Version classiqueVersion mobile

La guerre en Normandie (XIe-XVe siècle)

 | 
Anne Curry
, 
Véronique Gazeau

Résumés français et anglais

Texte intégral

Nicolas Abraham

Le Clos du Cotentin à l’aube du XVe siècle : une région en ruine ?

1Fortement touché par le passage de troupes armées dans la première moitié de la guerre de Cent Ans et par le « vuidement », le Cotentin tente de se reconstruire à partir de la dernière décennie du XIVe siècle. Quelle était donc la situation économique des campagnes du Cotentin à cette époque ? Les sources étudiées ici viennent souligner la désolation des seigneuries et l’état d’abandon des campagnes mais montrent aussi les efforts produits par la population pour remettre en culture des terres laissées à l’abandon depuis de nombreuses années et reconstruire les bâtiments seigneuriaux tels que les moulins avant que des raids anglais sur les côtes puis la conquête de la Normandie par les Anglais ne fassent craindre de nouvelles destructions.

2The Cotentin was considerably affected by the passage of troops in the first phase of the Hundred Years’ War and by the effect they had on the population, but efforts towards reconstruction began in the 1390s. What, then, was the economic situation in the countryside of the Cotentin in this period? The sources studied in this chapter give evidence of the ruination of seigneurial lands and the abandonment of cultivation but also emphasise the efforts of the population to put lands back into cultivation and to rebuild lordly buildings such as mills. However, several English attacks on the coasts of the Cotentin followed by the conquest of Normandy by the English in 1417-1419 generated fears of a new wave of destruction.

Rémy Ambühl

« Il ne voudroit faire chose qui fust a deshonneur » : Charles VII à la conquête de Rouen (1449)

3Le dimanche 19 octobre 1449, les habitants de Rouen, aidés par Charles VII, se soulèvent contre le gouvernement anglais. Le duc de Somerset, sa famille et ses hommes sont forcés de se réfugier dans le château et le palais de la capitale normande. L’armée de Charles VII, qui est venue au secours des habitants, entre dans la ville avant la fin de la journée. Le château et le palais, les deux derniers bastions anglais, sont bientôt assiégés. Les Anglais ne voient d’autre solution que de négocier leur reddition. Somerset déclare être en droit de partir librement selon ce qui lui a été promis quelques jours plus tôt par un député de Charles VII, lors de la conférence de Port-Saint-Ouen. Le roi de France conteste ce droit, mais « il ne voudrait faire chose qui fût à déshonneur ». La requête de Somerset se transforme en litige. Une enquête est ouverte. Charles VII, qui professe son impartialité, propose de remettre le jugement de cette affaire entre les mains d’une commission d’arbitrage. Cette situation extraordinaire, impensable, est passée sous silence dans les chroniques. Deux relations anonymes de la reddition du château et du palais de Rouen en présentent les enjeux, révélant l’importance du langage de l’honneur dans les négociations. Elles mettent également en lumière la stratégie politique du « recouvrement » de la Normandie et son influence sur la production des écrits.

4On Sunday 19 October 1449, the citizens of Rouen, supported by Charles VII, rose up against the English government. The duke of Somerset, his family and retinue were forced to take refuge in the castle and palace of the Norman capital. The army of Charles VII, coming to the relief of the citizens, entered the city before the end of the same day. The castle and palace, the last two English bastions, were quickly subjected to siege. The English saw no solution other than to negotiate their surrender. Somerset claimed his right to leave freely according to what had been promised a few days earlier at the discussions at Port-Saint-Ouen by a representative of Charles VII. The French king challenged this right, but expressed his wish not to do anything dishonourable. The request of Somerset triggered litigation. An enquiry was opened. Charles VII, who claimed to be impartial, proposed that judgement on the matter should be placed in the hands of an independent commission of arbitration. This extraordinary, and in many ways unthinkable, situation was ignored by the chroniclers of the period. Two anonymous accounts of the siege and the surrender of the castle and palace of Rouen discuss the case at length. They reveal the importance of the language of honour in the negotiations. They also shed light on the political strategy of the French crown and the influence it had on the narrative of the French “recovery” of Normandy.

Quentin Auvray

Relire et comprendre Godefroy d’Harcourt, un noble normand au début de la guerre de Cent Ans

5Une double tradition historiographique a fait de Godefroy d’Harcourt, fils cadet de l’importante famille des Harcourt et seigneur de Saint-Sauveur-le-Vicomte, un homme aux fidélités fluctuantes et un héros normand. La relecture des sources tend à le montrer comme un noble attaché à ses droits et prêt à les défendre par tous les moyens. Se tournant vers le roi d’Angleterre car s’estimant lésé par la justice du roi de France, il s’appuie sur un réseau de clients normands qui, le cas échéant, le soutiennent par les armes dans la défense de ses intérêts locaux. Si les troubles et les nombreux faits d’armes dont il est accusé ne peuvent être niés, ceux-ci doivent être relus à la lumière de ses intérêts personnels, bien loin, à l’origine, du conflit franco-anglais.

6A bifurcated historiographical tradition has made Godefroy d’Harcourt, the second-born son of the important Harcourt family and lord of Saint-Sauveur-le-Vicomte, both a man of fluctuating loyalty and a Norman hero. A review of the sources suggests rather a noblemen strongly attached to his rights and ready to do anything in order to defend them. Feeling that he had been unjustly treated by the justice of the French king, he turned his loyalty to the king of England, and could count on a network of Normans linked to him who would be ready to take up arms to defend his local interests. Whilst it cannot be denied that he caused difficulties and stirred up war, his actions need to be reviewed within the context of his personal interests which were initially quite separate from the Anglo-French conflict.

Matthew Bennett

Three Conquests of Normandy, c. 1099-c. 1204

7En un peu plus d’un siècle, le duché de Normandie fut trois fois vaincu : par l’Angleterre (1099-1106), par l’Anjou (1136-1145) et par la France (1199-1204). Le facteur commun pour le vainqueur réside dans le soutien des nobles normands par fidélité, par contrainte ou par corruption ouverte. Les historiens modernes, qui suivent les chroniqueurs contemporains partiaux, exagèrent la perfidie de cette classe. En réalité, les nobles se trouvaient souvent écartelés par des fidélités contradictoires. À cette époque, la personnalité du souverain était décisive, mais le choix était influencé, bien sûr, par un ensemble de questions juridiques, sociales, financières et technologiques. Et au total, il convient de considérer que les liens de la fidélité étaient compris en termes de rapports personnels et non pas en termes territoriaux, sauf à tomber dans un nationalisme anachronique.

8The duchy of Normandy was conquered three times in just over a century: from England (1099-1106), from Anjou (1136-1145) and from France (1199-1204). The common factor in success was winning the support of the Norman nobility by allegiance, coercion or outright bribery. Their supposedly troublesome and treacherous nature has been exaggerated by modern historians following the biases of contemporary chroniclers. They were often faced with dilemmas of conflicting lordships. In this period, the personality of a ruler was crucial; but a matrix of legal, social, financial and technological factors also influenced the outcome. Above all, it is important to understand that ties of loyalty were largely conceived in personal terms rather than territorial ones, let alone anachronistic attributions of nationalism.

Philippe Charon

Combattants étrangers et routiers en Normandie au XIVe siècle

9L’histoire de la Normandie au XIVe siècle est sans conteste marquée par la domination de Charles, comte d’Évreux et roi de Navarre (1332-1387). Sa principauté, et plus généralement le duché normand, sont marqués par un triple phénomène : des débarquements d’armées anglaises, un régime d’occupation militaire étrangère et une infestation de routiers. Quelles ont été les circonstances et les conséquences de ces présences d’hommes d’armes étrangers, et comment le pouvoir du roi de France et celui du comte d’Évreux réagirent-ils pour s’en défendre ou, au contraire, en tirer profit ?

10The history of Normandy in the 14th century is unquestionably marked by the domination of Charles count of Évreux and king of Navarre (1332-1387). His principality, and more generally the Norman duchy, are marked by a triple phenomenon: landings of English armies, a regime of foreign military occupation, and an infestation of routiers. What were the circumstances and consequences of the presence of foreign men-at-arms and how did the king of France and the count of Évreux react to defend themselves from them, or to what extent did they, on the contrary, benefit from them?

Philippe Contamine

Un regard sur le Recouvrement de Normendie (1450) attribué à Gilles le Bouvier, dit le Héraut Berry

11À tonalité essentiellement militaire, la chronique appelée Recouvrement de Normendie, dont on possède plusieurs manuscrits du XVe siècle, est consacrée à la reconquête de ce duché par Charles VII en 1449-1450. Son texte a été repris, non sans quelques variantes, dans les Chroniques du roy Charles VII dues à Gilles le Bouvier, dit le Héraut Berry. L’absence de la mention des lettres royales en date du 31 août 1450, qui prescrivaient la commémoration annuelle à travers le royaume de la recouvrance de Cherbourg le 12 août précédent, amène à penser qu’elle était alors déjà achevée. Son auteur probable est le Héraut Berry qui, en tant que son roi d’armes, accompagna le roi dans ses déplacements, de Verneuil à Rouen, de Rouen à Caen et à Falaise : n’était-il pas le mieux placé pour rassembler toutes les informations qu’elle contient, en provenance des différents théâtres d’opérations ? Parmi tous les messages qu’elle prétend transmettre, se trouve l’idée que cette campagne modèle se déroula sous le signe de la clémence plutôt que de la violence, par une armée disciplinée autant qu’efficace. Elle ne pouvait que faire honneur à Charles VII, le « roi très chrétien » en même temps que le « roi très victorieux ».

12With its military stamp, the chronicle called the Recouvrement de Normendie, preserved in several manuscripts of the 15th century, contains a full narrative of the recovery of the duchy by King Charles VII in 1449-1450. Subsequently, the text was taken up in the Chroniques du roy Charles VII by Gilles le Bouvier, called Berry Herald. As no mention is made of the King’s letter of 31 August 1450 which ordered an annual commemoration throughout the kingdom of France of the recovery of Cherbourg (12 August), it can be supposed that the Recouvrement was completed before the end of that same month. It can also be supposed that the author of the Recouvrement was Gilles le Bouvier, who, as Charles’s King of Arms, accompanied the king across Normandy, from Verneuil to Rouen, from Rouen to Caen and to Falaise. He was surely the best placed to collect information from the various theatres of operations. Amongst all of the messages which it wished to communicate, we find the notion that this model campaign was conducted within a spirit of royal clemency as much as violence, by an army which was equally well disciplined as it was efficient. It could bring only honour to Charles VII himself, “the most christian” as well as “the most victorious” king.

Godfried Croenen

La guerre en Normandie au XIVe siècle et le problème de l’évolution textuelle des Chroniques de Jean Froissart

13Le Premier Livre des Chroniques de Jean Froissart a été transmis dans plusieurs versions auctoriales, mais la chronologie relative et absolue de ces versions n’a jamais été déterminée de façon précise. Les théories de Siméon Luce et du baron Kervyn de Lettenhove se contredisent en plusieurs points. L’article proposé ici démontre que la version « A », dont seulement des fragments du texte ont survécu, doit représenter la première version auctoriale, écrite probablement en 1381. La version « d’Amiens », datant de la période 1384-1391, est la deuxième version conservée ; la version abrégée, datant de la même période, est pourtant postérieure à la version « d’Amiens ». Les versions « B » et « C » datent d’avant 1399 et respectivement d’après 1391 et 1395. La version « de Rome » est la version auctoriale la plus récente, datant d’après 1404 et d’avant 1415. L’évolution textuelle des Chroniques et les modes de réécritures sont illustrés par des exemples relatant les campagnes militaires en Normandie, en particulier la campagne militaire d’Édouard III en 1346, la campagne menée par le duc de Lancastre en 1356 et le siège de Cherbourg de 1378 à 1379.

14Book I of Jean Froissart’s Chroniques has been preserved in several authorial versions but the relative and absolute chronology of these versions has never been satisfactorily determined. The theories proposed by Siméon Luce and the baron Kervyn de ­Lettenhove contradict each other in several respects. This essay argues that the authorial “A” version has only survived in a fragmentary state but that it must be the first authorial version of the text, to be dated to the year 1381. The “Amiens” version, which can be dated 1384-1391 is the second surviving authorial version, followed by the authorial abridgment, to be dated between the same dates. These are followed by respectively the “B” and “C” versions, both not later than 1399, and respectively after 1391 and 1395. The “Rome” version is the final authorial version of Book I, to be dated after 1404 and not later than 1415. The textual evolution of the Chroniques and the modes of rewriting are illustrated with examples related to some of the military campaigns in Normandy, in particular Edward III’s Normandy campaign of 1346, the duke of Lancaster’s campaign of 1356, and the siege of Cherbourg in 1378-1379.

Anne Curry

La Normandie au XVe siècle : l’occupation militaire d’Henri V et le contrôle des garnisons

15Henri V fut célébré par les chroniqueurs français pour sa grande compétence en matière de discipline militaire. Plusieurs séries d’ordonnances pour ses armées expéditionnaires sont connues mais il apparaît que, une fois la Normandie placée sous son contrôle, de nouvelles règles devinrent indispensables pour codifier les relations quotidiennes avec les populations civiles. Cette contribution traite de la mise en œuvre de règles destinées aux soldats dans les garnisons de Normandie, et notamment de deux textes-clés de septembre 1419 et d’avril 1421.

16Henry V was praised even by French chroniclers for his high standards of military discipline. Several sets of ordinances for his expeditionary armies are known, but it is clear that once he had secured Normandy under his control, new rules were needed to regulate soldiers now in daily contact with civilians. This paper considers the development of regulations for soldiers in garrisons in Normandy, concentrating particularly on two key texts of September 1419 and April 1421.

David Fiasson

Ravitaillement, communications et financement de la garnison du Mont Saint-Michel (1417-1450)

17Au XIXe siècle, les historiens français se sont penchés sur la résistance du Mont Saint-Michel à l’occupation anglaise ; leurs travaux l’envisageaient comme un exploit isolé, arraché par de loyaux Français à l’écart du royaume de Bourges. La vaillance des défenseurs, les avantages exceptionnels d’une place fortifiée par l’art et par la nature, le soutien des Malouins expliquaient seuls l’heureuse issue. Cette contribution a pour objectif de souligner, à l’inverse, l’importance des liens entre la place et les territoires tenus par Charles VII. L’existence de flux ininterrompus de vivres, d’argent et de renseignements permet de souligner la capacité du parti du Dauphin à intervenir dans la France du Nord, bien avant la reconquête, à l’instar des coups portés aux intérêts anglais en Lorraine par Robert de Baudricourt et Robert de Sarrebrück.

1819th-century French historians tended to see the resistance of Mont Saint-Michel against the English in Normandy as an isolated exploit by a few loyal Frenchmen, independent of Charles VII’s “kingdom of Bourges”. They considered the bravery of the defenders, the extraordinary advantages of a place protected by both nature and artifice, and the provision of support from Saint-Malo, to be enough to give the defenders of the Mont the edge over the English. This chapter argues that in fact there were important contacts between the Mont and the Valois royal government in the Loire Valley. A continuous flow of men, cash and supplies underlines the ability of Charles to intervene in northern France, well before his reconquest of Normandy. These actions parallel those of Robert de Baudricourt and Robert de Sarrebrück in Lorraine from 1420 onwards.

Xavier Hélary

Le service militaire dû au roi en Normandie au XIIIe siècle : autour de l’ost de 1272

19Trois listes subsistent pour l’« ost de Foix », conduit en 1272 par le roi de France Philippe III (1270-1285) pour mater la révolte du comte de Foix. Les trois listes donnent les noms des vassaux convoqués, de ceux qui se sont effectivement présentés à Tours et de ceux, enfin, qui sont allés jusqu’à Toulouse. Comme les historiens l’ont déjà souvent remarqué, la part des vassaux normands parmi les noms cités est prédominante, ce qui confirme la solidité de la structure féodale en Normandie. Cette contribution se veut un travail préalable à une nouvelle édition des trois listes et à une étude approfondie du service féodal dans le royaume de France au XIIIe siècle.

20Three lists survive for the expedition led by the king of France, Philip III (1270-1285), in 1272 against the rebel count of Foix. These lists give the names of the vassals summoned, of those who presented themselves in Tours and of those who actually went to Toulouse. As historians have already noted, the proportion of Norman vassals is notably high, which confirms the strength of the feudal structure with in Normandy. This chapter stands as a preliminary study for a proposed new edition of the three lists and for an extended study of feudal service in the kingdom of France in the 13th century.

Daniel Jaquet, Vincent Deluz et Delphine Dejonghe

L’art d’archerie. Les apports de l’étude des textes techniques au regard de l’historien sur l’arc long et son emploi dans le conflit franco-anglais de la fin du Moyen Âge

21Cette contribution présente l’intérêt de l’étude d’un texte technique anonyme du XVe siècle sur l’archerie peu abordé par l’historiographie pour nuancer les débats sur l’emploi de l’arc, notamment dans le conflit franco-anglais de la fin du Moyen Âge. Les questions de plus en plus pragmatiques sur l’arme, son emploi et son efficacité, sous-jacentes en particulier dans l’historiographie anglo-saxonne, sont difficilement solvables en raison du manque de sources archéologiques ou documentaires permettant d’apporter des réponses directes. L’emploi par les historiens de différentes formes de démarches expérimentales pas toujours conduites selon des protocoles scientifiques contribue à troubler les débats. Nous proposons une revue de l’historiographie sur la question, puis la présentation de la source technique et enfin les pistes de recherche induites par l’analyse de l’œuvre, incluant des démarches expérimentales, pouvant apporter une contribution valable aux travaux sur l’archerie médiévale.

22This contribution presents an anonymous 15th-century technical text about archery, which has to date received little attention in the ongoing debate about the use of the bow in the Anglo-French conflict of the later Middle Ages. Questions about the weapon, in particular concerning its use and its efficiency, have been a particular concern especially in English historiography, but are difficult to answer because of the lack of surviving archaeological evidence and contemporary technical documentation. Historians have used various types of experimentation and simulation but these activities have not always been carried out using the best scientific standards and have therefore blurred the debate. We offer here a review of the historiography before presenting the treatise. We also outline potential research approaches stimulated by its contents, including experimental processes which could provide a useful contribution to an understanding of medieval archery.

Élisabeth Lalou

La flotte normande à la fin du XIIIe siècle

23La proximité des Normands avec la mer, leur capacité à s’y déplacer et à y commercer n’est pas à démontrer. Le roi de France utilisa à plusieurs reprises les ressources de la Normandie dans les conflits qui l’opposèrent aux Flamands ou aux Anglais. Après les trente années de paix qui ont suivi le traité de Paris (1258-1259), Philippe le Bel s’opposa de nouveau militairement aux Anglais et, à partir de 1294, la volonté de posséder une flotte qui lui permettrait d’avoir la maîtrise de la Manche est très nettement perceptible. C’est à Rouen plutôt qu’à Harfleur que Philippe IV installa le Clos des Galées, l’arsenal royal dirigé par des Génois que le roi fit venir en Normandie. Il tenta aussi, sans grand succès, de s’allier avec les Norvégiens. Les entreprises de guerre sur mer du roi se soldèrent ensuite souvent par des échecs. Nous sommes en droit de nous interroger sur les véritables motivations de Philippe IV le Bel : le roi rêvait-il d’un débarquement en Angleterre, dans la mémoire de l’expédition du prince Louis quelque 80 ans auparavant ou voulait-il seulement être le maître des côtes normandes et flamandes ? La flotte rencontra rapidement des déconvenues, et la bataille de l’Écluse, dans laquelle les Normands et leurs bateaux payèrent un rude tribut, mit un terme définitif à ces grands projets.

24The close proximity of the Normans to the sea, their familiarity with it and use of it, are all indisputable. The king of France exploited the maritime benefits of Normandy on many occasions when at war with the Flemish or the English. After the thirty years of peace that followed the treaty of Paris (1258-1259), Philip the Fair reopened conflict against the English king in 1294: his intentions to have a fleet to give him mastery of the Channel are well known. He chose the city of Rouen rather than Harfleur as the location of his “Clos des Galées”, a royal naval dockyard, supervised by the Genoese whom the king invited to Normandy. Philip also tried to make alliance with the Norwegians but without success. After 1295, offensive enterprises at sea often failed. In this article we explore Philip the Fair’s motivations. Did the king dream of landing in England, as Prince Louis had done 80 years earlier, or did he simply want mastery of the Norman and Flemish seaboard? The French fleet met with difficulties: at the battle of Sluys the Normans and their ships paid a high price for French royal ambitions.

Aleksandr Lobanov et Ekaterina Nosova

Documents Concerning Lancastrian Normandy in the Collections of Saint Petersburg

25Cette contribution est consacrée à la description des documents relatifs à l’histoire de Normandie sous la domination anglaise pendant la guerre de Cent Ans, conservés dans les archives et les bibliothèques de Saint-Pétersbourg. Ceux-ci proviennent de deux sources principales : dépôt des manuscrits de la Bibliothèque nationale de Russie (ancienne Bibliothèque Saltikov-Chtchédrine) et archives de l’Institut d’histoire de Saint-Pétersbourg. Avant d’entrer à la bibliothèque, les documents de la BNR avaient appartenu aux collections de P. P. Doubrovsky (1754-1816), du prince A. Y. Lobanov-Rostovsky (1788-1866) et du comte P. K. (J. P. van) Suhtelen (1751-1836). Ceux des archives de l’Institut d’histoire faisaient partie de la collection rassemblée par l’académicien N. P. Likhatchev (1862-1936). La contribution s’achève par un catalogue des documents (17 pièces) et par l’édition d’un acte d’Henri VI qui porte sur l’audition des comptes de Pierre Surreau, receveur général de Normandie.

26This article concerns documents relating to Normandy under English domination during the 15th-century phase of the Hundred Years’ War which are to be found in the archives and libraries of Saint Petersburg. The documents derive from two principal sources: the Department of Manuscripts of the National Library of Russia (formerly the Bibliothèque Saltikov-Chtchédrine) and the Archives of the Historical Institute of Saint Petersburg. Before coming into the NLR the relevant documents formed part of the collections of P. P. Doubrovsky (1754-1816), Prince A. Y. Lobanov-Rostovsky (1788-1866) and Count P. K. (J. P. van) Suhtelen (1751-1836). The documents in the Archives of the Historical Institute of Saint Petersburg derive from the collection assembled by N. P. Likhatchev (1862-1936). The article ends with a calendar of 17 documents and a full transcript of an act of Henry VI concerning the auditing of accounts of Pierre Surreau, receiver-general of Normandy.

Franck Mauger

Les Valois-Alençon : une présence armagnaque en Normandie

27Le nom de Jean Ier d’Alençon figure traditionnellement en bonne place au nombre des victimes de la bataille d’Azincourt (1415). « Sans son aide, la querelle dudit Orléans qui estoit bonne et sainte n’eust peu estre conduite », affirme le chroniqueur Perceval de Cagny, écuyer de l’Hôtel ducal. Derrière la geste guerrière du prince, se dévoile un lignage méconnu, indéfectiblement lié aux intérêts de la Maison d’Orléans. La documentation dispersée de l’ancienne Chambre des comptes d’Alençon et de la chancellerie princière fait écho au propos de Perceval de Cagny et confirme la justesse de vue d’un homme demeuré quarante-six années durant au service des Valois-Alençon : l’Hôtel est bien une arme pour faire la guerre. Cette contribution s’attache au proche entourage du duc Jean, à ses engagements politiques, diplomatiques et militaires dans les années 1407-1415. Il souhaite revisiter l’image d’une Normandie passive attachée d’instinct au légalisme royal et sensible, avec ses villes drapières, à la propagande bourguignonne. Il existe une autre Normandie, qui ne se résume pas aux seuls intérêts économiques de la vallée de la Seine : la Normandie occidentale, une Normandie armagnaque.

28The name of Jean I, duke of Alençon, is well known amongst the victims of the battle of Agincourt (1415). According to the chronicler Perceval de Cagny, an esquire of Duke Jean, “Without his aid, the quarrel of Orléans, which was right and strong, could not have been fought”. Behind the Duke’s military action lay a strong connection to the interests of the House of Orléans. The now much dispersed archives of the Chambre des comptes of the dukes of Alençon and of the princely chancery echoes the view of Perceval de Cagny, confirming the opinion of a man who spent 46 years in the service of the Valois-Alençon. The household was indeed an organization to wage war. This chapter looks at the close entourage of Duke Jean, at his political, diplomatic and military arrangements in the years from 1407 to 1415. It revisits the traditional image of a passive Normandy by instinct fully committed to royal legitimacy and sensitive, especially in its cloth towns, to Burgundian propaganda. There existed a different Normandy which was not determined solely by the economic interests of the Seine Valley – western Normandy, a Normandy which was Armagnac.

Neil Murphy et Graeme Small

Town and Crown in Late 15th-Century France : Rouen after the Réduction, c. 1449-1493

29Les bonnes villes et leurs gouvernants ont joué un rôle très important dans la réaffirmation et l’affermissement du pouvoir royal dans le royaume de France dans la seconde moitié du XVe siècle, non pas comme dominés par la couronne, comme le disait Henri Sée, mais comme partenaires dans une « entente cordiale », comme l’a dit plus récemment Bernard Chevalier. Qu’en était-il de la capitale de la Normandie pendant cette période ? Le duché avait une valeur stratégique considérable en raison des guerres bretonnes et bourguignonnes, mais aussi en raison d’une menace anglaise qui restait très présente durant le XVe siècle. Malgré les conditions économiques peu favorables de la première moitié du XVe siècle, le roi considérait la Normandie comme l’une de ses provinces les plus riches. En même temps, les victoires militaires de Charles VII n’ont pas assuré à son fils Louis XI une autorité incontestée. Cette étude de la politique rouennaise et des relations entre cette ville et la monarchie pendant la seconde moitié du XVe siècle traite de certaines de ces questions à partir de plusieurs sources essentielles, notamment les registres de délibérations municipales.

30Towns and townsmen played a central role in the monarchy’s reassertion of control over the kingdom in second half of 15th century: not domination of towns by the crown, as Henri Sée once argued, but an entente cordiale between them (as Bernard Chevalier stated). So what of capital of Normandy in that period? The duchy was strategically valuable during the Burgundian and Breton wars, and remained under threat from the English throughout the 15th century. Despite the dire economic conditions of the mid-15th century, it is clear that the monarchy still considered it to be one of the richest provinces in France during the period. Despite Charles VII’s victories, royal control in the Duchy was precarious during the reign of Louis XI. Located in these historiographical contexts and grounded in an analysis of town council minutes and other records, this paper will explore relations between the crown and the Norman towns in the second half of the 15th century.

Daniel Power

La chute de la Normandie ducale (1202-1204) : un réexamen

31Cette contribution réexamine les campagnes militaires qui menèrent entre 1202 et 1204 à l’annexion capétienne de la Normandie. Depuis l’œuvre célèbre de Maurice Powicke, The Loss of Normandy (1913), un grand nombre d’études ont examiné ce conflit, mais il reste toujours beaucoup à comprendre du déroulement de la guerre. La contribution commence par une considération des documents fiscaux, des chartes et lettres, et des récits, pour montrer ce qu’ils révèlent de l’avance française en Normandie ainsi que des essais des forces Plantagenêt pour défendre le duché. Ensuite, elle fournit quelques aperçus sur l’identité des participants et sur leur connexion l’un avec l’autre, qui influencèrent le déroulement de la guerre. Enfin, elle présente une série de cartes qui aident à la compréhension de l’établissement du pouvoir capétien en Normandie au fur et à mesure que Philippe Auguste sécurisa les forteresses, le territoire et les allégeances des Normands. Considérées ensemble, ces approches indiquent de nouvelles pistes de recherche qui contribuent à améliorer notre compréhension de la chute du « royaume anglo-normand » et de l’« empire Plantagenêt ».

32This article reappraises the campaigns between 1202 and 1204 that led to the Capetian annexation of Normandy. Despite Maurice Powicke’s epoch-making work The Loss of Normandy (1913) and a number of more recent studies, much still remains to be deduced about the course of the war. The article first considers what fiscal records, charters and letters, and narrative accounts reveal about the French advance into Normandy and the attempts of the Angevin forces to defend the province. It then discusses the identities of the participants as well as the family connections that helped to shape the course of the war. It concludes with a series of maps that depict the French advance as Philip Augustus progressively secured the fortresses, territory, and allegiances of the Normans. Taken together, these different approaches highlight how further research will contribute to our understanding of the fall of the “Anglo-Norman realm” and “Angevin Empire”.

Bertrand Schnerb

« A l’encontre des Anglois ». Les défenseurs de la Normandie entre 1417 et 1419

33En 1417, lorsque commença l’invasion de la Normandie par les Anglais, le duché fut défendu par des troupes majoritairement recrutées sur place. Cependant, malgré la guerre civile opposant « Armagnacs » et « Bourguignons », les princes français, et spécialement le duc de Bourgogne Jean sans Peur, tentèrent de venir en aide aux défenseurs normands. Entre 1417 et 1419, des capitaines bourguignons s’efforcèrent de stopper l’avance anglaise : ainsi, par exemple, Claude de Beauvoir, seigneur de Chastellux, maréchal de France, qui reçut pour mission de défendre la frontière du Vexin. En 1418, quand Henri V entama le siège de Rouen, le duc de Bourgogne envoya des troupes pour renforcer la garnison de la ville. Des sources variées (chroniques, comptabilité, montres et revues) fournissent beaucoup d’informations sur ces gens de guerre bourguignons et sur leurs capitaines. Ils étaient recrutés dans les deux Bourgognes et en Savoie et étaient souvent des combattants expérimentés. Après la capitulation de Rouen, beaucoup d’entre eux furent indemnisés de leurs pertes matérielles et financières.

34In 1417, when the English invasion of Normandy began, the duchy was defended by troops mostly recruited locally. However, despite the civil war in which the Armagnacs and Burgundians were pitted against each other, the French princes, especially John the Fearless, duke of Burgundy, tried to help the defenders of the duchy of Normandy. Between 1417 and 1419, Burgundian captains attempted to stop the English advance: for example Claude de Beauvoir, Lord of Chastellux, marshal of France, whose mission was to defend the Vexin frontier. In 1418, when King Henry V began to besiege Rouen, the duke of Burgundy sent troops to reinforce the garrison of the city. Various sources (chronicles, accounts, musters and reviews of troops) give much information about these Burgundian soldiers and their captains. They were mostly recruited in the duchy and county of Burgundy and in Savoy and were often experienced men of war. After the capitulation of Rouen most of them were compensated for their material and financial losses.

Valérie Toureille

Le siège de Dieppe (2 novembre 1442-15 août 1443) : un épisode de la reconquête française de la Normandie

35Le siège de Dieppe de 1443 est un épisode mal connu de la reconquête de la Normandie. En dehors de la chronologie traditionnelle, cette opération militaire a été longtemps négligée et n’a pas eu l’attention qu’elle méritait. Ce siège est cependant un moment-clé de l’avancée française. La prise de cette place était devenue essentielle pour les Anglais qui espéraient redresser la situation. Cet épisode marque aussi la première véritable intervention militaire du dauphin Louis. À cet égard, cette victoire de l’armée française est aussi une victoire politique pour le futur Louis XI et son retour en grâce après la Praguerie.

36The siege of Dieppe in 1443 is a relatively unknown episode of the recovery of Normandy. In earlier historiography, the operation was not considered a major action or benefit for the French army in Normandy. Yet had the place – an important harbor – fallen to the English, it would most certainly have consolidated their position in the duchy. The intervention of the dauphin Louis (his first action in the war against the English) and his success deserve to be highlighted. In this respect, the French military victory should also be emphasized as a victory for the king’s heir.

© Presses universitaires de Caen, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search