspirée de la vie affective de l’écrivain, qui aurait mis du soi dans sa peinture de l’amitié ? Pour tenter de répondre à cette question, il convient d’examiner, sous l’angle biographique, les liens amicaux qui ont pu l’attacher à certains de ses contemporains, en particulier à ses compagnons d’armes des batailles romantiques et particulièrement à Victor Hugo1.

L’entrée dans le monde littéraire

3Au commencement, il y eut ce rite de passage que fut, pour Dumas, la première sur la scène de la Comédie-Française, le 10 février 1829, d’Henri III et sa cour : jeune poète à peu près inconnu la veille, il entrait, par la grâce de ce drame, de plain-pied dans la vie théâtrale et littéraire de son temps. Dans Mes Mémoires, il rend compte du bouleversement qu’a engendré pour lui cette représentation devant un public prêt à se soulever au nom des règles classiques subsistantes :

  • 2 Alexandre Dumas, Mes Mémoires, Claude Schopp et Dominique Frémy (préf.), Pierre Josserand (éd.), Pa (...)

Peu d’hommes ont vu s’opérer dans leur vie un changement aussi rapide que celui qui s’était opéré dans la mienne, pendant les quatre heures que dura la représentation d’Henri III. Complètement inconnu le soir, le lendemain, en bien ou en mal, je faisais l’occupation de tout Paris. Il y a contre moi des haines de gens que je n’ai jamais vus, haines qui datent du bruit importun que fit mon nom à cette époque.
J’ai des amitiés aussi qui datent de là2.

4Arrivé de sa province depuis quelque six années à Paris, le jeune homme a dû d’abord lutter contre lui-même, c’est-à-dire contre son inculture, et affronter une société aux codes qu’il ignorait – codes rétifs, par principe, à toutes les nouveautés, parmi lesquelles l’expression romantique. À la fin de la représentation d’Henri III, Alexandre Dumas est adoubé par les applaudissements du public et, les jours suivants, par l’accueil globalement favorable de la critique.

  • 3 Anne Martin-Fugier, Les romantiques. Figures de l’artiste, 1820-1848, Paris, Hachette Littératures (...)

5Cette première lui donnait le droit d’entrer dans ce qu’on appelait le monde, classe sociale dont Anne Martin-Fugier3 a décrit la vie quotidienne.

6Par ailleurs, ce renversement de situation fut aussi d’ordre affectif, car, la représentation terminée, Victor Hugo et Alfred de Vigny vinrent à lui pour le féliciter et le remercier des invitations qu’il leur avait fait parvenir. Le passage de Mes Mémoires racontant ce premier contact de Dumas avec les jeunes chefs du romantisme ne peut que rappeler au lecteur des Trois Mousquetaires celui de d’Artagnan avec Porthos, Athos et Aramis.

Fraternité : cénacles et batailles littéraires

  • 4 Alexandre Dumas, Mes Mémoires, t. I, chap. CXVI, p. 912.

7Le « lendemain de la victoire », Charles Nodier aurait également invité le héros du jour à participer aux soirées de l’Arsenal. Nommé bibliothécaire du lieu en 1824, Nodier réunissait chez lui de jeunes gens dont l’ambition était de renouveler la littérature et les arts. C’était un creuset propice à la coexistence de sensibilités différentes, libres de s’exprimer sans crainte : « […] plus Nodier était chez lui, plus chacun était chez soi »4. Son salon était ouvert à la discussion de tous les thèmes à l’ordre du jour, à l’expression de tous, jeunes auteurs comme auteurs reconnus. On y lisait ses œuvres, y parlait d’art, se divertissait en écoutant de la musique ou en dansant.

  • 5 Anne Martin-Fugier, Les romantiques…, p. 91. Voir aussi Anthony Glinoer, « Sociabilité et temporali (...)
  • 6 Voir ibid., p. 550.
  • 7 Les journaux et les revues ont acquis un rôle fondamental dans la diffusion et la consolidation des (...)

8Être accepté dans un salon, et s’identifier ainsi à une communauté intellectuelle, ouvrait donc la porte du monde des lettres. Déjà traditionnels dans l’histoire des sociabilités françaises, les salons avaient acquis une nouvelle dimension avec les romantiques, devenant des Cénacles, terme utilisé par Sainte-Beuve à partir de 18295. Le cénacle supposait la réunion fréquente de ses membres autour d’une personnalité et surtout d’une identité de vues unissant ses membres, et sécrétant un ensemble diffus d’idées, de valeurs, d’aspirations : une manière de voir l’art6. La naissance de ces nouvelles formes – réelles ou imaginaires – d’être ensemble, associée à la notion de plus en plus répandue d’artiste, consolidait une collectivisation du faire littéraire et de ses modes d’expression ; s’il se présentait souvent seul devant la foule, l’écrivain, pour être reconnu, avait à compter sur le soutien de ses pairs, réunis dans les cénacles, les salons, les soirées d’artistes, les cafés ou dans les bureaux de la rédaction d’un journal7.

  • 8 Lettre de Gérard de Nerval à C.-A. Sainte-Beuve d’octobre 1832, in Gérard de Nerval, Œuvres complèt (...)

9Être accueilli à l’Arsenal signifiait transformer une entreprise personnelle en entreprise collective. Bien qu’à l’époque d’Henri III et sa cour les cénacles commençassent déjà à perdre leur caractère intimiste original et à prendre la forme, comme le dit Nerval, d’une « association utile », offrant un « public de choix où l’on puisse essayer ses ouvrages d’avance »8, pour Dumas, l’Arsenal représenta d’abord un lieu d’expression et de manifestation de sa poétique ainsi qu’un idéal commun, une cause pour laquelle lutter. Ce sont ces batailles romantiques, menées dans le champ des arts et de la politique, ces luttes pour les changements dans l’art et dans la politique que, plus de vingt ans après, il raconte sur un ton à la fois héroïque et humoristique dans ses Mémoires.

10Les ennemis étaient reconnus, nommés : les écrivains classiques (Arnault, Lemercier, Viennet, Jouy), le journal Le Constitutionnel, la censure… Les batailles furent multiples : citons celle d’Henri III, celle du More de Venise de Vigny (le 24 octobre 1829), celle d’Hernani bien sûr (à partir du 25 février 1830) ou encore l’interdiction de Christine, ou Stockholm, Fontainebleau et Rome de Dumas (le 30 mars 1830). Les soldats étaient prêts à en découdre :

  • 9 Alexandre Dumas, Mes Mémoires, t. I, chap. CXXXIII, p. 1069.

On voit que tous ces grands démolisseurs étaient fort jeunes, et que les poètes révolutionnaires ressemblaient fort aux trois généraux de la Révolution dont j’ai parlé, je crois, qui commandaient l’armée de Sambre et Meuse, et qui avaient soixante et dix ans à eux trois : Hoche, Marceau, mon père9.

11Cette génération prenait la plume pour défendre ses idéaux, de même que leurs pères avaient défendu les leurs par l’épée. Hugo, Vigny et Dumas sont des soldats dont ce dernier célèbre chaque victoire comme la victoire d’un groupe. On croirait entendre la devise des mousquetaires :

  • 10 Ibid., t. I, chap. CXXXVII, p. 1099.

À deux heures, le jour de la représentation, nous étions dans la salle. Nous comprenions bien que la victoire remportée par de Vigny était une victoire sans portée. Ce n’était pas de Shakespeare, de Goethe et de Schiller que les gens sensés doutaient, c’était de nous. Nous demandions un théâtre national, original, français, et non pas grec, anglais ou allemand : c’était à nous de le faire10

  • 11 Sur cette notion, qui a suscité une véritable querelle au XIXe siècle, voir Anthony Glinoer, La que (...)

12Mobilisés, leurs idéaux en tête et la plume à la main, les romantiques trouvent sur leur chemin une autre bataille à livrer : celle de la révolution de 1830, certains poursuivant dans la rue la camaraderie11 des salons et des salles de spectacles.

13Dans la relation complexe et intense qui a uni les romantiques, il convient de mettre en avant un sentiment fondamental et indissociable de leur amitié : l’admiration.

  • 12 Théophile Gautier, « Théâtre-Français. Reprise de La camaraderie », 13 juillet 1844. Repris dans Id (...)

La camaraderie, mot inventé par M. Delatouche, a exprimé quelques instants un des plus doux penchants de l’âme humaine : l’admiration pour ceux qu’on aime. On l’appliquait alors à ce qu’on a appelé le cénacle, c’est-à-dire aux coryphées de la nouvelle école et à leurs élèves enthousiastes. Ce furent les premiers camarades et nous nous glorifions d’avoir été de ceux-là12.

  • 13 Frédéric Saulnier, La vie d’un poète. Édouard Turquety, 1807-1867. Étude biographique, Paris – Nant (...)
  • 14 Anthony Glinoer, « Sociabilité et temporalité… », p. 553.

14Passées les manifestations enthousiastes après les lectures – on connaît la réaction de Dumas à celle de Marion Delorme, soulevant Hugo de terre13 – la camaraderie littéraire outrepassait l’espace physique des cénacles pour se refléter dans les textes. Les camarades, pour employer le terme de Delatouche, réaffirmaient dans des préfaces, des renvois, des exergues, des critiques, des chroniques, des causeries, des journaux, des poésies, des mémoires, les liens et les affinités électives qui les unissaient14.

15Il ne manque pas, chez Dumas, d’exemples de ce type d’hommages à ceux qu’il a aimés, dans ses causeries ou dans ses préfaces, celle en particulier de La Femme au collier de velours, dans laquelle il évoque avec nostalgie la convivialité qui régnait chez Nodier. C’est toutefois dans ses Mémoires qu’on saisit toute l’importance qu’avait pour lui la constellation amitié-fraternité-admiration.

16Les exemples sont abondants, mais nous nous en tiendrons à un seul, paradigmatique :

  • 15 Alexandre Dumas, Mes Mémoires, t. I, chap. CXXXVIII, p. 1113.

Quand j’ai commencé ce livre, croyez-vous, vous qui me lisez que ça ait été dans le but égoïste de dire éternellement moi ? Non, je l’ai pris comme un cadre immense pour vous y faire entrer tous, frères et sœurs en art, pères ou enfants du siècle, grands esprits, corps charmants, dont j’ai touché les mains, les joues, les lèvres, vous qui m’avez aimé, et que j’ai aimés ; vous qui avez été ou qui êtes encore la splendeur de notre époque […] ! Les mémoires d’Alexandre Dumas ! Mais c’eût été ridicule ! Qu’ai-je donc été par moi-même, individu isolé, atome perdu, grain de poussière emporté dans tous les tourbillons ? Rien ! Mais en adjoignant à vous, en pressant de la main gauche la main droite d’un artiste, de la main droite la main gauche d’un prince, je deviens un des anneaux de la chaîne d’or qui relie le passé à l’avenir. Non, ce ne sont pas mes Mémoires que j’écris ; ce sont les Mémoires de tous ceux que j’ai connus, et comme j’ai connu tout ce qui était grand, tout ce qui était illustre en France, ce que j’écris, ce sont les Mémoires de la France15.

17Dumas se proposait de raconter sa trajectoire propre en l’amalgamant intimement à son époque. Le monument est écrit pour réaffirmer les valeurs du romantisme, qui ont constitué les fondements de sa vie, dont les plus importants sont le talent individuel, les idéaux politiques et le sentiment d’être inséré dans sa génération. Ainsi nombreux sont les passages où il réaffirme son engagement. Se sentant partie prenante d’une communauté, il porte ce sentiment jusqu’à ses dernières conséquences : il cède l’espace qui, par définition, devait être consacré au récit de sa vie et à la manifestation de son individualité ; il transforme ses mémoires en mémoires de tous les romantiques.

18Dans Mes Mémoires, ces derniers apparaissent presque autant que l’auteur lui-même. Ils sont cités au sujet des événements cruciaux, voient leurs vies racontées sous forme de courtes biographies, leurs ouvrages cités, vantés et souvent défendus. Bref, leur génie et leur importance sont documentés. Le récit reflète le désir d’incorporer le vécu des gloires de son groupe, comme il l’explicite dans Un dîner chez Rossini :

  • 16 Alexandre Dumas, Un dîner chez Rossini [en ligne], in Les Mille et Un fantômes, Bruxelles, Méline, (...)

Je ne sais si, après moi, il restera quelque chose de moi ; mais, en tout cas et à tout hasard, j’ai pris cette pieuse habitude, tout en oubliant mes ennemis, de mêler le nom de mes amis, non seulement à ma vie intime, mais encore à ma vie littéraire. De cette façon, au fur et à mesure que j’avance vers l’avenir, j’entraîne avec moi tout ce qui a eu part à mon passé, tout ce qui se mêle à mon présent, comme ferait un fleuve qui ne se contenterait pas de réfléchir les fleurs, les bois, les maisons de ses rives, mais encore qui forcerait de le suivre jusqu’à l’Océan l’image de ces maisons, de ces bois et de ces fleurs16.

L’amitié avec Hugo

  • 17 Alexandre Dumas, « Causerie sur Hugo, Hernani et Mademoiselle Mars » [en ligne], Cahiers Alexandre (...)

19Revenons à la soirée de la première d’Henri III (10 février 1829), soirée qui a complètement changé la vie de Dumas. Ne pouvant se procurer de billets pour la première, Hugo et de Vigny – déjà camarades de longue date – firent appel à Dumas. Après la représentation, tous deux se présentèrent à l’auteur, d’ores et déjà consacré, de la pièce. Ainsi commença une longue amitié : « Nos mains serrées au milieu d’un succès ne se sont jamais désunies »17. Cette affirmation, faite en 1867, correspond néanmoins plus à ce que Dumas aurait voulu qu’à ce qui s’est réellement passé.

  • 18 Alexandre Dumas, « Marion Delorme », Revue des Deux Mondes, nouvelle série, t. III, août 1831, p. 3 (...)

20Le premier nuage passa en août 1831. Hugo était accusé par la critique d’avoir plagié, dans Marion Delorme, le personnage d’Antony, ce que Dumas démentit par un article dans la Revue des Deux Mondes18. Hugo se sentait toutefois un peu rejeté dans l’ombre à la suite du succès d’Antony. Deux ans plus tard, leurs maîtresses respectives – Juliette Drouet, maîtresse de Hugo, et Ida Ferrier, maîtresse de Dumas –, rivales sur la scène du théâtre de la Porte-Saint-Martin, empoisonnèrent l’amitié des deux hommes. Hugo s’offensa de ce que Harel, directeur de la Porte-Saint-Martin, fît apposer une affiche annonçant Marie Tudor [de Hugo] : « Après-demain première représentation » et plus bas, en petits caractères, « incessamment première représentation d’Angèle [de Dumas] ». Hugo rejeta la formulation qui condamnait, implicitement, sa pièce à l’échec imminent.

21Le lendemain (1er novembre 1833), le Journal des débats imprimait un violent pamphlet de Granier de Cassagnac (protégé de Hugo) qui accusait Dumas de plagiat. Surpris que son ami n’en eût pas empêché la publication, après en avoir lu les épreuves, Dumas tenta encore une explication : « Mon cher Hugo, on me dit que vous avez corrigé les épreuves de l’abominable article de G. de C. sur moi. Est-ce vrai ? ». Et il signa : « Toujours à vous et quand même ». Hugo lui répondit, sur un ton ironique, qu’il avait en effet relu l’article, mais pour en atténuer des expressions par trop offensives. Dumas dut bien se rendre à l’évidence, même si Cassagnac publia un autre article (Journal des débats, 17 novembre 1833) dans lequel il revendiquait l’entière responsabilité de l’article antérieur. Le public soutint Dumas : à la première de Marie Tudor, Hugo fut sifflé, ainsi que les acteurs ; Juliette Drouet tomba malade et le théâtre fut obligé de suspendre les représentations. La plupart des écrivains, à commencer par Vigny, prirent alors le parti de l’offensé.

  • 19 Bien que Victor Hugo ait soutenu en tant que député de la Deuxième République la candidature de Lou (...)

22Le rapprochement entre Victor Hugo et Alexandre Dumas se fit par étapes. En juin 1834, cherchant à se réconcilier avec Hugo, Dumas lui demanda d’être son témoin lors d’un duel. Hugo accepta, tout en restant sur la défensive. Le 31 mai 1835, il acheta une action d’une société destinée à financer le voyage de Dumas autour de la Méditerranée. La réconciliation complète ne se fit qu’en mai 1836, lors d’un séjour de Dumas chez les Hugo, à Fourqueux. Leur amitié connut finalement son apogée à un moment délicat de leur vie : leur exil à Bruxelles, où ils se retrouvèrent en décembre 1851. Dumas, fuyant ses créanciers, et Hugo, exilé pour des raisons politiques19, reprirent leur convivialité amicale, chez Dumas, boulevard de Waterloo. Hugo, cédant aux instances de son ami, lui raconta sa vie, afin que Dumas pût écrire sa biographie et l’insérer dans ses Mémoires. La veille du départ de Hugo en Angleterre (31 juillet 1852), Dumas lui offrit un dîner d’adieux et l’accompagna ensuite jusqu’au quai d’Anvers, où il fut le dernier à l’embrasser (1er août 1852).

  • 20 Victor Hugo, Les Contemplations, Paris, Garnier (Classiques), 1990, p. 354.

23La scène a été décrite par Hugo dans le livre V des Contemplations. Dans ce poème dédié à son ami, Hugo rappelle la correspondance intime qu’il y a entre leurs deux âmes, qui semblent se comprendre et s’harmoniser (« Vibrant comme deux luths dont la voix se répond […] Aussi longtemps qu’on put se voir, nous regardâmes / L’un vers l’autre, faisant comme un échange d’âmes »). Ce poème laisse pourtant transparaître que Hugo avait conscience de la différence qui existait entre eux, voyant la vie et l’œuvre de Dumas dominées par la lumière du soleil, et les siennes aussi profondes que nocturnes : « Une brume couvrit l’onde incommensurable ; / Tu rentras dans ton œuvre éclatante, innombrable, / Multiple, éblouissante, heureuse, où le jour luit ; / Et, moi, dans l’unité sinistre de la nuit »20.

  • 21 Claude Schopp, Alexandre Dumas. Le génie de la vie, Paris, Mazarine, 1987, p. 479.
  • 22 Voir la causerie « Un fait personnel », dans laquelle Dumas écrit sur cette affaire : Alexandre Dum (...)

24Pendant toute la période de l’exil de Hugo, les deux hommes entretiennent une correspondance assidue. Lorsque débute la publication du journal de Dumas Le Mousquetaire, Hugo l’en félicite : « Vous nous rendez Voltaire. Suprême consolation pour la France humiliée et muette » (1er janvier 1854). Dumas lui dédie quant à lui sa pièce La Conscience : « Recevez-la comme le témoignage d’une amitié qui a survécu à l’exil et qui survivra, je l’espère, même à la mort. Je crois à l’immortalité de l’âme »21. De même, lorsque l’actrice Augustine Brohan (1824-1893) critique son ami dans Le Figaro, Dumas s’emporte et écrit immédiatement au directeur de la Comédie-Française : « J’ai pour M. Victor Hugo une telle amitié et une telle admiration que je désire que la personne qui l’attaque au fond de son exil ne joue plus dans mes pièces » (5 mars 1857)22. La presse reproduit la lettre, et Hugo de remercier son vieil ami :

  • 23 Lettre de Victor Hugo à Alexandre Dumas du 8 mars 1857, citée dans Dominique Frémy et Claude Schopp (...)

Les grands cœurs sont comme les grands astres. Ils ont besoin de louanges, vous n’avez pas même besoin de remerciements ; mais j’ai besoin de vous dire, moi, que je vous aime tous les jours davantage, non seulement parce que vous êtes un des éblouissements de mon siècle, mais aussi parce que vous êtes une de ses consolations23.

25En 1857, Dumas rendit visite à Hugo à Guernesey, où il passa deux jours. Pendant toute la période qui suit, la correspondance fonctionne entre eux comme un lieu d’échange et d’informations sur les événements politiques et culturels, sur fond d’éloges mutuels réitérés. À l’occasion du succès du drame du Père prodigue d’Alexandre Dumas fils, Hugo rapproche leurs destins pour mieux les opposer, ombre et lumière :

  • 24 Lettre d’Alexandre Dumas à Victor Hugo du 11 décembre 1859, citée dans Claude Schopp, Alexandre Dum (...)

C’est vous, cher Dumas, que je veux féliciter du succès et de tous les succès de votre fils. Quelle admirable et douce chose ! Le père mêlé au rayonnement du fils, le fils mêlé à l’auréole du père.
Oui, vous êtes un père prodigue : vous lui avez tout donné, drame saisissant, passion chaude, dialogue vrai, style étincelant ; et en même temps, miracle tout simple dans l’art, vous avez tout gardé ; vous l’avez fait riche en restant opulent. […]
Vous allez donc partir ! Si j’étais Horace, comme je chanterais au vaisseau de Virgile ! Vous allez au pays de la lumière, à l’Italie, à la Grèce, en Égypte ; vous allez faire le tour de l’eau de saphir ; vous allez voir la mer heureuse – moi, je reste dans la mer sinistre. Mon Océan envie votre Méditerranée. Allez, soyez radieux, soyez grand et revenez24.

26Les malentendus semblent avoir été sublimés. Leurs regards surplombants confèrent une sorte de perpétuité à leur amitié, comme le suggère cette lettre de Dumas :

  • 25 Lettre d’Alexandre Dumas à Victor Hugo du 23 janvier 1865, citée dans Dominique Frémy et Claude Sch (...)

J’ai embrassé d’un coup d’œil trente-cinq ans de notre vie, écoulés sans un trouble dans notre amitié, sans un nuage dans notre cœur. Je me suis reproché d’avoir été deux ou trois ans sans vous écrire et sans vous dire combien je vous aime. Cela m’a tourmenté toute une nuit comme un remords. Et je vous écris sans autre but que de rétablir entre nos deux cœurs ce fil électrique qui ne doit jamais ni se rouler ni se détendre. – Quant à le briser, il n’y a pas de force humaine qui en soit capable25.

  • 26 La lettre « Les funérailles d’Alexandre Dumas » a été publiée dans l’œuvre Actes et Paroles. Depuis (...)

27Lorsque le corps de Dumas, mort deux ans plus tôt à Puys près de Dieppe, est transféré à Villers-Cotterêts, Hugo écrit à Dumas fils une longue lettre, soulignant les qualités de l’œuvre de son père et de sa personnalité, mais il ne se rend pas aux funérailles et ce serait en vain qu’on chercherait le nom du poète dans la liste des amis qui ont commandé un buste en hommage à Dumas26.

  • 27 Il se montrera notamment sévère à l’encontre des Misérables dans sa correspondance avec Dumas fils.

28Telles furent ces longues années d’amitié, ponctuées de brouilles et de réconciliations, ces dernières à l’initiative de Dumas. Il est cependant indéniable que l’on pourrait çà et là relever chez Dumas l’expression plus ou moins larvée d’un certain ressentiment vis-à-vis de la gloire ou même du talent de Hugo27. Retraçant dans ses Mémoires les grandes étapes du romantisme, il commente ainsi la publication en 1827 de Cromwell :

  • 28 Alexandre Dumas, Mes Mémoires, t. I, chap. CXXX, p. 1049.

On discuta peu sur le poème, beaucoup sur la préface, qui contenait toute une poétique nouvelle. En 1829 vinrent Les Orientales et Le Dernier Jour d’un condamné. Enfin, le 10 février 1829 fut joué, comme je l’ai dit, Henri III. La révolution poétique était à peu près faite par Hugo et Lamartine ; mais la révolution dramatique était encore tout entière à faire. Henri III venait franchement, hardiment, heureusement de commencer l’œuvre28.

  • 29 Ibid.

29Bien que Hugo fût considéré comme le chef de file du romantisme, Dumas revendique sa part dans la conquête du théâtre par le répertoire romantique. Il en fut l’initiateur. Cependant la présence de Hugo à la fin de la représentation joua un rôle essentiel : « J’étais bien heureux de mon succès ; mais ce qui surtout me le rendait plus précieux, c’était le droit qu’il m’avait conquis de toucher toutes ces mains-là »29.

  • 30 Ibid., t. I, chap. CXXXI, p. 1051. Étaient également présents Honoré de Balzac, Antony Deschamps, C (...)

30Toutefois, il s’incline sincèrement devant la puissance hugolienne. À propos de la lecture, en présence de « toute la pléiade »30, de Marion Delorme chez Hugo, puis chez Devéria, il s’avoue écrasé par la puissance du style :

  • 31 Ibid.

Je le félicitai [Hugo] bien sincèrement, bien consciencieusement ; je n’avais jamais entendu rien de pareil à ces vers de Marion Delorme : j’étais écrasé sous la magnificence de ce style, moi à qui le style manquait surtout. On m’eût demandé dix ans de ma vie en me promettant qu’en échange j’atteindrais un jour, à cette forme, je n’eusse point hésité, je les eusse donnés à l’instant même31 !

31Vingt-deux ans après, Dumas raconte qu’après avoir relu la pièce, il lui fallut plusieurs jours pour pouvoir recommencer à écrire :

  • 32 Ibid., t. II, chap. CCIX, p. 550-551.

Eh bien, je le dis hautement, il y a une chose dont je suis heureux aujourd’hui comme j’étais alors : c’est qu’en relisant ce beau drame, dont j’achèterais chaque acte, si cela était possible, par une année de ma vie, je n’ai éprouvé pour mon cher Victor qu’une admiration plus grande, qu’une amitié plus vive et pas un atome d’envie32.

Amitié, fraternité, admiration et… consécration

  • 33 Anthony Glinoer, « Sociabilité et temporalité… », p. 560.

32Lorsqu’on se penche sur les modifications qui se sont produites dans les sociabilités littéraires autour des années 1830, on constate que l’amitié y constitue un lien primordial. Ce fut à partir des réseaux d’amitié que se firent les rencontres, que se forma dans les cénacles une fraternité qui apportait son soutien à ses membres et fortifiait le groupe. Passant outre des frontières du cénacle, le groupe des romantiques s’organisa autour d’un idéal commun, qui passait par la lutte contre la tradition classique et le désir de légitimer une nouvelle conception du monde. Dans un premier temps, la stratégie porta pleinement ses fruits : la bataille d’Hernani est devenue, dans l’histoire littéraire, un des jalons essentiels qui ont reconfiguré la littérature. Mais elle eut également des conséquences pour le groupe des romantiques, qui finit par se diviser. Comme le souligne Anthony Glinoer, « [a]vec la massification et l’unification momentanée derrière une bannière unique, le cénacle a atteint et perdu sa raison d’être : il n’accumule plus le capital symbolique, il le transfère à son représentant placé à l’avant-plan »33.

33Cette unification affecta directement Alexandre Dumas. Son entrée dans le cénacle romantique a revêtu pour lui une extrême importance : elle lui a fourni un soutien aussi bien émotionnel – en l’intégrant dans un réseau d’amitié et de fraternité – que professionnel. Cependant, après le succès dans la bataille romantique, suivi d’un inévitable affaiblissement des liens de fraternité – soit que, la victoire acquise, le groupe n’eut plus de raison d’être, soit que des questions d’ego intervinrent, la figure dominatrice de Hugo faisant de l’ombre aux autres –, Dumas perdit cette référence et sa place dans l’histoire du romantisme. Son désir de se voir attribuer la place qui lui est due dans celle-ci est à l’origine de ses Mémoires. En effet, « en pressant de la main gauche la main droite d’un artiste, de la main droite la main gauche d’un prince, [il] devien[t] un des anneaux de la chaîne d’or qui relie le passé à l’avenir », ainsi engagé dans un processus déterminant pour l’histoire littéraire.

Fig. 2 – Lettre inédite d’Alexandre Dumas à Victor Hugo, fin juin 1845

Fig. 2 – Lettre inédite d’Alexandre Dumas à Victor Hugo, fin juin 1845

Autographe : ancienne collection André Maurois. Fac-similé reproduit avec l’aimable autorisation de Thierry Bodin.

À Victor Hugo

[Saint-Germain, fin juin 1845.]

Cher Victor,
Mgr le prince Napoléon vient passer chez moi la journée de lundi. Il serait heureux de vous voir et moi de vous présenter à lui.
Voulez-vous venir soit pour déjeuner, soit pour dîner – soit enfin à telle heure de la journée que vous voudrez. On vous attendra portes, bras et cœurs ouverts.
À vous

Alex Dumas
S[ain]t-Germain. Place des Médicis.

Notes

* Voltaire, Œdipe, acte 1, scène 1, cité dans Alexandre Dumas, Mes Mémoires, Claude Schopp et Dominique Frémy (préf.), Pierre Josserand (éd.), Paris, R. Laffont (Bouquins), 1989, t. I, chap. LXXXVII, p. 659.

1 La relation entre Dumas et Hugo est bien connue des dumasiens. Il semblait cependant nécessaire que cette relation soit évoquée dans cette section du présent ouvrage, destiné au grand public autant qu’aux spécialistes.

2 Alexandre Dumas, Mes Mémoires, Claude Schopp et Dominique Frémy (préf.), Pierre Josserand (éd.), Paris, R. Laffont (Bouquins), 1989, t. I, chap. CXX, p. 945.

3 Anne Martin-Fugier, Les romantiques. Figures de l’artiste, 1820-1848, Paris, Hachette Littératures (La Vie quotidienne), 1998.

4 Alexandre Dumas, Mes Mémoires, t. I, chap. CXVI, p. 912.

5 Anne Martin-Fugier, Les romantiques…, p. 91. Voir aussi Anthony Glinoer, « Sociabilité et temporalité : le cas des cénacles romantiques », Revue d’histoire littéraire de la France, vol. CX, no 3, 2010, p. 548, note 3 : « La première occurrence du terme se trouve sans doute dans une lettre de Sainte-Beuve à Vigny, datant du 14 août 1828 […]. C’est toutefois le poème intitulé “Le Cénacle” dans Vie, Poésies et Pensées de Joseph Delorme (1829) qui rendra le terme célèbre ».

6 Voir ibid., p. 550.

7 Les journaux et les revues ont acquis un rôle fondamental dans la diffusion et la consolidation des idées et poétiques du romantisme, aussi bien que dans la construction et diffusion des nouvelles sociabilités des artistes et du mythe de la « vie d’artiste » et de la « vie littéraire ». Voir Guillaume Pinson, « Imaginaire des sociabilités et culture médiatique au XIXe siècle », Revue d’histoire littéraire de la France, vol. CX, no 3, 2010, p. 619-632.

8 Lettre de Gérard de Nerval à C.-A. Sainte-Beuve d’octobre 1832, in Gérard de Nerval, Œuvres complètes, Jean Guillaume et Claude Pichois (éd.), Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade ; 89), 1989, t. I, p. 1285.

9 Alexandre Dumas, Mes Mémoires, t. I, chap. CXXXIII, p. 1069.

10 Ibid., t. I, chap. CXXXVII, p. 1099.

11 Sur cette notion, qui a suscité une véritable querelle au XIXe siècle, voir Anthony Glinoer, La querelle de la camaraderie littéraire. Les romantiques face à leurs contemporains, Genève, Droz (Histoire des idées et critique littéraire ; 441), 2008.

12 Théophile Gautier, « Théâtre-Français. Reprise de La camaraderie », 13 juillet 1844. Repris dans Id., Histoire de l’art dramatique en France depuis vingt-cinq ans, 3e série, Bruxelles, Hetzel, 1859, p. 231.

13 Frédéric Saulnier, La vie d’un poète. Édouard Turquety, 1807-1867. Étude biographique, Paris – Nantes, J. Gervais – É. Grimaud, 1885, p. 73-75. Cité dans Michel Brix, « Balzac et le cénacle hugolien. Un point d’histoire du romantisme », Romantisme, vol. II, no 172, 2016, p. 100 : « L’illustre Alexandre Dumas, qui n’avait pas encore fait schisme, agitait ses énormes bras avec une exaltation illimitée. Je me rappelle même qu’après la lecture il saisit le poète et, le soulevant avec une force herculéenne : “Nous vous porterons à la gloire”, s’écria-t-il ; […]. On servit des rafraîchissements : je vois encore l’immense Dumas se bourrer de gâteaux et répéter la bouche pleine : “Admirable ! admirable !” ».

14 Anthony Glinoer, « Sociabilité et temporalité… », p. 553.

15 Alexandre Dumas, Mes Mémoires, t. I, chap. CXXXVIII, p. 1113.

16 Alexandre Dumas, Un dîner chez Rossini [en ligne], in Les Mille et Un fantômes, Bruxelles, Méline, Cans et Cie, 1849, 3 vol., disponible sur http://www.dumaspere.com/pages/bibliotheque/chapitre.php?lid=r33&cid=1 [consulté le 12/08/2020].

17 Alexandre Dumas, « Causerie sur Hugo, Hernani et Mademoiselle Mars » [en ligne], Cahiers Alexandre Dumas, no 14, 1985, Victor Hugo, l’ami capital, Claude Schopp (éd.), disponible sur http://www.dumaspere.com/pages/societe/cahiers/14_hugo.html [consulté le 12/08/2020].

18 Alexandre Dumas, « Marion Delorme », Revue des Deux Mondes, nouvelle série, t. III, août 1831, p. 387.

19 Bien que Victor Hugo ait soutenu en tant que député de la Deuxième République la candidature de Louis-Napoléon à la présidence en 1848, il s’éloigna progressivement des idéaux du gouvernement. Avec la création du journal L’Événement (1848-1851), Hugo prend de plus en plus position contre le gouvernement à travers les articles qui y sont publiés et la rupture totale avec Napoléon aura lieu en 1849. Après le coup d’État du 2 décembre 1851, il est persécuté et s’enfuit en exil.

20 Victor Hugo, Les Contemplations, Paris, Garnier (Classiques), 1990, p. 354.

21 Claude Schopp, Alexandre Dumas. Le génie de la vie, Paris, Mazarine, 1987, p. 479.

22 Voir la causerie « Un fait personnel », dans laquelle Dumas écrit sur cette affaire : Alexandre Dumas, Causeries, Michel Arrous (préf.), Paris, Maisonneuve et Larose, 2002, p. 297-315.

23 Lettre de Victor Hugo à Alexandre Dumas du 8 mars 1857, citée dans Dominique Frémy et Claude Schopp, « Quid d’Alexandre Dumas », in Alexandre Dumas, Mes Mémoires, Paris, R. Laffont (Bouquins), t. II, 1989, p. 1317.

24 Lettre d’Alexandre Dumas à Victor Hugo du 11 décembre 1859, citée dans Claude Schopp, Alexandre Dumas…, p. 516.

25 Lettre d’Alexandre Dumas à Victor Hugo du 23 janvier 1865, citée dans Dominique Frémy et Claude Schopp, « Quid d’Alexandre Dumas », p. 1317. Son ami lui cause pourtant encore quelques petits ennuis en 1867, en raison des commentaires faits dans Le Figaro, où il cite Hernani. Hugo écrit à Paul Meurice : « Il faut tout pardonner à Dumas ».

26 La lettre « Les funérailles d’Alexandre Dumas » a été publiée dans l’œuvre Actes et Paroles. Depuis l’exil (Paris, Hetzel, 1876). Voir Claude Schopp, Une amitié capitale. Correspondance Victor Hugo-Alexandre Dumas, Paris, La Bibliothèque (Les Portraits de la Bibliothèque), 2015, p. 213.

27 Il se montrera notamment sévère à l’encontre des Misérables dans sa correspondance avec Dumas fils.

28 Alexandre Dumas, Mes Mémoires, t. I, chap. CXXX, p. 1049.

29 Ibid.

30 Ibid., t. I, chap. CXXXI, p. 1051. Étaient également présents Honoré de Balzac, Antony Deschamps, Charles Magnin, les frères Devéria, Eugène Delacroix, Frédéric Soulié, Alfred de Musset, Prosper Mérimée, Abel-François Villemain, Mme Amable Tastu, Armand et Édouard Bertin…

31 Ibid.

32 Ibid., t. II, chap. CCIX, p. 550-551.

33 Anthony Glinoer, « Sociabilité et temporalité… », p. 560.

Table des illustrations

Titre Fig. 2 – Lettre inédite d’Alexandre Dumas à Victor Hugo, fin juin 1845
Légende Autographe : ancienne collection André Maurois. Fac-similé reproduit avec l’aimable autorisation de Thierry Bodin.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/12127/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 676k

Auteur

Université fédérale de São Paulo

Maria Lúcia Dias Mendès est professeure de littérature française à l’université fédérale de São Paulo depuis 2009. Elle s’intéresse aux rapports entre presse et littérature et entre histoire et littérature au XIXe siècle. Ses recherches portent sur l’œuvre de Dumas, notamment sa réception au Brésil, ainsi que d’autres auteurs tels que le Portugais Camilo Castelo Branco (1825-1890) et le Brésilien Joaquim Manuel de Macedo (1820-1882). Parmi ses publications récentes, on peut signaler : « Romances folhetins sem fronteiras : o caso de Alexandre Dumas » (in Romances em movimento. A circulação transatlântica de impressos (1789-1914), Márcia Abreu [dir.], Campinas, Unicamp, 2016) et No limiar da história e da literatura. As memórias de Alexandre Dumas (São Paulo, Editora Unifesp, 2018).

© Presses universitaires de Caen, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search