Version classiqueVersion mobile

La guerre en Normandie (XIe-XVe siècle)

 | 
Anne Curry
, 
Véronique Gazeau

« Il ne voudroit faire chose qui fust a deshonneur » : Charles VII à la conquête de Rouen (1449)

Rémy Ambühl

Résumé

Le dimanche 19 octobre 1449, les habitants de Rouen, aidés par Charles VII, se soulèvent contre le gouvernement anglais. Le duc de Somerset, sa famille et ses hommes sont forcés de se réfugier dans le château et le palais de la capitale normande. L’armée de Charles VII, qui est venue au secours des habitants, entre dans la ville avant la fin de la journée. Le château et le palais, les deux derniers bastions anglais, sont bientôt assiégés. Les Anglais ne voient d’autre solution que de négocier leur reddition. Somerset déclare être en droit de partir librement selon ce qui lui a été promis quelques jours plus tôt par un député de Charles VII, lors de la conférence de Port-Saint-Ouen. Le roi de France conteste ce droit, mais « il ne voudrait faire chose qui fût à déshonneur ». La requête de Somerset se transforme en litige. Une enquête est ouverte. Charles VII, qui professe son impartialité, propose de remettre le jugement de cette affaire entre les mains d’une commission d’arbitrage. Cette situation extraordinaire, impensable, est passée sous silence dans les chroniques. Deux relations anonymes de la reddition du château et du palais de Rouen en présentent les enjeux, révélant l’importance du langage de l’honneur dans les négociations. Elles mettent également en lumière la stratégie politique du « recouvrement » de la Normandie et son influence sur la production des écrits.

Texte intégral

  • 1 Cette source est présentée et discutée dans le détail un peu plus loin. On trouvera la citation pub (...)
  • 2 Négocier au Moyen Âge (Actes du colloque de Barcelone, 12-14 octobre 2004), M. T. Ferrer i Mallol e (...)
  • 3 J. W. Honig, « Reappraising Late Medieval Strategy : the Example of the 1415 Agincourt Campaign », (...)

1Si l’on en croit une relation anonyme de « la réduction de la ville de Rouen », Charles VII aurait assuré à Edmond, duc de Somerset, lors d’une entrevue tenue au fort de Sainte-Catherine-du-Mont, devant les murs de Rouen, le 24 octobre 1449, que : « Non pas pour Rouen, ni pour le duché de Normandie, mais pour tout un royaume, il ne voudrait faire chose qui fût à déshonneur »1. Charles VII, de ses propres dires, placerait donc son honneur avant son droit à la couronne de France, au nom duquel il s’est battu sans relâche depuis plus de trente ans. Cette déclaration soulève la question vivement débattue du poids de l’honneur et de son pouvoir normatif dans la négociation et le règlement des conflits, et, de manière plus large, dans la stratégie politique et militaire, à la fin du Moyen Âge. Des travaux récents ont souligné l’importance de la norme, en particulier du droit et de l’honneur – deux notions étroitement liées – dans les relations diplomatiques entre les rois de France et d’Angleterre et à la cour de Jacques II d’Aragon2. De l’autre côté de la Manche, on relève des avis contradictoires sur le poids de la norme dans la stratégie militaire des rois d’Angleterre. Jan Willem Honig a proposé une relecture de la campagne d’Azincourt par Henri V, à la lumière, lui aussi, du droit et de l’honneur, tandis que Rory Cox, adoptant un point de vue radicalement opposé, a tenté de démontrer que le droit de la guerre est totalement ignoré par les monarques anglais de la fin du Moyen Âge3. La présente contribution, qui se concentre sur un épisode particulier de la prise de Rouen, en octobre 1449, s’inscrit dans ce débat.

  • 4 « We shall in fact return to the romances, many times, but for the moment their evidence is too obv (...)

2La « réduction » de la capitale normande, ainsi qu’en parlent les contemporains, est richement illustrée. Mon propos se concentre ici sur un épisode bien précis du processus de négociation qui a débouché sur la reddition de la ville et le départ des Anglais. Plus particulièrement, je me suis intéressé au règlement d’un litige survenu entre Charles VII et Edmond, duc de Somerset, suite au soulèvement des Rouennais contre le régime anglais. C’est à cette occasion que le roi de France aurait professé ses intentions honorables, citées plus haut. Quelle est la place de l’honneur dans la stratégie de Charles VII ? Est-il un principe directeur ou, pour faire référence à la problématique au cœur de l’ouvrage sur la chevalerie de Maurice Keen, ne doit-on y voir qu’une couche de vernis appliquée sur la réalité de la guerre afin d’en donner une image plus conforme aux idéaux chevaleresques4 ?

  • 5 Un travail de fond doit être mené sur le récit de la reconquête que les chroniques nous proposent. (...)
  • 6 Voir la description des pièces du recueil dans E. Frère, Catalogue des manuscrits de la bibliothèqu (...)
  • 7 Rouen, bibliothèque municipale Jacques-Villon, ms. Y 134 : « Extrait des registres de l’Hôtel de vi (...)
  • 8 BNF, coll. Cinq Cents de Colbert, vol. CCLXXV : « Chroniques et extraits relatifs à la ville de Rou (...)
  • 9 Voir n. 1.

3Plusieurs sources nous font découvrir en profondeur le contenu et le processus des négociations. Les chroniques, nombreuses, nous fournissent un récit circonstancié de la prise de la capitale normande, mais elles parlent souvent d’une seule voix. Comme nous allons le voir, elles n’attachent, en général, que peu d’importance au litige5. Celui-ci est exposé dans deux relations de la « réduction » de la ville de Rouen, en 1449. L’une de ces deux relations se trouvait encore à la bibliothèque du chapitre métropolitain de la ville de Rouen vers la fin du XVIIe siècle. Une transcription, faite en 1680, a été insérée dans un recueil de pièces concernant l’histoire de la municipalité de Rouen remontant à l’an 12996. Deux copies manuscrites de ce recueil ont survécu. Elles incluent, toutes les deux, une transcription de la relation, dont l’original est perdu. L’un de ces recueils est conservé à la bibliothèque municipale de Rouen7, tandis que l’autre forme un volume de la collection des Cinq Cents de Colbert conservé à la Bibliothèque nationale de France à Paris8. André Pottier, se servant du manuscrit de Rouen, a publié le texte de la relation, que je propose dès à présent d’appeler « Relation A », dans la Revue rétrospective normande, en 18429. Les deux versions de la Relation A ne sont pas parfaitement concordantes. Le manuscrit de Colbert est plus soigné et, semble-t-il, plus complet.

  • 10 Relation B, fol. 149 ro-151 ro.
  • 11 Cette relation n’apparaît ni dans les pièces recensées et partiellement publiées par G. du Fresne d (...)
  • 12 On trouve la date de 1449 dans le Catalogue des manuscrits français, t. III : Ancien fonds (suite), (...)
  • 13 M. K. Jones, « Somerset, York and the Wars of the Roses », English Historical Review, t. CIV, no 41 (...)
  • 14 Relation B, fol. 149 ro-150 ro.
  • 15 Catalogue des manuscrits français…, t. III, p. 367.
  • 16 BNF, ms. fr. 4054, fol. 3 ro.

4Le témoignage de la Relation A porte sur les négociations un éclairage différent de celui des chroniques, dont certains détails importants sont corroborés par une seconde relation que je propose d’appeler, par commodité, « Relation B ». Cette Relation B est incluse dans un recueil de lettres, pièces originales et copies relatives aux querelles de la France et de l’Angleterre10. Bien que de nombreuses pièces de ce recueil, bien connu des historiens, aient été publiées, cette relation, à ma connaissance, est restée inédite11. Peut-être est-ce là le résultat d’un problème d’identification et de provenance ? La Relation B est en effet anonyme et sans date12. Elle remonte jusqu’aux trêves générales de Tours, en mai 1444, et rappelle, dans un premier temps, les infractions commises par les Anglais depuis la nomination du duc de Somerset aux commandes du duché de Normandie, à la fin de l’année 144713. Près de la moitié du document est d’ailleurs consacrée à ces infractions14. On ne s’étonne pas, dès lors, que cette pièce soit décrite dans le catalogue des manuscrits français de la Bibliothèque nationale comme « Résumé des violations commises par les Anglais contre la trêve conclue entre Henri VI et Charles VII pour expliquer l’entrée des Français en Normandie et la réduction de Rouen sous l’autorité de son roi légitime »15. L’autre moitié du document (fol. 150 ro-151 ro), qui nous intéresse plus particulièrement, se concentre sur la « relation de la reduction de la ville de Rouen en l’obéissance du roy Charles VII en 1449 », titre qui lui est attribué dans la table des matières du recueil16. Cette relation, en latin, est moins longue et moins détaillée que la Relation A. Elle présente néanmoins des éléments originaux. B, comme je le soulignais plus haut, corrobore A en plusieurs points, mais, de toute évidence, ces deux témoignages sont indépendants.

  • 17 Sur le cadre plus général de la campagne du « recouvrement » de la Normandie, je me permets de renv (...)

5Avant de procéder à l’analyse du litige, il convient de retracer dans les grandes lignes les événements qui en sont à l’origine17. Je n’ai retenu ici, par souci de concision et de clarté, que les étapes les plus importantes de la « réduction » de Rouen. Tout se déroule au cours du mois d’octobre 1449. Les repères chronologiques fournis par les sources sont remarquablement précis, même s’ils ne sont pas nécessairement concordants. Je les expose, dans un premier temps, et reviendrai, plus tard, sur certaines discordances.

  • 18 Date fournie par Guillaume Cousinot dans une lettre adressée au comte de Foix vers la mi-octobre. L (...)
  • 19 Relation A, éd. Pottier, p. 11.

6Charles VII se présente devant les murs de Rouen le jeudi 918 ou le vendredi 1019 octobre.

  • 20 L’épisode est rapporté dans les chroniques. Voir, par exemple, le récit du chroniqueur officiel de (...)

7Une tentative de faire entrer secrètement des troupes de Charles VII dans la capitale, le jeudi 16 octobre, échoue. Elle est sévèrement réprimée20.

  • 21 Archives municipales de Rouen, tiroir 128 (ancienne cotation) ; publiée par Beaucourt dans le Bulle (...)

8Le même jour, Charles VII est approché par une délégation officielle de la ville, à laquelle il octroie une lettre de sauf-conduit et une « abstinence de guerre » qui doivent expirer le samedi 18 octobre21.

  • 22 Voir, par exemple, Chronique de Charles VII…, t. II, p. 144.
  • 23 Relation A, éd. Pottier, p. 4 ; Relation B, fol. 150 vo.

9Une conférence réunissant des délégués de Charles VII, de la ville de Rouen et du duc Somerset est tenue à Port-Saint-Ouen le vendredi 17, selon les chroniques22, ou le samedi 18 octobre, selon les Relations A et B23.

  • 24 La présence des Anglais dans l’hôtel de ville n’est clairement attestée que dans le récit de Jean C (...)
  • 25 Relation A, éd. Pottier, p. 5 ; Relation B, fol. 150 vo.

10Les délégués de la ville rapportent les offres faites par Charles VII à une large assemblée d’habitants dans l’hôtel de ville de Rouen et en présence du duc le samedi 18 octobre, selon les chroniques24. Le rapport est fait au duc dans son palais le dimanche 19 octobre, selon les Relations A et B25.

  • 26 Voir, par exemple, Chronique de Charles VII…, t. II, p. 148-151.

11Les habitants se soulèvent contre les Anglais, qui se réfugient dans le palais et le château de Rouen, le 19 octobre. L’armée de Charles VII, venue au secours des habitants, entre dans la ville en fin de journée26.

  • 27 Ibid., p. 154.

12Le château et le palais de Rouen sont assiégés le mercredi 22 octobre27.

  • 28 Jean Chartier (ibid., p. 155) est le seul chroniqueur à fournir cette date. Il s’agirait selon lui (...)

13Le duc de Somerset se rend au fort de Sainte-Catherine-du-Mont dans lequel Charles VII s’est établi le jeudi 23 octobre28.

  • 29 Nous avons conservé deux copies du traité (29 octobre 1449) ratifiées par le duc de Somerset : 1) B (...)

14Le traité de reddition du château et du palais de Rouen est conclu le mercredi 29 octobre29.

  • 30 Chronique de Mathieu d’Escouchy, t. I, p. 223-226 ; R. Blondel, « De reductione Normanniae », t. II (...)

15Ce que je qualifie de litige apparaît, sous la plume des chroniqueurs, comme une simple demande du duc de Somerset qui est courtoisement rejetée par Charles VII. Selon la version la plus commune de ces événements, le duc de Somerset accompagné de quelques hommes s’est rendu sous escorte auprès de Charles VII au fort de Sainte-Catherine-du-Mont, avant que le siège du château et du palais de Rouen (dans lesquels la garnison anglaise s’était retranchée) ne soit resserré30. Charles, en présence de son conseil, donne audience au duc qui lui « requiert » ou « prie » de pouvoir jouir des termes de l’abolition qui ont été offerts aux habitants de la ville lors des conférences de Port-Saint-Ouen. En d’autres mots, Somerset demande au roi de lui octroyer, à lui et à ses hommes, la liberté de partir de la capitale sans encombre et sous bons sauf-conduits. La demande est jugée « déraisonnable », car, en effet, pourquoi les Anglais jouiraient-ils de ce privilège puisqu’ils n’ont pas respecté les termes du marché, empêchant les habitants de remettre la ville entre les mains de leur roi légitime et, de surcroît, n’occupent-ils pas encore et toujours le château et le palais de la ville ? Tels, du moins, sont les arguments avancés par les chroniqueurs pour justifier la décision de Charles VII de rejeter la demande de Somerset. Ainsi se clôt la phase initiale des négociations.

  • 31 Chronique de Charles VII…, t. II, p. 153-156.
  • 32 Ibid., p. 156.
  • 33 T. Basin, Histoire de Charles VII, t. II, p. 127.

16Deux chroniqueurs se démarquent. La demande de Somerset, selon Jean Chartier, est plus pressante31. C’est à deux reprises, à un ou deux jours d’intervalle, que le duc présente la même requête à Charles VII. Le roi déclare lors de la seconde entrevue qu’il ne sert à rien au duc d’insister puisqu’il « n’obtiendroit riens sur ce suget »32. Pourquoi Somerset aurait-il fait preuve d’autant d’entêtement ? Thomas Basin, un témoin oculaire, suggère que la requête de l’Anglais n’était peut-être pas si « déraisonnable ». Selon lui, « On discuta là-dessus pendant plusieurs jours en présence du roi qui était logé à l’abbaye de Sainte-Catherine »33. Ces discussions ont néanmoins abouti au même résultat : le roi ou ses délégués ne sont liés par aucune promesse ou convention envers les Anglais. À Port-Saint-Ouen, on a, en effet, offert aux Anglais que, s’ils acceptaient de rendre spontanément la ville et les citadelles, le roi leur permettrait de s’en aller librement avec armes et bagages ; mais ils ont décliné cette offre et, comme la ville a été rendue non par les Anglais, mais par les habitants et contre le gré des Anglais, le roi, de droit, ne leur doit rien.

  • 34 Les éléments descriptifs du litige et de son règlement sont tirés de la Relation A. Seuls les détai (...)
  • 35 Détail corroboré par la Relation B (fol. 150 vo) : « quod finale responsum darent infra diem lune [ (...)
  • 36 Relation A, éd. Vc de Colbert, fol. 252 vo ; « avant midy » dans la Relation A (MS Y134), p. 13, et (...)

17La Relation A, principalement, et, plus secondairement, la Relation B, nous font entrer au cœur des « discussions » que cette demande a suscitées, et auxquelles Basin fait allusion. Il ne s’agit pas, d’ailleurs, de simples « discussions », puisque la requête de Somerset, comme nous allons voir, ouvre une véritable procédure judiciaire. Reprenons34. Somerset vient en personne à Sainte-Catherine-du-Mont le jeudi 23 octobre pour revendiquer son droit de partir librement de la capitale. Ce droit, il le fonde sur une promesse qu’il affirme avoir été faite à ses députés par Jean d’Orléans, comte de Dunois, lors de la conférence de Port-Saint-Ouen. Dunois, selon Somerset, a promis que si celui-ci remettait entre les mains du roi le château et le palais de Rouen avant le lundi 20 octobre à 10 heures du matin35, les Anglais pourraient jouir des termes de l’abolition offerts aux habitants de la ville, selon lesquels tous ceux qui le désirent peuvent partir librement sous bons sauf-conduits. Or Somerset déclare avoir notifié à Dunois qu’il était content de rendre lesdites places, à deux reprises et dans les temps impartis : une première fois dans l’après-midi du dimanche 19 octobre et une seconde fois le lundi 20 octobre « dedans la dite heure des dix heures »36.

  • 37 Sur l’enquête (administrative et / ou judiciaire) et sa procédure, voir les remarques générales dan (...)
  • 38 Guillaume Juvénal des Ursins est un homme de confiance et d’expérience, à qui le roi confiera égale (...)
  • 39 « respondit quod mallet mori quod item appunctuamentum recipere » (Relation B, fol. 151 vo).

18Le débat qui se poursuit se concentre sur la promesse que Dunois nie avoir faite. Elle devient l’objet d’un litige qui met en cause l’honneur de Dunois, et donc celui de Charles VII, qui lui avait donné pleins pouvoirs pour négocier en son nom, ainsi que le souligne la Relation A. Le roi ordonne donc à son chancelier, Guillaume Juvénal des Ursins, de mener une enquête37. Le choix de son chancelier, à la tête de l’administration royale, semble d’autant plus approprié que la matière touche directement « l’honneur du roi »38. En premier lieu, le chancelier interroge les témoins de visu, c’est-à-dire tous ceux qui étaient présents à la conférence de Port-Saint-Ouen. Nul ne se souvient de cette promesse. Il consulte ensuite les minutes écrites et authentifiées de la conférence ainsi que celles de l’entrevue du lendemain entre Somerset et les délégués de la ville qui sont venus faire leur rapport. On ne trouve là non plus aucune trace écrite de la promesse. En revanche, on note que Somerset a déclaré à plusieurs reprises « préférer mourir » plutôt que d’accepter les termes offerts par Charles VII39. Les mots sont forts. Finalement, le chancelier fait ses propres déductions qui sont consignées dans les chroniques : toute offre devait naturellement inclure la reddition de la ville, or la ville n’a pas été rendue par Somerset et il en occupe encore le château et le palais. Il n’y a donc aucune raison que les Anglais bénéficient des termes offerts à Port-Saint-Ouen.

  • 40 Voir, pour la fin du Moyen Âge, M. de Taube, « Les origines de l’arbitrage international : Antiquit (...)
  • 41 La partie en italique ne figure que dans le manuscrit des Vc de Colbert de la Relation A (fol. 252  (...)

19Le roi ne veut toutefois pas prendre la responsabilité d’un jugement qu’il propose de remettre entre les mains d’une commission « internationale » d’arbitrage, si toutefois le duc maintient ses revendications. Le roi, de toute évidence, cherche à se montrer impartial. Il ne sera pas juge et partie en cette affaire. L’arbitrage « international » est une pratique attestée à la fin du Moyen Âge40. La proposition de Charles VII se conforme scrupuleusement aux règles. La neutralité du jugement, comme il se doit, devait être assurée par la parité d’une commission composée d’un nombre égal de chevaliers anglais et français (16 ou 20 au total), qui seraient conseillés par des clercs du parlement de Paris. « Pour toujours montrer le bon vouloir qu’il a de faire et accomplir tout ce que raison donnera en cette partie », le roi propose même que, si la configuration de cette commission ne convenait pas au duc, l’on s’adresse à onze chevaliers et clercs de l’empire « ja soit qu’il n’ayt point de souverain et soit empereur en son royaume »41.

  • 42 « Onze notables gens […] qui […] en puissent apointer et ordonner dans un an, ainsy qu’ils verront (...)
  • 43 Sur la remise d’otages dans le contexte de guerre à la fin du Moyen Âge, voir A. Kosto, Hostages in (...)
  • 44 T. Basin, Histoire de Charles VII, t. II, p. 131.

20En y regardant de plus près, toutefois, on s’aperçoit rapidement que les intentions de Charles VII sont aussi honorables que leur mise en application est illusoire. L’intervention d’une commission impériale nécessite du temps. Charles VII prévoit de donner un délai d’un an aux chevaliers et clercs de l’empire pour rendre leur jugement42. Que faire, entre-temps, de la guerre, de Rouen et du duc de Somerset ? Doit-on suspendre l’activité militaire ? Ce répit donnerait un tel avantage aux Anglais, alors en grande difficulté, que l’idée semble tout à fait inconcevable. S’ils veulent s’en remettre au jugement différé de cette commission, Charles VII impose donc à Somerset, Talbot et 20 hommes de la garnison, du choix du roi de France, de se constituer, non pas otage43, mais prisonnier. L’option est punitive. Sans grande surprise, Somerset abandonne finalement ses revendications et commence à négocier la reddition sur base des propositions de Charles VII. Outre la reddition du palais et du château de Rouen, le roi demande la remise entre les mains des Français de cinq villes du pays de Caux (Honfleur, Harfleur, Montivilliers, Caudebec et Tancarville), qui, comme le souligne Thomas Basin, doit assurer à Charles le contrôle de la Seine44.

  • 45 Voir, à ce sujet, M. Keen, The Laws of War in the Later Middle Ages, Londres, Routledge & Keegan Pa (...)
  • 46 M. Keen, The Laws of War…, p. 23-44.
  • 47 Sur la valeur du contrat et le développement du droit des obligations à la fin du Moyen Âge, voir P (...)
  • 48 Je débats du sort (exceptionnellement bien documenté) qui a été réservé aux otages livrés par les A (...)

21De manière générale, l’opportunisme militaire présente un sérieux obstacle à toute forme de recours en justice. Seules les questions de propriété de prisonniers, paiement de rançons ou de biens injustement spoliés – bref, des matières qui conservent de l’intérêt en dehors du feu de l’action – sont débattues en cour45. Plusieurs instances judiciaires sont habilitées à entendre et juger des affaires qui opposent des partis ennemis46. Et il ne fait aucun doute que la valeur légale des traités de capitulation de villes et forteresses (qui relèvent du droit des obligations) est reconnue par ces instances47. Mais ces contrats perdent rapidement de leur valeur réelle, une fois la ville conquise. Souvent d’ailleurs, ils n’incluent que des obligations à très court terme, garanties par la parole d’un capitaine, son sceau et la remise ou l’échange d’otages. L’otage, en temps de guerre, semble être le meilleur garant de la parole de l’ennemi. Le manquement aux termes du traité pouvant changer le statut d’otage en celui de « prisonniers de guerre », comme cela sera le cas à Rouen48.

  • 49 M. de Taube, « Les origines… », p. 91-94.
  • 50 J. Barmann, « Pacta sunt servanda. Considérations sur l’histoire du contrat consensuel », Revue int (...)
  • 51 J. Barmann, « Pacta sunt servanda… », p. 37.

22L’objet du litige et l’argumentation des Anglais, telle qu’elle nous l’est rapportée par la Relation A, sont tout aussi surprenants. En effet, même s’il s’inscrit en marge d’une procédure légale ordinaire, l’arbitrage ne repose pas moins sur le droit49. Quelle valeur cette promesse invérifiée du comte de Dunois, sur laquelle l’entièreté de la défense des Anglais repose, a-t-elle au regard de la norme ? La réponse, en un mot : aucune. Seule une promesse solennelle fondée sur un serment, généralement fait devant témoins – ce qui n’a apparemment pas été le cas à Port-Saint-Ouen –, crée l’obligation juridique50. Tenir une simple promesse (qui plus est, secrète) ne relève que du devoir moral51. En conclusion, les Français proposent une solution invraisemblable pour résoudre un litige improbable. Cette affaire prend l’allure d’un coup de théâtre dont il faut tenter de comprendre les enjeux.

  • 52 Voir, par exemple, Chronique de Charles VII…, t. II, p. 145. On nous explique, en effet, que le duc (...)
  • 53 Relation B, fol. 150 vo.
  • 54 Ibid.
  • 55 « ex parte regis Christianissimi abolicio generalis oblata fuerat pro omnibus viris, ecclesiasticis (...)

23Retournons à la conférence de Port-Saint-Ouen. L’archevêque de Rouen, d’après le témoignage des chroniqueurs, a préalablement demandé à Somerset que l’on entame des négociations avec Charles VII, ce à quoi le duc aurait consenti, contre son gré52. Les députés du duc de Somerset, John Hanford et John Dampson, sont présents à la conférence de Port-Saint-Ouen en tant qu’observateurs, lit-on dans la Relation B : « missi erant solum a dicto duce ad audiendum et referendum », et non en tant que négociateurs53. Les représentants de la ville, envoyés avec le consentement du duc, parlent en leur propre nom et celui des Anglais. Toujours selon la Relation B, la conférence s’ouvre sur la demande de l’archevêque de Rouen de jouir d’une trêve de six mois (!) pour consulter Henri VI54. Dunois la leur refuse. En retour d’une soumission immédiate, celui-ci promet une amnistie générale pour tous ceux qui souhaitent rester, et de bons sauf-conduits pour ceux qui souhaitent partir, « de quelle que nation qu’il soit », incluant donc les Anglais55. Or Somerset, ainsi que nous l’avons vu, a accepté cette offre, dans les temps impartis (avant le lundi 20 octobre à 10 heures du matin). Ce fait n’est pas contesté par Charles VII. Selon le témoignage de la Relation B, les Anglais ont donc bien respecté les termes qui ont été offerts à la conférence. Peut-on en dire autant de Charles VII ?

  • 56 Voir, par exemple, Chronique de Charles VII…, t. II, p. 150-152.

24Si les sources ne le précisent pas, il est, néanmoins, évident que la trêve qui expirait à la fin de la conférence a été prolongée jusqu’à l’échéance du lundi matin, à 10 heures, date et heure avant lesquelles Somerset devait donner sa réponse. Le contraire serait tout à fait improbable. On ne se bat pas au cours de négociations. Toutefois, des troupes de Charles VII se sont introduites dans la ville le dimanche 19 octobre. Qu’elles aient été ou non invitées par les habitants pour soutenir une rébellion contre l’autorité anglaise, ainsi que les chroniqueurs le rapportent, importe peu. Du point de vue du droit, les Français sont en tort ; ils ont transgressé la trêve56. Selon la Relation B, ils sont même doublement en tort puisqu’ils ont décidé d’ignorer les offres faites à la conférence de Port-Saint-Ouen. Suivant ce raisonnement, on en vient donc à s’interroger sur la fiabilité et même sur l’honnêteté du témoignage des chroniqueurs. Sommes-nous témoins d’une manipulation délibérée de l’information à des fins politiques ?

  • 57 M. G. A. Vale, Charles VII, Londres, Eyre Methuen, 1974, p. 121-124.

25Cette question en soulève une autre, notre question initiale : Charles VII était-il sincèrement disposé à faire passer la droiture de ses procédés devant son droit ou ses objectifs militaires ? Pour y répondre, il nous faut considérer le contexte plus large du « programme » du « recouvrement » de la Normandie. Cette problématique est vaste ; je vais me contenter ici de souligner quelques faits marquants relatifs à la « réduction » de Rouen. Malcolm Vale a relevé différents procédés, notamment le recours à l’espionnage et le paiement de pots-de-vin, qui ont été utilisés par le gouvernement de Charles VII pour obtenir la reddition de villes et forteresses normandes57. Ce qui ne fait aucun doute, et ce dont la chute de Rouen est peut-être la meilleure illustration, c’est la volonté du roi de conquérir avec le soutien des Normands contre les Anglais.

  • 58 Archives municipales de Rouen, Registre A, fol. 52 (ancienne cotation) ; publié par G. du Fresne de (...)
  • 59 Arch. nat., JJ 180, no 26 ; publié dans Ordonnances des rois de France de la troisième race, E. S.  (...)
  • 60 Jean Convyn, moine de Saint-Augustin, est grassement rémunéré en novembre 1449 pour avoir tenu le r (...)
  • 61 Relation A, éd. Pottier, p. 6.
  • 62 Il apparaît dans l’édition de Pottier de la Relation A (p. 5) sous le nom « Jean de Saux ». Il faut (...)
  • 63 Arch. nat., JJ 180, no 9 (novembre 1449) ; BNF, PO 2575, Le Roux de Normandie, no 8 (4 juillet 1454 (...)
  • 64 Ibid., no 19380. Voir aussi C. de Beaurepaire, Inventaire-sommaire…, t. I, p. 49, 82, 85 et 238.
  • 65 BNF, PO 2575, Le Roux de Normandie, no 8.
  • 66 Ibid., PO 1351, Gombaut, 19 (15 décembre 1451).
  • 67 De manière générale, le « service public », au XVe siècle, était stimulé par l’espoir d’en tirer un (...)
  • 68 G. Prosser, « Affinity as a Social World… », p. 35-36.

26Une lettre de Charles VII est envoyée aux Rouennais le 17 juillet 1449, date anniversaire de son sacrement à Reims, vingt ans plus tôt58. Il y invite les habitants à se soumettre à l’autorité de leur roi naturel et légitime, en leur promettant une complète amnistie couvrant les trente années passées sous le gouvernement des Anglais qui « par force et contre leur gré » les ont « longuement détenus et occupés ». L’« abolition » officielle accordée aux Rouennais, et mise par écrit en novembre 1449, fait état de très larges concessions qui dépassent celles que le roi a faites aux autres villes normandes qui se sont soumises avant Rouen59. Nous avons aussi la preuve que Charles VII s’était préalablement informé, à l’insu des Anglais, de la disposition des habitants de la ville avant son arrivée au début du mois d’octobre ; et tout porte à croire que cette arrivée a d’ailleurs répondu à l’appel de Rouennais60. De toute évidence, la stratégie du roi repose sur le soutien des habitants, sans lequel, selon Somerset, « les Français ne peuvent rien faire contre la capitale »61. Finalement, une approche prosopographique des « négociateurs » délégués par la ville montre que certains d’entre eux – en particulier, Jean de Saâne62, chevalier (et conseiller de Somerset), ainsi que deux bourgeois, Jean le Roux63 et Guillaume Gombaut64 – ont largement bénéficié de la générosité du roi aux lendemains de la reddition « pour consideracion des grans et recommandables services a lui faiz… du fait de la redduction de la dicte ville de Rouen en son obeissance », comme on peut lire, par exemple, dans une lettre de don octroyée à Jean le Roux65. « Ledit Gombaut », lit-on dans une autre lettre, « a été un des principaux entrepreneurs et conduiseurs de la dicte réduction d’icelle ville de Rouen en notre dicte obéissance »66. Les récompenses octroyées à ces membres de l’élite rouennaise ne signifient pas nécessairement que ceux-ci ont été corrompus67. Il est toutefois assez remarquable que plusieurs d’entre eux continuent de servir dans l’administration provinciale sous Charles VII. Cette continuité entre les deux régimes, selon Gareth Prosser, n’était pas chose commune68.

  • 69 Relation B, fol. 151 ro.

27La politique de Charles VII est si fortement centrée sur le soutien des Rouennais que l’on s’interroge sur le degré de connivence qu’il y a eu entre les deux parties au moment de la rébellion « spontanée » des habitants. Dans les chroniques, la conférence de Port-Saint-Ouen, le rapport fait à Somerset, l’envoi d’un messager au roi à Pont-de-l’Arche, la rébellion des habitants et l’entrée dans la ville de troupes armées du roi, volant à leur secours, se concentrent sur seulement deux jours, les samedi 18 et dimanche 19 octobre. On note aussi que l’envoi du messager demandant de l’aide à Charles VII précède la rébellion ; ce fait marquant questionne la spontanéité présumée de celle rébellion. La chronologie est encore plus serrée dans les Relations A et B. Tout se déroule en un seul jour, le dimanche 19 octobre. Dans la Relation B, le messager est envoyé par la ville à Charles VII qui ne se trouve pas à Pont-de-l’Arche, mais à Sainte-Catherine-du-Mont qu’il venait de conquérir, suggérant que le roi avait déjà commencé de manœuvrer avant que la révolte n’ait eu lieu69. L’étroite collaboration entre le roi et les Rouennais dans cette affaire est indiscutable. Il était donc hors de question, dans cette perspective, de s’arrêter à une promesse donnée aux Anglais que le soulèvement de ses alliés rouennais avait rendue caduque.

***

28On ne peut s’empêcher au terme de cette enquête de s’interroger sur l’influence du gouvernement de Charles VII sur la production des écrits. Sans crier à la conspiration, il apparaît clairement que les chroniques parlent souvent d’une seule voix, une voix qui présente Charles VII sous un jour très favorable. Le règlement du litige dont je viens de faire l’analyse est tout à fait extraordinaire et digne d’intérêt. Pourquoi ne figure-t-il pas dans les chroniques ? Après tout, l’honneur de Charles VII sort grandi de cette affaire telle qu’elle nous l’est présentée par l’auteur de la Relation A. Par plusieurs fois, l’auteur souligne la « douceur » des procédés de Charles VII, qui se dit même prêt à faire fi de sa souveraineté pour rendre justice à Somerset. En face, le duc de Somerset est buté, ingrat et injuste. Bien sûr, l’examen plus approfondi de ce témoignage met Charles VII et ses belles paroles en porte-à-faux, et questionne même, si l’on va plus loin encore, son droit et son honneur dans cette affaire. Les chroniqueurs en étaient-ils conscients ? Ont-ils jugé trop grand le risque de voir la réputation du roi entachée par cette affaire ?

  • 70 Voir, par exemple, la thèse fondatrice de C. Gauvard, « De grace especial » : crime, État et sociét (...)
  • 71 Sur l’honneur et la résolution de conflits du point de vue anthropologique, voir J. Pitt-Rivers, «  (...)

29Quoi qu’il en soit – qu’il y ait eu ou non dissimulation –, ce cas révèle combien la réputation, l’honneur et l’image du roi sont au cœur des préoccupations de Charles VII et de son gouvernement pendant la campagne du « recouvrement » de la Normandie. Il nous montre aussi l’honneur sous un autre jour, détaché de la violence avec laquelle il est si souvent associé dans l’historiographie70. L’honneur apparaît ici comme un vecteur de communication. Les revendications de Somerset sont perçues comme une atteinte potentielle à l’honneur de Charles VII à laquelle celui-ci se doit de répondre « honorablement »71. Une procédure est engagée pour vider ce litige. Aussi aberrant ou irréaliste que soit le renvoi à une commission d’arbitrage, cette option a le mérite de relancer le processus de négociation. Elle sauve, à la fois, l’honneur du roi et celui de Somerset, dont on refuse, finalement, de mettre la parole en question. On laisse ainsi l’opportunité au duc d’abandonner ses revendications sans perdre la face, et d’accepter de poursuivre les négociations sur les termes du roi de France. Cette étude de cas met aussi en lumière l’importance du langage de l’honneur qui puise dans des valeurs partagées permettant à des ennemis, en temps de crise, d’établir le dialogue, de vider un litige et de négocier une reddition. La stratégie ne crée pas le dialogue. L’argument stratégique est habillé, déguisé, et se trouve parfois même altéré, modéré, au cours d’un processus de « traduction » dans le langage de l’honneur.

Notes

1 Cette source est présentée et discutée dans le détail un peu plus loin. On trouvera la citation publiée sous une forme « modernisée » dans A. Pottier, « Réduction de la ville de Rouen en 1449 », Revue rétrospective normande, t. III, 1842, p. 3-14, à la p. 4.

2 Négocier au Moyen Âge (Actes du colloque de Barcelone, 12-14 octobre 2004), M. T. Ferrer i Mallol et al. (dir.), Barcelone, CSIC (Anuario de estudios medievales. Anejo ; 61), 2005. Voir en particulier les contributions de J.-M. Moeglin, « Heurs et malheurs de la négociation du Moyen Âge à l’époque moderne », p. 6-26, et de S. Péquignot, « Entratar a tractar : l’entrée en négociation comme objet d’histoire. L’exemple de la diplomatie de Jacques II d’Aragon, 1291-1327 », p. 265-301.

3 J. W. Honig, « Reappraising Late Medieval Strategy : the Example of the 1415 Agincourt Campaign », War in History, t. XIX, no 2, 2012, p. 123-151 ; R. Cox, « A Law of War ? English Protection and Destruction of Ecclesiastical Property during the Fourteenth Century », English Historical Review, t. CXXVIII, no 535, 2013, p. 1381-1417. Le débat est ouvert.

4 « We shall in fact return to the romances, many times, but for the moment their evidence is too obviously open to the charge that, outside literature, chivalry really was no more than a polite veneer, a thing of forms and words and ceremonies which provided the means whereby the well born could relieve the bloodiness of life by decking activities with a tinsel gloss borrowed from romance » (M. Keen, Chivalry, New Haven – Londres, Yale University Press, 1984, p. 3).

5 Un travail de fond doit être mené sur le récit de la reconquête que les chroniques nous proposent. J’ai comparé le récit de huit chroniques dont la liste suit. À une exception près, ces témoignages semblent émaner d’une seule et même source à l’exception de l’histoire de Thomas Basin, un témoin oculaire, dont le récit est tout à fait indépendant, comparativement succinct, tantôt révélateur, tantôt erroné. Cronicques de Normendie, 1223-1453, A. Hellot (éd.), Rouen, C. Métérie, 1881, p. 122-145 ; T. Basin, Histoire de Charles VII, C. Samaran (éd.), Paris, Les Belles Lettres (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge ; 15), 1933-1945, t. II, p. 113-129 ; R. Blondel, « De reductione Normanniae », in Narratives of the Expulsion of the English from Normandy, 1449-1450, J. Stevenson (éd.), Londres, Longman, 1863, p. 130-153, 325-338 ; G. le Bouvier, dit le Héraut Berry, « Recouvrement de Normandie », in Narratives of the Expulsion…, p. 290-311 ; R. Blondel, Œuvres, A. Héron (éd.), Rouen, A. Lestringant (Publication de la Société de l’histoire de Normandie), 1891-1893, t. II, p. 325-341 ; Chronique de Charles VII, roi de France, par Jean Chartier, A. Vallet de Viriville (éd.), Paris, Jannet (Bibliothèque elzévirienne ; 58), 1858, t. II, p. 137-160 ; Chronique de Mathieu d’Escouchy, G. du Fresne de Beaucourt (éd.), Paris, Vve de J. Renouard, 1863-1864, t. I, p. 211-244 ; G. le Bouvier, dit le Héraut Berry, Les chroniques du roi Charles VII, H. Courteault, L. Celier et M.-H. Jullien de Pommerol (éd.), Paris, Klincksieck, 1979, p. 313-330 ; Deux chroniques de Rouen, A. Héron (éd.), Rouen, A. Lestringant, 1900, p. 87-97.

6 Voir la description des pièces du recueil dans E. Frère, Catalogue des manuscrits de la bibliothèque municipale de Rouen relatifs à la Normandie, Rouen, Imprimerie de Henry Boissel, 1874, p. 100-101.

7 Rouen, bibliothèque municipale Jacques-Villon, ms. Y 134 : « Extrait des registres de l’Hôtel de ville de Rouen, 1380-1676, XVIIe s., papier, 688 p., 298 x 192 mm ». La « Reduction de la ville de Rouen en 1449 » se trouve aux p. 12-25 de ce manuscrit.

8 BNF, coll. Cinq Cents de Colbert, vol. CCLXXV : « Chroniques et extraits relatifs à la ville de Rouen (1299-1676), XVIIe s., papier, 331 feuillets, 440 x 270 mm », ainsi qu’il est décrit dans C. de La Roncière, Catalogue des manuscrits de la Collection des Cinq Cents de Colbert, Paris, E. Leroux, 1908, p. 169. La « Reduction de la ville de Rouen en 1449 » se trouve aux fol. 252 ro-260 vode ce manuscrit. Les archives départementales de la Seine-Maritime (ADSM, F 321) conservent aussi une copie manuscrite plus tardive du recueil (sous la forme de notes assez désordonnées) faite par D. de Bouis, sur base du volume des Cinq Cents de Colbert.

9 Voir n. 1.

10 Relation B, fol. 149 ro-151 ro.

11 Cette relation n’apparaît ni dans les pièces recensées et partiellement publiées par G. du Fresne de Beaucourt dans son « sommaire » – extensif – « des négociations entre la France et l’Angleterre depuis le traité de Tours jusqu’à la rupture, 1444-1449 », qui s’arrête à la fin du mois de juillet 1431 (Chronique de Mathieu d’Escouchy, t. III, p. 145-251), ni dans les deux volumes de Letters and Papers Illustrative of the Wars of the English in France during the Reign of Henry the Sixth, King of England, J. Stevenson (éd.), Londres, HMSO (Rolls Series ; 22), 1861-1864, 2 vol.

12 On trouve la date de 1449 dans le Catalogue des manuscrits français, t. III : Ancien fonds (suite), Paris, Librairie Firmin Didot, 1881, p. 367.

13 M. K. Jones, « Somerset, York and the Wars of the Roses », English Historical Review, t. CIV, no 411, 1989, p. 294.

14 Relation B, fol. 149 ro-150 ro.

15 Catalogue des manuscrits français…, t. III, p. 367.

16 BNF, ms. fr. 4054, fol. 3 ro.

17 Sur le cadre plus général de la campagne du « recouvrement » de la Normandie, je me permets de renvoyer le lecteur à une étude concise et illustrée de P. Contamine : « Le recouvrement par Charles VII de son pays et duché de Normandie (15 mai 1449-12 août 1450) », in La Normandie au XVe siècle : art et histoire (Actes du colloque de Saint-Lô, 2-5 décembre 1998), Saint-Lô, Archives départementales de la Manche, 1999, p. 17-23.

18 Date fournie par Guillaume Cousinot dans une lettre adressée au comte de Foix vers la mi-octobre. Le document est publié dans G. du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, Paris, A. Picard, 1881-1891, t. V, p. 437-444.

19 Relation A, éd. Pottier, p. 11.

20 L’épisode est rapporté dans les chroniques. Voir, par exemple, le récit du chroniqueur officiel de Charles VII, Jean Chartier : Chronique de Charles VII…, t. II, p. 140-143.

21 Archives municipales de Rouen, tiroir 128 (ancienne cotation) ; publiée par Beaucourt dans le Bulletin de la Société de l’histoire de Normandie, 1883, p. 351-354.

22 Voir, par exemple, Chronique de Charles VII…, t. II, p. 144.

23 Relation A, éd. Pottier, p. 4 ; Relation B, fol. 150 vo.

24 La présence des Anglais dans l’hôtel de ville n’est clairement attestée que dans le récit de Jean Chartier (Chronique de Charles VII…, t. II, p. 147). Elle est suggérée dans les autres chroniques.

25 Relation A, éd. Pottier, p. 5 ; Relation B, fol. 150 vo.

26 Voir, par exemple, Chronique de Charles VII…, t. II, p. 148-151.

27 Ibid., p. 154.

28 Jean Chartier (ibid., p. 155) est le seul chroniqueur à fournir cette date. Il s’agirait selon lui d’une seconde entrevue, suggérant qu’une première entrevue avait eu lieu avant la mise en place du siège. Les autres chroniqueurs sont relativement imprécis. On trouve aussi la date du 23 octobre dans la Relation A, éd. Pottier, p. 3.

29 Nous avons conservé deux copies du traité (29 octobre 1449) ratifiées par le duc de Somerset : 1) BNF, ms. fr. 4054, fol. 158 ro-159 ro ; publiée en pièce justificative dans Chronique de Mathieu d’Escouchy, t. III, p. 358-364, no 13 ; 2) BNF, ms. fr. 5909, fol. 175 vo-177 vo. Deux autres copies sont ratifiées par Charles VII : 1) Londres, College of Arms, MS Arundel XLVIII, fol. 226-227 vo ; publiée dans Letters and Papers…, t. II, p. 608-618 ; 2) Arch. nat., Y(4), fol. 108 ro-109 vo (« Livre Vieil Vert of the Châtelet of Paris »).

30 Chronique de Mathieu d’Escouchy, t. I, p. 223-226 ; R. Blondel, « De reductione Normanniae », t. II, p. 150-151 ; Cronicques de Normendie…, p. 130-131 ; Héraut Berry, « Recouvrement de Normandie », p. 304-305 ; Héraut Berry, Les chroniques…, p. 320-321.

31 Chronique de Charles VII…, t. II, p. 153-156.

32 Ibid., p. 156.

33 T. Basin, Histoire de Charles VII, t. II, p. 127.

34 Les éléments descriptifs du litige et de son règlement sont tirés de la Relation A. Seuls les détails corroborés ou ajoutés dans la Relation B seront notifiés ainsi que les erreurs significatives dans l’édition de la Relation A par Pottier.

35 Détail corroboré par la Relation B (fol. 150 vo) : « quod finale responsum darent infra diem lune […] usque ad diem lune sequentem hora deciam ».

36 Relation A, éd. Vc de Colbert, fol. 252 vo ; « avant midy » dans la Relation A (MS Y134), p. 13, et l’édition de Pottier, p. 4.

37 Sur l’enquête (administrative et / ou judiciaire) et sa procédure, voir les remarques générales dans J. Glénisson, « Les enquêtes administratives en Europe occidentale aux XIIIe et XIVe siècles », in Histoire comparée de l’Administration (IVe-XVIIIe siècles) (Actes du XIVe colloque historique franco-allemand, Tours, 27 mars-1er avril 1977), W. Paravicini et K. F. Werner (dir.), Zurich – Munich, Artemis Verlag (Beihefte der Francia ; 9), 1980, p. 17-25. Voir aussi le volume sur L’enquête au Moyen Âge : études (Actes du colloque international tenu à l’École française de Rome, 29-31 janvier 2004), F. Bougard, J. Chiffoleau et C. Gauvard (dir.), Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome ; 399), 2008 ; et le point fait sur l’historiographie récente dans É. Lalou, « L’enquête au Moyen Âge », Revue historique, t. CCCXIII, no 657, 2011, p. 145-154.

38 Guillaume Juvénal des Ursins est un homme de confiance et d’expérience, à qui le roi confiera également l’enquête sur la prise de la ville de Fougères qui débutera à Rouen à la fin du mois de novembre 1449 (M. H. Keen et M. J. Daniel, « English Diplomacy and the Sack of Fougères in 1449 », History, t. LIX, no 197, 1974, p. 375-391).

39 « respondit quod mallet mori quod item appunctuamentum recipere » (Relation B, fol. 151 vo).

40 Voir, pour la fin du Moyen Âge, M. de Taube, « Les origines de l’arbitrage international : Antiquité et Moyen Âge », Académie de droit international : recueil de cours, 1932, t. XLII, 1933, p. 1-115 ; Z. H. Nowak, « International Arbitration in the Later Middle Ages », Quaestiones medii aevi novae, t. IV, 1999, p. 69-85. Sur le règlement des conflits, en général, voir, entre autres, parmi une bibliographie abondante, Le règlement des conflits au Moyen Âge (Actes du XXXIe congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Angers, juin 2000), Paris, Publications de la Sorbonne (Histoire ancienne et médiévale ; 62), 2001.

41 La partie en italique ne figure que dans le manuscrit des Vc de Colbert de la Relation A (fol. 252 vo). L’auteur de la transcription (du XVIIe siècle) n’a pu déchiffrer « empereur », qui apparaît dans le manuscrit comme « enn..cre » dans le texte, avec en note marginale : « on n’a pu deviner ». « Empereur en son royaume » est une formule de droit bien connue à cette époque. Voir, par exemple, A. Bossuat, « La formule “Le roi est empereur en son royaume”. Son emploi au XVe s. devant le Parlement de Paris », Revue historique de droit français et étranger, série IV, t. XXXIX, 1961, p. 371-381.

42 « Onze notables gens […] qui […] en puissent apointer et ordonner dans un an, ainsy qu’ils verront estre a faire par raison » (Relation A, éd. Pottier, p. 9).

43 Sur la remise d’otages dans le contexte de guerre à la fin du Moyen Âge, voir A. Kosto, Hostages in the Middle Ages, Oxford, Oxford University Press, 2012, p. 99-129.

44 T. Basin, Histoire de Charles VII, t. II, p. 131.

45 Voir, à ce sujet, M. Keen, The Laws of War in the Later Middle Ages, Londres, Routledge & Keegan Paul, 1965, p. 24 ; R. Ambühl, Prisoners of War in the Hundred Years War, Cambridge, Cambridge University Press, 2013, p. 26-28.

46 M. Keen, The Laws of War…, p. 23-44.

47 Sur la valeur du contrat et le développement du droit des obligations à la fin du Moyen Âge, voir P.-C. Timbal et al., Les obligations contractuelles dans le droit français des XIIIe et XIVe siècles d’après la jurisprudence du Parlement, Paris, CNRS (Publications du Centre d’étude d’histoire juridique), 1973.

48 Je débats du sort (exceptionnellement bien documenté) qui a été réservé aux otages livrés par les Anglais à Charles VII en garantie de l’accomplissement du traité de reddition du château et du Palais de Rouen, le 29 octobre 1449, dans « Hostages and the Laws of War : the Surrender of the Castle and Palace of Rouen », in Medieval Hostageship, c. 700-c. 1500, M. Bennett et K. Weikert (éd.), Londres, Routledge, 2017, p. 187-206.

49 M. de Taube, « Les origines… », p. 91-94.

50 J. Barmann, « Pacta sunt servanda. Considérations sur l’histoire du contrat consensuel », Revue internationale de droit comparé, t. XIII, no 1, 1961, p. 18-53, et particulièrement p. 25-26 ; C. Gauvard, « Introduction », in Serment, promesse et engagement : rituels et modalités au Moyen Âge, F. Laurent (dir.), Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée (Cahiers du CRISIMA ; 6), 2008, p. 13-27, particulièrement p. 14-16.

51 J. Barmann, « Pacta sunt servanda… », p. 37.

52 Voir, par exemple, Chronique de Charles VII…, t. II, p. 145. On nous explique, en effet, que le duc de Somerset n’a pas eu le choix. Il était en situation d’infériorité numérique, entouré d’une soixantaine de combattants anglais alors que la délégation rouennaise comptait près de 1 000 hommes.

53 Relation B, fol. 150 vo.

54 Ibid.

55 « ex parte regis Christianissimi abolicio generalis oblata fuerat pro omnibus viris, ecclesiasticis, nobilibus et civibus et habitantibus cuiuscumque nacionis et condicionis forent » : tels sont les termes rapportés au duc de Somerset le lendemain de la conférence, selon la Relation B. Ibid., fol. 151 ro.

56 Voir, par exemple, Chronique de Charles VII…, t. II, p. 150-152.

57 M. G. A. Vale, Charles VII, Londres, Eyre Methuen, 1974, p. 121-124.

58 Archives municipales de Rouen, Registre A, fol. 52 (ancienne cotation) ; publié par G. du Fresne de Beaucourt en pièce justificative à un discours inaugural dans le Bulletin de la Société de l’histoire de Normandie, 1883, p. 346-351.

59 Arch. nat., JJ 180, no 26 ; publié dans Ordonnances des rois de France de la troisième race, E. S. de Laurière et al. (éd.), Paris, Imprimerie royale, 1723-1849, t. XIV, p. 75-78.

60 Jean Convyn, moine de Saint-Augustin, est grassement rémunéré en novembre 1449 pour avoir tenu le roi informé des dispositions de ceux de la ville de Rouen au péril de sa vie. Une copie de la pièce se trouve dans BNF, coll. Gaignières, 558(8), fol. 6 et suiv. (ancienne cotation) ; publié dans la Chronique de Mathieu d’Escouchy, t. III, p. 383-384 (13 novembre 1449) ; et dans C. de Beaurepaire, De la Vicomté de l’Eau de Rouen et de ses coutumes aux XIIIe et XIVe siècles, Évreux, A. Hérissey, 1856, p. 60 (13 novembre 1450). L’original se trouve aux ADSM sous la cote 100J / 14, no 3.

61 Relation A, éd. Pottier, p. 6.

62 Il apparaît dans l’édition de Pottier de la Relation A (p. 5) sous le nom « Jean de Saux ». Il faut lire « Jean de Sanne » ainsi que le nom est rendu dans la version des Vc de Colbert, fol. 253 ro. Saâne joue un rôle déterminant dans la Relation B (fol. 150 vo-151 ro). Sur les récompenses données à ce chevalier à la suite de la réduction de la ville, voir G. Prosser, « Affinity as a Social World : Marriage Brokerage, Maintenance and Lateral Networks. A Magnate Affinity in 15th Century Normandy : the Followers of Pierre de Brézé, Comte de Maulévrier (1450-65) », in Liens personnels, réseaux, solidarités en France et dans les îles Britanniques (XIe-XXe siècle) (Actes de la table ronde organisée par le GDR 2136 et l’université de Glasgow, 10-11 mai 2002), D. Bates et al. (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne (Hommes et société ; 30), 2006, p. 29-58, et plus particulièrement p. 36.

63 Arch. nat., JJ 180, no 9 (novembre 1449) ; BNF, PO 2575, Le Roux de Normandie, no 8 (4 juillet 1454) ; C. de Beaurepaire, Inventaire-sommaire des archives communales antérieures à 1790 : ville de Rouen, t. I : Délibérations, Rouen, J. Lecerf, 1887, p. 52-57. Voir aussi G. Dupont-Ferrier, Gallia Regia, ou État des officiers royaux des bailliages et des sénéchaussées, de 1328 à 1515, Paris, Imprimerie nationale – Bibliothèque nationale, 1942-1966, 7 vol., ici vol. IV, no 19383.

64 Ibid., no 19380. Voir aussi C. de Beaurepaire, Inventaire-sommaire…, t. I, p. 49, 82, 85 et 238.

65 BNF, PO 2575, Le Roux de Normandie, no 8.

66 Ibid., PO 1351, Gombaut, 19 (15 décembre 1451).

67 De manière générale, le « service public », au XVe siècle, était stimulé par l’espoir d’en tirer un profit matériel (P. Lewis, Later Medieval France. The Polity, Londres, Macmillan, 1968, p. 140-153 ; M. G. A. Vale, Charles VII, p. 121).

68 G. Prosser, « Affinity as a Social World… », p. 35-36.

69 Relation B, fol. 151 ro.

70 Voir, par exemple, la thèse fondatrice de C. Gauvard, « De grace especial » : crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne (Histoire ancienne et médiévale ; 24), 1991, 2 vol., et le compte rendu de A. Guerreau, « L’honneur blessé (note critique) », Annales. Économies, sociétés, civilisations, t. XLVIII, no 1, 1993, p. 227-233.

71 Sur l’honneur et la résolution de conflits du point de vue anthropologique, voir J. Pitt-Rivers, « Honour and Social Status », in Honour and Shame : the Values of Mediterranean Society, J. G. Peristiany (dir.), Londres, Weidenfeld and Nicolson (The Nature of Human Society Series), 1965, p. 21-77.

Auteur

Université de Southampton

Rémy Ambühl est maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Southampton. Sa recherche porte sur la conduite de la guerre en France à la fin du Moyen Âge. Il est l’auteur de nombreuses publications sur la question des rançons et des prisonniers de guerre, dont un livre intitulé Prisoners of War in the Hundred Years War : Ransom Culture in the Late Middle Ages (Cambridge, Cambridge University Press, 2013). Plus récemment, il a commencé un projet de recherche financé par le Leverhulme Trust sur la capitulation de villes et forteresses au XVe siècle. Il a déjà publié plusieurs études de cas sur ce sujet.

© Presses universitaires de Caen, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search