Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sécularisation en Irlande

 | 
Paul Brennan

La montée du sectarisme

La délaïcisation de l’État (1922-1937)

Paul Brennan

Texte intégral

1Résumé : Une étude des constitutions de 1922 et 1937 montre que les Irlandais ont fini par faire un choix clair quant à la nature religieuse de leur nouvel État. Ce chapitre cherche à démontrer comment ils ont vite abandonné l’idée d’un État laïque. La façon dont cet abandon a été mené fait que la constitution de 1937, fortement influencée par le catholicisme, était un document cohérent pour son temps.

2Abstract: A study of the 1922 and 1937 constitutions shows how the Irish made a clear choice as regards the religious nature of their new state. This chapter argues that the initial choice of an essentially secular state was quickly abandonned. The subsequent desecularization was carried out in such a way that the 1937 catholic inspired constitution was, in fact, the logical and coherent conclusion to that trend.

3Une fois l’Église anglicane d’Irlande désétablie, en 1870, l’État britannique en Irlande devient un État laïque ou, du moins, le pays n’est plus doté d’une Église officielle et c’est de cette situation que le nouvel État héritera en 1922. Comment abordera-t-on la question de la place de la religion dans ce nouvel État ? Une étude des deux constitutions, celle de 1922 et celle de 1937, devrait permettre de répondre, en partie, à cette interrogation.

4Tout au long de la période de l’Union, la pensée politique irlandaise s’exprimait dans le cadre de la constitution du Royaume-Uni. La réflexion sur le fonctionnement de l’État que cela entraînait n’impliquait pas une réflexion sur l’État. L’absence d’un contre-projet détaillé laissait le champ libre pour toute proposition en matière de constitution nouvelle. Mais le terrain n’était pas cependant vierge. Le pays possédait une forte culture politique. De plus il était traversé par un certain nombre d’idéologies qui ne pouvaient que servir de source d’inspiration à toute nouvelle constitution. Lorsqu’il s’agirait de se mettre à rédiger un projet de constitution, ces facteurs joueraient un rôle central dans les premières ébauches.

Une tradition constitutionnaliste

5L’histoire de la présence de l’Irlande dans le Royaume-Uni sous la forme qui fut dictée par l’Acte d’Union de 1800 est profondément marquée par une opposition irlandaise aux formes de cette présence. L’absence d’un parlement à Dublin pendant tout le xixe siècle et pendant une vingtaine d’années du xxe siècle a comme conséquence de nombreuses manifestations d’opposition sur le plan constitutionnel. Les Irlandais sont, par ailleurs, les premiers à proposer des solutions à leur problème constitutionnel. Ces solutions, bien que prenant des formes différentes, seront, en général, de nature légaliste. Tantôt ce sera en faveur de l’abrogation de l’Union avec la demande pour le Repeal, popularisée par Daniel O’Connell ; tantôt ce sera la demande en faveur de l’autonomie avec la campagne pour le Home Rule.

  • 1 Proclamation of 1916: ... the establishment of a permanent National Government, representative of (...)

6Même certains opposants, qui se situent en dehors du courant parlementariste et constitutionnaliste, c’est-à-dire en dehors du parti irlandais, s’expriment en termes constitutionnels. Ainsi, au début de ce siècle, pour Arthur Griffith du Sinn Féin, la solution se trouvait dans la restauration en Irlande de la constitution de 1782 par laquelle le Parlement de Dublin avait obtenu son indépendance par rapport au Parlement de Londres. Les républicains de 1916, dans leur proclamation d’indépendance proposèrent, à terme, l’établissement d’un gouvernement national permanent, représentatif de tout le peuple d’Irlande, et élu par les suffrages de tous ses hommes et toutes ses femmes1. Vainqueurs des élections législatives de décembre 1918, les républicains mirent sur pied un parlement à Dublin qu’ils appelèrent le Dáil. Son caractère illégal ne lui enleva pas pour autant sa légitimité.

  • 2 B. Farrell (ed.), De Valera’s Constitution and Ours, Dublin, Gill and Macmillan, 1988, p. 20.

7Une des premières tâches que les nouveaux élus se donnèrent fut de créer un comité parlementaire auquel ils confièrent, le 7 janvier 1919, la responsabilité de rédiger une nouvelle constitution. Et, au fond, comme Brian Farrell le souligne, cela n’a rien d’étonnant, car toutes les démocraties, qui ont été créées à la suite de l’effondrement de nombre de grandes puissances après la Première Guerre mondiale, s’attelèrent aussi à cette tâche2.

  • 3 Declaration of Independence, Message to the Free Nations of the World, The Constitution, The Democ (...)

8Lorsque le premier parlement irlandais se réunit pour sa première assemblée officielle, le 21 janvier 1919, la commission lui soumit quatre documents : une déclaration d’indépendance, un message adressé aux nations libres du monde, une constitution et un document intitulé Le Programme démocratique3. Le troisième document, qui d’ailleurs ne contient que cinq articles, est fondé sur le principe que la source de tout pouvoir législatif, exécutif, administratif et judiciaire est le peuple souverain. Le caractère laconique de ce document et surtout la signature du Traité anglo-irlandais en décembre 1921 conduisirent à la nécessité de rédiger une nouvelle constitution en 1922.

9Celle-ci contient, certes, les lois fondamentales du nouvel État mais, en même temps, elle exprime un système de valeurs partagé par ceux qui sont favorables à la signature du Traité avec la Grande Bretagne et, a fortiori, rejeté par ceux qui s’opposent à cette signature.

Les sources idéologiques

  • 4 Il serait plus exact de dire que F. S. L. Lyons parle de confrontation. Cf. F. S. L. Lyons, Cultur (...)
  • 5 Ibid., p. 17.
  • 6 Ibid.

10Un certain nombre de spécialistes se sont penchés sur la nature des idéologies irlandaises au début du xxe siècle. Puisque les Constitutions de 1922 et de 1937 représentent, en partie, un effort pour donner forme légale à ces idéologies, quelques lignes à leur sujet s’imposent. F. S. L. Lyons parle de la coexistence de quatre cultures en Irlande4. En premier lieu, il y a la culture anglaise qui domine largement5. Ensuite vient la culture gaélique qui, bien qu’en déclin, reste néanmoins puissante. Puis vient la culture anglo-irlandaise qu’il faut distinguer de la quatrième : la culture protestante d’Ulster. Trois quarts de la population du pays s’identifient à la culture gaélique dont un trait fondamental est le catholicisme6.

  • 7 J. Prager, Building Democracy in Ireland, Cambridge University Press. 1986, p. 16; T. Garvin, The (...)
  • 8 Nous reprenons ici les distinctions de J. Prager à la différence qu’il emploie les termes Irish-En (...)
  • 9 Ibid., p. 16.

11Pour Jeffrey Prager, dans son livre Building Democracy in Ireland, comme pour Tom Garvin avant lui, cette situation donna naissance à de profondes antinomies culturelles qui, à certains moments, fusionnèrent dans une seule idéologie nationaliste et, à d’autres, se séparèrent pour former deux idéologies distinctes qui s’opposèrent, l’une cherchant à dominer l’autre7. La première de ces idéologies trouverait ses racines dans la culture anglaise et anglo-irlandaise ; la seconde dans la culture gaélique. Il serait possible de parler d’un côté d’une idéologie gaélique et de l’autre d’une idéologie anglo-irlandaise8. Selon J. Prager, l’idéologie anglo-irlandaise est d’essence laïque ; l’idéologie gaélique, par contre, ne l’est pas9.

L’idéologie gaélique-catholique

  • 10 Emmet Larkin, « The Devotional Revolution in Ireland, 1850-1875 », American Historical Review, LXX (...)
  • 11 Ce magazine, créé en janvier 1888, atteint une distribution de 47 000 en 1894 et de 73 000 en 1904
  • 12 La Pioneer Total Abstinence Association.
  • 13 Ireland sober, Ireland free!
  • 14 P. O’Farrell, Ireland’s English Question, Londres, Batsford, 1971, p. 224.

12A la source de cette idéologie, on trouve un nouvel élan du catholicisme populaire qui avait pris son essor après la grande famine10. Ce renouveau religieux prit des formes différentes : en premier lieu, le développement de la dévotion au Sacré Cœur illustré par le grand succès d’un petit magazine religieux, Messenger of the Sacred Heart « Le messager du Sacré Cœur »11. Le père Cullen, jésuite, qui fut à l’origine de cette initiative, se servit ensuite du magazine pour relancer une campagne de lutte contre l’abus d’alcool. Ceci mena à la création en 1901 d’une association religieuse en faveur de l’abstinence de boissons alcoolisées12. Bientôt plus d’un million d’Irlandais eurent prêté serment de ne plus boire de l’alcool. Mais ce qui nous intéresse plus particulièrement ici, c’est l’interpénétration entre ce renouveau et le nationalisme politique. Le slogan « l’Irlande sobre, l’Irlande libre » fait bien la synthèse entre la campagne religieuse contre l’alcool et la lutte nationale13. Tout comme le Messenger, le journal hebdomadaire, l'Irish Catholic, également fondé en 1888, se donna comme tâche d’unir catholicisme et nationalisme et de promouvoir la démocratie chrétienne14. Un collègue du père Cullen, le père Michael Kelly, militant également de l’antialcoolisme, ne cessa de dire dans ses sermons :

  • 15 Ibid., p. 225 : With full design England suppressed our commerce, our factories, our mines, our in (...)

C’est exprès que l’Angleterre a supprimé notre commerce, nos usines, nos mines, nos industries et nous a laissé nos distilleries15.

  • 16 Ibid., p. 225.
  • 17 Ibid., p. 227.

13En 1899, on commémora la naissance du père Mathew, premier grand apôtre de la lutte antialcoolique en Irlande. On en profita à Cork pour établir le lien entre révolution spirituelle et révolution nationale16, associant par contre les parlementaires irlandais à Westminster avec l’industrie des boissons alcoolisées et essayant de développer le thème que ce sont les propriétaires de débits de boissons qui financent le parti irlandais17.

  • 18 Ibid., p. 228.
  • 19 Ibid., p. 231-232. Parlant du romancier prêtre, le chanoine Sheehan, P. O’Farrell montre comment, (...)

14Une autre voie par laquelle on cherche à renforcer le lien entre religion et nationalisme politique est la renaissance gaélique. Très tôt, ce mouvement fut pris en charge, en partie, par des prêtres avec l’encouragement de nombreux évêques qui voyaient dans ce retour à la littérature gaélique une façon de contrer l’influence des livres et des journaux anglais qui, à leurs yeux, au mieux, étaient protestants et, au pire, athées ou antichrétiens18. A l’image du sacrifice du Christ, le mythe d’une purification du peuple par la nécessaire offrande du sang irlandais devint monnaie courante quelques années avant 191619. Et 1916 apparaîtra, à travers la proclamation lue par P. Pearse, comme un hymne à la crucifixion, au versement du sang purificateur et libérateur et à la résurrection.

  • 20 Thomas Kennedy, « Church Building », in Patrick J. Corish (ed.), A History of Irish Catholicism, D (...)

15Ce renforcement de la religion doit aussi être placé dans le cadre des profonds changements intérieurs subis par la religion populaire après la grande famine. E. Larkin montre bien que, suite à des réformes internes à l’Église catholique et à la nette amélioration des conditions de vie des agriculteurs, un catholicisme plus structuré, plus organisé, plus riche, mieux implanté et plus obéi prit clairement forme entre les années 1850 et 1875. Pour la première fois l’assistance à la messe dominicale devint pratique universelle ; la confession et la communion se répandirent, elles aussi, de plus en plus. Pendant la même période, des exercices religieux tels que la bénédiction du Saint Sacrement, le chemin de croix, les neuvaines, les processions et les retraites devinrent usages courants, tout comme le port de médailles, de scapulaires, d’images pieuses et d’autres instruments de dévotions personnelles. Tout ceci eut, comme cadre, des avancées spectaculaires dans la construction et l’équipement d’églises, de couvents, d’orphelinats et d’autres sortes d’institutions sous contrôle religieux20.

  • 21 D. P. Moran (1872-1936), fonde le Leader en septembre 1900. Apôtre de l’Irlande irlandaise, il pub (...)
  • 22 D. G. Boyce, « One last Burial ; Culture, Counterrevolution and Revolution in Ireland, 1886-1916 » (...)
  • 23 D. P. Moran, op. cit., p. 37. Cité dans D. G. Boyce, Nationalism in Ireland, Londres, Rout-ledge, (...)
  • 24 John Hutchinson, The Dynamics of Cultural Nationalism, Londres, Allan and Unwin, 1987, p. 173-178.

16Cependant, en plus du développement de ce catholicisme populaire, l’idéologie gaélique catholique trouva sa deuxième source dans les écrits publiés dans un certain nombre de journaux, notamment le Leader, créé par Denis Patrick Moran21. Selon D. P. Moran, les Irlandais doivent accroître la confiance en eux-mêmes. Pour lui l’avenir du pays se trouve, non pas entre les mains d’une paysannerie ignorante, mais entre celles des classes moyennes urbaines sachant parler l’irlandais22. Pour laisser émerger cette classe et pour qu’elle devienne entreprenante, il faut, entre autres, unir la culture gaélique et le catholicisme23. D. P. Moran pense qu’une bataille fait rage en Irlande entre deux civilisations. D’une part, se trouve une civilisation gaélique, entièrement catholique, et, d’autre part, une civilisation anglaise. Les tentatives de faire une synthèse entre ces deux civilisations n’ont fait, jusque là, qu’affaiblir la civilisation gaélique. Selon D. P. Moran, la tâche, dorénavant, c’est de gagner cette bataille24. Il est donc bien difficile de ne pas être frappé par la force des liens qui s’établissent entre la religion catholique et le nationalisme militant de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle.

  • 25 Sur Arthur Griffith et le Sinn Féin, voir Agnès Maillot, L’IRA. Les républicains irlandais, Presse (...)
  • 26 Voir à ce sujet, J. Prager, op. cit., p. 42. Quant à la solution agraire demandée par les paysans (...)
  • 27 J. Prager, op. cit., p. 42.

17En dépit des efforts de D. P. Moran et, d’ailleurs, d’Arthur Griffith qui, avec son mouvement, le Sinn Féin, prône aussi l’industrialisation de l’Irlande, ce n’est pas la conception d’une Irlande urbaine et industrielle qui émergera de l’idéologie gaélique25. L’idéologie gaélique trouve forcément sa source dans le rejet du processus de modernisation. Selon elle, la nation devrait chercher à recréer son passé. L’Irlande de demain serait une nation préindustrielle dont l’identité résiderait dans son caractère rural. Il faudrait, dans ce schéma maintenir le caractère sacré de la famille, garder l’Église catholique comme institution sociale centrale et l’exploitation agricole familiale comme le noyau primordial d’une société florissante26. Dans ce modèle, la société irlandaise doit être l’antithèse du modernisme britannique, voire américain. Autrement dit, elle doit être rurale, agricole et catholique. A la place d’un ordre social composé d’individus libres, la société gaélique serait autosuffisante et les principes gaéliques y fleuriraient permettant à la véritable nature du Gaël de s’épanouir. Il s’agit donc moins de revendiquer une place pour l’Irlande dans le monde que de permettre aux Irlandais « de souche », c’est-à-dire les Gaëls catholiques, d’émerger en tant que communauté nationale. Les porte-parole de cette tradition s’opposent à la hiérarchie et à l’autorité dans les relations sociales27.

  • 28 Ibid., p. 45: Violence, in itself, was an act of collective liberation.

18La dernière dimension de cette idéologie consiste en la conviction profonde de la nécessité d’utiliser la force et la violence politique. La violence n’est pas uniquement une question de tactique ; elle consiste surtout en un rejet de la négociation et du compromis en politique : deux tactiques qui sont au cœur même du parlementarisme. La violence est érigée en instrument purificateur qui débarrassera non seulement le sol irlandais mais l’âme des Irlandais de la présence et de l’influence britanniques. La violence est un acte de libération collective28. Elle renforce donc la solidarité entre les Irlandais.

L’idéologie anglo-irlandaise

19Quel poids peut donc avoir la tradition laïque dans un tel contexte ?

  • 29 Ce dernier a cherché à établir les Droits de l’homme en Irlande.
  • 30 J. Prager, op. cit., p. 40 : ... the Irish-Enlightenment tradition envisioned the new Ireland as b (...)

20Cette tradition est universaliste dans la mesure où elle est parlementaire et imbue de l’importance des droits de l’homme. Elle remonte, en Irlande, au xviiie siècle et inclut aussi bien le réformisme du Parlement irlandais à la fin du siècle que les positions révolutionnaires de Wolfe Tone en 179829. Une dimension fondamentale de l’expression de cette tradition est la volonté d’unir catholiques et protestants irlandais dans une bataille commune contre l’Angleterre. C’est ainsi que Wolfe Ton définit cet objectif. D’une façon toute différente, les protagonistes de la renaissance culturelle, presque tous d’origine anglo-irlandaise, cherchent à unir culturellement l’Irlande et à renforcer son identité culturelle pour mieux lui faire une place dans la culture occidentale moderne. Pour eux, l’Irlande nouvelle aurait à sa tête une élite, hérault d’un système de valeurs non-sectaire et courtois30. Les normes qui découlent d’un tel système se reflètent dans le domaine politique d’abord et surtout dans la tradition parlementaire avec tout ce que cela implique : par exemple, le réformisme et l’approche progressive des problèmes de société, une structure hiérarchisée de la société où chacun joue le rôle qui lui est attribué, en somme l’individualisme démocratique. A la lumière de ce qui vient d’être dit, examinons le processus d’élaboration de la Constitution.

L’élaboration de la Constitution de 1922

  • 31 18 Articles of Agreement and Annex for a Treaty between Great Britain and Ireland.

21Pendant les six premiers mois de 1922, Michael Collins, avec la coopération d’Eamon de Valera, tenta d’élaborer une nouvelle constitution. Auparavant, le 6 décembre 1921, les délégués irlandais, suite aux pourparlers entre les nationalistes irlandais et le gouvernement britannique, avaient signé le Traité anglo-irlandais31. Le 14 décembre, le Parlement entama le débat sur le contenu du Traité. L’enjeu fondamental du débat est relativement simple : ce traité, accorde-t-il la liberté à l’Irlande ? La réponse à cette interrogation ouvre sur une série d’autres questions qui révèle la complexité de l’interrogation initiale. Selon le Traité, l’Irlande devient membre du Commonwealth et a, à sa tête, comme figure symbolique, le roi ; les députés au Parlement sont tenus de prêter un serment de fidélité à ce même roi et le pays reste divisé en deux. Ces restrictions sont-elles compatibles avec la liberté pour laquelle de nombreux Irlandais se sont battus ?

  • 32 Les termes employés en anglais sont, pour Griffith, president et, pour Collins, chairman.

22Après une suspension entre le 22 décembre et le 3 janvier 1922, le Parlement reprit le débat. Le 7 janvier, par soixante-quatre voix contre cinquante-sept, les députés approuvèrent alors le traité. Deux jours plus tard, le 9 janvier, de Valera abandonna la présidence du Parlement. Le lendemain, Arthur Griffith fut élu nouveau président à sa place et, le 14 janvier, Michael Collins fut élu président de Conseil du gouvernement provisoire32. A la fin du mois, le 30 janvier, la première réunion pour élaborer la nouvelle Constitution eut lieu à Dublin.

  • 33 A l’exception, il faut le souligner, de Darrel Figgis, ancien secrétaire général du Sinn Féin, qui (...)
  • 34 J. Prager, op. cit., p. 72.
  • 35 James Douglas (1887-1954). Curateur et trésorier de la Croix Blanche (White Cross) pendant la guer (...)
  • 36 M. S. S. Douglas, cité dans D. H. Akenson and J. F. Fallin, « The Irish Civil War and the Drafting (...)
  • 37 James MacNeill (1869-1938) est devenu membre de la fonction publique indienne en 1890, suite à des (...)
  • 38 La Croix Blanche est une association créée pour gérer l’aide américaine aux victimes de la guerre (...)
  • 39 Pendant la guerre d’indépendance, il participe en tant que juge Sinn Féin à la mise sur pied d’un (...)
  • 40 Ibid.
  • 41 Alfred O’Rahilly (1884-1969), fut séminariste chez les jésuites avant d’abandonner cette voie pour (...)
  • 42 D. H. Akenson and J. F. Fallin, « The Irish Civil War and the Drafting of the Free States Constitu (...)

23Michael Collins fut président du comité et c’est lui qui choisit les autres membres33. Darrel Figgis, qui peut être défini culturellement comme anglo-irlandais, fut nommé vice-président34. Le troisième membre, James Douglas, homme d’affaires dublinois, était membre de la Société des Amis35. Il s’intéressait à des questions constitutionnelles36. Le quatrième membre est James MacNeill, frère d’Eoin MacNeill37, partisan du Traité. C. J. France, rattaché au début à la commission en tant que conseiller, devint, par la suite, membre à part entière. Avocat à Seattle dans le Washington, il avait participé aux travaux de la Croix Blanche et il disposait d’une compétence en matière de constitution américaine38. L’essentiel du travail de la Croix Blanche avait été fait par James Douglas aidé par James MacNeill. Le sixième membre, Kevin O’Shiel, ami de longue date de Michael Collins, était avocat39. Hugh Kennedy, avocat renommé, qui occupait déjà un poste important dans le milieu légal, en fut le septième membre. Il fut, par ailleurs, conseiller juridique du gouvernement provisoire. A ces sept membres il faut ajouter un autre avocat, John O’Byrne, et un professeur de droit de l’Université de Dublin, James Murnaghan40. Après plusieurs séances de la commission, on ajouta un dixième nom, celui d’Alfred O’Rahilly, professeur de Physique à l’université de Cork. La nomination de ce dernier semblait refléter le souci, qui se manifesta tardivement, de donner la parole à l’Église catholique au sein de la commission. O’Rahilly, en effet, se préoccupait beaucoup du contenu moral et religieux des dispositions du nouvel État41. Enfin, on nomma trois secrétaires : R. J. P. Mortished, P. A. O’Toole et E. M. Stephens, tous les trois étant détachés de la fonction publique42.

24On peut s’étonner, à la lecture de la composition de cette commission, de la place importante accordée à la Société des Amis, les Quakers, dans l’élaboration de la Constitution du nouvel État irlandais, surtout si l’on sait que, en dehors de la période de la grande famine, cette société n’a pas joué un rôle important dans la vie du pays. Il en va de même pour la présence d’étrangers, quand bien même on se rappelle les liens étroits qui unissent l’Irlande aux États-Unis, ou encore pour la participation des fonctionnaires britanniques. Ceci est d’autant plus curieux qu’à l’exception d’Alfred O’Rahilly, la commission n’eut aucun représentant de l’idéologie gaélique catholique. La composition de la commission semblait exprimer, de la part de M. Collins, la volonté de proposer un document qui, idéologiquement, serait au-dessus des conflits politiques immédiats et qui, en termes de valeurs, tenterait de refléter une position laïque.

25L’Europe connut, durant et après la guerre de 1914-1918, de grands changements en raison de l’émergence de nouveaux États. Tous ces États s’attribuèrent des constitutions et, grâce aux idées politiques de l’époque, ils s’influencèrent mutuellement dans l’expression du contenu de ces documents fondamentaux. Il est particulièrement réducteur donc de ne voir que des sources irlandaises ou même anglaises dans les principes constitutionnels à la base de la Constitution de 1922. Tous les nouveaux États de la période ont des éléments communs : ils sont nés dans le même environnement international marqué par la guerre et par des mouvements nationaux ; il y a une similitude dans les changements politiques qu’ils connaissent et ils se soumettent tous, dans un premier temps, à l’idéal de l’État de droit. L’analogie ne peut pas cependant être poussée trop loin et il ne serait pas correct d’enlever son originalité à l’expérience politique de chacun.

  • 43 Avant 1913, il est difficile de parler de l’existence d’une gauche en Irlande. C’est cette année-l (...)

26L’Irlande, à la différence de tous les pays de l’Europe de l’Est, ne fut pas ruinée par la guerre. C’est le contraire qui se produisit. De plus, à la différence de la vaste majorité des européens de l’Est, nouvellement libérés, les Irlandais avaient déjà eu depuis longtemps une expérience démocratique. Si l’on ajoute à cela le fait que le joug anglais sur les Irlandais devait paraître peu terrible par rapport à celui qu’exerçaient les grandes puissances en Europe de l’Est, que l’île occidentale disposait, également depuis longtemps, d’une élite politique sous la forme d’une classe moyenne politiquement mûre, que, depuis l’échec de la grève de 1913 et de la conversion au nationalisme du grand dirigeant marxiste irlandais, James Connolly, la gauche n’était que faiblement représentée et que, à la différence des autres pays, le problème agraire irlandais avait trouvé une solution acceptable depuis un certain temps, on est amené à utiliser la comparaison avec prudence43.

Le projet d’une Constitution anti-laïque

  • 44 D. H. Akenson and J. F. Fallin, op. cit., p. 43.
  • 45 Ibid., p. 50-51 : Drafts A and B were placed in Michael Collins’hands on 8th of March 1922 (togeth (...)

27Le comité constitutionnel, une fois ses travaux lancés, eut bien du mal à maintenir son unité et à se mettre d’accord sur un document unique. Une des premières difficultés que rencontrèrent ses membres concerna la place de la religion dans la nouvelle Constitution. Cependant une majorité se mit d’accord pour exclure du projet final44 toute disposition de nature religieuse. Alfred O’Rahilly, le professeur de Cork, et James Murraghan, le professeur de Dublin, en désaccord sur cette décision se retirèrent du comité, temporairement, afin de rédiger leur propre projet. Peu de temps après ce départ, le comité se divisa de nouveau en deux. Il en résulta donc trois projets distincts, A, B et C, qui, le 7 mars 1922, furent présentés à Michael Collins. Les signataires du projet A furent Darrell Figgis, James MacNeill et John O’Byrne ; ceux du second projet James Douglas, Hugh Kennedy et C. J. France. Le troisième fut signé par Alfred O’Rahilly et James Murraghan. En ce qui concerne notre étude, c’est le troisième, un projet anti-laïque, qui est le plus intéressant en raison même de l’importance qu’il attache à la religion. Pour les autorités, par contre, ce document semble n’avoir eu que très peu d’intérêt ; c’est même à se demander s’il a été pris en compte45. Mais avant de regarder de plus près celui-ci, disons un mot sur les deux autres projets.

28Il sera question plus loin de l’anomalie que représente la phrase sur l’origine divine de l’autorité législative dans le préambule de la version définitive de la constitution de 1922. Or, il s’agit là évidemment d’une tentative de la part du gouvernement provisoire de faire une synthèse entre le préambule du projet A et celui du projet B. Le préambule du projet A constitue un texte laïque. Aucune mention n’est faite de Dieu ; Il est question de :

Nous, le peuple d’Irlande... prenons le contrôle de notre destin...

29et plus loin :

Dans l’exercice de notre droit souverain en tant que peuple libre... nous déclarons établi l’État libre d’Irlande...

30Le deuxième projet, par contre, place Dieu au cœur même de son texte :

Nous, peuple d’Irlande, reconnaissant que toute autorité vient de Dieu...

31Dans la version finale, c’est donc le deuxième préambule qui est retenu, ce qui explique la faiblesse de la logique interne du projet. Mais c’est celui d’Alfred O’Rahilly qui a, de loin, le contenu religieux le plus marqué. Ce projet mérite notre attention, car certains de ses éléments seront repris dans la Constitution de 1937.

32D’abord on trouve sur la question du mariage deux alinéas dont l’un parle, en plus, de la vie familiale. L’article 53.1 dit :

Le mariage... est sous la protection spéciale de l’État. Toute atteinte à la pureté, la santé et le caractère sacré de la vie familiale sera interdite.

33La notion de « protection spéciale » est clarifiée dans l’article 53.2 :

L’État irlandais reconnaîtra... le caractère sacré et inviolable du lien marital.

34Ensuite, les auteurs de ce projet abordent en trois articles la question de l’éducation et, d’abord, celle du droit des parents en ce domaine. Selon l’article 54.1,

Les parents ont le droit et le devoir d’élever et d’éduquer leurs enfants.

35Dans une telle logique il n’est guère surprenant qu’une place privilégiée soit accordée à la maternité. Selon l’article 55.1,

La maternité sera sous la protection spéciale de la loi.

36Pour mieux protéger les intérêts de l’Église catholique en matière d’éducation, l’article 56 stipule :

Il n’y aura pas de monopole d’État en matière d’éducation.

37Sur la question de l’instruction religieuse, l’article 57 dit :

L’Instruction religieuse est obligatoire dans tous les établissements scolaires... fréquentés par des enfants âgés de moins de dix-huit ans, sauf pour les enfants dont les parents refusent une telle instruction.

38Les écoles religieuses sont protégées. L’État doit aussi avoir à promouvoir la religion. Enfin un autre article, l’article 47.2 accorde une importance particulière à la moralité publique :

Des mesures légales sont acceptables pour contrôler, au nom de la moralité et de l’ordre public, les spectacles et pour lutter contre la littérature obscène et indécente...

39La Constitution de 1922, comme nous le verrons plus tard, sera d’abord le reflet de l’idéologie anglo-irlandaise tandis que celle de 1937 s’inspirera largement de l’idéologie gaélique. Il serait faux, cependant, de réduire les deux documents à deux expressions distinctes de deux idéologies opposées. Il est bon de se rappeler qu’en étudiant la Constitution nous cherchons à comprendre la nature de l’État en Irlande. Or aucun accord général n’existait avant l’Indépendance sur la nature de ce futur État. Les deux constitutions représentent, en quelque sorte, des compromis élaborés par les forces politiques dominantes dans le pays au moment de l’élaboration de la Constitution. Or, en 1921 et 1922, ces forces ne sont pas les mêmes que celles qui sont en place en 1937. Comme nous tenterons de le démontrer, le terrain conflictuel a aussi considérablement changé.

Un État laïque

40Une étude de la Constitution de 1922 qui, nous l’avons vu, entra en vigueur le 6 décembre de cette même année, révèle un document essentiellement laïque. Laïque d’abord par ce qu’elle dit. En premier lieu, sur l’origine du pouvoir, l’article 2 dit :

  • 46 Voir la traduction française de la Constitution de 1922 de B. Mirkine-Guetzévitch, Les Constitutio (...)

Tout pouvoir et toute autorité législative, exécutive et judiciaire en Irlande ont leur source dans le peuple d’Irlande46 ...

41Ensuite, un seul article est consacré à la religion, l’article 8 qui, d’ailleurs, concerne également la liberté de conscience et aussi la liberté des cultes :

La liberté de conscience, le droit de professer et de pratiquer librement une religion quelconque sont garantis à tous les citoyens, sous réserve du respect de l’ordre public et des bonnes mœurs...

42Le même article continue dans un sens restrictif, interdisant qu’aucun culte soit privilégié :

Les lois ne pourront, directement ou indirectement, subventionner aucun culte, en supprimer ou en restreindre le libre exercice, établir aucun privilège ni aucune incapacité fondés sur les croyances ou la confession...

43Et le dernier thème qui figure dans la constitution et qui relève de la dichotomie laïcité - religion, est celui de l’instruction dans l’article 10 :

Tous les citoyens de l’État Libre de l’Irlande ont droit à l’instruction élémentaire gratuite.

44Mais c’est surtout l’article 8, de nouveau, qui nous intéresse ici. En effet, on peut y lire, dans sa deuxième partie :

Les lois ne pourront... porter atteinte au droit de fréquenter une école publique sans être obligé d’assister à l’enseignement de la religion, répartir inégalement les subventions de l’État entre les écoles placées sous le contrôle des diverses confessions, ni priver aucune confession ou établissement d’instruction d’aucune partie de ses biens, si ce n’est en vue de travaux... d’utilité publique, et moyennant le paiement d’une indemnité.

45Il ressort clairement donc que l’État est tenu de respecter un pluralisme religieux ; en matière d’instruction mais aussi de garantir le droit au refus de toute instruction religieuse.

46Ce qui n’est pas dit dans la Constitution est également significatif. Aucune mention n’est faite de la famille, du divorce ou d’un quelconque aspect du processus de procréation ou de la sexualité, ni de la censure, ni d’une politique sociale. Une autre façon de voir la question de la laïcité du document de 1922, c’est de le comparer brièvement aux autres constitutions nouvelles des autres pays à la même période sur ce point de vue.

47Le principe de la souveraineté du peuple est exprimé dans bon nombre de ces constitutions dans des termes équivalents à ceux employés dans la constitution irlandaise :

... Le pouvoir politique émane du peuple (Constitution de l’Allemagne, article 2) ; ... Le droit y émane du peuple (Constitution de l’Autriche, article 1)... Tout pouvoir dans la République tchécoslovaque émane du peuple (Constitution de la Tchécoslovaquie, § 1)... L’Estonie est une république indépendante, où le pouvoir souverain est entre les mains du peuple (Constitution de l’Estonie, article 2).

48Ces quelques exemples soulignent la prétention rationaliste et démocratique, voire universaliste du document irlandais.

49A la différence de quelques-unes des constitutions, celle de l’Irlande n’affirme rien sur la religion et l’État. C’est le cas, par contre, dans la Constitution allemande, à l’article 137 :

Il n’existe pas de religion d’État

50La Grèce et la Pologne se distinguent sur ce point de tous les autres États dans la mesure où leurs constitutions font référence à la religion dominante dans leurs sociétés. Ainsi la Constitution de la République hellénique dit dans son article 1 :

La religion dominante en Grèce est celle de l’Église orthodoxe orientale du Christ.

51L’article n’est pas sans rappeler l’article 44.2 de la Constitution irlandaise de 1937 ; voici le texte que nous aurons l’occasion de voir ultérieurement :

L’État reconnaît la position spéciale de la sainte Église catholique, apostolique et romaine en tant que gardienne de la foi professée par la grande majorité des citoyens.

52Ceci est encore plus frappant si l’on examine le texte de l’article 14 de la Constitution de la République de Pologne.

La confession catholique romaine, étant la religion de la grande majorité de la nation, occupe dans l’État la première place parmi les confessions égales en droit. L’Église catholique romaine est régie par ses propres lois. Les rapports entre l’État et l’Église seront fixés sur la base d’un accord avec le Saint-Siège, lequel devra être ratifié par la Diète.

53L’article 115 de la Constitution polonaise traite de la question des autres religions :

Les Églises des minorités religieuses et toutes autres associations religieuses reconnues par la loi sont régies par leurs propres lois, que l’État ne saurait refuser de reconnaître si elles ne contiennent pas de dispositions illégales.

54Enfin, deux pays se donnent une religion d’État. Il s’agit de la Turquie qui, dans sa constitution provisoire de 1921, article 2, déclare :

La religion de l’État Turc est l’islamisme.

55Cette disposition toutefois ne figure plus dans la version définitive de la Constitution promulguée le 30 avril 1924 où il n’est plus question d’une religion d’État. Le deuxième pays, c’est la Roumanie. On peut lire dans l’article 22 de sa Constitution :

... L’Église chrétienne orthodoxe et l’Église gréco-catholique sont Églises roumaines. L’Église orthodoxe roumaine, étant la religion de la grande majorité des Roumains, est l’Église dominante dans l’État roumain, et l’Église gréco-catholique a la primauté sur les autres cultes...

  • 47 Les pays suivants n’ont pas placé un préambule en tête de leur constitution : l’Allemagne, l’Autri (...)

56Si on laisse de côté ces exceptions, on voit que sur la question du lien entre religion et État, explicitement décrit, la Constitution irlandaise suit la norme des autres nouvelles constitutions européennes. Pourtant, la lecture du préambule nous conduit à modérer cette remarque en indiquant une déviation importante sur la question de ces rapports. Les nouvelles constitutions n’ont pas toutes un préambule47. Certaines en comportent, mais trois seulement de ces préambules contiennent une dimension religieuse : celle des Serbes, Croates et Slovènes, celle de la Pologne et, enfin, celle de l’Irlande. On peut éliminer la première puisqu’il s’agit d’une constitution monarchique où l’on emploie la formule traditionnelle :

Au nom de sa Majesté Pierre Ier, par la grâce de Dieu et par la volonté du Peuple Roi...

57Il reste donc la Pologne et l’Irlande. Les Polonais, dans leur préambule, se contentent d’évoquer Dieu et de le remercier :

Au nom du Dieu Tout-Puissant : Nous, Nation polonaise, remerciant la Providence de nous avoir rendu la liberté après un siècle et demi de servitude...

58Les Irlandais, par contre, vont plus loin et expriment dans le préambule de la Constitution une idée qui, comme cela a été rapporté plus haut, est exclue du texte à proprement parler. On y lit :

Le Dáil Eireann, siégeant en qualité d’Assemblée constituante dans le présent Parlement provisoire, reconnaissant que toute autorité législative vient de Dieu au peuple...

59La source primordiale du pouvoir serait donc divine. Comment comprendre cet élément qui introduit une note d’incohérence dans un document qui, sur la question de la laïcité, forme, par ailleurs, un ensemble homogène ? L’explication en serait un malentendu profond au sein de la société irlandaise sur la nature du futur État. Le désaccord qui en est né s’est manifesté, nous l’avons dit, lors de l’élaboration des projets constitutionnels. La Constitution de 1922 serait donc un compromis élaboré dans une tentative d’arriver à une synthèse qui serait acceptable pour les principales forces en présence. Elle indique donc l’existence de positions antagonistes sur la laïcité et la religion.

60Il a été dit que la principale tendance, en matière de rédaction constitutionnelle après la première guerre mondiale, a été de promouvoir la laïcité. Dans l’Irlande du début des années 1920, l’espoir subsistait toujours que l’île ne resterait pas divisée entre Nord et Sud. Il était donc important de prévoir un cadre constitutionnel laïque pour que, dans le nouvel État, catholiques et protestants puissent coexister. Le poids social et économique de la petite minorité protestante en Irlande du Sud conduisait à aller dans le même sens. Les développements constitutionnels qui intervinrent très tôt dans la vie du pays entraînèrent de telles modifications que, quinze ans après l’entrée en vigueur de la Constitution de 1922, celle-ci fut remplacée par une nouvelle Constitution.

L’élaboration de la Constitution de 1937

  • 48 R. Fanning, « Mr. de Valera Drafts a Constitution », in b. Farrell (éd.), De Valera’s Constitution (...)
  • 49 Ibid., p. 36, R. Fanning écrit : Eamon de Valera personnally controlled every detail of the proces (...)

61Dès son arrivée au pouvoir, de Valera avait procédé à d’importantes modifications de la Constitution de 1922. A un moment donné, en juin 1936, il devint convaincu de la nécessité de rédiger une constitution entièrement nouvelle48. A la différence de ce qui s’était passé en 1922, de Valera assuma l’entière responsabilité de la rédaction de la nouvelle constitution. Il n’associa à son travail que quelques hauts fonctionnaires. Le principal était John Hearne, conseiller légal du ministère des Affaires extérieures, et le second, Maurice Moynihan, secrétaire du Conseil exécutif. Il n’hésita pas, cependant, à consulter et à demander des avis, mais le président du Conseil veillait personnellement à la rédaction, jusqu’au moindre détail, de l’ensemble du document49. Conséquence de ses consultations, on lui prodiguait, dans certains cas en plus des conseils, des textes en vue de l’élaboration du nouveau document. Il a déjà été question du projet de constitution d’Alfred O’Rahilly en 1922. Or celui-ci, par la suite, avait envoyé son travail à de Valera. En supplément à ce projet, les jésuites et un prêtre de la congrégation du Saint-Esprit, John Charles McQuaid qui, par la suite, devint archevêque de Dublin, proposaient leur aide.

  • 50 Minutes of Jesuit committee, Jesuit archives. A ce sujet, voir D. Keogh, « The Irish Constitutiona (...)

62Dès le mois de septembre 1936, un comité, créé exprès au sein de la société de Jésus, se mit au travail avec la volonté d’influer sur la rédaction de la nouvelle constitution. S’inspirant fortement des constitutions polonaise, portugaise et autrichienne, les pères jésuites, membres du comité, proposèrent de rédiger des projets d’articles sur les droits de la famille, plus particulièrement tournés vers l’éducation des enfants, sur l’enseignement de la religion dans les écoles, qui devaient être confessionnelles, sur le mariage, que l’État devait s’interdire de dissoudre, sur les relations entre l’Église et l’État, qui devaient être régies par un concordat, sur la liberté du culte, sur la propriété ecclésiastique et la propriété privée et, enfin, sur la liberté de parole et de presse et les limitations que l’on devait y mettre50. Il est difficile de mesurer l’influence précise des Jésuites sur le document final. Dans celui-ci, comme nous le verrons, de Valera crut à la nécessité d’incorporer des principes catholiques, mais l’on peut difficilement soutenir que la décision d’agir ainsi trouve son origine dans l’influence des Jésuites. En même temps, on peut déceler une inspiration jésuite dans le préambule, si on le compare avec le projet de préambule proposé par la Société. Dans les deux cas il est question de la Très Sainte Trinité, de l’origine du pouvoir politique et du soutien que Dieu a apporté aux Irlandais au moment de leurs épreuves dans le passé. En voici la version française :

Au nom de la Très Sainte Trinité, dont dérive toute puissance et à qui il faut rapporter, comme à notre but suprême, toutes les actions des hommes et des États, nous Peuple d’Irlande, reconnaissant avec humilité toutes nos obligations envers notre Divin Seigneur Jésus-Christ, qui a soutenu nos pères pendant des siècles d’épreuves, évoquant avec gratitude leurs luttes héroïques et implacables pour retrouver la juste indépendance de notre Nation, et désireux d’assurer le bien commun, dans un esprit de prudence, de justice et de charité, afin de garantir la dignité et la liberté de l’homme, de réaliser un ordre social véritable, de restaurer l’unité du pays et établir la concorde avec les autres nations, nous adoptons, promulguons, et nous donnons à nous-mêmes la Constitution ci-après.

  • 51 Earl of Longford et Thomas O’Neill, op. cit., p. 296.
  • 52 Voici quelques exemples : sur la propriété privée et la famille, Léon XIII : Rerum Novarum ; sur l (...)
  • 53 L’archiviste qui avait classé les papiers d’Eamon de Valera donna le volume de correspondance suiv (...)
  • 54 Article 44.1 :

63La Constitution de 1922 fait également référence à Dieu dans la première phrase mais seulement comme source de toute autorité. Selon les biographes d’Eamon de Valera, John Charles McQuaid aurait eu une influence encore plus significative dans la rédaction de la nouvelle Constitution et plus particulièrement pour ce qui est des articles 40 à 4551. Dans un premier temps, ce prêtre de la congrégation du Saint-Esprit se contenta d’envoyer à de Valera les citations des encycliques de certains papes52. Puis il se mit à lui fournir citations, notes et théories sur des questions telles la famille, le mariage, les relations entre Église et État, les principes sociaux de l’Église53. Enfin, il s’engagea activement dans la rédaction des articles dont il est question plus haut. La main du futur archevêque apparaît clairement dans le premier projet de l’article 42 qui traite des relations entre la religion, l’Église et l’État et qui, dans la version finale, deviendra l’article 44. Les thèmes suivants, chers à McQuaid qui, en cela, s’inspirait des enseignements de l’Église catholique, y figurent : le respect que l’État doit à la religion, la reconnaissance par l’État que la véritable religion est celle qui est professée par l’Église catholique, que l’Église catholique est une société parfaite et de ce fait dispose d’une autorité suprême sur tout ce qui est d’ordre civil et politique, que l’État et l’Église peuvent parvenir à un accord, que l’État ne doit rien faire contre les intérêts de la religion, ni en ce qui concerne sa propriété, ni en ce qui concerne son organisation et ses écoles. De fait, la version définitive, soumise au Parlement, différait assez radicalement sur un point de ce texte initial. Elle n’accorde plus à l’Église catholique le statut de seule véritable religion. Il est à rappeler que cet alinéa constitue une innovation par rapport à la Constitution de 1922. En voici la traduction54 :

Art. 44.1.1. L’État reconnaît que l’hommage de l’adoration publique est dû au Dieu Tout-Puissant. Il révérera Son nom ; il respectera et honorera la religion.
2. L’État reconnaît la position spéciale de la sainte Église catholique, apostolique et romaine en tant que gardienne de la foi professée par la grande majorité des citoyens.
3. L’État reconnaît aussi l’Église d’Irlande, l’Église presbytérienne en Irlande, l’Église méthodiste en Irlande, la Société religieuse des Amis en Irlande, ainsi que les communautés juives et les autres confessions religieuses existant en Irlande à la date de l’entrée en vigueur de la présente Constitution.
Art. 44.2.1. La liberté de conscience, la profession et la pratique libres de la religion, sont sous réserve de l’ordre public et de la moralité, garanties à tout citoyen.
2. L’État promet de ne doter aucune religion.
3. L’État n’imposera aucune incapacité et ne fera aucune discrimination en considération de la profession, de la croyance ou du statut religieux.
4. La législation sur les subventions aux écoles ne fera pas de différence entre les écoles qui se trouvent sous la direction des différentes dénominations religieuses et ne devra pas porter préjudice au droit pour tout enfant de fréquenter une école subventionnée sans assister à l’instruction religieuse de cette école.
5. Toute confession religieuse aura le droit de gérer ses propres affaires, de posséder, d’acquérir et d’administrer ses biens propres, meubles et immeubles, et de maintenir des institutions dans des buts religieux ou charitables.
6. Les biens d’une confession religieuse ou d’une institution d’éducation ne seront pas détournés de leur objet sauf pour des œuvres nécessaires d’utilité publique et contre paiement d’une compensation.

  • 55 Voici le texte des instructions données à Walshe : Instructions for Mr. Walshe, 1. General approva (...)
  • 56 Voici le texte du message de Walshe, envoyée par télégramme le 22 avril 1937 : Christian Churches (...)

64De Valera, une fois qu’il eut décidé de ne pas retenir les propositions de McQuaid, commença une série de consultations qui passèrent par le nonce apostolique, le cardinal, l’archevêque catholique de Dublin, le prélat de l’Église d’Irlande, le président de l’Église méthodiste, le modérateur de l’Église presbytérienne, et qui devaient se terminer à Rome. L’enjeu de la religion, dans l’Irlande, voire dans l’Europe, des années 1930, était de taille. La reconnaissance par l’État, comme le proposait de Valera, des autres Églises et des communautés juives posait un problème à certains des dirigeants catholiques. Afin de contourner cette difficulté, de Valera donna mandat à Joseph Walshe, du ministère des Affaires extérieures, d’obtenir l’accord du Pape sur les articles concernant la religion et d’obtenir l’autorisation pour l’article dans lequel l’État dit reconnaître les autres religions et les congrégations juives55. Walshe partit pour Rome le 16 avril. Après plusieurs entretiens avec le secrétaire d’État, Monseigneur Pacelli qui, par la suite, devint le pape Pie XII, Walshe obtint, non pas un accord en bonne et due forme, mais un engagement de la part du Pape de ne rien dire sur le sujet56. Il suffisait de cela pour que le président du Conseil pût procéder au processus d’adoption de la Constitution. Ainsi le 1er mai on publia le projet officiel. La seconde lecture eut lieu au Dáil entre le 11 et le 13 mai, la troisième entre le 25 mai et le 3 juin et la quatrième entre le 9 et le 14 juin. Par soixante-deux voix contre quarante-huit, le Dáil vota en faveur de l’adoption du projet le 14 juin. Le 1er juillet 1937, on le soumit à l’électorat lors d’un référendum. Il obtint la majorité des suffrages.

  • 57 Source : D. Keogh, « The Irish Constitutional Revolution », in F. Litton (ed.), op. cit., p. 65.

Référendum du 1er juillet 193757

Référendum du 1er juillet 193757

Une idéologie catholique

65Toute bonne constitution contient les normes et les valeurs que la grande majorité de la communauté politique partage. La Constitution de 1922 était un document laïque. Dans ce domaine, celle de 1937 s’en distingue. Il a déjà été question de l’article 44.2 :

  • 58 Article 44.1.2 : The State recognises the special position of the Holy Catholic Apostolic and Roma (...)

L’État reconnaît la position spéciale de la Sainte Église catholique, apostolique et romaine en tant que gardienne de la foi professée par la grande majorité des citoyens58.

66Partant du constat fait dans cet article, il ne serait pas illogique de dire qu’il convient de rédiger une constitution largement catholique pour un pays dont la grande majorité est catholique. C’était là, du moins, la position d’Eamon de Valera. En cela il innove radicalement par rapport à la Constitution de 1922 qui ne contient aucune mention relative à la famille et au mariage. Comme nous l’avons déjà laissé entendre, c’est dans le domaine de la religion et de l’éducation que l’influence catholique apparaît le plus distinctement.

67En étudiant l’article 44 dans son ensemble, et tout en reconnaissant « la position spéciale » accordée à l’Église catholique, on est amené à souligner le caractère plus chrétien que spécifiquement catholique de l’article. L’article 44.1.3 reconnaît l’existence des Églises protestantes. Il serait possible d’aller encore plus loin et de soutenir que l’article en question comporte un engagement formel en faveur de la tolérance puisqu’on reconnaît y aussi les communautés juives. Si l’on tient compte du fait que près de 95 % de la population de l’État était catholique, que cette population identifiait l’Église catholique au mouvement national, qu’il s’agissait d’une population particulièrement pratiquante, que la vaste majorité avait reçu ou recevait encore une éducation catholique dans des écoles contrôlées par l’Église, on est même frappé par le niveau de tolérance de cet article, surtout si l’on se place dans le contexte de l’Europe de l’époque. Cet argument prend encore plus de poids si l’on se souvient de la campagne menée par les prêtres qui conseillaient de Valera au moment de la préparation du texte. Ils demandaient que l’État reconnaisse l’Église catholique comme la seule véritable Église.

68En matière d’éducation la position adoptée dans la Constitution se caractérise par le refus de la part de l’État d’assumer un rôle d’éducateur, et, en conformité avec les enseignements de l’Église catholique, la reconnaissance de la primauté de la famille en ce domaine et de la liberté des parents d’assurer cette éducation, entre autres, dans des écoles privées. L’article 42.1 dit :

  • 59 Article 42.1 : The Stales acknowledges that the primary and natural educator of the child is the F (...)

L’État reconnaît que l’éducateur premier et naturel de l’enfant est la famille et il promet de respecter le droit et le devoir inaliénables des parents d’assumer, selon leurs moyens, l’éducation religieuse et morale, intellectuelle, physique et sociale de leurs enfants59.

69L’article 42.2.2 traite de la liberté des parents :

  • 60 Article 42.2 : Parents shall be free to provide this education in their homes or in private school (...)

Les parents seront libres d’assurer cette éducation, soit dans leurs foyers, soit dans les écoles privées, soit dans les écoles reconnues ou établies par l’État60.

70Pour dissiper tout malentendu quant au rôle de l’État en matière d’éducation, l’alinéa suivant précise :

  • 61 Article 42.3.1 : The State shall not oblige parents in violation of their conscience and lawful pr (...)

L’État n’obligera pas les parents à envoyer, contrairement à leur conscience et à leurs préférences légitimes, leurs enfants dans une école établie par l’État ou dans n’importe quelle école désignée par lui61.

71L’importance ainsi accordée à la famille et, indirectement, à l’Église catholique reflète fidèlement l’enseignement de l’Église en la matière. Dans un domaine aussi fondamental que celui de l’éducation la position de la Constitution de 1937 est très nette : l’État doit jouer un rôle minimal. La Constitution d’Eamon de Valera est un document démocratique. Vu les développements politiques de l’Irlande au sein du Royaume-Uni, vu la Constitution de 1922 et l’évolution de la vie politique de l’État libre, cela n’a rien d’étonnant. Mais, dans le contexte des pays catholiques de l’Europe des années 1930, cela mérite d’être souligné. A une période qui vit la naissance et l’expansion du communisme, du nazisme et du fascisme, maintenir une confiance inébranlable dans le système démocratique mérite aussi d’être mentionné. La délaïcisation semble avoir été le prix à payer pour un tel résultat.

Notes

1 Proclamation of 1916: ... the establishment of a permanent National Government, representative of the whole people of Ireland, and elected by the suffrages of all her men and women.

2 B. Farrell (ed.), De Valera’s Constitution and Ours, Dublin, Gill and Macmillan, 1988, p. 20.

3 Declaration of Independence, Message to the Free Nations of the World, The Constitution, The Democratic Programme.

4 Il serait plus exact de dire que F. S. L. Lyons parle de confrontation. Cf. F. S. L. Lyons, Culture and Anarchy in Ireland, 1890-1939, Oxford, Clarendon, 1979, p. 7 : ... the different cultures that collided within Irish Society.

5 Ibid., p. 17.

6 Ibid.

7 J. Prager, Building Democracy in Ireland, Cambridge University Press. 1986, p. 16; T. Garvin, The Evolution of Irish Nationalist Politics, Dublin, Gill and Macmillan, 1981.

8 Nous reprenons ici les distinctions de J. Prager à la différence qu’il emploie les termes Irish-Enlightenment pour désigner la première qui ne tient pas compte de l’influence de la culture anglaise et Gaelic-Romantic ce qui limite excessivement, peut-être dans le temps, la structuration de la seconde.

9 Ibid., p. 16.

10 Emmet Larkin, « The Devotional Revolution in Ireland, 1850-1875 », American Historical Review, LXXVII, 1972.

11 Ce magazine, créé en janvier 1888, atteint une distribution de 47 000 en 1894 et de 73 000 en 1904.

12 La Pioneer Total Abstinence Association.

13 Ireland sober, Ireland free!

14 P. O’Farrell, Ireland’s English Question, Londres, Batsford, 1971, p. 224.

15 Ibid., p. 225 : With full design England suppressed our commerce, our factories, our mines, our industries, and left us only the distillery.

16 Ibid., p. 225.

17 Ibid., p. 227.

18 Ibid., p. 228.

19 Ibid., p. 231-232. Parlant du romancier prêtre, le chanoine Sheehan, P. O’Farrell montre comment, dans The Graves at Kilmorna, il idéalise la tradition républicaine.

20 Thomas Kennedy, « Church Building », in Patrick J. Corish (ed.), A History of Irish Catholicism, Dublin, Gill and Macmillan, 1970, p. 27-36, donne une liste de plus de trois cents institutions, ce qui est considérable pour un pays peu peuplé et relativement pauvre.

21 D. P. Moran (1872-1936), fonde le Leader en septembre 1900. Apôtre de l’Irlande irlandaise, il publie ses vues dans un ouvrage intitulé Philosophy of Irish Ireland, Dublin, s.d.

22 D. G. Boyce, « One last Burial ; Culture, Counterrevolution and Revolution in Ireland, 1886-1916 », The Revolution in Ireland 1879-1923, Dublin, Gill and Macmillan, 1988, p. 138.

23 D. P. Moran, op. cit., p. 37. Cité dans D. G. Boyce, Nationalism in Ireland, Londres, Rout-ledge, 1991, p. 242.

24 John Hutchinson, The Dynamics of Cultural Nationalism, Londres, Allan and Unwin, 1987, p. 173-178.

25 Sur Arthur Griffith et le Sinn Féin, voir Agnès Maillot, L’IRA. Les républicains irlandais, Presses Universitaires de Caen, 1996. Sur la politique industrielle du Sinn Féin, voir Richard Davis, Arthur Griffith and Non-Violent Sinn Féin, New York, Kennikat, 1970, p. 127-144.

26 Voir à ce sujet, J. Prager, op. cit., p. 42. Quant à la solution agraire demandée par les paysans avec l’appui de l’Église catholique, Barbara Solow, The Land Question and the Irish Economy 1870-1903, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, 1971, p. 195-204, en montre le caractère anti-moderne.

27 J. Prager, op. cit., p. 42.

28 Ibid., p. 45: Violence, in itself, was an act of collective liberation.

29 Ce dernier a cherché à établir les Droits de l’homme en Irlande.

30 J. Prager, op. cit., p. 40 : ... the Irish-Enlightenment tradition envisioned the new Ireland as being led by an elite committed to non sectarian and urbane values...

31 18 Articles of Agreement and Annex for a Treaty between Great Britain and Ireland.

32 Les termes employés en anglais sont, pour Griffith, president et, pour Collins, chairman.

33 A l’exception, il faut le souligner, de Darrel Figgis, ancien secrétaire général du Sinn Féin, qui a été nommé grâce à l’intervention d’A. Griffith.

34 J. Prager, op. cit., p. 72.

35 James Douglas (1887-1954). Curateur et trésorier de la Croix Blanche (White Cross) pendant la guerre d’indépendance, il sera par la suite sénateur.

36 M. S. S. Douglas, cité dans D. H. Akenson and J. F. Fallin, « The Irish Civil War and the Drafting of the Free State Constitution », Eire-Ireland, 5 (1, 2 et 4), Spring, Summer, Winter, 1970, p. 13.

37 James MacNeill (1869-1938) est devenu membre de la fonction publique indienne en 1890, suite à des études à Cambridge. Haut-commissaire de l’État libre, il est devenu gouverneur général en 1928, une fonction qu’il fut obligé d’abandonner en 1932 à l’arrivée au pouvoir de de Valera.

38 La Croix Blanche est une association créée pour gérer l’aide américaine aux victimes de la guerre d’indépendance irlandaise.

39 Pendant la guerre d’indépendance, il participe en tant que juge Sinn Féin à la mise sur pied d’un état parallèle dans le domaine de la justice : voir Thorn’s Who’s Who. Donald O’Sullivan, The Free State and its Senate, Londres, Faber and Faber, p. 71, ne mentionne pas Kevin O’Shiel.

40 Ibid.

41 Alfred O’Rahilly (1884-1969), fut séminariste chez les jésuites avant d’abandonner cette voie pour devenir universitaire.

42 D. H. Akenson and J. F. Fallin, « The Irish Civil War and the Drafting of the Free States Constitution », Eire/Ireland, 5, p. 16.

43 Avant 1913, il est difficile de parler de l’existence d’une gauche en Irlande. C’est cette année-là que les patrons dublinois déclenchent une confrontation avec les ouvriers non qualifiés dans le but de les empêcher d’adhérer au syndicat nouvellement créé (le ITGWU) par James Larkin.

44 D. H. Akenson and J. F. Fallin, op. cit., p. 43.

45 Ibid., p. 50-51 : Drafts A and B were placed in Michael Collins’hands on 8th of March 1922 (together with Draft C which the Provincial Government completely ignored).

46 Voir la traduction française de la Constitution de 1922 de B. Mirkine-Guetzévitch, Les Constitutions européennes, 2 vols, Paris, PUF, 1951.

47 Les pays suivants n’ont pas placé un préambule en tête de leur constitution : l’Allemagne, l’Autriche, la Grèce, la Lithuanie, la Roumanie et la Turquie.

48 R. Fanning, « Mr. de Valera Drafts a Constitution », in b. Farrell (éd.), De Valera’s Constitution and Ours, Dublin, Gill and Macmillan, 1988, p. 35. A la réunion du Conseil exécutif du 5 juin 1936, le gouvernement décida d’informer le roi de son intention d’introduire un projet de loi à l’automne qui autoriserait la mise sur pied d’une nouvelle Constitution et de créer la fonction d’un président élu au suffrage universel et d’abolir le poste de gouverneur général.

49 Ibid., p. 36, R. Fanning écrit : Eamon de Valera personnally controlled every detail of the process of drafting a new Constitution.

50 Minutes of Jesuit committee, Jesuit archives. A ce sujet, voir D. Keogh, « The Irish Constitutional Revolution », in F. Litton (ed.), The Constitution of Ireland 1937-1987, Dublin, Institute of Public Administration, 1988, p. 12, 13.

51 Earl of Longford et Thomas O’Neill, op. cit., p. 296.

52 Voici quelques exemples : sur la propriété privée et la famille, Léon XIII : Rerum Novarum ; sur la famille et le droit naturel, Léon XIII : Libertas ; Léon XIII : Sapientiae Christianae ; Pie XI : Casti Connubii ; Pie XI : Divini lllius ; Léon XIII : Rerum Novarum (DVP 1053).

53 L’archiviste qui avait classé les papiers d’Eamon de Valera donna le volume de correspondance suivant de J.C. McQuaid à de Valera entre le 16 février et le 25 mai : 16 février, 35 pages ; 17 février, 36 pages ; 8 mars, 32-33 pages ; 10 mars, 30-31 pages ; 16 mars, 42 pages ; 21 mars, 34 pages ; 22 mars, 43-44 pages ; 25 mars, 40-41 pages ; 26 mars, 29 pages ; 31 mars, 27 pages ; 5 avril, 25 pages ; 10 avril, 65-66 pages ; 15 avril, 63-64 pages ; 10 mai, 59 pages ; 25 mai, 51 pages (DVP 1091).

54 Article 44.1 :

  1. The State acknowledges that the homage of public workship is due to Almighty God. It shall hold His Name in reverence, and shall respect and honour religion.
  2. State recognises the special position of the Holy Catholic Apostolic and Roman. Church as the guardian of the Faith professed by the great majority of the Citizens.
  3. The State also recognises the Church of Ireland, the Presbyterian Church in Irelan. the Methodist Church in Ireland, the Religious Society of Friends in Ireland, as well as the Jewish Congregations and the other religious denominations existing in Ireland at the date of the coming into operation of this Constitution.

Article 44.2 :

  1. Freedom of conscience and the free profession and practice of religion are subject to public order and morality, guaranteed to every citizen.
  2. The State guarantees not to endow any religion.
  3. The State shall not impose any disabilities or make any discrimination on the ground of religious profession, belief or status.
  4. Legislation providing State aid for schools shall not discriminate between schools under the managment of different religious denominations, nor be such as to affect prejudicially the right of any child to attend a school receiving public money without attending religious instruction at that school.
  5. Every religious denomination shall have the right to manage its own affairs, own, acquire and administer property, movable and immovable, and maintain institutions for religious or chartitable purposes.
  6. The property of any religious denomination or any educational institution shall not be diverted save for necessary works of public utility and on payment of compensation.

55 Voici le texte des instructions données à Walshe : Instructions for Mr. Walshe, 1. General approval for religious part ; 2. To get the official name of the Catholic Church ; 3. To get permission to phrase ARTICLE 3 so as to include the phrase The State also recognises the other Christian Churches, namely, Church of Ireland, etc., as well as the Jewish Congregations and the other religious bodies existing in Eire at the time of the coming into operation of this Constitution. April 16 th, 1937 (dvp 1995/10).

56 Voici le texte du message de Walshe, envoyée par télégramme le 22 avril 1937 : Christian Churches acquiesced in, but without responsibility. Cardinal says strictly there is only one Church, and Catholics should not formally recognise existence of any other. Pope’s expression taceremo We shall maintain silence sums up whole attitude towards Constitution and having spent so many hours with Secretary of State these days I am convinced that with their rigid tradition they could not go further. It is a great deal that they should take the position of friendly and sympathetic silence. Seeing His Holiness Saturday but not privately. Cannot therefore go before Monday, but would be glad to receive sanction... Return Aeroplane Wednesday. Please reply by telegraph as soon as possible. Full report goes this evening. April 22nd, 1937 (DVP 1995/10).

57 Source : D. Keogh, « The Irish Constitutional Revolution », in F. Litton (ed.), op. cit., p. 65.

58 Article 44.1.2 : The State recognises the special position of the Holy Catholic Apostolic and Roman Church as the guardian of the Faith professed by the great majority of the citizens.

59 Article 42.1 : The Stales acknowledges that the primary and natural educator of the child is the Family and guarantees to respect the inalienable right and duty of parents to provide, according to their means, for the religious and moral, intellectual, physical and social education of their children.

60 Article 42.2 : Parents shall be free to provide this education in their homes or in private schools or in schools recognised or established by the State.

61 Article 42.3.1 : The State shall not oblige parents in violation of their conscience and lawful preference to send their children to schools established by the State, or to any particular type of school designated by the State.

Table des illustrations

Titre Référendum du 1er juillet 193757
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/119/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Caen, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540