Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entrelacs franco-irlandais

 | 
Paul Brennan
, 
Michael O’Dea

Mémoire et imaginaire

Brittany – Breton, Catholic and Free1. L’Irlande comme source d’inspiration du mouvement nationaliste breton

Anna Gallagher

Texte intégral

  • 1 Référence à la devise de la Ligue gaélique fondée en 1893.
  • 2 Allusion à la fraude perpétrée par James Mac Pherson qui a fait passer des poèmes gaéliques qu’il (...)
  • 3 P. Denez, Literature in the Celtic Countries, Cardiff, University of Wales Press, 1971, p. 124-125
  • 4 Cité par B. Tanguy, Aux origines du nationalisme breton / 1, Paris, Union générale d’éditions (10 (...)

1L’on accepte, de manière générale, que le nationalisme breton moderne doit ses origines à la publication en 1839 du Barzaz Breiz, une collection de poésies populaires recueillies par l’aristocrate breton Théodore Hersart de la Villemarqué. La Bretagne possédait maintenant un corpus de littérature populaire comparable aux Mabinogion du Pays de Galles et aux Fiannaíocht et Ruraíocht de l’Irlande. Malheureusement, on mit en question l’authenticité du recueil et on fit souvent allusion à La Villemarqué comme « le Mac Pherson de la Basse Bretagne », ce qui était doublement insultant2. L’œuvre ne fut entièrement authentifiée que très récemment. Avant la publication du Barzaz Breiz, on n’accordait pas au breton le statut de langue, plutôt était-il relégué à la position de patois ou de langage des ignorants puisqu’il ne possédait pas de littérature qui puisse le légitimer aux yeux des intellectuels ou qui puisse, comme le dit Per Denez, ancien professeur du Département d’études celtiques de l’université de Rennes, aider ceux qui le parlaient à retrouver le chemin jusqu’à leur propre cœur »3. Le Barzaz Breiz a changé tout cela. L’historien Audren de Kerdrel déclara que dans ce recueil « les épisodes les plus célèbres de l’histoire de Bretagne se dérouleront devant vos yeux comme un vaste panorama national »4.

  • 5 Ibid., p. 83.

2Comme l’écrit Bernard Tanguy dans son livre intitulé Aux origines du nationalisme breton, le Barzaz Breiz sert de support à une conception paternaliste d’une société conforme à l’idéologie légitimiste. Le peuple est libre parce que son chef ou seigneur est libre : « Le comte tué, on a opprimé le peuple, le pauvre peuple, comme une bête brute »5.

3L’oppression vient toujours d’ailleurs et presque toujours de l’étranger français. À vrai dire, la classe paysanne, qui se concentrait davantage sur la lutte pour la survie, faisait preuve de peu d’intérêt pour le nationalisme, qui était la préoccupation des classes supérieures.

  • 6 B. Tanguy, Aux origines du nationalisme breton…, p. 140.

4En 1857, La Villemarqué, dans un article, cita la maxime « Eur feiz ! eur iez ! eur galon ! » (une foi, une langue, un cœur). Plus tard il dit que « ar Brezonek hag er feiz a zo breur ha c’houar e Breiz » ! (la langue bretonne et la foi sont frère et sœur en Bretagne)6. La publication du Barzaz Breiz donna naissance à une série de revues littéraires qui traitaient de la langue et de l’histoire bretonnes, du catholicisme et de sa préservation. Peu à peu l’idée s’installa que l’avenir du catholicisme en Bretagne dépendrait de la préservation de la langue :

  • 7 Ibid., p. 135.

Qui la préservera [la Bretagne] de l’irréligion et de la corruption qui gagnent avec le français les autres provinces, si ce n’est encore et toujours la langue d’or de nos aïeux7 ?

5demanda La Villemarqué en 1842.

6En 1847 le Pape Pie IX conseilla à l’abbé de Léseleuc :

  • 8 Ibid., p. 139.

Gardez, gardez comme la prunelle de vos yeux cette vieille langue qui garde votre foi, ces costumes qui ont gardé vos mœurs ! Ils sont le mur que la Providence a placé entre vous et cet esprit moderne qui n’est pas l’esprit de Dieu8.

7En 1857 fut publié La Poésie des races celtiques par Ernest Renan. Ce dernier et le Barzaz Breiz étaient et demeurent toujours les ouvrages les plus importants de la formation de l’autoperception du peuple breton et de son image des autres Celtes. Dans son essai Renan définit les caractéristiques principales de cette race et souligne l’importance du rêve et de l’aventure :

  • 9 E. Renan, L’Âme bretonne (La Poésie des races celtiques), Paris, Éditions Philippe Camby, 1982, p. (...)

Ainsi fit la race celtique : elle s’est fatiguée à prendre ses songes pour des réalités et à courir après ses visions infinies. L’élément essentiel de la vie poétique du Celte, c’est l’aventure, c’est-à-dire la poursuite de l’inconnu, une course sans fin après l’objet toujours fuyant du désir9.

  • 10 Ibid., p. 55.

8On décrit les Celtes comme étant irrationnels, une qualité que Renan prise beaucoup plus que la monotonie et l’absence de couleur du rationalisme des conquérants. Il fait aussi l’éloge de la religion celtique. Il précise pourquoi le christianisme, et en particulier son expression catholique, sied aux Celtes : « […] cette douce petite race était naturellement chrétienne […] le christianisme les achevait et les perfectionnait »10.

9Pour résumer, les Celtes sont individualistes, xénophobes (timides devant les étrangers, pas une qualité négative), conservateurs, conscients de leurs racines, timides, maladroits, fatalistes, mélancoliques, sensibles, doués d’imagination. Renan attribue la légende de saint Brendan au mariage du naturalisme celtique avec le spiritualisme chrétien.

10L’appel à l’indépendance se fit plus distinct au début du siècle avec la publication en 1919 de Les Bardes et Poètes nationaux de la Bretagne armoricaine. Il est intéressant de noter que la plupart de ces poèmes furent écrits à la fin des années 1890. À notre avis, le fait qu’ils aient été publiés si tôt après l’insurrection irlandaise de 1916 ne doit rien au hasard. Dans son introduction, Camille Le Mercier d’Erm (qui fut avec Louis Napoléon Le Roux le fondateur du premier Parti nationaliste breton en 1911) exprime l’espoir qu’un jour on accorderait le Home Rule à la Bretagne :

  • 11 C. Le Mercier d’Erm, « Introduction » à Les Bardes et Poètes nationaux de la Bretagne armoricaine, (...)

Le Home Rule pour la Bretagne ! Le Home Rule pour tous les individus ! puisqu’aussi bien le triomphe de la justice internationale apparaît de plus en plus comme intimement lié au triomphe de la justice sociale. C’est ainsi que l’entendent, d’ailleurs, les socialistes de tous les pays et ceux, en particulier, de la Grande Bretagne qui soutiennent l’Irlande dans ses justes revendications11.

11Les poèmes constituent un amalgame délicieux de sentiment nationaliste, de ferveur religieuse et de mythologie. L’Irlande en ressort comme une source d’espoir et d’inspiration. Nous citons à nouveau Le Mercier d’Erm :

  • 12 Ibid., p. XXII.

Quant à moi, s’il doit nous naître un jour, un O’Connel [sic] ou un Mazarik – et il nous naîtra ! – et si Arthur – qui n’est pas mort – doit se manifester à ses fidèles sous quelque nouvel avatar, mon ambition et ma fonction auront été d’être un peu comme le Précurseur de ce Messie des Bretons12.

12Le poète Olivier de Gourcuff dédie son poème aux quatre pays celtiques :

L’Irlande aujourd’hui s’intéresse
À l’œuvre des Celtes unis ;
Elle veut qu’on prie et qu’on dresse
Des autels pour les Saints bannis

  • 13 C. Le Mercier d’Erm, Les Bardes et Poètes nationaux…, p. 321.

Fervente elle sèche ses larmes
Pour défendre de nouveaux droits
Et quand d’autres ont pour armes
Des glaives, elle prend des croix13.

13Alain Gourval compare les tribulations des deux pays :

  • 14 Ibid., p. 593.

Et Brittia soudain tressaillit aux chants du Barde
Keltia ! Keltia ! Éir-in a ses Chouans !
Sans peur, vers le Devoir s’en vont les Fénians !
Lorsque l’Anglais s’égare en l’Île Émeraude,
Le Châtiment habile autour de l’Anglais rôde
Keltia ! Keltia ! Triste jusqu’à la mort,
Sous le joug frank gémit la douloureuse Armor,
En attendant que l’aube éclairant la montagne,
Réveille enfin le prince Arthur – et la Bretagne14.

14Il est difficile de savoir combien ces poèmes furent pris au sérieux par l’extrême droite du mouvement nationaliste. Dans son essai dans Lite-rature in the Celtic Countries Per Denez constate que :

  • 15 « The literature of that period is wholly emotional, and emotional in the silliest possible way. M (...)

La littérature de cette période est entièrement vouée à l’émotion, et de la façon la plus ridicule possible. Il y eut beaucoup d’écrits ridicules, mais quelques belles choses surnagent au milieu des absurdités […]. D’un point de vue littéraire, cette période est un désert […]. On était parfois violent dans cette poésie, d’une violence sanglante qui fait frémir quand on se demande quelle aurait été la suite si on l’avait prise au sérieux. Les dénonciations des Français étaient parfois d’un extrémisme incroyable. Je me souviens d’un poème de Berthou Kalédvoulc’h qui appelle des malédictions apocalyptiques sur la France, encore plus sur Paris, et qui dépeint son héros, Yann ar Fustig, qui avance à travers le territoire de l’ennemi à la tête ses troupes comme un véritable Attila. L’auteur, Berthou, était un petit homme doux qui, après s’être lancé sans succès dans l’agriculture, se contenta d’être ingénieur. Il y avait dans le contraste entre la violence de ces poèmes et la banale docilité civique de leurs auteurs, quelque chose de comique. Ils se libéraient sans doute de leurs complexes : mais le peuple demandait des chefs, et non pas des écrivains15.

15Beaucoup de ces poètes étaient des rentiers ou, comme leurs patronymes l’indiquent, des membres de la petite noblesse qui écrivaient des poésies pour se distraire et, dans la tradition de La Villemarqué, avaient hérité d’un amour de leur province, de sa mythologie et de ses coutumes. Toutefois, on peut constater l’existence des thèmes traditionnels du désir d’un État celtique et catholique indépendant dans la poésie de cette période. L’Irlande, le seul pays catholique et celtique et qui lutte pour sa liberté, est souvent source d’inspiration.

16En 1905 le professeur et homme de lettres Anatole Le Braz se rendit en Irlande. Cinq ans plus tard, il fit part de ses découvertes à la Société de géographie de Lille. Alors que ses observations sur le tempérament irlandais doivent probablement plus à l’influence de La Poésie des races celtiques qu’à l’expérience, son anticipation de Home Rule est quelque peu teintée de réalisme :

Le Home Rule ! syllabes magiques qui apparaissent à l’Irlande du xxe siècle – l’Ulster excepté – comme le verbe de la rédemption, l’« Ego sum resurrectio et vita ». Quand on aura le Home Rule, tout s’arrangera comme par miracle : les âges d’or renaîtront ; le bog stérile se couvrira de blés ; les torrents inutilisés feront tourner des roues d’usine ; les pitoyables « cabins » se transformeront en riants cottages ; les ventres creux mangeront à leur faim et la vieille Irlande, l’Irlande de la misère et du désespoir, redeviendra, comme dans ses antiques épopées, la « terre de l’éternelle jeunesse et du bonheur universel ».

  • 16 A. Le Braz, « Impressions d’Irlande », Bulletin de la Société de géographie de Lille, 1914, p. 13- (...)

Que subsistera-t-il de ce trop beau rêve, le jour où le Home Rule sera passé du domaine de la fiction dans celui de la réalité ? C’est ce que l’avenir nous apprendra. S’il fallait en croire les esprits chagrins, les Irlandais ne seront pas plus tôt livrés à eux-mêmes qu’ils se dévoreront entre eux. Mais, comme me le disait avec humour un député de l’île, à qui je rapportais le propos : « Cela vaudra toujours mieux que d’être dévorés par les Anglais ; au moins, cela ne sortira pas de la famille »16.

  • 17 « After the war the inevitable happened : the (second) Parti National Breton was formed ».

17En 1911 un monument commémorant l’union de la Bretagne et de la France fut érigé à Rennes. Il devait être détruit par l’organisation clandestine bretonne Gwenn ha Du en 1932. En 1911 aussi, Louis Napoléon Le Roux et Camille Le Mercier d’Erm fondèrent le premier Parti nationaliste breton. 250 000 Bretons tombèrent dans la Première Guerre mondiale. Proportionnellement, pour chaque Français tué, deux Bretons périrent. Leur sacrifice fut à peine reconnu et les régionalistes revinrent de Versailles les mains vides et quelque peu remplis d’amertume. Dans un article publié dans An Phoblacht, le 11 octobre 1930, Louis Napoléon Le Roux déclara que « après la guerre survint l’inévitable : le (deuxième) Parti National Breton se créa »17. Le mouvement nationaliste breton était principalement de tendance extrême droite, s’inspirant de l’Irlande. Dans le catalogue de la librairie « L’Heure Bretonne » figuraient des titres tels que La Vie de Padraig Pearse et La Ligue Gaélique de Louis Napoléon Le Roux, Mon combat pour l’Irlande de Dan Breen, et L’Histoire de l’Irlande d’Ernest Joynt. En 1939 un petit groupe paramilitaire sous la direction de Célestin Lainé reçut une expédition d’armes allemandes en provenance d’Irlande à Locquirec dans une reconstitution presque comique des événements de Banna Strand. En 1942 le Parti national breton publia deux pamphlets intitulés L’Irlande et L’Exemple de l’Irlande. Il ne fait plus aucun doute de l’importance de l’exemple irlandais pour le mouvement nationaliste breton :

Malgré de notables différences entre la situation de l’Irlande et celle de la Bretagne, il existe une analogie frappante entre la vie et le destin de ces deux pays, et si nous nous intéressons plus particulièrement à cette nation, c’est parce qu’elle fait partie de la même race que la nôtre, la Race Celtique. Les Irlandais sont nos cousins. C’est aussi parce que l’Irlande est le premier pays celtique qui ait reconquis la liberté.

  • 18 L’Exemple de l’Irlande, Rennes, Les Éditions du Parti national breton, 1942, p. 3.

À ce seul titre, dans la lutte que nous menons pour la libération de la Bretagne, rien ne peut nous être plus profitable que l’étude des efforts accomplis et des méthodes employées par nos frères d’Irlande pour conquérir leur autonomie18.

18Pendant l’Occupation, l’attitude du mouvement breton à l’égard des Allemands était pour le moins ambivalente ; mais dès 1943, pour des raisons purement opportunistes, en particulier la probabilité d’une défaite allemande, les dirigeants du mouvement optent pour une position de stricte neutralité. Toutefois, comme le dit l’historien Alain Déniel :

  • 19 Quotidien régionaliste fondé en 1941 par Yann Fouéré.
  • 20 A. Déniel, Le Mouvement breton 1919-1945, Paris, F. Maspero, 1976, p. 294.

[leur] raisonnement ne pouvait prétendre convaincre les gaullistes, jacobins dans l’âme : encore moins les communistes qui n’oubliaient pas que la direction de La Bretagne19 s’était déclarée hostile à la lutte des classes et partisane de l’instauration d’un régime corporatif20.

19Le peuple breton, lui, considérait les nationalistes comme des traîtres. En septembre 1943, Yann Bricler, un militant nationaliste breton, fut assassiné par la Résistance et peu de temps après un membre du « service spécial » de Lainé rencontra le même destin. Le 12 décembre 1943, l’abbé Perrot, un activiste culturel renommé, fut tué. La milice de Lainé qui s’appelait alors le Bezen Cadoudal devint ensuite le Bezen Perrot sous la direction d’Ange Peresse. Ce groupe, qui était composé d’une soixantaine d’hommes et n’était pas autorisé à porter son propre uniforme, porta l’uniforme nazi, ou parfois une partie de ce même uniforme.

20À la suite de la victoire des Alliés, nombre de ceux qu’on accusait de collaboration avec les Allemands s’enfuirent en Irlande où les demandes de la part du gouvernement français pour leur extradition restèrent sans réponse. D’autres s’exilèrent en Amérique du Sud. D’autres encore furent condamnés à mort ou à des peines de prison. La fin de la guerre et l’association du nationalisme breton au nazisme détruisirent le mouvement nationaliste breton et laissèrent à la langue et à la culture bretonnes un stigmate dont elles ont eu beaucoup de mal à se débarrasser. Dans un article d’Yves Jézéquel et Jean-Jacques Monnier, paru dans Dalc’homp Soñj en 1986, les auteurs déclarent que :

  • 21 Y. Jézéquel, J.-J. Monnier, « L’Irlande et le mouvement breton », Dalc’homp Soñj, 1986, numéro hor (...)

Nous savons tous à quel point cette action de la part d’une toute petite minorité devait nous ternir l’avenir et combien l’absence d’analyse d’une réalité bretonne profonde a résulté en des impasses, des erreurs et des condamnations, que le peuple breton n’a pas fini de payer21.

  • 22 Pays de l’éternelle jeunesse.

21Dans les années 1960 le renouveau d’intérêt pour la musique traditionnelle ressuscita une nostalgie de l’Irlande et du passé celtique. À l’heure actuelle le nationalisme breton s’exprime davantage par le moyen d’une identité culturelle distincte ou par celui du bilinguisme. Certains écrivains de gauche comme Yannick Guin et Paul Keineg ont écrit sur les horreurs de la guerre en Irlande du Nord. En dépit de cela, on peut constater un retour à l’Irlande de La Poésie des races celtiques. L’Irlande est devenue, une fois de plus, une Tír na nÓg22 littéraire et l’appel à l’indépendance a cessé.

Notes

1 Référence à la devise de la Ligue gaélique fondée en 1893.

2 Allusion à la fraude perpétrée par James Mac Pherson qui a fait passer des poèmes gaéliques qu’il avait lui-même écrits pour du folklore écossais. La Basse Bretagne, appellation pour le Finistère avec des connotations péjoratives.

3 P. Denez, Literature in the Celtic Countries, Cardiff, University of Wales Press, 1971, p. 124-125.

4 Cité par B. Tanguy, Aux origines du nationalisme breton / 1, Paris, Union générale d’éditions (10 / 18), 1977, p. 82.

5 Ibid., p. 83.

6 B. Tanguy, Aux origines du nationalisme breton…, p. 140.

7 Ibid., p. 135.

8 Ibid., p. 139.

9 E. Renan, L’Âme bretonne (La Poésie des races celtiques), Paris, Éditions Philippe Camby, 1982, p. 17.

10 Ibid., p. 55.

11 C. Le Mercier d’Erm, « Introduction » à Les Bardes et Poètes nationaux de la Bretagne armoricaine, Guipavas, Kelenn, 1977 (reproduction en fac-similé de l’édition originale : Rennes, Plihon et Hommay, 1919), p. XXIV.

12 Ibid., p. XXII.

13 C. Le Mercier d’Erm, Les Bardes et Poètes nationaux…, p. 321.

14 Ibid., p. 593.

15 « The literature of that period is wholly emotional, and emotional in the silliest possible way. Much silliness was written, but a few beautiful things may be picked out of the balderdash […]. From the literary point of view, this period is a Sahara […]. They could occasionally be violent in these poems, in a blood-thirsty way which makes one shudder what could have happened if the people had taken them seriously. Denunciations of the French could reach extraordinary extremes. I remember a poem by Berthou Kaledvoulc’h which calls on France and especially on Paris, apocalyptic maledictions, and pictured his hero, Yann or Fusteg advancing through enemy territory at the head of his soldiers in true Attila fashion. The author, Berthou, was a mild little man who had unhappy experiences in farming and satisfied himself with being a mechanical engineer. There was something ludicrous in the contrast between the violence of these poems and the law-abiding everyday meekness of the people who wrote them. Liberating their complexes, that is probably what they were doing : but the people did not call for writers, they called for leaders ». P. Denez, Literature in the Celtic Countries, p. 124-125.

16 A. Le Braz, « Impressions d’Irlande », Bulletin de la Société de géographie de Lille, 1914, p. 13-14.

17 « After the war the inevitable happened : the (second) Parti National Breton was formed ».

18 L’Exemple de l’Irlande, Rennes, Les Éditions du Parti national breton, 1942, p. 3.

19 Quotidien régionaliste fondé en 1941 par Yann Fouéré.

20 A. Déniel, Le Mouvement breton 1919-1945, Paris, F. Maspero, 1976, p. 294.

21 Y. Jézéquel, J.-J. Monnier, « L’Irlande et le mouvement breton », Dalc’homp Soñj, 1986, numéro hors série sur la Révolution de Pâques 1916.

22 Pays de l’éternelle jeunesse.

Auteur

National University of Ireland, Maynooth

© Presses universitaires de Caen, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540