Version classiqueVersion mobile

La guerre en Normandie (XIe-XVe siècle)

 | 
Anne Curry
, 
Véronique Gazeau

Un regard sur le Recouvrement de Normendie (1450) attribué à Gilles le Bouvier, dit le Héraut Berry

Philippe Contamine

Résumé

À tonalité essentiellement militaire, la chronique appelée Recouvrement de Normendie, dont on possède plusieurs manuscrits du XVe siècle, est consacrée à la reconquête de ce duché par Charles VII en 1449-1450. Son texte a été repris, non sans quelques variantes, dans les Chroniques du roy Charles VII dues à Gilles le Bouvier, dit le Héraut Berry. L’absence de la mention des lettres royales en date du 31 août 1450, qui prescrivaient la commémoration annuelle à travers le royaume de la recouvrance de Cherbourg le 12 août précédent, amène à penser qu’elle était alors déjà achevée. Son auteur probable est le Héraut Berry qui, en tant que son roi d’armes, accompagna le roi dans ses déplacements, de Verneuil à Rouen, de Rouen à Caen et à Falaise : n’était-il pas le mieux placé pour rassembler toutes les informations qu’elle contient, en provenance des différents théâtres d’opérations ? Parmi tous les messages qu’elle prétend transmettre, se trouve l’idée que cette campagne modèle se déroula sous le signe de la clémence plutôt que de la violence, par une armée disciplinée autant qu’efficace. Elle ne pouvait que faire honneur à Charles VII, le « roi très chrétien » en même temps que le « roi très victorieux ».

Texte intégral

  • 1 Voir le Discours du voyage d’oultremer au tres victorieux roi Charles VII, de Jean Germain, C. Sche (...)
  • 2 Voir entre autres le document intitulé « S’ensuyvent les noms des places que le Roy a conquesté de (...)
  • 3 Parus dans La Normandie au XVe siècle. Art et histoire (Actes du colloque organisé par les archives (...)
  • 4 C. Samaran, « La Chronique latine de Jean Chartier (1422-1450) », in C. Samaran, Recueil d’études, (...)
  • 5 Éd. par A. Vallet de Viriville, Paris, P. Jannet, 1858, 3 vol.
  • 6 Éd. par G. du Fresne de Beaucourt, Paris, Société de l’histoire de France, 1863, 2 vol.
  • 7 Éd. par J. A. C. Buchon, Paris, A. Desrez, 1838.
  • 8 Éd. par W. et E. Hardy, Londres, Longman and Green, 1891 (il s’agit du t. V, couvrant la période 14 (...)
  • 9 Éd. par S. Luce, Paris, Firmin Didot, 1883.
  • 10 Éd. par A. Le Vavasseur, Paris, Société de l’histoire de France, 1890.
  • 11 Éd. par A. Hellot, Rouen, C. Méterie, 1881.
  • 12 Paris, A. U. Coustelier, 1724, 2 vol.
  • 13 Éd. par C. Samaran, Paris, Les Belles Lettres, 1944, 2 vol.
  • 14 Dans Œuvres de Robert Blondel, A. Héron (éd.), Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 1881, t.  (...)

1Haut fait du règne de Charles VII, qui y gagna, aussitôt qu’elle fut achevée et connue, son surnom de « très victorieux » (invictissimus)1, la reconquête de la Normandie se déroula officiellement du 6 août 1449 au 12 août 1450. Elle a bénéficié, du moins du côté français car les vaincus sont restés discrets, d’un nombre appréciable de récits circonstanciés. De ces récits et des documents d’archives y afférents2 auxquels on pourrait joindre les témoignages archéologiques, voire artistiques, ont été tirées depuis le milieu du XIXe siècle quantité d’études, d’ensemble aussi bien que de détail. Qu’il me soit permis de mentionner le petit texte, accompagné d’une carte, intitulé « Le recouvrement par Charles VII de son pays et duché de Normandie (15 mai 1449-12 août 1450) »3. Constatant qu’à une quinzaine d’années de distance ma vision de l’événement s’est à peine modifiée, je voudrais ici mettre l’accent sur la dimension proprement historiographique du sujet : comment et dans quel dessein se sont constitués tous ces récits ? Il faut dire que la plupart d’entre eux prennent place à l’intérieur de narrations plus amples, celles de Jean Chartier, en latin4 et en français5, de Mathieu d’Escouchy6, de Jacques Du Clercq7, de Jean de Wavrin8, de la chronique dite du Mont Saint-Michel9, de Guillaume Gruel10, des Cronicques de Normendie11, de Martial d’Auvergne12 et de Thomas Basin13. Je n’aperçois que deux exceptions : le De reductione Normannie de Robert Blondel14 et l’œuvre, conservée dans une demi-douzaine de manuscrits, commençant par « En l’an mil CCCC XLVIII, le mois de mars, prindrent les Anglois d’eschelle la ville et chastel de Fougieres » et s’achevant par « Chy fine le livre de recouvrement de la duché de Normendie et d’une partie de Guyenne fait par Berry, herault du roy nostre seigneur, esleu a roy d’armes des Franchois ». C’est de ce texte que je voudrais parler.

  • 15 Désormais Recouvrement.
  • 16 Au contraire, la Chronique de Charles VII du Héraut Berry était imprimée depuis 1661 dans l’Histoir (...)

2Il a été tiré de l’oubli par le grand érudit que fut le révérend Joseph Stevenson, dont plus connus et plus appréciés encore sont les trois volumes parus à Londres en 1864, d’une inépuisable richesse, Letters and Papers Illustrative of the Wars of the English in France during the Reign of Henry VI, King of England. Il faut croire que sa cure de Leighton Buzzard, dans le Bedfordshire, lui laissait quelque loisir… L’année précédente (1863), il avait publié ses Narratives of the Expulsion of the English from Normandy MCCCCXLIX-MCCCCL, un recueil qui comprend le De reductione Normannie de Blondel, les actes des Conferences between the Ambassadors of France and England (après la prise de Fougères par François de Surienne) et le Recouvrement de Normendie15, ces trois ensembles tirés de manuscrits de ce qui s’appelait alors la Bibliothèque impériale de France16. Le Recouvrement, auquel est jointe en bas de page une traduction anglaise, est un texte dense d’environ 112 000 signes, couvrant dans les manuscrits que j’ai consultés de 20 à 25 feuillets.

  • 17 Le dispositif fait un peu penser à la Geste des nobles François, par exemple dans le ms. BNF, fr. 5 (...)
  • 18 Je remercie Mme Gillette Labory pour les indications qu’elle m’a aimablement fournies sur ce manusc (...)

3Dans certains de ces manuscrits, le texte s’articule en courts chapitres, chacun pourvu d’un titre, du genre « Comment le roy declara faire guerre aux Anglois et pourquoy », « L’entree du roy a Evreux et a Louviers », « L’arrivee du duc de Bretaigne en Normandie », « Alenczon rendu au duc d’Alenczon »17 : Joseph Stevenson a repris ces divisions, au nombre de 48, dans son édition, alors même que son manuscrit de base, le BNF fr. 5028, sur papier, d’une écriture régulière pouvant dater des années 70 du XVe siècle et d’une mise en page assez soignée quoique dépourvue de miniatures, ne comporte pas ces titres18.

4Dans le manuscrit en question, figure la signature « Marie de Luxembourg », que Stevenson identifie à la veuve de François, comte de Vendôme, mort en 1495. On y trouve, apparemment de la main de trois copistes : 1) les « Hystoires et fais des nobles ducs de Normandie » ; 2) le « Memoire du fait et destruction d’Engleterre en partie » commençant par « Le Roy Richart rendit la ville et le chastel de Brest au duc de Bretaigne l’an mil IIIc IIIIxx et XVI » et finissant par « Je prie Dieu qu’il luy fache mercy et a tous les trespassez aussi. Amen » ; 3) une courte relation des événements militaires qui se déroulèrent de 1414 à 1422, commençant par « En l’an mil CCCC et XIIII au mois de juing vindrent les embassades du roy Henry d’Angleterre » et finissant par « Et firent lors les gens de Paris leur debvoir grandement a l’onneur de luy [Charles VI] et du royaulme mais de tous les seigneurs de son sang n’y eult aucun sinon le duc de Bethefort, anglois, dont c’estoit grant pitié veu son noble sang et linaige » ; 4) le Recouvrement ; 5) le traité de la reddition de la ville de Bordeaux (12 juin 1451) ; 6) les « Lettres du miracle de Bayonne et qui y advint », commençant par « Nous Jehan, conte de Dunois, lieutenant general du roy sur le fait de sa guerre » et finissant par « Fait en nostre ville [sic] devant Bayonne, signé de nostre main et scellee du scel de nos armes ledit XXe jour d’aoust l’an mil IIIIc et cinquante et ung. Ainsy signé : le bastart d’Orleans » ; 7) le traité de la reddition de Bayonne ; 8) le Secret des secrets attribué à Aristote ; 9) la Danse des aveugles de Pierre Michault. En raison de la présence de ce dernier texte, nécessairement, le manuscrit ne peut être antérieur à 1464.

  • 19 Chronique de Charles VII (éd. A. Vallet de Viriville), t. II, p. 112.

5Dans le Recouvrement, ce qui frappe d’emblée, c’est l’habileté montrée par l’auteur à suivre de façon simultanée les différentes opérations militaires dont il a eu connaissance. On peut concevoir qu’il se trouvait là où parvenaient le plus rapidement les informations, c’est-à-dire auprès du roi, en provenance du Sud-Ouest, du Cotentin, de la Normandie orientale et de la Normandie méridionale. L’auteur ne néglige pas pour autant l’itinéraire de Charles VII. En effet, tout partait de lui, tout parvenait à lui. Comme le dit Jean Chartier dans un passage où il énumère les quatre armées qui opérèrent la conquête de la Normandie, « venoient a celle heure gens de toutes parts, portant les ungs nouvelles au roy et les autres aux susdites armees »19.

6De la masse des informations reçues l’auteur n’a retenu, non sans maîtrise, que ce qui était essentiel à son propos. Or les manuscrits du Recouvrement attribuent cette œuvre au Héraut Berry, qui, devenu roi d’armes des Français avec l’approbation de Charles VII, était apparemment le mieux à même de disposer du réseau de ses confrères hérauts ou poursuivants d’armes. On pourrait donc imaginer qu’il fit la campagne de 1449-1450 aux côtés de Charles VII dont le Recouvrement permet précisément de suivre les déplacements.

  • 20 Recouvrement, p. 320.
  • 21 À la différence de Jean Chartier.
  • 22 Charles VII n’est donc pas entré dans Cherbourg.

7Alors qu’il s’apprête à quitter Montils-lès-Tours pour se rendre à Bourges, le Roi apprend la nouvelle de la prise de Fougères en mars 1449. Il rejoint alors Chinon. C’est là que lui parviennent les scellés du duc François Ier et des seigneurs de Bretagne lui certifiant leur engagement contre les Anglais tant que la guerre durera. C’est à Chinon aussi qu’arrive un poursuivant d’armes de la part de l’archevêque de Bordeaux (Pey Berland) lui demandant, d’ailleurs en vain, la restitution des places de Cognac et de Saint-Maigrin. Le 6 août, Charles VII se rend à Amboise pour passer la Loire et « mettre sa puissance et armee en son pays de Normandie ». Tel est le début officiel de la campagne. Le 12 août, il arrive à Vendôme qu’il quitte le 18 en vue de gagner Chartres, atteinte le 22. Le 26, il est au gîte « a moult belle compaignie » à Châteauneuf-en-Thymerais. Le lendemain, il entre dans Verneuil, au milieu de l’enthousiasme général. Le voici ensuite à Évreux, où il passe une seule nuit, puis à Louviers. Là vient le rejoindre son beau-frère, René d’Anjou, roi de Sicile, qui va désormais lui tenir compagnie. Avec lui se trouvent aussi Charles, comte du Maine, et le chancelier de France Guillaume Jouvenel, plus 2 000 lances et les archers. Il est présent au siège de Château-Gaillard. Puis il quitte Louviers, reçoit un bel accueil à Pont-de-l’Arche, s’approche de Rouen, dont il escompte la prompte reddition. Lui et son beau-frère se rendent à Darnétal mais rien ne se passe et ils reviennent à Pont-de-l’Arche, où il se trouve le 16 octobre. Il quitte alors cette ville et fait « chargier son artillerie pour assaillir » l’abbaye de Sainte-Catherine-du-Mont, tenue par les Anglais. Après sa reddition, Charles VII s’y loge. Ses hérauts y conduisent le duc de Somerset, lieutenant général en Normandie pour Henri VI. Tout un développement est consacré à la « responce du roy » aux demandes de Somerset. Charles VII, après avoir célébré la Toussaint à Sainte-Catherine, fait le 10 novembre son entrée solennelle et fastueuse dans Rouen (voir plus loin, fig. 1), ce qui fournit à l’auteur l’occasion d’une longue description. Après cette cérémonie, les clercs et les bourgeois de la ville l’invitent à poursuivre la guerre sans interruption, malgré l’hiver qui approche, car les Anglais peuvent encore nuire. « Le roy estoit en sa chaiere couverte de riche drap d’or en la salle du dit archevesque [Raoul Roussel], lequel les oït longuement et feit son chancelier la responce tellement qu’ilz furent contens »20. Ici on aurait aimé en savoir plus sur le contenu de cette réponse. Puis Charles VII quitte Rouen, ayant endossé non point le pesant et inconfortable harnois blanc mais une brigandine recouverte pour le paraître d’une jaquette de drap d’or. Il se rend à Montivilliers qu’il quitte le 3 janvier 1450 pour se loger à l’abbaye de Jumièges. On le sait par ailleurs : c’est à proximité, exactement au Mesnil-sous-Jumièges, que meurt Agnès Sorel, le 9 février. Toutefois, l’auteur n’en dit mot21. On retrouve Charles VII à l’abbaye Notre-Dame de Grestain, près d’Honfleur, puis à Bernay, ensuite à Essai. De là il envoie ses gens assiéger Fresnay-sur-Sarthe. Le Recouvrement signale ensuite que Charles VII part d’Argentan, avec 500 lances et les archers, il gagne Saint-Pierre-sur-Dives, puis Vaucelles, un faubourg de Caen, mais, après le « disner », il prend gîte à l’abbaye d’Ardenne où il loge pendant toute la durée du siège sauf une nuit qu’il passe aux faubourgs de la Trinité (l’Abbaye aux Dames) où se trouvent le roi de Sicile, son fils Jean, duc de Calabre, et Jean, duc d’Alençon. Le 6 juillet, Charles VII quitte l’abbaye d’Ardenne et fait son entrée dans Caen, entouré des princes et de son état-major au complet. Deux jours plus tard, il quitte Caen, prend gîte au village de Saint-Sylvain. On le retrouve ensuite logé avec le roi de Sicile à l’abbaye de Saint-André-en-Gouffern, près de Falaise, lors du siège de la place. Notre source le perd alors de vue22. Toutefois, l’un des manuscrits du Recouvrement, le BNF fr. 5037, qui contient notamment une copie de la chronique en vers du bon duc Jean IV de Bretagne par Guillaume de Saint-André et une copie de la Chronique d’Arthur de Richemont de Guillaume Gruel, ajoute qu’après avoir confié la garde du duché à 600 lances et les archers, le roi envoya ses autres gens de guerre vers la Guyenne et, avant de les rejoindre, gagna en septembre sa bonne ville de Tours.

  • 23 P. Marot, « Les voyages de Gilles le Bouvier en Lorraine en 1450 et sa présence à l’expédition du R (...)
  • 24 Éd. par H. Courteault, L. Celier et M.-H. Jullien de Pommerol, Paris, Société de l’histoire de Fran (...)
  • 25 Jean Chartier, pour son compte, aurait également repris ce récit.
  • 26 Voir sur le rôle des officiers d’armes en la circonstance ce que dit Escouchy (éd. G. du Fresne de (...)

8On pourrait admettre que le Héraut Berry fut tout au long de cette période aux côtés du roi. Il aurait été en mesure d’écrire son texte non sans y intégrer les informations en provenance de ses correspondants. Mais on aurait tort : en effet, Pierre Marot, en un article paru en 1927, a positivement montré que le 13 avril 1450 le Héraut Berry se trouvait à Bruxelles auprès de Philippe le Bon et que vers le 1er août il était à Metz pour régler un différend entre les bourgeois de cette ville et le roi René. Ce premier séjour fut suivi d’un second séjour, dans les premiers jours d’octobre23. Ici, deux hypothèses peuvent être avancées. Selon la première, le Héraut Berry aurait enchâssé purement et simplement dans ses Chroniques du roy Charles VII24, qui couvrent la période 1402-1461 et dont la rédaction a pu se faire en plusieurs étapes, le Recouvrement en tant que récit anonyme dont il aurait eu connaissance car il devait circuler, récit qu’il aurait alors rectifié, enrichi et complété non sans en améliorer ici ou là l’écriture25. Selon la seconde hypothèse, Gilles le Bouvier aurait bel et bien accompagné Charles VII disons d’août 1449 à mars 1450 (et dans ce cas il aurait été le témoin et peut-être l’un des metteurs en scène de l’entrée du roi dans Rouen26) ; pour la suite de la campagne il aurait reçu des informations de la part de ses correspondants, il aurait alors rédigé dans l’urgence une première narration, en réponse sans doute à une demande venue d’en haut, alors même que la reconquête de la Guyenne était à peine entamée.

  • 27 Voir, à propos de la campagne de Guyenne, les prescriptions minutieuses contenues dans ibid., p. 32 (...)

9Quoi qu’il en soit, un problème de concurrence existait entre l’auteur du Recouvrement et Jean Chartier puisque ce dernier était depuis 1437 historiographe officiel de Charles VII. À la suite de Charles Samaran, on peut admettre que Chartier connut le texte du Recouvrement, le reprit, en latin puis en français, tout en lui apportant des modifications encore plus importantes que celles qui figurent dans les Chroniques du roy Charles VII du Héraut Berry. Toutefois ni ce texte ni celui de Chartier ne firent tomber dans l’oubli le texte du Recouvrement, lequel poursuivit son existence autonome car il avait sa propre valeur. On peut voir dans le Recouvrement une œuvre de commande réalisée presque à chaud à des fins de propagande, avec l’espoir que la campagne de Guyenne serait menée dans le même esprit et avec le même succès que la campagne de Normandie27.

  • 28 Recouvrement, p. 335 : à Formigny, « y furent mors, par le raport des heraulx qui la estoient, de p (...)
  • 29 On peut penser que Jean Chartier prend à son compte une remarque issue du milieu des officiers d’ar (...)

10Dans le Recouvrement, les hérauts, et accessoirement les poursuivants apparaissent à maintes reprises, pour porter des messages, convoyer des ambassades, escorter des vaincus afin de les surveiller et de les protéger, compter les morts28. Ils figurent en bonne place dans les cortèges. On les voit encore recevoir des présents de la part des populations désireuses d’entrer dans leur bonne grâce. Le XVe siècle n’est-il pas l’âge d’or des officiers d’armes en tant que « relateurs » des faits de guerre, de noblesse et de chevalerie, témoins et jusqu’à un certain point ordonnateurs de la vie de cour dans ses dimensions aristocratiques29 ?

11Quant aux données dont fait état le Recouvrement, elles correspondent parfaitement aux centres d’intérêt des hérauts et de leurs maîtres (j’allais dire leur clientèle), susceptibles ou en mesure de lire ou de se faire lire les récits de ce genre.

  • 30 Recouvrement, p. 261.
  • 31 Ibid., p. 265.
  • 32 Ibid., p. 316.
  • 33 Ibid., p. 338. Faut-il parler d’une renaissance des rites et de l’esprit chevaleresque, trente-cinq (...)

12Significative à cet égard est la mention des adoubements de chevaliers nouveaux. C’est ainsi que, dans l’attente d’une bataille rangée contre John Talbot, Jean d’Aulon, le célèbre compagnon de la Pucelle, fut adoubé avec plusieurs autres jeunes seigneurs30. Lors de la prise de Pont-Audemer, furent faits pas moins de vingt-deux « chevaliers nouveaux », dont les fils du vidame d’Amiens et du seigneur de Rambures31. À l’entrée du Roi dans Rouen, « fut fait chevalier ung josne enfant fils du seigneur de Pressigny [Bertrand de Beauvau], aaigé de XII a XIII ans ou environ par le seneschal de Poitou »32. De même lors de la bataille de Formigny : il s’agit cette fois des fils des comtes de Castres, de la Marche, de Boulogne et d’Auvergne et de Villars (des jeunes dans la société aristocratique, aurait dit Georges Duby)33.

  • 34 Ibid., p. 281.

13Dans ce texte s’adressant à des amateurs doublés de connaisseurs, la nature et la solidité des fortifications sont fréquemment mentionnées. Mauléon au pays de Soule est « le plus fort chastel de la duchié de Guienne », « merveilleusement fort, assis sur une grande et haulte montaigne »34. Le château de Caen est « ung des plus fors de Normendie, assis sur ung roc, garny de bolvars de pierre [et non de bois et de terre] moult dure, hault et grant ». Il comporte un donjon

  • 35 Ibid., p. 352-353. Amboise, Corbeil, Montferrand et même Londres : l’auteur connaissait-il ces lieu (...)

tres fort, assis sur roche [donc difficile à miner], fermez de beaux fossez et profons, le quel est fait d’une large tour quarree de la fachon de Londres ou de celle d’Amboise se elle estoit entiere, combien qu’elle est plus grande, et est advironnee de quatre grosses tours massives depuis le piet des fossez jusques au hault a l’egal de la terre, les quelles sont moult haultes, et est tout le dit dongon fermé de moult fortes tours et contient le dit chastel autant que la ville de Corbueil ou que celle de Montferrant en Auvergne35.

  • 36 Ibid., p. 328.
  • 37 Ibid., p. 366.
  • 38 Ibid., p. 372. Une autre liste, fournie par un autre « correspondant de guerre », concerne la basse (...)

14On trouve aussi l’éloge de tel ou tel noble combattant (plus rarement le blâme). Lors du siège de Bellême, le duc d’Alençon se comporte « hautement et honnourablement »36. L’auteur déplore la mort lors du siège de Cherbourg du Breton Tugdual de Kermoisan, dit le Bourgeois, « qui estoit vaillant homme de son corps a piet et a cheval et bien cognoissant la subtilité de la guerre »37. In fine, l’auteur a dressé le palmarès de ceux qui se comportèrent « grandement, vaillamment et honnourablement », « la dicte guerre durant » : suivent une vingtaine de noms, outre « pluseurs aultres grans seigneurs, chevaliers et escuiers qui tous grandement et notablement se gouvernerent, a grans travaulx, misaises, paines et perilz de leurs cors »38.

  • 39 Ibid., p. 274.
  • 40 Ibid., p. 286.
  • 41 Ibid., p. 324.
  • 42 Ibid., p. 351.

15Les modalités techniques des sièges et des prises de places et le rôle majeur joué par l’artillerie figurent aussi. Au portail de la basse-cour du « bel et fort » château d’Harcourt, un Anglais est tué d’un coup de couleuvrine. Puis les Français font « assortir » les canons et du premier coup les murs de la basse-cour en question sont percés « tout oultre », d’où la reddition immédiate de la place39. Les Français s’emparent sans trop de difficulté de la ville d’Argentan. Reste le château. Ils font tirer une bombarde dont le boulet provoque un trou assez grand pour qu’une charrette puisse y passer, aussitôt ils s’y engouffrent40. Le siège de Harfleur se poursuit malgré le froid, malgré la montée de la mer. Nulles maisons, nuls arbres autour de la ville pour se mettre à l’abri. On doit faire son logis « en terre couvers de paille et de jenestres ». Heureusement on bat si fort la muraille de canons et de bombardes qu’elle se rend avec sa garnison de 1 500 Anglais41. Lors du siège de Caen, les gens du connétable de Richemont minèrent la tour et la muraille devant l’Abbaye aux Hommes (Saint-Étienne) « tellement que la dicte tour et la muraille tumberent a terre en telle maniere que par la povoient les Franchois de dehors combatre les Anglois main a main »42.

16Sont régulièrement indiqués le montant des effectifs, souvent substantiels, des garnisons ennemies et celui des effectifs du côté français. Les chiffres fournis sont sinon exacts du moins vraisemblables, ainsi pour les francs-archers qui font alors leur entrée dans l’histoire militaire.

  • 43 X. Hélary, Courtrai, 11 juillet 1302, Paris, Tallandier, 2012.
  • 44 Recouvrement, p. 333.

17Naturellement, la bataille de Formigny du 15 avril 1450 a droit à tout un développement. On notera par exemple que, selon le Recouvrement, les Anglais avaient creusé de « grans trous et fossez de leurs dagues et espees » devant eux pour qu’y trébuche la cavalerie française (comme l’avaient fait les Flamands à Courtrai un siècle et demi auparavant43)44.

  • 45 Ibid., p. 342.

18Lors de la reddition de Bayeux, « pour l’onneur de gentillesse », les seigneurs de France laissent aux Anglais une partie de leurs chevaux avec des charrettes destinées à l’évacuation des « damoiselles et autres gentilles femmes »45.

  • 46 Ibid., p. 370.
  • 47 Bien des combattants français durent être déçus de décisions qui les privaient de prisonniers et de (...)
  • 48 Recouvrement, p. 370.
  • 49 Ibid., p. 375. Si le texte avait été rédigé un an plus tard, le rôle de l’argentier aurait bien sûr (...)
  • 50 Ibid., p. 368.

19Au total, le Recouvrement entend transmettre sept messages : 1) les Normands, dans l’ensemble, ne demandaient qu’à se « réduire » à l’obéissance du Roi ; 2) il s’agit d’une campagne militairement exemplaire, elle peut servir de modèle « pour ceulx qui ou temps advenir porroient veoir et lire la fachon et maniere de la recouvrance d’icelle duché »46 ; 3) les opérations ont été menées de façon humainement irréprochable, on peut parler non seulement de la « juste querelle » du Roi mais d’une guerre propre, au cours de laquelle les civils ont été systématiquement épargnés ; 4) Charles VII, en retrait mais toujours présent, a fait montre d’une clémence, d’une « bénignité » sans faille, refusant par exemple toute sanglante prise d’assaut, en sorte que la violence fit régulièrement place à la négociation47 ; 5) si le Roi sut se faire obéir, c’est qu’il « avoit mis sus et a sa guerre si bonne ordonnance en ses gens d’armes que c’estoit une belle chose »48 ; 6) rien de tout cela n’aurait été possible sans « sire Jacques Cuer », « lequel fist et trouva les manieres et soutilletez a luy possible d’avoir finances et argent toutes pars pour entretenir la dicte armee et soudoyer les gens de guerre dont il fallut sans nombre »49 ; 7) Dieu y eut sa part, en raison des miracles et des merveilles qui accompagnèrent la reconquête, celle-ci n’eut-elle pas lieu une année sainte, « l’annee du grant pardon general de Romme que on appelle l’an de Jubilee »50 ?

Fig. 1 – L’entrée de Charles VII dans Rouen (BNF, ms. fr. 2679, fol. 322 vo).

Fig. 1 – L’entrée de Charles VII dans Rouen (BNF, ms. fr. 2679, fol. 322 vo).
  • 51 « Et pour que cy dessus est assez parlé des assemblees des gents d’armes que les princes et seigneu (...)
  • 52 P. Contamine, « Rendre grâces, prier, faire mémoire : la “fête du roi”, 14 octobre de l’année 1450 (...)

20Le bilan de la campagne se trouve reproduit dans Jean Chartier, sous sa forme latine comme sous sa forme française, dans Martial d’Auvergne, dans Jean de Wavrin, et aussi, non sans quelques intéressantes modifications, dans Jacques Du Clercq51. Toutefois, un fait marquant est absent du Recouvrement, que l’on trouve mentionné dans les autres narrations : l’instauration par Charles VII de la commémoration annuelle du jour où s’était rendue Cherbourg, dernière ville du duché à être rentrée dans son obéissance. Or les lettres royales qui prescrivent cette commémoration sont du 31 août 1450, la première étant prévue pour avoir lieu le 14 octobre suivant (ce qui fut fait par le chapitre cathédral de Paris) puis le 12 août 1451 et ainsi de suite52. L’absence de cette mention dans le Recouvrement pourrait signifier que le texte fut rédigé et diffusé entre la seconde quinzaine d’août et le mois d’octobre 1450.

  • 53 C. Samaran, « La Chronique latine de Jean Chartier… », p. 314, parle à son propos de « communiqué » (...)
  • 54 On songe aux fameuses « calaisiennes » (reproduction de trois d’entre elles, au revers et en avers, (...)
  • 55 Outre le tableau de Jean Fouquet, voir le retable de la Crucifixion, aujourd’hui au Louvre, où Char (...)

21Le Recouvrement, dont il n’est pas interdit d’attribuer la paternité au Héraut Berry, n’offre pas seulement un bon exemple de récit militaire53, à la mode du temps. Notamment par son épilogue, on peut y voir un premier témoignage du renversement de l’image de Charles VII, jusqu’alors bien terne, sinon malmenée. D’autres témoignages écrits suivront, en prose et en vers, en latin et en français, et aussi sous la forme de médailles54, de peintures55 ou de tapisseries (fig. 2), mais, quel qu’en soit l’auteur, le Recouvrement a ouvert la brèche. Pour l’historien, ce n’est pas là son moindre intérêt.

Fig. 2 – Le dessin fait par Jean Gobert pour Pierre Fabri de Peiresc d’un des six pans de la tapisserie dite de Formigny : celle-ci était exposée en 1501 au château de Blois. Le dessin en question représente le connétable de Richemont faisant enterrer les morts de la bataille (reproduit dans J.-B. de Vaivre, « Une enseigne du XVe siècle : l’étendard du connétable de Richemont », Archivum heraldicum, vol. I-II, 1979, p. 10-17).

Fig. 2 – Le dessin fait par Jean Gobert pour Pierre Fabri de Peiresc d’un des six pans de la tapisserie dite de Formigny : celle-ci était exposée en 1501 au château de Blois. Le dessin en question représente le connétable de Richemont faisant enterrer les morts de la bataille (reproduit dans J.-B. de Vaivre, « Une enseigne du XVe siècle : l’étendard du connétable de Richemont », Archivum heraldicum, vol. I-II, 1979, p. 10-17).

Notes

1 Voir le Discours du voyage d’oultremer au tres victorieux roi Charles VII, de Jean Germain, C. Schefer (éd.), Revue de l’Orient latin, t. III, 1895, p. 303-342. L’éditeur date ce texte de 1452, mais J. Paviot, dans son livre Les ducs de Bourgogne, la croisade et l’Orient, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2003, p. 345, a montré qu’il était de 1451. Voir aussi P. Contamine, « Entre fiction et frictions. Les rapports diplomatiques de la France de Charles VII avec l’Écosse de Jacques II Stewart à la fin et au lendemain de la guerre de Cent Ans (1449-1457) », Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, t. CCV, 2e trimestre 2015, p. 38. Dès 1445, la ville de Metz, dans les doléances qu’elle adresse à Charles VII, le qualifie, par flatterie, de « très victorieux » (P. Contamine, « 1445. Charles VII et l’art de la négociation », in Negociar en la Edad Media / Négocier au Moyen Âge, M. T. Ferrer i Mallol et al. [éd.], Barcelone, CSIC [Anejos del Anuario de Estudios Medievales ; 61], 2005, p. 332).

2 Voir entre autres le document intitulé « S’ensuyvent les noms des places que le Roy a conquesté de nouvel en Normandie ». Il commence par « le Pont de l’Arche, ville et chastel » et s’achève par « item, s’ensuivent les places encore a rendre : Caen, ville et chastel, Bayeux, ville, Avranches, cité, Tombelaine, Fresnay, Dunfront, Fallaise, Cherebourc » (Revue anglo-française, 1835, p. 122-123). Ce qui impliquerait l’existence d’un plan de campagne. En contrepartie : « Cy ensuit les noms des cités, villes et places, chasteaux et forteresses qui ont esté perdus durant la charge et gouvernement du duc de Somerset, tant en France comme en Normandie » (Letters and Papers Illustrative of the Wars of the English in France during the Reign of Henry VI, King of England, J. Stevenson [éd.], Londres, Longman, Green, Longman [et al.], 1864, t. II, p. 619-634). Inversement, un document de 1417 donne la liste des places conquises par Henri V en Normandie et en France et les noms des capitaines anglais auxquels ces places furent confiées (Lettres de rois, reines et autres personnages des cours de France et d’Angleterre depuis Louis VII jusqu’à Henri IV tirées des archives de Londres par Bréquigny, J.-J. Champollion-Figeac [éd.], Paris, Imprimerie royale, 1847, p. 339-343).

3 Parus dans La Normandie au XVe siècle. Art et histoire (Actes du colloque organisé par les archives départementales du 2 au 5 décembre 1998), Saint-Lô, Archives départementales, 1999, p. 17-23. On se reportera en priorité au livre de F. Neveux, écrit en collaboration avec C. Ruelle, La Normandie pendant la guerre de Cent Ans (XIVe-XVe siècle), Rennes, Éditions Ouest-France, 2008.

4 C. Samaran, « La Chronique latine de Jean Chartier (1422-1450) », in C. Samaran, Recueil d’études, Genève, Droz, 1978, t. I, p. 285-375.

5 Éd. par A. Vallet de Viriville, Paris, P. Jannet, 1858, 3 vol.

6 Éd. par G. du Fresne de Beaucourt, Paris, Société de l’histoire de France, 1863, 2 vol.

7 Éd. par J. A. C. Buchon, Paris, A. Desrez, 1838.

8 Éd. par W. et E. Hardy, Londres, Longman and Green, 1891 (il s’agit du t. V, couvrant la période 1447-1471, du Recueil des croniques et anchiennes istories de la Grant Bretaigne, a present nommé Engleterre).

9 Éd. par S. Luce, Paris, Firmin Didot, 1883.

10 Éd. par A. Le Vavasseur, Paris, Société de l’histoire de France, 1890.

11 Éd. par A. Hellot, Rouen, C. Méterie, 1881.

12 Paris, A. U. Coustelier, 1724, 2 vol.

13 Éd. par C. Samaran, Paris, Les Belles Lettres, 1944, 2 vol.

14 Dans Œuvres de Robert Blondel, A. Héron (éd.), Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 1881, t. II.

15 Désormais Recouvrement.

16 Au contraire, la Chronique de Charles VII du Héraut Berry était imprimée depuis 1661 dans l’Histoire de Charles VII, roy de France, par Denys Godefroy, Paris, Imprimerie royale, 1661, p. 369-474.

17 Le dispositif fait un peu penser à la Geste des nobles François, par exemple dans le ms. BNF, fr. 5001. La Chronique de Charles VII de Jean Chartier comprend elle aussi de nombreux chapitres sous-titrés.

18 Je remercie Mme Gillette Labory pour les indications qu’elle m’a aimablement fournies sur ce manuscrit.

19 Chronique de Charles VII (éd. A. Vallet de Viriville), t. II, p. 112.

20 Recouvrement, p. 320.

21 À la différence de Jean Chartier.

22 Charles VII n’est donc pas entré dans Cherbourg.

23 P. Marot, « Les voyages de Gilles le Bouvier en Lorraine en 1450 et sa présence à l’expédition du Recouvrement de Normandie », Le Moyen Âge, 2e série, no 28, 1927, p. 280-293.

24 Éd. par H. Courteault, L. Celier et M.-H. Jullien de Pommerol, Paris, Société de l’histoire de France, 1979.

25 Jean Chartier, pour son compte, aurait également repris ce récit.

26 Voir sur le rôle des officiers d’armes en la circonstance ce que dit Escouchy (éd. G. du Fresne de Beaucourt), t. I, p. 229. Après la reddition de Rouen, « fut par les officiers d’armes seigniffié aux grans seigneurs, cappitaines et nobles hommes que ung chascun d’eulx selon leur estat se missent bien en point et fussent habilliez au mieulx et le plus honnestement que faire le porroient pour acompaingnier le Roy a icelle journee et aussy que nulx de quelque estat qu’il fust ne enfraingnit ou trensgressast les ordonnances qui estoient faictes pour ce jour mais se tint chascun au lieu ou ordonné luy seroit de par le Roy sans aler ne entrechevauchier les ungz devant les aultres et ce sur paine a ceulx qui autrement feroient d’estre reprochiez de leur honneur ». Selon le même auteur (ibid., p. 235), « les roys d’armes et autres officiers du Roy et des aultres seigneurs, vestus des cottes d’armes de leurs maistres […] pooient estre environ XXIV ».

27 Voir, à propos de la campagne de Guyenne, les prescriptions minutieuses contenues dans ibid., p. 325-329, sur le prix des denrées et les responsabilités des capitaines en cas de mauvais comportement de leurs hommes.

28 Recouvrement, p. 335 : à Formigny, « y furent mors, par le raport des heraulx qui la estoient, de prestres et de bonnes gens qui les enterrerent IIIm VIIc Anglois ».

29 On peut penser que Jean Chartier prend à son compte une remarque issue du milieu des officiers d’armes quand il blâme (Chronique de Charles VII, éd. A. Vallet de Viriville, t. II, p. 139) le comportement des Anglais refusant de façon brutale et menaçante la sommation que les hérauts de Charles VII leur transmettent. « Qui estoit contre tout ordre de seigneurie et chevalerie. Car heraultx doivent aller et venir sauvement et seurement pour aller et venir faire ce a quoy ils sont envoyez pourveu que en leur faict n’y ait aulcune trahison. Et se les Anglois eussent esté tels et du naturel qu’ils eussent deu estre et de bonne et honneste façon, ils eussent appellé et receu lesdits heraultx et oy leur sommacion telles qu’ils voulloient la faire et proposer et après quoy ils leur eussent fait apporter a boire et a menger pour l’honneur et la reverence du prince de la part duquel ils estoient la venus, et aprés leur bailler response selon que le cas le requeroit pour icelle rapporter a leur dit prince ».

30 Recouvrement, p. 261.

31 Ibid., p. 265.

32 Ibid., p. 316.

33 Ibid., p. 338. Faut-il parler d’une renaissance des rites et de l’esprit chevaleresque, trente-cinq ans après Azincourt ?

34 Ibid., p. 281.

35 Ibid., p. 352-353. Amboise, Corbeil, Montferrand et même Londres : l’auteur connaissait-il ces lieux ?

36 Ibid., p. 328.

37 Ibid., p. 366.

38 Ibid., p. 372. Une autre liste, fournie par un autre « correspondant de guerre », concerne la basse Normandie (ibid., p. 374-375).

39 Ibid., p. 274.

40 Ibid., p. 286.

41 Ibid., p. 324.

42 Ibid., p. 351.

43 X. Hélary, Courtrai, 11 juillet 1302, Paris, Tallandier, 2012.

44 Recouvrement, p. 333.

45 Ibid., p. 342.

46 Ibid., p. 370.

47 Bien des combattants français durent être déçus de décisions qui les privaient de prisonniers et de butin.

48 Recouvrement, p. 370.

49 Ibid., p. 375. Si le texte avait été rédigé un an plus tard, le rôle de l’argentier aurait bien sûr été omis. Toutefois il est mentionné de la même manière élogieuse dans les chroniques du Héraut Berry et de Jean Chartier, d’où des miniatures où il figure, notamment lors de l’entrée dans Rouen (fig. 1).

50 Ibid., p. 368.

51 « Et pour que cy dessus est assez parlé des assemblees des gents d’armes que les princes et seigneurs tenoient et avoient et comment l’ung avoit deux cents lances, l’autre trois cents et ainsy plus ou moins, il est bon de faire entendre ce qu’on appeloit une lance et quelle sieute. Vray est que par l’ordonnance qu’il avoit mis en son royaulme, laquelle montoit d’ordinaire sans les seigneurs, princes, fieffez et arriere fiefvés qui doyvent servir le roy, a dix sept cens lances ». Elles étaient payées chaque mois, « feust que le roy olt guerre ou non. Et les payoient les gens du plat pays et des bonnes villes par une taille qu’iceluy roy avoit mis sus, ce qu’on n’avoit oncques faict, laquelle on appeloit la taille des gens d’armes » (ibid., p. 25).

52 P. Contamine, « Rendre grâces, prier, faire mémoire : la “fête du roi”, 14 octobre de l’année 1450 puis 12 août de l’année 1451 et des années postérieures », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 2009, p. 338-352.

53 C. Samaran, « La Chronique latine de Jean Chartier… », p. 314, parle à son propos de « communiqué » ou plutôt de « bulletin détaillé de l’armée royale », s’achevant par une sorte de « citation à l’ordre de l’armée et de la nation de tous les artisans de la victoire, morts et vivants, petits et grands, jusqu’au roi lui-même et au Dieu des armées » vers qui monte « un hymne de reconnaissance ».

54 On songe aux fameuses « calaisiennes » (reproduction de trois d’entre elles, au revers et en avers, dans le catalogue de l’exposition D’Azincourt à Marignan. Chevaliers et bombardes, 1415-1515, Paris, Gallimard – Musée de l’Armée, 2015, p. 190).

55 Outre le tableau de Jean Fouquet, voir le retable de la Crucifixion, aujourd’hui au Louvre, où Charles VII se trouverait représenté.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – L’entrée de Charles VII dans Rouen (BNF, ms. fr. 2679, fol. 322 vo).
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/11912/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Fig. 2 – Le dessin fait par Jean Gobert pour Pierre Fabri de Peiresc d’un des six pans de la tapisserie dite de Formigny : celle-ci était exposée en 1501 au château de Blois. Le dessin en question représente le connétable de Richemont faisant enterrer les morts de la bataille (reproduit dans J.-B. de Vaivre, « Une enseigne du XVe siècle : l’étendard du connétable de Richemont », Archivum heraldicum, vol. I-II, 1979, p. 10-17).
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/11912/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 889k

Auteur

Université Paris-Sorbonne / membre de l’Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres)

Philippe Contamine est professeur émérite à l’université Paris-Sorbonne et membre de l’Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres). Ses travaux, dont les premiers remontent aux années 1960, portent sur la guerre, l’État, l’économie et la société, notamment nobiliaire, aux XIIIe-XVe siècles. Dernier ouvrage paru : Charles VII : une vie, une politique (Paris, Perrin, 2017).

© Presses universitaires de Caen, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search