Version classiqueVersion mobile

La guerre en Normandie (XIe-XVe siècle)

 | 
Anne Curry
, 
Véronique Gazeau

L’art d’archerie

Les apports de l’étude des textes techniques au regard de l’historien sur l’arc long et son emploi dans le conflit franco-anglais de la fin du Moyen Âge

Daniel Jaquet, Vincent Deluz et Delphine Dejonghe

Résumé

Cette contribution présente l’intérêt de l’étude d’un texte technique anonyme du XVe siècle sur l’archerie peu abordé par l’historiographie pour nuancer les débats sur l’emploi de l’arc, notamment dans le conflit franco-anglais de la fin du Moyen Âge. Les questions de plus en plus pragmatiques sur l’arme, son emploi et son efficacité, sous-jacentes en particulier dans l’historiographie anglo-saxonne, sont difficilement solvables en raison du manque de sources archéologiques ou documentaires permettant d’apporter des réponses directes. L’emploi par les historiens de différentes formes de démarches expérimentales pas toujours conduites selon des protocoles scientifiques contribue à troubler les débats. Nous proposons une revue de l’historiographie sur la question, puis la présentation de la source technique et enfin les pistes de recherche induites par l’analyse de l’œuvre, incluant des démarches expérimentales, pouvant apporter une contribution valable aux travaux sur l’archerie médiévale.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir la bibliographie citée et les développements dans C. Gaier, « L’invincibilité anglaise et le g (...)
  • 2 Pour une discussion sur le concept de révolution militaire à la fin du Moyen Âge, voir The Medieval (...)

1L’emploi de l’arc sur les champs de bataille est une (r)évolution technique qui a joué un rôle important dans la conduite de la guerre à la fin du Moyen Âge. Cet élément a fait couler beaucoup d’encre dans le cadre de l’étude du conflit franco-anglais de la seconde moitié du XIVe et de la première moitié du XVe siècle, en particulier dans l’historiographie anglo-saxonne. Un mythe se construisait déjà, de façon quasiment contemporaine, autour de l’invincibilité anglaise et de leur maîtrise de l’arc1. L’importance de l’arme et de son emploi tactique dans ce conflit est un lieu commun chez les historiens depuis le XIXe siècle au moins. Avec le concept de révolution militaire2, l’archerie devient un point central dans l’étude des pratiques martiales médiévales et de leur évolution. Ces dernières décennies, le débat est alimenté par de nouvelles questions, de plus en plus pragmatiques, voire techniques, autour de l’arme, de l’archer et de son emploi tactique dans la conduite de la guerre.

2Néanmoins, la majorité de ces questions – dont certaines seront passées en revue plus loin – ne peuvent être traitées que par des analyses et déductions suggestives fondées sur un faisceau de sources documentaires, majoritairement narratives, qui se taisent sur ces détails pragmatiques et techniques. En effet, deux éléments cruciaux manquent pour apporter des réponses objectives : les objets et la littérature technique.

  • 3 À ce sujet, voir l’introduction de l’ouvrage collectif Expérimenter le maniement des armes à la fin (...)
  • 4 Voir notamment D. H. Breiding, « Arms and Armor : a Farewell to Persistent Myths and Misconceptions (...)
  • 5 « […] a debate that all too often has been fuelled by conjecture presented as facts. » (A. Ayton et (...)

3Comme souvent pour les questions liées aux armes et armures, ainsi qu’à l’étude des gestes techniques (savoirs corporels et leur transmission), les historiens peuvent alimenter leur analyse des sources documentaires et iconographiques avec des expériences personnelles de maniement de répliques ou de manipulation de pièces originales, ou s’appuyer sur des travaux d’expérimentation menés par d’autres, leur permettant ainsi de prendre position là où les sources se taisent3. Il faut en outre passer par une phase de déconstruction de l’imaginaire collectif lié à l’armement et son usage, qui biaise, consciemment ou inconsciemment, les hypothèses4. Ces différents éléments ont pour conséquence, comme le soulignent Andrew Ayton et Philip Preston, le fait que les débats sur le rôle de l’archerie dans la guerre de Cent Ans ont été « trop souvent alimentés de conjectures présentées comme des faits »5. Nous ajoutons de plus que de nombreuses expériences pratiques ou formes d’expérimentation sur lesquelles les historiens se fondent ne sont pas exemptes de limites laissant douter de la valeur des résultats et biaisant le discours.

4Nous proposons d’amener des éléments de réflexion méthodologiques à ces problèmes à partir de l’étude du premier traité de tir à l’arc d’Occident datant de la fin du XVe siècle. Dans une première partie, certains des questionnements pragmatiques et techniques faisant objet de débats chez les historiens seront discutés, si possible en pointant leur lien avec des formes d’expérience ou d’expérimentation. Ensuite, le texte technique relativement méconnu de L’art d’archerie sera présenté. Enfin, notre dernière partie proposera des pistes de réflexion sur l’emploi de l’expérimentation induite par l’étude de la littérature technique pour amener des éléments de réponses permettant d’éclairer les questionnements pragmatiques et techniques des historiens de la guerre d’une manière plus proche des sources à disposition.

La vision des historiens sur le tir à l’arc, son efficacité et sa technicité

  • 6 Par exemple, M. A. Russel, « The Longbow-Crossbow Shootout at Crécy (1346) : Has the “Rate of Fire (...)
  • 7 Voir infra, n. 14.
  • 8 Par exemple, A. Ayton et P. Preston, « Topography and Archery… », p. 351-377.

5Pourquoi et comment l’archer est-il devenu un élément si important dans la conduite de la guerre de la fin du Moyen Âge ? À la lecture des sources narratives relatant notamment les batailles du conflit franco-anglais, les historiens s’interrogent ainsi par exemple sur les caractéristiques du système d’arme (l’arc, les flèches et l’archer), la cadence de tir6, l’efficacité d’une volée de flèches sur des hommes d’armes7 ou encore sur les tenants et les aboutissants des questions logistiques d’approvisionnement de projectiles8.

  • 9 M. Strickland et R. Hardy, The Great Warbow : from Hastings to the Mary Rose, Stroud, Sutton, 2005. (...)
  • 10 Par exemple, J. Bradbury dans sa monographie The Medieval Archer (p. 148) estime que la puissance d (...)

6Les travaux des historiens sont parfois colorés par l’expertise de chercheurs indépendants et d’archers. Pour ne citer qu’une de ces collaborations, celle de Matthew Strickland et Robert Hardy est particulièrement remarquable et a donné lieu au très beau volume The Great Warbow9. Toutefois dans bon nombre de publications, il n’est pas toujours très clair pour le chercheur d’identifier ce qui est issu d’expériences personnelles, d’expérimentations suivant un protocole scientifique, d’estimations éclairées ou de conjectures discutables10.

  • 11 Weapons of Warre : the Armaments of the Mary Rose, A. Hildred (dir.), Oxford, Oxbow Books, 2011, 2  (...)
  • 12 R. Ascham, Toxophilus. The Schole or Partitions of Shooting, Londres, E. Whitchurch, 1545. Voir not (...)
  • 13 Voir les travaux de S. Gunn, notamment « Archery Practice in Early Tudor England », Past and Presen (...)
  • 14 Avis partagé entre autres par M. Strickland et R. Hardy, The Great Warbow…, p. 39, D. Whetham, « Th (...)

7Néanmoins, l’élément qui a modifié de manière substantielle le discours des historiens sur l’archerie est la découverte du Flagship d’Henri VIII, le Mary Rose, en 1982. Ce navire, coulé dans le Solent en 1545, renferme, entre autres trésors, 137 arcs de guerre préservés, ainsi que deux squelettes d’archers qui ont fait l’objet d’études approfondies11. À cet échantillon solide de sources archéologiques et d’études paléopathologiques, il faut ajouter au dossier une littérature technique sur le tir, avec le traité contemporain de Roger Ascham, précepteur d’Édouard IV, puis d’Elizabeth Ire, intitulé Toxophilus12. Une étude approfondie de l’archerie sous les Tudors peut ainsi mettre en perspective l’analyse des sources narratives, normatives et iconographiques, avec d’une part les sources archéologiques et d’autre part les sources techniques13. Ces deux dernières manquent pour l’étude de l’archerie à la fin du Moyen Âge, même si nombreux sont les historiens et chercheurs indépendants qui emploient les travaux effectués sur les restes du Mary Rose de manière rétrogressive, en argumentant que les arcs et les techniques en 1545 devaient correspondre à ceux du début du XVe siècle14. Nous restons plus prudents pour notre part, en particulier lorsqu’il s’agit d’associer des réflexions fondées sur des travaux – parfois discutables – sur l’archerie en 1545 à des problématiques sur la technicité ou la culture matérielle et gestuelle de l’archerie aussi loin que lors de la bataille de Crécy.

  • 15 K. DeVries, « Catapults Are not Atomic Bombs : Towards a Redefinition of “Effectiveness” in Premode (...)
  • 16 P. Jones, « The Metallography and Relative Effectiveness of Arrowheads and Armor during the Middle (...)
  • 17 Notamment, le problème de la colle employée et celui des différences entre tir à l’air libre par ex (...)
  • 18 Noté par P. Bourke et D. Whetham, « A Report of the Findings… », p. 54.
  • 19 Voir à ce sujet R. A. Mitchell, « Archery versus Mail : Experimental Archaeology and the Value of H (...)
  • 20 C. Blair, European Armour : Circa 1066 to Circa 1700, Londres, B. T. Batsford, 1958.

8Le débat se concentre depuis une vingtaine d’années autour du concept de déterminisme technologique et peut se suivre au travers d’une série de publications interposées15. Le premier point de friction est celui de l’efficacité, consistant à déterminer si oui ou non une volée de flèches pouvait changer le cours d’une bataille, en particulier dans quelle mesure les flèches pouvaient infliger des dégâts à des hommes armés. Sans vouloir prendre part au débat, qui nécessiterait de toute manière d’être cloisonné dans des contextes spécifiques avec des sources qui permettent des démarches comparatives, nous souhaitons souligner quelques éléments techniques dans le cadre des expériences pratiques sur lesquels les historiens s’appuient. Les premiers travaux de Peter Jones ont déjà fait l’objet de critiques à juste titre au sujet de la puissance des arcs employés et des cibles, qui biaisaient les résultats16. Les expériences suivantes menées par une équipe interdisciplinaire d’experts ont certes amélioré les précédentes en menant des tests à l’air libre avec des expérimentateurs et en laboratoire avec des canons à propulsion, en employant de meilleures cibles (aciers de la période victorienne ayant subi des traitements thermiques – trempe et revenu –, déposés sur une matière simulant la chair humaine) et de meilleurs projectiles (différents types de pointes ayant subi des traitements thermiques). Même en prenant en compte les limites discutées par les auteurs17, les conclusions de ces tests restent toutefois contestables, notamment en ce qui concerne leur impact sur le discours des historiens. Tout d’abord, il faut mentionner la tendance à la généralisation. Il est très dangereux de vouloir identifier un « type » d’armement défensif représentatif d’un homme d’arme sur le long conflit franco-anglais18. En effet, les choix des expérimentateurs se sont fondés sur un échantillon de sources archéologiques et documentaires, de manière à reproduire en laboratoire des conditions particulières pour mesurer la capacité d’un tir à pénétrer un certain type de métal avec un certain type de flèche. Les résultats sont ainsi valables pour ce type de contexte uniquement et ne sont pas nécessairement représentatifs d’autres contextes19. De la même manière, il est également difficile de vouloir argumenter en faveur d’un contexte spécifique fondé sur des relations de batailles dans des chroniques, alors que ce genre de sources ne permet d’identifier objectivement ni le type d’armement défensif porté, ni les techniques de tir, les arcs ou les flèches employés. En outre, les tests ne prennent que peu en compte un certain nombre de facteurs concernant l’efficacité d’une volée de flèches dans un contexte de bataille (liste non exhaustive) : la grande variété d’armement défensif porté (pour reprendre la typologie de C. Blair : les armures en tissu, en maille et en plates20), la qualité de production des armes offensives et défensives, la capacité de déviation de l’armement défensif en acier (angle d’attaque non pris en compte puisque les surfaces des cibles employées dans les tests sont planes), les phénomènes de ricochets dus aux déviations, les différences de niveau d’entraînement aux maniements des armes, les facteurs psychologiques, les phénomènes liés aux questions de discipline et de dispersion des troupes, etc.

  • 21 Voir les vues divergentes à ce sujet de M. Strickland et R. Hardy, The Great Warbow…, et de C. J. R (...)
  • 22 Voir à ce sujet la discussion dans l’introduction de Armes et outils, C. Raynaud (dir.), Paris, Le (...)
  • 23 Voir à ce sujet les travaux de D. Starley, « What’s the Point ? A Metallurgical Insight into Mediev (...)
  • 24 Pour deux vues divergentes sur le sujet, avec discussion critique des hypothèses, C. J. Rogers, « T (...)
  • 25 La référence reste le manuel pratique de H. Greenland, The Traditional Archer’s Handbook : a Practi (...)
  • 26 Sur les problématiques liées à l’établissement et l’analyse d’un corpus d’images, voir les travaux (...)
  • 27 Voir l’introduction de l’ouvrage Quand l’image relit le texte : regards croisés sur les manuscrits (...)
  • 28 Voir la revue de l’historiographie et l’approche générale de la problématique dans l’introduction d (...)

9Le point de friction suivant est représenté par les questions relatives à l’identification de l’armement employé à travers la période, puis à l’établissement d’une typologie adéquate. La question centrale consiste à argumenter si oui ou non l’arc long est une « nouvelle » arme remplaçant des arcs plus courts au cours du XIVe siècle pour devenir une forme dominante au XVe siècle21. Le problème reste le manque de sources techniques et archéologiques, comblé par une analyse comparative de sources documentaires et iconographiques. Toutefois, les limites sont encore une fois très importantes pour ce type d’approche avec ce type de sources. D’abord, l’établissement d’une nomenclature fondée sur des sources de typologie différente, en particulier pour les armes et armures, fait face à deux problèmes principaux. En premier lieu, les recherches de termes techniques non normés et distordus entre les sources littéraire et normative sont également tributaires de régionalismes, voire d’usages personnels des auteurs. Outre cette fluctuation lexicale – en plus des problèmes liés à la comparaison entre différents espaces linguistiques et aux traductions –, il faut parvenir à associer les termes à des objets22, sans sources archéologiques de référence pour la période (sauf pour les pointes de flèches23). Ainsi, le débat reste relativement creux – qu’est-ce qu’un longbow, un flatbow, un selfbow ou encore un shortbow ? – et oppose des questions sémantiques en rapport avec des realia qui ne sont attestables que par des sources iconographiques24. Il faut encore signaler que nombreux sont les historiens ou les chercheurs indépendants qui se fondent sur les travaux de la British Long-Bow Society, qui fixent des standards typologiques qu’il est possible de retracer aux milieux de reconstitution de l’époque victorienne25. En deuxième lieu, c’est précisément l’approche méthodologique de l’étude d’un corpus d’images qui pose problème. La majeure partie du temps, les historiens emploient des images sorties de leur contexte avec une approche comparative26, sans prendre en compte ni leur lien essentiel avec le texte27, ni les problématiques de circulation des modèles28. De très beaux exemples représentatifs de ces problèmes se trouvent dans les conclusions des travaux de Valérie Serdon discutées plus loin (voir fig. 2).

10Enfin, le plus surprenant dans le cadre des expériences pratiques ou des expérimentations scientifiques citées par les historiens, c’est que ni les techniques de tir ni les problèmes de représentativité entre les répliques employées et les realia ne font l’objet de discussions. Nous souhaitons attirer l’attention sur une source technique, rarement prise en compte dans la production historiographique, et les potentiels apports de son étude aux problématiques mentionnées.

L’art d’archerie ou La fachon de tirer de l’arc a main

  • 29 Le manuscrit provient peut-être de la région correspondant à la Belgique actuelle, il est en main p (...)

11Une source en particulier permet de rendre compte de la différenciation effective qui existait entre plusieurs typologies d’arcs et des pratiques gestuelles du tir à l’arc dans le nord de la France à la fin du XVe siècle. La fachon de tirer de l’arc a main, mieux connu sous le nom de L’art d’archerie, est un traité de tir à l’arc composé en moyen français durant le XVe siècle par un auteur anonyme, bien avant le Toxophilus. Le texte nous est parvenu à travers trois témoins, qui représentent deux états textuels. Ce sont deux imprimés parisiens du début du XVIe siècle, issus d’un même tirage et dont l’un est fragmentaire, ainsi qu’un manuscrit en parchemin daté du troisième tiers du XVe siècle, provenant du nord-est de la France29 (fig. 1).

Fig. 1 – Les trois témoins de La fachon de tirer de l’arc a main ou L’art d’archerie. À gauche : manuscrit, troisième tiers du XVe siècle (manuscrit Jeanson, coll. privée, fol. 3 ro) ; au centre : imprimé (fragment), 1506-1520 (Toulouse, bibliothèque municipale, Rés. D. XVI. 363, fol. 2 vo) ; à droite : imprimé, 1506-1520 (Berne, Universitätsbibliothek, ZB Bong IV 912, fol. 2 vo).

Fig. 1 – Les trois témoins de La fachon de tirer de l’arc a main ou L’art d’archerie. À gauche : manuscrit, troisième tiers du XVe siècle (manuscrit Jeanson, coll. privée, fol. 3 ro) ; au centre : imprimé (fragment), 1506-1520 (Toulouse, bibliothèque municipale, Rés. D. XVI. 363, fol. 2 vo) ; à droite : imprimé, 1506-1520 (Berne, Universitätsbibliothek, ZB Bong IV 912, fol. 2 vo).
  • 30 Trois types de tir sont décrits : le tir à la butte, le tir au chaperon et le tir au loin.

12Le texte de l’œuvre est assez bref (4 000 mots seulement) et nous est parvenu dans une forme sans illustration, organisée en cinq parties et neuf chapitres distincts. L’analyse du contenu et de son organisation nous amène à l’identifier comme une mise à l’écrit de savoirs et savoir-faire (techniques de tir et éléments essentiels à la culture matérielle de l’archerie), probablement réalisée par un pratiquant du tir à l’arc à l’attention d’autres archers novices ou expérimentés. En effet, les neuf chapitres présentent et expliquent des méthodes de tir – geste par geste – et divers exercices de tir30, mais donnent aussi des éléments que tout archer doit connaître pour différencier le bois et la forme des arcs, de même que les types de flèches, et tout cela en fonction du type de tir à pratiquer.

13Les deux premiers chapitres traitent du bois et de la forme de l’arc et constituent la première partie de l’ouvrage. Le troisième chapitre présente les poupées faites de corne, formant ainsi sa deuxième partie. Le quatrième chapitre s’intéresse à la corde (troisième partie). Du cinquième au septième chapitre, ce sont les flèches qui sont discutées (quatrième partie) et finalement, les deux derniers chapitres (8 et 9) précisent la manière de mettre la corde sur l’arc ainsi que les étapes de tir à respecter pour avoir « belle manière » dans le geste (cinquième partie).

  • 31 L’auteur parle de lui à peu d’endroits, et évoque seulement son projet auctorial ou ses expériences (...)
  • 32 À ce sujet, voir J.-M. Mehl, « Une éducation du corps à la fin du Moyen Âge et au début de la Renai (...)
  • 33 P. Contamine avait déjà repéré le texte et indiqué sa composition de textes compilés sans en précis (...)
  • 34 L’édition de référence du traité de chasse attribué à Henri de Ferrières reste à ce jour : Les livr (...)
  • 35 Plusieurs représentants de ce corpus de textes cynégétiques médiévaux contiennent des conseils pour (...)

14Dans le prologue et la conclusion de l’ouvrage, l’auteur explicite ses intentions et donne quelques informations sur sa personne, en s’inscrivant dans le topos du praticien devenu trop vieux pour pratiquer son art, se consacrant à sa mise à l’écrit31. L’objectif formulé est de transmettre les connaissances du tir à l’arc qu’il a acquises par l’expérience ou par ses lectures, à toutes les personnes qui ont un intérêt pour la pratique du tir. Louant les services rendus par les archers lors de conflits armés, il définit néanmoins la pratique du tir à l’arc comme étant, à son époque et dans sa région, un « passe-temps », un loisir32. Pourtant, même s’il définit ainsi une pratique de plaisance, il a entièrement conscience de la dette que celle-ci doit rendre à la chasse et à la guerre. En effet, bien que l’auteur semble tirer bon nombre de ses explications de son expérience personnelle, il cite d’anciens ouvrages traitant du tir à l’arc, asseyant ainsi ses connaissances auprès d’autorités comme il est habituel de faire pour toute composition de texte à cette époque. En réalité L’art d’archerie est avant tout une œuvre de compilation33. Le texte auquel il fait le plus souvent référence directement fait partie des Livres du roy Modus et de la royne Ratio dont la première partie, Le livre des deduis, consacrée à la chasse, comprend un « livre d’archerie »34. Celui-ci développe de nombreuses données techniques relatives à l’arc et à la technique de tir qui sont en grande partie reprises dans notre traité, distillées dans les divers chapitres. L’auteur y emprunte en effet les « sept enseignements » de l’arc, rattachant ainsi les connaissances et l’art du tir à une source textuelle technique de tradition cynégétique35.

  • 36 Les passages de L’art d’archerie copiés des Fais d’armes de Christine de Pizan sont : « […] les anc (...)
  • 37 Les archers auxquels le prologue de L’art d’archerie fait référence sont les personnages bibliques (...)

15L’autre source dont l’auteur se sert pour justifier ses explications est un ouvrage connu par lui sous le nom de L’art de guerre. Certains de ces passages sont à mettre en correspondance avec le Livre des fais d’armes et de chevalerie de Christine de Pizan, composé en 141036. D’autres passages encore, notamment dans le prologue, montrent que le compilateur de L’art d’archerie avait connaissance de certaines œuvres littéraires mettant en scène des archers mythiques. L’ensemble de ces textes littéraires et des sources utilisées tendent tous spécialement vers la cour de Bourgogne, sans pour autant qu’une certitude puisse naître quant à la région d’origine de la composition de notre traité37. Quant à la date de la première rédaction, dans l’état actuel de nos recherches, la prudence nous autorise seulement à avancer une composition ayant eu lieu après 1410, plus probablement dans la seconde moitié du XVe siècle. Il faut tout de même constater que si seuls trois témoins sont conservés aujourd’hui, au début du XVIe siècle le texte était largement diffusé dans le nord de la France, puisqu’on le retrouve imprimé à Paris même.

  • 38 Henri Gallice (1853-1930) fut le directeur de l’entreprise de champagne Perrier et Cie. Homme riche (...)

16Pourtant, on ne trouvera plus trace ni mention de ce texte après le XVIe siècle. Il faut attendre 1874 pour que la transcription de l’imprimé fragmentaire soit publiée par le Dr Desbarreaux-Bernard à peu d’exemplaires. Une première édition fondée sur le manuscrit voit le jour en 1901 – le travail est dû à Henri Gallice – mais il s’agit plus d’une transcription par un amateur de chasse que d’une véritable édition scientifique38. Excepté des rééditions ou des reprints du travail d’Henri Gallice, aucune nouvelle édition critique du traité n’a été entamée jusqu’aux récents travaux universitaires de Delphine Dejonghe et Vincent Deluz. C’est probablement la raison pour laquelle le texte a été si peu exploité par les historiens ces dernières décennies et ce malgré l’intérêt technique indéniable qu’il renferme.

Vers une étude des techniques de tir

  • 39 Voir les publications discutées dans la première partie (n. 6 à 27). Nous notons également une déma (...)
  • 40 P. Contamine, « The War Literature of the Late Middle Ages… », p. 105.
  • 41 J.-M. Mehl, « Une éducation du corps à la fin du Moyen Âge… ».
  • 42 V. Serdon, Armes du diable…, p. 195-200. Les critiques formulées pour cette partie de son travail n (...)

17Alors que, depuis une vingtaine d’années, les publications montrent un intérêt nouveau pour les questions techniques et matérielles liées à l’arc et à son maniement39, peu de chercheurs ont utilisé le contenu prometteur du traité. Ainsi, dans la sphère francophone, Philippe Contamine le décrit brièvement dans un article de 1976 reprenant une liste de traités de guerre du XVe siècle40. En 1991, Jean-Michel Mehl y consacre un très bel article, mais n’exploite que peu le contenu technique41. En 2005, Valérie Serdon mentionne le traité dans sa thèse sans toutefois l’employer dans ses discussions (hormis pour la question des matériaux). Dans son chapitre intitulé « Une archéologie du geste »42, elle se concentre sur l’observation de l’iconographie, classant ses sources par période et par étape de tir pour voir si la représentation de la gestuelle se modifie avec le temps. Son argumentation aurait pu être plus concluante si elle l’avait accompagnée d’une étude sur la littérature technique, qu’elle cite par ailleurs.

  • 43 Ibid., p. 195.
  • 44 « [Un tireur bernois] est arrivé à se régler si parfaitement bien, qu’il exécuta un tir excessiveme (...)
  • 45 Au sujet de l’archerie japonaise dans une perspective comparative avec d’autres traditions, voir A. (...)
  • 46 Persian Archery and Swordmanship. Historical Martial Arts of Iran, M. M. Khorashani (dir.), Francfo (...)

18Nous en voulons pour exemple ses conclusions sur la décoche, en confrontation avec la description qu’en fait L’art d’archerie. À partir de son corpus iconographique, Valérie Serdon déduit que le tireur médiéval tire à deux doigts – en nuançant qu’à l’extrême fin du Moyen Âge des représentations de tir à trois doigts apparaissent – et que l’ancrage à la mâchoire, le plus représenté, est meilleur que celui à la poitrine, ce qu’elle explique par une meilleure stabilité de l’armement à la mâchoire43. Mais cette dernière affirmation provient du fait que c’est aujourd’hui la manière de tirer qui a été maintenue dans la pratique du tir enseignée dans les clubs et les associations affiliés à la World Archery. Comme discuté plus haut, l’emploi de l’expertise d’archers qui repose sur des pratiques modernes – inspirées de pratiques anciennes – pour évaluer ou discuter une technique de tir en particulier dans son efficacité ou ses représentations médiévales est bien entendu discutable, en particulier si la littérature technique existante n’est pas prise en compte. De plus, même si une démarche comparative est employée (attestée dans des champs comme l’ethnoarchéologie ou l’anthropologie des techniques), le jugement subjectif sur la supériorité d’une technique sur une autre doit alors se fonder sur un échantillon plus large et représentatif de pratiques. Ainsi, au début du XXe siècle en Occident, nous avons le témoignage d’Arnold Térond sur la pratique des archers bernois qui accrédite l’efficience d’une technique de tir ancrée à la poitrine44. Il faudrait alors également prendre en compte entre autres la pratique japonaise du kyudo, qui prévoit le placement de la main de corde dans le prolongement du visage loin derrière l’oreille45, ou encore l’archerie perse, s’appuyant sur un corpus de littérature technique médiévale débutant au XIe siècle46, qui prévoit une décoche avec le pouce et différents ancrages.

19En comparaison, le neuvième et dernier chapitre de L’art d’archerie, qui détaille précisément comment effectuer les étapes de tir, geste par geste, nous décrit l’étape de l’armement comme suit :

Et doit tout bon archier tirer a troiz doys comme j’ay dit devant, et amener sa flesce a son tetin destre, et en ce faisant, il y gaingne longueur de trait.

20Cette codification de l’armement, si elle ne contredit pas ce qu’en disait Valérie Serdon, donne en tout cas l’exemple d’une pratique de tir qui s’est développée avec les deux techniques qui semblaient marginales dans son corpus iconographique.

  • 47 Dans le chapitre relatif à la chasse à l’arc, Les livres du roy Modus et de la royne Ratio exposent (...)

21Certes, il est vrai que la source technique est tardive, et qu’elle reflète une pratique d’une région donnée, mais il faut noter que Les livres du roy Modus et de la royne Ratio mentionnent aussi une préhension à trois doigts sur la corde47, alors même que l’iconographie qui accompagne la plupart des manuscrits du roi Modus représente une préhension à deux doigts (fig. 2). Il y a donc bel et bien plusieurs traditions du tir concernant la préhension de la corde à la même époque.

Fig. 2 – Le tir à deux ou trois doigts selon Le livre des deduis, première partie consacrée à la chasse des Livres du roy Modus et de la royne Ratio. « Chasseur tirant à l’arc », enluminure, extrême fin du XVe siècle (Genève, bibliothèque de Genève, Manuscrit Français 168, fol. 44 ro).

Fig. 2 – Le tir à deux ou trois doigts selon Le livre des deduis, première partie consacrée à la chasse des Livres du roy Modus et de la royne Ratio. « Chasseur tirant à l’arc », enluminure, extrême fin du XVe siècle (Genève, bibliothèque de Genève, Manuscrit Français 168, fol. 44 ro).

22Cet exemple montre les limites de l’analyse sérielle d’un corpus iconographique sorti de son contexte et amputé des liens textuels afférents. Par ailleurs, à part les remarques liées au tir de l’extrême fin du Moyen Âge, Valérie Serdon ne propose pas d’analyse sur le lien entre la position de l’archer et le type d’arc utilisé, ni de réflexion sur la question de positions de tir différenciées en fonction des régionalismes ou des types de tir pratiqués (excepté concernant la chasse), ou encore des différenciations claires des époques.

23En ce qui concerne les problèmes typologiques et leur lien avec les techniques de tir, L’art d’archerie peut apporter des pistes de réponses plus solides que l’analyse de l’iconographie ou l’étude des termes techniques à travers des corpus de sources documentaires de genres différents. Ainsi, l’analyse des données techniques de l’œuvre devrait permettre de reconstituer trois types d’arc fabriqués et employés au milieu et à la fin du XVe siècle dans le nord-est de la France, ainsi que la corde et les flèches utilisées, pour la pratique de trois exercices et avec une décoche « à pas » tout à fait particulière. Car si ce texte médiéval marque l’importance de la décoche sur la main de corde en précisant la manière de placer précisément les doigts, phalange par phalange, il présente aussi et surtout la « marche » et « démarche » qui l’accompagne. Il s’agit d’une description peu commune de décoche mêlée à de la marche. L’auteur anonyme propose en réalité trois systèmes de décoche : le premier à un pas, le deuxième à deux pas et le dernier à trois pas. Ce sont les pas qui accompagnent l’armement et l’abaissement du talon au sol qui donnent « la secousse » nécessaire à la décoche. Cette technique de décoche en marchant est surprenante et va à l’encontre de nos conceptions actuelles du tir à l’arc et de l’étape de la décoche. La compréhension et la réflexion autour de la question de la marche ne pourront être complétées que par une approche expérimentale.

Conclusion

24Notre discussion de l’influence d’expérience ou d’expérimentation dans le discours des historiens sur l’archerie à la fin du Moyen Âge est bien entendu limitée d’une part par la production et diffusion des recherches sous forme écrite et d’autre part dans la relation, majoritairement tacite, que la réception des tests pratiques entretient avec le raisonnement des auteurs. Sans prétention d’exhaustivité, il nous semble néanmoins important de souligner une partie des faiblesses observées – qu’elles soient techniques, méthodologiques ou logiques –, puisqu’elles biaisent les recherches sur un sujet déjà complexe de manière inhérente : l’étude des armes et de leur maniement. Toute recherche, historique, avec ou sans coloration interdisciplinaire, doit s’adapter aux sources à disposition en développant les méthodes adéquates pour leur analyse. Ainsi, notre contribution ne se résume pas à une discussion critique des travaux précédents. Outre la présentation et la contextualisation de l’œuvre, elle identifie des zones grises dans les problématiques et les méthodes, en proposant des pistes de recherche permettant d’envisager des résultats à moyen terme.

  • 48 Sur les méthodes existantes et celles émergentes, ainsi que sur les caveats nécessaires à leur impl (...)

25Nous avons montré dans quelle mesure l’absence de source archéologique force les historiens à se tourner vers l’analyse des sources documentaires et iconographiques, ainsi que vers l’expérimentation employant des répliques d’armes. Nous soulignons qu’il est dommageable pour ce type d’approche de ne pas prendre en compte la littérature technique. De la même manière, l’emploi rétrogressif d’études sur des objets ou de la littérature technique plus tardive pose aussi d’autres problèmes. En attirant l’attention sur L’art d’archerie et en balisant par nos travaux d’analyses préliminaires, nous espérons que de nouveaux projets de recherches pourront être entrepris. Nous concluons en plaidant la nécessité d’inclure des démarches expérimentales dans le processus d’analyse de cette littérature technique, impliquant d’une part un travail de fond sur la culture matérielle et sa représentation, d’autre part sur les techniques du corps48. Les résultats envisagés laissent entrevoir des pistes de réponses pour alimenter les problématiques pragmatiques et techniques qui ont tourmenté récemment les historiens de la guerre travaillant sur l’archerie.

Notes

1 Voir la bibliographie citée et les développements dans C. Gaier, « L’invincibilité anglaise et le grand arc après la guerre de Cent Ans : un mythe tenace », Tijdschrift voor Geschiedenis, t. XCI, 1978, p. 379-385.

2 Pour une discussion sur le concept de révolution militaire à la fin du Moyen Âge, voir The Medieval Military Revolution : State, Society and Military Change in Medieval and Early Modern Europe, A. Ayton et L. Price (dir.), Londres – New York, I. B. Tauris, 1995. L’article traitant de l’archerie dans ce volume est un reprint, publié originalement : C. J. Rogers, « The Military Revolutions of the Hundred Years War », Journal of Military History, t. LVII, 1993, p. 241-278.

3 À ce sujet, voir l’introduction de l’ouvrage collectif Expérimenter le maniement des armes à la fin du Moyen Âge / Experimente zur Waffenhandhabung im Spätmittelalter, D. Jaquet et N. Baptiste (dir.), Bâle, Schwabe, 2016.

4 Voir notamment D. H. Breiding, « Arms and Armor : a Farewell to Persistent Myths and Misconceptions », in Perspectives on Medieval Art. Learning through Looking, E. G. Heller et P. C. Pongracz (dir.), New York, Museum of Biblical Art, 2010, p. 167-186, et C. Gaier, « L’invincibilité anglaise… ».

5 « […] a debate that all too often has been fuelled by conjecture presented as facts. » (A. Ayton et P. Preston, « Topography and Archery : Further Reflections on the Battle of Crécy », in The Battle of Crécy, 1346, A. Ayton et P. Preston [dir.], Woodbridge, Boydell Press, 2005, p. 352).

6 Par exemple, M. A. Russel, « The Longbow-Crossbow Shootout at Crécy (1346) : Has the “Rate of Fire Commonplace” Been Overrated ? », in The Hundred Years War (Part II) : Different Vistas, D. J. Kagay et L. J. A. Villalon (dir.), Leyde, Brill, 2008, p. 233-260.

7 Voir infra, n. 14.

8 Par exemple, A. Ayton et P. Preston, « Topography and Archery… », p. 351-377.

9 M. Strickland et R. Hardy, The Great Warbow : from Hastings to the Mary Rose, Stroud, Sutton, 2005. R. Hardy a également publié une monographie : Longbow : a Social and Military History, Cambridge, Stephens, 1976, et un article : R. Hardy, « The Longbow », in Arms, Armies and Fortifications in the Hundred Years War, A. Curry et M. Hughes (dir.), Woodbridge, Boydell & Brewer, 1994, p. 161-181. Il faut également mentionner ici trois autres experts aux contributions remarquées : J. Bradbury, The Medieval Archer, New York, St. Martin’s Press, 1985. Il collabore également au collectif Fighting Techniques of the Medieval World AD 500 to AD 1500, M. Bennett et al. (dir.), New York, St. Martin’s Press, 2006. Ensuite M. Stretton, archer, forgeron et reconstituteur, participe à une série d’expériences pratiques sur le tir, notamment celles relatées par P. Bourke et D. Whetham, « A Report of the Findings of the Defence Academy Warbow Trial, Part I, Summer 2005 », Arms and Armour, t. IV, no 1, 2007, p. 53-81. Il publie dans un journal spécialisé (The Glade, t. CVIII, 2005, p. 52-56 ; t. CIX, 2005, p. 16-20 ; t. CXI, 2006, p. 18-21). Enfin, M. Loades, expert de l’armement, auteur de documentaires et d’ouvrages de vulgarisation, a offert un volume sur l’archerie : M. Loades, The Longbow, Oxford, Osprey, 2013.

10 Par exemple, J. Bradbury dans sa monographie The Medieval Archer (p. 148) estime que la puissance de l’arc médiéval est de 22,5 kg (50 lbs), valeur discutable présentée sans référence. Voir les remarques de D. Whetham, « The English Longbow : a Revolution in Technology ? », in The Hundred Years War…, p. 213-232. Un autre exemple bien connu est celui de la cadence de tir. Par exemple R. Hardy (« The Longbow », p. 162) avance, sans référence : « Tests today, as well as evidence of history, suggest that a crossbow could only be spanned and shot twice in a minute, while a skilled longbowman can and no doubt could loose up to 20 aimed arrows in the same time ». Il est d’usage de comparer la cadence de tir avec d’autres armes telles que l’arbalète, ou plus tard les armes à feu portatives.

11 Weapons of Warre : the Armaments of the Mary Rose, A. Hildred (dir.), Oxford, Oxbow Books, 2011, 2 vol., ici vol. II. Pour les squelettes, voir A. Stirland, « The Crew of the Mary Rose », in Before the Mast : Life and Death aboard the Mary Rose, J. Gardiner et M. J. Allen (dir.), Oxford, Oxbow Books, 2005, p. 516-557.

12 R. Ascham, Toxophilus. The Schole or Partitions of Shooting, Londres, E. Whitchurch, 1545. Voir notamment T. Greene, « Roger Ascham : the Perfect End of Shooting », Journal of English Literary History, t. XXXVI, no 4, 1969, p. 609-625 ; K. J. Wilson, « Ascham’s Toxophilus and the Rules of Art », Renaissance Quarterly, t. XXIX, 1976, p. 30-51, et V. Allen, « Playing Soldiers : Tournaments and Toxophily in Late-Medieval England », in Studies in Late Medieval and Early Renaissance Texts in Honour of John Scattergood, A. M. D’Arcy et A. J. Fletcher (dir.), Dublin, Four Courts, 2005, p. 35-52.

13 Voir les travaux de S. Gunn, notamment « Archery Practice in Early Tudor England », Past and Present, t. CCIX, 2010, p. 53-81. Nous remercions Jean-Dominique Delle Luche pour cette référence.

14 Avis partagé entre autres par M. Strickland et R. Hardy, The Great Warbow…, p. 39, D. Whetham, « The English Longbow… », p. 222 et 224, et C. J. Rogers, « The Development of the Longbow in Late Medieval England and “Technological Determinism” », Journal of Medieval History, t. XXXVII, no 3, 2011, p. 324. Ce dernier avance que l’équivalence est observable sur un corpus d’images qu’il discute brièvement.

15 K. DeVries, « Catapults Are not Atomic Bombs : Towards a Redefinition of “Effectiveness” in Premodern Military Technology », War in History, t. IV, no 4, 1997, p. 454-470 ; C. J. Rogers, « The Efficacy of the English Longbow : a Reply to Kelly DeVries », War in History, t. V, no 2, 1998, p. 233-242 ; C. J. Rogers, « The Development of the Longbow… », p. 321-341 ; A. Ayton et P. Preston, « Topography and Archery… » ; D. Whetham, « The English Longbow… ».

16 P. Jones, « The Metallography and Relative Effectiveness of Arrowheads and Armor during the Middle Ages », Materials Characterization, t. XXIX, 1992, p. 111-117. Critique et discussion dans P. Bourke et D. Whetham, « A Report of the Findings… », p. 53-81. Il faut également mentionner les travaux qui couvrent une période antérieure : C. Bergman, E. McEwen et R. Miller, « Experimental Archery : Projectile Velocities and Comparison of Bow Performances », Antiquity, t. LXII, no 237, 1988, p. 658-670.

17 Notamment, le problème de la colle employée et celui des différences entre tir à l’air libre par expérimentateur et en laboratoire par canon à projection, autour du problème du « paradoxe de l’archer ». Cet élément est discuté par B. W. Kooi, « The Archer’s Paradox and Modelling : a Review », History of Technology, t. XX, 1998, p. 125-138, mais aucun auteur des études citées ne le mentionne.

18 Noté par P. Bourke et D. Whetham, « A Report of the Findings… », p. 54.

19 Voir à ce sujet R. A. Mitchell, « Archery versus Mail : Experimental Archaeology and the Value of Historical Context », Journal of Medieval Military History, t. IV, 2006, p. 18-28. Pour des points de vue divers hors des publications académiques, voir par exemple D. Jones, « Arrow against Linen and Leather Armour », Journal of the Society of Archer-Antiquaries, vol. LV, 2012, p. 74-81, ou, du même auteur, « Arrows against Mail Armour », Journal of the Society of Archer-Antiquaries, vol. LV, 2012, p. 62-70.

20 C. Blair, European Armour : Circa 1066 to Circa 1700, Londres, B. T. Batsford, 1958.

21 Voir les vues divergentes à ce sujet de M. Strickland et R. Hardy, The Great Warbow…, et de C. J. Rogers, « The Development of the Longbow… ».

22 Voir à ce sujet la discussion dans l’introduction de Armes et outils, C. Raynaud (dir.), Paris, Le Léopard d’or, 2012, p. 7-23, en particulier p. 20-21.

23 Voir à ce sujet les travaux de D. Starley, « What’s the Point ? A Metallurgical Insight into Medieval Arrowheads », in De Re Metallica : the Uses of Metal in the Middle Ages, R. Bork (dir.), Aldershot, Ashgate, 2005, p. 207-218, et V. Serdon, Armes du diable : arcs et arbalètes au Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005.

24 Pour deux vues divergentes sur le sujet, avec discussion critique des hypothèses, C. J. Rogers, « The Development of the Longbow… », D. Whetham, « The English Longbow… ».

25 La référence reste le manuel pratique de H. Greenland, The Traditional Archer’s Handbook : a Practical Guide, Bristol, Sylvan Archery, 2002, 4e éd. Parmi les auteurs à faire directement référence à cet ouvrage, se comptent notamment D. Whetham, M. Strickland et C. J. Rogers. Voir à ce sujet les discussions sur la World Archery dans la dernière partie de l’article.

26 Sur les problématiques liées à l’établissement et l’analyse d’un corpus d’images, voir les travaux sur la sérialité de J. Baschet, « Corpus d’images et analyse sérielle », in Les images dans l’Occident médiéval, J. Baschet et P. O. Dittmar (dir.), Turnhout, Brepols, 2015, p. 319-332.

27 Voir l’introduction de l’ouvrage Quand l’image relit le texte : regards croisés sur les manuscrits médiévaux, S. Hériché-Pradeau et M. Pérez-Simon (dir.), Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2013, p. 11-38.

28 Voir la revue de l’historiographie et l’approche générale de la problématique dans l’introduction de The Use of Models in Medieval Book Painting, M. E. Müller (dir.), Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing, 2014, p. XI-XXXIV.

29 Le manuscrit provient peut-être de la région correspondant à la Belgique actuelle, il est en main privée depuis 1987. Les deux imprimés, édités à Paris par l’imprimeur Michel Le Noir entre 1506 et 1520, sont conservés à la bibliothèque municipale de Toulouse (fragmentaire) et à la bibliothèque universitaire de Berne (complet). Pour une étude approfondie des aspects codicologiques des trois témoins, voir D. Dejonghe et V. Deluz, « L’art d’archerie ou La fachon de tirer de l’arc a main », édition critique et commentaire du premier traité de tir à l’arc d’Occident, Genève, Droz (Bibliotheca Cynegetica), à paraître. Nous renvoyons également le lecteur à nos travaux pour les discussions ci-dessous concernant l’identification des sources et l’analyse du contenu.

30 Trois types de tir sont décrits : le tir à la butte, le tir au chaperon et le tir au loin.

31 L’auteur parle de lui à peu d’endroits, et évoque seulement son projet auctorial ou ses expériences. Au prologue : « […] en livre que jamaiz je leusse je n’en trouvay riens par escript […] ; […] a cause de maladie, me a esté forcé de habandonner ledit exercite, ay fermé mon propos pour passer temps de mettre par escript ce qui est venu a ma cognoissance pour plus esmouvoir ceulz qui ont la voulenté de y apprendre ; […] [je] cognoisse bien qu’il en est plusieurs qui mieulz se y cognoissent que moy […] mais [je] vouldroie que chascun fust bon archier ». Chapitre 3 sur les poupées : « […] je n’appreuve point ce estre utile ne prouffitable, car j’ay esprouvé l’un et l’autre ». Chapitre 9 sur la technique de tir : « […] autrefois j’ay veu tyrer a quatre cens pas, mais il convenoit que ce feussent bons exquiz archiers ». Conclusion : « […] je n’entendoie point a dire tout ce qui est dit oudit passe temps, maiz seulement ce que j’en ay veu et sceu par les bons archiers, et aussi que j’ay experimenté ».

32 À ce sujet, voir J.-M. Mehl, « Une éducation du corps à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance : le tir à l’arc en France et en Angleterre », in Éducation et hygiène du corps à travers l’histoire, P. Lévêque (dir.), Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 1991, p. 17-27. Au sujet du rapport entre loisir ou jeu et activités militaires, voir J.-M. Cauchies, « “Service” du prince, “sûreté” des villes. À propos de privilèges délivrés aux confréries ou serments d’archers et d’arbalétriers dans les Pays-Bas au XVe siècle », Revue du Nord, t. CCCXCV, no 2, 2012, p. 419-434.

33 P. Contamine avait déjà repéré le texte et indiqué sa composition de textes compilés sans en préciser les sources : voir P. Contamine, « The War Literature of the Late Middle Ages : the Treatises of Robert de Balsac and Béraud Stuart, Lord of Aubigny », in War, Literature, and Politics in the Late Middle Ages, C. Allmand (dir.), Liverpool, Liverpool University Press, 1976, p. 105.

34 L’édition de référence du traité de chasse attribué à Henri de Ferrières reste à ce jour : Les livres du roy Modus et de la royne Ratio, G. Tilander (éd.), Paris, Société des anciens textes français, 1932, 2 vol. Voir p. 120 et suiv. pour le « livre d’archerie ».

35 Plusieurs représentants de ce corpus de textes cynégétiques médiévaux contiennent des conseils pour la pratique du tir à l’arc comme le De arte bersandi (XIIIe siècle) ou encore Le livre de Chasse de Gaston Phébus (fin du XIVe siècle). Le livre des deduis n’est donc pas isolé ni novateur, mais le texte le plus diffusé au XVe siècle dans le nord de la France. Pour un aperçu du corpus de textes de littératures cynégétiques, voir A. Smet et B. Van den Abeele, « Manuscrits et traités de chasse français du Moyen Âge. Recensement et perspectives de recherche », Romania, t. CXVI, 1998, p. 316-367, ainsi que B. Van den Abeele, La littérature cynégétique, Turnhout, Brepols (Typologie des sources du Moyen Âge occidental ; 75), 1996.

36 Les passages de L’art d’archerie copiés des Fais d’armes de Christine de Pizan sont : « […] les anchiens aprenoient a leurs enffans a tyrer de l’arc, et les duisoient a tenir l’arc de la senestre main et tyrer de la droitte […] Vegece dist que cest art se voeult continuer et souvent exercer, et meismes des bons maistre. Et que l’usage en soit necessaire, dist Cathon en son livre, que moult proufitent bons archiers en bataille ; et ce tesmoingne Clausius qui dist que par les archiers estoient plusieurs foiz sourmontez ses enemiz en bataille a tout peu de gens ; et semblablement le tesmoigne le vaillant Scipion l’Affrican » (Prologue). Pour une analyse détaillée de ces extraits, voir D. Dejonghe et V. Deluz, « L’art d’archerie ou La fachon de tirer de l’arc a main »… Une édition critique des Fais d’armes est en préparation par L. Dugaz dans le cadre de sa thèse de doctorat.

37 Les archers auxquels le prologue de L’art d’archerie fait référence sont les personnages bibliques de Lameth, Jonas et David ainsi que les personnages de la mythologie antique Hercule et le Sagittaire de la guerre de Troie. On retrouve l’histoire des deux archers antiques dans le Recueil des Histoires de Troyes de Raoul Lefèvre écrit vers 1464 pour Philippe le Bon. À noter aussi la présence de manuscrits dans la bibliothèque des princes de Bourgogne contenant les sources compilées par notre auteur, comme Les livres du roy Modus et de la royne Ratio déjà mentionnés, Les fais d’armes de Christine de Pizan ou encore Le livre des prouffits champestres et ruraulx de Pierre de Crescens (non évoqué dans cet article). Au sujet de ce dernier texte, voir H. Naïs, « Vocabulaire technique et traduction : le cas particulier de l’agriculture », in Le moyen français : philologie et linguistique, approches du texte et du discours (Actes du VIIIe colloque international sur le moyen français), Paris, Didier Érudition, 1997, p. 308. À propos des manuscrits de la bibliothèque des ducs de Bourgogne, voir La librairie des ducs de Bourgogne : manuscrits conservés à la Bibliothèque royale de Belgique, B. Bousmanne, C. Van Hoorebeeck et A. Arnould (dir.), Turnhout, Brepols, 2000.

38 Henri Gallice (1853-1930) fut le directeur de l’entreprise de champagne Perrier et Cie. Homme riche, passionné de chasse, il fut aussi un très grand bibliophile. Il composa durant son existence la plus grande bibliothèque cynégétique connue. Parmi ses acquisitions, il y eut le manuscrit de La fachon de tirer de l’arc a main, dont il fit l’édition pour le plaisir des amateurs de tir à l’arc, comme il le dit lui-même dans sa brève introduction. Voir D. Dejonghe et V. Deluz, « L’art d’archerie ou La fachon de tirer de l’arc a main »…

39 Voir les publications discutées dans la première partie (n. 6 à 27). Nous notons également une démarche intéressante s’appuyant sur les contingences matérielles du tir par les archères. P. Durand, « L’expérimentation de tir dans les châteaux : de nouvelles perspectives pour la castellologie », Bulletin monumental, t. CLVI, no 3, 1998, p. 257-274.

40 P. Contamine, « The War Literature of the Late Middle Ages… », p. 105.

41 J.-M. Mehl, « Une éducation du corps à la fin du Moyen Âge… ».

42 V. Serdon, Armes du diable…, p. 195-200. Les critiques formulées pour cette partie de son travail ne remettent aucunement en cause la valeur de ses recherches sur les objets.

43 Ibid., p. 195.

44 « [Un tireur bernois] est arrivé à se régler si parfaitement bien, qu’il exécuta un tir excessivement précis. Ces tireurs placent la main de décoche sur la poitrine, au lieu du menton, comme il est de règle générale de faire [à Genève]. » A. Térond, « Notice sur le tir à l’arc et le noble exercice de l’arc de Genève », La Suisse sportive, t. DLXVIII, 1912, p. 2660-2672. Ces activités sont à classer comme recréation culturelle ayant des racines au XIXe siècle. À ce sujet, voir C. J. Durheim, « Historische Mittheilungen zur Geschichte der “wohladelichen Flitzbogen-Schützengesellschaft von Bern” von ihrem Ursprung bis auf gegenwärtige Zeit », Berner Taschenbuch, t. VI, 1857, p. 79-121, et M. Theodor, 500 Jahre Gesellschaft der Feuerschützen Basel, 1466-1966, Bâle, Bischoff, 1966. Nous remercions Jean-Dominique Delle Luche pour ces deux références.

45 Au sujet de l’archerie japonaise dans une perspective comparative avec d’autres traditions, voir A. Guttmann, « Rituals, Records, Responses », in Ritual and Records. Sports Records and Quantification in Pre-Modern Societies, J. M. Carter et A. Krüger (dir.), Londres, Greenwoord Press, 1990, p. 153-160. Nous remercions Jean-Dominique Delle Luche pour cette référence.

46 Persian Archery and Swordmanship. Historical Martial Arts of Iran, M. M. Khorashani (dir.), Francfort, Niloufar Books, 2013, p. 66-94.

47 Dans le chapitre relatif à la chasse à l’arc, Les livres du roy Modus et de la royne Ratio exposent neuf fondements essentiels à la pratique du tir. Le tir à trois doigts correspond au troisième enseignement qui est repris, sans citation, dans le neuvième chapitre de L’art d’archerie : Les livres du roy Modus…, p. 121.

48 Sur les méthodes existantes et celles émergentes, ainsi que sur les caveats nécessaires à leur implémentation dans une recherche en sciences humaines, voir Expérimenter le maniement des armes…

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les trois témoins de La fachon de tirer de l’arc a main ou L’art d’archerie. À gauche : manuscrit, troisième tiers du XVe siècle (manuscrit Jeanson, coll. privée, fol. 3 ro) ; au centre : imprimé (fragment), 1506-1520 (Toulouse, bibliothèque municipale, Rés. D. XVI. 363, fol. 2 vo) ; à droite : imprimé, 1506-1520 (Berne, Universitätsbibliothek, ZB Bong IV 912, fol. 2 vo).
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/11902/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 901k
Titre Fig. 2 – Le tir à deux ou trois doigts selon Le livre des deduis, première partie consacrée à la chasse des Livres du roy Modus et de la royne Ratio. « Chasseur tirant à l’arc », enluminure, extrême fin du XVe siècle (Genève, bibliothèque de Genève, Manuscrit Français 168, fol. 44 ro).
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/11902/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 193k

Auteurs

Université de Genève

Daniel Jaquet est docteur en histoire médiévale (université de Genève, 2013). Il est spécialisé dans l’étude des arts martiaux historiques européens, notamment sur la production et la circulation des savoirs martiaux aux XVe et XVIe siècles. Il est l’éditeur du journal Acta Periodica Duellatorum et a récemment publié Combattre au Moyen Âge. Une histoire des arts martiaux en Occident (Paris, Arkhê, 2017).

Université de Genève

Vincent Deluz est assistant en langues et littératures françaises médiévales à l’université de Genève. Il prépare une thèse de doctorat sur les automates du Moyen Âge occidental interrogeant la littérature narrative et la littérature technique de la période. Il a récemment publié un article sur le sujet intitulé « De la clepsydre animée à l’horloge mécanique à automates, entre Antiquité et Moyen Âge », in Autour des machines de Vitruve. L’ingénierie romaine : textes, archéologie et restitution (Caen, Presses universitaires de Caen, 2017). Avec Delphine Dejonghe, il termine actuellement l’édition critique et le commentaire du premier traité de tir à l’arc d’Occident : L’art d’archerie.

Université de Genève

Delphine Dejonghe, diplômée en histoire et en langues et littératures françaises et romanes à l’Université catholique de Louvain, est spécialisée dans le bas Moyen Âge, et plus particulièrement l’histoire du livre, celle du tir à l’arc et l’édition de textes médiévaux. Elle travaille actuellement à l’édition et au commentaire du premier traité francophone d’archerie médiévale, en collaboration avec Vincent Deluz.

© Presses universitaires de Caen, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search