Version classiqueVersion mobile

La guerre en Normandie (XIe-XVe siècle)

 | 
Anne Curry
, 
Véronique Gazeau

Conclusions

François Neveux

Texte intégral

  • 1 Plusieurs contributeurs de ce livre ont écrit des ouvrages sur la bataille d’Azincourt. Mentionnons (...)

1Ce livre sur la guerre en Normandie a réuni les contributions du colloque tenu à Cerisy en octobre 2015, à l’occasion de la célébration du 600e anniversaire de la bataille d’Azincourt (25 octobre 1415)1. En réalité, les participants ont abordé le thème proposé sous un angle beaucoup plus large, du XIe au XVe siècle, même si la guerre de Cent Ans est restée un axe fort des travaux du colloque.

2L’ouvrage s’ouvre par une remarquable introduction historique d’Anne Curry, qui suivait la présentation de Véronique Gazeau. Les deux co-directrices du colloque, qui publient ensemble les actes, ont été les chevilles ouvrières, actives et efficaces, de cette belle entreprise. Rappelons que le colloque s’est tenu dans le cadre très accueillant du château de Cerisy-la-Salle et du Centre international qu’il abrite, sous la houlette tutélaire d’Édith Heurgon. Les participants se trouvaient donc dans les meilleures conditions possibles pour travailler et la qualité de leurs contributions s’en ressent inévitablement.

La Normandie entre guerre et paix (XIe-XVe siècle)

3Au terme du colloque et du livre qui en est issu, force est de constater que, paradoxalement, la Normandie médiévale a été souvent une terre de paix. C’est d’abord la paix ducale, instaurée dès le Xe siècle et restaurée au XIe siècle par Richard II, puis par Guillaume le Conquérant, de 1047 à 1087. Au XIIe siècle, cette paix s’est prolongée la plupart du temps, sous Henri Ier Beauclerc (1106-1135), puis sous Henri II Plantagenêt (1154-1189). Certes, la paix a été troublée par des querelles de succession : entre les fils de Guillaume (1087-1106) ou, à la génération suivante, entre Étienne de Blois et Mathilde l’Emperesse (1135-1154).

4Il faut cependant distinguer ces guerres civiles des guerres « extérieures », opposant les deux rois de France et d’Angleterre. L’expédition de Guillaume le Conquérant, en 1066, avait entraîné un antagonisme séculaire entre les deux rois, l’un devenant le vassal de l’autre, pour la Normandie, puis l’Anjou et l’Aquitaine. C’était une situation insupportable le plus souvent pour les deux protagonistes et porteuse de conflictualité. Même si les épisodes militaires sont relativement rares et d’importance limitée, on est en présence d’un véritable état de guerre entre la France et l’Angleterre, du XIe au XIIIe siècle.

5Au XIIIe siècle, c’est par la guerre que le roi de France Philippe Auguste a réussi à s’emparer de la Normandie (1202-1204). Pourtant, la « paix française » succède à la paix ducale. Elle est officialisée en 1258-1259 par le traité de Paris, qui instaure entre les deux royaumes antagonistes une longue paix (à échelle humaine) de près de 80 ans (1258-1337). Les guerres de cette époque sont des expéditions lointaines : croisades de Saint Louis ou expédition de Philippe III contre le comte de Foix (1272), puis contre l’Aragon (1285). Certes, cette période de paix a été troublée par quelques épisodes guerriers, le plus important étant la guerre de Guyenne (1294-1298).

6Les XIVe et XVe siècles sont marqués par le retour de la guerre, avec ce qu’il est convenu d’appeler « la guerre de Cent Ans ». La première phase de la guerre a durement frappé la Normandie, à partir de la première chevauchée d’Édouard III, en 1346. En Normandie, les opérations militaires ne cessent guère avant la fin du XIVe siècle, lorsqu’on en arrive à la seconde phase de la guerre de Cent Ans. Celle-ci est marquée par le débarquement d’Henri V et la bataille d’Azincourt (1415). Cette grande défaite française est aussitôt suivie par la conquête de la Normandie et par son occupation pendant plus de trente ans (1417-1450).

7Le colloque a été structuré autour de quelques grands axes thématiques : « La guerre de Normandie, un cas ? », « Nature de la guerre en Normandie » et « Moments de crise ». Dans nos conclusions, cependant, nous présenterons l’apport des différentes contributions en les regroupant par ordre chronologique.

La guerre terrestre et maritime aux XIIe et XIIIe siècles

8La première période évoquée dans ce livre est celle des XIIe et XIIIe siècles. Les guerres de cette époque, nous l’avons dit, sont plutôt des affrontements mineurs, dans une phase où le temps de la paix semble prévaloir sur celui de la guerre. Pourtant les conflits internes au monde anglo-normand ont entraîné deux guerres de conquête de la Normandie : celle d’Henri Ier (1099-1106) et celle de Geoffroy Plantagenêt (1136-1145). Matthew Bennett les étudie de façon stimulante, en comparaison avec la conquête de Philippe Auguste (1202-1204). Cette dernière séquence est encore évoquée par Daniel Power, qui s’est livré à une nouvelle lecture des sources, ouvrant la voie à des recherches futures.

9Remarquons cependant que, dans ces années 1202-1204, les opérations militaires ont été réduites à peu de chose. Seul le siège de Château-Gaillard est vraiment important. La chute de cette forteresse réputée imprenable (conjuguée à l’inaction de Jean sans Terre) va entraîner de proche en proche l’écroulement de la Normandie angevine. Villes et châteaux tombent sans combat, jusqu’à la grande ville de Rouen, qui se rend avant même le délai convenu pour la reddition, le 24 juin 1204.

10Au XIIIe siècle, le système féodal normand continue à fonctionner de manière efficace au service du roi de France. C’est ce qui ressort de l’étude du service d’ost dû par les Normands, effectuée par Xavier Hélary à partir des trois listes conservées de l’ost de Foix (1272). Ce service militaire tire évidemment ses racines de l’époque antérieure. Un siècle auparavant, à l’année près, Henri II Plantagenêt avait ordonné une enquête sur les fiefs de Normandie (1172), après l’avoir fait pour les fiefs anglais (en 1166).

  • 2 La conférence prononcée par Dominique Barthélemy n’est pas publiée dans ce volume.

11Il était intéressant de tenter une comparaison du système féodal normand, et plus largement français, avec d’autres féodalités. Dominique Barthélemy a osé une mise en regard audacieuse avec le monde des samouraïs. Il existe des points de convergences indéniables, mais pour une période tardive, celle du shogunat (XVe-XVIe siècles)2.

12La Normandie est très largement ouverte sur la mer et une bonne partie de sa population se livrait aux activités maritimes : la pêche, le commerce et, le cas échéant, la piraterie. En 1066, Guillaume n’aurait pas pu mener à bien sa conquête s’il n’avait pas été capable de rassembler une flotte considérable. Après 1204, les rois de France vont bénéficier de ces dispositions favorables. Pour agir dans la mer de la Manche ou dans l’océan Atlantique, le roi capétien ne peut pas compter sur d’autres puissances maritimes potentielles : ni sur le duché de Bretagne, trop peu intégré dans le royaume, ni sur le comté de Flandre, souvent opposé au pouvoir français. La Normandie reste donc la seule fenêtre maritime utilisable par le roi de France.

13Élisabeth Lalou a étudié cette flotte normande en action à la fin du XIIIe siècle, au cours de la guerre de Guyenne. Cette guerre a été largement causée par des conflits d’ordre commercial entre marins normands (du domaine royal) et marins bayonnais (relevant de l’Aquitaine anglaise). Normands d’un côté, Bayonnais et Anglais de l’autre, se sont livrés de véritables batailles navales dans les années 1292 et 1293. Une fois la guerre déclenchée (en 1294), les Normands sont restés au cœur des opérations sur mer, même si Philippe le Bel a fait appel à ses alliés génois (comme le célèbre Benedetto Zaccarie).

14C’est à cette époque que le « Clos des Galées » de Rouen a été organisé, de façon à construire les nombreux navires nécessaires à la guerre. Il fut réactivé au cours de la guerre de Cent Ans. Car les rois de France ont souvent pensé à une invasion de l’Angleterre et, à chaque fois, les Normands devaient être leur bras armé. Dès 1216, Philippe Auguste avait envoyé son fils, le prince Louis, dans l’Angleterre en rébellion contre Jean sans Terre. En 1339, Philippe VI demanda aux Normands de préparer une expédition de conquête, mais celle-ci fut déroutée vers l’Écluse et déboucha sur une grave défaite, due à la mauvaise qualité du commandement de la flotte. Entre 1369 et 1380, enfin, Charles V fit construire beaucoup de navires de guerre à Rouen et encouragea l’amiral Jean de Vienne à mener de nombreux raids sur les côtes anglaises.

15Avec ces opérations maritimes, nous avons abordé la guerre de Cent Ans, qui couvre une grande partie des XIVe et XVe siècles et qui a été la plus longue période de guerre dans la Normandie médiévale. Le duché est vraiment touché une dizaine d’années après le déclenchement des hostilités, au cours de la « première phase » de la guerre (1340-1380).

La première phase de la guerre de Cent Ans (XIVe siècle)

16Pour faire l’histoire de la guerre, il faut d’abord s’appuyer sur les sources écrites. L’auteur le plus important pour le XIVe siècle reste Jean Froissart. Son œuvre foisonnante est bien connue, mais il importe de la réévaluer. C’est le travail auquel s’est attelé Godfried Croenen, qui s’est aussi intéressé à un autre chroniqueur, Jean Le Bel.

17Si la guerre a touché la Normandie, c’est en grande partie à cause d’un seigneur normand, rebelle aux rois Philippe VI et Jean II, Godefroy d’Harcourt. C’est lui qui, en 1346, a incité Édouard III à débarquer dans le Cotentin, qu’il connaissait bien. Godefroy est donc un personnage très controversé, traître pour les uns, héros de l’indépendantisme normand pour les autres. Quentin Auvray a repris le dossier et replacé le personnage dans le contexte de son temps. On peut mieux comprendre son action et ses revirements si l’on tient compte de la situation politique et économique des années 1340-1350, tout comme de la montée d’un pouvoir royal de plus en plus fort, qui s’affirme au détriment des grands seigneurs féodaux dont Godefroy était le représentant.

  • 3 Pour une mise au point récente sur l’action militaire de Bertrand Du Guesclin, voir F. Neveux et C. (...)

18Un autre personnage central de la Normandie du XIVe siècle est Charles, roi de Navarre et comte d’Évreux, qui se voit octroyer le Cotentin en 1354, pour prix de sa réconciliation (provisoire) avec Jean le Bon. Charles de Navarre est souvent rebelle au pouvoir royal français. Philippe Charon a montré que, pour faire la guerre en Normandie et tenir ses places fortes, ce prince a utilisé des combattants étrangers, notamment des Gascons (comme le captal de Buch et le bascon de Mareuil), mais aussi des Navarrais, des Picards et des Anglais. Ces étrangers sont des routiers, donc des guerriers professionnels, et il est très difficile de s’en débarrasser. Bertrand Du Guesclin n’y réussit que partiellement en 1364, lorsqu’il remporte la bataille de Cocherel sur le captal de Buch et son armée de Gascons, de Navarrais et de Bretons3. Notons que Du Guesclin lui-même était à la tête d’une armée royale tout aussi hétéroclite (rassemblant Normands, Bourguignons, Bretons, etc.). Rappelé en Bretagne par son duc, Charles de Blois, il ne put reprendre toutes les places navarraises en 1364 et dut recommencer en 1378, après une nouvelle rébellion de Charles de Navarre.

19Les batailles rangées de la guerre de Cent Ans sont rares, car les rois hésitent à jouer le tout pour le tout dans le but d’obtenir un « jugement de Dieu ». On peut citer surtout Crécy (1346), Poitiers (1356) et Azincourt (1415) et, sur un mode mineur, Cocherel et Auray (1364). Or, dans ces batailles, les archers anglais ont toujours joué un rôle essentiel, voire décisif. Daniel Jaquet, Vincent Deluz et Delphine Dejonghe ont étudié précisément le mode de combat de ces archers (gallois à l’origine), souvent opposés aux arbalétriers génois. Il a souligné que les Français ont fini par tenir compte de cette réalité et se sont mis à leur tour au tir à l’arc dans le courant du XVe siècle. À cette époque, cependant, le rôle des archers devient moins important, car ils peuvent être anéantis par la nouvelle artillerie à poudre, comme ce fut le cas à la bataille de Formigny (1450).

  • 4 N. Abraham complète ainsi une série d’études qu’il a publiées par ailleurs : « Quand les Anglais te (...)

20Contrairement à ce qui se passe dans une bonne partie du royaume, il n’y a pas de véritable pause de la guerre en Normandie à la fin du XIVe siècle (années 1380-1400). Les Anglais ont tenu Saint-Sauveur-le-Vicomte jusqu’en 1375 et occupé Cherbourg de 1378 à 1393. Ensuite, après la déposition de Richard II, roi pacifique (1399), la Normandie a été rapidement touchée par des raids anglais sur ses côtes. Nicolas Abraham a illustré cette réalité en démontrant à quel point le Cotentin était une région en ruine à l’aube du XVe siècle4.

La seconde phase de la guerre (XVe siècle)

  • 5 Autour d’Azincourt : une société face à la guerre (v. 1370-v. 1420) (Actes du colloque organisé par (...)

21La seconde phase de la guerre de Cent Ans a suscité le plus grand nombre de contributions. Les causes de ce retour des hostilités sont bien connues. Du côté français, c’est la lutte pour le pouvoir entre les Armagnacs et les Bourguignons, qui finit par déboucher sur une véritable guerre civile et sur des alliances avec l’ennemi. Du côté anglais, c’est l’avènement de la dynastie de Lancastre, à nouveau belliqueuse, avec Henri IV et surtout Henri V. La bataille d’Azincourt n’a pas été directement évoquée dans le colloque et dans le livre : elle a fait l’objet d’un colloque parallèle, qui s’est tenu au mois de novembre 20155.

22La conquête de la Normandie par Henri V a été étudiée, en premier lieu, par Anne Curry du point de vue anglais. À partir de 1417, le roi a dû maintenir en permanence une armée de 2 000 hommes pour assurer la sécurité de la Normandie conquise. Ce n’était pas dans les usages du temps et il fallait innover. L’un des problèmes qui s’est posé rapidement a été le maintien de la discipline militaire, qui avait tendance à se relâcher alors que les opérations de conquête étaient terminées. Henri V tenta de régler la question en promulguant deux ordonnances militaires, en 1419 et 1421. Le problème n’était pas résolu à sa mort, en 1422, et son action fut prolongée par le duc de Bedford, au nom du jeune Henri VI.

  • 6 F. Mauger est l’auteur d’une thèse intitulée Le dernier apanage. Gouvernement et administration des (...)

23Deux autres contributions ont présenté le point de vue des défenseurs français de la Normandie. Bertrand Schnerb a étudié le rôle des Bourguignons, qu’il s’agisse des défenseurs locaux de sympathie bourguignonne, ou du fort contingent envoyé par le duc de Bourgogne pour soutenir la ville de Rouen (environ 2 500 hommes aguerris). De son côté, Franck Mauger a montré que la Normandie est loin d’avoir été entièrement bourguignonne, comme on l’a trop souvent affirmé. Dès les débuts de la guerre civile, le premier duc d’Alençon, Jean Ier, défend âprement le parti armagnac par une série de campagnes en Normandie, avant de mourir glorieusement à Azincourt. Son fils, Jean II, est fait prisonnier à Verneuil (1424) et doit payer une rançon d’un montant record, qui l’oblige à vendre sa seigneurie de Fougères. Il en a retiré une rancœur tenace contre Charles VII, qui ne l’avait pas beaucoup aidé financièrement, et, après 1450, il se rebella à plusieurs reprises. Pourtant, pendant l’occupation anglaise, ce même Jean II a maintenu une pression constante sur le sud de la Normandie anglaise. Concernant les sympathies des officiers ducaux pour l’une ou l’autre des factions antagonistes, on peut en savoir plus par la prosopographie, comme le prouve Franck Mauger dans sa thèse6.

  • 7 D. Fiasson poursuit une thèse intitulée Les enclaves fidèles aux rois Valois dans la France du Nord (...)

24Le Mont Saint-Michel constitue un cas à part. Seule place forte normande à avoir toujours résisté aux Anglais, elle a fait l’objet d’une légende dorée, quelque peu mise à mal par David Fiasson. Celui-ci s’est intéressé aux problèmes de ravitaillement de la forteresse pendant cette période. Il a bien montré que le Mont est toujours resté en lien étroit avec le gouvernement de Bourges, qui a organisé son approvisionnement, via le duché de Bretagne et grâce aux châteaux des environs tenus par les Armagnacs. Par ailleurs, le trésor des moines a été fortement mis à contribution, non seulement pour la défense du Mont, mais aussi pour d’autres opérations militaires de reconquête7.

25Les Anglais se montrèrent incapables de prendre le Mont, en dépit de deux sièges fameux, en 1424 et 1434. Un tel abcès de fixation les a obligés à maintenir des troupes en permanence dans la région. Cet aspect a été éclairé grâce à de nouveaux documents concernant l’administration civile et militaire de la Normandie sous le règne d’Henri VI, retrouvés par Aleksandr Lobanov et Ekaterina Nosova dans les archives de Saint-Pétersbourg. On y apprend, par exemple, qu’en 1428, le bailli du Cotentin, John Harpellay, a reçu l’ordre de maintenir 20 hommes d’armes et 100 archers dans une bastille, à Genêts ou à Saint-Léonard de Vains, contre le Mont Saint-Michel.

26La résistance exceptionnelle des défenseurs du Mont allait servir d’exemple à d’autres capitaines français, après la fin de l’aventure de Jeanne d’Arc. Dès 1435, Charles des Marets s’empara de la ville de Dieppe, dont il était l’ancien capitaine. En 1440, Louviers fut reprise à son tour. En 1441, enfin, Évreux fut reconquise par Robert de Flocques, qui en devint le bailli royal. Ainsi, une partie non négligeable de la Normandie orientale revenait dans l’obédience de Charles VII. À l’autre extrémité de l’ancien duché, les défenseurs du Mont ne restaient pas inactifs, sous la conduite de Louis d’Estouteville. Le Roc de Granville, qui venait d’être fortifié par Thomas de Scalles (en 1439), fut conquis par eux dès 1442.

27John Talbot s’efforça de compenser cet échec en obtenant un succès à Dieppe, qu’il assiégeait depuis quelque temps. Il avait fait construire une bastille au lieu-dit « le Pollet », qui faisait face à la ville, de l’autre côté de la rivière. Cette tour de bois était garnie de 200 pièces d’artillerie, qui pouvaient battre les murailles. Pour faire lever le siège, il fallait s’emparer de la bastille et le mérite en revint au jeune Dauphin, le futur Louis XI (le 14 août 1443). Cet épisode peu connu a été largement éclairé par Valérie Toureille dans une contribution stimulante. Finalement aucune des villes et forteresses importantes conquises par les Français dans les années 1430 et 1440 ne put être reprise.

28Ces opérations militaires précèdent de peu les trêves de Tours (1444), qui vont geler la situation pendant six ans. On sait que ces années sont utilisées par Charles VII pour organiser son armée et mettre au point une artillerie très efficace, sous la direction des frères Gaspard et Jean Bureau. Cette nouvelle arme joue un rôle essentiel dans les derniers affrontements de la guerre. Or les Français ont réussi à prendre dans ce domaine un avantage décisif, qui va faciliter le « recouvrement de la Normandie ».

Le « recouvrement de la Normandie » et ses conséquences (1449-1450/1475)

29La reprise des hostilités est due à la surprise de Fougères. Cette ville appartenant au duc de Bretagne, François Ier, allié de Charles VII, est attaquée par François de Surienne, dit l’Aragonais, capitaine au service d’Henri VI. L’opération de « recouvrement de la Normandie », préparée depuis longtemps par le roi de France, est alors mise en branle. Le duché est attaqué simultanément de trois côtés : à l’est, par l’armée royale commandée par Dunois et Brézé, avec les comtes d’Eu et de Saint-Pol ; au sud, par l’armée du duc Jean II d’Alençon ; à l’ouest, par l’armée du duc de Bretagne, avec le connétable de Richemont.

  • 8 Voir P. Contamine, « Le recouvrement par Charles VII de son pays et duché de Normandie (15 mai 1449 (...)
  • 9 Gilles le Bouvier, dit le Héraut Berry, Les chroniques du roi Charles VII, H. Courteault, L. Celier (...)

30Cet épisode est éclairé par la contribution de Philippe Contamine8. Celui-ci met en lumière un petit texte peu connu, « Le recouvrement par Charles VII de son pays et duché de Normandie », qu’on peut sans doute attribuer au Héraut Berry, également auteur d’une chronique beaucoup plus célèbre9. L’auteur met justement en lumière le rôle essentiel des hérauts, et éventuellement des poursuivants d’armes, dans l’acheminement des messages. Ce texte attribue à Charles VII le mérite du succès des armes françaises : le roi a su se faire obéir, mais il a aussi fait preuve d’une grande magnanimité envers ses ennemis. L’auteur insiste sur le fait qu’il s’agit d’une campagne militaire exemplaire. Il n’oublie pas la contribution décisive de Jacques Cœur, qui a su trouver les finances nécessaires. Il attribue enfin à Dieu la part qui lui revient, avec les miracles qui ont scandé la progression des armées, en cette année 1450 où le jubilé était célébré à Rome. Ce document présente une nouvelle image de ce roi, plutôt méprisé jusqu’alors, qu’on appellera bientôt « Charles le Victorieux ».

31L’un des épisodes essentiels de la campagne de Normandie est la reddition de Rouen, le 29 octobre 1449. Celle-ci a été étudiée par Rémy Ambühl, d’un point de vue très particulier, celui de l’honneur. Il a montré comment le même sens de l’honneur était partagé par les adversaires, ici Charles VII et le duc de Somerset. La question de l’honneur a été au cœur des négociations directes entre ces deux personnages, tenues au fort de l’abbaye Sainte-Catherine-du-Mont, où le roi avait établi ses quartiers. Cet aspect avait été largement négligé jusqu’à présent par les historiens. Il a été mis en lumière par Rémy Ambühl, grâce à la redécouverte d’un texte peu connu, une relation anonyme de « la réduction de la ville de Rouen ». En revanche, les nombreux chroniqueurs qui racontent la reddition de Rouen l’avaient passé sous silence, craignant sans doute de s’attirer les foudres de Charles VII.

  • 10 P. Contamine nous apprend notamment que, selon l’auteur de ce texte, les Anglais avaient creusé des (...)

32Le dernier épisode du recouvrement, la bataille de Formigny (15 avril 1450), n’a pas été directement étudié dans ce livre. Cette bataille finale a pourtant souvent été évoquée, notamment par Philippe Contamine, qui a montré que le texte du Héraut Berry apportait quelques précisions intéressantes à son sujet10.

33La Normandie est « recouvrée » dans son entier par le roi de France à l’issue de cette bataille, mais la guerre est loin d’être terminée. Deux contributeurs, Neil Murphy et Graeme Small, se sont penchés sur le sort de la ville de Rouen pendant la période suivant la reconquête (1450-1515). S’appuyant sur des documents inédits, ils remettent en perspective la thèse de Bernard Chevalier sur les nouveaux rapports entre le roi et les villes : ils montrent que cette thèse s’applique bien aux villes de la Loire mais beaucoup moins aux villes « de la frontière », comme Rouen, qui avaient appartenu pendant de nombreuses années au roi d’Angleterre.

34Il faut souligner, en effet, qu’il n’y a pas eu de traité de paix entre les royaumes de France et d’Angleterre. Après la bataille de Castillon (1453) et la perte de tous ses territoires français (y compris l’Aquitaine), le royaume d’Angleterre a rapidement sombré dans une guerre civile, la guerre des Deux-Roses. Cependant, le roi Édouard IV a effectué un ultime débarquement, suivi d’une négociation avec Louis XI, qui aboutit au traité de Picquigny (1475). Par ce traité, le roi de France obtenait le départ des Anglais (moyennant finances) et une trêve de neuf ans. Ce n’était pas la véritable paix, mais les Normands ont compris que, de facto, la guerre était finie. C’est le point de départ d’une période d’essor économique qui allait marquer les vingt-cinq dernières années du XVe siècle.

***

35Au total, ce livre apporte beaucoup de nouveau sur la question de la guerre en Normandie. Il comprend de nombreuses contributions novatrices, ouvrant des perspectives inédites. Beaucoup d’auteurs ont pu trouver des sources nouvelles ou, du moins, des sources méconnues et mal exploitées. D’autres (ou les mêmes) ont pu proposer de nouvelles interprétations de sources ou de faits déjà connus depuis longtemps. C’est une autre histoire de la guerre qui se profile à travers cet ouvrage. Celui-ci sera, à n’en pas douter, le point de départ et le catalyseur de recherches à venir, dont profiteront surtout les jeunes chercheurs, étudiants en thèse ou universitaires. En tout cas, à travers ces pages, la Normandie apparaît comme un champ d’expérimentation passionnant pour l’étude de la guerre au Moyen Âge, aussi bien pour la période ducale que pour celle de la guerre de Cent Ans, dont elle a été l’un des enjeux et l’un des théâtres majeurs.

Notes

1 Plusieurs contributeurs de ce livre ont écrit des ouvrages sur la bataille d’Azincourt. Mentionnons notamment : P. Contamine, Azincourt [1964], rééd. Paris, Gallimard (Folio Histoire), 2013 ; A. Curry, Agincourt, a New History, Brimscombe Port, Tempus, 2006 ; V. Toureille, Le drame d’Azincourt. Histoire d’une étrange défaite, Paris, Albin Michel, 2015 ; F. Neveux, Azincourt, la dernière bataille de la chevalerie française, Rennes, Éditions Ouest-France, 2015.

2 La conférence prononcée par Dominique Barthélemy n’est pas publiée dans ce volume.

3 Pour une mise au point récente sur l’action militaire de Bertrand Du Guesclin, voir F. Neveux et C. Ruelle, Du Guesclin, chef de guerre, Condé-sur-Noireau, Corlet, 2016 (bataille de Cocherel, p. 69-82).

4 N. Abraham complète ainsi une série d’études qu’il a publiées par ailleurs : « Quand les Anglais tenaient Cherbourg : des échecs militaires au “vuidement” du Cotentin (1378-1393) », in Les Normands et la guerre (Actes du XLIXe congrès de la FSHAN, Rouen, 2014), B. Bodinier et F. Neveux (éd.), Louviers, FSHAN, 2015, p. 51-57 ; « Galants de la Feuillée et Bretons : contestation populaire d’une occupation militaire à la fin du Moyen Âge », in Événements contestataires et mobilisations collectives en Normandie, du Moyen Âge au XXIe siècle (Actes du LIe congrès de la FSHAN, Lisieux, 2016), B. Bodinier et F. Neveux (éd.), Louviers, FSHAN, 2017, p. 111-116.

5 Autour d’Azincourt : une société face à la guerre (v. 1370-v. 1420) (Actes du colloque organisé par le laboratoire IRHiS, université Lille III, Lille et Azincourt, 4-6 novembre 2015), A. Marchandisse et B. Schnerb (dir.), Villeneuve-d’Ascq, Revue du Nord (Hors-série. Collection « Histoire »), 2017.

6 F. Mauger est l’auteur d’une thèse intitulée Le dernier apanage. Gouvernement et administration des comtés d’Alençon et du Perche (1290-1525), préparée sous la direction de F. Neveux et soutenue le 19 mai 2017 à l’université de Caen Normandie. Le même auteur a déjà publié un ouvrage intitulé Une vicomté normande à l’aube des Temps modernes : Domfront (1450-1525), Le Pays bas-normand, numéro triple 278-279-280, décembre 2010.

7 D. Fiasson poursuit une thèse intitulée Les enclaves fidèles aux rois Valois dans la France du Nord (1407-1450). Aspects militaires et politiques, sous la direction de B. Schnerb (et V. Toureille). Il a déjà publié plusieurs articles importants sur la défense du Mont Saint-Michel : « Abbaye et forteresse : le Mont Saint-Michel au péril de la guerre (des débuts de la guerre de Cent Ans à l’avènement de Pierre Le Roy) », Les Amis du Mont Saint-Michel, t. XIV, no 119, septembre 2014, p. 129-159 ; « Un chien couché au pied du roi d’Angleterre ? Robert Jolivet, abbé du Mont Saint-Michel (1411-1444) », Annales de Normandie, t. LXIV, no 2, juillet-décembre 2014, p. 47-72.

8 Voir P. Contamine, « Le recouvrement par Charles VII de son pays et duché de Normandie (15 mai 1449-12 août 1450) », in La Normandie au XVe siècle : art et histoire (Actes du colloque de Saint-Lô, 2-5 septembre 1998), Saint-Lô, Archives départementales de la Manche, 1999, p. 17-23. Le titre de cette contribution de 1998 est le titre même du document que l’auteur commente dans les pages de ce présent livre.

9 Gilles le Bouvier, dit le Héraut Berry, Les chroniques du roi Charles VII, H. Courteault, L. Celier et M.-H. Jullien de Pommerol (éd.), Paris, Klincksieck, 1979.

10 P. Contamine nous apprend notamment que, selon l’auteur de ce texte, les Anglais avaient creusé des fossés pour se protéger d’une charge de la cavalerie française.

Auteur

Université de Caen Normandie

François Neveux est professeur émérite de l’université de Caen Normandie. Spécialiste de l’histoire des villes, il a travaillé particulièrement sur Bayeux et Lisieux, villes épiscopales (sujet de sa thèse d’État, publiée en 1996). Il a ensuite étendu son champ de recherche à toute la Normandie. Parmi ses publications, la trilogie publiée à Rennes aux Éditions Ouest-France : La Normandie des ducs aux rois (1998), La Normandie royale (XIIIe-XIVe siècle) (2005) et La Normandie pendant la guerre de Cent Ans (XIVe-XVe siècle) (2008), puis Azincourt, la dernière bataille de la chevalerie française (Rennes, Éditions Ouest-France, 2015) et les ouvrages co-signés avec Claire Ruelle, dont Guillaume le Conquérant (Rennes, Éditions Ouest-France, 2013) et Du Guesclin, chef de guerre (Condé-sur-Noireau, Corlet, 2016). Il a également publié avec Pierre Bouet La Tapisserie de Bayeux : révélations et mystères d’une broderie du Moyen Âge (Rennes, Éditions Ouest-France, 2013). Il est président de la Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Normandie.

© Presses universitaires de Caen, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search