Version classiqueVersion mobile

La guerre en Normandie (XIe-XVe siècle)

 | 
Anne Curry
, 
Véronique Gazeau

Le siège de Dieppe (2 novembre 1442-15 août 1443) : un épisode de la reconquête française de la Normandie

Valérie Toureille

Résumé

Le siège de Dieppe de 1443 est un épisode mal connu de la reconquête de la Normandie. En dehors de la chronologie traditionnelle, cette opération militaire a été longtemps négligée et n’a pas eu l’attention qu’elle méritait. Ce siège est cependant un moment-clé de l’avancée française. La prise de cette place était devenue essentielle pour les Anglais qui espéraient redresser la situation. Cet épisode marque aussi la première véritable intervention militaire du dauphin Louis. À cet égard, cette victoire de l’armée française est aussi une victoire politique pour le futur Louis XI et son retour en grâce après la Praguerie.

Texte intégral

  • 1 Entre autres : La chronique d’Enguerrand de Monstrelet, L. Douët-d’Arcq (éd.), Pari (...)

1L’épisode du siège de Dieppe qui prit fin le 15 août 1443 pourrait apparaître comme une simple anecdote militaire, brillante et pittoresque, l’une de celles qui émaillèrent la lente reconquête de la Normandie par les Français. Un épisode plutôt modeste à première vue : pas de siège en bonne et due forme, pas de grande bataille proprement dite. Pourtant, avant ce que l’on nomme traditionnellement « le recouvrement de la Normandie », la défaite des Anglais devant le port de Dieppe a marqué un tournant dans l’histoire de la Normandie lancastrienne. À une autre échelle, elle conforte aussi l’entrée sur la scène militaire du dauphin Louis, en peine sur le plan politique et en quête de réhabilitation. Plusieurs sources témoignent de l’épisode, en particulier les chroniques1, mais également des actes de la pratique (contrats d’endentures, règlement des rançons, etc.).

  • 2 Arques-la-Bataille, dép. Seine-Maritime, cant. Dieppe ; A. Deville, Notice sur le château d (...)
  • 3 L. Vitet, Histoire de Dieppe, Paris, C. Gosselin, 1844, p. 22 ; voir également A. Boudier, (...)

2Que représentait la ville de Dieppe au moment de la guerre de Cent Ans ? Face à l’importance stratégique de Cherbourg ou de Harfleur, Dieppe figurait comme un port secondaire, plutôt mal protégé. À l’origine, Dieppe n’était que le débouché maritime de la cité d’Arques2, dotée d’une forteresse et de fortifications depuis le XIe siècle3. Les Plantagenêts avaient érigé un premier fort à Dieppe, qui fut démantelé en 1195 par Philippe Auguste avant le rattachement de la Normandie à la couronne de France en 1203.

  • 4 L. Guérin, Histoire maritime de la France, contenant l’histoire des provinces et villes (...)
  • 5 L. Vitet, Histoire de Dieppe, p. 30-31.
  • 6 La tour aux Crabes (ibid.).
  • 7 C. Allmand, Lancastrian Normandy (1415-1450). The History of a Medieval Occupation, Oxford, (...)
  • 8 Dép. Eure, cant. Verneuil.
  • 9 Bayeux, dép. Calvados, cant. Bayeux ; Avranches, dép. Manche, cant. Avranches ; Vire, dép. (...)
  • 10 Dép. Manche, cant. Carentan.
  • 11 Journal d’un Bourgeois de Paris, A. Tuetey (éd.), Paris, H. Champion, 1881, p. 310. Sur le (...)
  • 12 Jean III de Rieux, baron d’Ancenis.
  • 13 Eu et Aumale sont repris par les Français, ainsi que Louviers en 1440. Évreux tombe (...)
  • 14 J. Paviot, La politique navale des ducs de Bourgogne (1384-1482), Lille, Presses universita (...)
  • 15 L’armée du duc d’York reprit Fécamp, occupa Lillebonne et détruisit un certain nombre de ch (...)
  • 16 Le troisième soulèvement eut lieu dans la région de Vire en 1436 : R. Jouet, La rés (...)

3Dès les premières années de la guerre de Cent Ans, le port se distingua bientôt comme une redoutable base d’expéditions maritimes transmanche. Les Dieppois fournirent alors plusieurs vaisseaux dès les premières attaques menées contre les côtes anglaises, c’est-à-dire à partir de 1337. À cette date, l’armée de mer dite des « Vingt nefs » avait été confiée à Quieret et Béhuchet par Philippe VI. Cette première flotte française, peu développée, semble s’être enrichie au gré de la fortune de la piraterie, à savoir de navires anglais arraisonnés. Surtout, en 1339, les marins dieppois participèrent au raid mené contre Southampton4. La ville fut pillée, avant d’être incendiée. À partir de ce moment, riche de ses butins, Dieppe s’efforça de renforcer ses défenses, des travaux qui furent encore favorisés par l’octroi de divers privilèges royaux. Une muraille fut ainsi élevée face à la mer, flanquée de plusieurs tours5. On construisit également un donjon carré afin de protéger l’entrée du port6. De l’autre côté, la robuste porte de la Barre défendait l’accès à la ville. Le dispositif semblait faire ses preuves, et Dieppe s’efforçait de défendre son avant-port7. En 1412, les habitants trouvèrent les ressources nécessaires pour repousser l’attaque d’une flottille anglaise. Toutefois, après 1415, à Dieppe comme ailleurs, la situation devint plus compliquée. Lorsque deux ans plus tard, Henri V déploya toute son armée pour entreprendre la conquête de la Normandie, les Dieppois se trouvèrent dans l’incapacité de résister. À la mi-février 1420, la ville fut sommée de se rendre. Si les Anglais tenaient la région d’une une main de fer, une résistance diffuse s’organisa, plutôt dans l’arrière-pays, en fait dans le Bessin et le pays de Caux. Cette opposition connut certes un coup d’arrêt après la défaite de Verneuil (1424)8. Mais en 1434, on assista à un premier soulèvement organisé en basse Normandie (en particulier autour de Caen, Bayeux, Avranches, Vire, Mortain9), ainsi que dans le bailliage du Cotentin (entre Saint-Lô et Carentan10). En 1435, la résistance reprit cette fois dans le pays de Caux. À cette date la situation parut mûre pour faire basculer Dieppe dans le camp français11. Le 28 octobre 1435, l’ancien capitaine de la ville, Charles des Marets, s’empara de la place, aux côtés de Jean d’Ancenis12. En suivant le cours de la rivière, ils avancèrent de nuit, à marée basse, avant d’escalader les murailles à l’aide d’échelles que leur tendirent les habitants. Ils firent prisonniers tous les hommes de la garnison anglaise, il est vrai plutôt dépourvue. Une forte troupe française s’y retrancha, qui prêta bientôt son secours à plusieurs places dans les environs : Fécamp, Harfleur, Montivilliers, Tancarville13… Seules Caudebec et Arques demeurèrent sous le contrôle des Anglais. Dieppe développa dès lors officiellement une activité de course dirigée contre le commerce maritime anglais et ceux qui étaient en affaire avec eux14. La période qui court de 1436 à 1440 fut marquée par des sièges ou des attaques de places de la part des deux camps15, tandis que l’activité de course redoubla. La contre-offensive anglaise fut féroce, mais Dieppe demeura aux Français16.

4Pour les Anglais, la perte de cette place était fort dommageable, car elle constituait un point de contrôle essentiel sur la côte normande, toujours capable de perturber les échanges transmanches. Dieppe était devenue un pôle de résistance majeure dans le pays de Caux. Chaque année était formé le projet de reprendre le port, mais pendant neuf ans le projet fut sans cesse reporté. On connaît les dissensions politiques au sein du Parlement anglais sur la question de l’engagement militaire, et les difficultés financières pour poursuivre la guerre sur le continent. Charles des Marets en profita pour renforcer encore les défenses de la ville. Mais en 1442, après plusieurs revers, en particulier en Anjou, la situation devint plus fragile que jamais. Les Anglais décidèrent alors de revenir sous les murs de Dieppe. S’agissait-il de rétablir leur position en Normandie ? De réduire les actes de piraterie en Manche ? Les deux enjeux n’étaient pas exclusifs l’un de l’autre.

Enjeux et prolégomènes du siège

Les ambitions anglaises

  • 17 C. Allmand, Lancastrian Normandy…, p. 42.
  • 18 A. J. Pollard, John Talbot…, p. 44.
  • 19 À l’exemple de Pontoise reprise par les Français en février 1436, avant d’être reprise (...)
  • 20 Dép. Somme, cant. Rue.
  • 21 BNF, ms. fr. 26063, cité par C. Allmand, Lancastrian Normandy…, p. 42.
  • 22 La chronique de Charles VII…, vol. II, p. 32 ; A. Plaisse, Un chef de guerr (...)

5Pour les Anglais, le contrôle des ports sur la Manche était une priorité. Sans cette emprise, écrit Christopher Allmand, l’implantation anglaise sur le continent demeurait précaire17. Si, depuis 1437, John Talbot était actif dans le quart est de la Normandie, en fait dans toute la vallée de la Seine18, les Anglais mesuraient bien l’importance de la menace française. Les forces ennemies commençaient à se regrouper entre Rouen et Paris19. Un an plus tôt, Cherbourg avait menacé de tomber aux mains des Français. Et au-delà de la façade normande, une place importante sur l’embouchure de la Somme, Le Crotoy20, avait basculé dans l’escarcelle des Valois à la fin de l’année 143721. En 1441, l’action des hommes de Charles VII s’intensifia. Évreux redevint française22 et le Roc de Granville était en grande difficulté. L’étau français se resserrait sur la Normandie. Après l’échec d’Évreux, John Talbot abandonna la place ainsi que Louviers pour se diriger vers Dieppe, cette enclave française dans le pays de Caux. Pourquoi ce choix ? Sans doute pour contrôler un port supplémentaire sur le littoral normand, qui était le débouché naturel d’une place forte que les Anglais tenaient fermement : Arques. Entre Calais, Harfleur et Cherbourg, Dieppe était un relais essentiel et la dernière enclave française dans le pays de Caux.

  • 23 BNF, ms. fr. 25776, cité par A. J. Pollard, John Talbot…, p. 90.
  • 24 La chronique de Charles VII…, vol. II, p. 36. Avant 1437, Jean Chartier pui (...)
  • 25 Histoire des règnes de Charles VII et de Louis XI par Thomas Basin, J. Quicherat (éd.), (...)
  • 26 La chronique de Charles VII…, vol. II, p. 36.

6Talbot parvint à réunir six cents hommes prélevés sur les différentes garnisons du plat pays, dont celle de Jumièges. Cette armée fut encore complétée par les soldats qui étaient venus à l’été combattre sur le continent. Il s’agissait d’une centaine d’hommes d’armes que Talbot avait retenus à son service23. Le capitaine anglais devait alors disposer d’environ quatre à cinq cents hommes, auxquels il fallait ajouter les soldats venus des garnisons normandes. L’effectif global d’un millier d’hommes ou un peu plus est peu éloigné du chiffre proposé par Jean Chartier dans la Chronique du roi Charles VII, qui évoque 1 500 combattants anglais24, il rejoint en revanche l’estimation donnée par Thomas Basin25. Une fois ses hommes réunis, Talbot partit de Caudebec et avança à marche forcée vers Arques. Le capitaine et ses hommes prirent au passage le château de Charlemesnil26, qui s’était rendu par composition.

  • 27 L’armée anglaise fait une étape supplémentaire dans un village tout près de Dieppe : Le (...)
  • 28 La chronique de Charles VII…, vol. II, p. 36.
  • 29 « grosses bombardes, canons, veuglaires, couleuvrines, arbalestres et grand (...)

7Après une halte de deux jours devant Arques, Talbot installa ses hommes face à la ville de Dieppe27. L’ambition de Talbot était d’abord de mettre le siège et d’établir plus tard un blocus sur le port. Le 30 novembre, il concentra ses hommes dans un faubourg ouvert et nullement protégé : le Pollet. Le site possédait plusieurs avantages. Il était en surplomb de la ville, du côté est, et n’était séparé de celle-ci que par le port, lequel, à marée basse, lui donnait un accès direct à la cité. C’est sur cette petite colline que Talbot fit bâtir une bastille : « sur une montagne nommée du Pollet, vers le havre, auquel lieu il fit édifier une très forte et grande bastille de bois »28. Comme lors du siège d’Orléans, les Anglais déployèrent une tour de bois percée de meurtrières et prélevèrent pour ce faire le matériau dans la forêt d’Arques. La bastille fut doublée de fossés, « le grand circuit », et armée de deux cents pièces, précise Jean Chartier dans sa chronique29. Grâce à son artillerie, il espérait réduire la ville en la pilonnant régulièrement. Talbot porta ses efforts sur la tour aux Crabes et les bâtiments civils de la cité. Face à lui se tenait le capitaine de la cité, l’éternel Charles des Marets, qui avait repris la place aux Anglais en 1435, et la conservait depuis cette date.

La stratégie des Français

  • 30 Prigent VII de Coëtivy (1399-1450), amiral de France.
  • 31 Creil, dép. Oise, cant. Creil. Le siège : 28 mai 1441-25 juin 1441.
  • 32 La Praguerie (1439-1441). Cette révolte fut menée par Charles de Bourbon, Jean II d’Ale (...)
  • 33 Beaumont-le-Roger, dép. Eure, cant. Brionne ; Saint-Denis-d’Anjou, dép. Mayenne, cant. (...)
  • 34 Louviers, dép. Eure, cant. Louviers.
  • 35 La chronique de Charles VII…, vol. II, p. 36. Il en donne plus loin une estimation : «  (...)
  • 36 La chronique d’Enguerrand de Monstrelet, vol. VI, p. 77.

8Du côté français, les ambitions étaient à la fois militaires et politiques. Sur le plan militaire, nous l’avons rapidement évoqué, les Français emmenés par plusieurs capitaines de renom menaient une guerre de harcèlement, de places prises et reprises. Rappelons brièvement les étapes de ce grignotage territorial, parfois contrarié. En mai 1441, après avoir pacifié les marches de Champagne et de Picardie, Charles VII vint à Compiègne avec tout son ost. La Hire et Xaintrailles étaient présents aux côtés de l’amiral Coëtivy30. L’armée royale se posta ensuite devant Creil dont elle fit le siège31. Là, le dauphin Louis s’illustra pour la première fois depuis l’épisode fâcheux de la Praguerie32. Après la reprise de plusieurs places en Normandie et en Anjou (Beaumont-le-Roger, Saint-Denis-d’Anjou33), les Français se portèrent au siège de Pontoise qu’ils reprirent en septembre 1441 : la porte de la Normandie dans la vallée de la Seine. Après la perte de Louviers, puis celle d’Évreux34, Talbot décida de regrouper ses forces sur un autre terrain qu’il jugeait prioritaire. Le Roc de Granville vacillait, il misa alors sur Dieppe. La situation de la ville était précaire. Son capitaine ne disposait que d’une maigre garnison. Jean Chartier écrit : « pour ce qu’il y avoit trop peu de gens dedens ladite ville pour la pouvoir garder »35. Face à la force armée déployée par Talbot, la ville lutta de toutes ses forces. On suppose toutefois que les rudes marins dieppois durent prêter main forte aux hommes de guerre. Monstrelet insiste sur la détresse des habitants : « ceulx de Dieppe qui par lonc temps, comme dict est ci-dessus, avoient esté durement oppressés et travilliés des Anglois leurs adversaires, desquelx ilz estoient asségiés par une tres forte bastille où ilz se tenoient »36.

  • 37 P. Murray Kendall, Louis XI, p. 68.

9Des Marets et ses hommes résistèrent avec la force du désespoir. Dieppe devint-elle comme le présente Paul Murray Kendall le symbole de la résistance nationale37 ? La ville en tout cas tenait depuis un mois sous le pilonnage des Anglais, lorsque Charles VII enfin se décida à lui porter secours.

Sauver Dieppe

Le renfort français

  • 38 Jean Beaufort, comte de Somerset et neveu du cardinal Henri Beaufort. En 1443, il est é (...)

10On était alors en plein hiver, Talbot devait repartir en Angleterre pour chercher secours et munitions. La retenue qu’il avait financée depuis juin arrivait à son terme. Il espérait aussi revenir avec une flotte capable de bloquer l’accès du port pour priver la ville de tout ravitaillement. Dieppe était également devenue un symbole pour les Anglais. Outre le contrôle d’un nouveau port, la victoire aurait donné à Londres un gage aux partisans de la guerre sur le continent. Du coup, la rumeur de l’arrivée d’une flotte commandée par le comte de Somerset, Jean Beaufort38, poussa, dit-on, les habitants à réclamer l’aide du roi, qui se trouvait alors à Poitiers. La chronique de Jean Chartier reprend dans le détail l’enchaînement des faits et revient sur la part qu’y prit le roi. Charles VII envoya à Dieppe les meilleurs de ses capitaines, à commencer par Dunois :

  • 39 La chronique de Charles VII…, vol. II, p. 37.

Monsieur le bastard d’Orléans, conte de Dunois, lequel estoit des plus valeureux et subtils en guerre vint audit lieu pour y donner confort et provision de gens. Il arriva la veille de Saint-Andry [le 29 novembre donc] ensuivant, ayant en sa compagnie environ huict cent à mille combatans, ledit Talbot estant cependant dans icelle bastille39.

  • 40 Artus de Longueval, seigneur de Tenelle et du Plessis, fils de Renaud de Longueval, bai (...)
  • 41 Thomas Drouin, capitaine de L’Isle-Adam.
  • 42 Védille : peut-être un homme de la compagnie de la Hire ; La chronique de C (...)

11Chartier tend à souligner que Jean de Dunois s’est porté de sa propre initiative au secours de la ville dès la fin novembre juste avant le départ de Talbot, sans évoquer la requête des Dieppois. Après ce premier repérage, Dunois repartit tout en laissant sa compagnie encadrée par trois écuyers : Artus de Longueval40, Thomas Drouin41 et un nommé Védille42.

  • 43 Le 8 novembre 1443.
  • 44 Jean de Maquerel ou Masquerel, seigneur d’Hermanville et de Boisjeuffroy.
  • 45 Guillaume (de) Peyto, chevalier, lieutenant de Rouen, proche de Talbot qui avait été ca (...)
  • 46 Ibid., p. 37.
  • 47 Parmi les différentes pièces d’artillerie anglaise, Jean Chartier distingue quatre bomb (...)
  • 48 Ibid.

12C’est à ce moment-là que Talbot quitta la place. Après la perte du Roc de Granville43, il devait convaincre le Parlement anglais et ramener de nouvelles forces. À Dieppe, la garnison qui comprenait 300 hommes, sous le commandement de Des Marets, de trois autres chevaliers normands – Jean Maquerel44, Jacquet de Grincourt, Roger de Criquetot – et d’un écuyer – Hector du Seel –, avait encore été renforcée par les hommes de Dunois (800 hommes). Soit plus d’un millier de combattants si l’on en croit Chartier. Durant tout l’hiver, les deux camps s’affrontèrent. Talbot avait donné l’ordre à ses trois lieutenants, l’un de ses propres bâtards, Guillaume Peyto45 et Guillaume de Rapelay, de poursuivre le pilonnage de la ville par l’artillerie : « Lesquelz [Anglais] estoient si forts que par chacun jour ils faisoient et livroient de grandes escarmouches et rudes assaulx devant ladite ville »46. Les Anglais ne se contentèrent pas de faire tirer leurs bombardes47, ils firent aussi des sorties parfois meurtrières. Chartier rappelle la résistance des Français « qui moult vaillamment repoussoient iceulx Angloys ; et tellement que souvent en y avoit des leurs de tuez et prins, et semblablement aussi du costé des François »48. Les nouveaux renforts ne vinrent qu’à la fin de l’hiver :

  • 49 Ibid., p. 38.

Et depuis, ou moys de mars, le roy y envoya de surcroit ung escuyer de Bretagne nommé Theodoual-le-Bourgeois, lequel fit son lieutenant general sur tous les gens de guerre estans en icelle ville, et amena avec luy Guillaume de Ricarville, pannetier du roy, accompaigné de quatre-vingt à cent combatans ou environ pour plus renforcer ceulx de ladite ville49.

  • 50 Ibid.
  • 51 Les chroniques du roi Charles VII par Gilles le Bouvier dit le Héraut Berry, (...)

13À ce moment, l’écuyer breton, Tegdoual, reprit effectivement le commandement de la garnison et Charles VII dépêcha cent lances, confiées à Guillaume de Ricarville, un gentilhomme du pays de Caux. Les chiffres avancés par Chartier sont, une nouvelle fois, cohérents. Cet état de siège se poursuivit jusqu’en août : « lesquels [Français] y faisoient tousjours et vaillamment à la garde d’icelle pour le roi »50. Gilles le Bouvier, roi d’armes de Charles VII, est aussi de l’expédition. On lui doit des détails précis sur l’épisode51.

  • 52 De juin à décembre 1442 : Histoire de Charles VII, roi de France…, p. 439.

14Tout cela est extrêmement long et laborieux. Ce n’est donc qu’au milieu de l’été que se joua le dernier acte de l’épisode, et qu’intervint le dauphin Louis, secondé par Dunois. Faut-il accréditer la version qui prétend que le royaume suppliait Charles VII d’intervenir pour sauver Dieppe ? Le roi était suffisamment informé de la situation par ses différents relais, comme il était suffisamment conscient de l’enjeu pour prendre cette décision sans pression extérieure. Dunois, ne l’oublions pas, l’avait rejoint entre-temps dans le Poitou, le roi connaissait donc de manière circonstanciée la menace qui pesait sur le port français. Mais le roi était engagé en Guyenne et en Armagnac sur d’autres terrains d’opération, avec le Dauphin52.

  • 53 Une taille fut levée à cet effet : P. Champion, Louis XI, t. I, p. 143.
  • 54 Histoire des règnes de Charles VII…, t. I, p. 287.
  • 55 La chronique d’Enguerrand de Monstrelet, vol. VI, p. 77.
  • 56 La chronique de Charles VII…, vol. II, p. 38.
  • 57 Histoire des règnes de Charles VII…, t. I, p. 287.
  • 58 P. Murray Kendall, Louis XI, p. 68.
  • 59 Les chroniques du roi Charles VII par Gilles le Bouvier…, p. 262.

15Il fallut lever les dernières contraintes matérielles et réunir des hommes pour se lancer dans une nouvelle expédition, cette fois, au nord du royaume53. Thomas Basin, rapportant le contexte, simplifie les choses : « Quand en effet, les Français virent que cette bastille, qui assiégeait Dieppe depuis fort longtemps et qui à la vérité était trop forte, n’avait pour garnison qu’un petit nombre d’Anglais, la médiocrité de la défense leur donna courage et ils s’enhardirent à l’attaquer »54. On ne s’attendait pas à ce que Basin salue la témérité des Français. Tous les chroniqueurs en revanche s’accordent pour reconnaître que Charles VII prit personnellement les choses en main. Monstrelet rappelle que « le roy de France ordonna à son filz le Daulphin d’aller souscourir ceulx de Dieppe »55. Soulignant le rôle du dauphin Louis dans cette entreprise, Chartier déclare : « auquel Daulphin, avoit le roi baillé charge de venir secourir cette ville de Dieppe, ce qu’il fit et entreprit tres voulentiers »56. Basin montre la décision du roi comme la volonté d’aguerrir le Dauphin : « l’occasion de se mieux exercer aux choses de la guerre, le roi Charles voulut qu’il eut la conduite de cette affaire »57. En fait, le Dauphin a déjà plusieurs expériences en la matière (et de la guerre de siège en particulier : Compiègne en 1441, Tartas en 1442)58. Toujours est-il qu’il lui accorde sa confiance en le nommant lieutenant-général des pays entre Seine et Somme. C’est ce que rapporte le Héraut Berry59.

  • 60 La chronique de Charles VII…, vol. II, p. 38.
  • 61 Histoire des règnes de Charles VII…, t. I, p. 287.
  • 62 La chronique de Charles VII…, vol. II, p. 38.
  • 63 La chronique d’Enguerrand de Monstrelet, vol. VI, p. 77.

16De cette manière, le Dauphin se trouve aussi dans l’obligation de témoigner ou d’accumuler les preuves de son obéissance au roi après la Praguerie et, sans doute aussi, de gagner dans l’entreprise une certaine légitimité. Chartier lui accorde l’initiative exclusive de l’engagement : « desirant de tout cœur les enchasser et destruire, et sur eux acquérir le renom de prouesse et vaillance »60. Il s’agit bien d’une démarche de réhabilitation. Dans cette tentative, le dauphin Louis n’est pas seul. Dunois accompagne, ou prend la direction objective des opérations. Les témoins sont ambigus sur ce point. Basin introduit la nuance : « sous la direction cependant de Jean, conte de Dunois »61. Tandis que Chartier n’accorde aucune charge de commandement au bâtard d’Orléans62, Monstrelet, sans surprise, le relègue au second plan, avec tous les autres capitaines : « et estoient en sa compaignie le conte de Dunois, le seigneur de Gaucourt, le seigneur de Betisac, le seigneur de Pressigni, et moult d’autres capitaines en grand nombre »63.

  • 64 Olivier de Coëtivy, seigneur de Taillebourg, chevalier, conseiller et chambellan du roi (...)
  • 65 Dép. Oise, cant. Compiègne.
  • 66 Paris, Arch. nat., X2a 24 (14 août 1444), cité par P. Champion, Guillaume d (...)
  • 67 Louis de Luxembourg (1418-1475), comte de Saint-Pol, fils de Pierre Ier de Luxembourg, (...)
  • 68 V. Toureille, Robert de Sarrebrück ou l’honneur d’un écorcheur (1400-1462), Rennes, Pre (...)

17C’est encore sous la plume de Jean Chartier que l’on trouve les modalités du rassemblement des troupes royales. Le Dauphin, accompagné de Dunois et du frère de l’amiral64, partit de Poitiers après le 1er juillet. Laissant Paris derrière lui (après une halte le 20 du même mois), Louis fit étape à Compiègne65 le 24 juillet (il y rencontra Guillaume de Flavy, qui lui avança 6 000 écus pour l’expédition66). S’il a, pour reprendre l’expression de Chartier, fait en chemin « assemblée et amas de gens d’armes », c’est là qu’il reçoit les renforts du Beauvaisis, du Santerre, du Vermandois (peut-être du pays de Caux) et au-delà des marches de Champagne et de Lorraine. Parmi tous ceux que cite longuement Monstrelet, on distingue la venue de Louis de Luxembourg, comte de Saint-Pol « grandement accompaignié de plusieurs seigneurs et gentilz hommes »67 ; mais aussi les frères de Guillaume de Flavy (Charles et Regnault qui avaient déjà combattu aux côtés du Dauphin à Compiègne), Robert de Sarrebrück et son neveu Jean de Hangest68.

  • 69 Histoire des règnes de Charles VII…, t. I, p. 287.
  • 70 La chronique de Charles VII…, vol. II, p. 39.
  • 71 Les chroniques du roi Charles VII par Gilles le Bouvier…, p. 263.
  • 72 Dép. Somme, cant. Abbeville.
  • 73 Dép. Seine-Maritime, ch.-l. cant.
  • 74 Les chroniques du roi Charles VII par Gilles le Bouvier…, p. 262, n. 2 ; Lettres du Dau (...)

18Ces différents seigneurs ont emmené avec eux leurs hommes d’armes, mais aussi pour certains munitions et artillerie. Si l’on en croit Basin, l’armée du Dauphin paraît maigre pourtant : « arrivant du Beauvaisis et de l’Amiénois avec une assez mince troupe de cavaliers et de gens de pieds, car le pays abandonné par ses habitants n’en pouvait nourrir qu’un petit nombre »69. Chartier donne le chiffre de 1 600 combattants70, Gilles le Bouvier avance le chiffre de 3 00071. L’ost se dirigea ensuite vers Amiens (le 5 août), puis Abbeville72. Et de là tira jusqu’à la ville d’Eu73 qui lui ouvrit la voie vers Dieppe. Un compte évoque l’expédition du Dauphin : « que par l’ordonnance du Roy, il faisoit lors partant de la ville de Poitiers, en l’Ysles de France, pour la provision de Dieppe et autres affaires du roy »74. La troupe est d’ailleurs suffisamment nombreuse pour que le gîte y soit compliqué à organiser. Une partie des hommes fut logée dans les faubourgs.

La victoire du dauphin Louis

L’assaut

  • 75 La chronique d’Enguerrand de Monstrelet, vol. VI, p. 78.
  • 76 BNF, ms. fr. 2691, fol. 131 (XVe siècle).
  • 77 Dans les Vigiles de Charles VII de Martial d’Auvergne, la représentation du siège de (...)

19Le 10 août, après avoir été sommés de se rendre, les Anglais déclarèrent « qu’ils se deffenderoient jusque a la mort », Monstrelet écrit « sur laquelle responce le Daulphin mist son conseil ensamble pour sçavoir qu’il en estoit bon de faire. Et en fin duquel conseil fut conclud qu’on les assauldroit dedens briefz jours, après ce qu’on auroit préparé ses engiens et habillements de guerre pour faire ledit assault »75. Le Dauphin envoya 500 ou 600 soldats (300 selon Chartier) bivouaquer devant la bastille des Anglais, bloquant tout mouvement. En quelques jours le Dauphin fit construire à l’aide de charpentiers de marine des ponts de bois roulants munis de crochets pour assurer une emprise au sol. L’enluminure qui accompagne la Chronique de Jean Chartier76 représente de manière précise ces engins de siège (fig. 1). Elle est, sans doute, assez proche de la réalité pour nous donner une idée de la construction de cette bastille de bois percée de meurtrières. De la même manière, elle montre un homme d’armes portant un pennon aux couleurs du Dauphin sur l’un des ponts, à l’assaut de la bastille, inscrivant sans ambiguïté dans l’image son rôle de chef militaire (fig. 2)77.

Fig. 1 – Le siège de Dieppe (BNF, ms. fr. 2691, Jean Chartier, Chroniques du règne de Charles VII, fol. 131).

Fig. 1 – Le siège de Dieppe (BNF,                 ms. fr. 2691, Jean Chartier, Chroniques du règne de Charles VII,                 fol. 131).

Fig. 2 – Le siège de Dieppe (BNF, ms. fr. 5054, Martial dit d’Auvergne, Vigiles de Charles VII, fol. 124 vo).

Fig. 2 – Le siège de Dieppe (BNF,                 ms. fr. 5054, Martial dit d’Auvergne, Vigiles de Charles VII,                 fol. 124 vo).
  • 78 La chronique d’Enguerrand de Monstrelet, vol. VI, p. 79.

20L’assaut fut fixé au 14 août, le plaçant ainsi sous les auspices de la Vierge Marie, pour laquelle, nous le verrons, le Dauphin vouait une dévotion toute particulière. À dix heures du matin, raconte Monstrelet, le Dauphin fit servir plusieurs queues de vin à ses hommes78. Une pratique courante, mais que soulignent rarement les chroniqueurs.

  • 79 Basilique Notre-Dame de Cléry (Loiret), où repose la dépouille de Louis (...)
  • 80 Chronique de Charles VII, t. II, p. 41.
  • 81 Journal d’un Bourgeois de Paris, p. 368.
  • 82 Chronique de Charles VII, t. II, p. 42 ; La chronique d’Enguerrand de M (...)
  • 83 Les chroniques du roi Charles VII par Gilles le Bouvier…, p. 263, voir Chartier (...)
  • 84 Ibid.

21C’est aussi le moment du vœu à la Vierge, qui peut-être relève de la construction de la geste de Louis XI. Le Dauphin aurait alors promis en cas de victoire la reconstruction de Notre-Dame de Cléry79. Le Dauphin fit alors sonner l’assaut et jeter six ponts de bois sur les fossés qui entouraient la bastille. Louis emmena ses hommes à pied, refusant d’utiliser l’artillerie. Les Anglais répondirent par des jets de pierre et de flèches du haut de leur palissade. La défense fut si rude que les Français abandonnèrent à midi. Face au découragement de ses hommes, et par une folle témérité, Louis s’empara d’une échelle et monta à son tour à l’assaut de la bastille. La bannière aux armes du Dauphin. Les hommes qui l’entouraient s’élancèrent à leur tour. L’attaque reprit alors sur tous les ponts avec une ardeur renouvelée. Les assiégeants se laissèrent bientôt déborder par cette vague de fureur. La tradition rapporte que pendant l’assaut le clergé et les habitants de la ville firent une procession pour demander à la Vierge son intercession. Les cloches qui sonnaient à toute volée dans la cité inquiétèrent les Anglais qui crurent à l’arrivée des renforts. Cet événement aurait contribué à anéantir les derniers efforts de résistance. Les marins se portèrent aussi à l’assaut, armés d’arbalètes (fig. 3)80. « Là furent mors grant foison d’Angloys et de bons marchans », rappelle le Bourgeois de Paris81. 300 Anglais furent passés au fil de l’épée si l’on en croit Monstrelet et Chartier82. Détail important que note Basin, les marchands normands présents dans la bastille pour ravitailler l’armée anglaise ne reçurent aucune pitié de la part du Dauphin. Le Héraut Berry précise encore que ces 60 hommes « de la langue de France »83 furent noyés, peine ignoble au sens propre du terme ; alors que Chartier les voue à la corde84. Les Français firent également 200 prisonniers anglais dont le bâtard de Talbot et Guillaume Peyto.

Fig. 3 – L’apport de l’artillerie (BNF, ms. fr. 5054, Martial dit d’Auvergne, Vigiles de Charles VII, fol. 101).

Fig. 3 – L’apport de l’artillerie                 (BNF, ms. fr. 5054, Martial dit d’Auvergne, Vigiles de Charles VII,                 fol. 101).

La libération de la ville et ses conséquences

  • 85 Ibid., p. 42.

22Le Dauphin fit démolir la bastille et transporta l’artillerie anglaise dans la ville. Il dédommagea, déclare Chartier, les habitants de la cité. Plus qu’un dédommagement, il fit acheminer de Bretagne (par l’intermédiaire de Guillaume de Coëtivy, frère de l’amiral) des navires chargés de vivres pour ravitailler à la fois ses troupes et les habitants de Dieppe85. Au seuil de la bataille, et dans la tradition, le Dauphin adouba un certain nombre d’hommes d’armes : Antoine de Bournonville, Louis de Luxembourg, Hector d’Estouteville, Charles et Regnault de Flavy entre autres. Louis se rendit enfin en pénitent, nus pieds, pour ses dévotions dans l’église Saint-Jacques de Dieppe et remercier Dieu de lui avoir permis de triompher.

  • 86 Le mariage entre Henri VI et Marguerite d’Anjou devait alors avoir lieu en (...)

23À plus d’un titre, cet épisode militaire marque un retournement. Il se présente d’une certaine manière comme la chronique d’une fin annoncée. L’échec devant Dieppe ruina les espoirs de Talbot, qui était le seul finalement à animer avec une telle rage la lutte contre les Français, en se battant sur tous les fronts. Les rôles commençaient à s’inverser. La guerre anglaise demeurait au fond, depuis Orléans, en dépit de quelques victoires, une guerre défensive. La reprise de Dieppe aurait permis au capitaine d’obtenir du Parlement anglais le soutien indispensable à la poursuite de la guerre. Le sort des armes en décida autrement. Depuis un certain temps déjà, il était apparent que l’Angleterre n’avait plus les moyens de financer cette « pacification ». Les bellicistes, dont le duc de Gloucester était le porte-parole, se trouvaient désormais en position de minorité. La défaite de Dieppe, cumulée aux difficultés qui s’amoncelaient au Sud, incita Henri VI à changer de stratégie. Dès février 1444, il délivrait les pleins pouvoirs à ses ambassadeurs pour traiter de la paix sur le continent. Les négociations diplomatiques étaient accompagnées d’une promesse d’alliance matrimoniale. William de la Pole, comte de Suffolk, vint demander pour le jeune roi la main de la fille du roi René, Marguerite d’Anjou86. Le 28 mai 1444, une suspension de guerre fut signée pour deux ans à Tours. Cette trêve importante était la première depuis le traité de Troyes. Aussi peut-on dire que l’épisode de Dieppe, à son niveau, contribua à modifier les orientations de la diplomatie outre-Manche. Les offensives furent suspendues jusqu’à l’attaque anglaise de Fougères, et la reprise de Verneuil en 1449 qui ouvrit l’avant-dernière page de cette guerre de Cent Ans avec ce que l’on nomme généralement « le recouvrement de la Normandie ».

***

  • 87 Histoire des règnes de Charles VII…, t. I, p. 289.

24Au-delà des aspects militaire et diplomatique, la bataille de Dieppe eut des conséquences individuelles et politiques. Elle accréditait le rôle de chef militaire désormais incontestable du Dauphin : « l’heureux début du Dauphin dans la carrière des armes »87, écrit Thomas Basin, et sa complète réhabilitation. Dieppe était devenue un épisode emblématique du règne de Louis XI. À tel point que lors de son entrée officielle à Paris en 1461, il fit jouer le Mystère de la bataille de Dieppe. La ville commémora aussi le fait devenu événement par l’instauration le 15 août d’une procession et de célébrations : les Mitouries.

  • 88 J. Paviot, La politique navale…, p. 154.
  • 89 Lettres datées du 26 septembre 1463 : Ordonnances des Rois de France de la (...)

25Louis XI ne cessa d’accorder à Dieppe une position privilégiée dans sa politique. Dieppe qui n’avait jamais renoncé à son activité de course obtint en mars 1445 du roi l’abolition générale des méfaits commis contre les Flamands, alliés des Anglais, et réclama une indemnité de 3 000 saluts d’or pour suspendre la course88. En 1463, Louis XI concéda à la ville de Dieppe l’autorisation de lever des aides pour subvenir aux dépenses de fortifications89.

  • 90 V. Toureille, Robert de Sarrebrück…, p. 140 et suiv.

26Un pan d’ombre tout de même dans la réunion de ces plus glorieux capitaines vient obscurcir la victoire. Le départ de Dieppe et la démobilisation des troupes du Dauphin entraînèrent excès et pillages sur les terres du duc de Bourgogne, en particulier en Artois. L’année suivante, le dauphin Louis devait justement prendre la tête de l’expédition qui conduisit une partie de ces mêmes capitaines français (les écorcheurs dont on vient d’évoquer les désordres) dans ce que l’on nomme l’expédition d’Allemagne90. L’expédition en Lorraine contre Metz fut décidée au moment où la trêve de Tours était signée.

  • 91 Histoire des règnes de Charles VII…, t. I, p. 289.

27Enfin, Dieppe, à une autre échelle, c’est aussi l’honneur de Jean de Dunois exalté sous la plume de nombreux chroniqueurs, y compris celle de Thomas Basin, lequel encense le personnage pour « sa sagesse, son expérience et sa vaillance, [qui] réussit là magnifiquement, comme en beaucoup d’autres occasions »91. Un nouveau fait d’armes qui conforta la glorieuse renommée du bâtard d’Orléans.

Notes

1 Entre autres : La chronique d’Enguerrand de Monstrelet, L. Douët-d’Arcq (éd.), Paris, Société de l’histoire de France, 1857-1862, 6 vol. ; La chronique de Charles VII par Jean Chartier, A. Vallet de Viriville (éd.), Paris, P. Janet, 1858, 3 vol.

2 Arques-la-Bataille, dép. Seine-Maritime, cant. Dieppe ; A. Deville, Notice sur le château d’Arques, Rouen, A. Péron, 1866.

3 L. Vitet, Histoire de Dieppe, Paris, C. Gosselin, 1844, p. 22 ; voir également A. Boudier, Dieppe et sa région à travers les âges, Caen, Bigot, 1935.

4 L. Guérin, Histoire maritime de la France, contenant l’histoire des provinces et villes maritimes, Paris, Dufour et Mulat, 1851, 6 vol., ici vol. II, p. 90-96.

5 L. Vitet, Histoire de Dieppe, p. 30-31.

6 La tour aux Crabes (ibid.).

7 C. Allmand, Lancastrian Normandy (1415-1450). The History of a Medieval Occupation, Oxford, Clarendon Press, 1983, p. 9.

8 Dép. Eure, cant. Verneuil.

9 Bayeux, dép. Calvados, cant. Bayeux ; Avranches, dép. Manche, cant. Avranches ; Vire, dép. Calvados, cant. Vire ; Mortain, dép. Manche, cant. Mortainais.

10 Dép. Manche, cant. Carentan.

11 Journal d’un Bourgeois de Paris, A. Tuetey (éd.), Paris, H. Champion, 1881, p. 310. Sur le siège de Dieppe, voir également : G. Dufresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, Paris, Picard, 1885, t. III, p. 25-26 ; P. Champion, Louis XI, t. I : Le Dauphin, Paris, E. Champion, 1927, p. 143-147 ; A. Vallet de Viriville, Histoire de Charles VII, roi de France et de son époque (1403-1461), Paris, Renouard, 1863, t. II, p. 339-340, l’auteur renvoie à deux manuscrits : BNF, Fontanieu, mss. 117 et 119 ; C. Allmand, Lancastrian Normandy…, p. 40.

12 Jean III de Rieux, baron d’Ancenis.

13 Eu et Aumale sont repris par les Français, ainsi que Louviers en 1440. Évreux tombe grâce aux efforts de Robert de Floques en 1441 ; en novembre 1442, le Roc de Granville, face au Mont Saint-Michel, tombe grâce à Louis d’Estouteville.

14 J. Paviot, La politique navale des ducs de Bourgogne (1384-1482), Lille, Presses universitaires de Lille, 1995, p. 153.

15 L’armée du duc d’York reprit Fécamp, occupa Lillebonne et détruisit un certain nombre de châteaux secondaires : A. J. Pollard, John Talbot and the War in France (1427-1453), Londres, Royal Historical Society, 1983, rééd. Barnsley, Pen & Sword Military, 2005, p. 45.

16 Le troisième soulèvement eut lieu dans la région de Vire en 1436 : R. Jouet, La résistance à l’occupation anglaise en Basse-Normandie (1418-1450), Caen, Annales de Normandie (Cahier des Annales de Normandie ; 5), 1969, p. 127 et suiv. ; F. Neveux, La Normandie pendant la guerre de Cent Ans (XIVe-XVe siècle), Rennes, Éditions Ouest-France, 2008, p. 335 ; V. Toureille, Azincourt. Histoire d’une étrange défaite, Paris, Albin Michel, 2015, p. 166.

17 C. Allmand, Lancastrian Normandy…, p. 42.

18 A. J. Pollard, John Talbot…, p. 44.

19 À l’exemple de Pontoise reprise par les Français en février 1436, avant d’être reprise par les Anglais en juin 1437 par Talbot.

20 Dép. Somme, cant. Rue.

21 BNF, ms. fr. 26063, cité par C. Allmand, Lancastrian Normandy…, p. 42.

22 La chronique de Charles VII…, vol. II, p. 32 ; A. Plaisse, Un chef de guerre du XVe siècle. Robert de Floques, bailli royal d’Évreux, Évreux, Société libre de l’Eure, 1984, p. 114-115.

23 BNF, ms. fr. 25776, cité par A. J. Pollard, John Talbot…, p. 90.

24 La chronique de Charles VII…, vol. II, p. 36. Avant 1437, Jean Chartier puise dans les récits du Héraut Berry, ou de La chronique de la Pucelle ou Chronique de Cousinot, suivie de la chronique normande de P. Cochon relative aux règnes de Charles VI et Charles VII, A. Vallet de Viriville (éd.), Paris, Société de l’histoire de France, 1859.

25 Histoire des règnes de Charles VII et de Louis XI par Thomas Basin, J. Quicherat (éd.), Paris, Société de l’histoire de France, 1855-1859, 4 vol., ici t. I, p. 287.

26 La chronique de Charles VII…, vol. II, p. 36.

27 L’armée anglaise fait une étape supplémentaire dans un village tout près de Dieppe : Le Pont-de-Puys (ibid.). Voir également Histoire des règnes de Charles VII…, t. I, p. 285.

28 La chronique de Charles VII…, vol. II, p. 36.

29 « grosses bombardes, canons, veuglaires, couleuvrines, arbalestres et grand foison d’autre artillerie, jusques au nombre de deux cent canons, que petits que grands ». Le terme d’artillerie ici employé par Chartier s’entend donc de la manière la plus large qui soit (ibid.).

30 Prigent VII de Coëtivy (1399-1450), amiral de France.

31 Creil, dép. Oise, cant. Creil. Le siège : 28 mai 1441-25 juin 1441.

32 La Praguerie (1439-1441). Cette révolte fut menée par Charles de Bourbon, Jean II d’Alençon, René d’Anjou, Jean V de Bretagne, Dunois, Georges de la Trémoille et le dauphin Louis. Le Dauphin s’était déjà distingué sur le plan politique, lorsqu’il avait réussi à dénouer le conflit qui obérait le comté de Toulouse : P. Murray Kendall, Louis XI, Paris, Fayard (Livre de Poche), 1971, p. 60 ; P. Champion, Louis XI, t. I, p. 143.

33 Beaumont-le-Roger, dép. Eure, cant. Brionne ; Saint-Denis-d’Anjou, dép. Mayenne, cant. Azé.

34 Louviers, dép. Eure, cant. Louviers.

35 La chronique de Charles VII…, vol. II, p. 36. Il en donne plus loin une estimation : « trois cents combattants » (ibid.).

36 La chronique d’Enguerrand de Monstrelet, vol. VI, p. 77.

37 P. Murray Kendall, Louis XI, p. 68.

38 Jean Beaufort, comte de Somerset et neveu du cardinal Henri Beaufort. En 1443, il est élevé au rang de duc et reçoit le titre de capitaine général de l’Aquitaine.

39 La chronique de Charles VII…, vol. II, p. 37.

40 Artus de Longueval, seigneur de Tenelle et du Plessis, fils de Renaud de Longueval, bailli d’Amiens et chambellan de Charles VII.

41 Thomas Drouin, capitaine de L’Isle-Adam.

42 Védille : peut-être un homme de la compagnie de la Hire ; La chronique de Charles VII…, vol. II, p. 38.

43 Le 8 novembre 1443.

44 Jean de Maquerel ou Masquerel, seigneur d’Hermanville et de Boisjeuffroy.

45 Guillaume (de) Peyto, chevalier, lieutenant de Rouen, proche de Talbot qui avait été capitaine du château de Rouen. Il est capitaine de Creil lors du siège mené par le roi entre mai et juin 1441. Jean Chartier le nomme tantôt Guillaume de Pato, tantôt Guillaume de Poto : La chronique de Charles VII…, vol. II, p. 17.

46 Ibid., p. 37.

47 Parmi les différentes pièces d’artillerie anglaise, Jean Chartier distingue quatre bombardes (ibid.).

48 Ibid.

49 Ibid., p. 38.

50 Ibid.

51 Les chroniques du roi Charles VII par Gilles le Bouvier dit le Héraut Berry, H. Courteault et L. Celier (éd.), Paris, Société de l’histoire de France, 1979, p. 262-263.

52 De juin à décembre 1442 : Histoire de Charles VII, roi de France…, p. 439.

53 Une taille fut levée à cet effet : P. Champion, Louis XI, t. I, p. 143.

54 Histoire des règnes de Charles VII…, t. I, p. 287.

55 La chronique d’Enguerrand de Monstrelet, vol. VI, p. 77.

56 La chronique de Charles VII…, vol. II, p. 38.

57 Histoire des règnes de Charles VII…, t. I, p. 287.

58 P. Murray Kendall, Louis XI, p. 68.

59 Les chroniques du roi Charles VII par Gilles le Bouvier…, p. 262.

60 La chronique de Charles VII…, vol. II, p. 38.

61 Histoire des règnes de Charles VII…, t. I, p. 287.

62 La chronique de Charles VII…, vol. II, p. 38.

63 La chronique d’Enguerrand de Monstrelet, vol. VI, p. 77.

64 Olivier de Coëtivy, seigneur de Taillebourg, chevalier, conseiller et chambellan du roi : voir P. Anselme, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, des pairs, des grands officiers de la couronne, Paris, Compagnie des libraires, 1733, p. 845.

65 Dép. Oise, cant. Compiègne.

66 Paris, Arch. nat., X2a 24 (14 août 1444), cité par P. Champion, Guillaume de Flavy, capitaine de Compiègne, Paris, E. Champion, 1906, p. 89.

67 Louis de Luxembourg (1418-1475), comte de Saint-Pol, fils de Pierre Ier de Luxembourg, comte de Saint-Pol, de Brienne et de Ligny.

68 V. Toureille, Robert de Sarrebrück ou l’honneur d’un écorcheur (1400-1462), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, p. 139.

69 Histoire des règnes de Charles VII…, t. I, p. 287.

70 La chronique de Charles VII…, vol. II, p. 39.

71 Les chroniques du roi Charles VII par Gilles le Bouvier…, p. 263.

72 Dép. Somme, cant. Abbeville.

73 Dép. Seine-Maritime, ch.-l. cant.

74 Les chroniques du roi Charles VII par Gilles le Bouvier…, p. 262, n. 2 ; Lettres du Dauphin publiées d’après les originaux pour la Société de l’histoire de France, Paris, Renouard, 1883, p. 188.

75 La chronique d’Enguerrand de Monstrelet, vol. VI, p. 78.

76 BNF, ms. fr. 2691, fol. 131 (XVe siècle).

77 Dans les Vigiles de Charles VII de Martial d’Auvergne, la représentation du siège de Dieppe est semblable, à quelques traits près, à toutes les autres figurations de siège et n’apporte aucune information particulière : ibid., ms. fr. 5054, fol. 124 vo (XVe siècle).

78 La chronique d’Enguerrand de Monstrelet, vol. VI, p. 79.

79 Basilique Notre-Dame de Cléry (Loiret), où repose la dépouille de Louis XI.

80 Chronique de Charles VII, t. II, p. 41.

81 Journal d’un Bourgeois de Paris, p. 368.

82 Chronique de Charles VII, t. II, p. 42 ; La chronique d’Enguerrand de Monstrelet, vol. VI, p. 79.

83 Les chroniques du roi Charles VII par Gilles le Bouvier…, p. 263, voir Chartier également : Chronique de Charles VII, t. II, p. 41.

84 Ibid.

85 Ibid., p. 42.

86 Le mariage entre Henri VI et Marguerite d’Anjou devait alors avoir lieu en mai 1444.

87 Histoire des règnes de Charles VII…, t. I, p. 289.

88 J. Paviot, La politique navale…, p. 154.

89 Lettres datées du 26 septembre 1463 : Ordonnances des Rois de France de la troisième race, Paris, Imprimerie nationale, 1820, vol. XVII, p. 77-78.

90 V. Toureille, Robert de Sarrebrück…, p. 140 et suiv.

91 Histoire des règnes de Charles VII…, t. I, p. 289.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le siège de Dieppe (BNF, ms. fr. 2691, Jean Chartier, Chroniques du règne de Charles VII, fol. 131).
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/11892/img-1.png
Fichier image/png, 144k
Titre Fig. 2 – Le siège de Dieppe (BNF, ms. fr. 5054, Martial dit d’Auvergne, Vigiles de Charles VII, fol. 124 vo).
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/11892/img-2.png
Fichier image/png, 188k
Titre Fig. 3 – L’apport de l’artillerie (BNF, ms. fr. 5054, Martial dit d’Auvergne, Vigiles de Charles VII, fol. 101).
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/11892/img-3.png
Fichier image/png, 37k

Auteur

Université de Cergy-Pontoise (Paris-Seine)

Valérie Toureille est professeur d’histoire du Moyen Âge à l’université de Cergy-Pontoise (Paris-Seine). Ses dernières publications sont : Robert de Sarrebrück ou l’honneur d’un écorcheur (1400-1462) (Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014) et Azincourt. Histoire d’une étrange défaite (Paris, Albin Michel, 2015).

© Presses universitaires de Caen, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search