Version classiqueVersion mobile

La guerre en Normandie (XIe-XVe siècle)

 | 
Anne Curry
, 
Véronique Gazeau

Ravitaillement, communications et financement de la garnison du Mont Saint-Michel (1417-1450)

David Fiasson

Résumé

Au XIXe siècle, les historiens français se sont penchés sur la résistance du Mont Saint-Michel à l’occupation anglaise ; leurs travaux l’envisageaient comme un exploit isolé, arraché par de loyaux Français à l’écart du royaume de Bourges. La vaillance des défenseurs, les avantages exceptionnels d’une place fortifiée par l’art et par la nature, le soutien des Malouins expliquaient seuls l’heureuse issue. Cette contribution a pour objectif de souligner, à l’inverse, l’importance des liens entre la place et les territoires tenus par Charles VII. L’existence de flux ininterrompus de vivres, d’argent et de renseignements permet de souligner la capacité du parti du Dauphin à intervenir dans la France du Nord, bien avant la reconquête, à l’instar des coups portés aux intérêts anglais en Lorraine par Robert de Baudricourt et Robert de Sarrebrück.

Texte intégral

  • 1 On trouvera de cette vision l’expression la plus emblématique et la mieux informée dans S. Luce, «  (...)

1Ici n’est pas le lieu de faire la chronique de la résistance du Mont Saint-Michel : nous allons nous pencher sur les conditions matérielles qui permirent à la place, dernier bastion de Charles VII dans la Normandie anglaise, d’entretenir sa garnison en vivres, en hommes et en argent. Il ne s’agira pas seulement de montrer que le Mont était tributaire d’échanges avec l’extérieur pour résister aux Anglais, c’est là une évidence, mais de souligner les initiatives importantes du gouvernement de Bourges pour soutenir la place. On s’efforcera de montrer ainsi la capacité du parti du Dauphin à intervenir en Normandie, bien avant la reconquête, à rebours de l’image traditionnelle de Charles VII en monarque pusillanime et d’une garnison livrée à elle-même1.

  • 2 Sur ce personnage et le débat concernant la date et les motifs de son ralliement, nous nous permett (...)

2Pour la clarté de l’exposé, je vais d’abord proposer un résumé rapide de la situation du Mont entre 1417 et 1450. « L’abbaye, ville et forteresse » du Mont Saint-Michel fut la seule place du duché à résister continûment à l’occupation anglaise, quoique Robert Jolivet, abbé-capitaine de la place, eût opté pour le parti anglo-bourguignon au printemps 14202. N’ayant pu convaincre ses moines ni sa garnison de passer avec lui au parti adverse, il quitta la place ; lui succédèrent des capitaines laïcs imposés par Charles VII, jeunes hommes d’armes d’envergure dont le choix trahit l’importance stratégique de la place : le comte d’Aumale (1420-1424), capitaine général pour le Dauphin en Normandie, le bâtard d’Orléans (1424-1425), futur comte de Dunois et célèbre compagnon de Jeanne d’Arc, enfin Louis d’Estouteville (1426-1460), filleul de Louis d’Orléans et fils d’un grand seigneur armagnac emprisonné en Angleterre depuis la reddition d’Harfleur en 1415.

  • 3 La Chronique du Mont suggère que les Anglais ne construisirent une bastille à Tombelaine qu’en 1423 (...)

3Sous leur commandement, la garnison opérait des sorties et portait des coups contre les intérêts anglais dans le duché. Protégé par ses célèbres marées, le site disposait de trois voies d’accès, l’une maritime, les deux autres terrestres, difficiles à bloquer toutes. La voie de terre principale conduisait au Mont par le nord, via l’îlot de Tombelaine, dominé par une bastille anglaise entre 14203 et 1450 : l’accès en fut dès lors contrôlé par les Anglais. Une voie jusqu’alors secondaire, par le sud, prit en conséquence une importance majeure : à marée haute, nulle terre ferme n’y surnageait entre le Mont et le rivage, où l’on pût placer une bastille aussi efficace que celle de Tombelaine. Ne pouvant bloquer cet accès aussi étroitement qu’ils contrôlaient l’accès nord, les Anglais n’y placèrent épisodiquement de bastille qu’à Ardevon, sur la terre ferme. Cette bastille, trop lointaine pour être réellement efficace, ne pouvait entièrement verrouiller l’accès au Mont à marée basse. Bien sûr, à marée haute s’ouvrait une voie maritime, vers les ports bretons et notamment Saint-Malo. Le blocus anglais était donc loin d’être hermétique.

4L’idée d’assiéger étroitement ou de prendre le Mont d’assaut rebuta longtemps les Anglais, à juste titre : la place était puissamment fortifiée et l’artillerie, indispensable pour y percer une brèche, ne pouvait être déployée sur des grèves mouvantes, ponctuellement découvertes par la marée, sans un tour de force logistique extrêmement incertain. Il n’y eut que deux tentatives : un infructueux siège de terre et de mer au printemps 1425, et un assaut désastreux le 17 juin 1434. Ainsi, durant trente-trois ans, la garnison du Mont tint-elle avec succès « frontière contre les Anglois ». Nous allons essayer de voir comment, pour déjouer si bien les pièges d’un blocus aussi long, la place était rafraîchie en vivres, en hommes et en argent.

À boire et à manger : ravitailler une place à travers un blocus

Les ressources en eau

  • 4 Charte éditée par D. Bruna, « Enseignes de plomb et autres souvenirs de saint Michel », in Culto e (...)

5Cerné par la mer à marée haute, le Mont était mal fourni en eau douce. En 1394, les habitants de la ville s’étaient fait exempter des aides par Charles VI, arguant du coût de la vie sur place, et en particulier, de la nécessité (bien moderne !) de payer l’eau consommée4. Le débit de la fontaine Saint-Aubert, au pied de la Merveille, était donc certainement trop faible pour soutenir un siège.

  • 5 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 87, no 1.
  • 6 « Traité pour la défense du Mont Saint-Michel en 1440 (sic) », Mémoires de la Société des antiquair (...)
  • 7 Le traité met ainsi en lumière ces oubliés de l’historiographie que sont les « varletz de guerre ». (...)

6Dès 1417, en même temps qu’il entreprenait la construction du rempart autour de la ville, l’abbé Robert Jolivet fit creuser une citerne dans la roche. Probablement achevée en 14185, elle est évoquée dans un traité de 1420 passé après le départ de Jolivet entre le comte d’Aumale, nouveau capitaine du Mont, et les religieux6. Ce traité stipulait que deux « des gens du comte » rempliraient la citerne et la fontaine avec l’eau de la rivière voisine, le Couesnon, « chaque fois que mestier y [serait] »7. Un tel document met en lumière l’existence et le rôle au sein de la garnison de ces non-combattants méconnus que furent les valets de guerre, ici chargés des corvées d’eau. Les découvertes archéologiques de François Delahaye à l’hiver 2014-2015 suggèrent en outre qu’une nouvelle source d’approvisionnement en eau aurait été ménagée à l’intérieur d’une tour, lors du chantier de fortification de 1417-1420. C’était une sorte de fontaine assez rudimentaire faite d’une poutre de bois formant caniveau pour recueillir via un bassin l’eau d’infiltration du rocher.

  • 8 « Rôles français et normands et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny en 1764, (...)
  • 9 Les Anglais avaient probablement abandonné l’îlot en 1422, voir Chronique du Mont Saint-Michel…, t. (...)

7Ces chantiers ne mirent pourtant pas le Mont parfaitement à l’abri de la pénurie : en juin 1420, le bailli anglais John Ashton fondait sur les fuites de la citerne, mal imperméabilisée, ses espoirs d’obtenir la reddition de la place8. Elle fut cependant rendue étanche en y coulant le plomb que les religieux avaient fait arracher, en juillet 1422, sur le toit du prieuré de Tombelaine9. Aux yeux des Anglais comme des défenseurs, l’accès à l’eau douce était bien un problème vital, que le nouveau pouvoir militaire au Mont avait pris très sérieusement en main.

Les vivres disponibles

  • 10 En particulier la saisie d’une partie de leur trésor en mai 1420, dont nous parlerons plus loin. Un (...)

8La question des ressources alimentaires de la place recoupe en partie celle des rapports entre les religieux et la garnison. Ceux-ci furent organisés par un traité passé vers juin 1420 entre le comte d’Aumale et les moines. Plutôt qu’une garantie libéralement concédée par le comte d’Aumale pour assurer une cohabitation harmonieuse, comme le chartiste Siméon Luce l’avait imaginé, il semble plus judicieux de voir dans ce compromis le fruit d’un rapport de force. Si les religieux avaient éprouvé le besoin de donner un cadre juridique à leurs rapports avec la garnison, c’est qu’ils avaient été échaudés par les exactions commises par les gens du comte depuis leur entrée le 1er mai 142010. En se résignant à accepter certaines exigences du comte, ils comptaient leur mettre des bornes et se doter de garanties.

  • 11 « Traité pour la défense… », p. 212-213.

9Dans le cadre de ce compromis, les religieux semblent avoir accepté de procéder à des distributions alimentaires à la garnison, mais à condition qu’elles fussent encadrées et ne s’apparentassent pas à un pillage. Des hommes furent par exemple chargés par le comte de garder les jardins, d’autres de protéger les religieux chargés de la distribution. Trois sources d’alimentation sont décrites dans le traité de 1420 : la pêche, les jardins et l’élevage, dont la surveillance voire la production étaient partagées entre les gens de l’abbaye et ceux du comte d’Aumale. Ce dernier chargea par exemple un courtillier et son compagnon de « gouverner et cultiver »11 les jardins. Les religieux s’inquiétèrent de conserver la disposition d’étables « pour logier chevaulx, beufs et aultres bestes », sans doute parce que la garnison les leur disputait, pour abriter non seulement ses chevaux mais aussi le bétail capturé lors de ses « courses » ou chevauchées.

10La nouvelle autorité militaire demandait aux religieux de faire « provision de vivre pour eulx, leurs familiers et serviteurs le plus avant qu’ils pourront », en confirmant leur droit à une part des poissons pêchés ou échoués dans la baie. Pour le reste, le capitaine de la place s’appropriait les ressources du rocher, lesquelles étaient cependant trop limitées pour que la place fût autarcique : le ravitaillement extérieur était pour elle un lien vital.

Les indispensables importations

  • 12 Ce droit de sortie était augmenté en 1418, mais semble avoir existé pour des quantités moindres dep (...)

11Les progrès de la conquête anglaise en Normandie firent peser des inquiétudes sur le ravitaillement du Mont dès la fin de l’été 1418. À cette date, Robert Jolivet et son chapitre adressèrent leurs suppliques à Jean V de Bretagne. Ils y confiaient leur incapacité à tirer le moindre épi de leurs possessions normandes, et les dangers qui pesaient sur les navires effectuant de longs trajets. En un mot, les ports « armagnacs » étant trop éloignés, ils cherchaient à établir un cordon de ravitaillement au plus court : depuis la Bretagne, en particulier depuis Saint-Malo, il n’y avait que la baie à traverser. Le duc autorisa la vente annuelle aux Montois de cent mines de froment et deux cents pipes de vin, tant du cru qu’importés, le tout exempté de taxes12.

  • 13 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 93, no 4.
  • 14 S. Luce, Jeanne d’Arc à Domremy, Paris, Champion, 1886, « Preuves », no 49.
  • 15 Ibid., no 86.
  • 16 La pipe angevine était de 480 L, voir H. Doursther, Dictionnaire universel des poids et mesures anc (...)
  • 17 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 24.
  • 18 Le 28 octobre 1425, le duc Jean V exemptait des aides sur le vin un trafic similaire entre les pays (...)

12Les hasards de la documentation nous permettent de tracer la provenance d’une partie de ces échanges : chaque année, cent pipes de vin d’Anjou étaient vraisemblablement acheminées jusqu’en Bretagne, embarquées et livrées au Mont13. Le 15 septembre 1423, Charles VII exemptait en effet d’une taxe d’un écu par pipe le vin des Ponts-de-Cé que les religieux importaient via la Bretagne, jusqu’à hauteur de soixante pipes14. Cette limite était portée à cent un mois plus tard, le 23 octobre suivant15. Cette seconde exemption est significative : elle suggère un commerce réel dépassant la première prévision, qu’il avait fallu corriger pour tenir compte de ce dépassement. Entre l’Anjou et le Mont s’échangeaient donc très certainement jusqu’à 50 000 litres de vin par an16, malgré le blocus des Anglais revenus à Tombelaine en février 142317. L’exemption de Charles VII se greffant parfaitement à celle du duc de Bretagne, le passage de ce vin par les ports bretons est plus que probable18.

  • 19 M. Russon, Les côtes guerrières, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 230, n. 39.

13Dans ces échanges notables entre le Mont Saint-Michel et le royaume de Bourges, les ports bretons étaient bien un relais essentiel, et moins incertain qu’on ne pourrait le croire en se fondant sur les louvoiements de Jean V d’un parti à l’autre. Marc Russon a souligné récemment que l’évêque et les bourgeois de Saint-Malo, continûment fidèles au roi Valois, menaient en fait leur propre politique, sans se soucier des décisions ducales19 : la garnison du Mont y trouvait l’assurance d’un appui indéfectible.

  • 20 C. de La Roncière, Histoire de la marine française, Paris, Plon, 1914, t. II, p. 245.
  • 21 Sur ce personnage, voir L. Cazaux, Guerre et pouvoir. Les capitaines face à la justice dans le roya (...)

14Outre ces relations commerciales régulières, les chroniqueurs attestent les liens entre le Mont et la guerre de course. Jacques d’Harcourt, parti du Crotoy le 15 octobre 1423, après avoir signé le traité de capitulation de la place aux Bourguignons, conduisit ainsi ses cinq navires au Mont Saint-Michel, avec sept vaisseaux picards chargés de vin qu’il avait capturés en route20. Cet exemple, le mieux documenté, est certes exceptionnel, car le Mont profitait du passage régulier de flottilles de corsaires d’un port d’attache plus proche, Saint-Malo. Tous pouvaient écouler dans la place les gains de leurs courses, à l’instar du jeune Maurice de Plusqualec, corsaire installé au Mont Saint-Michel dans les années 142021.

15En règle générale, c’est donc un cordon maritime extrêmement court, de Saint-Malo au Mont, qui permettait de ravitailler la place avec des produits importés, et d’y ventiler le butin des « écumeurs de mer ». Mais il ne suffit pas d’avoir accès à des marchandises pour approvisionner une place : encore faut-il avoir de quoi les payer ! Il faut donc nous attacher à l’analyse des dépenses et des ressources dont disposait la place durant son blocus.

Le nerf de la guerre : une place mise à contribution

16Siméon Luce a entretenu au sujet du financement de guerre dans la place une certaine confusion, en ne distinguant pas les ressources et les dépenses de la congrégation, d’une part, et celles de la capitainerie, d’autre part. De 1360 à 1420, les abbés étant mécaniquement institués capitaines, la question ne se posait effectivement pas ; après la rupture de 1420, il est nécessaire d’y regarder de plus près.

L’effort financier des religieux

  • 22 BNF, ms. fr. 18949, p. 641-660, in D. Fiasson, Abbaye et forteresse. Le Mont Saint-Michel dans la g (...)
  • 23 Ce dédommagement fut partiellement concédé par Louis XI en 1469, voir M. Reulos, « L’indemnisation (...)

17Les moines ont dressé en 146322 un inventaire des dépenses extraordinaires et des pertes subies par l’abbaye pendant la première moitié du XVe siècle. Cette estimation était destinée à obtenir un dédommagement23 et n’a donc pas la valeur d’une archive comptable, les religieux ayant intérêt à gonfler leurs dépenses. Le mémoire n’en regorge pas moins d’informations précieuses : il permet de dater la participation financière des religieux, qui s’est poursuivie après l’introduction d’un capitaine laïc, jusqu’en 1425, et d’avoir un ordre de grandeur des dépenses et des recettes.

  • 24 Le bailli anglais du Cotentin qui rapporte l’exfiltration du trésor prétend qu’une fois sortis du M (...)
  • 25 G.-A. de La Roque, Preuves de l’histoire généalogique de la maison d’Harcourt, Paris, Cramoisy, 168 (...)

18Durant les trois années où Jolivet fut abbé-capitaine (1417-1420), les dépenses de guerre sont estimées à 20 000 livres tournois. Pour les cinq années suivantes, les dépenses de guerre de l’abbaye – alors que la capitainerie ne lui appartient plus – se seraient élevées à 110 000 livres. L’irruption d’un capitaine laïc, loin d’alléger la contribution des religieux, l’aurait fortement alourdie. Rentrer dans le détail des dépenses permet d’expliquer ce paradoxe. Une somme de 77 000 livres couvrait la réquisition par le comte d’Aumale, en mai 1420, d’une partie des trésors de l’abbaye – un trésor qu’Aumale semble avoir emporté dans le royaume de Bourges en juin 142024. S’y ajoutait un prêt de 3 000 livres consenti en 1421 au même comte d’Aumale, pour un total de 80 000 livres. Ainsi, 58 % des dépenses estimées financèrent non la défense du Mont, mais le trésor du « lieutenant général du roi en Normandie », dont les activités militaires sur la frontière du duché n’étaient, il est vrai, guère soutenues par les finances royales25.

  • 26 L. Delisle, Enquête sur la fortune des établissements de l’ordre de Saint-Benoît en 1338, Paris, Kl (...)

19Par comparaison, une somme de 50 000 livres (36 %) couvrait les dépenses réellement investies dans la place de 1420 à 1425 : 20 000 en trois ans sous Robert Jolivet, 30 000 en cinq ans après 1420, soit quelque 6 250 livres tournois dépensées chaque année entre 1417 et 1425 par les religieux pour l’entretien de la garnison et des fortifications. Une telle dépense de guerre annuelle correspond à peu près au total des revenus de l’abbaye en 133726. Il faut donc remonter à la source : comment les religieux purent-ils délivrer de telles sommes chaque année, alors que leurs propres dépenses engloutissaient en 1337 la totalité de leurs revenus, alors surtout que leurs recettes, du fait de l’occupation anglaise, étaient amputées des revenus de leurs domaines normands et anglais ?

Les revenus de la congrégation

20Le mémoire fournit une première explication. Les religieux entre 1420 et 1425 ont emprunté 30 000 livres à Saint-Malo, à Dol-de-Bretagne et ailleurs, en y gageant des objets liturgiques, des calices, des joyaux, etc. En ajoutant les trésors saisis par le comte d’Aumale, on peut conclure que les dépenses de guerre des religieux furent financées par ponctions sur leur trésor à hauteur de 107 000 livres (82,3 %).

  • 27 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 87, no 1.
  • 28 Une lettre perdue de Charles VII en 1437 portait sur ce don, suggérant qu’il n’avait pas encore été (...)
  • 29 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 93, no 4.
  • 30 En estimant la population totale au Mont à 2 000 personnes, consommant chaque année 300 litres de b (...)

21Le mémoire ne mentionne pas toutefois divers revenus complémentaires concédés par le gouvernement royal aux religieux. Ils étaient, au vrai, bien modestes, et la conquête anglaise rendit leur versement incertain. Ainsi, un don de 1 500 livres par Charles VI en septembre 1418 « pour servir à la solde de la garnison ou autre chose nécessaire »27 n’a probablement pas été versé avant 143728. Le 13 novembre 141929, le Dauphin abandonnait aux religieux le produit d’une taxe à lever sur les boissons débitées dans la ville du Mont, pour les trois ans à venir ; elle ne pouvait guère rapporter plus de 2 500 livres par an30. La grande majorité des dépenses prises en charge par les religieux fut donc financée par ponctions sur leur trésor, une solution qui ne pouvait durer indéfiniment. Après 1425, le mémoire n’évoque plus aucune participation des religieux à l’effort de guerre : la garnison avait dû développer des ressources propres.

Les ressources de la garnison

  • 31 G.-A. de La Roque, Preuves…, t. III, p. 496.
  • 32 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 210, no 64.
  • 33 G.-A. de La Roque, Preuves…, t. III, p. 22, et t. IV, p. 1684-1685.

22À partir de 1420, les capitaines laïcs obtinrent des subsides de la couronne, mais pour des montants dérisoires. Pour toute l’année 1422, le comte d’Aumale reçut seulement 750 livres pour ses travaux de fortifications au Mont31. En 1425, le roi menaçait les religieux et la garnison de ne plus leur verser de subsides s’ils refusaient de reconnaître Louis d’Estouteville comme leur capitaine, ce qui prouve la persistance de paiements ; le même document montre cependant que le précédent capitaine, le bâtard d’Orléans, avait défrayé la garnison de ses propres deniers32. Il faut en conclure que l’aide royale ne fut pas inexistante, mais, de beaucoup, insuffisante pour faire vivre la garnison. L’approvisionnement de la place en armes et en munitions par Pierre Bessonneau, le maître général de l’artillerie de Charles VII, était plus consistant : les pièces d’artillerie, le soufre et le salpêtre qui leur étaient nécessaires, les traits et fils à arbalète étaient acheminés, semble-t-il, en bonne quantité33.

  • 34 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 107, no 10.
  • 35 Ibid., p. 195, no 56.

23Nous n’avons pas de source susceptible d’esquisser la répartition des revenus de la garnison entre 1425 et 1445, comme nous l’avons fait pour les années précédentes. Un point est pourtant évident : l’essentiel provenait des « appatis », ces contributions forcées imposées par la garnison aux villages environnants, mais aussi plus éloignés, sous la menace de chevauchées punitives, ordonnées par le comte d’Aumale à la garnison au plus tard en 142134. Un indice ne trompe pas : les capitaines laïcs concédèrent aux religieux désargentés le produit des appatis levés sur les villages de leur seigneurie (sur la côte, d’Ardevon à Granville) en 142535. Les flux s’inversèrent donc : les religieux avaient jusqu’alors financé l’effort de guerre, et se mirent à recevoir pour leurs dépenses propres une portion des appatis prélevés par la garnison. C’est un puissant indice de l’importance financière des appatis, ressource capable non seulement de prendre le relais des emprunts forcés sur les trésors des religieux, mais encore de défrayer les religieux eux-mêmes.

  • 36 Ibid., p. 206, no 62.
  • 37 Arch. nat., JJ 175, no 161.
  • 38 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 214, no 67, et p. 216, no 68.

24Il est vrai que le champ d’action de la garnison était beaucoup plus étendu que la seule baie du Mont Saint-Michel. En février 1423, des appatis furent levés dans la région de Bayeux, très au-delà des anciennes seigneuries du Mont36. En 1432, la paroisse de Gavray dans le bocage, non loin de Cerisy, payait « l’appatis du Mont Saint-Michel »37. Les capitaines monnayaient en outre des sauf-conduits auprès de marchands ou de voyageurs, sur terre comme sur mer38.

  • 39 P. Contamine, Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge, Paris, Mouton, 1972, p. 250.
  • 40 Ibid., p. 246.

25Philippe Contamine a montré que les réformes militaires de Charles VII, au mitan des années 1440, s’appuyaient sur la revendication par la monarchie du pouvoir exclusif de solder les troupes, après une longue éclipse favorisée par la guerre civile39. Il citait à l’appui un document suggérant qu’autour de 1445, la pratique des appatis s’effaça au Mont, la monarchie ayant de nouveau les moyens d’en financer directement la défense, en accordant au capitaine le produit d’un impôt40.

26Sur le plan financier, la place fut donc au long de l’occupation anglaise largement indépendante des subsides accordés par le roi de Bourges. L’existence de flux inverses, à l’exemple du financement partiel sur le trésor du Mont de la lieutenance générale du comte d’Aumale en Normandie, n’en illustre pas moins que la place était moins isolée, beaucoup mieux arrimée au royaume de Bourges que ne le suggérait Siméon Luce.

Une tête de pont pour le royaume de Bourges

D’intenses circulations de personnes

  • 41 Chronique de Charles VII, roi de France, par Jean Chartier, A. Vallet de Viriville (éd.), Paris, SH (...)
  • 42 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 119, no 16.
  • 43 Ibid., t. II, p. 9, no 133.
  • 44 S. Luce, « Le Maine sous la domination anglaise », Revue des questions historiques, t. XXIV, juille (...)
  • 45 Ibid., p. 28, no 146. Une recette totale de 70 livres tournois pour l’été 1433, sachant qu’il en co (...)

27Abbaye et forteresse, le Mont demeurait un sanctuaire renommé pour son pèlerinage. Les comptes du Dauphin copiés par Denis Godefroy prouvent qu’en 1421, le futur Charles VII avait nanti de 16 sous les « galopins » de sa cuisine « pour aller au Mont Saint-Michel au temps de karesme »41. Sans trop d’audace, on peut prendre ce voyage pour preuve de la poursuite des pèlerinages au Mont, malgré l’occupation du duché de Normandie. Certes, une des premières mesures prises par le duc de Bedford comme régent de France, le 11 octobre 1422, interdit formellement le pèlerinage au Mont42. Nous n’avons aucune trace de la mise en œuvre de cette interdiction dans les années 1420, mais il est certain qu’elle était caduque dans les années 1430 : une lettre de rémission pouvait, en 1432, évoquer ce pèlerinage sans le retenir à charge43. Surtout, de nombreuses archives comptables démontrent que l’administration et les garnisons anglaises vendaient des sauf-conduits aux pèlerins pour accéder sans risque au sanctuaire. 58 « michelots » en obtinrent à l’hiver 1433-1434 du receveur du duc de Bedford dans la recette du Mans44. Durant l’été précédent, les recettes tirées par la garnison anglaise de Tombelaine pour la vente de semblables sauf-conduits prouvent que dans ces trois mois, 3 000 à 4 000 pèlerins avaient cheminé vers le Mont, le chiffre annuel pouvant donc approcher quelque 10 000 personnes45.

  • 46 Il figure sous le nom de sire d’Aussebosc dans le « Traité pour la défense… », p. 212-213.
  • 47 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 106, no 9.
  • 48 Chronique de la Pucelle, A. Vallet de Viriville (éd.), Paris, SHF, 1859, p. 218.
  • 49 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 210, no 64.
  • 50 Histoire générale de l’abbaye du Mont Saint-Michel au péril de la mer par Dom Jean Huynes, E. de Ro (...)

28Les pèlerinages au Mont poursuivis pendant l’occupation anglaise n’étaient qu’un exemple manifeste de circulations relativement denses entre la place et le royaume de Bourges, qui pouvaient d’ailleurs se passer de l’accord intéressé des Anglais. Le parcours d’un des plus célèbres hommes d’armes de la garnison montoise, Louis d’Estouteville, avant sa nomination comme capitaine du Mont en 1425, l’illustre à merveille. Proche du comte d’Aumale, il était au Mont en mai 142046, mais avec l’armée du comte à Durtal (entre Le Mans et Angers) le 1er août 142047. Nous perdons sa trace jusqu’en septembre 1423 : après avoir pris part à la victoire du comte à La Gravelle, Estouteville gagna très probablement le Mont pendant qu’Aumale s’avançait vers Avranches et Saint-Lô48. En juin 1425, il se trouvait à Saint-Malo pour constituer la flotte avec laquelle il délivra le Mont du siège de mer. Il quittait de nouveau le rocher quelques mois plus tard pour se rendre à la cour du roi en octobre 1425, afin d’obtenir la confirmation de son investiture comme capitaine du Mont49, avant de regagner la place pour s’illustrer contre les Anglais de Tombelaine le 1er novembre 142550.

29Les contacts entre le Mont et le royaume de Bourges n’étaient pas pour autant restreints à des circulations individuelles ou improvisées. Des liens prolongés l’unissaient aux places les plus proches restées sous domination armagnaque.

Des liens étroits avec les places fidèles à Charles VII

  • 51 Chronique de la Pucelle, p. 220.

30Tout au long des années 1420, des places tinrent pour Charles VII à moins de cent kilomètres du Mont. Les échanges avec la ville de Mayenne semblent avoir été particulièrement intenses jusqu’à la conquête anglaise du Maine en 1425 ; le capitaine armagnac de Mayenne, le baron de Coulonces, avait d’ailleurs été en 1420 l’un des hommes d’armes de la garnison montoise. La Chronique de la Pucelle affirme cependant que ses gens « alloient souvent […] au Mont Sainct Michel, et pareillement de ceux du Mont à Mayenne », et détaille ensuite un exemple particulièrement significatif51.

  • 52 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 199, no 57.

31À l’automne 1424, les Anglais firent construire une bastille à Ardevon pour couper l’accès au Mont par le sud, et préparer un véritable siège de terre et de mer. La bastille de Tombelaine bloquait la route nord depuis 1423, Ardevon gênait désormais la route sud, une flottille bloqua l’accès maritime au printemps 1425. La garnison de Mayenne vint alors au secours du Mont : à une date incertaine, mais entre le 12 février et le 12 mai 1425, le baron de Coulonces imagina un coup de main concerté. Il demanda à la garnison du Mont de tenter une sortie « un certain vendredi », l’assurant de sa venue. Parti avant l’aube de Mayenne, il prit soin de ménager une pause pour reposer ses chevaux à mi-parcours (dix lieues d’un trajet qui en faisait vingt) – mais sans trop nourrir les chevaux ni les hommes, pour combattre légers ! Il arriva deux heures après midi, alors que la garnison du Mont, sortie comme convenu, avait attiré à elle les Anglais hors de leur bastille. Comme la garnison refluait vers le Mont, les Anglais se lancèrent à sa poursuite. Coulonces n’eut qu’à se placer entre la bastille d’Ardevon et les Anglais : ces derniers, pris en étau, subirent une déroute. Si le chiffre de deux cents morts avancés par Cousinot est incertain, il est attesté que le capitaine anglais d’Ardevon, Nicolas Burdett, fut alors capturé et détenu au Mont Saint-Michel52.

  • 53 G. Lobineau, Histoire de Bretagne, Paris, s. n., 1705, t. I, p. 577. Je remercie vivement Franck Ma (...)

32Un tel récit atteste les contacts réguliers qui reliaient le Mont aux autres places qui « tenaient frontière contre les Anglais ». Combattants et capitaines pouvaient changer de garnison ; des courriers circulaient pour planifier des opérations conjointes ; d’autres sources évoquent des convois de ravitaillement ou de munitions acheminés de Mayenne au Mont. Après la chute du Maine en 1425, il est probable que la place bretonne de Fougères, encore plus proche, et tenue par les hommes du duc d’Alençon, joua un rôle similaire jusqu’à sa cession en 1429 au duc de Bretagne53. Même si de semblables relations s’orchestraient sans doute localement, sans concertation avec le gouvernement de Bourges, ce dernier pouvait intervenir ponctuellement quand la situation semblait l’exiger.

Charles VII et le Mont

  • 54 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 259, no 89.
  • 55 Par exemple O. de Poli, Les défenseurs du Mont Saint-Michel…, p. XXXV.

33Le gouvernement royal, loin de livrer la place à elle-même, y intervint régulièrement, faisant du Mont un relais de ses ambitions en Normandie. À l’époque du siège de terre et de mer de 1425, Charles VII avait envoyé son conseiller Nicolas de Voisines au Mont Saint-Michel, qui en supervisa le ravitaillement à deux reprises, pendant le siège, au printemps, et après sa levée, à l’été54. Pour ponctuelle qu’elle fût, cette mission n’en montre pas moins que le gouvernement de Bourges, dans une situation militaire tendue, ne laissait pas la place « tenir frontière » sans lui porter aucun secours, comme l’historiographie nationaliste, souvent encline à dénoncer en Charles VII un roi inactif brièvement sorti de sa léthargie par Jeanne d’Arc, l’avait très exagérément suggéré55.

  • 56 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 247, no 82.
  • 57 G. Dupont-Ferrier, Gallia Regia, ou État des officiers royaux des bailliages et des sénéchaussées d (...)
  • 58 S. Luce, « Louis d’Estouteville et la défense… », p. 235.

34De façon plus pérenne et significative, une petite administration armagnaque du Cotentin siégeait au Mont Saint-Michel. En 1426, les religieux du Mont purent ainsi porter plainte devant le « vicomte d’Avranches » Richard Lombard, siégeant au Mont Saint-Michel, au motif que le capitaine de la place, Louis d’Estouteville, avait fait creuser le rocher et modifier les fortifications sans même demander leur accord56. Ils reprochaient au vicomte lui-même d’avoir dressé sur les grèves des fourches et un gibet et d’y avoir fait exécuter un homme qu’il avait condamné. Ce Richard Lombard exerçait encore son office en 1436, assisté au moins depuis 1425 par le clerc Guillaume Paynel, « garde du scel des obligations de la vicomté d’Avranches ». Il ne s’agissait pas d’officiers armagnacs chassés d’Avranches par la conquête anglaise, car Richard Lombard n’était pas en fonction en 1419, et le bailli attesté en 1439 pas davantage57. Siméon Luce ne voyait dans ces titres qu’une bravade de Louis d’Estouteville, qui aurait nommé des baillis et des vicomtes « afin de montrer qu’il [tenait] l’invasion anglaise pour nulle et non avenue »58. On se demande à quel titre un capitaine de place pourrait nommer vicomtes et baillis ; l’affaire citée démontre à l’inverse que leur rôle n’était pas uniquement symbolique mais que leur autorité s’exerçait réellement (le condamné à mort en porte le témoignage posthume) et surplombait celle de Louis d’Estouteville. Leur rôle pouvait être d’assurer sur le rocher la continuité de l’administration, puisque les Montois ne pouvaient se tourner vers les instances « anglaises » du Cotentin, et que le parlement de Poitiers était d’accès malcommode. Leur existence était aussi bien une revendication de légitimité sur la Normandie : en face d’une administration « étrangère » demeurait une administration française, la seule légitime. La résistance du Mont permettait de conférer quelque substance à cette fiction.

  • 59 M. Fauchon, « Un atelier monétaire au Mont Saint-Michel », Revue de l’Avranchin, t. XLIII, no 248, (...)
  • 60 J. Belaubre, Histoire numismatique et monétaire de la France médiévale de la période carolingienne (...)

35Havre d’une administration armagnaque, le Mont servit de relais normand à la politique financière du Dauphin. Le 9 octobre 1420, le dauphin Charles ordonna la constitution au Mont d’un atelier monétaire59. Il ripostait à une ordonnance d’Henri V, interdisant en mai 1420 la circulation dans le duché de Normandie d’autres monnaies que les siennes. Il ne faut pas manquer de rapprocher l’ouverture de cet atelier de la « guerre des monnaies » qui opposa au début des années 1420 Henri V au Dauphin : le premier s’efforçait de maintenir une monnaie forte, gage de confiance et de popularité, alors que le Dauphin aux abois ne cessait de dévaluer pour soutenir son effort de guerre60.

36Dans ces conditions, ouvrir un atelier au Mont était pour le Dauphin d’un triple intérêt. Cette monnaie faite de billon confisqué aux marchands et changeurs normands serait toute à son profit : du billon en moins pour l’ennemi, du numéraire pour ses propres finances. C’était aussi l’occasion de répandre en Normandie sa mauvaise monnaie, selon la fameuse loi de Gresham, « la mauvaise monnaie chasse la bonne ». Les Normands ayant intérêt à se débarrasser des monnaies de mauvais aloi émises par le Dauphin qui tombaient entre leurs mains, et à thésauriser les monnaies anglaises dont la teneur en métal précieux était bien supérieure, la monnaie du Dauphin circulait beaucoup plus vite, au risque d’inonder les échanges et d’affecter profondément la santé financière de la France anglaise. L’intérêt n’était pas uniquement financier : la frappe monétaire étant une prérogative régalienne, répandre sa monnaie dans un duché « occupé », c’était là encore pour le roi de Bourges l’occasion d’y revendiquer symboliquement la légitimité politique. Le Mont jouait bien ainsi le rôle de phare et de relais des ambitions armagnaques en Normandie.

Conclusion

37Pour magnifier l’héroïsme des défenseurs du Mont, Siméon Luce avait choisi de souligner l’isolement du rocher face au duché occupé par les Anglais. J’espère avoir montré que la place était plus solidement arrimée au royaume de Bourges que ne le laisse penser sa situation enclavée. Ravitaillé par les pays fidèles au Valois via la Bretagne, liée aux garnisons armagnaques les plus proches, le Mont hébergeait non seulement une garnison capable de nuire aux Anglais, mais un atelier monétaire et une administration qui manifestaient concrètement la légitimité revendiquée par Charles VII sur le duché de Normandie. Les échanges n’étaient pas à sens unique : loin d’être maintenue à grands frais par le gouvernement de Bourges dans l’obédience armagnaque, la place vivait sur le pays mais aussi sur le trésor des religieux mis bon gré mal gré à lourde contribution, au point de pouvoir financer en sens inverse les opérations du comte d’Aumale, capitaine général chargé du recouvrement de la Normandie, en projet dès 1420.

Notes

1 On trouvera de cette vision l’expression la plus emblématique et la mieux informée dans S. Luce, « Louis d’Estouteville et la défense du Mont Saint-Michel », in La France pendant la guerre de Cent Ans, Paris, Hachette, 1893, t. II, p. 217-279. Voir également, dans une veine plus anecdotique, O. de Poli, Les défenseurs du Mont Saint-Michel (1417-1450), Paris, Conseil héraldique de France, 1895.

2 Sur ce personnage et le débat concernant la date et les motifs de son ralliement, nous nous permettons de renvoyer à notre article : D. Fiasson, « Un chien couché au pied du roi d’Angleterre ? Robert Jolivet, abbé du Mont Saint-Michel (1411-1444) », Annales de Normandie, t. LXIV, no 2, juillet-décembre 2014, p. 47-72.

3 La Chronique du Mont suggère que les Anglais ne construisirent une bastille à Tombelaine qu’en 1423, et S. Luce supposa que l’îlot était resté jusqu’à cette date sous contrôle français. La base de données The Soldier in Later Medieval England Online Database permet de démontrer que les Anglais installèrent une garnison sur l’îlot au plus tard en avril 1420, voir BNF, ms. fr. 25766, no 794, d’après www.medievalsoldier.org [consulté le 12 mars 2017]. Contra Chronique du Mont Saint-Michel (1343-1468), S. Luce (éd.), Paris, SHF, 1879, t. I, p. 24, n. 5.

4 Charte éditée par D. Bruna, « Enseignes de plomb et autres souvenirs de saint Michel », in Culto e santuari di san Michele nell’Europa medievale. Atti del congresso internazionale di studi, Bari-Monte Sant’Angelo, 5-8 Aprile 2006, P. Bouet, G. Otranto et A. Vauchez (dir.), Bari, Edipuglia, 2007, p. 376.

5 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 87, no 1.

6 « Traité pour la défense du Mont Saint-Michel en 1440 (sic) », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. XV, 1846, p. 212-213.

7 Le traité met ainsi en lumière ces oubliés de l’historiographie que sont les « varletz de guerre ». S’ils n’apparaissent pas dans les documentations comptables, ces individus étaient les auxiliaires indispensables des hommes d’armes, en charge notamment du ravitaillement dans ses dimensions les plus matérielles.

8 « Rôles français et normands et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny en 1764, 1765 et 1766 », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. XXIII, novembre 1858, p. 254, no 1376.

9 Les Anglais avaient probablement abandonné l’îlot en 1422, voir Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 116, no 14.

10 En particulier la saisie d’une partie de leur trésor en mai 1420, dont nous parlerons plus loin. Un article du traité visait explicitement à empêcher qu’un acte de ce genre se produisît à nouveau.

11 « Traité pour la défense… », p. 212-213.

12 Ce droit de sortie était augmenté en 1418, mais semble avoir existé pour des quantités moindres depuis plus longtemps ; tout porte donc à croire qu’il n’était pas ponctuel mais récurrent, voir Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne : étude sur les sources du recueil et la chancellerie du prince, R. Blanchard (éd.), Nantes, Société des bibliophiles bretons et de l’histoire de Bretagne, 1892, t. II, p. 243, no 1321, et p. 248, no 1339.

13 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 93, no 4.

14 S. Luce, Jeanne d’Arc à Domremy, Paris, Champion, 1886, « Preuves », no 49.

15 Ibid., no 86.

16 La pipe angevine était de 480 L, voir H. Doursther, Dictionnaire universel des poids et mesures anciens et modernes, Bruxelles, Hayez, 1840, p. 430-432.

17 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 24.

18 Le 28 octobre 1425, le duc Jean V exemptait des aides sur le vin un trafic similaire entre les pays du Maine et de l’Anjou et les forteresses tenues en Bretagne par des fidèles de Charles VII. Sans concerner le Mont directement, cette pièce est un fort indice suggérant que l’exemption de 1418 mentionnée plus haut n’avait pas été abrogée (ibid., t. I, p. 212, no 65).

19 M. Russon, Les côtes guerrières, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 230, n. 39.

20 C. de La Roncière, Histoire de la marine française, Paris, Plon, 1914, t. II, p. 245.

21 Sur ce personnage, voir L. Cazaux, Guerre et pouvoir. Les capitaines face à la justice dans le royaume de France au XVe siècle, thèse de doctorat en histoire médiévale, université Paris I, 2012, t. I, p. 319-338, en particulier, sur son séjour au Mont, p. 336.

22 BNF, ms. fr. 18949, p. 641-660, in D. Fiasson, Abbaye et forteresse. Le Mont Saint-Michel dans la guerre de Cent Ans, mémoire de master 2, École normale supérieure de Lyon, 2013, p. 228-233.

23 Ce dédommagement fut partiellement concédé par Louis XI en 1469, voir M. Reulos, « L’indemnisation de l’abbaye du Mont Saint-Michel pour les dommages subis au cours de la guerre de Cent Ans », Revue de l’Avranchin et du pays de Granville, t. LXXVIII, 119e année, no 388, septembre 2001, p. 233-253.

24 Le bailli anglais du Cotentin qui rapporte l’exfiltration du trésor prétend qu’une fois sortis du Mont, les Français se sont battus entre eux et que l’argent a été dispersé entre les vainqueurs ! Voir « Rôles français et normands… », p. 254, no 1376. Cette information est bien entendu difficilement vérifiable ; les archives du Parlement de Poitiers n’en font aucun écho.

25 G.-A. de La Roque, Preuves de l’histoire généalogique de la maison d’Harcourt, Paris, Cramoisy, 1682, t. III, p. 22 et 96 ; t. IV, p. 1682-1686.

26 L. Delisle, Enquête sur la fortune des établissements de l’ordre de Saint-Benoît en 1338, Paris, Klincksieck, 1910, p. 16-25.

27 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 87, no 1.

28 Une lettre perdue de Charles VII en 1437 portait sur ce don, suggérant qu’il n’avait pas encore été versé : BNF, ms. fr. 14547, fol. 184.

29 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 93, no 4.

30 En estimant la population totale au Mont à 2 000 personnes, consommant chaque année 300 litres de bon vin (le plus taxé), autrement dit avec tous les critères d’une fourchette haute, on obtient un ordre de grandeur de 2 500 livres tournois pour le produit annuel de la taxe, voir D. Fiasson, Abbaye et forteresse…, p. 161.

31 G.-A. de La Roque, Preuves…, t. III, p. 496.

32 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 210, no 64.

33 G.-A. de La Roque, Preuves…, t. III, p. 22, et t. IV, p. 1684-1685.

34 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 107, no 10.

35 Ibid., p. 195, no 56.

36 Ibid., p. 206, no 62.

37 Arch. nat., JJ 175, no 161.

38 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 214, no 67, et p. 216, no 68.

39 P. Contamine, Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge, Paris, Mouton, 1972, p. 250.

40 Ibid., p. 246.

41 Chronique de Charles VII, roi de France, par Jean Chartier, A. Vallet de Viriville (éd.), Paris, SHF, 1858, t. III, p. 317.

42 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 119, no 16.

43 Ibid., t. II, p. 9, no 133.

44 S. Luce, « Le Maine sous la domination anglaise », Revue des questions historiques, t. XXIV, juillet 1878, p. 235, voir aussi Chronique du Mont Saint-Michel…, t. II, p. 32, no 148. Il en coûtait 4 à 6 saluts pour une durée de validité de 15 jours.

45 Ibid., p. 28, no 146. Une recette totale de 70 livres tournois pour l’été 1433, sachant qu’il en coûtait aux hommes 6 deniers contre 4 aux femmes, contient mathématiquement le nombre de pèlerins entre 2 800 et 4 200 (selon la proportion d’hommes et de femmes).

46 Il figure sous le nom de sire d’Aussebosc dans le « Traité pour la défense… », p. 212-213.

47 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 106, no 9.

48 Chronique de la Pucelle, A. Vallet de Viriville (éd.), Paris, SHF, 1859, p. 218.

49 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 210, no 64.

50 Histoire générale de l’abbaye du Mont Saint-Michel au péril de la mer par Dom Jean Huynes, E. de Robillard de Beaurepaire (éd.), Rouen, SHN, 1872, t. II, p. 114.

51 Chronique de la Pucelle, p. 220.

52 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 199, no 57.

53 G. Lobineau, Histoire de Bretagne, Paris, s. n., 1705, t. I, p. 577. Je remercie vivement Franck Mauger de m’avoir montré l’importance de la place de Fougères pour les Français dans les années 1420.

54 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 259, no 89.

55 Par exemple O. de Poli, Les défenseurs du Mont Saint-Michel…, p. XXXV.

56 Chronique du Mont Saint-Michel…, t. I, p. 247, no 82.

57 G. Dupont-Ferrier, Gallia Regia, ou État des officiers royaux des bailliages et des sénéchaussées de 1328 à 1515, Paris, Imprimerie nationale, 1942, t. II, p. 190.

58 S. Luce, « Louis d’Estouteville et la défense… », p. 235.

59 M. Fauchon, « Un atelier monétaire au Mont Saint-Michel », Revue de l’Avranchin, t. XLIII, no 248, 1966, p. 77.

60 J. Belaubre, Histoire numismatique et monétaire de la France médiévale de la période carolingienne à Charles VIII, Paris, Le Léopard d’or, 1986, p. 109-111 ; J. Bailhache, « L’atelier temporaire du Mont Saint-Michel sous Charles VI et Charles VII », Revue numismatique, série IV, vol. XXVII, 1924, p. 33-54.

Auteur

Université de Lille

David Fiasson, ancien élève de l’ENS de Lyon et agrégé d’histoire, ATER à l’université Grenoble-Alpes, prépare une thèse à l’université de Lille, sous la direction de Bertrand Schnerb et de Valérie Toureille, sur la résistance aux Anglais durant la seconde partie de la guerre de Cent Ans. Il a notamment publié « Un chien couché au pied du roi d’Angleterre ? Robert Jolivet, abbé du Mont Saint-Michel (1411-1444) », Annales de Normandie, t. LXIV, no 2, juillet-décembre 2014.

© Presses universitaires de Caen, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search