Version classiqueVersion mobile

La guerre en Normandie (XIe-XVe siècle)

 | 
Anne Curry
, 
Véronique Gazeau

« A l’encontre des Anglois ». Les défenseurs de la Normandie entre 1417 et 1419

Bertrand Schnerb

Résumé

En 1417, lorsque commença l’invasion de la Normandie par les Anglais, le duché fut défendu par des troupes majoritairement recrutées sur place. Cependant, malgré la guerre civile opposant « Armagnacs » et « Bourguignons », les princes français, et spécialement le duc de Bourgogne Jean sans Peur, tentèrent de venir en aide aux défenseurs normands. Entre 1417 et 1419, des capitaines bourguignons s’efforcèrent de stopper l’avance anglaise : ainsi, par exemple, Claude de Beauvoir, seigneur de Chastellux, maréchal de France, qui reçut pour mission de défendre la frontière du Vexin. En 1418, quand Henri V entama le siège de Rouen, le duc de Bourgogne envoya des troupes pour renforcer la garnison de la ville. Des sources variées (chroniques, comptabilité, montres et revues) fournissent beaucoup d’informations sur ces gens de guerre bourguignons et sur leurs capitaines. Ils étaient recrutés dans les deux Bourgognes et en Savoie et étaient souvent des combattants expérimentés. Après la capitulation de Rouen, beaucoup d’entre eux furent indemnisés de leurs pertes matérielles et financières.

Texte intégral

  • 1 La Geste des nobles françois, in Chronique de la Pucelle, A. Vallet de Viriville (éd.), Paris, A. D (...)

En cellui an [1418] mist siege le roy d’Angleterre devant Rouen ou longtemps fut. Lequel pendant, les bourgois envoierent plusieurs messagers par devers le duc de Bourgoingne requerir secours, qui promis leur avoit les garder et deffendre contre touz pour et ou nom le roy de France. Dont a la derreniere le sommerent moult instamment disant que se a celle foiz ne leur donnoit secours, ilz crieroient contre lui a trois foiz le grant harou de Normandie. Mais oncques ne leur tint promesse ; ainçois les laissa en abandon et en la fin par grant destresse de faim furent contrains d’eulx rendre au roy Henry d’Angleterre, qui tost après conquist Vernon, Gisors et le païs de Vulquessin1.

  • 2 « Quand les habitants de Rouen, investis depuis juillet 1418 par l’écrasant matériel de siège d’Hen (...)

1Cette citation extraite de la chronique anonyme qu’il est convenu d’appeler La Geste des nobles françois, dépeint la situation tragique dans laquelle se trouvèrent les Rouennais lorsque, dans les derniers mois de 1418, épuisés par le long siège mis sous leurs murs par Henri V, ils constatèrent que le gouvernement royal, dominé par Jean sans Peur, les abandonnait à leur sort. Le chroniqueur accuse le duc de Bourgogne, auquel il est très hostile, d’avoir trahi la ville de Rouen. L’historiographie a longtemps considéré que lors de la conquête de la Normandie par les Anglais entre 1417 et 1419, le duché a été réduit à ses seules forces pour faire face à l’invasion2. Qu’en fut-il ? Sur qui reposa la défense du pays ? Le duc de Bourgogne abandonna-t-il les Rouennais à leur sort ? Autant de questions sur lesquelles il est intéressant de revenir.

  • 3 B. Schnerb, « Sauver les meubles. À propos de quelques traités de capitulation de forteresses du dé (...)
  • 4 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, L. Douët-d’Arcq (éd.), Paris, Société de l’histoire de France, (...)
  • 5 Chronique du religieux de Saint-Denys, Paris, CTHS, 1994 (reprint de l’éd. de L. Bellaguet, Paris, (...)
  • 6 Voir supra, n. 1.
  • 7 Chroniques de Perceval de Cagny, H. Moranvillé (éd.), Paris, Société de l’histoire de France, 1902.
  • 8 Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI, in Choix de chroniques et mémoires relatifs à l’hi (...)
  • 9 Arch. dép. Côte-d’Or (Dijon), B 11 792.

2En janvier 2010, notre collègue Gisela Naegle avait organisé à Paris un colloque intitulé Faire la paix et se défendre à la fin du Moyen Âge. Ayant été invité à participer à cette manifestation scientifique, j’avais choisi d’étudier un certain nombre de traités de capitulation des villes et châteaux de Normandie conclus au moment de la conquête du pays menée par le roi d’Angleterre Henri V, entre le 3 août 1417 (capitulation de Touques) et le 11 septembre 1419 (capitulation de Gisors)3. En dépouillant et exploitant un corpus de quarante-neuf textes j’avais, entre autre travail, été amené à identifier les personnages qui, du côté français, avaient négocié la capitulation des différentes places. En effectuant cette identification, je m’étais fait la réflexion que ces documents offraient des informations sur les défenseurs de la Normandie au moment de la conquête anglaise et, partant, sur un aspect du système de défense du royaume de France au début du XVe siècle. Les traités de capitulation ne sont naturellement pas les seules sources permettant d’étudier cette question. Les sources narratives fournissent aussi des informations complémentaires : ainsi, par exemple, la chronique d’Enguerrand de Monstrelet4, celle de Michel Pintoin, alias « le Religieux de Saint-Denis »5, La Geste des nobles françois6, les Chroniques de Perceval de Cagny7 ou encore la chronique du prétendu Jean Juvénal des Ursins8. Par ailleurs, certains documents administratifs et comptables ainsi que des montres d’armes permettent d’identifier un certain nombre d’acteurs de la défense. Parmi ceux-ci, une mention particulière doit être faite d’un ensemble documentaire permettant de mieux connaître les gens de guerre qu’en 1418 le duc de Bourgogne Jean sans Peur envoya en Normandie pour contribuer à défendre le pays contre les Anglais9.

3Dans le cadre limité du présent article, mon ambition sera, elle aussi, limitée : mon propos se bornera, dans un premier temps, à mettre en lumière un certain nombre de personnages cités dans les sources comme figurant parmi les principaux acteurs de la défense locale ; dans un second temps je centrerai mon étude sur les Bourguignons envoyés en Normandie « a l’encontre des Anglois ennemis du roy et du royaume ».

Les acteurs de la défense locale

  • 10 Sur certains des acteurs cités ici, on lira avec profit H. Dubois, « La noblesse au miroir de l’Éch (...)
  • 11 A. de Bouillé, Un conseiller de Charles VII. Le maréchal de La Fayette, 1380-1463, Lyon, Audin, 195 (...)
  • 12 B. Schnerb, « Sauver les meubles… », p. 220 et 224 n.

4Il apparaît que les villes et forteresses normandes avaient été placées, en 1417, sous l’autorité de chefs militaires largement recrutés à l’échelle régionale10 – rares en effet furent les acteurs tout à fait étrangers au duché de Normandie comme l’étaient Gilbert Motier, seigneur de La Fayette, et Guillaume de Meulhon, sénéchal de Beaucaire, qui se trouvaient à Falaise en décembre 1417, au moment du siège et de la capitulation de la ville. Il est vrai que la mission de ces deux personnages était à l’origine plus diplomatique que militaire11. Du reste, si le seigneur de La Fayette négocia bien la capitulation de Falaise avec les représentants du roi d’Angleterre, il n’en était pas capitaine : cette fonction était alors assumée par Olivier II de Mauny, dit le Jeune, qui était retranché dans le château au moment où le seigneur de La Fayette rendit la ville12.

  • 13 Letters, Orders and Musters of Bertrand Du Guesclin, 1357-1380, M. Jones (éd.), Woodbridge, Boydell (...)
  • 14 Lesnen, Ille-et-Vilaine, arr. Saint-Malo, cant. Tinténiac, comm. Saint-Thual.
  • 15 Marcey-les-Grèves, Manche, arr. et cant. Avranches.
  • 16 Regnéville-sur-Mer, Manche, arr. Coutances, cant. Montmartin-sur-Mer.
  • 17 Sur Olivier de Mauny et son frère Charles, voir : Le Songe véritable, pamphlet politique d’un Paris (...)

5Olivier II de Mauny n’est évidemment pas un inconnu : il venait d’être investi de la charge de porte-oriflamme de Saint-Denis et était capitaine de la ville et du château de Falaise depuis le 4 novembre 1415. Ce chevalier était issu d’un lignage de Bretagne – il était le fils d’Olivier Ier de Mauny, cousin et compagnon d’armes de Bertrand Du Guesclin13. Sa famille avait des possessions bretonnes et normandes et ses représentants avaient joué et jouaient un rôle administratif et militaire non négligeable en Normandie : lui-même tenait non seulement la seigneurie de Lesnen14, au diocèse de Saint-Malo, mais aussi la seigneurie de Marcey, au diocèse d’Avranches15. Il avait été capitaine de Saint-Malo entre 1404 et 1415 (au moins), mais aussi capitaine du château royal de Regnéville, dans le bailliage de Cotentin16. Son frère Charles de Mauny avait, pour sa part, été institué bailli de Caen par lettres royales du 4 novembre 1415, en remplacement de Robert d’Esneval, tué à Azincourt17. On peut noter que la nomination de Charles de Mauny comme bailli était intervenue le jour même où son frère Olivier était institué capitaine de Falaise.

  • 18 Garencières, Eure, arr. Évreux, cant. Saint-André-de-l’Eure.
  • 19 Faguernon, Calvados, arr. Lisieux, cant. Pont-l’Évêque.
  • 20 Fontenay-le-Marmion, Calvados, arr. Caen, cant. Bourguébus.
  • 21 Le Hommet, Calvados, arr. Bayeux, cant. Trévières, comm. Géfosse-Fontenay.
  • 22 C. Goldmann, Les Garencières-le Baveux, vie et mort d’un lignage de la moyenne noblesse normande (f (...)

6À Caen, en 1417, le capitaine était Guillaume IV, seigneur de Montenay, issu, par son père Guillaume III, seigneur de Montenay, d’une famille du Maine possessionnée en Normandie, et par sa mère, Jeanne de Garencières, d’un célèbre lignage implanté dans la région d’Évreux. Lui-même était largement possessionné en Normandie où il tenait les seigneuries de Garencières18, de Faguernon19, de Fontenay-le-Marmion20 et du Hommet21. Les liens de sa famille avec la ville de Caen remontaient au temps de son grand-père maternel Yon III de Garencières : celui-ci avait reçu la capitainerie de la ville en 1381 ; à sa mort, en 1409, c’était son frère cadet Jean II de Garencières qui lui avait succédé, mais ce dernier avait résigné rapidement l’office dont, en 1410, avait été investi son fils Jean III de Garencières. C’est à la mort de ce dernier, tué à Azincourt, que son cousin Guillaume IV, seigneur de Montenay, devint à son tour capitaine de Caen22.

  • 23 Chronique du religieux de Saint-Denys, vol. VI, p. 101.
  • 24 Hermeville, Seine-Maritime, arr. Le Havre, cant. Criquetot-l’Esneval.
  • 25 Le livre des fais du bon messire Jehan Le Maingre, dit Bouciquaut, D. Lalande (éd.), Genève, Droz, (...)
  • 26 P. Contamine, L’oriflamme de Saint-Denis…, p. 38, n. 6.
  • 27 La Haye-d’Ectot, Manche, arr. Cherbourg, cant. Barneville-Carteret.
  • 28 La Luthumière, Manche, arr. Cherbourg, cant. Valognes, comm. Brix.
  • 29 B. Schnerb, « Sauver les meubles… », p. 226, 234 et 258 n.

7Bien d’autres personnages non négligeables, issus de la noblesse locale, ont assumé des missions de défense : ainsi, en août 1417, le capitaine d’Honfleur qui repoussa l’assaut anglais après la prise de Touques est désigné par Michel Pintoin, qui ne manque pas de rapporter l’épisode, comme « Betas de Harnevilla », qu’il juge « inclitus miles Normannus »23. Ce chevalier est à identifier comme Jean Bétas, seigneur de Hermeville (une seigneurie située au nord de Montivilliers)24 ; il est connu comme ayant appartenu à l’ordre de l’Écu vert à la Dame blanche créé par le maréchal Boucicaut25 et comme ayant été aussi l’un des aides du garde de l’oriflamme de Saint-Denis en 1414 (à cette date, le porte-oriflamme était Guillaume Martel, seigneur de Bacqueville, un autre seigneur normand)26. Il convient de rappeler aussi que la défense de Cherbourg fut assurée par le capitaine de la ville qui n’était autre que le célèbre Jean Piquet, seigneur de La Haye-d’Ectot27 et de La Luthumière28, au bailliage de Cotentin (l’un des rares capitaines qui offrit une résistance significative et qui obtint, d’ailleurs, les conditions de capitulation les plus favorables lorsqu’il traita avec Edmond Mortimer en août 1418)29.

  • 30 Ibid., p. 254. Champhaut, Orne, arr. Argentan, cant. Le Merlerault.
  • 31 Ibid., p. 255.
  • 32 Actes de la chancellerie d’Henri VI concernant la Normandie sous la domination anglaise (1422-1435)(...)
  • 33 Ibid., p. 389.
  • 34 Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI, p. 535 ; Chroniques de Perceval de Cagny, p. 110.
  • 35 En mai 1417, il reçoit 100 francs « pour convertir en trait, canons, pouldres, artillerie et autres (...)

8Si l’on quitte maintenant le monde des personnages de haut vol et que l’on recense les capitaines de villes en fonction en 1417-1418 dont on peut déterminer clairement l’origine géographique, on constate là encore que les responsabilités de la défense reposaient essentiellement sur la noblesse locale : le capitaine de Rugles était l’écuyer Jean du Melle, seigneur de Champhaut (près d’Argentan)30. Le capitaine de la ville et du château de Vire était l’écuyer Jean, dit le Compagnon de Gaule, seigneur de Feuqueray, sa seigneurie étant située en la vicomté de Caudebec au bailliage de Caux31. Le capitaine de Saint-Lô était Guillaume Carbonnel, chevalier, seigneur de Brévands (près de Carentan)32. Nicole Paynel, seigneur de Saint-Clair en la vicomté d’Auge33, était gardien de la ville et cité de Coutances. Guillaume L’Arçonneur, seigneur de Medavy, Royville, Aubry-le-Panthou et Brethel, chambellan du duc d’Alençon, était capitaine d’Argentan34. Morelet de Carville, écuyer, premier valet de chambre du roi, était capitaine de la ville et du château de Conches35.

  • 36 Actes de la chancellerie d’Henri VI…, vol. I, p. 160 n. Bienfaite, Calvados, arr. Lisieux, cant. Or (...)
  • 37 B. Schnerb, « Sauver les meubles… », p. 258.
  • 38 Actes de la chancellerie d’Henri VI…, vol. II, p. 365, 388 et 389.
  • 39 Les seigneuries de la famille de Thibouville furent confisquées et données au comte de Salisbury (i (...)
  • 40 B. Schnerb, « Sauver les meubles… », p. 256. La Rivière-Thibouville, Eure, arr. Évreux, arr. Bernay (...)
  • 41 Ibid., p. 262. Thiboutot, Seine-Maritime, arr. Le Havre, cant. Fécamp, comm. Maniquerville.

9Le phénomène qui s’observe pour les villes s’observe naturellement aussi pour les châteaux : ainsi, le chevalier Jean, seigneur de Bienfaite et de La Halboudière, deux seigneuries situées près d’Orbec, était capitaine du château et donjon de Courtonne36, tandis que l’écuyer Thomas de Creully était capitaine de la forteresse de Neuilly-l’Évêque37. Il convient du reste de souligner l’action de certains seigneurs locaux agissant comme capitaines de leurs propres forteresses : ainsi, le château d’Auvillars fut défendu par le seigneur du lieu, Richard de Tournebu, seigneur d’Auvillars, de La Motte-de-Cesny et de Grimbosq, au bailliage de Caen38. Guillaume de Thibouville39, chevalier, était capitaine du château de La Rivière-Thibouville40. Le château cauchois de Thiboutot avait pour capitaine l’écuyer Colin de Thiboutot41.

  • 42 Ibid., p. 263.

10Ce qui est vrai pour les capitaines l’est aussi pour les hommes d’armes et si l’on prend, par exemple, les noms de chevaliers et écuyers de la garnison de Honfleur en 1419, on trouve un chevalier du nom de Thomas de Carouges, et des écuyers nommés Guillaume de La Luzerne, Durant de Trouville, Brevet du Brèvedent et Robert de Bérengeville, autant d’anthroponymes qui révèlent, là encore, un recrutement local42. Il est donc incontestable que la responsabilité de la défense a très largement reposé sur des capitaines issus de la noblesse normande ; toutefois le phénomène ne fut pas exclusif et il est tout aussi incontestable que des éléments extérieurs au duché de Normandie ont contribué à la défense du pays.

Les apports extérieurs à la défense

  • 43 A. Demurger, « Guerre civile et changements… », p. 279-280.

11Dès 1417, le gouvernement royal a envoyé sur place des capitaines venant de l’extérieur du duché, pour mettre certaines villes ou forteresses en état de défense. C’est le cas par exemple de Pierre de Mornay : ce chevalier originaire de l’Orléanais, qui était chambellan du duc d’Orléans, avait été sénéchal de Carcassonne entre 1400 et 1403 et entre 1414 et 1416 ; il avait combattu à Azincourt et y avait peut-être été capturé43 ; c’est lui qui fut chargé de la défense de Bayeux – une mission qu’il ne remplit pas de manière très satisfaisante si l’on en croit La Geste des nobles françois dont l’auteur écrit :

  • 44 La Geste des nobles…, p. 162.

Si vindrent Anglois devant la cité de Bayeux ou fut messire Pierre de Mornay atout grant gent, mais le siege n’atendi point, ains s’en parti. Si receut le roy Henry la cité en obeissance a sa venue44.

  • 45 L. Puiseux, « Rôles normands et français et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréqui (...)

12Il est vrai que le traité de capitulation de Bayeux, au mois de septembre 1417, ne mentionne pas de négociateurs français, ce qui laisse entendre que les habitants furent laissés à eux-mêmes à l’approche de l’armée anglaise45.

  • 46 Sur cette ville durant la période, voir A. et S. Plaisse, La vie municipale à Évreux pendant la gue (...)
  • 47 Crannes, Sarthe, arr. Le Mans, cant. Loué.
  • 48 B. Schnerb, Enguerrand de Bournonville et les siens. Un lignage noble du Boulonnais aux XIVe et XVe(...)

13La présence en Normandie de Pierre de Mornay, un fidèle de la Maison d’Orléans, renvoie naturellement à un contexte politique particulier qui a influé sur l’organisation (ou la désorganisation) de la défense. Il n’est pas inintéressant de noter que si, au moment de l’invasion anglaise, certaines responsabilités militaires furent alors assumées par des représentants du parti d’Orléans, d’autres le furent par des hommes du duc de Bourgogne : ce fut le cas notamment à Évreux46. Cette ville ouvrit ses portes aux Bourguignons au mois de décembre 1417, au moment même où la ville de Falaise capitulait devant les Anglais. La charge de bailli et de capitaine y fut alors assumée de facto par Guillaume, seigneur de Crannes (dont les pouvoirs furent confirmés plus tard) : cet écuyer, originaire du Maine47, servait le duc de Bourgogne depuis plusieurs années : en 1414, il était homme d’armes dans la compagnie d’Enguerrand de Bournonville. Capturé à Soissons, il avait été condamné à mort comme rebelle et n’avait dû son salut qu’à une intervention de Jean, duc d’Alençon : celui-ci avait obtenu sa grâce in extremis et l’avait enlevé des mains du bourreau. Emprisonné ensuite au Châtelet de Paris, Guillaume de Crannes avait recouvré la liberté en mars 1415, date à laquelle il fut intégré à l’hôtel du duc de Bourgogne en tant qu’écuyer d’écurie48.

  • 49 Il est toutefois possible que cet acte soit, non pas l’indice de liens particuliers entre le duc d’ (...)
  • 50 A. Demurger, « Guerre civile et changements… », p. 247.
  • 51 Sur ce personnage, voir L. Mirot, « Raoul d’Anquetonville et le prix de l’assassinat du duc d’Orléa (...)

14Ce seigneur de Crannes n’était pas sans lien avec la Normandie : sa seigneurie était, certes, située dans le comté du Maine mais non loin du duché d’Alençon et le fait que le duc Jean d’Alençon se soit soucié de lui et lui ait sauvé la vie en mai 1414 semble prouver que Guillaume n’était pas un inconnu pour le duc49. Par ailleurs, on sait que ce personnage avait épousé une représentante de la noblesse normande, Guillemette d’Anquetonville50, parente du célèbre Raoul d’Anquetonville51.

  • 52 BNF, ms. fr. 26042, no 5237.

15Quoi qu’il en soit, en décembre 1417, en tant que bailli et capitaine d’Évreux, Guillaume de Crannes mit la ville et les environs en état de défense, assurant le paiement de ses troupes en saisissant les fonds du receveur domanial52 :

Sachent tous que nous, Guillaume, seigneur de Cranne, escuier d’escuierie de tres hault et puissant prince monseigneur le duc de Bourgoingne, bailli et capitaine d’Evreux, confessons avoir eu et receu de Collart Anquetin, commis a la recepte ordinaire du demaine du roy nostre sire en la viconté d’Evreux, la somme de trois cens livres tournois que nous lui avons fait bailler par contrainte de justice des deniers de ladicte recepte pour tourner et convertir au paiement de pluseurs gens d’armes et de trait qui sont soubz nous et en nostre compaignie audit lieu d’Evreux et es parties d’environ ou service du roy nostre dit sire et de mondit seigneur le duc contre leurs anemis et adversaires. De laquelle somme de trois cens livres tournois nous promettons acquicter ledit Anquetin vers le roy nostre dit sire ou mondit seigneur de Bourgoingne et faire avoir descharge souffisant ou lui rendre ladicte somme de trois cens livres tournois, et ou cas que ledit Anquetin recevroit ladicte descharge comme dessus est dit, il seroit tenus de nous rendre ceste presente sedulle. En tesmoing de ce nous avons seelles ces lettres du petit seel aux causes dudit bailliage et singnés de nostre saing manuel le XXIIIIe jour de decembre l’an de grace mil CCCC dix sept.
De Cranne.

  • 53 Ibid., no 5241.

16On voit aussi son administration se soucier de faire ensevelir par l’exécuteur des hautes œuvres d’Évreux, nommé Thomas Basin, un prisonnier anglais mort dans les prisons du roi53 :

Rollant Le Heru, lieutenant general de noble homme Guillaume de Cranne, escuier d’escuierie de tres hault et puissant prince monseigneur le duc de Bourgoingne, bailly d’Evreux, au receveur ou commis de la rechepte ordinaire du demaine de la viconté d’Evreux, salut. Nous vous mandons que des deniers de vostre recepte vous paiés et delivrés a Thomas Baasin, executeur a Evreux de la haulte justice, la somme de ving solz tournois qui ordonnés et tauxés lui ont esté tant pour sa paine et sallaire d’avoir fait porter et mettre en terre aupres du cemetiere Dieu hors Evreux un prisonnier englois lequel est nagueres allé de vie a trespassement es prisons du roy nostre sire audit lieu d’Evreux que pour un drap linge pour icellui ensevellir, et pour les aides qui le porterent en terre, en rapportant ces presentes et quictance dudit Baasin, ladicte somme vous sera allouee en vos comptes et rabatue de ladicte recepte par ceulz a qui il appartendra. Donné a Evreux soubz nostre seel dont nous usons oudit office le VIe jour de janvier l’an mil CCCC XVII [1418 n. st.].
J. Lecourt.

  • 54 Sur les mesures de mise en défense de la ville entre août et novembre 1417, voir A. et S. Plaisse, (...)

17Guillaume de Crannes dirigea la défense de la ville lorsque le duc d’Exeter vint l’assiéger au printemps de 141854. Le 20 mai, il dut toutefois capituler. Le traité qui fut alors conclu contient une clause particulière concernant les gens de guerre bourguignons présents à Évreux, et donc Guillaume de Crannes lui-même :

  • 55 L. Puiseux, « Rôles normands et français et autres pièces… », no 164, p. 24-25.

[…] Ceulx qui sont Burguegnons, ou d’aucune terre ou seigneurie du duc de Burgonge, [seront] a la grace du roy, nostre dit souverain seigneur, ou auterment ad venir ses homes lieges come au roy de France et duc de Normandie, lequel qu’il plerra au roy nostre sovereigne seigneur […]55.

  • 56 Pour replacer cette question dans le cadre plus général de la « culture de la rançon », voir R. Amb (...)

18Au roi Henri était donc laissé le choix de considérer ces Bourguignons comme ses propres prisonniers et les mettre à rançon ou les contraindre à le reconnaître comme roi de France en échange de leur liberté56.

19Le traité de capitulation d’Évreux n’est pas le seul dans lequel est prévu un sort particulier réservé aux « Bourguignons », un terme qui désigne, on le constate, à la fois les gens de guerre du parti bourguignon et ceux qui sont originaires des « terres et seigneuries » du duc de Bourgogne. Antérieurement, le traité réglant la capitulation d’Harcourt, daté du 10 mars 1418, comportait, lui aussi, un article concernant des Bourguignons exclus des bénéfices du traité :

  • 57 L. Puiseux, « Rôles normands et français et autres pièces… », no 73, p. 8.

Item, est dit, traicté et accordé que IIII escuiers bourgoignons qui sont oudit chastel seront delivrés audit monseigneur de Clarence pour les envoyer devers le roy nostre dit souverain sire et estre en sa grace57.

  • 58 La trêve, conclue le 24 juin 1417, devait originellement expirer à la Saint-Michel suivante (29 sep (...)
  • 59 Rotuli Normanniae ab anno MCCCCXVII ad annum MCCCCXXII Henrico quinto Angliae rege, A.-L. Léchaudé- (...)

20Comme je l’ai montré ailleurs, cette mesure s’expliquait par le fait que ces écuyers bourguignons avaient porté les armes contre les Anglais alors qu’Henri V et Jean sans Peur avaient conclu une trêve séparée qui devait durer du 24 juin 1417 au 27 mars 141858. Le fait était explicitement mentionné dans une clause du traité de capitulation de Courtonne datée du 6 mars précédent, qui mentionnait le fait que les défenseurs avaient « rompues et enfraintes trieves faites et prises par entre le dit tres excellent roy [d’Angleterre], d’une part, et monseigneur le duc de Bourgoigne, d’aultre part »59. Dans le cas d’Évreux, toutefois, la capitulation étant intervenue après l’expiration de la trêve, la clause en question était une manifestation de la volonté politique du roi d’Angleterre de traiter les Bourguignons à part et de faire pression sur eux pour qu’ils se soumettent à lui.

  • 60 Arch. nat. (Paris), JJ 170, no 151, et H.-P.-C. de Chastellux, Histoire généalogique de la Maison d (...)
  • 61 R. A. Newhall, The English Conquest of Normandy 1416-1424. A Study in Fifteenth Century Warfare, Ne (...)

21La présence de gens de guerre bourguignons en Normandie est donc clairement attestée dans les sources et on ne saurait d’ailleurs omettre le fait que le 26 juin 1418, moins d’un mois après la reconquête de Paris par les troupes de Jean sans Peur et plus de deux semaines avant l’arrivée de ce dernier dans la capitale, des lettres patentes données au nom du roi Charles VI portèrent nomination d’un lieutenant et capitaine général du roi au duché de Normandie « pour obvier a l’entreprinse de noz ennemys et adversaires, tant Anglois comme Armignas […] qui ont mis nostre pays et duchié de Normendie en grant subjection et icellui ont occupé et occuppent de fait »60. Le personnage choisi pour assumer cette charge fut un seigneur de Bourgogne, Claude de Beauvoir, seigneur de Chastellux, maréchal de France, qui, au début de l’année, avait été établi par Jean sans Peur « au gouvernement sur les marches et fins du pays de Normandie », avec Vernon comme base principale61.

22En vertu des lettres du 26 juin 1418, le seigneur de Chastellux fut investi de l’autorité de lieutenant du roi pour assembler tous capitaines de gens d’armes et de trait, tous nobles et non nobles, gens de communes « et autres qui ont acoustumé et pevent porter armes » pour reprendre les pays, villes, châteaux et forteresses tenus par l’ennemi ; il avait également le pouvoir de recevoir « admiablement ou par maniere de composicion » les capitaines du parti adverse, de les relever de leurs serments et de leur accorder rémission. Il recevait ordre de faire abattre et démolir les places qui seraient tenues contre la volonté du roi ou celles qui ne seraient pas tenables face à l’ennemi.

  • 62 Don de 50 francs à l’écuyer Guillaume de Grozon, pour l’aider à payer sa rançon aux Anglais qui l’o (...)
  • 63 Ce personnage était alors chambellan du duc de Bourgogne. Comptes généraux de l’État bourguignon en (...)
  • 64 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, La France gouvernée par Jean sans Peur. Les dépenses du receveur génér (...)

23C’est muni de ces pouvoirs que le seigneur de Chastellux mena diverses opérations, notamment une tentative sous les murs de Louviers au mois d’août 1418 qui se solda par un coûteux échec62. Il fut ensuite remplacé dans ses fonctions par un noble normand du parti bourguignon, Jean Le Bigot, seigneur de Loyeul63. La nomination de ce dernier intervint sans doute au début d’octobre : le 9 de ce mois, en effet, Jean Le Bigot recevait, en qualité de lieutenant et capitaine général de Normandie, une somme de 500 livres tournois « pour aller promptement amasser gens d’armes pour résister à la damnable entreprise des Anglais »64.

  • 65 Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI, p. 547.

24La présence de gens de guerre bourguignons est par ailleurs particulièrement visible dans le cas du siège de Rouen. Le chroniqueur qu’il est convenu d’identifier comme Jean Juvénal des Ursins écrit, du reste : « Le siège fut longuement devant Rouen, ne jamais [les Anglais] ne l’eussent eu, sinon par famine, car il y avoit de vaillantes gens tenant le party du duc de Bourgongne »65.

Les Bourguignons au siège de Rouen

25L’envoi de gens de guerre à Rouen avant le début des opérations de siège est mentionné par les chroniqueurs, notamment par Enguerrand de Monstrelet qui, ici comme souvent, se montre bien renseigné :

  • 66 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, vol. III, p. 281-282.

En ce temps furent envoiees de par le roy de France et le duc de Bourgongne plusieurs capitaines en la cité de Rouen, pour aider les habitans d’icelle et defendre leur ville contre le roy d’Angleterre et sa puissance, duquel ilz actendoient chascun jour estre assegez, c’est assavoir le seigneur de Pasmes, le seigneur de Neufchastel et de Montagu, messire Anthoine de Toulongon, messire Andry des Roches, Henry de Chauffour, le bastard de Thien, le Grant Jaques, natif de Lombardie, Gerard, bastard de Brimeul, et pluseurs autres hommes prudens et renomméz en armes […]. Lesquelz capitaines, tous ensemble, povoient avoir quatre mille combatans ou au dessus, tous gens de bonne estoffe66.

  • 67 « […] dimittendo eidem domino nostro regi omnes armaturas, equos et artellarias, rebus et aliis bon (...)

26Outre les sources narratives, nous disposons de documents comptables pour connaître l’identité des capitaines et gens de guerre bourguignons qui ont participé à la défense de Rouen durant le siège de 1418-1419. La production de ces sources est, en particulier, liée à la volonté du duc Jean sans Peur d’indemniser ceux de ses hommes qui, ayant tenu garnison dans la ville pendant le siège, avaient subi des dommages matériels et financiers à la suite de la capitulation : rappelons que, selon les termes du traité conclu le 13 janvier 1419, les gens de guerre ne furent autorisés à évacuer Rouen qu’en abandonnant sur place « toutes les armures, chevaulx et artilleryes, choses et autres biens meubles »67.

  • 68 E. Petit, Itinéraires de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur, ducs de Bourgogne (1363-1419), Par (...)

27C’est dans les tout premiers jours du mois de février que le duc de Bourgogne, séjournant alors à Provins, où s’étaient repliés Charles VI et Isabeau de Bavière, vit venir auprès de lui les gens de guerre qui avaient évacué Rouen : le 2 février, jour de la fête de la Purification de la Vierge, selon les comptes de son hôtel, il offrit un repas « a quatre capitaines et leurs gens et a plusieurs gentilshommes et estrangiers nouvellement venus de la garnison de Rouen »68. Par un mandement daté du lendemain, il ordonna à Jean Fraignot, son receveur général du duché et du comté de Bourgogne, de payer à un certain nombre de combattants des sommes à titre d’indemnisation.

  • 69 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1598.
  • 70 B. Schnerb, « Un aspect de la politique financière de Jean sans Peur : la question des dépenses de (...)
  • 71 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1598, fol. 158 vo.
  • 72 Arch. dép. Nord, B 1920, fol. 100 vo.

28Dans les registres de ce receveur pour l’exercice du 1er janvier au 31 décembre 141969, au chapitre des « dons et recompensacions », on trouve ainsi des dépenses liées à cette campagne d’indemnisation, dont le montant total, toutes sources comptables confondues, s’élève à la somme non négligeable de 13 500 francs, dont une faible part payée par Pierre Gorremont, receveur général du royaume70. On trouve là mention d’un certain nombre de dons individuels – et l’on peut citer par exemple le don d’une somme de 100 francs accordée à Antoine de Granges, chevalier et chambellan du duc, à lui verser « en recompensacion des pertes et dommaiges qu’il a euz et soustenuz pour avoir esté en garnison en la ville de Rouen »71. Ce paiement a été effectué en vertu d’un mandement du 3 février 1419, ce qui montre la célérité de la procédure d’indemnisation, même si on doit à la vérité de dire que certains personnages durent patienter quelque temps avant d’être dédommagés : ainsi, ce ne fut qu’en mai 1420 que deux frères, Michel et Pierre Garnier, reçurent 100 francs pour eux deux en récompense de leurs bons services et pour les indemniser des pertes subies lors de la capitulation de Rouen « lequel Pierre y perdy tous ses chevaulx, harnoiz et pluseurs aultres biens »72. Il est probable que ces deux frères ne purent solliciter la bienveillance ducale que tardivement – et en tout cas après la mort de Jean sans Peur puisque ce don leur fut consenti par Philippe le Bon.

29Parallèlement à ces dons individuels qui permettent d’identifier un certain nombre de défenseurs de Rouen, le compte du receveur Jean Fraignot mentionne une somme globale de 6 000 francs destinée par le duc à être « distribuee a tous ceulx qui estoient retournez devers lui de la ville de Rouen ou ilz avoient esté en garnison et ausquelx mondit seigneur a donné ladicte somme en recompensacion des perdes, penes et travaulx qu’ilz avoient euz et soustenuz pour la garde et deffense de ladicte ville de Rouen ».

  • 73 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1598, fol. 178 ro-vo.
  • 74 Pour ce qui suit, voir : ibid., B 11 793.

30Ces 6 000 francs furent remis, en vertu d’un mandement du 3 février 1419, à cinq écuyers, Claude d’Andelot, Hugues d’Arlay, Jean de Soubz Moustier, Étienne Rigogne et Jean de Felinges, à charge pour eux de les répartir entre les gens de guerre de leurs compagnies respectives73. Les cinq rôles de paiement, correspondant à la répartition de cette somme de 6 000 francs, sont conservés aux archives départementales de la Côte-d’Or74. Chaque rôle contient les détails de la distribution faite à 201 hommes d’armes répartis en cinq compagnies. Il ne s’agit évidemment pas de la totalité de la garnison bourguignonne de Rouen mais des gens de guerre qui se sont repliés auprès du duc de Bourgogne après la capitulation et qui ont été accueillis à Provins le 2 février, comme l’indique clairement la mention extraite de la comptabilité de l’hôtel ducal citée plus haut.

31Chaque rôle s’ouvre sur un intitulé dont voici un exemple :

S’ensuigvent les noms et surnoms des gens qui ont estez derrenierement en garnison a Rouen soubz l’estandart de monseigneur de Pesmes par l’ordonnance du roy et de monseigneur de Bourgoingne, bailliés par declaration par Glaude d’Andelot et les sommes que paiees leur ont esté pour leur porcion du don de VIm fr. fait par mondit seigneur a eulx et a plusieurs autres qui ont esté en ladicte garnison soubz autres estandars.

32Par ailleurs, chaque document porte in fine la certification de l’un des cinq écuyers mentionnés dans le compte du receveur général Jean Fraignot comme ayant été chargés d’effectuer la répartition.

Et je, ledit Huguenin d’Arlay cy dessus escript, certiffie que les dessus diz ont esté en ladicte garnison et que les sommes cy dessus declairees apres les noms d’un chascun d’eulx montant a la somme de XVc XV fr. II s. VI d. t. ont esté par moy paiés reaulment et de fait pour leur porcion desdiz VIm frans. Tesmoingz mon seel avec mon saing manuel cy mis le XXVe jour de fevrier l’an mil CCCC et dix huit, presens Guillaume Soillot et Colin Acart, clers demourans a Dijon. Hug. d’Arlay.

33Chaque homme d’armes cité reçut la somme de 29 francs, 14 sous, 2 deniers tournois, soit 1/201e de la somme de 6 000 francs.

  • 75 Désigné comme Claude de Mont dans le rôle de paiement des gens de guerre de sa compagnie, il est no (...)
  • 76 Claude de La Sarraz, mort en 1429, était le fils d’Aymon de La Sarraz, seigneur de Mont-le-Grand et (...)

34L’ensemble de cette documentation fait apparaître d’abord les capitaines de ces cinq compagnies : trois chevaliers, Guillaume de Grandson, seigneur de Pesmes, Antoine de Toulongeon, seigneur de Traves, André de Roche, et deux écuyers, Henri de Chauffour et Claude de Mont. Ce dernier personnage est à identifier comme étant l’écuyer savoyard Claude de La Sarraz75, fils d’Aymon de La Sarraz, seigneur de Mont-le-Grand76. Ces cinq capitaines figurent parmi les bénéficiaires de dons individuels et l’on n’est pas étonné de constater qu’ils sont parmi ceux qui reçoivent les plus fortes sommes, à part Claude de La Sarraz qui ne reçoit que 200 francs.

  • 77 Sur ce personnage mort probablement en 1428, voir G. de Beauséjour et C. Godard, Pesmes et ses seig (...)
  • 78 Au siège du château de Vellexon (Haute-Saône, arr. Vesoul, cant. Fresne-Saint-Mamès), il tint une c (...)
  • 79 Il reçoit paiement de gages pour 120 payes ½ (ce qui correspond alors à une compagnie pouvant compt (...)
  • 80 BNF, Bourgogne 57, fol. 89.
  • 81 L. Puiseux, Siège et prise de Rouen…, p. 90-91.
  • 82 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1598, fol. 161 ro.

35Guillaume de Grandson, seigneur de Pesmes, était le représentant d’une grande famille possessionnée tant dans le pays de Vaud que dans le comté de Bourgogne77. En 1418, il avait, derrière lui, neuf années d’une activité militaire incessante dans les armées ducales, ayant commencé à servir le duc Jean sans Peur en 140978 ; il avait été, en juillet-août 1414, l’un des capitaines de la garnison d’Arras lors du siège de cette ville par les Armagnacs79. En septembre 1414, le duc Jean sans Peur se reconnaissait redevable envers lui d’une somme de 15 000 à 16 000 livres tournois pour ses « services, gages et souldees de gens d’armes »80. Pendant le siège de Rouen, il eut en charge la défense du secteur de la porte Saint-Hilaire81 ; par la suite, il reçut 800 francs du receveur général de Bourgogne à titre d’indemnisation82.

  • 83 Sur la carrière militaire du seigneur de Traves, mort en 1432, voir B. Schnerb, L’honneur de la mar (...)
  • 84 L. Puiseux, Siège et prise de Rouen…, p. 279.
  • 85 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1598, fol. 159 vo.

36Antoine de Toulongeon, issu d’une des principales familles de la haute noblesse de Bourgogne, futur maréchal de Bourgogne, était alors conseiller et chambellan du duc ; homme de guerre dont l’activité est attestée à partir de 1415, il avait été nommé capitaine et garde de Troyes et des pays de Champagne et Brie en janvier 141883 ; il fut l’un des négociateurs de la capitulation de Rouen84. En février 1419, Jean sans Peur lui fit allouer une somme de 1 000 francs85.

  • 86 Le terme « Vallouais » désigne le Val de la Loue (Vallis laudabilis). U. Robert, Testament de l’off (...)
  • 87 Il avait épousé Catherine de Toulongeon qui est mentionnée dans son testament daté de 1426. BNF, ms (...)
  • 88 Arch. dép. Côte-d’Or, B 11 787.
  • 89 Mandement du 24 avril 1418. Comptes généraux…, vol. II/1, no 4383. Sur le siège de Senlis de mars-a (...)
  • 90 L. Puiseux, Siège et prise de Rouen…, p. 90.
  • 91 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1598, fol. 160 ro.
  • 92 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, La France gouvernée par Jean sans Peur…, nos 1168 et 1169, p. 289.

37André de Roche, alias André de Darbonnay, seigneur de Roche-en-Vallouais86, était un chevalier du comté de Bourgogne, conseiller et chambellan du duc Jean sans Peur, allié, par son mariage, à la famille de Toulongeon87. Il servait dans les armées ducales au moins depuis 141588, et n’en était pas, lorsqu’il entra à Rouen, à sa première mission périlleuse : il conduisit, en effet, par ordre du duc de Bourgogne, en avril 1418, une compagnie de gens de guerre de Dijon à Senlis « pour le fait de la seurté de ceulx qui estoient en garnison de par mondit seigneur audit lieu ou le conte d’Armignac faisoit tenir le siege »89. Durant le siège de Rouen, André de Darbonnay et son parent Antoine de Toulongeon assurèrent ensemble la défense du secteur de la porte Beauvoisine90. Après la capitulation, il reçut 800 francs du receveur du duc de Bourgogne en février 141991, puis encore 600 francs des mains du receveur général du royaume Pierre Gorremont au mois de juin suivant ; au mois de juillet le même Pierre Gorremont lui versa de nouveau 600 francs, en considération de « ses services de guerre contre les Anglais et dernièrement à Rouen où il a tenu garnison durant le siège, a été mutilé et a perdu ses chevaux, harnois et autres biens »92.

  • 93 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1554, fol. 67 vo.
  • 94 Le chroniqueur porte ce jugement lorsqu’il relate la mort du personnage survenue en 1420. Enguerran (...)
  • 95 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, La France gouvernée par Jean sans Peur…, no 999, p. 262-263.
  • 96 L. Puiseux, Siège et prise de Rouen…, p. 91.
  • 97 Ibid., p. 279.
  • 98 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, La France gouvernée par Jean sans Peur…, no 997, p. 262.
  • 99 Ibid., no 1000, p. 263.

38Henri de Chauffour, écuyer d’écurie du duc de Bourgogne, tout comme son parent Jean de Chauffour – sans doute son frère –, était membre de l’hôtel ducal depuis 140793. « Homme très renommé en armes », selon Enguerrand de Monstrelet94, il avait reçu mission, en août 1417, de tenir le bailliage de Chaumont contre les Armagnacs, et avait assuré cette mission, avec une compagnie forte de 80 hommes d’armes, 20 arbalétriers et 10 archers, jusqu’en mars 1419 « excepté le temps qu’il fut en garnison à Rouen »95. Il fut en charge, pendant le siège de Rouen, de la défense du Grand Pont et de la Barbacane96 ; il figura ensuite parmi les négociateurs du traité de capitulation97. Après le siège, il fut gratifié par Jean sans Peur d’un don de 600 francs le 3 février 1419 ; deux jours plus tôt, il s’était vu allouer 500 livres tournois, somme versée au nom du roi de France, pour le rembourser des frais qu’il avait dû faire lorsqu’il était en garnison à Rouen « avec plusieurs chevaliers et écuyers pour la défense d’icelle [ville] contre les Anglais »98 ; par ailleurs, il allait encore recevoir 180 livres tournois au mois de mai suivant « pour ses services [faits] à Rouen où il avait perdu tous ses chevaux »99. Le total des sommes à lui verser au titre de son indemnisation s’éleva donc à 1 280 francs.

39Si l’on entre maintenant dans le détail des dons on trouve d’abord les personnages qui bénéficièrent d’un don individuel : ils sont vingt-sept, en comptant les cinq capitaines cités ci-dessus, comme le montre le tableau 1 proposé ci-après.

40Les chevaliers étaient au nombre de huit, les écuyers étaient seize. Parmi eux, on trouve neuf membres de l’hôtel (cinq chambellans, deux écuyers d’écurie et deux échansons). Dans leur grande majorité, ces personnages étaient issus de la noblesse du duché et du comté de Bourgogne (Bèze, Igny, Neufchâtel, Poquières, Montbellet, Montmartin, Rupt, Rye, Vautravers, etc.). Les étrangers à la Bourgogne étaient rares : Claude de La Sarraz était un écuyer de Savoie, tandis que Lucques de Gênes était Italien.

  • 100 L. Puiseux, Siège et prise de Rouen…, p. 279.

41Outre Antoine de Toulongeon et Henri de Chauffour, on trouve également au sein du groupe des bénéficiaires de dons individuels des personnages dont les noms apparaissent dans le traité de capitulation de Rouen : ainsi Jean, seigneur de Rupt, et Jacques de Vautravers sont mentionnés parmi les négociateurs du traité100. Par ailleurs, une mention particulière doit être faite de Lucques de Gênes dont le nom, Luca ytalico, apparaît également dans le traité, parmi les personnages exclus du bénéfice de la capitulation :

  • 101 Ibid., p. 299.

Et excepto Luca ytalico, qui etiam erit prisonarius domini nostri regis101.

Tabl. 1 – Bénéficiaires d’une indemnisation pour les pertes subies lors du siège de Rouen (1419).

  • 102 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1588, fol. 180 ro.
  • 103 Mentionné comme ayant eu en charge la défense de la porte Bouvreuil ou porte du Château durant le s (...)
  • 104 Vacelin de Bèze figure également dans la liste des gens de guerre ayant servi sous l’étendard d’Ant (...)
  • 105 Jean de Courcelles figure également dans la liste des gens de guerre ayant servi sous l’étendard d’ (...)
  • 106 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1543, fol. 98 vo.
  • 107 Désigné aussi comme Claude de Mont.
  • 108 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1598, fol. 159 ro.
  • 109 Ibid., fol. 158 vo.
  • 110 Guillaume de Courlon figure également dans la liste des gens de guerre ayant servi sous l’étendard (...)
  • 111 Héliot de Pésac figure également dans la liste des gens de guerre ayant servi sous l’étendard d’Ant (...)
  • 112 Étienne de Vautravers figure également dans la liste des gens de guerre ayant servi sous l’étendard (...)
  • 113 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1598, fol. 170 ro.
  • 114 Ibid., B 1606, fol. 123 vo.
Nom Titres Don (en francs)
André de Darbonnay, seigneur de Roche Chevalier, conseiller, chambellan du duc 2 000
Henri de Chauffour Écuyer d’écurie du duc 1 280
Antoine de Toulongeon, seigneur de Traves Chevalier, conseiller, chambellan du duc 1 000
Guillaume de Grandson, seigneur de Pesmes Chevalier, conseiller, chambellan du duc 800
Thibaud, bâtard de Neufchâtel Chevalier 500
Guillaume d’Igny, seigneur d’Auxelles Chevalier, chambellan du duc102 200
Mille de Paillart Chevalier 200
Jean, seigneur de Rupt Chevalier 200
Le Grand Jacques de Vautravers103 Écuyer 200
Vacelin de Bèze104 Écuyer 200
Jean de Courcelles105 Écuyer, échanson du duc106 200
Lucques de Gênes Écuyer, capitaine de gens d’armes et de trait 200
Claude de La Sarraz, alias de Mont107 Écuyer 200
Jean de La Tour, seigneur de Montbellet Écuyer 200
Simon du Pin Écuyer, échanson du duc108 200
Antoine de Granges Chevalier, chambellan du duc109 100
Othenin Besaidet Écuyer 100
Guillaume de Courlon110 Écuyer 100
Jacques de Montmartin Écuyer 100
Héliot de Pésac111 Écuyer 100
Philibert de Poquières Écuyer 100
Philibert de Rye Écuyer 100
Jean de Sars Écuyer 100
Étienne de Vautravers112 Écuyer d’écurie du duc113 100
Michel et Pierre Garnier Frères 100
Jean Le Grain Huissier d’armes du duc114 100
  • 115 Mandement du duc donné le 7 mars 1419. Ibid., B 1601, fol. 63 ro.
  • 116 Ibid., B 1598, fol. 182 vo ; arch. dép. Nord, B 1920, fol. 94 vo.
  • 117 B. Schnerb, « Un capitaine italien au service de Jean sans Peur : Castellain Vasc », Annales de Bou (...)
  • 118 A. et S. Plaisse, La vie municipale à Évreux…, p. 112-114.
  • 119 B. Schnerb, « Sauver les meubles… », p. 236-237.

42Ce « capitaine de gens d’armes et de trait » italien fut visiblement mis à rançon et libéré assez vite puisqu’on le retrouve, dès le début de mars 1419, à Provins auprès du duc Jean sans Peur qui lui accorda 200 francs à titre d’indemnisation « pour et en recompensacion des pertes et dommaiges qu’il a euz et soustenus, lui estant nagaires en la garnison en la ville de Rouen »115. C’est la première mention qu’on ait de lui dans la comptabilité bourguignonne ; on le retrouve, au mois d’août suivant, intégré à l’hôtel en tant qu’écuyer d’écurie et chargé d’aller recruter des gens de guerre à Gênes116. Son cas permet de rappeler que les armées royales et princières françaises du début du XVe siècle comptaient d’importants contingents d’hommes de trait recrutés en Italie – notamment à Gênes – et l’on peut rapprocher son cas de celui du Lombard Castellain Vasc qui, au même moment, faisait lui aussi carrière au service du duc de Bourgogne117. L’implication de capitaines et de gens de guerre italiens dans la défense de la Normandie en 1417-1419 est bien attestée dans les sources : ainsi Guillaume de Crannes, capitaine d’Évreux, tenait avec lui une compagnie de 18 arbalétriers italiens commandée par le connétable François de Ferrare118. J’ai montré ailleurs que, durant la conquête de la Normandie, la volonté d’Henri V fut toujours d’exclure les « Génois » du bénéfice des capitulations négociées119.

  • 120 J. Debry, « Jean Ier de Neufchâtel, seigneur de Montaigu et de Fontenoy-le-Château », in Les cheval (...)
  • 121 F.-F. Chevalier, Mémoires historiques sur la ville et seigneurie de Poligny, Lons-le-Saunier, P. De (...)
  • 122 W. Paravicini, Guy de Brimeu. Der burgundische Staat und seine adlige Führungsschicht unter Karl de (...)
  • 123 Thiant, Nord, arr. et cant. Valenciennes.
  • 124 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, vol. III, p. 150.
  • 125 J. Flammermont, Histoire de Senlis…, p. 31-45.
  • 126 Voir supra, n. 89.

43Si l’on compare maintenant les données fournies par la comptabilité à la liste de capitaines figurant dans la chronique d’Enguerrand de Monstrelet, on constate d’abord que le chroniqueur, qui cite avec raison le seigneur de Pesmes, Antoine de Toulongeon et Henri de Chauffour, commet deux erreurs : en premier lieu il mentionne Jean de Neufchâtel, seigneur de Montaigu, qu’il confond avec son fils illégitime Thibaud, bâtard de Neufchâtel120. Par ailleurs, il affirme que « le Grand Jacques » était « natif de Lombardie », alors que ce personnage, appelé le Grand Jacques de Vautravers, était lié à un lignage de la noblesse du comté de Neuchâtel implanté dans la région de Poligny121 (Enguerrand de Monstrelet emboutit sans doute ce personnage avec Lucques de Gênes qu’il ne cite pas par ailleurs). On peut noter aussi qu’il mentionne deux capitaines qu’on ne retrouve pas dans les sources comptables : Gérard, bâtard de Brimeu, et le bâtard de Thiant ; le premier était un illégitime de la famille Tyrel de Poix de Brimeux qu’on trouve maître veneur du comté de Boulogne en 1426122 ; il est l’un des très rares écuyers des « frontières de Picardie » à figurer dans les troupes bourguignonnes en Normandie en 1417-1419. Le second, Jean, bâtard de Thiant, était probablement un illégitime de la famille hennuyère des seigneurs de Thiant123. Il apparaît comme capitaine de compagnies d’aventure en 1416124 ; spécialiste de la défense des places, il avait dirigé la défense de Senlis lors du siège mené par le comte d’Armagnac au printemps 1418125 ; à cette occasion il avait déjà eu André de Darbonnay, seigneur de Roche, comme compagnon d’armes126.

  • 127 On trouve entre 6 % et 7 % de bâtards dans les armées de Jean sans Peur entre 1407 et 1418. Arch. d (...)
  • 128 Ibid., B 11 793.

44On peut souligner l’importance des bâtards au sein du contingent bourguignon envoyé à Rouen : outre les trois capitaines dont il vient d’être question – le bâtard de Neufchâtel, le bâtard de Brimeu et le bâtard de Thiant – on relève aussi le nom de quatorze bâtards dans la liste des gens de guerre bénéficiaires du don de 6 000 francs octroyé par Jean sans Peur (soit 7 % du total, ce qui est une forte proportion, correspondant, du reste, à la part des bâtards dans l’ensemble des armées ducales127). Un certain nombre d’entre eux se rattachait à une famille noble clairement identifiée : le bâtard de Gy et le bâtard de La Sarraz servaient sous l’étendard de l’écuyer Claude de La Sarraz, le bâtard de Montbellet, le bâtard de Digoine, le bâtard de Roussillon, le bâtard de Tarcy et le bâtard de La Haie servaient dans la compagnie d’Antoine de Toulongeon, le bâtard de Rupt et le bâtard de Baudoncourt servaient sous l’étendard de Guillaume de Grandson, le bâtard de Bignan et le bâtard de Cusance servaient avec André de Darbonnay128.

  • 129 G. de Beauséjour et C. Godard, Pesmes et ses seigneurs…, p. 139 et 142.
  • 130 Ibid., p. 128.

45L’étude de la liste des gens de guerre établie grâce à la combinaison de l’ensemble des sources narratives et comptables montre l’existence de liens unissant une partie de ces combattants entre eux ; ainsi, certains liens féodaux sont clairement attestés : Claude d’Andelot, par exemple, désigné pour distribuer une part des 6 000 francs d’indemnités aux gens de guerre de la compagnie de Guillaume de Grandson, seigneur de Pesmes, compagnie dans laquelle il figurait en tant qu’homme d’armes, était un vassal dudit Guillaume129 ; à celui-ci étaient également liés par un lien féodal Jean, seigneur de Rupt130 qui servit à Rouen, ainsi que deux représentants de sa famille (le bâtard de Rupt et Perrin de Rupt – tous deux présents dans la compagnie du seigneur de Pesmes).

46Cet exemple permet, par ailleurs, de souligner la présence de groupes familiaux au sein de ce contingent : ainsi, on relève les noms de plusieurs hommes d’armes appartenant à la famille de Vautravers ; le Grand Jacques – dont il a déjà été question –, Étienne, Guyot, Jean et Henri de Vautravers ; on trouve aussi, outre Thibaud, bâtard de Neufchâtel, Jean et Jaquet de Neufchâtel ; on a déjà relevé que le bâtard de La Sarraz servait « sous l’étendard » de Claude de La Sarraz ; on peut encore citer Guillaume Chagoin et le bâtard Chagoin, sous l’étendard du seigneur de Traves, Pierre de La Baume et Guillaume de La Baume, dans la même compagnie, Huguenin et Oudin de Montferrand dans la compagnie du seigneur de Roche, les frères Jean et Guillaume de Chantrans dans la compagnie du seigneur de Pesmes, etc.

  • 131 Échanson : Comptes généraux…, vol. I, no 248 (avril 1411), vol. III/1, no 6829 (juillet 1417), vol. (...)

47Un certain nombre d’anthroponymes relevés dans les listes des hommes d’armes indemnisés – comme ceux qui viennent d’être cités – indiquent une aire de recrutement centrée sur les deux Bourgognes et la Savoie, ce qui correspond aux origines géographiques des capitaines. Toutefois, on trouve aussi mention de quelques personnages recrutés hors de ces pays : ainsi Rodet de Bâle ou Thierry L’Allemand, qui sert avec un homme d’armes désigné comme « Thierry, son compagnon » ; ce personnage est peut-être à identifier comme étant Dietrich de Mengersreut, écuyer du pays de Brabant, premier échanson du duc de Bourgogne, surnommé parfois Thierry L’Allemand dans les documents comptables131. Il faut toutefois souligner que la plupart des gens de guerre mentionnés dans les rôles de paiement de février 1419 portent des anthroponymes constitués d’un nom et d’un surnom, voire d’un simple surnom, n’indiquant ni lieu d’origine ni ascendance nobiliaire, ce qui nous rappelle qu’en ce début du XVe siècle, le recrutement social des hommes d’armes était hétérogène.

Conclusion

  • 132 Un bourgeois de Louviers nommé Jean de Valois fut exécuté pour avoir tenté, au mois d’août 1418, de (...)

48Ce petit dossier que je n’ai exploité que partiellement permet cependant de se faire une idée des forces militaires que le duc de Bourgogne Jean sans Peur engagea dans la défense de la Normandie. On peut souligner que le choix du duc fut d’envoyer sur place des capitaines combinant l’autorité et l’expérience : le seigneur de Chastellux, maréchal de France, était l’un de ceux qui avaient pris Paris par surprise en mai 1418, un exploit qu’il tenta semble-t-il de réitérer à Louviers où, comme à Paris, on a trace d’une conspiration pour livrer la ville aux Français132. Guillaume de Crannes était un homme de guerre qui avait des connexions normandes et avait pris part à la défense de Soissons. Les capitaines envoyés à Rouen avaient, pour une bonne part, l’expérience récente de la défense des villes (que ce soit Arras en 1414 ou Senlis en 1418).

  • 133 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, vol. III, p. 282.
  • 134 L. Puiseux, Siège et prise de Rouen…, p. 53-54.
  • 135 Sur ce personnage et son action, voir J.-M. Roger, « Guy Le Bouteiller », La guerre et la paix au M (...)
  • 136 B. Schnerb, « Le recrutement social et géographique des armées des ducs de Bourgogne (1340-1477) », (...)

49Le contingent lui-même n’apparaît pas clairement : nos sources ne font mention que des hommes d’armes et sont muettes sur les gens de trait. Il est, du reste, difficile, en l’absence de montres d’armes ou de rôles de paiement, de connaître l’effectif des troupes envoyées à Rouen par le duc Jean sans Peur. Enguerrand de Monstrelet donne le chiffre de 4 000 combattants133. Léon Puiseux reprend cette information sans la discuter134. Toutefois, il semble que dans cet effectif Monstrelet ait intégré les 1 500 combattants que le capitaine Guy Le Bouteiller avait introduits auparavant dans la ville135. En l’admettant, on peut considérer que le contingent bourguignon aurait été constitué de 2 500 combattants, soit 1 500 hommes d’armes et 1 000 hommes de trait, étant donné qu’archers et arbalétriers représentaient, dans les années 1417-1419, environ 40 % des armées du duc de Bourgogne136. Dans cette hypothèse, chacun des cinq capitaines nommés dans les sources comptables aurait tenu sous son étendard une compagnie de 300 hommes d’armes et 200 archers et arbalétriers, ce qui est un effectif important mais pas invraisemblable.

50Ce que notre documentation nous montre bien, en revanche, c’est que les gens de guerre formant ce contingent étaient recrutés essentiellement dans les deux Bourgognes et en Savoie, avec un fort encadrement nobiliaire (et une proportion non négligeable de bâtards de nobles). Au sein de cet encadrement, les gentilshommes de l’hôtel tenaient une place importante. C’est donc un contingent bien encadré, ayant une forte cohésion et bien adapté à la mission qui lui était assignée qui fut envoyé à Rouen. C’était une troupe d’élite, mais qui n’était pas en mesure d’opposer indéfiniment une résistance à l’adversaire.

Notes

1 La Geste des nobles françois, in Chronique de la Pucelle, A. Vallet de Viriville (éd.), Paris, A. Delahays, 1859, p. 105-204 (citation p. 176).

2 « Quand les habitants de Rouen, investis depuis juillet 1418 par l’écrasant matériel de siège d’Henri V, sollicitèrent de lui des secours, Jean leur conseilla de ne compter que sur leurs propres forces » (É. Perroy, La guerre de Cent Ans, Paris, Gallimard, 1945, p. 211).

3 B. Schnerb, « Sauver les meubles. À propos de quelques traités de capitulation de forteresses du début du XVe siècle », in Frieden schaffen und sich verteidigen im Spätmittelalter / Faire la paix et se défendre (Actes du colloque de Paris, 11-12 janvier 2010), G. Naegle (dir.), Munich, Oldenburg Verlag (Pariser Historische Studien ; 98), 2012, p. 215-264.

4 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, L. Douët-d’Arcq (éd.), Paris, Société de l’histoire de France, 1857-1862, 6 vol.

5 Chronique du religieux de Saint-Denys, Paris, CTHS, 1994 (reprint de l’éd. de L. Bellaguet, Paris, Crapelet, 1839-1852, 6 vol.).

6 Voir supra, n. 1.

7 Chroniques de Perceval de Cagny, H. Moranvillé (éd.), Paris, Société de l’histoire de France, 1902.

8 Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI, in Choix de chroniques et mémoires relatifs à l’histoire de France, J.-A.-C. Buchon (éd.), Orléans, H. Herluison, 1875, p. 323-573.

9 Arch. dép. Côte-d’Or (Dijon), B 11 792.

10 Sur certains des acteurs cités ici, on lira avec profit H. Dubois, « La noblesse au miroir de l’Échiquier de Normandie », in Guerre, pouvoir et noblesse au Moyen Âge, J. Verger et J. Paviot (dir.), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne (Cultures et civilisations médiévales ; 22), 2000, p. 215-225.

11 A. de Bouillé, Un conseiller de Charles VII. Le maréchal de La Fayette, 1380-1463, Lyon, Audin, 1955, spécialement p. 43-48.

12 B. Schnerb, « Sauver les meubles… », p. 220 et 224 n.

13 Letters, Orders and Musters of Bertrand Du Guesclin, 1357-1380, M. Jones (éd.), Woodbridge, Boydell Press, 2004, passim.

14 Lesnen, Ille-et-Vilaine, arr. Saint-Malo, cant. Tinténiac, comm. Saint-Thual.

15 Marcey-les-Grèves, Manche, arr. et cant. Avranches.

16 Regnéville-sur-Mer, Manche, arr. Coutances, cant. Montmartin-sur-Mer.

17 Sur Olivier de Mauny et son frère Charles, voir : Le Songe véritable, pamphlet politique d’un Parisien du XVe siècle, H. Moranvillé (éd.), Paris, s. n., 1891 (extrait des Mémoires de la Société de l’histoire de Paris, t. XVII, 1890), p. 187-188 ; C. Bozzolo et H. Loyau, La cour amoureuse, dite de Charles VI, 3 t. en 2 vol., Paris, Le Léopard d’or, 1982-1992, ici vol. I, no 191, p. 133 ; P. Contamine, L’oriflamme de Saint-Denis aux XIVe et XVe siècles, Nancy, Université Nancy II, Institut de recherche régionale, 1975, p. 48, 49 et 52 ; A. Demurger, « Guerre civile et changements du personnel administratif dans le royaume de France de 1400 à 1418 : l’exemple des baillis et sénéchaux », Francia, t. VI, 1978, p. 151-298 (voir p. 252 et 276).

18 Garencières, Eure, arr. Évreux, cant. Saint-André-de-l’Eure.

19 Faguernon, Calvados, arr. Lisieux, cant. Pont-l’Évêque.

20 Fontenay-le-Marmion, Calvados, arr. Caen, cant. Bourguébus.

21 Le Hommet, Calvados, arr. Bayeux, cant. Trévières, comm. Géfosse-Fontenay.

22 C. Goldmann, Les Garencières-le Baveux, vie et mort d’un lignage de la moyenne noblesse normande (fin XIIIe-XVe siècle), thèse de doctorat, université Paris-Sorbonne (Paris IV), 1991, 4 vol., ici vol. I, p. 195-196.

23 Chronique du religieux de Saint-Denys, vol. VI, p. 101.

24 Hermeville, Seine-Maritime, arr. Le Havre, cant. Criquetot-l’Esneval.

25 Le livre des fais du bon messire Jehan Le Maingre, dit Bouciquaut, D. Lalande (éd.), Genève, Droz, 1985, p. 170 ; C. Bozzolo et H. Loyau, La cour amoureuse…, vol. I, p. 159.

26 P. Contamine, L’oriflamme de Saint-Denis…, p. 38, n. 6.

27 La Haye-d’Ectot, Manche, arr. Cherbourg, cant. Barneville-Carteret.

28 La Luthumière, Manche, arr. Cherbourg, cant. Valognes, comm. Brix.

29 B. Schnerb, « Sauver les meubles… », p. 226, 234 et 258 n.

30 Ibid., p. 254. Champhaut, Orne, arr. Argentan, cant. Le Merlerault.

31 Ibid., p. 255.

32 Actes de la chancellerie d’Henri VI concernant la Normandie sous la domination anglaise (1422-1435), P. Le Cacheux (éd.), Rouen – Paris, A. Lestringant, 1907-1908, 2 vol., ici vol. II, p. 379. Brévands, Manche, arr. Saint-Lô, cant. Carentan.

33 Ibid., p. 389.

34 Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI, p. 535 ; Chroniques de Perceval de Cagny, p. 110.

35 En mai 1417, il reçoit 100 francs « pour convertir en trait, canons, pouldres, artillerie et autres choses neccesseres pour la defense de nosdites ville et chastel ». BNF, ms. fr. 25709, no 750.

36 Actes de la chancellerie d’Henri VI…, vol. I, p. 160 n. Bienfaite, Calvados, arr. Lisieux, cant. Orbec, comm. Saint-Martin-de-Bienfaite. La Halboudière, Calvados, arr. Lisieux, cant. Orbec, comm. Familly.

37 B. Schnerb, « Sauver les meubles… », p. 258.

38 Actes de la chancellerie d’Henri VI…, vol. II, p. 365, 388 et 389.

39 Les seigneuries de la famille de Thibouville furent confisquées et données au comte de Salisbury (ibid., vol. I, p. 8).

40 B. Schnerb, « Sauver les meubles… », p. 256. La Rivière-Thibouville, Eure, arr. Évreux, arr. Bernay, cant. Beaumont-le-Roger, comm. Nassandres.

41 Ibid., p. 262. Thiboutot, Seine-Maritime, arr. Le Havre, cant. Fécamp, comm. Maniquerville.

42 Ibid., p. 263.

43 A. Demurger, « Guerre civile et changements… », p. 279-280.

44 La Geste des nobles…, p. 162.

45 L. Puiseux, « Rôles normands et français et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny en 1764, 1765 et 1766 », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. XXIII, 1858, no 231, p. 38.

46 Sur cette ville durant la période, voir A. et S. Plaisse, La vie municipale à Évreux pendant la guerre de Cent Ans, Évreux, Société libre de l’Eure, 1978.

47 Crannes, Sarthe, arr. Le Mans, cant. Loué.

48 B. Schnerb, Enguerrand de Bournonville et les siens. Un lignage noble du Boulonnais aux XIVe et XVe siècles, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne (Civilisations et cultures médiévales ; 14), 1997, p. 133-134.

49 Il est toutefois possible que cet acte soit, non pas l’indice de liens particuliers entre le duc d’Alençon et la famille du seigneur de Crannes, mais une manifestation de la volonté du prince de se conformer à l’éthique chevaleresque et de son souci de renvoyer une image flatteuse de lui-même. Cette hypothèse m’a été suggérée au cours du colloque de Cerisy par M. Franck Mauger que je tiens à remercier ici.

50 A. Demurger, « Guerre civile et changements… », p. 247.

51 Sur ce personnage, voir L. Mirot, « Raoul d’Anquetonville et le prix de l’assassinat du duc d’Orléans », Bibliothèque de l’École des chartes, t. LXXII, 1911, p. 445-458.

52 BNF, ms. fr. 26042, no 5237.

53 Ibid., no 5241.

54 Sur les mesures de mise en défense de la ville entre août et novembre 1417, voir A. et S. Plaisse, La vie municipale à Évreux…, p. 106-114. À noter que ces auteurs ne citent à aucun moment Guillaume de Crannes dans leur ouvrage, ce qui donne l’impression fausse que ce sont les autorités municipales qui ont organisé la défense.

55 L. Puiseux, « Rôles normands et français et autres pièces… », no 164, p. 24-25.

56 Pour replacer cette question dans le cadre plus général de la « culture de la rançon », voir R. Ambühl, Prisoners of War in the Hundred Years War. Ransom Culture in the Late Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 2013.

57 L. Puiseux, « Rôles normands et français et autres pièces… », no 73, p. 8.

58 La trêve, conclue le 24 juin 1417, devait originellement expirer à la Saint-Michel suivante (29 septembre) mais fut prorogée jusqu’à Pâques 1418 (27 mars). T. Rymer, Foedera, Conventiones et Acta publica, La Haye, Neaulme, 1739-1745, 10 vol., ici vol. IX, p. 527-528.

59 Rotuli Normanniae ab anno MCCCCXVII ad annum MCCCCXXII Henrico quinto Angliae rege, A.-L. Léchaudé-d’Anisy (éd.), Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. XV, 1846, p. 216-290 (citation p. 269).

60 Arch. nat. (Paris), JJ 170, no 151, et H.-P.-C. de Chastellux, Histoire généalogique de la Maison de Chastellux, Auxerre, Impr. de Perriquet, 1869, no 172, p. 390-391.

61 R. A. Newhall, The English Conquest of Normandy 1416-1424. A Study in Fifteenth Century Warfare, New Haven – Londres, Yale University Press, 1924, p. 90.

62 Don de 50 francs à l’écuyer Guillaume de Grozon, pour l’aider à payer sa rançon aux Anglais qui l’ont pris devant Louviers « lui adonc estant soubz le gouvernement de messire Glaude de Chastelluz » (mandement du duc du 25 septembre 1418). Arch. dép. Côte-d’Or, B 11 886. Don de 2 250 francs (2 000 écus d’or à la couronne) au seigneur de Chastellux, pour l’aider à payer la rançon de ses gens de guerre capturés à Louviers (lettres royales du 5 octobre 1418). H.-P.-C. de Chastellux, Histoire généalogique…, p. 391, et R. A. Newhall, The English Conquest…, p. 118, note. Don de 100 francs à l’écuyer Jean de La Chapelle, pour l’aider à payer sa rançon aux Anglais qui l’ont capturé devant Louviers alors qu’il servait sous les ordres de Claude de Chastellux (mandement du duc du 3 novembre 1418). Arch. dép. Côte-d’Or, B 1598, fol. 158 vo-159 ro.

63 Ce personnage était alors chambellan du duc de Bourgogne. Comptes généraux de l’État bourguignon entre 1416 et 1420, M. Mollat et al. (éd.), Paris, Imprimerie nationale – Librairie Klincksieck (Recueil des historiens de la France. Documents financiers ; 5), 1965-1976, 6 vol., ici vol. I, no 161, et vol. II/1, no 3934.

64 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, La France gouvernée par Jean sans Peur. Les dépenses du receveur général du royaume, Paris, Presses universitaires de France, 1959, no 239, p. 116-117.

65 Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI, p. 547.

66 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, vol. III, p. 281-282.

67 « […] dimittendo eidem domino nostro regi omnes armaturas, equos et artellarias, rebus et aliis bonis mobilibus » (L. Puiseux, Siège et prise de Rouen par les Anglais [1418-1419], Caen, E. Le Gost-Clérisse, 1867, p. 296-298).

68 E. Petit, Itinéraires de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur, ducs de Bourgogne (1363-1419), Paris, Imprimerie nationale, 1888, p. 446.

69 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1598.

70 B. Schnerb, « Un aspect de la politique financière de Jean sans Peur : la question des dépenses de guerre », Publication du Centre européen d’études bourguignonnes, t. XXVII, 1987, p. 113-128 (voir p. 118).

71 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1598, fol. 158 vo.

72 Arch. dép. Nord, B 1920, fol. 100 vo.

73 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1598, fol. 178 ro-vo.

74 Pour ce qui suit, voir : ibid., B 11 793.

75 Désigné comme Claude de Mont dans le rôle de paiement des gens de guerre de sa compagnie, il est nommé Claude de La Sarraz dans le compte du receveur général des duché et comté de Bourgogne.

76 Claude de La Sarraz, mort en 1429, était le fils d’Aymon de La Sarraz, seigneur de Mont-le-Grand et de Montreux, et de Bonne de Salins. Aymon testa en 1427 en faveur de son fils et héritier Claude. Ce dernier apparaît comme seigneur de Montreux en 1428, mais l’année suivante, sa femme, Jaquemette de Seyssel, est mentionnée comme veuve et sans enfants. Voir : D. Martignier et A. de Crousaz, Dictionnaire historique, géographique et statistique du canton de Vaud, Lausanne, L. Corbaz, 1867, entrée « Le Châtelard », p. 177, et entrée « Mont-le-Grand », p. 620.

77 Sur ce personnage mort probablement en 1428, voir G. de Beauséjour et C. Godard, Pesmes et ses seigneurs du XIIe au XVIIIe siècle, 2e partie : De 1327 à 1451. Maison de Grandson, Vesoul, L. Bon, 1909, p. 124-149.

78 Au siège du château de Vellexon (Haute-Saône, arr. Vesoul, cant. Fresne-Saint-Mamès), il tint une compagnie dont l’effectif était de 11 hommes d’armes. J. de La Chauvelays, « Les armées des trois premiers ducs de Bourgogne de la Maison de Valois », Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, t. VI, 1880, p. 19-335 (voir p. 192).

79 Il reçoit paiement de gages pour 120 payes ½ (ce qui correspond alors à une compagnie pouvant compter environ 100 hommes d’armes et 41 hommes de trait). Arch. dép. Nord, B 1903, fol. 229 ro.

80 BNF, Bourgogne 57, fol. 89.

81 L. Puiseux, Siège et prise de Rouen…, p. 90-91.

82 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1598, fol. 161 ro.

83 Sur la carrière militaire du seigneur de Traves, mort en 1432, voir B. Schnerb, L’honneur de la maréchaussée : maréchalat et maréchaux en Bourgogne des origines à la fin du XVe siècle, Turnhout, Brepols, 2000, passim, notamment p. 72.

84 L. Puiseux, Siège et prise de Rouen…, p. 279.

85 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1598, fol. 159 vo.

86 Le terme « Vallouais » désigne le Val de la Loue (Vallis laudabilis). U. Robert, Testament de l’officialité de Besançon, 1265-1500, Paris, Imprimerie nationale, 1902-1907, 2 vol., ici vol. I, p. 438.

87 Il avait épousé Catherine de Toulongeon qui est mentionnée dans son testament daté de 1426. BNF, ms. fr. 32974, p. 29.

88 Arch. dép. Côte-d’Or, B 11 787.

89 Mandement du 24 avril 1418. Comptes généraux…, vol. II/1, no 4383. Sur le siège de Senlis de mars-avril 1418, voir J. Flammermont, Histoire de Senlis pendant la seconde partie de la guerre de Cent Ans (1405-1441), Nogent-le-Rotrou, G. Daupeley, 1879, passim, notamment p. 32-45.

90 L. Puiseux, Siège et prise de Rouen…, p. 90.

91 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1598, fol. 160 ro.

92 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, La France gouvernée par Jean sans Peur…, nos 1168 et 1169, p. 289.

93 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1554, fol. 67 vo.

94 Le chroniqueur porte ce jugement lorsqu’il relate la mort du personnage survenue en 1420. Enguerrand de Monstrelet, Chronique, vol. III, p. 383.

95 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, La France gouvernée par Jean sans Peur…, no 999, p. 262-263.

96 L. Puiseux, Siège et prise de Rouen…, p. 91.

97 Ibid., p. 279.

98 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, La France gouvernée par Jean sans Peur…, no 997, p. 262.

99 Ibid., no 1000, p. 263.

100 L. Puiseux, Siège et prise de Rouen…, p. 279.

101 Ibid., p. 299.

102 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1588, fol. 180 ro.

103 Mentionné comme ayant eu en charge la défense de la porte Bouvreuil ou porte du Château durant le siège de Rouen. L. Puiseux, Siège et prise de Rouen…, p. 90.

104 Vacelin de Bèze figure également dans la liste des gens de guerre ayant servi sous l’étendard d’Antoine de Toulongeon et bénéficiaires de l’indemnisation collective de 6 000 francs.

105 Jean de Courcelles figure également dans la liste des gens de guerre ayant servi sous l’étendard d’Antoine de Toulongeon et bénéficiaires de l’indemnisation collective de 6 000 francs.

106 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1543, fol. 98 vo.

107 Désigné aussi comme Claude de Mont.

108 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1598, fol. 159 ro.

109 Ibid., fol. 158 vo.

110 Guillaume de Courlon figure également dans la liste des gens de guerre ayant servi sous l’étendard d’Antoine de Toulongeon et bénéficiaires de l’indemnisation collective de 6 000 francs.

111 Héliot de Pésac figure également dans la liste des gens de guerre ayant servi sous l’étendard d’Antoine de Toulongeon et bénéficiaires de l’indemnisation collective de 6 000 francs.

112 Étienne de Vautravers figure également dans la liste des gens de guerre ayant servi sous l’étendard d’André de Roche et bénéficiaires de l’indemnisation collective de 6 000 francs.

113 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1598, fol. 170 ro.

114 Ibid., B 1606, fol. 123 vo.

115 Mandement du duc donné le 7 mars 1419. Ibid., B 1601, fol. 63 ro.

116 Ibid., B 1598, fol. 182 vo ; arch. dép. Nord, B 1920, fol. 94 vo.

117 B. Schnerb, « Un capitaine italien au service de Jean sans Peur : Castellain Vasc », Annales de Bourgogne, t. LXIV, 1992, p. 5-38.

118 A. et S. Plaisse, La vie municipale à Évreux…, p. 112-114.

119 B. Schnerb, « Sauver les meubles… », p. 236-237.

120 J. Debry, « Jean Ier de Neufchâtel, seigneur de Montaigu et de Fontenoy-le-Château », in Les chevaliers de l’ordre de la Toison d’or au XVe siècle, R. de Smedt (dir.), Francfort-sur-le-Main, P. Lang (Kieler Werkstücke. Reihe D : Beiträge zur europäischen Geschichte des späten Mittelalters ; 3), 2000, 2e éd., no 24, p. 54.

121 F.-F. Chevalier, Mémoires historiques sur la ville et seigneurie de Poligny, Lons-le-Saunier, P. Delhorme, 1767-1769, 2 vol., ici vol. II, p. 508-514.

122 W. Paravicini, Guy de Brimeu. Der burgundische Staat und seine adlige Führungsschicht unter Karl dem Kühnen, Bonn, Röhrscheid (Pariser historische Studien ; 12), 1975, p. 76, n. 197.

123 Thiant, Nord, arr. et cant. Valenciennes.

124 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, vol. III, p. 150.

125 J. Flammermont, Histoire de Senlis…, p. 31-45.

126 Voir supra, n. 89.

127 On trouve entre 6 % et 7 % de bâtards dans les armées de Jean sans Peur entre 1407 et 1418. Arch. dép. Côte-d’Or, B 11 768, B 11 771, B 11 788, B 11 793.

128 Ibid., B 11 793.

129 G. de Beauséjour et C. Godard, Pesmes et ses seigneurs…, p. 139 et 142.

130 Ibid., p. 128.

131 Échanson : Comptes généraux…, vol. I, no 248 (avril 1411), vol. III/1, no 6829 (juillet 1417), vol. II/1, no 2098 (1417-mai 1418) ; premier échanson : B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, La France gouvernée par Jean sans Peur…, no 148, p. 97 (mars 1418).

132 Un bourgeois de Louviers nommé Jean de Valois fut exécuté pour avoir tenté, au mois d’août 1418, de faire entrer dans la ville, alors tenue par les Anglais, les gens du duc de Bourgogne qui étaient à Vernon. M.-H. Guibert, « Louviers pendant la guerre de Cent Ans, XIVe et XVe siècles », Société d’études diverses de l’arrondissement de Louviers, t. II, 1894, p. 155-272 (voir p. 188-190).

133 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, vol. III, p. 282.

134 L. Puiseux, Siège et prise de Rouen…, p. 53-54.

135 Sur ce personnage et son action, voir J.-M. Roger, « Guy Le Bouteiller », La guerre et la paix au Moyen Âge (Actes du CIe congrès national des sociétés savantes, Lille, 1976), Paris, Bibliothèque nationale, 1978, p. 271-329.

136 B. Schnerb, « Le recrutement social et géographique des armées des ducs de Bourgogne (1340-1477) », Cahiers du Centre de recherches en histoire du droit et des institutions, t. XVIII : Guerre, pouvoir, principauté, 2002, p. 53-67 (voir p. 58 et 65).

Auteur

Université de Lille

Bertrand Schnerb est professeur d’histoire médiévale à l’université de Lille. Ses travaux portent surtout sur l’histoire de l’État bourguignon aux XIVe et XVe siècles. Il a publié notamment : Armagnacs et Bourguignons : la « maudite guerre » (Paris, Perrin, 1988, 2009) ; L’État bourguignon, 1363-1477 (Paris, Perrin, 1999, 2005) ; « L’honneur de la maréchaussée ». Maréchaux et maréchalat en Bourgogne des origines à la fin du Moyen Âge (Turnhout, Brepols, 2000) ; Jean sans Peur, le prince meurtrier (Paris, Payot, 2005).

© Presses universitaires de Caen, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search