Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sécularisation en Irlande

 | 
Paul Brennan

Voies vers la sécularisation

Pratiques et croyances religieuses, valeurs morales

Marguerite Corish-Arnal

Texte intégral

1Résumé : Les Irlandais ont une tradition de pratique religieuse élevée, de forte croyance religieuse et d’une adhésion stricte aux valeurs morales touchant la famille et la sexualité. Dans cet article on étudie l’évolution des pratiques et croyances religieuses et des valeurs morales. Ainsi on mesure le degré de sécularisation de la société irlandaise contemporaine. Bien qu’il n’y ait pas eu une sécularisation radicale, il est clair que l’on accepte de moins en moins l’influence de l’église dans des domaines tels que la contraception et le divorce.

2Abstract : The Irish have a tradition of strong religious beliefs, intense religious practice and strict adherence to moral values particularly concerning the family and sexuality. This chapter which studies the evolution of religious beliefs, practice and moral values, measures the level of secularisation of contemporary Irish society. It can be said that while there has been no radical secularisation, there has been a definite shift away from the acceptance of the influence of the Catholic church in such areas as contraception and divorce.

3Dans cette étude, nous allons nous limiter à la sécularisation envisagée comme processus par lequel la société civile ne prend plus comme système de référence systématique la religion de la majorité, l’Église catholique irlandaise. Afin de mesurer l’étendue de ce processus, nous examinerons les pratiques et les croyances religieuses d’une part, les valeurs morales d’autre part. Ces indicateurs ont été choisis parce que la société irlandaise étant traditionnellement une société religieuse, l’évolution de ces indicateurs au cours d’une période donnée – les années 1973-1995 – devrait nous permettre de dégager des tendances sur l’attachement de la population irlandaise à un système de valeurs qui est celui de l’Église dominante. L’étude des pratiques et des croyances religieuses dans ce contexte de test de la théorie de la sécularisation va de soi. Par contre, le choix de l’étude des valeurs morales, limitées ici aux valeurs concernant la famille et la sexualité, demande quelques précisions. L’Église catholique irlandaise s’était, surtout depuis la création de l’État libre d’Irlande en 1922, érigée en conscience de la nation, particulièrement en matière de morale sexuelle et familiale. Donc, si nous parvenons à enregistrer un changement régulier et significatif dans l’attitude des Irlandais à propos de questions touchant ces domaines, nous pourrons considérer qu’un processus de sécularisation est enclenché en République d’Irlande. Nous nous reporterons à quelques événements sociopolitiques qui ont particulièrement démontré l’indépendance des mentalités individuelles par rapport à des questions d’ordre moral, traditionnellement traitées dans le cadre des valeurs de l’Église.

  • 1 Tim Lynch, « Secularization in Ireland », The Furrow, Maynooth, vol. 36, n° 8, août 1985, p. 506 : (...)

Madame O’Brien ressemble à la plupart des mères irlandaises d’âge mûr : lorsqu’elle monte dans une voiture, elle fait le signe de la croix mais elle refuse de mettre sa ceinture de sécurité. Sa fille Mary fait exactement le contraire1.

4Nous examinerons donc les effets de quatre variables qui peuvent être considérées comme des indicateurs du processus de modernisation : l’âge, le sexe, le niveau d’études et/ou l’emploi, le lieu de résidence. La théorie de la sécularisation nous conduit à penser que les couches de la population plus jeunes, qui ont subi les influences du monde moderne, celle de la télévision en particulier, sont moins disposées à prendre comme référence de valeurs et de conduite les normes religieuses qui avaient modelé la vie de leurs aînés. De la même façon, on pourrait s’attendre à ce que les femmes, qui s’intègrent de plus en plus dans l’économie de marché, voient leurs croyances et leurs valeurs se modifier et se rapprocher de celles de leurs partenaires masculins. Ceux qui poursuivent des études longues et qui sont donc plus exposés à des explications rationnelles du monde semblent eux aussi prêts à s’écarter des attitudes et des valeurs traditionnelles. Enfin, ceux qui ont quitté un environnement rural pour rejoindre les zones urbaines où se trouvent les centres industriels ne sont plus soumis aux influences conservatrices des communautés rurales et se trouvent libres de penser individuellement dans un contexte plus anonyme.

Appartenance religieuse, pratiques et croyances

5L’appartenance à l’Église catholique reste grande en République d’Irlande. L’étude des recensements de la population le montre bien, même si on enregistre une légère baisse depuis 1961, date à laquelle l’Église catholique irlandaise était encore à son apogée (tableau 1).

Tableau 1 - Taux d’appartenance religieuse (1961-1991)

Tableau 1 - Taux d’appartenance religieuse (1961-1991)

6Il ressort de ce tableau que la catégorie Autres, non spécifié et sans religion a augmenté depuis le début des années soixante où cette catégorie était pratiquement inexistante. Ceci peut s’expliquer parce que, d’une part, un certain pourcentage de la population s’est éloigné de la religion et parce que, d’autre part, dans les années quatre-vingt-dix, les Irlandais osent dire ouvertement quelles sont ou non leurs affiliations religieuses. Il convient de noter, par ailleurs, la diminution de la population protestante en République d’Irlande. Ceci peut s’expliquer en partie par le nombre grandissant de mariages mixtes ; certains partenaires protestants se convertissent au catholicisme, mais l’élément qui a surtout influencé la diminution de la population protestante fut l’obligation imposée par l’Église catholique d’élever les enfants issus de mariages mixtes dans la foi catholique.

7Les chiffres les plus récents d’appartenance religieuse ont été rassemblés par l’institut Lansdowne Market Research en 1994. 91 % des personnes interrogées ont déclaré appartenir à la religion catholique, ce qui est semblable au pourcentage de 1991. Par contre, 5 % des personnes interrogées ont déclaré n’avoir aucune affiliation religieuse, ce qui traduit une légère augmentation par rapport au chiffre de 1991 qui était de 5,4 % et comprenait également les catégories autres et non spécifié.

8Le pourcentage de personnes appartenant à la religion catholique était moins élevé à Dublin (87 %) que dans le reste de la province de Leinster (91 %), et que dans les provinces de Munster (97 %) et de Connacht/Ulster (90 %). Cette statistique est intéressante dans la mesure où elle confirme la thèse de la sécularisation : industrialisation et urbanisation conduisent à une perte des valeurs religieuses.

9Le trait dominant de la religion en République d’Irlande est sans aucun doute la pratique religieuse, c’est-à-dire l’observance du rituel. Les catholiques irlandais se distinguent du reste des catholiques européens par leur attachement à la pratique de la règle religieuse, comme le remarquait John Whyte en 1980 :

  • 2 John Whyte, Church and State in Modem Ireland 1923-1979, Dublin, Gill and Macmillan, 1980, p. 4 : (...)

l’Irlande est exceptionnelle en ce qu’elle possède une grande majorité, non seulement de catholiques, mais de catholiques engagés et pratiquants2.

10Néanmoins, les études statistiques faites à partir de 1973 enregistrent une diminution de cette pratique. Nous prendrons ici trois critères de référence : l’assiduité à la messe, la communion et la confession.

  • 3 A Survey of Religious Practice, Attitudes and Beliefs in Republic of Ireland 1973-1974, Maynooth, (...)
  • 4 Ibid., cité par Peter Connolly, « The Church in Ireland since Vatican II », The Furrow, Maynooth, (...)

11L’étude en quatre volumes prescrite par les évêques irlandais en 1973-1974 sur la pratique, les attitudes et les croyances religieuses3 indiquait pour la première fois qu’une minorité significative n’allait plus à la messe chaque semaine et avait abandonné la pratique des sacrements annuels : ceci concernait 25 % des célibataires hommes et femmes de 18 à 30 ans et 30 % des célibataires hommes et femmes de 21 à25 ans4.

  • 5 Ann Breslin et John Weafer, Religious Beliefs, Practice and Moral Attitudes, A Comparison of Two I (...)
  • 6 Michael Mac Gréil, Report of a Survey of Religious Attitudes and Practice and Related Issues in th (...)

12Dans un rapport qui compare deux enquêtes similaires sur les croyances religieuses, la pratique religieuse et les attitudes morales, faites à dix ans d’intervalle, l’une en 1974 et l’autre en 1984, Ann Breslin et John Weafer enregistrent aussi une baisse de l’assiduité à la messe. En 1984, l’assiduité était de 86,9 % alors que dix ans plus tôt, le chiffre était de 90,9 %. Il y a donc eu une baisse de quatre points de l’assiduité à la messe depuis 1974. Les deux enquêtes montrent que, proportionnellement, plus de femmes que d’hommes vont à la messe chaque semaine, mais l’étude de 1984 traduit une baisse de l’assiduité à la messe chez les hommes et chez les femmes. Les pourcentages de 1984 étaient de 90 % chez les femmes et de 84 % chez les hommes ; en 1974, les pourcentages correspondants étaient de 93 % chez les femmes et de 88 % chez les hommes. L’assiduité a baissé chez les gens de moins de 50 ans, les gens mariés ont une assiduité hebdomadaire plus élevée que les célibataires et les zones les plus urbanisées correspondent aux zones où l’assiduité est la plus faible5. Des données plus récentes, réunies par Michael MacGréil dans son rapport Pratiques et Attitudes religieuses en République d’Irlande en 1988-1989, donnent un pourcentage d’assiduité hebdomadaire de 82 % dans le cas des catholiques, soit une baisse de 9 % sur une période de quinze ans. Les plus assidus sont ceux qui ont plus de 50 ans, ceux qui ont été élevés dans des communautés rurales et ceux qui résident dans les régions de Munster et Connacht/Ulster. Les moins assidus sont ceux qui appartiennent à la tranche d’âge 21-35 ans, ceux qui ont été élevés dans des conurbations et ceux qui résident à Dublin6.

13Ces tendances sont confirmées par trois enquêtes plus récentes : celle de 1990 sur les valeurs européennes, celle de 1994 par l’institut Lansdowne Market Research et celle de 1995 par Irish Marketing Surveys. L’enquête sur les valeurs européennes confirme que, dans les années quatre-vingt, l’assiduité à la messe a baissé dans toutes les tranches d’âge, hormis la plus âgée, celle qui regroupe les gens de plus de 71 ans. Les chiffres indiquent des changements majeurs chez les Irlandais nés depuis le milieu des années cinquante. D’autre part, l’examen des trois autres variables (sexe, niveau d’études/emploi, lieu de résidence) atteste d’une évolution générale vers un mouvement de sécularisation lié à des changements socio-économiques : l’assiduité à la messe des femmes rejoint celle des hommes lorsqu’elles occupent une place sur le marché du travail, la différence entre l’assiduité des femmes qui travaillent (78 %) et celles qui ne travaillent pas est significative (93 %). Quant aux chômeurs, les femmes comme les hommes sont beaucoup moins assidus : seulement 61 % des femmes au chômage vont à la messe chaque semaine et 52 % des hommes. Les variables correspondant au sexe et à l’emploi sont donc déterminantes dans l’étude de l’assiduité à la messe.

14Il en est de même pour la variable correspondant au lieu de résidence : l’assiduité chez les hommes selon qu’ils appartiennent à une zone urbaine ou à une zone rurale varie de 65 à 87 % et chez les femmes de 80 à 91 %, comme le montre le tableau 2.

  • 7 Christopher Whelan (ed.), Values and Social Change in Ireland, Dublin. Gill and Macmillan, 1994, p (...)

Tableau 2 - Taux d’assiduité hebdomadaire à la messe, par sexe, emploi et lieu de résidence (1990)7

Tableau 2 - Taux d’assiduité hebdomadaire à la messe, par sexe, emploi et lieu de résidence (1990)7
  • 8 Omnibus questionnaire, Lansdowne Market Research, mars 1994.

15Si l’on se réfère aux deux enquêtes les plus récentes, les chiffres et les réflexions sont les suivants. En 1994, l’assiduité à la messe est liée de façon significative à l’âge des personnes interrogées : 93 % des catholiques âgés de plus de 65 ans vont à la messe au moins une fois par semaine ; cette proportion baisse ensuite régulièrement avec l’âge : 87 % pour la tranche d’âge entre 50 et 64 ans, 78 % pour la tranche d’âge de 35 à 49 ans, 68 % pour la tranche de 25 à 34 ans, 65 % pour ceux qui sont âgés de moins de 25 ans. L’enquête de 1995 confirme les tendances à la baisse, tout particulièrement à propos des jeunes de moins de 25 ans : l’assiduité est de 90 % pour les personnes de plus de 65 ans, 66 % pour celles de 35 à 49 ans et 42 % pour celles de 18 à 24 ans. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : ils marquent incontestablement un éloignement de la pratique religieuse chez les éléments les plus jeunes de la population adulte. En 1994, le pourcentage d’hommes allant à la messe au moins une fois par semaine est moins élevé (72 %) que celui de femmes (81 %). Inversement, le pourcentage d’hommes qui ne vont jamais à la messe est plus élevé (7 %) que celui de femmes (4 %). En ce qui concerne les classes sociales, l’assiduité ne varie pas de façon significative selon les classes, à l’exception des agriculteurs : 93 % d’entre eux vont à la messe au moins une fois par semaine. Quant à la division monde rural/monde urbain, elle est claire : la proportion de gens de Dublin qui vont à la messe au moins une fois par semaine est de 60 %, c’est-à-dire qu’elle est moins élevée que celle du reste de la province de Leinster (78 %) et des provinces de Munster (83 %) et Connacht/Ulster (92 %). De même, la proportion de gens interrogés qui ne vont jamais à la messe est plus forte à Dublin (11 %) que dans le reste du Leinster (5 %), du Munster (3 %) et du Connacht/Ulster (1 %)8.

Tableau 3 - Taux d’assiduité à la messe (1974-1995)

Tableau 3 - Taux d’assiduité à la messe (1974-1995)

16Le tableau 3 résume l’évolution de l’assiduité hebdomadaire à la messe sur une période de vingt-deux ans, en fonction des diverses enquêtes et études faites sur la question.

17Ce tableau nous montre non seulement une baisse d’assiduité à la messe sur l’ensemble de la période, mais surtout une baisse très nette à partir des années quatre-vingt-dix. Jusqu’en 1990, les taux d’assiduité à la messe ont été relativement stables et élevés : plus de 80 %. De 1973-1974 à 1988-1989, c’est-à-dire en quinze ans, le déclin du taux d’assiduité a été de 9 %. Par contre, ce déclin est passé à 14 % de 1992 à 1995 ; puis, au cours des dix-neuf mois qui ont séparé les deux enquêtes les plus récentes, il a été de 13 %.

18L’étude de la fréquence d’assiduité à la messe (tableau 4) nous permet de préciser les tendances qui se dessinent dans les années quatre-vingt-dix.

Tableau 4 - Taux de fréquence d’assiduité à la messe (1974-1995)

Tableau 4 - Taux de fréquence d’assiduité à la messe (1974-1995)

19Il ressort de ce tableau deux éléments particulièrement intéressants pour notre analyse :

  • d’une part, la proportion d’Irlandais n’allant jamais à la messe, très faible et stable jusqu’en 1992, a augmenté en 1994, augmentation qui a été confirmée en 1995. Elle est passée à 8 %, chiffre inférieur à la proportion de ressortissants européens qui ne participent jamais à des services religieux et qui s’élève à 13 %. Néanmoins, le chiffre irlandais se rapproche de la moyenne européenne, ce qui indique une certaine convergence des pratiques irlandaises avec celles des autres partenaires européens. La spécificité de l’Irlande en matière de pratique religieuse s’estompe.
  • d’autre part, la tendance qui se dessine également est celle d’une assiduité plus irrégulière ; si l’on cumule les catégories au moins une fois par mois et moins d’une fois par mois, c’est-à-dire moins d’une fois par semaine (soit le minimum exigé par l’Église catholique), on obtient la tendance suivante : 1974 (6 %), 1984 (10 %), 1992 (18 %), 1994 (18 %), 1995 (28 %). La proportion d’Irlandais allant à la messe de façon irrégulière a augmenté de façon significative au cours des dix-neuf mois qui séparent les deux enquêtes les plus récentes. Si nous ajoutons la proportion d’Irlandais n’allant jamais à la messe, nous obtenons une proportion de 36 % d’Irlandais qui ne vont jamais à la messe ou qui y vont de façon irrégulière, soit plus du tiers de l’ensemble de la population.

20Il est nécessaire, au cours de l’étude des changements de la pratique religieuse, de prendre en compte les pratiques de la communion hebdomadaire et de la confession mensuelle, dans la mesure où ces pratiques sacramentelles sont considérées comme la norme fixée par l’Église catholique. Le tableau 5 résume les taux de pratique religieuse au cours de la période 1974-1995.

  • 9 Michael Mac Gréil, op. cit., p. 20.

Tableau 5 - Taux de pratique religieuse (1974-1995)9

Tableau 5 - Taux de pratique religieuse (1974-1995)9

21Au vu des résultats de ce tableau, il convient de faire les remarques suivantes :

  • Les chiffres de 1974 révèlent un grand écart entre l’assiduité à la messe (91 %) et la communion hebdomadaire (28 %) ; quant aux hommes, seulement 14 % d’entre eux recevaient la communion hebdomadairement. Néanmoins, la pratique de la communion hebdomadaire a sensiblement augmenté de 1974 à 1989 (+15 %), ce qui indique un changement au cours de ces années-là dans le degré de participation de ceux qui vont à la messe ; cette augmentation est plus forte que la baisse d’assiduité hebdomadaire à la messe au cours de la même période (9 %). Il y a eu alors une fragmentation de la masse monolithique des catholiques irlandais entre ceux qui, d’une part, ont abandonné la pratique de l’assiduité à la messe hebdomadaire et ceux, d’autre part, qui ont pratiqué leur religion avec un degré supérieur d’engagement. L’enquête de 1995 enregistre cependant une baisse du taux de communion hebdomadaire : il est passé à 39 %. Cette baisse est très révélatrice dans la mesure où elle indique un abandon de la pratique religieuse parmi ceux qui étaient les plus « engagés ». L’étude comparative de la pratique religieuse faite par Ann Breslin et John Weafer au cours de la période 1974-1984 ainsi que l’étude de Michael MacGréil de 1988-1989 révèlent que les indicateurs correspondant au sexe, à l’âge, au niveau d’éducation et à l’emploi, au lieu d’éducation et de résidence, sont sensiblement les mêmes dans le cas de la communion que dans le cas de l’assiduité à la messe.
  • La confession est la pratique qui, chez les catholiques irlandais, a le plus souffert au cours de la période 1974-1989 : environ 11 % des catholiques affirment avoir abandonné cette pratique et seulement 56 % vont se confesser plusieurs fois par an. La pratique de la confession mensuelle est passée de 47 % en 1974 à 18 % en 1989. En 1995, elle a encore baissé et n’atteint plus que 14 %. Ceux qui résident à Dublin, ceux qui ont fait des études supérieures et ceux qui sont dans la tranche d’âge 21-35 ans ont le taux de participation le plus faible10.
  • C’est donc à partir des années quatre-vingt-dix que les baisses les plus significatives de pratique religieuse ont été enregistrées.
  • 11 Maire Nic Ghiolla Phadraig, « Religious Practice and Secularisation », in Patrick Clancy, Sheelagh (...)
  • 12 Ann Breslin et John Weafer, op. cit., p. 18.

22A l’inverse de la plupart des pays, les taux de croyance en République d’Irlande sont moins élevés que les taux de pratique religieuse : en 1973-1974, 59 % des personnes interrogées acceptaient entièrement les neufs points mentionnés dans un tableau sur l’orthodoxie de la religion11, alors que par exemple le taux d’assiduité à la messe était de 91 %. En 1984, une baisse a été enregistrée dans la plupart des aspects de la croyance par rapport à 197412 : le taux de personnes acceptant les neuf points sur l’orthodoxie de la religion était de 46 %, alors que l’assiduité à la messe était de 87 %. En fait, c’est le pourcentage des « croyants convaincus » des divers enseignements de l’Église qui a diminué ; le pourcentage des « non croyants » n’ayant pas augmenté proportionnellement. C’est la proportion de ceux qui émettent des doutes ou témoignent d’incertitude qui s’est étendue considérablement. Lorsqu’on prend en compte les mêmes variables que pour l’assiduité à la messe, les tendances qui se dessinent sont similaires : les croyances religieuses sont moins fortes chez les hommes que chez les femmes, chez les célibataires que chez les gens mariés ou veufs, dans les couches de la population qui sont jeunes, urbanisées et dont le niveau d’études est élevé.

  • 13 Christopher Whelan, op. cit., p. 32.

23Néanmoins, l’enquête sur les valeurs européennes de 1990 révèle que les catholiques irlandais continuent à faire preuve d’une croyance plus forte que le reste des catholiques européens en ce qui concerne les valeurs religieuses traditionnelles : ils croient deux fois plus au diable, à l’enfer et au paradis et ils croient beaucoup plus en Dieu, en la résurrection et au péché13.

  • 14 Ibid., p. 34.

24Par contre, la façon dont les Irlandais envisagent la nature de Dieu a changé de façon significative : de 1981 à 1990, la proportion de personnes interrogées qui croit en un Dieu personnel a baissé de 77 à 67 %, alors que la proportion de ceux qui croient en un Dieu proche « d’une sorte d’esprit ou de force de vie » a augmenté de 15 à 24 %. L’âge des personnes interrogées est une variable significative : chez les personnes âgées de plus de 63 ans, huit personnes sur dix croient en un Dieu personnel, alors que chez les personnes âgées de 18 à 26 ans, moins de six personnes sur dix partagent cette croyance14.

25D’autre part, sur les rapports entre religion et vie privée des individus, les catholiques irlandais se prononcent pour une différenciation de plus en plus grande entre ces deux domaines. Une étude faite en juillet 1995 par Eurostat, qui compare deux études faites à neuf ans d’intervalle par le même organisme sur l’importance de Dieu dans la vie des personnes interrogées, le montre bien (tableau 6).

  • 15 Standard Eurobarometer, 42, Eurostat, Basic Statistics of the European Union, Luxembourg : Office (...)

Tableau 6 - Importance de Dieu dans la vie (1985-1994)15 (pourcentages)

Tableau 6 - Importance de Dieu dans la vie (1985-1994)15 (pourcentages)
  • 16 Cf. infra, p. 145 sq.

26L’Irlande est le pays de la Communauté européenne où la variation au cours de la période considérée a été de loin la plus grande : l’importance de Dieu dans la vie des Irlandais a baissé de 23 points entre 1985 et 1994. Nous verrons plus loin16 que les Irlandais font de plus en plus une distinction entre leur appartenance religieuse et leur adhésion à l’enseignement traditionnel de la religion sur des questions d’ordre moral touchant la vie privée.

  • 17 Ibid., p. 76.

27L’étude déjà mentionnée faite par Eurostat en juillet 1995 confirme la démarcation chez les Irlandais entre appartenance religieuse et degré de religiosité : alors que 91 % des Irlandais déclarent appartenir à une religion, seulement 71 % d’entre eux se disent « religieux »17.

  • 18 Peter Connolly, « The Church in Ireland since Vatican II », The Furrow, Maynooth, vol. 30, n° 12, (...)

28L’Irlande diffère de beaucoup d’autres pays en ce sens qu’il y paraît plus difficile de ne pas pratiquer que de ne pas croire. La foi irlandaise est donc extrêmement vulnérable dans une société en rapide évolution. Dans un article paru en 1979, Peter Connolly fait référence à une étude de 1969 sur des étudiants dublinois qui révèle un écart significatif entre un style de vie et des convictions profondes : 58 % des étudiants interrogés manifestaient une conscience des valeurs religieuses, c’est-à-dire qu’ils étaient capables de les identifier et de les formuler, mais seulement 38 % d’entre eux ressentaient un engagement personnel pour mettre ces valeurs en pratique dans leur vie ; de plus, 74 % d’entre eux voyaient dans l’Église une autorité morale ou un agent de discipline mais seulement 26 % la considéraient comme une source de vérité religieuse ou comme une source de contenu doctrinal de la croyance et de la foi18.

29La société irlandaise voit la coexistence de taux élevés de piété et de pratique religieuse associés à une grande ignorance morale et théologique. Dans son étude en quatre volumes sur la pratique, les attitudes et les croyances religieuses en 1973-1974, Maire Nie Ghiolla Phadraig souligne que de nombreux secteurs de population risquent de devenir des croyants nominaux.

  • 19 Michael Paul Gallagher, « What Hope for Irish Faith ? » The Furrow, Maynooth, vol. 29, n° 10, octo (...)

30Il existe en Irlande une soif spirituelle qui n’est pas satisfaite par une initiation adéquate à la prière, à l’Église ou à l’école. Il serait plus juste de parler de désenchantement vis-à-vis de l’Église que d’incrédulité. Selon Michael Paul Gallagher19, ce désenchantement prend trois formes : celle de l’apathie qui correspond à une soif spirituelle non satisfaite, celle de l’aliénation qui se traduit par la distance et qui touche surtout les individus les plus instruits et enfin celle d’un ressentiment causé, d’une part, par le refus d’ordre sociopolitique d’une religion de forme et d’obligation et, d’autre part, par le manque de crédibilité entre le contenu des Évangiles et le style de vie du clergé. Il y a perte de confiance en l’Église irlandaise parce qu’elle est accusée de prêcher la justice en paroles mais qu’elle ne prend pas de mesures pour affronter ou changer les maux sociaux.

31Le schéma qui se dessine d’après les tendances précédemment esquissées est celui d’une inflexion de la pratique et de la croyance religieuses. Elle s’accompagne d’une baisse des vocations.

  • 20 Tom Inglis, « Sacred and Secular in Catholic Ireland », Studies, Dublin, vol. 74, n° 293, printemp (...)
  • 21 Ann Breslin et John Weafer, Irish Catholic Clergy and Religious 1970-1981, Maynooth, Council for R (...)
  • 22 Ann Hanley, Trends in Irish Church Personnel 1990-1994, Maynooth, Council for Research and Develop (...)

32Les changements qui ont secoué la société irlandaise dans les années soixante ont entraîné un déclin des vocations qui jusque-là avaient représenté un des pourcentages par habitant les plus élevés du monde. En 1966, il y avait en Irlande 1 409 vocations, toutes formes de vocations confondues ; en 1978, le nombre des vocations était de 56020. Dans une étude comparative sur le clergé catholique irlandais en 1970 et en 1981, John Weafer fait la comparaison suivante : la population catholique irlandaise a augmenté de 15 % depuis 1970 alors que le nombre des prêtres en exercice a baissé de 6,5 %21. L’étude faite par Ann Hanley en 1995 confirme une baisse considérable du nombre des prêtres et des religieux divers : une comparaison du nombre de tous les prêtres et religieux en 1994 avec celui des années 1990 et 1985 révèle une baisse de 7 % en cinq ans et de 15 % en dix ans22.

33La conséquence qui en découle est non seulement l’augmentation de l’âge moyen des religieux, qui accentue le conflit des générations, mais aussi la diminution du niveau d’instruction des prêtres car, pour parer au manque de vocations, les séminaires ont été amenés à prendre des candidats dont les aptitudes scolaires étaient moins élevées que par le passé. D’autre part, une baisse significative du personnel religieux ne va pas sans des conséquences directes sur la structure même de la société irlandaise, dans la mesure où le clergé a traditionnellement joué un rôle prépondérant dans les domaines de l’enseignement et de la santé en particulier.

Valeurs morales

34L’étude de l’adhésion à un code de valeurs morales permet non seulement d’indiquer le degré de sécularisation des individus mais d’évaluer leurs attitudes sociopolitiques. A partir des années quatre-vingt en particulier, des questions d’ordre moral se sont posées à la société irlandaise ; nous allons étudier ses réactions.

  • 23 Ann Breslin et John Weafer, Religious Beliefs, Practice and Moral Attitudes 1974-1984, p. 103-104.

35Dans leur rapport comparatif, Ann Breslin et John Weafer ont constaté que, sur la question de la moralité ou de l’immoralité de certains comportements, les réponses en faveur de toujours mal en 1974 avaient évolué vers la catégorie ça dépend des circonstances en 1984. Les raisons invoquées pour justifier la condamnation de certains comportements variaient entre c’est mal et c’est contre la loi divine, raisons légalistes plutôt que spirituelles23.

36Nous ne nous référons ici qu’à la famille et à la morale sexuelle dans la mesure où ce sont les deux domaines qui ont donné lieu à des interrogations socio-politiques dans les dix dernières années ; pour être plus précis, nous traiterons ici la question de la limitation des naissances et du divorce, mais pas de celle de l’homosexualité et de la libéralisation de sa législation.

  • 24 En 1973, Mary McGee, une Irlandaise qui avait quatre enfants et dont l’état de santé ne permettait (...)
  • 25 A Survey of Religious Practice, Attitudes and Beliefs in Republic of Ireland 1973-1974, p. 52.
  • 26 Ibid., p. 57.
  • 27 Ann Breslin et John Weafer, Religious Beliefs, Practice and Moral Attitudes 1974-1984, p. 96.

37La question de la contraception fut une question récurrente en République d’Irlande dans les années soixante-dix et, avec la prise de conscience des dangers de l’épidémie de SIDA dans les années quatre-vingt, elle occupa à nouveau une place non négligeable dans le débat politique. En 1974, l’affaire McGee24 a conduit à une révision de la loi de 1935 qui interdisait l’importation et la vente de contraceptifs ; cette loi fut alors déclarée anticonstitutionnelle. Les lois sur la contraception de 1979, 1985, 1992 et 1993 ont montré une ouverture croissante : la dernière loi en vigueur autorise la vente de préservatifs sans limite d’âge et la mise en place de distributeurs automatiques de préservatifs. L’enquête sur les valeurs morales menée en 1973-1974 montrait qu’à cette date, seulement 33 % des catholiques de la République d’Irlande25 adhéraient à l’interprétation formelle de l’encyclique Humanae Vitae (1968) – c’est-à-dire qu’ils considéraient le recours à la contraception artificielle comme toujours mal –, alors que ce texte a été considéré par tous les évêques sans exception comme un enseignement catholique « officiel » sur la question de régulation des naissances. La même enquête révélait que, dans la tranche d’âge des 18-30 ans, seulement une personne sur sept considérait que le recours à la contraception était toujours mal26. Dans l’étude faite dix ans plus tard, le pourcentage de personnes interrogées qui considéraient que le recours à la contraception était toujours mal avait baissé et n’était plus que de 14,5 %27.

38On pourrait dire que le problème de la contraception en République d’Irlande est aujourd’hui réglé ; la loi a été libéralisée et la question ne donne plus lieu à des débats à l’échelle nationale. Dans l’étude sur les valeurs et les changements sociaux en Irlande parue en 1994, elle n’est même pas abordée.

39Dans le domaine de la morale sexuelle, le problème de l’avortement n’est pas encore totalement réglé, bien qu’il ait fait l’objet d’un assouplissement de la loi en 1992. Alors que de nombreux pays occidentaux ont vu la libéralisation de l’avortement à la fin des années soixante ou dans les années soixante-dix (la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Hollande, certains états des États-Unis), la question s’est posée en République d’Irlande au début des années 1980. Le tableau 7 donne une idée de l’évolution des attitudes des Irlandais à ce sujet au cours de la période 1974-1984 ; il faut bien entendu se souvenir que les événements de 1992 ont changé la situation de façon significative.

  • 28 Ibid., tableau 37, p. 97.

Tableau 7 - Opinions concernant l’avortement (1984-1974)28 (pourcentages)

Tableau 7 - Opinions concernant l’avortement (1984-1974)28 (pourcentages)

40Les changements les plus perceptibles depuis 1974 sont la diminution des pourcentages correspondant à l’opinion toujours mal qui sont passés de 74 % en 1974 à 68 % en 1984 et l’augmentation des pourcentages qui tolèrent des exceptions dans certaines circonstances : de 23 % en 1974 à 30 % en 1984. En 1974, les raisons invoquées se référaient soit au danger éventuel de la grossesse pour la santé de la mère soit à son isolement social et affectif. En 1984, les risques encourus par la mère sont toujours évoqués, mais les deux autres raisons envisagées sont les cas de viol ou d’inceste et le droit d’autodétermination de l’individu. L’enquête sur les valeurs européennes faite en 1994 confirme cette tendance vers l’acceptation de l’avortement dans certaines circonstances. Le tableau 8 montre que, dans le cas où la grossesse présente un risque pour la mère, un nombre grandissant d’Irlandais est prêt à tolérer un avortement.

  • 29 Christopher Whelan, op. cit., p. 71.

Tableau 8 - Pourcentages des personnes interrogées favorables à l’avortement dans le cas où la grossesse présente un danger pour la mère (1981-1990)29

Tableau 8 - Pourcentages des personnes interrogées favorables à l’avortement dans le cas où la grossesse présente un danger pour la mère (1981-1990)29

41Cette étude qui détaille l’âge des personnes interrogées montre que les tranches d’âge les plus jeunes (en particulier les moins de 35 ans, qui sont favorables à 80 % en 1990) acceptent beaucoup plus volontiers que les autres le recours à l’avortement dans le cas où la grossesse présente un danger pour la mère. Néanmoins, il faut noter que dans toutes les tranches d’âge, hormis celle des plus de 63 ans, le pourcentage des gens favorables dépasse 50 % en 1990. L’évolution de l’attitude au cours des neuf années considérées est énorme : au total, l’écart est de vingt points. La moyenne européenne nous rappelle cependant que les Irlandais restent beaucoup plus conservateurs que leurs partenaires européens à propos de l’interruption de grossesse ; même dans le cas où la grossesse présente un danger pour la mère, le cas où la majorité des Irlandais se montrent favorables à l’avortement, deux Irlandais sur trois sont favorables par rapport à neuf européens sur dix.

42Ces évolutions correspondent bien aux événements socio-politiques des dix dernières années sur la question. En 1983, le référendum sur l’avortement a permis de constater, sur le terrain politique, qu’une partie de la population se démarquait nettement de la position traditionnelle de l’Église catholique et affichait des idées libérales. Il s’agissait en fait pour le peuple irlandais de se prononcer en faveur ou non d’un amendement à la Constitution :

  • 30 The State acknowledges the right to life of the unborn and, with due regard to the equal right to (...)

l’État reconnaît le droit à la vie de l’enfant en gestation et, tout en reconnaissant le droit égal de la mère à la vie, se porte garant dans ses lois de protéger, et autant qu’il est possible, par ses lois, de défendre et de faire valoir ce droit30.

43Ce projet d’amendement n’était pas de facto à propos de l’avortement. Celui-ci était déjà illégal mais ce n’était pas stipulé explicitement dans la Constitution. Il paraît important de souligner ici que cet amendement a été l’initiative de groupes laïcs extrémistes ; ils ne sont pas soutenus en tant que tel par les évêques mais ils affirment défendre et tenter de sauvegarder les valeurs morales prônées par l’Église catholique. Au cours des campagnes précédant les quatre référendums sur l’avortement et le divorce, ces groupes ont organisé des vigiles, des manifestations de rues où les participants affichaient des objets et des slogans religieux.

44Ce qui nous intéresse pour l’instant, c’est la minorité correspondant à 30 % de la population qui a voté contre cet amendement. En 1980, la naissance d’un mouvement Le droit de choisir pour les femmes, qui revendiquait l’avortement comme un droit pour la femme, a révélé l’existence d’une forte opposition à l’opinion traditionnelle sur la question. Si ce mouvement était restreint et relativement peu suivi, les résultats du référendum ont néanmoins confirmé une évolution vers une pensée plus libérale. D’une part, seulement 55 % de l’électorat a voté malgré l’appel des évêques catholiques pour un vote oui massif ; d’autre part, il y eut un clivage contrasté entre les votes dublinois et les votes provinciaux. Les pourcentages les plus faibles d’approbation de l’amendement ont été enregistrés à Dublin ; cette constatation semblait représenter une perte de terrain pour la pensée traditionnelle, si l’on suppose que la région de Dublin s’accroisse en rapport au reste du pays et que les attitudes au plan national finissent par suivre les attitudes de la capitale.

45Cette minorité qui représente un peu moins du tiers de la population a montré que le système de valeurs traditionnelles avait éclaté, même si le fort pourcentage en faveur de l’amendement montrait un attachement encore vif à la morale prêchée par l’Église catholique. Le résultat le plus important du référendum a été l’implication pour le clergé ; l’avortement a été la seule question autour de laquelle les catholiques irlandais se sont trouvés en accord. Dans les années soixante, l’Église avait dû faire face à des changements sociaux, contrecoup du concile de Vatican II ; dans les années soixante-dix, elle avait dû prendre en compte les changements dans la morale sexuelle.

46Les événements concernant un cas d’avortement sont venus confirmer combien la population irlandaise et même le gouvernement s’éloignaient de la position catholique traditionnelle sur la question. Le 26 février 1992, après trois jours de débat à huis clos, la Cour suprême irlandaise a autorisé une jeune fille de 14 ans – dite X – à subir un avorte ment en Grande-Bretagne. Cet événement a été l’occasion pour les Irlandais d’exprimer leur opinion lors de manifestations de rues en particulier, et l’évolution constatée lors des études de 1984 a été confirmée : en 1992, une majorité d’Irlandais (68 %, d’après les sondages d’opinion parus dans les journaux de l’époque) sont favorables à l’avortement dans certaines circonstances. Le même événement a été l’occasion de constater que le gouvernement, loin de soutenir la morale traditionnelle, s’est rangé du côté de l’opinion publique. Au début du mois d’avril 1992, le Premier ministre Albert Reynolds a destitué Rory O’Hanlon, juge à la Haute Cour de Justice, de ses fonctions de président de la Commission de réforme législative, à cause de ses déclarations publiques contre le droit à l’interruption volontaire de grossesse. Le référendum du 25 novembre 1992, amené par la crise de l’affaire X, a conduit à une libéralisation de la loi sur l’interruption volontaire de grossesse. Ce référendum comprenait en fait trois clauses, dont deux furent approuvées par une majorité de la population (tableau 9).

  • 31 Irish Times, 26 novembre 1992.

Tableau 9 - Résultats du référendum sur l’avortement (25-11-1992)31 (pourcentages)

Tableau 9 - Résultats du référendum sur l’avortement (25-11-1992)31 (pourcentages)

47Ces résultats traduisent d’autant plus une poussée vers un changement significatif de l’attitude d’une majorité d’Irlandais que la troisième clause avait fait l’objet d’une campagne en faveur du non des groupes progressistes dans la mesure où cette clause – extrêmement restreinte quant aux circonstances envisagées – risquait de restreindre les possibilités d’avortement dans l’avenir.

48Les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix ont donné lieu à deux autres référendums sur une question de morale touchant la famille. La question du divorce, dernier bastion de l’ordre moral conservateur, a été réglée par référendum le 24 novembre 1995. Néanmoins, la marge de votes favorables à son introduction, très faible, montre l’attachement encore grand de la quasi-moitié des Irlandais aux valeurs traditionnelles sur la famille. Le nombre des couples séparés ou désunis augmentant, le gouvernement Fine Gael avait organisé un premier référendum sur le divorce en 1986. Les résultats du 26 juin 1986 firent apparaître, comme lors du référendum de 1983, une minorité d’Irlandais, représentant 30 % des votants, qui affirmait son adhésion à des valeurs nouvelles.

49L’étude comparative sur la question posée par Ann Breslin et John Weafer en 1984 nous permet aussi de constater qu’à cette époque-là, une partie de la population ne se référait plus au code moral de l’Église (tableau 10).

  • 32 Ann Breslin et John Weafer, Religious Beliefs, Practice and Moral Attitudes 1974-1984, p. 101.

Tableau 10 - Répartition (%) des réponses à la question le divorce ne devrait jamais être autorisé (1984-1974)32

Tableau 10 - Répartition (%) des réponses à la question le divorce ne devrait jamais être autorisé (1984-1974)32

50Le pourcentage de ceux qui sont d’accord avec l’affirmation proposée a baissé de presque 11 points entre 1974 (53,7 %) et 1984 (43 %). Pratiquement la moitié des personnes interrogées en 1984 (48 %) n’étaient pas d’accord ; cette proportion a augmenté de 7 points par rapport à 1974 (41 %). Il est à noter cependant que la proportion de personnes indécises a augmenté de 4 points en 1984.

  • 33 Ibid., p. 102.

51Le rapport étudie les réponses selon divers critères déjà utilisés pour l’étude des pratiques et des croyances religieuses ; les résultats sont les suivants33 :

  • âge : plus les personnes interrogées sont jeunes, moins elles sont d’accord avec l’affirmation proposée. En 1974, on constatait le même phénomène.
  • lieu de résidence : l’opposition au divorce est plus forte dans les zones rurales que dans les zones urbanisées (comme pour l’avortement). La même différence avait été constatée en 1974.
  • niveau d’études : plus les personnes interrogées ont un niveau d’études élevé, plus elles sont favorables au divorce. En 1974, on constatait la même tendance.
  • profession : les personnes interrogées dont l’occupation professionnelle est « élevée » sont proportionnellement moins opposées au divorce. Le pourcentage le plus fort d’opposition au divorce se trouve parmi la classe paysanne. Un phénomène semblable a été constaté en 1974.

52Les résultats du deuxième référendum sur le divorce ont non seulement montré qu’un grand déplacement dans l’opinion publique s’était produit mais ont confirmé l’accentuation de la division entre une Irlande rurale conservatrice et une Irlande urbaine progressiste. Le tableau 11 nous montre la hausse du pourcentage des voix en faveur du divorce entre 1986 et 1995 ainsi que la répartition selon les provinces.

  • 34 Sunday Independent, 26 novembre 1995.

Tableau 11 - Les référendums sur le divorce (1986-1995)34
Résultats et variation (%)

Tableau 11 - Les référendums sur le divorce (1986-1995)34Résultats et variation (%)

53L’écart entre l’agglomération de Dublin et les provinces est marquant, en 1986 comme en 1995. D’autre part, le pourcentage de variation entre les deux référendums, toutes régions confondues, a été suffisant pour révéler un assouplissement de l’attitude irlandaise par rapport au divorce et pour entraîner le changement de la législation en vigueur. Cependant, le résultat total est extrêmement serré et montre une nation divisée en deux parties quasiment égales sur la question. C’est le référendum qui a eu la majorité la plus mince dans l’histoire de la République d’Irlande, ce qui souligne la dualité des Irlandais sur les questions d’ordre moral touchant à la famille.

***

  • 35 Liam Ryan parvient à cette conclusion en 1984 au cours de son interprétation des résultats de l’en (...)

54L’étude sur les pratiques et les croyances religieuses, sur les valeurs morales concernant la sexualité et la famille au cours de la période 1973-1995 permet de distinguer une évolution dans l’attitude des Irlandais. Il ne fait pas de doute que leur attitude se rapproche de plus en plus de celle de leurs partenaires européens, tout en gardant des caractéristiques propres : en particulier une pratique religieuse relativement élevée mais qui a néanmoins enregistré une baisse significative depuis le début des années quatre-vingt-dix, un refus de l’avortement sur le sol irlandais et un refus du divorce de la part de presque la moitié de la population. La modernisation de la société irlandaise n’a pas entraîné une sécularisation radicale, une désaffection majeure des valeurs morales traditionnelles ; plutôt, les Irlandais s’avèrent partagés sur leur adhésion à un code de valeurs, oscillant entre modernisme et tradition. Ils ne se dirigent pas inéluctablement vers une perte massive des croyances et des valeurs auxquelles ils adhéraient jusqu’au mouvement de l’industrialisation et de l’urbanisation de leur pays. Ce qui caractérise plutôt l’étude sur les pratiques et croyances religieuses et sur les valeurs morales, ce serait l’avènement d’un nouveau type de catholique irlandais35. Ce nouveau catholique aurait les caractéristiques suivantes :

  • il fait une plus grande distinction entre la moralité privée et le dogme de l’Église que par le passé ; il décide en sa propre conscience, en particulier lorsque se posent des questions de politique familiale en particulier. Les enseignements les moins bien acceptés sont ceux qui concernent de plus près la vie quotidienne : les directives sur le planning familial, la législation sur le divorce ;
  • il est plus libéral en matière de sexualité que par le passé, mais il reste néanmoins opposé à l’avortement, hormis dans le cas où la grossesse présente un danger pour la mère ;
  • il est fidèle dans l’ensemble au rituel religieux, tout en étant moins orthodoxe que par le passé : il s’oriente vers une croyance en un Dieu qui serait plus une force de vie qu’un Dieu personnel.

55Si on peut parler en Irlande d’un processus de sécularisation, on ne peut pas parler de déchristianisation ; les Irlandais ne sont pas prêts à accepter une société de laquelle les valeurs et les idéaux chrétiens auraient disparu.

56Il est peut-être encore trop tôt pour dire si, oui ou non, la société irlandaise est sécularisée ; pourtant, certains signes ne trompent pas et il ne fait aucun doute que le processus est enclenché. L’examen des variables prises en compte lors de l’étude sur les pratiques et les croyances religieuses et sur les valeurs morales, à savoir l’âge, le sexe, le niveau d’études ou l’emploi et le lieu de résidence, permet de constater que les gens qui sont moins religieux et plus libéraux en matière de politique familiale et de moralité sexuelle sont ceux qui appartiennent aux catégories suivantes : les tranches d’âge plus jeunes (environ les moins de 50 ans), les célibataires, les hommes, les femmes occupant une place sur le marché du travail, les personnes qui ont un niveau d’études ou un emploi élevé – non agricole –, les chômeurs et les citadins. Puisque les gens jeunes remplacent les moins jeunes, que le nombre des mariages diminue (pour faire place à des unions libres), que les Irlandaises occupent une place de plus en plus importante dans le monde du travail, que les gens ont tendance à faire de plus en plus d’études, que la classe paysanne – traditionnellement une classe très conservatrice – est en déclin, que les zones urbaines deviennent de plus en plus peuplées – la capitale en particulier – au détriment des zones rurales, nous pouvons prévoir que la société irlandaise va s’orienter de plus en plus vers un type de société où la religion est reléguée dans le domaine privé et n’est plus l’élément de référence systématique lorsque se posent des questions de choix de société. Certes, les évêques continueront à donner leur avis, mais leur avis ne sera qu’un parmi tant d’autres. Certes, les Irlandais en majorité continueront à se sentir membres de l’Église – catholique pour la plupart – mais ce sentiment d’appartenance sera de plus en plus dissocié de leurs choix de vie, qu’il s’agisse de la vie publique ou de leur vie privée.

  • 36 Christopher Whelan fait allusion au problème dans son étude sur les valeurs européennes parue en 1 (...)
  • 37 Statistical Abstract 1994, Government Publications.

57D’autre part, il serait nécessaire dans une étude plus approfondie, de se pencher sur le cas des Irlandais au chômage ; aucune enquête à l’échelle nationale n’a encore été faite sur la corrélation entre degré de religiosité et statut de chômeur. Cependant, il se dégage de certaines études36 que les chômeurs, qui représentaient une partie non négligeable de la population en 1994 – environ 230 000 personnes soit 17 % de la population active37, étaient de plus en plus à l’écart du reste des individus, tant en ce qui concerne les habitudes sociales que les valeurs morales. Il s’agirait, donc pour les chômeurs, non pas d’un rejet de la religion en tant que tel, mais d’un phénomène plus général de marginalisation sociale.

Notes

1 Tim Lynch, « Secularization in Ireland », The Furrow, Maynooth, vol. 36, n° 8, août 1985, p. 506 : Mrs. O’Brien is like many middle-aged Irish mothers : everytime she gets into a motor car she blesses herself but refuses to wear a seat belt. Her daughter, Mary, does exactly the opposite.

2 John Whyte, Church and State in Modem Ireland 1923-1979, Dublin, Gill and Macmillan, 1980, p. 4 : Ireland is unusual in having a large majority, not just of Catholics, but of committed and practising Catholics.

3 A Survey of Religious Practice, Attitudes and Beliefs in Republic of Ireland 1973-1974, Maynooth, Research and Development Unit, 1975-1976.

4 Ibid., cité par Peter Connolly, « The Church in Ireland since Vatican II », The Furrow, Maynooth, vol. 30, n° 12, décembre 1979, p. 757.

5 Ann Breslin et John Weafer, Religious Beliefs, Practice and Moral Attitudes, A Comparison of Two Irish Surveys 1974-1984, Maynooth, Council for Research and Development, n° 21, 1984, p. 36-37.

6 Michael Mac Gréil, Report of a Survey of Religious Attitudes and Practice and Related Issues in the Republic of Ireland 1988-1989, Maynooth, The Survey and Research Unit, 1991, p. 65.

7 Christopher Whelan (ed.), Values and Social Change in Ireland, Dublin. Gill and Macmillan, 1994, p. 24.

8 Omnibus questionnaire, Lansdowne Market Research, mars 1994.

9 Michael Mac Gréil, op. cit., p. 20.

10 Ibid., p. 65.

11 Maire Nic Ghiolla Phadraig, « Religious Practice and Secularisation », in Patrick Clancy, Sheelagh Drudy, Kathleen Lynch, Liam O’Dowd (eds), Ireland : a Sociological Profile, Dublin, Institute of Public Administration, 1986, p. 149.

12 Ann Breslin et John Weafer, op. cit., p. 18.

13 Christopher Whelan, op. cit., p. 32.

14 Ibid., p. 34.

15 Standard Eurobarometer, 42, Eurostat, Basic Statistics of the European Union, Luxembourg : Office Publications of the European Communities, 32nd edition, 1995, p. 75.

16 Cf. infra, p. 145 sq.

17 Ibid., p. 76.

18 Peter Connolly, « The Church in Ireland since Vatican II », The Furrow, Maynooth, vol. 30, n° 12, décembre 1979, p. 758.

19 Michael Paul Gallagher, « What Hope for Irish Faith ? » The Furrow, Maynooth, vol. 29, n° 10, octobre 1978, p. 614.

20 Tom Inglis, « Sacred and Secular in Catholic Ireland », Studies, Dublin, vol. 74, n° 293, printemps 1985, p. 44.

21 Ann Breslin et John Weafer, Irish Catholic Clergy and Religious 1970-1981, Maynooth, Council for Research and Development, n° 17, 1983, p. 1.

22 Ann Hanley, Trends in Irish Church Personnel 1990-1994, Maynooth, Council for Research and Development, mars 1995, p. 2.

23 Ann Breslin et John Weafer, Religious Beliefs, Practice and Moral Attitudes 1974-1984, p. 103-104.

24 En 1973, Mary McGee, une Irlandaise qui avait quatre enfants et dont l’état de santé ne permettait pas une autre grossesse, fit appel en Cour suprême afin d’obtenir la permission d’importer des contraceptifs. La Cour suprême rendit un jugement en sa faveur, obligeant de ce fait l’État à lever l’interdiction d’importer des contraceptifs pour usage personnel.

25 A Survey of Religious Practice, Attitudes and Beliefs in Republic of Ireland 1973-1974, p. 52.

26 Ibid., p. 57.

27 Ann Breslin et John Weafer, Religious Beliefs, Practice and Moral Attitudes 1974-1984, p. 96.

28 Ibid., tableau 37, p. 97.

29 Christopher Whelan, op. cit., p. 71.

30 The State acknowledges the right to life of the unborn and, with due regard to the equal right to life of the mother, guarantees in its laws to protect, and as far as practicable, by its laws, to defend and vindicate that right.

31 Irish Times, 26 novembre 1992.

32 Ann Breslin et John Weafer, Religious Beliefs, Practice and Moral Attitudes 1974-1984, p. 101.

33 Ibid., p. 102.

34 Sunday Independent, 26 novembre 1995.

35 Liam Ryan parvient à cette conclusion en 1984 au cours de son interprétation des résultats de l’enquête sur les valeurs européennes parue dans Michael Fogarty. Liam Ryan et Joseph Lee, Irish Values and Attitudes, The Irish Report of the European Value Systems Study, Dublin, Dominican Publications, 1984, p. 104. Christopher Whelan la reprend dans son analyse des résultats de l’enquête équivalente effectuée dix ans plus tard.

36 Christopher Whelan fait allusion au problème dans son étude sur les valeurs européennes parue en 1994.

37 Statistical Abstract 1994, Government Publications.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Taux d’appartenance religieuse (1961-1991)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/121/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Tableau 2 - Taux d’assiduité hebdomadaire à la messe, par sexe, emploi et lieu de résidence (1990)7
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/121/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 3 - Taux d’assiduité à la messe (1974-1995)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/121/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Tableau 4 - Taux de fréquence d’assiduité à la messe (1974-1995)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/121/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Tableau 5 - Taux de pratique religieuse (1974-1995)9
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/121/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Tableau 6 - Importance de Dieu dans la vie (1985-1994)15 (pourcentages)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/121/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Tableau 7 - Opinions concernant l’avortement (1984-1974)28 (pourcentages)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/121/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 8 - Pourcentages des personnes interrogées favorables à l’avortement dans le cas où la grossesse présente un danger pour la mère (1981-1990)29
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/121/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Tableau 9 - Résultats du référendum sur l’avortement (25-11-1992)31 (pourcentages)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/121/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 10 - Répartition (%) des réponses à la question le divorce ne devrait jamais être autorisé (1984-1974)32
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/121/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 11 - Les référendums sur le divorce (1986-1995)34Résultats et variation (%)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/121/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 98k

Auteur

Université de Lyon II

© Presses universitaires de Caen, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540