Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entrelacs franco-irlandais

 | 
Paul Brennan
, 
Michael O’Dea

Mémoire et imaginaire

Entre réel et imaginaire : les voyageurs français en Irlande, 1650-1850

Jane Conroy

Texte intégral

  • 1 Le terme de xénité, dû à Harald Weinrich, permet d’éviter les connotations d’étrangeté.
  • 2 Lire un récit de voyage déjà ancien, c’est faire intervenir un troisième horizon. Voir dans La Con (...)

1Le voyage, que l’on peut considérer comme une activité herméneutique, suppose quelques efforts pour déchiffrer un espace, une civilisation qui nous sont étrangers, et qui, du fait de leur xénité, résistent à la compréhension1. Dans cette tentative de « lecture » du liber mundi, qui met en présence deux horizons différents, celui du voyageur-lecteur est aussi significatif que celui du pays-texte – autrement dit, les récits des voyageurs français en Irlande en disent aussi long sur les mentalités françaises que sur le pays visité2. Celui-ci est, tour à tour ou simultanément, espace à explorer, objet d’étude, paysage affectif, support où se projettent les émotions de l’individu, laboratoire expérimental de théorie politique et sociale, lieu symbolique composé de lieux symboliques. L’objectivité est rarement de la partie, quelles que soient les illusions qu’à divers moments on nourrit à son égard.

2Le corpus d’écrits recensés dans la bibliographie – environ une quarantaine – rend bien compte de cette spirale herméneutique et du va-et-vient entre les réalités changeantes de la France et de l’Irlande, présentées à travers des récits qui sont commandés par des modèles et des vogues littéraires successifs, influencés par des genres voisins (par exemple, le voyage imaginaire, l’enquête ethnologique, le keepsake) ou par des schémas de pensée ou partis pris, qui peuvent être antagonistes même quand ils sont contemporains – ainsi Baert et Chantreau, séparés par la religion et l’idéologie politique. Ces textes permettent aussi de retracer l’évolution de ce genre complexe qu’est le récit de voyage, genre fourre-tout, ou « montage de genres », comme on préfère le dire, bâti essentiellement sur une alternance entre narration et description, mais accueillant anecdotes, légendes, rêveries, poèmes, chansons, rapports de lecture, tables scientifiques, dialogues heuristiques, disputationes métaphysiques, inscriptions runiques, extraits de journaux, etc., et souvent orné d’illustrations. Le récit peut prendre la forme de lettres (Pictet, Duvergier de Hauranne, Prévost 1846), d’un carnet de voyage privé (Bombelles, Coquebert de Montbret, Michelet, Montalembert, Tocqueville), d’une narration linéaire (La Boullaye Le Gouz, Jouvin, La Motraye, La Tocnaye, Chantreau, Montulé, D’Arlincourt, Saint-Germain Leduc, Feuillide, Prévost 1845), d’une analyse raisonnée (Baert, Beaumont, etc.), ou mélanger plusieurs formes. On peut l’entreprendre dans un but mobilisateur (Duvergier de Hauranne entre autres), ou de divertissement (la plupart), ou d’enquête plus ou moins didactique. On peut aussi changer d’orientation à mi-parcours, comme ce fut le cas pour Déchy en 1846, sous la pression « d’une actualité si tristement intéressante ». Au voyage d’exploration ou voyage picaresque du xviie siècle (La Boullaye, Jouvin) succèdent des voyages de « philosophes » ou de scientifiques (Chantreau, La Tocnaye, Pictet, Baert), puis des voyages où prime l’expérience individuelle du sujet voyageur. Particulièrement intéressants sur le plan de l’écriture sont ces carnets d’impressions dites subjectives qui s’intègrent plus tard dans un ouvrage plus « fini », sur le modèle de l’Itinéraire et des Martyres de Chateaubriand – c’est le cas de Michelet – ou ceux où la collecte de notes est entreprise en vue d’un ouvrage analytique – ainsi le carnet de Tocqueville avec le livre de Beaumont qui procèdent, partiellement du moins, du même voyage. Le voyage lui-même change de nature, aussi bien sur le plan des conditions matérielles de sa réalisation que sur celui des dispositions du voyageur, c’est-à-dire de sa conception de son rôle.

3Deux siècles de voyage, donc, durant lesquels tout change – motivation, optique, conditions matérielles, formes du récit. Dans un panorama aussi cavalier que celui-ci on pourra seulement reconnaître quelques tendances et visiter quelques « lieux », aux deux sens du terme : les approches et les premières impressions, l’analyse du caractère irlandais, et la perception de certains endroits.

A priori

  • 3 Après William Brereton (1635) il faudra attendre John Dunton (1698) pour les voir réapparaître.
  • 4 [1] La Boullaye Le Gouz 1657, « Au lecteur ». Les références données sous la forme Auteur-Date ren (...)

4Si on considère ces récits du point de vue des mutations dans l’attitude des voyageurs devant leur propre activité, on discerne trois tendances, dont La Boullaye, Chantreau et Feuillide sont représentatifs. La Boullaye, qui visita l’Irlande en 1644, occupe avec Jouvin (c. 1668) une place importante dans les annales du voyage en Irlande, car il prend la relève des voyageurs anglais, lesquels, provisoirement, disparaissent de la scène au milieu du xviie siècle3. Voyageur-explorateur, encore imbu de cosmopolitisme humaniste, La Boullaye propose un modèle d’effacement total du sujet, admirable par sa recherche de particularismes. Comme toutes les nations « n’estiment que ce qui leur est en usage », si on veut les évaluer correctement, il faut « se dépouiller de soy mesme [car] les lumieres communes & ordinaires ne sont pas assez suffisantes pour en faire un veritable discernement »4. Cette volonté de se défaire de son identité propre pour mieux cerner celle de l’étranger amène l’auteur à se déguiser en indigène dans ses voyages hors de l’Europe.

5Deuxième attitude : celle du voyageur-philosophe qui sait trier le vrai sous les apparences du faux, grâce à son « éclectisme ». Vers 1792, malgré la première vague du romantisme – qui sera perceptible cinq ans plus tard chez La Tocnaye – Chantreau, sans ignorer la relativité des us et coutumes, affirme encore sa confiance en l’esprit des Lumières :

  • 5 [14] Chantreau 1792, p. 191. Leland et Hume sont ses sources principales pour l’histoire, alors qu (...)

[…] le philosophe, qui sait quel degré de crédit il faut donner à ces dires contradictoires [des historiens anglais et irlandais], s’en rapporte à l’observation, et laisse à l’Irlandois, comme aux autres hommes, le plaisir puéril de lire ses légendes, ses fables et ses poétiques fictions5.

6Cette optique laisse peu de place à l’imaginaire, omission qui sera très généreusement réparée par les récits « chateaubrianisés » (pour emprunter un épithète à Flaubert) qui se multiplient dans les premières décennies du xixe siècle. Leur approche est en général celle qu’esquisse encore en 1839 Feuillide, dans un ouvrage, hétéroclite au point d’être incohérent, qui met au premier plan la réaction immédiate – et toujours réversible – du voyageur :

  • 6 [33] Feuillide 1839, p. 10-11.

Ce livre, écrit sur place, pour ainsi dire, et au courant des impressions multiples du voyage, a gardé la trace des transformations que chaque pas, chaque découverte nouvelle ont superposées dans les émotions de l’auteur. C’est ainsi qu’il est devenu tour à tour, – ce qu’il est resté ! – livre d’art, de poésie et d’histoire, livre de politique et de socialisme, livre de mœurs et pamphlet. Pour être vrai, un livre sur l’Irlande doit être tout cela ; car c’est à tout cela que touche l’Irlande si délaissée et si sainte, si belle et si nue, si héroïque et si opprimée6.

7Indépendamment de la conception qu’ils ont de leur rapport à la réalité qu’ils découvrent, les voyageurs français arrivent en Irlande avec quelques partis pris politiques. Les compagnons de voyage qu’ils choisissent (ou qu’on leur donne), les milieux où ils évoluent, tendent à renforcer ces opinions et compromettent l’observation « objective ». À cela s’ajoute la barrière linguistique qui les empêche souvent de sortir du milieu dicté par leurs relations et lettres de recommandation : la spirale herméneutique risque alors de se dégrader en cercle vicieux.

  • 7 [15] Baert-Du Holant 1802, p. 265.
  • 8 [29] Beaumont d’Ascq 1863, p. 356.

8Les vues « politiques » des voyageurs du xviie siècle et des premières décennies du xviiie siècle sont largement déterminées par leur convictions religieuses. Mais, à commencer par Baert, qui voit dans les Irlandais les « victime[s] d’un gouvernement injuste et tyrannique »7, et pour qui tyrannie et aristocratie sont synonymes, les voyageurs français – qu’ils soient bonapartistes, croyants, anticléricaux, ultras, libéraux, anglophiles ou anglophobes – sont enclins à considérer l’Irlande comme une expérience politique mal réussie. Plusieurs ont du mal à rajuster leurs observations faites sur le vif avec la notion presque incontestée que l’Angleterre est, comme dit Beaumont, « la nation la plus habile peut-être dans l’art du gouvernement »8. D’autres y puisent des arguments contre des tendances politiques en France – pour Duvergier de Hauranne, par exemple, c’est l’occasion de polémiquer contre les ultras :

  • 9 [26] Duvergier de Hauranne 1827, p. 146. Accusé d’antiprotestantisme mais également hostile à la d (...)

[…] je recommanderais à nos honorables représentants un tour dans le Connaught. Ils verraient là réunis tous les bienfaits d’une religion de l’état9.

  • 10 [41] Déchy 1847, p. 132.

9Les interprétations de la crise de 1846-1848 aussi varient selon l’idéologie politique, et, ne l’oublions pas, le vécu du voyageur. Ainsi Déchy, témoin oculaire d’incidents qui lui rappellent des souvenirs « ineffaçables »10 de la retraite de Moscou, n’offrira pas la même analyse que Pichot, directeur de la Revue britannique.

  • 11 [1] La Boullaye Le Gouz 1657, p. 468.
  • 12 [2] Jouvin 1672, p. 484.
  • 13 [9] La Motraye 1732, p. 475.
  • 14 [17] La Tocnaye 1801, p. 48.

10Cependant la plupart de ces voyageurs soumettent leurs opinions à un contrôle de vérification. Ils développent, parfois avec une belle indépendance intellectuelle, de nouvelles hypothèses dans le domaine de leur savoir ou de leur posture existentielle – ils vérifient en quelque sorte le livre du monde. Ce processus est parfois explicite. Quand, en 1642, l’ami de La Boullaye, un nommé Tom Neville de Cork, passe la nuit avec plusieurs prostituées qui lui volent tout son argent, le Français en profite pour corriger une certaine théorie néo-hippocratique du rapport entre climat et mœurs : « Dans cette ville [Limerick] », dit-il, émerveillé, « il y a un grand nombre de femmes débauchees, ce que je n’aurois pas creu à cause du climat »11. Jouvin, s’étonnant de la quantité de gibier qu’il trouve à Newry, avoue : « Pour moy, je diray que je ne l’aurois jamais creu de la façon qu’on me l’avoit voulu persuader si je ne l’avois veu »12. La Motraye fait preuve d’un scepticisme bien fondé à l’égard des tours rondes que l’on attribue aux Danois : « je n’en ai point vu en Angleterre quoi qu’ils l’ayent aussi envahie »13. La Tocnaye réfute un stéréotype courant : « On boit infiniment moins à Dublin, et même par toute l’Irlande, que je n’en avais d’idée »14.

Premières impressions

  • 15 Le premier coup d’œil est souvent déterminant pour la lecture d’un site nouveau. La vision qui se (...)

11L’accès au pays, la première révélation – épiphanique ou décevante ou banale15 –, les modalités de transport, l’itinéraire choisi, conditionnent très fortement la vision du pays. Ne serait-ce que pour aller en Irlande, et pour en repartir, toutes sortes de difficultés peuvent se présenter. Un homme comme La Tocnaye, qui passe huit jours à Deal à attendre un vent favorable, est sans doute plus pénétré de l’insularité du pays, voire de son isolat, que ne l’est un Prévost qui effectue sa traversée de Bristol à Cork en moins de vingt-quatre heures en chantant les louanges de son « steamer ». La structure du récit et sa focalisation reflètent aussi ces aléas. C’est ainsi que nous devons une description détaillée du château de Carrickfergus à un Jouvin retenu prisonnier par le temps. En huit jours, il ne trouve pour toute distraction que ce seul château et, aubaine inattendue, l’enterrement du gouverneur qui meurt le troisième jour.

12À l’exception des militaires, aucun de ces visiteurs n’est venu directement en Irlande – tous sont passés par la Grande-Bretagne. Par conséquent l’Angleterre est une référence, l’un des termes d’une comparaison qu’ils ne peuvent éviter, et l’Irlande est pour eux une île par rapport à une autre île, c’est-à-dire l’île d’une île, une distillation de l’îléité. Autre conséquence : même si, en dépit de leurs lectures, ils avaient ignoré l’opinion des Anglais sur l’Irlande, durant leur traversée de l’Angleterre ils l’apprennent de vive voix.

  • 16 [17] La Tocnaye 1801, p. 23.
  • 17 [28] Michelet 1939, p. 261.
  • 18 [41] Déchy 1847, p. 144.
  • 19 D’Esgrigny remarque que les valets de ferme et les servantes gagnent très peu de gages et ne viven (...)
  • 20 [2] Jouvin 1672, p. 479.
  • 21 [26] Duvergier de Hauranne 1827, p. 216.

13Un autre aspect non négligeable dans la vie du voyageur est le monde sensible. Pour chaque auteur, même si son intention est d’en faire une analyse érudite comme Beaumont, le pays qu’il visite est un monde tactile et odorant. La nourriture, notamment, le préoccupe. On assiste dans ces pages à la découverte, pas toujours heureuse, d’une gastronomie propre à l’Irlande : descriptions de la nourriture des diverses classes chez La Boul-laye, évocation ahurie de la salade désastreuse préparée pour Jouvin, composée de « je ne sçay quelles herbes », et couverte « de quantité de sucre, semblable au Mont Ethna couvert de neiges ». Il y a Montulé, tout étonné de découvrir qu’au petit déjeuner on ne sert ni vin ni eau-de-vie. Il y a l’évocation par La Tocnaye des dîners typiques des villes provinciales – un buffet avec une « grosse pièce de bœuf et des questionneurs enragés autour »16. C’est sans doute avec quelque soulagement que Michelet remarque la « cuisine semi-française »17 dans un dîner à Dublin en 1834, alors que Déchy met ses lecteurs en garde contre « l’incandescence » d’une cuisine trop « semblable à celle d’Angleterre ; [dont] les poivres des Indes et de Cayenne […] sont la base indispensable »18. Mais l’omniprésence de la pomme de terre, remarquée dès le xviie siècle19, ou alors son absence, constatée déjà par La Tocnaye, et les inquiétudes qu’elle provoque, deviennent au xixe siècle un topos dominé par une impression de paradoxe. On revient sans cesse à trois grandes contradictions : l’insuffisance du régime alimentaire du peuple, qui est démentie par une santé apparente, et qui fait contraste avec la table particulièrement bien garnie des notables, ainsi qu’avec la richesse naturelle d’une île que la plupart des récits présentent comme édénique, du moins potentiellement. La distance parcourue est grande depuis Jouvin qui, une vingtaine d’années après la campagne cromwellienne, s’étend sur les prix et les auberges, trouvant que l’Irlande est « le pays de Cocagne »20, à Duvergier de Hauranne qui voit la précarité derrière une hospitalité traditionnelle qui a changé de sens : l’étranger ne sera jamais renvoyé à l’heure du repas, « peut-être dans six mois ceux qui donnent demanderont-ils à leur tour »21.

Lieu de l’être : le caractère

  • 22 Ces auteurs latins sont lents à partir : en 1843 on cite encore, sans ironie apparente, Pomponius (...)
  • 23 J. Kristeva, Étrangers à nous-mêmes, Paris, Gallimard, 1988. Pour la guerre de propagande autour d (...)
  • 24 Voir M. Ozouf, L’École de la France, Paris, Gallimard, 1984.

14C’est dans le domaine de la caractériologie que les stéréotypes sont les plus accusés et que l’empirisme des voyageurs peut apporter une perspective neuve et utile pour des Irlandais en manque d’images valorisantes. Que dans un premier temps les appréciations du caractère irlandais abondent en contradictions déroutantes, oscillant entre des condamnations franches et des louanges, doit être mis au compte de l’héritage classique véhiculé par les cosmographes (Botero, Davity, etc.22) et de la propagande anglaise, tempérée parfois par la contre-propagande irlandaise (sa trace est évidente chez l’abbé Expilly), ou par une certaine neutralité universaliste, et non pas d’un « émiettement réaliste » qui correspondrait à « l’image de ce moi hétéroclite et vagabond que l’homme européen se découvrait sous la plume de Montaigne », comme on a pu le dire à propos de semblable ambivalence dans la présentation du « sauvage » à partir du milieu du xvie siècle23. En dehors de tout désir idéologiquement ou politiquement motivé que les voyageurs français peuvent avoir d’adoucir le portrait du paysan irlandais, à la fin du xviiie siècle, de nouveaux facteurs interviennent dans l’interprétation du caractère des « nations ». En France, surtout, le déterminisme topographique est mis en question par les nouvelles perspectives ouvertes par la Révolution, l’histoire relaie la géographie comme facteur explicatif des différences, à l’intérieur comme à l’extérieur. Passé régional, langue, religion – voilà ce qui explique le comportement politique, les dispositions caractériologiques24. Quelques vieilles oppositions perdurent – par exemple, celle entre pays ouvert et pays couvert (pour Michelet « balourdise » et « vivre entre deux haies » sont synonymes), qui facilite l’attribution aux autochtones de l’Irlande, pays remarquablement déboisé, et surtout aux habitants des parties les moins cultivées, d’un caractère vif, imaginatif, mobile. Une autre opposition, chère à Buffon, entre l’artificialité des plaines et le naturel des montagnes a dû jouer aussi en faveur des Irlandais des côtes.

  • 25 À propos de cette première vague de celtophilie voir C.-G. Dubois, Celtes et Gaulois au xvie siècl (...)
  • 26 Par exemple, Montulé : ils ont « quelque chose de méridional. Leur taille n’est pas très élevée, l (...)

15Les récits des voyageurs français du xixe siècle naissant portent ainsi l’empreinte de deux nouveaux engouements : la curiosité ethnographique et la celtomanie des Français à la recherche de leurs propres origines. On oublie parfois que déjà au milieu du xvie siècle, les Français s’étaient découvert des ancêtres gaulois, ou celtes, pour expliquer leur caractère distinct, surtout pour opposer leur « civilisation » à la barbarie des peuples nordiques25. Ces notions ne pouvaient que conforter les Irlandais en France dans leurs tentatives pour rétablir la réputation de leur race. Cependant au début du xixe siècle la confusion entre Celtes, Milésiens, Gaulois est loin d’être résolue. Les liens entre les diverses branches restant à élucider, il faudra attendre la moitié du siècle pour que les Bretons s’attribuent une ascendance galloise puis irlandaise. Ce n’est donc pas précisément sur le mode de l’identification qu’on s’intéresse aux origines des Irlandais – mais toute cette celticité un peu floue facilite la sympathie, à laquelle il faudrait ajouter celle engendrée par le rapprochement fréquent entre le tempérament irlandais et celui des Méridionaux26.

  • 27 « La politique des Anglais a été de tenir ces peuples-ci comme des esclaves […] ; cela les a rendu (...)

16Les stéréotypes issus du discours colonialiste ne sont pas tous contestés, mais les traits négatifs sont souvent tournés en accusation contre le gouvernement britannique et, parfois, contre le principe de conquête. À partir de 1800 environ, le terme d’esclave, déjà employé par D’Esgrigny et La Motraye27 est repris avec insistance. L’apologie du caractère et des mœurs des Irlandais s’appuie alors sur une mise en parallèle avec d’une part les esclaves des colonies et de l’autre les « sauvages » de l’Amérique. Baert et Beaumont, qui ont traversé l’Atlantique, sont particulièrement sensibles à cet écho du Nouveau Monde à la lisière de l’Ancien. Duvergier de Hauranne ramène à l’échelle d’un rapport entre deux individus les relations entre les deux pays : quand l’Angleterre

  • 28 [26] Duvergier de Hauranne 1827, p. 234.

fait un crime à l’Irlande de son ignorance, de sa misère et de ses désordres, il me semble voir un colon de la Jamaïque s’irriter contre l’esclave que les coups de bâton de la veille empêchent de travailler28.

  • 29 Ibid., p. 219.

17Ainsi, on arrive, non pas à nier les défauts des Irlandais, mais à les excuser : « un esclave ne peut être laborieux », on ne doit pas « demander la prudence [malthusienne] à un esclave »29, et ainsi de suite.

18Ces réflexions sur les effets du colonialisme n’aboutissent pas nécessairement à une mise en question de son principe. En 1843 un voyageur anonyme s’étonne encore que l’on puisse être si pauvre dans un pays qui fait depuis si longtemps partie de la Grande-Bretagne,

  • 30 [36] Anonyme 1843, p. 535.

pays dont les institutions ont répandu ailleurs la prospérité et les progrès de la civilisation à un si haut degré de développement et de culture30.

Livre de la nature

  • 31 « Histoire naturelle », XII, 194, a, b et c, XIV, 770 a ; vol. VI des planches, « Règne minéral », (...)
  • 32 W. Hamilton, Voyage à la côte septentrionale du comté d’Antrim, Paris, Fauchet, 1765 (édition orig (...)
  • 33 J. Whitehurst, Original State and Formation of the Earth (1778) cité par B.M. Stafford, Voyage int (...)

19Parmi les lieux qui ont contribué à forger l’image de l’Irlande comme un monde archaïque, il faut citer son « monument » le plus célèbre au xviiie siècle. « Le Pavé des Géans » fut d’abord un objet de curiosité scientifique. Connu en France grâce aux gravures de Vivarès (d’après les aquarelles de Susanna Drury), il passa au rang de site incontournable du tourisme scientifique quand l’Encyclopédie lui consacra quelques articles et, en 1768, une gravure particulièrement dramatique31. On s’empressa de publier, en 1765, une traduction des lettres de William Hamilton, décrivant les formations basaltiques de la région32. La Chaussée des Géants était alors un de ces lieux de la terre qui semblaient prêts à livrer une réponse aux questions essentielles dont s’occupaient les esprits scientifiques. La vieille métaphore du livre sacré de la création ayant depuis quelque temps reçu une interprétation laïque, la notion se répand que les fossiles et les chefs-d’œuvre de la nature constituent un texte lithique, où on peut lire les origines de l’univers. C’est en ces termes que John Whitehurst, en 1778, évoque la Chaussée – elle est le produit d’un cataclysme dont aucun témoin humain n’a pu transmettre le récit, mais dont l’histoire est inscrite « dans le livre de la nature, à l’aide de caractères intelligibles pour toutes les nations »33. Si en 1784 le marquis de Bombelles ne se soucia pas de lire ce livre-là, bien qu’il ait débarqué à Donaghadee, pour Baert en 1787, Chantreau en 1789, La Tocnaye en 1797, Pictet en 1801 et Montulé en 1825, la Chaussée méritait le détour.

  • 34 [15] Baert-Du Holant 1802, p. 1.

20Leurs descriptions, longues parfois de plusieurs dizaines de pages, sont dominées par une vision cosmique et par l’impression d’accéder à un lieu presque hors du temps. Baert, qui considère que les prismes basaltiques à cet endroit « forment sans contredit la plus grande et la plus imposante de toutes les productions volcaniques connues » 34, leur consacre une gravure et un passage qui prend une tournure empédocléenne et neptunienne, plongeant au loin de l’Océan et dans les entrailles de la terre. Le débat sur les origines n’est pas encore résolu lorsque Pictet vient en neptunien (il se convertit plus tard au volcanisme), ni même en 1825, quand Montulé s’applique à réfuter le neptunisme. Pictet, qui a appris avec Saussure à admirer et approuver le chaos des montagnes suisses, indice des convulsions de la terre, retrouve ici la même vitalité de la matière, indubitablement issue du chaos, mais – c’est le paradoxe de la Chaussée – ordonnée, régulière.

  • 35 Terme dont J. Leerssen (Remembrance and Imagination, Cork, Cork University Press, 1996) désigne la (...)
  • 36 [14] Chantreau 1792, p. 132.

21Malgré les exégèses scientifiques qu’elle inspire, la Chaussée est justement un lieu où perdure, grâce peut-être à l’auto-exotisme35 des guides, la vieille herméneutique des phénomènes naturels, basée sur une vision allégorique et non pas historique de la nature. Ainsi l’absurdité des « simples habitans », qui y voient l’œuvre du diable, et l’« érudition fabuleuse » des Irlandais plus instruits, qui attribue sa création à Finn-mac-Cool, livrent bataille contre la science qui a prouvé qu’il s’agit d’« un de ces jeux de la nature, où elle est à la fois si extraordinaire, et si supérieure à tous les efforts de l’art », comme le dit Chantreau36.

22Comme pour donner encore plus de relief à cette plongée dans les strates du temps et des mentalités, les environs de ce monument d’un monde avant la culture étaient riches en ruines « artificielles », témoins de la tendance de la matière à engloutir la forme, et source de méditations sur la fragilité des œuvres de l’homme. Tout cela n’a pas peu contribué à donner au paysage imaginaire un air primitif, archaïque. Impression que renforceront deux autres lieux irlandais fortement thématisés – le « bog » dépositaire de « fossiles » mystérieux, et la cabane primitive.

Livre de la ville

23Si, au cours du xviiie siècle, l’intérêt va glisser de l’espace construit à l’espace indéfini, au xviie siècle la ville et ses alentours constituent le but du voyageur, qui traverse sans grand enthousiasme le « vide » des campagnes avec ses montagnes « horribles », et ses « bogs désastreux », où seules les ruines méritent de retenir l’attention. On visite Dublin avec quelque soulagement, et l’œil d’un esthète bon vivant, auquel le négoce ne serait pas tout à fait indifférent. Dans les récits de voyage à cette époque il est de bon ton de faire l’éloge des villes, si l’on peut. À Dublin Jouvin s’attarde sur les aspects qui facilitent le commerce, décrit les plus beaux bâtiments, la civilité des gens qu’il rencontre. C’est l’approche aussi de La Boullaye, de La Motraye, ou encore de « descripteurs » comme Bellin et Expilly, ainsi que des visiteurs de la fin du xviiie siècle, époque à laquelle il existe déjà un circuit « touristique » – université, jardin botanique, hôtels particuliers, hôpitaux, clubs, tavernes, musée, etc. On accorde naturellement une attention particulière à tout ce qui a un rapport avec la France.

  • 37 [36] Anonyme 1843, p. 546.

24Cependant si les derniers voyageurs du siècle peuvent encore admirer l’architecture ordonnée, l’urbanisme spacieux, de Dublin, ville moderne, interprétés comme expression de la libéralité du gouvernement et de l’harmonie de la société qu’on y bâtit, un changement de ton commence bientôt à se faire entendre. La tradition utopique, qui attribue à l’architecture un rôle hautement expressif, celui de rendre visibles les valeurs morales et politiques qui déterminent le pays, a vraisemblablement contribué à accoutumer les voyageurs à lire dans la ville, surtout la capitale, l’expression de l’âme du pays. À Dublin le contraste entre la misère du peuple et la pompe des bâtiments publics finit par faire condamner ceux-ci. La fonction symbolique de leurs formes géométriques, néo-classiques (régulation des passions, primauté de la Raison, immutabilité) paraît inacceptable, voire insensée, en présence d’un peuple déguenillé, et de ce qu’on appelle les « pérégrinations de la misère »37.

  • 38 [26] Duvergier de Hauranne 1827, p. 198.
  • 39 [33] Feuillide 1839, p. 63.

25Le contraste est frappant entre les éloges d’un Pictet ou d’un Baert et les dénonciations que fait entendre la génération suivante. Ainsi la réaction vigoureuse de Duvergier de Hauranne invitant le voyageur à regarder de plus près une ville qui au premier coup d’œil fait illusion : « De magnifiques palais et d’infectes tanières, des bals brillants et la fièvre, de somptueux repas et la faim, voilà Dublin »38. Feuillide dénonce « l’amoncellement architectonique dont [l’Angleterre] a écrasé la ville de Dublin ». Les espaces publics, vides, lui font la même impression que le spectacle des lazzaroni en Italie, « sur les marches des palais vides »39, et les édifices publics signifient non la libéralité mais la dérision, inscrite dans la pierre :

  • 40 Ibid., p. 42.

Dublin n’est qu’une outrageuse ironie imposée à l’Irlande, un contraste taillé en frontons, allongé en colonnes, déchiqueté en feuilles d’acanthes, que les Anglais, féconds en lourdes facéties, ont élevés un beau jour, pour que le peuple d’Irlande pût comparer éternellement sa nudité à ses magnifiques revêtements d’architecture40.

  • 41 [28] Michelet 1939, p. 253.

26C’est l’attitude de la plupart des visiteurs français. Cependant dans ce « livre de la ville » Michelet, toujours moins conventionnel, lisait non pas l’excès, mais le vide, l’absence, la faiblesse. À Dublin, les quais et la rivière lui rappellent ceux de Paris – mais « il y manque le Louvre, les Tuileries, les Champs-Élysées, les Invalides, c’est-à-dire la force, la nationalité »41.

27Les voyageurs de cette période font preuve d’une nouvelle sensibilité à la nature essentiellement signifiante de cet espace urbain. Il est vrai que les contrastes se sont accusés avec l’accroissement de la population de Dublin. Il est également vrai que cette critique est un moyen de dénigrer l’Angleterre, mais aussi, en France, une révolution s’est produite dans la façon dont on pense l’urbanisme et par conséquent dans le déchiffrement de l’écriture par la pierre. On ne considère plus le peuple comme des figurants ou des accessoires. Les réactions des voyageurs français à Dublin montrent que le monument et la ville, comme inscription de l’homme dans l’espace, n’ont plus pour mission principale d’exprimer le pouvoir.

Oralité et mémoire

  • 42 [36] Anonyme 1843, p. 546.
  • 43 J. Leerssen, Remembrance and Imagination, et « The Western mirage : on the Celtic chronotope in th (...)
  • 44 [17] La Tocnaye 1801, p. 202.

28À l’opposé de Dublin, ville moderne, où « les temps ont fait disparaître les vestiges de son ancienneté »42, les régions côtières de l’ouest sont thématisées comme un lieu où le passé se conserve intact. Prenons comme cas témoin La Tocnaye qui, l’un des premiers, exprime cette vision, que Joep Leerssen a appelée « chronotope »43, et qui sera un lieu commun de la littérature romantique. Dans l’ouest La Tocnaye réalise une fusion assez nouvelle entre folklore, mythologie classique et géomorphologie, où l’île et la montagne se présentent simultanément comme symboles et comme témoins tangibles d’un passé aux dimensions physiques. On a beaucoup écrit sur la mythologie de l’île et sa place dans l’imaginaire français – presque tous les visiteurs français en Irlande manifestent quelques symptômes de cette fascination. En mettant l’île engloutie au centre de ce qu’il appelle sa « rêverie antidiluvienne »44 La Tocnaye opte pour une variante assez originale du thème. Ces pages marquent son passage dans un mundus imagina-lis. Le point de départ est le mythe de l’Atlantide qu’il retrouve dans le folklore de la région, sans qu’il y ait eu transmission directe, car « il est plus que probable que les habitans du Conomara n’ont jamais entendu parler de Platon ni des Grecs » :

  • 45 [17] La Tocnaye 1801, p. 209.

Notre pays reparaîtra un jour, disent les vieillards aux jeunes gens, en les menant un certain jour de l’année sur une haute montagne et leur montrant la mer. […] Ils ne peuvent point fixer l’époque, à laquelle leur pays, comme ils l’appellent, fut englouti dans les vagues ; mais ils paraissent convaincus que ce malheur est arrivé dans les temps anciens45.

  • 46 Ibid., p. 210.
  • 47 B. de Maillet avait, dans Telliamed (1748), exposé sa théorie de la dissolution et métamorphose pe (...)
  • 48 [17] La Tocnaye 1801, p. 212.
  • 49 Il évoque avec humour « ces bas de laine qui seuls peuvent donner à penser à bien des gens, même e (...)
  • 50 Par exemple Feuillide passe plusieurs jours « égaré à dessein dans le Cunnemara » ([33] Feuillide (...)

29La Tocnaye donne à sa rêverie la triple caution de l’antiquité, de la Bible (le continent perdu en se submergeant aurait provoqué le déluge), et de la science. Son interprétation de la géographie de l’Irlande la présente comme un mundus inversus, « contraire aux autres pays »46, qui demande à être expliqué. Ses arguments scientifiques, qui s’inspirent en partie de ceux de Benoît de Maillet47, s’enchaînent sur la constatation que « le globe a éprouvé des révolutions et bouleversements terribles »48 et s’ouvrent ainsi sur une fantasmatique du gouffre et de la convulsion. On assiste ici à la rencontre de deux imaginaires : celui de l’homme du Continent, possesseur de toute la mythologie antique et biblique, mais passées toutes deux au crible du révisionnisme des Lumières, et celui des derniers « vrais insulaires », coupés du reste de l’île, et – selon La Tocnaye – ignorés du monde extérieur, y compris des Irlandais mêmes49. Le Connemara fait figure d’une île dans l’île, qui permettra une descente au fond des âges, une sorte de forage dans les représentations mentales. Ce paysage et ses habitants, pour qui les mythes fondateurs ne sont pas encore lettre morte, la clarté contraignante des Lumières ne les ayant pas encore tirés de leur longue nuit, fournissent à La Tocnaye une clé pour sa propre imagination. Il n’est que le premier d’une série de voyageurs qui croiront retrouver des mondes perdus en s’écartant des chemins battus dans les montagnes du Connemara50.

30Cette relecture du mythe de l’île engloutie à travers le prisme de la géologie – et de la géologie à la lumière du mythe – n’est pas un cas isolé : à la même époque l’Atlantide ressurgit aussi dans le Pacifique où certaines îles sont interprétées comme des fragments dispersés après sa disparition. Chez La Tocnaye cette spéculation géologique a peut-être un sens supplémentaire : on devine dans ce continent submergé l’emblème de l’imagination prête à ressurgir dès que le romantisme naissant aura fait reculer les eaux mortifères du rationalisme. On remarquera aussi l’arrivée du bon paysan. La Tocnaye n’attribue pas aux survivants du cataclysme la même évolution que connaissent leurs prédécesseurs dans la version de Platon. Ceux-ci, jadis très civilisés, sombrent dans la décadence et la barbarie, associant à révolution géologique, révolution morale et politique. C’est ce schéma symétrique qui domine l’image de l’Atlantide dans la pensée des philosophes du xviiie siècle. Par contre les habitants de l’ouest éveillent en La Tocnaye une affection discrète et une compassion indignée :

  • 51 [17] La Tocnaye 1801, p. 207.

Il est fort aisé d’appeler les gens sauvages, de s’en moquer et de rire de leur misère. […] Voulez-vous, bonnes gens, que je vous dise où j’ai réellement trouvé des hommes sauvages et barbares… c’est à Paris, à Londres, dans toutes les grandes villes enfin51.

  • 52 Cette version optimiste n’est pas courante dans la tradition irlandaise. Le plus souvent l’île est (...)
  • 53 C.-V. Bonstetten, L’Homme du Midi et l’homme du Nord [1824], Lausanne, Éditions de l’Aire, 1992.

31Dernier infléchissement : le mythe du pays perdu – où on aura reconnu un motif présent dans Ossian et dans The Bard – est aussi, dans la version fournie par La Tocnaye, le mythe du retour et de la restitution, aussi nécessaires aux Irlandais qu’il rencontrait qu’à l’émigré qu’il était52. Symbole puissant pour une génération qui eut le sentiment que le monde d’avant la Révolution était un pays étranger, dont ils étaient maintenant séparés par une « grande Cordillière »53.

  • 54 M.-M. Martinet, Le Voyage d’Italie dans les littératures européennes, Paris, PUF, 1996.
  • 55 [36] Anonyme 1843, p. 550.

32La Tocnaye représente un tournant. À mesure que le voyage dans l’espace se banalise, le voyage dans le temps, à travers les balades géologiques, archéologiques, ethnographiques, prend la relève. Du côté des voyages imaginaires, l’utopie se met à produire l’uchronie. Parallèlement, les œuvres sur le voyage d’Italie trahissent une attirance vers le sud, au-delà de Rome, prolongement d’itinéraire qui est vu comme « une plongée dans le passé et vers la nature »54. En Irlande, dans ce qui est déjà un voyage vers l’ouest on insère un deuxième voyage vers l’ouest, où l’on retrouve un peuple cœlacanthe, qui passe pour prolonger dans le xixe siècle l’existence celtique de la nuit des temps, sous sa forme la plus pure. La population de l’ouest, cette « classe distincte de la population de l’île » offre, dans son « antique idiome », son « langage primitif », « une riche mine d’exploitation pour le philosophe et le poète » – tout cela « au foyer même de ces cabanes construites dans la terre, et qu’habitent la pauvreté, la résignation et la simplicité des mœurs ! »55. Leur musique suscite alors un intérêt qui doit beaucoup à l’influence de Moore, Bunting, etc., mais fait aussi partie d’une recherche de la « musique des campagnes » qui se poursuit à travers l’Europe – on songe, par exemple, à Berlioz recueillant aux alentours de Rome « cette harmonie des siècles passés », aussi intéressante pour les musiciens que les fresques de Pompéi le sont pour les peintres. De même que les paysans français sont considérés comme de « précieuses reliques », des « monuments vivants », par les ethnographes du xixe siècle commençant, les paysans irlandais, surtout ceux de la côte occidentale, « claquemurés dans leur oralité », passent pour être les interprètes presque inconscients d’un passé qui n’est accessible qu’à travers leur traditions et superstitions – comme la Chaussée des Géants est le témoin muet des origines de l’univers.

33C’est une autre sorte de retour dans le passé qu’opère Michelet. Un passage dans Le Peuple, qui développe des notes prises à Dublin en 1834, évoque « un songe affreux en plein jour » où le présent des Irlandais se confond avec le passé des Français, jouant ainsi sur plusieurs plans temporels à la fois :

  • 56 J. Michelet, Le Peuple, Paris, Flammarion, 1974, p. 224.

Une chose en regardant, me saisit, me terrifia, toutes ces figures étaient françaises… C’était Paris, c’était la France, une France enlaidie, abrutie, sauvage. […] Je me dis qu’apparemment il était venu un autre 1815, mais depuis longtemps, bien longtemps, que des siècles de misère s’étaient appesantis sur mon pays condamné sans retour […]56.

  • 57 [28] Michelet 1939, p. 257.
  • 58 J. Michelet, Le Peuple, p. 74.

34En 1834, Michelet semblait croire encore à la survie d’un peuple qui avait « changé de langue sans changer de génie, conservant le génie poétique et barbare sous cette langue analytique [l’anglais] »57, ajoutant à ses contradictions courantes cette anomalie qu’est, du point de vue herderien, la conservation d’un Volksgeist sans la langue. Mais en janvier 1846, il voit « une ombre de mort peser sur l’Europe », constatant que « l’Irlande a péri » (ainsi que la Pologne et l’Italie) et que seule la France subsiste pour faire face à l’Angleterre et la Russie, ces « deux géants faibles et bouffis »58. Belfast lui apparaît alors comme un symbole de la puissance capitaliste et d’un avenir qu’il redoute. L’impression finale est un mélange déconcertant d’archaïsme et de modernité.

  • 59 [26] Duvergier de Hauranne 1827, p. 245.

35Les visions multiples évoquées dans ces récits ne se résument pas en quelques phrases. Dans la méthodologie herméneutique il est recommandé de considérer le texte comme une réponse à une question de l’époque. C’est, dans l’ensemble, une impression de mystère grandissant qui s’accumule autour de l’Irlande. Riche en paradoxes et anomalies – mais c’est le propre de tout pays étranger – elle soulevait dans l’esprit des Français de nombreux problèmes d’interprétation, et, paradoxe de plus, semblait détenir, dans ses monuments naturels, artificiels et « vivants », la clé d’autres énigmes que pourraient déchiffrer les spécialistes. Elle avait, en somme, « tout ce qu’il faut pour satisfaire toute sorte de curiosité ». Ainsi s’exprimait Duvergier de Hauranne, énumérant en 1826 les attraits qui devaient inciter philologues, antiquaires, naturalistes, peintres, économistes, hommes politiques, simples observateurs, et philosophes à visiter, avant qu’il ne fût trop tard, ce qui était encore pour les Français « ce pays si peu connu »59.

Bibliographie

Bibliographie, 1650-1850 60

Sont inclus dans cette bibliographie plusieurs ouvrages qui ne sont pas précisément des récits de voyage : des récits de vie et de campagne militaire (Du Mont de Bostaquet, Fontaine, Lacoste, Jobit, Sarrazin), quelques descriptions dressées par des voyageurs de cabinet, un portulan (Bougard). Est cité aussi un ouvrage apparemment introuvable (Bekaert), qui figure comme tel dans plusieurs bibliographies. Pour les récits en d’autres langues, signalons l’ouvrage de John McVeagh, Irish Travel Writing : A Bibliography, Dublin, Wolfhound Press, 1996.

Je tiens à remercier Kevin Whelan des renseignements bibliographiques qu’il m’a communiqués après le colloque à Paris.

[1] La Boullaye Le Gouz François de, Les voyages et observations du Sieur de La Boullaye Le Gouz, Paris, G. Clousier, 1653 et 1657 ; ibid., Troyes, N. Oudot, 1657 ; The Tour of […] M. De La Boullaye Le Gouz in Ireland, T. Crofton Croker (éd.), Londres, T. & W. Boone, 1837, VII – 139 p.

[2] Jouvin (de Rochefort) Albert, Le Voyageur d’Europe, Paris, D. Thierry, 1672, vol. III, t. VI, p. 475-492, cartes ; ibid., Paris, C. Barbin, 1676 ; trad., Antiquarian Repertory, 4, 1809, p. 549-662 ; ibid., C.L. Falkiner (éd.), Illustrations of Irish History, 1904, p. 408-426.

[3] Bougard René, Le Petit Flambeau de la mer, ou le veritable guide des pilotes cotiers, Le Havre, J. Gruchet, 1684, p. 102-140, bois gr. ; éd. aug., Le Havre, J. Hubault, 1691 ; The Little Sea Torch, Londres, pour J.T. Serres, 1801, pl.

[4] Jordan Claude, Voïages historiques de l’Europe, Paris, Brunet – Legras, 16931700, vol. IV (1694), p. 118-133.

[5] Misson de Valbourg Henry, Memoires et observations faits par un voyageur en Angleterre, M. Misson (éd.), La Haye, H. Van Bulderen, 1698, pl. ; Misson’s Memoirs and Observations in his travels […] with some account of Scotland and Ireland, trad. M. Ozell, Londres, D. Browne etc., 1719.

[6] Du Mont de Bostaquet Isaac, Mémoires inédits de Du Mont de Bostaquet gentilhomme normand […] sur le refuge et les expéditions de Guillaume III en Angleterre et en Irlande, C. Read et F. Waddington (éd.), Paris, Michel Lévy frères, 1864, p. 253-376 ; ibid., M. Richard (éd.), Paris, Mercure de France, 1968.

[7] Fontaine Jacques, Memoirs of the Reverend Jacques Fontaine, 1658-1728, D.W. Ressinger (éd.), Londres, Huguenot Society, 1992 ; Mémoires d’une famille huguenote victime de la révocation de l’Édit de Nantes, B. Cottret (éd.), Montpellier, M. Chaleil, 1992, p. 162-222.

[8] Lacoste Benjamin, Détail de mes études, voyages, campagnes et aventures qui me sont arrivés pendant le cours de cinquante-deux années, manuscrit, 1730, Bodleian Library, Oxford, Rawl. D. 452.

[9] La Motraye Aubry de, Voyages en anglois et en françois […] Sur quelques parties de la France, de la Flandre, de l’Angleterre et de l’Irlande, La Haye, pour l’auteur, 1732, p. 464-480, front. gr., cartes et pl.

[10] Miège Guy, État présent de la Grande-Bretagne, Amsterdam, Wetstein, 1738, vol. II, p. 503-504.

[11] Bellin Jacques-Nicholas, Essai géographique sur les Isles Britanniques, Paris, Didot, 1757-1758, fr. gr., cartes et pl.

[12] Expilly Jean-Joseph, Description historique-géographique des Isles Brittaniques, Paris, Prault, 1759, p. 377-434, cartes.

[13] Bombelles Marc-Marie de, Journal, J. Grassiou et F. Durif (éd.), Genève, Droz, 1977-1998, 4 vol., vol. II ; Journal de voyage en Grande-Bretagne et en Irlande, 1784, J. Gury (éd.), Oxford, Voltaire Foundation, 1989, p. 222-278.

[14] Chantreau Pierre-Nicolas, Voyage dans les trois royaumes d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande fait en 1788 et 1789 par le citoyen Chantreau, Paris, Briand, 1792, vol. III, p. 128-221.

[15] Baert-Du Holant Charles-Alexandre-Balthazar-François de Paule de, Tableau de la Grande Bretagne, de l’Irlande et des possessions anglaises dans les quatre parties du monde, Paris, H.-J. Jansen, an VIII [1800], vol. I, p. 223-387, pl. ; ibid., Paris, Maradan, an X [1802].

[16] Coquebert de Montbret Charles-Étienne, Journal (1789-1791), manuscrit, Bnf, ms. nouv. acq. fr. XXIII, Irlande, 20097-20100. Extraits édités par S. Ní Chinnéide, Journal of the Cork Historical and Archaeological Society, 78, 1973, p. 1-13, 117-123, ibid., 79, 1974, p. 14-25 ; Journal of the Galway Archaeological and Historical Society, 25, no 1 et 2, 1952, p. 1-14 ; ibid., 35, 1976, p. 55-66 ; ibid., 36, 1977-1978, p. 30-42 ; Journal of the Kerry Archaeological and Historical Society, 6, 1973, p. 83-100 ; Journal of the Kildare Archaeological and Historical Society, 15, no 4, 1974, p. 376-386 ; Journal of the Royal Society of Antiquaries of Ireland, 104, 1974, p. 29-38 ; North Munster Antiquarian Journal, 5, no 4, 1948, p. 96-101 ; ibid., 14, 1971, p. 65-74 ; Old Athlone Society Journal, 2, no 5, 1978, p. 15-23.

[17] La Tocnaye Alain de Bougrenet de, Promenade d’un Français dans l’Irlande, Dublin, Graisberry, 1797 ; ibid., Brunswick, l’auteur, 1801, IV – 357 p. ; A Frenchman’s walk through Ireland, 1796-1797, trad. J. Stevenson, Belfast, McCaw, Stevenson & Orr et Dublin, Hodges, Figgis & Co, 1917 ; ibid., J.A. Gamble (éd.), Belfast, Blackstaff Press, 1984.

[18] Sarrazin Jean, « Notes sur l’expédition d’Irlande », L’Ami des Lois, no 12031214, 4-15 décembre 1798 ; An officer’s account of the French campaign in Ireland in 1798, R. Hayes (éd.), The Irish Sword, II, 1954-1956, p. 110-118, 161-171 ; Mémoires du Général Sarrazin, 1770-1848, Bruxelles, Vancaulaert, 1848, p. 8296, 458-460.

[19] Ferri de Saint-Constant J.-L., Londres et les Anglais, Paris, Fain jeune, an XII, vol. IV, p. 236-362.

[20] Jobit Jean-Louis, « Journal de l’expédition d’Irlande », N. Costelloe (éd.), Analecta Hibernica, 11, 1941, p. 7-55.

[21] Pictet Marc-Auguste, Voyage de trois mois en Angleterre, en Écosse et en Irlande, Genève, Imprimerie britannique, an XI, p. 108-226, pl.

[22] Dupin François P. Charles, Narrative of two excursions to the ports of England, Scotland and Ireland, in 1816, 1817, and 1818, Londres, R. Phillips, 1818.

[23] Richepance Eugène, Un voyage en Irlande en 1821, manuscrit, National Library of Ireland, ms. 13,555.

[24] Montulé Édouard de, Voyage en Angleterre et en Russie, pendant les années 1821, 1822 et 1823, Paris, A. Bertrand, 1825, vol. I, p. 187-228, atlas, pl.

[25] Depping Georges-Bernard, L’Angleterre ou Description historique et topographique du Royaume-Uni, Paris, É. Ledoux, 1828, t. 3.

[26] Duvergier de Hauranne Prosper, Lettres sur les élections anglaises et sur la situation de l’Irlande, Paris, Sautelet, 1827, p. 137-260.

[27] Montalembert Charles-René Forbes de, Journal de voyage en Irlande, 1830, M.-H. Pauly (éd.), Dublin Magazine, XV, no 2, avril-juin 1940, p. 60-73 ; Journal intime inédit, L. Le Guillou et N. Roger-Taillade (éd.), Paris, CNRS, 1990, vol. II.

[28] Michelet Jules, Journal (1834), manuscrit, Archives nationales ; M.-H. Pauly (éd.), Les Voyageurs français en Irlande au temps du romantisme, Paris, G. Enault, 1939, p. 252-273 ; version modifiée dans Sur les chemins de l’Europe, Paris, E. Flammarion, 1893, p. 78-108.

[29] Beaumont d’Ascq Gustave de, L’Irlande sociale, politique et religieuse, Paris, C. Gosselin, 1839, XX – 417, 395 p. ; 7e éd., revue, avec une « notice sur l’état présent de l’Irlande 1862-1863 », Paris, Michel Lévy Frères, 1863, 2 vol. ; facsimilé de l’édition de 1839, G. Carpentier (éd.), Université de Lille III, CERIUL, 1990, 2 vol.

[30] Tocqueville Alexis de, carnet de voyage (1833 et 1835) ; voir Voyages en Angleterre, Irlande, Suisse et Algérie, in Œuvres complètes, V, 2, J.-P. Mayer et A. Jardin (éd.), Paris, Gallimard, 1958 ; Alexis de Tocqueville’s journey in Ireland, E. Larkin (éd.), Washington, Catholic University of America Press, 1990, XV – 197 p.

[31] Leduc Pierre Étienne Denis, dit Saint-Germain Leduc, L’Angleterre, l’Écosse et l’Irlande, relation d’un voyage récent dans les trois Royaumes, Paris, Levrault, 1838, vol. IV, p. 197-290, carte, pl.

[32] Banneville Gaston, Souvenir d’un voyage en Angleterre en 1838, Paris, L. Féret, 1839, p. 79-100.

[33] Feuillide Jean-Gabriel Capo de, L’Irlande, Paris, Dufey, 1839, 2 vol.

[34] Anonyme, Excursions pittoresques et artistiques en Irlande, Paris, Denner, 1839, II – 327 p.

[35] Galibert Léon et Pellé Clément, Angleterre, Écosse, Irlande, Paris, Firmin-Didot, 1842-1844, vol. IV, p. 518-553.

[36] Anonyme, L’Angleterre, l’Irlande et l’Écosse. Souvenirs d’un voyageur solitaire, Paris, Brockhaus et Avenarius, 1843, vol. II, p. 531-565.

[37] D’Arlincourt Charles-Victor Prévot, Les trois Royaumes, Paris, Dumont, 1844, vol. I, p. 80-318 ; The three kingdoms : England Scotland and Ireland, Londres, Dumont, vol. I, p. 79-307.

[38] Prévost Joseph, L’Irlande au dix-neuvième siècle, Paris, L. Curmer, 1845-1852, 128 p., pl.

[39] Prévost Joseph, Un tour en Irlande, par le Comte Joseph d’Avèze [J. Prévost], Paris, Amyot, 1846, 444 p.

[40] Bekaert P.J., Voyage de Londres à Dublin, et Retour par Belfast, 1846 – indiqué par P. Rafroidi, C.J. Woods, J. McVeagh.

[41] Déchy Édouard, Voyage. Irlande en 1846 et 1847, Paris, Comon, 1847, IV – 296 p.

[42] Jarvis Philippe et Peggy, Souvenirs et impressions d’un voyage en Irlande, Paris, 1847.

[43] Pichot Amédée, L’Irlande et le Pays de Galles, esquisses d’économie politique, d’histoire, de biographie et de littérature, Paris, Guillaumin et Cie, 1850, vol. I, p. 193 sq., vol. II.

Notes

1 Le terme de xénité, dû à Harald Weinrich, permet d’éviter les connotations d’étrangeté.

2 Lire un récit de voyage déjà ancien, c’est faire intervenir un troisième horizon. Voir dans La Conquête de l’Amérique de T. Todorov, le chapitre sur Christophe Colomb, qui est une explication herméneutique de Colomb herméneute.

3 Après William Brereton (1635) il faudra attendre John Dunton (1698) pour les voir réapparaître.

4 [1] La Boullaye Le Gouz 1657, « Au lecteur ». Les références données sous la forme Auteur-Date renvoient à la liste des récits (1650-1850) compilés en fin d’article. La date donnée est celle de l’édition de référence (N.D.E.).

5 [14] Chantreau 1792, p. 191. Leland et Hume sont ses sources principales pour l’histoire, alors que « pour le gouvernement de l’Irlande, sa constitution et les mœurs de ses habitans, les amis de M. La Touche ont, à cet égard, rempli parfaitement nos vues » (p. 161). L’influence des La Touche sur le « tourisme » dans l’est du pays se manifeste à nouveau dans J. Ferrar, A View of […] Dublin [and] A Tour to Bellevue, Dublin, 1796. Comme Chantreau se mêlait volontiers de politique – en 1792, année de la publication de son livre sur l’Irlande, il fut chargé d’une mission secrète auprès des émigrés en Catalogne, pour les surveiller – il est possible que ce récit ait été « commandé ».

6 [33] Feuillide 1839, p. 10-11.

7 [15] Baert-Du Holant 1802, p. 265.

8 [29] Beaumont d’Ascq 1863, p. 356.

9 [26] Duvergier de Hauranne 1827, p. 146. Accusé d’antiprotestantisme mais également hostile à la domination des prêtres en Irlande, il s’inspire des Memoirs of Captain Rock (1824) pour insérér dans son récit la pseudo-lettre d’un Jésuite qui se réjouit que la politique anglaise fasse si bien ses affaires : « 20 ans d’îlotisme de plus et le pays est à nous » (p. 231).

10 [41] Déchy 1847, p. 132.

11 [1] La Boullaye Le Gouz 1657, p. 468.

12 [2] Jouvin 1672, p. 484.

13 [9] La Motraye 1732, p. 475.

14 [17] La Tocnaye 1801, p. 48.

15 Le premier coup d’œil est souvent déterminant pour la lecture d’un site nouveau. La vision qui se présente à Pictet est typique : « Nous entrevoyions dans le lointain, sous les rayons du soleil couchant, cette Irlande, ce pays à demi-sauvage que nous allons parcourir » ([21] Pictet An XI, p. 108).

16 [17] La Tocnaye 1801, p. 23.

17 [28] Michelet 1939, p. 261.

18 [41] Déchy 1847, p. 144.

19 D’Esgrigny remarque que les valets de ferme et les servantes gagnent très peu de gages et ne vivent que « de lait et de pommes de terre, qui est une nourriture admirable pour les gens qui y sont accoutumez et commune en ce pays-cy » (6 juin 1690, in Franco-Irish Correspondence, S. Mulloy (éd.), Dublin, Stationery Office, 1984).

20 [2] Jouvin 1672, p. 479.

21 [26] Duvergier de Hauranne 1827, p. 216.

22 Ces auteurs latins sont lents à partir : en 1843 on cite encore, sans ironie apparente, Pomponius Mela à propos du climat irlandais réputé insalubre pour les humains ([36] Anonyme 1843, p. 533).

23 J. Kristeva, Étrangers à nous-mêmes, Paris, Gallimard, 1988. Pour la guerre de propagande autour du caractère des Irlandais avant 1800, voir J. Leerssen, Mere Irish and Fíor-Ghael, Amsterdam, J. Benjamins, 1986 (rééd. Cork, Cork University Press, 1996).

24 Voir M. Ozouf, L’École de la France, Paris, Gallimard, 1984.

25 À propos de cette première vague de celtophilie voir C.-G. Dubois, Celtes et Gaulois au xvie siècle, Paris, Vrin, 1973 ; A. Jouanna, L’Idée de race en France au xvie siècle et au début du xviie, Montpellier, Université Paul Valéry, 1981, 2 vol.

26 Par exemple, Montulé : ils ont « quelque chose de méridional. Leur taille n’est pas très élevée, leurs yeux et leur peau sont bruns ; leur regard a cette activité inquiète qu’on trouve toujours dans le midi et jamais dans le nord » ([24] Montulé 1825, p. 191). Ou Michelet : « Yeux bleus foncé, cheveux noirs […], c’est-à-dire à la fois septentrional et méridional, c’est-à-dire le midi du nord, mais également impersonnel » ([28] Michelet 1939, p. 259).

27 « La politique des Anglais a été de tenir ces peuples-ci comme des esclaves […] ; cela les a rendus si bestes qu’ils n’ont presque point d’humanité » (D’Esgrigny) ; « [les paysans] sont aussi esclaves des Seigneurs Irlandois que les Russes le sont des Boïars » ([9] La Motraye 1732, p. 470).

28 [26] Duvergier de Hauranne 1827, p. 234.

29 Ibid., p. 219.

30 [36] Anonyme 1843, p. 535.

31 « Histoire naturelle », XII, 194, a, b et c, XIV, 770 a ; vol. VI des planches, « Règne minéral », 6e collection, pl. 6.

32 W. Hamilton, Voyage à la côte septentrionale du comté d’Antrim, Paris, Fauchet, 1765 (édition originale : Londres, 1764).

33 J. Whitehurst, Original State and Formation of the Earth (1778) cité par B.M. Stafford, Voyage into substance, Cambridge – Londres, MIT Press, 1984. C’est moi qui traduis.

34 [15] Baert-Du Holant 1802, p. 1.

35 Terme dont J. Leerssen (Remembrance and Imagination, Cork, Cork University Press, 1996) désigne la tendance, chez certains auteurs irlandais après 1800, à exagérer l’altérité irlandaise, tendance qui est aussi présente, me semble-t-il, dans les performances des guides.

36 [14] Chantreau 1792, p. 132.

37 [36] Anonyme 1843, p. 546.

38 [26] Duvergier de Hauranne 1827, p. 198.

39 [33] Feuillide 1839, p. 63.

40 Ibid., p. 42.

41 [28] Michelet 1939, p. 253.

42 [36] Anonyme 1843, p. 546.

43 J. Leerssen, Remembrance and Imagination, et « The Western mirage : on the Celtic chronotope in the European imagination », in Decoding the Landscape, T. Collins (éd.), Galway, Centre for Landscape Studies, 1994, p. 1-11.

44 [17] La Tocnaye 1801, p. 202.

45 [17] La Tocnaye 1801, p. 209.

46 Ibid., p. 210.

47 B. de Maillet avait, dans Telliamed (1748), exposé sa théorie de la dissolution et métamorphose perpétuelles du cosmos, ainsi que l’idée que toutes les planètes avaient connu de nombreuses inondations.

48 [17] La Tocnaye 1801, p. 212.

49 Il évoque avec humour « ces bas de laine qui seuls peuvent donner à penser à bien des gens, même en Irlande, que Conomarra existe » (p. 215), bas que tricotent tout en marchant les femmes qu’il croise dans les montagnes.

50 Par exemple Feuillide passe plusieurs jours « égaré à dessein dans le Cunnemara » ([33] Feuillide 1839, p. 285), où naturellement il ne rencontre que des gens de la souche milésienne la plus pure.

51 [17] La Tocnaye 1801, p. 207.

52 Cette version optimiste n’est pas courante dans la tradition irlandaise. Le plus souvent l’île est définitivement perdue, dans quelques versions elle se manifeste brièvement tous les sept ans. L’étude la plus compréhensive des îles mythiques des Irlandais est toujours celle de T.J.Westropp, « Brasil and the Legendary Islands of the North Atlantic », Royal Irish Academy Proceedings, XXX, Section C, 1912, p. 220-263.

53 C.-V. Bonstetten, L’Homme du Midi et l’homme du Nord [1824], Lausanne, Éditions de l’Aire, 1992.

54 M.-M. Martinet, Le Voyage d’Italie dans les littératures européennes, Paris, PUF, 1996.

55 [36] Anonyme 1843, p. 550.

56 J. Michelet, Le Peuple, Paris, Flammarion, 1974, p. 224.

57 [28] Michelet 1939, p. 257.

58 J. Michelet, Le Peuple, p. 74.

59 [26] Duvergier de Hauranne 1827, p. 245.

60 Cette liste est ordonnée suivant la chronologie des événements que rapportent les récits.

Auteur

French Department, National University of Ireland, Galway

© Presses universitaires de Caen, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540