Version classiqueVersion mobile

La guerre en Normandie (XIe-XVe siècle)

 | 
Anne Curry
, 
Véronique Gazeau

Les Valois-Alençon : une présence armagnaque en Normandie

Franck Mauger

Résumé

Le nom de Jean Ier d’Alençon figure traditionnellement en bonne place au nombre des victimes de la bataille d’Azincourt (1415). « Sans son aide, la querelle dudit Orléans qui estoit bonne et sainte n’eust peu estre conduite », affirme le chroniqueur Perceval de Cagny, écuyer de l’Hôtel ducal. Derrière la geste guerrière du prince, se dévoile un lignage méconnu, indéfectiblement lié aux intérêts de la Maison d’Orléans. La documentation dispersée de l’ancienne Chambre des comptes d’Alençon et de la chancellerie princière fait écho au propos de Perceval de Cagny et confirme la justesse de vue d’un homme demeuré quarante-six années durant au service des Valois-Alençon : l’Hôtel est bien une arme pour faire la guerre. Cette contribution s’attache au proche entourage du duc Jean, à ses engagements politiques, diplomatiques et militaires dans les années 1407-1415. Il souhaite revisiter l’image d’une Normandie passive attachée d’instinct au légalisme royal et sensible, avec ses villes drapières, à la propagande bourguignonne. Il existe une autre Normandie, qui ne se résume pas aux seuls intérêts économiques de la vallée de la Seine : la Normandie occidentale, une Normandie armagnaque.

Texte intégral

  • 1 Perceval de Cagny, Chroniques, H. Moranvillé (éd.), Paris, Renouard – SHF, 1902, p. 17.
  • 2 Cet article résume à grands traits quelques acquis d’une thèse préparée sous la direction de Franço (...)

1Le 25 octobre 1415, Jean Ier, duc d’Alençon et âme du parti armagnac en Normandie, perdait la vie sur le champ de bataille d’Azincourt. « Sans son aide, la querelle dudit Orléans qui estoit bonne et sainte n’eust peu estre conduite », affirme le chroniqueur Perceval de Cagny, écuyer de l’Hôtel ducal1. Derrière la geste guerrière du prince, à laquelle se sont très tôt attachés les historiographes, se dévoile aujourd’hui un lignage méconnu, indéfectiblement lié aux intérêts de la Maison d’Orléans et solidement enraciné dans une province pourtant réputée hostile aux prétentions de cette dernière2.

2Bien qu’ils aient traversé plus de deux siècles d’histoire, les Valois-Alençon n’ont pas d’existence consacrée. Les noms de certains de leurs représentants s’égrainent au fil des fresques historiques, mais le lignage lui-même manque de lisibilité, occulté qu’il est par la figure écrasante et tragique du duc Jean II, « beau duc » de Jeanne d’Arc et énigmatique absent de la célèbre miniature de Jean Fouquet illustrant le lit de justice d’octobre 1458 qui le condamna pour crime de lèse-majesté. Or, les Alençon sont princes des fleurs de lys et pairs du royaume. Ils descendent de Charles de Valois, investi du comté apanagé d’Alençon en 1290. Dès 1328, son deuxième fils Charles II, comte d’Alençon et du Perche, s’affirmait « frère unique » du nouveau roi Philippe VI, titre que portait aussi son lointain et dernier descendant mâle mort en 1525, Charles IV d’Alençon, époux de Marguerite d’Angoulême et par là même « frère » – comprenons beau-frère – du roi François Ier, dont il fut l’héritier jusqu’à la naissance du Dauphin, en février 1518.

3L’existence de la principauté d’Alençon était elle-même encore sujette à caution voici peu. Aussi ravalait-on ses seigneuries au rang d’un grand fief mi-normand mi-percheron dépourvu d’administration centrale digne de ce nom : une sorte d’angle mort éteignant brusquement la Normandie royale à la latitude de Falaise, en deçà de laquelle s’étendait un secteur de marche entre Bretagne, Normandie et Maine-Anjou, abandonné à une obscure autorité seigneuriale.

4Consacrées à la seule période du principat de Jean Ier (1404-1415), marqué par les guerres entre Armagnacs et Bourguignons, ces quelques lignes n’ont d’autre ambition que d’observer comment les Alençon sont devenus, à leurs risques et périls, les hommes liges de la Maison d’Orléans et de quelle façon leur Hôtel s’est politisé et militarisé au service de la cause armagnaque. Elles se proposent, par la même occasion, de revisiter l’image d’une Normandie passive attachée d’instinct au légalisme royal et sensible, avec ses villes drapières, à la propagande bourguignonne : les vociférations anti-armagnaques du notaire apostolique de Rouen, Pierre Cochon, ne peuvent plus être tenues, ainsi qu’on l’écrivait naguère, comme la protestation de foi philo-bourguignonne de la province tout entière. Il existe une autre Normandie, qui ne se résume pas aux seuls intérêts économiques de la vallée de la Seine : la Normandie occidentale, une Normandie armagnaque.

Aux origines d’une alliance séculaire

  • 3 Perceval de Cagny, Chroniques, p. 76.
  • 4 Malgré ses énormes difficultés de trésorerie, le duc d’Alençon contribua honnêtement à la rançon de (...)
  • 5 Après avoir claqué la porte des États généraux de 1484, René d’Alençon multiplia les provocations à (...)

5Cette alliance séculaire accompagne la destinée de la Maison d’Orléans, de la naissance de Louis de France, en 1372, à l’avènement au trône de son petit-fils Louis II, en 1498. Outre Jean Ier, qui « en tout le fait monseigneur d’Orleens fut plus fervent et en print plus paines et travaulx a ses despens que nul des autres seigneurs »3, ses successeurs Jean II et René d’Alençon, éduqués dans la mémoire de leur père et aïeul tombé à Azincourt, demeurèrent attachés à la fidélité orléanaise : le duc Jean II épousa successivement, en 1423, Jeanne d’Orléans, la fille aînée du prince poète Charles avec lequel il échangeait des rondeaux, puis, en 1437, Marie d’Armagnac, petite-fille du comte et connétable Bernard VII d’Armagnac, dont le nom finit par recouvrir celui du parti d’Orléans4. De 1483 à 1488, René d’Alençon tint quant à lui une place de choix parmi les seconds couteaux de Louis II d’Orléans, en butte à l’autorité des Beaujeu5. Et c’est son fils, le petit Charles d’Alençon, âgé d’à peine neuf ans, qui présenta à ce dernier, sacré roi le 27 mai 1498, la couronne et l’épée de Charlemagne qu’un officier l’aidait à tenir.

Le chassé-croisé des parrainages

  • 6 Œuvres complètes de Eustache Deschamps publiées d’après le manuscrit de la Bibliothèque nationale, (...)
  • 7 Un violent différend d’honneur porté au Conseil du roi opposait alors deux chambellans de l’Hôtel d (...)
  • 8 E. Jarry, La vie politique de Louis de France, duc d’Orléans (1372-1407), Paris, A. Picard, 1889, p (...)
  • 9 Arch. nat., J 227, no 82 – traité en date du 15 décembre 1391, entre les gens du roi et les procure (...)
  • 10 Perceval de Cagny, Chroniques, p. 37.

6L’attachement de la Maison d’Alençon à celle d’Orléans est d’abord l’aboutissement de sollicitudes lignagères entretenues par la Couronne afin de ramener les ombrageux comtes d’Alençon dans l’orbite du roi et maintenir l’unité des princes du sang. En mars 1372, tout d’abord, le souci d’éviter leur ralliement à la contestation navarraise convainc Charles V d’offrir à la puissante comtesse douairière d’Alençon et d’Étampes Marie d’Espagne – la veuve de Charles II d’Alençon, tué à Crécy (1346) – d’être la marraine de son fils Louis, devenu duc d’Orléans vingt ans plus tard6. C’est encore le désir d’éteindre de nouvelles crispations entre les Alençon et la Couronne – crispations d’honneur cette fois-ci, imputables à une sordide et très médiatique affaire judiciaire jetant le scandale sur l’Hôtel d’Alençon7 – qui explique qu’à l’automne 1386, le comte Pierre II ait eu l’honneur, avec le comte de Blois, de parrainer la toute première expérience politique du futur duc d’Orléans parvenu à quatorze ans, âge de la majorité des rois. Ils l’escortèrent depuis la Flandre jusqu’à Paris et eurent la charge de le conseiller dans l’exercice de sa première lieutenance générale du royaume8. Ostensiblement replié sur son apanage après l’échec d’un projet de mariage conclu deux ans plus tôt entre son fils Jean et la petite Isabelle de France finalement destinée à Richard II d’Angleterre9, Pierre d’Alençon eut la consolation, en février 1394, de recevoir à Argentan le roi convalescent cheminant vers le Mont Saint-Michel en compagnie des ducs d’Orléans, de Berry et de Bourbon, des comtes de Mortain et d’Eu ainsi que de Charles d’Albret, le futur connétable de France10. Peu de temps après, Louis d’Orléans offrait d’accueillir en sa Maison le fils de son hôte, Jean, un jeune prince altier âgé d’à peine quatorze ans de moins que lui.

  • 11 Une petite série de quittances remises par Jean d’Alençon, ou par son trésorier Jean Lallemant, au (...)

7Le frère du roi avait saisi l’intérêt de retenir à lui ce lointain cousin auquel il octroya 6 000 livres de pension annuelle11. Comte du Perche depuis son union avec Marie de Bretagne, en 1396, Jean d’Alençon était l’héritier d’une principauté contrôlant les marches de la Normandie occidentale, de la Bretagne, du Maine, du Perche et du pays chartrain. Aux comtés apanagés d’Alençon et du Perche, s’ajoutaient la puissante baronnie de Fougères, la seigneurie de La Guerche-de-Bretagne et l’héritage des Beaumont-Chamaillart, étendu dans le Maine, l’Anjou et la Touraine. Échu en 1371 aux Valois-Alençon à la faveur de l’union du comte Pierre II et de Marie Chamaillart, principale héritière des Maisons de Beaumont et de Brienne, il comptait pas moins de sept châtellenies puissamment fortifiées (Beaumont-le-Vicomte, Fresnay, La Flèche, Pouancé, Sainte-Suzanne, Château-Gontier et Segré) ainsi que divers biens et intérêts à Tours et dans les environs.

La principauté d’Alençon

8Ce qui n’était à l’origine qu’une collection de fiefs remise à Charles de Valois en 1290 avait gagné en importance et en cohérence sous le principat bâtisseur de Pierre II (1367-1404). En qualité de comte apanagiste, il fut l’heureux bénéficiaire, comme ses éminents contemporains, d’une politique coordonnée de délégation de l’autorité royale. En 1410, la principauté d’Alençon s’étendait sur plus de 10 000 km2 et, dans les années 1470, assurait à ses seigneurs 48 000 livres de revenus annuels bruts. Dans sa seule partie apanagée, près d’un millier de paroisses relevaient tout ou partie du comte d’Alençon, qui tenait aussi les vastes forêts d’Andaine, d’Écouves, de Bellême, de Gouffern, de Thymerais et, au Maine, de Charnie. Si l’on excepte évidemment le rayonnement aussi spectaculaire qu’éphémère de Charles de Navarre, maître de la « greigneur partie » de la Normandie au lendemain du traité de Mantes (février 1354), aucun grand fief n’avait atteint ni même approché une telle expansion en terre normande et percheronne. Aucune principauté n’y connut non plus un enracinement aussi durable : 235 ans entre 1290 et 1525.

  • 12 Évoquant l’Hôtel du duc de Berry à la même époque, Françoise Autrand écrit : « plus de 250 personne (...)

9Dans son palais neuf d’Argentan, Pierre II avait installé un Hôtel de rang princier à l’ampleur insoupçonnée puisque la découverte récente d’un état complet de ses serviteurs et officiers permet d’en fixer l’effectif à 233 membres en 140412. Au-delà de son organisation domestique, calquée sur les usages de la cour de France avec ses métiers et ses chambres, l’Hôtel d’Alençon était un véritable organe de gouvernement où le prince attirait à lui les talents et les grands noms utiles à la renommée de sa Maison.

10La réputation de largesse des Alençon était aussi célèbre que leur intense piété. À l’instar de Jean de Berry, Pierre d’Alençon « voulait que ses gens soient riches », comme l’écrit Froissart et, surtout, que cela se sache, n’ignorant pas que les princes généreux sont souvent les mieux servis. À sa mort, en septembre 1404, il leur légua ainsi une somme de 4 500 livres à répartir entre eux, somme supérieure à celle que laissa, douze ans plus tard, le très riche duc de Berry à ses propres serviteurs. Par ailleurs, comme il puisait sa légitimité de prince apanagiste dans le service du roi, Pierre II avait offert à sa Maison une devise, « loiaument », qui valait protestation d’honneur et de fidélité. Dans ses châteaux, l’espace était saturé de fleurs de lys ourlées d’une bordure de gueules chargée de huit besants d’argent, sculptées, peintes, tissées, brodées, dessinées sur parchemin, gravées sur les jetons de sa Chambre des comptes.

11Établie au palais d’Argentan depuis le printemps 1384, l’administration centrale de la principauté d’Alençon ressemblait à celle des autres principautés du temps. Outre le Conseil comtal, organe-clé du gouvernement apanagiste, elle comprenait une chancellerie active, peuplée de calligraphes et de dessinateurs de haute volée chargés, dans la rédaction, le contrôle et l’expédition des lettres princières, de mettre en scène par la plume les thématiques savantes de l’autorité et de l’honneur des lys de France. Elle comprenait encore une trésorerie générale dotée d’attributions d’autant plus larges que, depuis 1370, les Alençon se passaient d’une trésorerie des guerres. Une Chambre des comptes placée sous l’autorité de cinq maîtres garantissait la régularité horlogère des auditions comptables et veillait à la conservation du domaine. Enfin, les sentences que rendait l’Échiquier d’Alençon, sous l’égide de juges et conseillers du Parlement de Paris choisis par le comte et le roi, étaient sans appel, ce qui les distinguait de celles prononcées par les grands jours dont bénéficiaient traditionnellement les apanages. Par ailleurs, Louis d’Orléans avait pu constater lors de sa lieutenance générale en Normandie, en 1405, que les Alençon étaient à la tête d’un puissant réseau castral, modernisé à prix d’or dans les années 1370-1410 et dont les pièces maîtresses étaient Fougères (Bretagne), Domfront et Alençon (Normandie), Pouancé et Château-Gontier (Anjou septentrional).

La Normandie occidentale : bastion des intérêts armagnacs

  • 13 Dans son œuvre, Michel Pintoin revient à trois reprises sur le « beau patrimoine » et les « immense (...)
  • 14 Le duché d’Anjou semblait ainsi neutralisé : au nord, l’apanage d’Alençon, à l’est, l’apanage d’Orl (...)

12Ce « beau patrimoine » – comme le qualifie le chroniqueur de Saint-Denis13 – s’intercalait entre la Normandie royale, l’incertain duché de Bretagne et l’apanage angevin de Louis II, roi de Jérusalem et de Sicile, aussi peu favorable au duc d’Orléans qu’à ses voisins d’Alençon14. L’enjeu était de taille et, dès le mois d’août 1404, le Conseil royal, passé sous le contrôle de Louis d’Orléans, prononça la majorité anticipée du comte du Perche, dont le père se mourait. Il reçut par la même occasion la curatelle de sa mère, déclarée prodigue, frappée d’interdit et reléguée à l’hôtel-Dieu d’Argentan. Sitôt émancipé, le comte Jean Ier afficha ses velléités politiques dans le sillage du duc d’Orléans, moins utile au Conseil où l’attirait sa qualité de prince du sang, qu’en Normandie où les projets bellicistes de son mentor inquiétaient les villes.

  • 15 La carte insérée dans cet article a été mise au clair par Michel Daeffler, ingénieur d’études et ca (...)
  • 16 Seul le ressort des vicomtés de Pontorson et de Saint-Sauveur-Lendelin, anciennes possessions de Ph (...)
  • 17 L’appellation de « terres françaises » recouvre les trois châtellenies de Brezolles, Senonches et C (...)

13Leurs protestations neutralistes ou leur ralliement ultérieur au duc de Bourgogne ont fait oublier que loin d’être toute ferme au domaine du roi, comme le suggèrent les cartes politiques du royaume de France au début du XVe siècle, la province subissait une réelle emprise féodale et qu’en Normandie occidentale, les intérêts armagnacs étaient solidement défendus15. Si elles faisaient pâle figure à côté de la principauté d’Alençon, les possessions du duc d’Orléans n’y étaient pas pour autant négligeables. Celui-ci tenait les vicomtés de Pontorson et de Saint-Sauveur-Lendelin ainsi qu’une ribambelle de terres et de droits assis sur les vicomtés d’Auge, de Caen, de Falaise, de Bayeux et de Vire16. Sa seigneurie de La Ferté-Bernard prolongeait au Maine le comté du Perche, tandis que le comté de Dreux, acquis en 1401, se greffait aux « terres françaises » de l’apanage d’Alençon17(fig. 1).

  • 18 Un rapide déroulé chronologique des événements politiques, militaires et diplomatiques auxquels pri (...)
  • 19 É. Gonzalez, Un Prince en son Hôtel. Les serviteurs des ducs d’Orléans au XVe siècle, Paris, Public (...)

14En basse Normandie, comme sur les marches du Perche et du pays chartrain, les ducs d’Alençon et d’Orléans étaient donc voisins. Leurs possessions prenaient en écharpe les seigneuries de Louis d’Anjou et contrôlaient l’axe septentrional reliant la Bretagne à l’Île-de-France. En 1412, elles furent l’un des théâtres de la guerre civile, n’échappant ni aux chevauchées dévastatrices, ni aux sièges18. Cet enracinement explique la présence des 47 Normands recensés par Élizabeth Gonzalez parmi les serviteurs de Louis d’Orléans19. Or, il s’avère que certains d’entre eux émargeaient également à l’Hôtel d’Alençon.

Fig. 1 – La Normandie des princes en 1410 (carte Michel Daeffler).

Fig. 1 – La Normandie des princes en 1410 (carte Michel Daeffler).

Le Conseil d’Alençon, prolongation de celui d’Orléans

  • 20 Ces dossiers individuels doivent étoffer le corpus des officiers en charge sous le règne du roi Cha (...)

15Les investigations prosopographiques menées dans l’entourage des Valois-Alençon prolongent les travaux d’Élizabeth Gonzalez sur l’Hôtel d’Orléans et enrichissent, par ailleurs, les carrières de certains serviteurs de l’État royal. Un peu plus de 350 serviteurs et officiers des comtes Pierre II et Jean Ier ont ainsi été recensés dans le cadre de cette enquête : titres, origines familiales, implantation géographique, parenté, charges exercées, gratifications reçues, etc., structurent les notices individuelles consacrées à ces hommes20.

L’entourage du duc Jean Ier d’Alençon

  • 21 G. Bry, Histoire des pays et comté du Perche et duché d’Alençon où est traité des anciens seigneurs (...)
  • 22 Guillaume Cousinot tenait à la même époque les grands jours de Saint-Sauveur-Lendelin pour le duc d (...)

16Une vingtaine de dossiers nominatifs émergent de cette série à l’époque des heurts entre Armagnacs et Bourguignons, ceux de personnages-clés de l’entourage comtal qui investissent alors les rouages gouvernementaux de l’apanage et prennent part aux événements politiques, diplomatiques et militaires des années de guerre. Épinglés comme « rebelles et désobéissants au roi », ils bénéficient de lettres de rémission délivrées au lendemain de la paix d’Auxerre (22 août 1412). Certains d’entre eux apparaissent dans la documentation alençonnaise le 11 octobre 1406, à l’occasion de la première session de l’Échiquier d’Alençon tenue sous le principat du comte Jean et en sa présence21 : il y avait là des barons laïcs et ecclésiastiques, de plus modestes chevaliers, des maîtres des requêtes et quelques conseillers du Parlement de Paris, parmi lesquels l’avocat Guillaume Cousinot, l’auteur de la Geste des Nobles, futur chancelier de Charles d’Orléans et infatigable défenseur de sa cause dans les années 1407-143022.

  • 23 Tel était notamment le cas des deux premiers chambellans de l’Hôtel d’Alençon, Yves de Vieuxpont et (...)
  • 24 É. Gonzalez a recensé vingt-neuf participations de ce personnage au Conseil d’Orléans (Un Prince en (...)
  • 25 Arch. dép. Calvados, F 5726, p. 28 – registre des statuts et liste des agrégés de la confrérie Notr (...)

17Pour autant, Jean Ier n’a pas imposé à l’apanage d’Alençon une nouvelle écurie gouvernementale à l’automne 1404. Fidèle à la promesse faite à son père défunt, il a pris soin de conserver les officiers et serviteurs de ce dernier. Quelques-uns étaient déjà acquis au duc d’Orléans et se partageaient entre les deux cours23 ou bien s’apprêtaient à servir, ailleurs, les intérêts du nouvel homme fort du royaume. Tel fut, par exemple, le choix du chancelier de Pierre II, l’archevêque de Chartres Jean de Montaigu, familier du Conseil d’Orléans et intermédiaire entre les deux maisons princières dans les années 139024. Promu président de la Chambre des comptes en 1399, chancelier de France en novembre 1405, archevêque de Sens l’année suivante, il se rallie à Jean de Berry après l’assassinat de Louis d’Orléans et mène davantage une vie de diplomate et de guerrier que de prélat face à l’autorité bourguignonne. Scandale des scandales pour un homme d’Église, il meurt les armes à la main sur le champ de bataille d’Azincourt. Jean d’Alençon était en lien avec son frère homonyme, le sulfureux financier Jean de Montaigu, grand maître de l’Hôtel du roi exécuté par les Bourguignons en octobre 1409 et dont la belle-famille comptait un autre habitué de la cour d’Alençon : Imbert de Boissy, conseiller et président du Parlement de Paris, président de l’Échiquier d’Alençon dans les années 1390, dont l’épouse, Marie de Cramailles, invitée de l’Hôtel comtal, s’était agrégée à la confrérie Notre-Dame de Montperroux, une confrérie politique fondée en 1372 par Pierre II afin de forger, autour de sa Maison et sous les auspices de la Vierge, un large cercle d’honneur et de piété25.

18Les rivalités princières, exacerbées après le meurtre du duc d’Orléans, et le dévouement sans faille de Jean Ier aux intérêts de la Maison d’Orléans impriment au Conseil d’Alençon une forte coloration politique, y ramenant les autorités guerrières que la fin douloureuse du principat de Pierre II avait éclipsées au profit d’un personnel de juristes et de comptables. Les fidélités emboîtées et dédoublées parmi ses membres en font dès lors une cellule particulière du vaste réseau des princes du parti armagnac.

  • 26 Le chroniqueur Michel Pintoin place le chancelier Le Veneur, le chevalier d’Anières et le secrétair (...)
  • 27 P.-R. Gaussin, « Les conseillers de Charles VII (1418-1461). Essai de politologie historique », Fra (...)

19Du côté des grands administrateurs, se remarquent le trésorier Lallemant, déjà en charge sous Pierre II et responsable des énormes fonds brassés par les Valois-Alençon pour financer l’effort de guerre des années 1410, le nouveau chancelier Jean Le Veneur, diplomate aguerri et chevalier guerroyant26, ainsi que le garde des Sceaux Robert de Rouvres, avocat au Parlement de Paris et maître des requêtes de l’Hôtel d’Alençon, « un de ces personnages dont l’histoire, on ne sait pourquoi, n’a pas retenu le nom », comme l’écrit si justement Pierre-Roger Gaussin27. Rallié au dauphin Charles en 1417, il s’impose comme l’un des plus zélés serviteurs de la monarchie, détenant même la palme des participations au Conseil royal : 73 occurrences entre 1423 et sa mort en 1453. Il finira d’ailleurs sa vie comme président de la Chambre des aides : une carrière exemplaire qui explique la distance qu’il maintient avec le fils de son ancien maître, le trop bouillant duc Jean II d’Alençon. Lors du sacre de Reims, en juillet 1429, les deux hommes se font face, Jean II d’Alençon en qualité de seul pair laïc du royaume de France rallié au roi et Robert de Rouvres en qualité de pair ecclésiastique et d’évêque de Sées. Ajoutons encore qu’au nombre des frères de Robert de Rouvres figure un autre financier du parti armagnac, Michel de Rouvres, receveur des aides sur l’apanage de 1406 à 1415, à la nomination du duc Jean Ier naturellement…

20Parmi les capitaines, chambellans et écuyers de l’Hôtel, Jean d’Alençon s’entoura de grands personnages qui émargeaient aussi à l’Hôtel d’Orléans et à celui du roi, comme Yves de Vieuxpont, baron du Neubourg et parfait courtisan, auréolé de ses participations à la croisade de Barbarie (1390) et au Voyage de Prusse, Jean d’Aché, surnommé Gallois, comme son père qui fut le bras armé des Alençon face aux Anglo-Navarrais dans les années 1360-1370, Jean de Dreux, sire d’Houlbec-Cocherel, vétéran lui aussi du Voyage de Prusse et maréchal du comte d’Alençon, ou encore Jean Martel, sire de Crocy. Des écuyers de l’Hôtel, bien implantés localement et détenteurs de capitaineries, siègent aussi au Conseil d’Alençon, tels Fouquaut du Merle, lointain descendant d’un maréchal de France de Philippe le Bel, Pierre de La Lande, Guillaume de Bailleul et Guillaume Larçonneur. Ils sont rejoints après 1408 par le chevalier Andrieu d’Anneville, dit Drogon d’Anières, tout droit venu de l’Hôtel du roi.

  • 28 La ligue de Gien fédérait, face à l’influence bourguignonne, les ducs d’Orléans, de Berry, de Bourb (...)

21Ces hommes sont de tous les temps forts de la guerre civile. On les repère ainsi, au fil des chroniques et des pièces comptables, au Conseil, dans les ambassades princières, sur les champs de bataille, en missions secrètes ou officielles, etc. Ils sont témoins, en mai 1410, de la promesse de mariage entre les enfants d’Orléans et d’Alençon, scellée en marge du traité de Gien qui donne naissance au parti d’Armagnac28, tandis qu’en avril 1411 Jean Martel représente son maître lors du traité de mariage de sa sœur Catherine avec Pierre d’Évreux. Jean d’Aché et Jean de Dreux souscrivent à la protestation de Saint-Ouen, en octobre 1411, demandant justice au roi pour le meurtre de Louis d’Orléans. Tous participent, les armes à la main, à l’offensive sur Paris de juillet à novembre 1410, à la chevauchée sur Péronne en août-septembre 1411, puis à la défense de l’apanage attaqué en mai 1412 par les capitaines de Louis d’Anjou. Jean d’Aché est même dépêché en Angleterre afin de hâter la convention d’Eltham qui offre aux princes coalisés le soutien du duc de Clarence, à la rencontre duquel se portent Jean d’Alençon et son beau-frère Richemont après son débarquement à Saint-Vaast-la-Hougue au mois d’août suivant.

22Ils assistent encore, en juillet 1413, aux assemblées de Verneuil et de Vernon, préparatoires à la paix de Pontoise du 28 juillet et à la reconquête de Paris, où s’essouffle le mouvement cabochien. À Paris, ils forment l’escorte de Jean d’Alençon et participent à la grande expédition de 1414 contre le duc de Bourgogne, marquée par les sièges de Compiègne, de Soissons, de Bapaume et d’Arras. Jean de Dreux, son frère Gauvain resté au service de Charles d’Orléans et Yves de Vieuxpont tomberont sur le champ d’Azincourt aux côtés de Jean d’Alençon, le 25 octobre 1415, tandis que Jean d’Aché et Jean Le Veneur appuieront la duchesse douairière dans ses efforts désespérés de mise en défense de l’apanage en 1417-1418. D’autres périront dans le désastre de Verneuil en août 1424.

  • 29 En 1415, l’écuyer Guillaume d’Acqueville cumulait l’office de vicomte d’Argentan et Exmes qu’il exe (...)
  • 30 Arch. nat., K 534A, no 4 – testament de Louis, duc d’Orléans, en date du 19 octobre 1403.

23À ce noble cercle des fidélités orléanaises siégeant au Conseil d’Alençon, il faut encore associer le bailli d’Alençon Guillaume Le Diacre, chargé au printemps 1411 de la mise en défense des villes et forteresses de l’apanage, son collègue Guillaume Louet, bailli du Perche et de Châteauneuf-en-Thymerais et ancien bailli de la proche châtellenie de La Ferté-Bernard pour Louis d’Orléans. On peut encore y ajouter les noms de Jean de Silly, de Guillaume d’Acqueville29 ou de Bertrand Campion, agent honni du duc d’Orléans à Caen et écuyer de l’Hôtel d’Alençon. Il était fils de Raoul Campion, receveur général des aides en Normandie occidentale dans les années 1370, attaché à Pierre II d’Alençon qui lui avait ouvert les portes de sa confrérie princière. Les trois évêques de Sées qui se succèdent dans les années 1405-1420 sont également d’obédience armagnaque, à commencer par Pierre Beaublé (1405-1408), que l’on repère parmi les exécuteurs testamentaires de Louis d’Orléans30.

Les logiques clientélaires

24Tous ces personnages sont liés au comte d’Alençon par la remise d’offices lucratifs et de charges de confiance au nombre desquels la direction des ambassades, par des distributions de livrées armoriées, par des alliances matrimoniales négociées au sein de l’entourage comtal, par la remise de riches étrennes, par des invitations à siéger au Conseil et à l’Échiquier, à rejoindre la confrérie princière Notre-Dame.

  • 31 M. Rey, Le domaine du roi et les finances extraordinaires sous Charles VI (1388-1413), Paris, SEVPE (...)
  • 32 M. Rey, Le domaine du roi…, p. 272. À cette date, la principauté d’Alençon comptait cinq greniers à (...)
  • 33 BNF, ms. fr. 20372, no 23 – lettres royales données au Conseil sur l’avis du dauphin Louis de Guyen (...)
  • 34 En 1413, le comte d’Alençon fait lever à son seul profit toutes les aides et gabelles de l’élection (...)
  • 35 Jean d’Alençon fut fait lieutenant général du roi en Normandie le 30 novembre 1413 (J. Duquesne, Di (...)
  • 36 Arch. nat., JJ 168, fol. 210, no IIIC XXII.

25La richesse et l’influence du comte d’Alençon au Conseil du roi ne pouvaient qu’inciter au ralliement à sa personne. En 1406, Louis d’Orléans, maître du Conseil, lui avait accordé non plus le tiers, mais la moitié des aides levées sur ses terres31. À la fin de l’année 1409, le produit de la gabelle lui fut abandonné32. Enfin, en novembre 1412, une fois le parti armagnac revenu en grâce, la Couronne renonça purement et simplement en sa faveur à toutes les recettes extraordinaires qui y étaient levées33. Les Alençon disposaient dorénavant de la totalité des revenus royaux, directs et indirects, levés sur leur apanage. Plus question par la suite d’y revenir34. Jean d’Alençon pouvait également compter sur les émoluments de sa lieutenance générale en Normandie (1413-1414) et des missions militaires qui suivirent35. Malgré les guerres, les années 1408-1415 furent donc fastes pour les Valois-Alençon qui, en janvier 1415, arrachèrent également l’érection de leur comté en duché-pairie36.

  • 37 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Pari (...)
  • 38 Perceval de Cagny note que le 1er juillet 1411 son maître, « qui, pour honneur du roy, faisoit de l (...)
  • 39 A. Demurger, « Le rôle politique des baillis et sénéchaux royaux pendant la guerre civile en France (...)

26De l’argent, il en fallait en effet beaucoup au duc d’Alençon pour entretenir ses réseaux clientélaires, assurer la garde de ses châteaux et stipendier les troupes qu’il entretenait. Au traité de Gien, en avril 1410, il s’était engagé pour 500 hommes d’armes et 200 hommes de trait, ce qui faisait de lui le troisième contributeur à l’effort de guerre37. Mais à l’époque de la paix d’Auxerre qui mettait un terme provisoire à la révolte, en août 1412, le trésor comtal assurait depuis plus d’un an la solde de 800 hommes d’armes et 700 à 800 auxiliaires issus du commun38. Ajoutons qu’une partie des capitaineries de la Normandie était alors aux mains des partisans des ducs d’Orléans et d’Alençon. Peut-être doit-on alors atténuer les conclusions d’Alain Demurger qui, au vu de la faible politisation des seuls baillis, suggère que la province restait à l’écart des querelles factieuses39.

  • 40 Le 16 février 1415, la Couronne avait fait verser 8 500 livres au duc d’Alençon au titre de cet emp (...)
  • 41 Le total des sommes arrachées aux Valois-Alençon à cette époque est difficile à estimer. Il avoisin (...)

27Évidemment, cette richesse prédisposait aussi les Alençon à être les créanciers épisodiques des princes d’Orléans, de Berry et de Bourbon mais également du roi Charles VI, qui leur emprunta 23 000 francs d’or en 141440. L’impécunieux dauphin Charles, nouvel étendard de la cause armagnaque, fut le plus exigeant. Dans les années 1419-1423, il réussit à soutirer plusieurs dizaines de milliers de livres à la fragile duchesse douairière Marie d’Alençon, qu’il chargeait par ailleurs d’amadouer son frère Jean V de Bretagne41. Les Alençon eurent toutes les peines du monde à recouvrer cette somme. Il leur faudra patienter jusqu’en 1442, alors même qu’en août 1424 la capture de Jean II d’Alençon sur le champ de bataille de Verneuil leur imposait le règlement d’une colossale rançon de 200 000 saluts d’or, soit 250 000 livres tournois, ce qui en fait la plus lourde rançon acquittée par un prince au cours de la guerre de Cent Ans. Affranchi de ce fardeau en 1427, le duc Jean II reprit aussitôt les armes, malgré la ruine, malgré les risques. Ce sont là des sacrifices à connaître, parmi tant d’autres, pour comprendre la révolte intime qui l’anime au lendemain du traité d’Arras refermant la querelle des Armagnacs et des Bourguignons.

Conclusion

  • 42 Olivier de Blois-Châtillon, comte de Penthièvre, seigneur de L’Aigle en parage avec son frère Jean, (...)

28La riche Normandie n’est pas un champ périphérique de la querelle des Armagnacs et des Bourguignons, épargné par la guerre avant que le roi Henri V de Lancastre n’en fasse la porte d’entrée de ses ambitions continentales. Au début du XVe siècle, la noblesse normande est divisée dans ses obédiences. Si le légalisme royal prévaut et se manifeste jusqu’au cœur du duché d’Alençon, où les sires de L’Aigle, de Nogent et de Montgommery font défection42, force est de constater que le rayonnement de la Maison d’Alençon contribue à affermir les fidélités orléanaises en Normandie occidentale et dans le Perche. Les partisans du duc Jean siégeant à son Conseil dans les années 1404-1415 sont tout à la fois ses vassaux et ses clients, comme ils le sont parfois aussi du duc d’Orléans.

  • 43 É. Gonzalez, Un Prince en son Hôtel…, p. 64-65 (tabl. 1, « Les serviteurs de Louis Ier [effectifs e (...)
  • 44 Ibid., p. 165.

29Finalement, les chambellans de Louis d’Orléans ayant émargé à l’Hôtel d’Alençon à cette époque sont plus nombreux que ceux fréquentant l’entourage de Jean de Berry et du dauphin Louis de Guyenne. Le tableau des cumuls de charges des serviteurs du duc d’Orléans proposé par Élizabeth Gonzalez dans sa superbe étude ne pouvait pas envisager ce service partagé parce que l’existence même de la principauté d’Alençon demeurait inconnue43. Il faut donc aujourd’hui nuancer ses propos sur l’absence en Normandie de « prince assez important pour retenir des hommes à la recherche d’un patron » contraignant la noblesse normande à « chercher place et si possible fortune auprès de la principale figure politique du moment, le frère du roi »44. Force est de constater que l’accès à la Maison d’Alençon, si liée à celle d’Orléans, pouvait lui offrir de réelles perspectives d’élévation et… des risques d’infortune tout aussi grands.

Annexes

Le comte d’Alençon au Conseil du roi, dans les assemblées et sur les champs (1407-1415)

1407

• Jean Ier d’Alençon assiste au Conseil du roi, les 30 juillet 1406, 26 avril et 7 septembre 1407.

• Il est à Paris le 23 novembre, nuit du meurtre du duc d’Orléans, et assiste aux assemblées réunies dans les semaines suivantes, notamment à celle qui se tient en la grand-Chambre du Parlement, sous la présidence du roi, le 26 décembre.

1408

• Jean d’Alençon assiste au Conseil du roi, les 7 janvier, 1er et 5 septembre 1408.

• 8 mars : présence de Jean d’Alençon, à l’Hôtel Saint-Pol, où le théologien Jean Petit, missionné par le duc de Bourgogne, expose sa théorie du tyrannicide.

• 8 juin : traité d’alliance et de fraternité entre le duc Jean V de Bretagne et son beau-frère, le comte Jean d’Alençon.

• 11 septembre : présence de Jean d’Alençon à l’assemblée du Louvre au cours de laquelle Thomas du Bourg, abbé de Cerisy, réfute les arguments de la justification du tyrannicide.

• 3 novembre : Jean d’Alençon participe au « voyage de Touraine » censé soustraire la famille royale à l’influence de Jean sans Peur. Elle demeure à Tours, sous contrôle des princes d’Orléans, jusqu’en mars 1409.

1409

• Jean d’Alençon assiste au Conseil du roi au mois de juin et le 10 septembre 1409.

• 9 mars : Jean d’Alençon assiste à la conclusion de la paix de Chartres entre Jean sans Peur et les enfants d’Orléans.

• Mai : les comtes d’Alençon, de Clermont, de Vendôme et de la Marche, rejoints par Arthur de Richemont, conduisent une expédition demandée par le duc de Bourbon afin de chasser les anciens mercenaires savoyards de Jean sans Peur qui ravagent le Beaujolais.

• Octobre : reprise des négociations entre les princes du parti d’Orléans après l’exécution de Jean de Montaigu, grand maître d’Hôtel du roi, par le pouvoir bourguignon.

• Décembre : Jean d’Alençon reçoit la totalité des gabelles levées sur ses terres.

1410

• 15 avril : Jean d’Alençon s’impose, parmi les signataires du traité de Gien donnant naissance au parti d’Orléans, comme le troisième contributeur à l’effort de guerre. La promesse de mariage entre son fils Jean et la petite Jeanne d’Orléans, fille du duc Charles, est ratifiée le 14 mai suivant.

• 12 juin : le comte d’Alençon participe à l’assemblée des princes et seigneurs du parti d’Orléans réunie à Poitiers. Le duc de Bretagne, son beau-frère, rechigne à honorer le serment de Gien.

• Fin août : Jean d’Alençon participe à l’assemblée de Tours entre le duc de Bourgogne et les princes du parti d’Orléans. Retour de ces derniers à Chartres, où ils exigent la présence du duc de Bretagne. Insécurité dans le pays chartrain, la Beauce, l’Île-de-France depuis le mois de juillet.

• 6-30 octobre : exacerbation des tensions dans les campagnes autour de Paris. Les princes armagnacs stationnent à Bicêtre, où Arthur de Richemont les rejoint à la tête de 2 000 hommes au nom du duc de Bretagne.

• 1er novembre : à Bicêtre, les ducs de Berry, d’Orléans et de Bourbon et le comte Jean d’Alençon renouvellent l’alliance de Gien.

• 2 novembre : paix de Bicêtre. Dispersion des armées princières. Jean sans Peur accepte d’évacuer Paris et de regagner la Bourgogne. Retour de Jean d’Alençon sur ses terres à partir du 10 novembre.

1411

• Janvier-février : nouvelles négociations entre Jean d’Alençon et Charles d’Orléans en prévision d’une reprise des hostilités. Insécurité accrue dans le pays chartrain et autour de Paris. Le chroniqueur de Saint-Denis l’attribue aux séides du comte d’Alençon. Ces routiers prétendent s’être enrôlés sous la bannière du duc d’Orléans et du comte d’Alençon qui les désavouent et appuient la répression.

• Février : Jean sans Peur obtient des garanties de neutralité du duc de Bretagne. Les relations déjà difficiles entre le duc de Bretagne et le comte d’Alençon s’enveniment rapidement.

• Juin : Jean d’Alençon ordonne la mise en défense des forteresses de la principauté d’Alençon.

• 1er juillet : 1 500 combattants à la solde de Jean d’Alençon se rassemblent à Fougères. Le comte appelle les autres princes du parti d’Orléans à le rejoindre dans son expédition sur Paris. Leur rencontre s’opère à Jargeau le 14 juillet.

• 18 juillet : les enfants d’Orléans envoient à Jean sans Peur leurs lettres de défi.

• 2 août : Jean d’Alençon passe la Seine près de Mantes. Insécurité et ravages en Île-de-France. Chevauchée par le Vexin, le Beauvaisis, la Picardie jusqu’aux environs de Péronne sans rencontrer les armées bourguignonnes. Le comte d’Alençon se replie sur Chauny, près de Laon, où il retrouve Philippe de Vertus.

• Entre le 10 et le 14 septembre : la prise de Ham, près de Péronne, par le duc de Bourgogne, incite les princes du parti armagnac à se replier sur Coucy tandis que Jean sans Peur, abandonné par ses contingents flamands, rentre à Arras.

• Été : opérations militaires autour de Falaise, de Trun, de Caen, d’Orbec, de Verneuil, de Dreux. Les « mauvais robeurs, pillars, rebelles et desobeissans qui sont alliés à Jehan d’Alençon » enkystés à Verneuil, Bonsmoulins, Argentan et Exmes, prennent Le Sap, pillent les environs de Breteuil et de Conches. Dans le Perche, les paroisses situées entre Mamers, Bellême et Nogent-le-Rotrou sont ravagées par les chevauchées royales et armagnaques.

• Octobre : après avoir fait leur jonction à Senlis, les princes du parti armagnac stationnent sur Saint-Ouen, Montmartre, La Chapelle et Saint-Denis. Les lettres patentes du 3 octobre 1411 les déclarent « rebelles et désobéissants au roi ». Contre-offensive de Jean sans Peur qui stationne à Pontoise le 16 octobre et entre dans Paris le 22 octobre. Jean d’Alençon commande l’arrière-garde de l’ost des princes pour franchir l’Oise.

• 10 novembre : par sa victoire au pont de Saint-Cloud, Jean sans Peur parvient à gagner Paris après avoir franchi la Seine à Melun, le 23 octobre, en compagnie du comte d’Arundel. Les princes du parti armagnac quittent Saint-Denis le même jour, divisent leurs forces pour tenir les châteaux d’Île-de-France et tenter de reprendre le pont de Saint-Cloud.

• 13 novembre : un frère mineur proclame sur le parvis de Notre-Dame l’excommunication des princes du parti d’Orléans.

• 20 novembre : Jean sans Peur et le dauphin Louis de Guyenne quittent Corbeil pour poursuivre les princes du parti armagnac jusqu’à Étampes. Retour sur Paris le 14 décembre.

• Entre le 14 et le 21 décembre : victoire de Raoul de Gaucourt, capitaine du parti armagnac, à la bataille du Puiset près de Janville, en Beauce.

1412

• 11 avril : le duc d’Orléans envoie des troupes commandées par Raoul de Gaucourt pour soutenir le comte d’Alençon « qui allait en Bretagne ». Le 29 avril, Jean Ier s’empare de Pontorson, soustraite à l’autorité des Orléans.

• 20 avril : le duc d’Anjou quitte Paris pour attaquer les intérêts du comte d’Alençon en compagnie d’Antoine de Craon et de Robert dit le Borgne de La Heuse. En mai, ils prennent Saint-Rémi-du-Plain et Bellême, assiègent Domfront, que Jean d’Alençon ne parvient pas à secourir et qui se rend au connétable de Saint-Pol après la chute de Saint-Rémi-du-Plain, le 10 mai. L’avant-veille, l’ost du roi engageait une offensive générale contre les princes du parti armagnac.

• Mai-juin : Jean d’Alençon et Arthur de Richemont chevauchent en Normandie : prise de Glos-la-Ferrière et de L’Aigle « et les pillerent et y gaignerent tant de finance que ce fut grant merveille », souligne le chroniqueur rouennais Pierre Cochon45. Destructions sur Jort, La Ferté-Macé, Trun, Argentan, etc.

• 11 juin-15 juillet : siège de Bourges par le roi et le duc de Bourgogne contre le duc de Berry, le duc de Bourbon et le connétable d’Albret. Pierre de Navarre, époux de Catherine d’Alençon, succombe à la dysenterie à Nevers. Gilles de Bretagne meurt le 19 juillet. Jean d’Alençon n’y participe pas car il résiste aux assauts de Louis d’Anjou sur ses terres et est mandaté par les princes du parti d’Orléans pour négocier le soutien du duc de Clarence. Le 18 mai, à la suite des conventions d’Eltham, conclues dix jours plus tôt, le traité de Bourges scelle leur alliance avec Henri IV de Lancastre.

• 22 juillet : après la levée du siège de Bourges, le roi, le dauphin Louis, le duc de Bourgogne et les princes armagnacs, à l’exception de Jean d’Alençon, s’assemblent à Auxerre. La paix d’Auxerre est signée le 22 août. Les princes rebelles sont rétablis dans leurs droits et biens. À cette date, Jean d’Alençon dispose de 1 500 hommes à sa solde.

• 10 août : débarquement d’un corps expéditionnaire anglais de 4 000 hommes commandé par Thomas de Lancastre, duc de Clarence, à Saint-Vaast-la-Hougue. Jean d’Alençon et Arthur de Richemont l’accueillent à Fougères et, après avoir repris Bellême, Saint-Rémi-du-Plain et Beaumont-le-Vicomte, offrent aux Anglais le comté du Maine au pillage (prise de Sillé-le-Guillaume). Ils abandonnent le corps expéditionnaire anglais à l’annonce de la paix d’Auxerre, signée le 22 août. Thomas de Lancastre pille les faubourgs du Mans puis prend le chemin de Vendôme et de Blois.

• Mi-août : depuis Falaise, le Borgne de La Heuse et Richard de Tournebu renoncent à s’emparer d’Argentan, la capitale comtale.

• Octobre-novembre : négociations avec les Anglais commandés par les ducs de Clarence et d’York afin d’acheter leur départ. Les Anglais prennent alors la route de Bordeaux, emmenant avec eux Jean d’Angoulême comme garantie du paiement des indemnités promises.

• Novembre : Jean d’Alençon reçoit la totalité des aides, tailles et gabelles levées sur ses terres.

1413

• Février : Jean d’Alençon est capitaine, à Paris, de 100 hommes d’armes et 150 hommes de trait pour le roi.

• 30 janvier-14 février : réunion des États généraux de langue d’oïl à Paris. Les princes du parti armagnac n’y participent pas en personne. Début d’une vague d’épuration favorable aux intérêts bourguignons.

• Avril-août : mouvement cabochien à Paris.

• 10 juillet : assemblée des princes et des ambassadeurs du roi à Verneuil, à l’invitation de Jean d’Alençon qui en finance l’organisation. Réconciliation de Jean d’Alençon et de Louis d’Anjou, gagné aux intérêts de la Maison d’Orléans depuis le 16 février. Tentative de Charles d’Orléans, le 15 juillet, pour rallier le comte Jean VII d’Harcourt.

• 22-25 juillet : Jean d’Alençon assiste à l’assemblée de Vernon réunie à l’invitation du roi.

• 28 juillet : signature de la paix de Pontoise. Décision d’une expédition destinée à chasser Jean sans Peur de Paris et à écraser les Cabochiens.

• 23 août : fuite de Jean sans Peur vers Arras. Le 31 août, les princes du parti armagnac, dont Jean d’Alençon, sont dans Paris, près du roi et du Dauphin.

• 5 septembre : Jean d’Alençon assiste au lit de justice qui révoque les ordonnances cabochiennes. Le roi entre en guerre contre Jean sans Peur.

• 27 septembre : Jean Ier assiste au Conseil du roi.

1er octobre : Jean d’Alençon boude ostensiblement le mariage de sa sœur Catherine et de Louis le Barbu, frère de la reine (mésentente liée à l’héritage paternel).

• 30 novembre : Jean d’Alençon devient lieutenant général du roi en Normandie.

• Décembre : Charles d’Ivry apporte à la garnison bourguignonne de Caen les conditions négociées de son départ, effectif seulement en mars 1414. Jean d’Alençon y place des fidèles.

1414

• Fin janvier : arrivée de Jean sans Peur sous les murs de Paris. Il loge à Saint-Denis. Les princes d’Armagnac sont isolés dans la ville hostile, avec le roi et le Dauphin. Le comte d’Alençon est chargé de la défense de l’Hôtel de Bohème. Le 16 février, le duc de Bourgogne renonce à son projet.

• 4 avril : Charles VI dirige l’ost vers la Bourgogne. Le 15 avril, le roi et les seigneurs du parti armagnac, dont le comte d’Alençon, assiègent Compiègne, qui se rend le 7 mai.

• 12-21 mai : siège et prise de Soissons. Son capitaine est décapité ; les églises sont pillées, comme les maisons bourgeoises. L’écuyer boulonnais Guillaume de Crannes sauve sa tête grâce à l’intervention personnelle de Jean d’Alençon. Le 28 mai, l’ost part pour Laon, atteinte le 10 juin, puis pour Saint-Quentin-en-Vermandois, via Ribemont et Péronne (29 juin au 9 juillet).

• 10 juillet : début du siège de Bapaume. Jean d’Alençon y est armé chevalier par le duc de Bourbon (ou par le roi, selon le chroniqueur Enguerrand de Monstrelet). La ville est prise le 17 juillet.

• 20 juillet-4 septembre : siège d’Arras. Les négociations que prêchent Jean d’Alençon, Antoine de Brabant et la comtesse de Hainaut débutent le 30 août, alors que la dysenterie, la chaleur et les divisions frappent l’ost du roi. Les faubourgs d’Arras sont pillés.

• 5 septembre : Jean Ier échappe de peu à la mort dans l’incendie criminel de son camp.

• Octobre-décembre : le dauphin Louis de Guyenne voyage en Berry. En Normandie, la peste frappe les environs de Falaise et d’Argentan.

• Juin et décembre : Jean Ier assiste au Conseil du roi.

1415

• 1er janvier : érection du comté d’Alençon en duché, par lettres royales délivrées en la Sainte-Chapelle du palais de la Cité.

• 5 janvier : le roi, Charles d’Orléans, Philippe de Vertus, les ducs de Berry, d’Alençon, de Bourbon, Louis de Bavière, Arthur de Richemont et Charles d’Eu assistent en costume de deuil à la cérémonie célébrée à Notre-Dame de Paris pour la mémoire du duc d’Orléans.

• 2 février : publication de la paix d’Arras, négociée en décembre entre le duc de Bourgogne et le roi. Elle n’est criée que le 24 février suivant.

• 7 février : Jean Ier assiste au Conseil, présidé par le dauphin Louis, au cours duquel l’amnistie est offerte aux princes et seigneurs du parti bourguignon.

• 10 février : à l’occasion des ambassades anglaises de Paris, le roi donne des joutes à Paris et y affronte Jean d’Alençon. Celui-ci reçoit le prix.

• 16 février : le roi rembourse partie d’un prêt de 23 000 francs d’or consenti par le duc d’Alençon.

• 14 août : Henri V de Lancastre débarque au Chef-de-Caux avec 12 000 hommes et de l’artillerie. Il met le siège devant Harfleur, qui résiste jusqu’au 22 septembre.

• Début octobre : l’ost du roi est à Rouen. Le 8 octobre, Jean d’Alençon s’y approvisionne en sel avant de remonter sur la Somme pour couper la route de Calais aux Anglais. Il fait venir à Amiens, Corbie, Péronne et Saint-Quentin-en-Vermandois les ducs de Bourbon, de Bar, le connétable d’Albret, etc., qui harcèlent l’adversaire et l’empêchent de se ravitailler. Le duc de Bretagne rechigne à intervenir, traîne à Falaise qui pâtit de la présence de son armée et négocie son ralliement.

• 19 octobre : les Anglais parviennent à passer la Somme entre Péronne et Saint-Quentin alors que Jean d’Alençon avait ordonné la démolition de tous les ponts. Le lendemain, le connétable d’Albret, le maréchal Boucicaut et les ducs d’Orléans, d’Alençon et de Bourbon installent l’ost à Azincourt.

• 25 octobre 1415 : Jean Ier d’Alençon, qui dirige avec le duc de Bar et le comte de Nevers la bataille principale, perd la vie à Azincourt.

Notes

1 Perceval de Cagny, Chroniques, H. Moranvillé (éd.), Paris, Renouard – SHF, 1902, p. 17.

2 Cet article résume à grands traits quelques acquis d’une thèse préparée sous la direction de François Neveux, professeur émérite de l’université de Caen, et intitulée Le dernier apanage. Gouvernement et administration des comtés d’Alençon et du Perche (1290-1525), soutenue le 19 mai 2017. On y retrouvera la totalité des références documentaires de détail que le format contraint de cette contribution ne permet de reprendre.

3 Perceval de Cagny, Chroniques, p. 76.

4 Malgré ses énormes difficultés de trésorerie, le duc d’Alençon contribua honnêtement à la rançon des princes d’Orléans, alors que la Couronne ne montrait guère d’empressement à obtenir la libération de ces princes turbulents. Par lettres données de Château-Gontier, le 24 juillet 1440, Jean II offrit ainsi 20 000 écus d’or pour la rançon de son ancien beau-père (P.-J. Odolant-Desnos, Mémoires historiques sur la ville d’Alençon et sur ses seigneurs, Alençon – Paris, Malassis – Mérigot, 1787, t. II, p. 60). Cette participation n’était cependant toujours pas intégralement honorée au printemps 1455, comme le lui rappelle le héraut anglais Huntington venu secrètement à sa rencontre à La Flèche (BNF, ms. fr. 18441, fol. XLI vo – Interrogatoires du procès intenté au duc d’Alençon [1456] – déposition de Jean Ferman). En août 1423, Jean II avait déjà fait remise à Charles d’Orléans de la dot de sa fille Jeanne, laquelle avait été fixée, en 1410, à 200 000 livres (Arch. nat., K 534A, no 28 ; arch. dép. Calvados, 1Mi 323, p. 625). De même s’engageait-il, à hauteur de 10 000 livres, en faveur de Jean d’Angoulême, prisonnier du comte de Somerset jusqu’en mars 1445 (BNF, ms. fr. 18944, fol. IIC LVIII). Le duc de Bourbon, le comte de la Marche et Dunois s’engagèrent pour la même somme ; le sire de Lohéac offrit 5 000 livres.

5 Après avoir claqué la porte des États généraux de 1484, René d’Alençon multiplia les provocations à l’encontre de la Couronne : en avril 1484, il accompagna Louis II d’Orléans en Bretagne ; au mois de novembre suivant, il fit tenir son Échiquier concurremment à celui de Normandie. En janvier 1485, il osa crier le ban et l’arrière-ban sur sa principauté « de son auctorité et sans le sceu, auctorité et commandement du roy ». Il recueillit enfin le duc d’Orléans à Verneuil et à Alençon après une pitoyable tentative pour soulever Paris. Le Conseil royal étouffa dans l’œuf la fronde insensée. Pardonné mais surveillé de près, René s’abstint de participer aux premières équipées de la Guerre folle conduites par les ducs de Bretagne et d’Orléans.

6 Œuvres complètes de Eustache Deschamps publiées d’après le manuscrit de la Bibliothèque nationale, A. Queux de Saint-Hilaire et G. Raynaud (éd.), Paris, Librairie Firmin Didot, 1903, t. XI, p. 16.

7 Un violent différend d’honneur porté au Conseil du roi opposait alors deux chambellans de l’Hôtel d’Alençon. Le chevalier Jean de Carrouges accusait le favori comtal, un écuyer parvenu du nom de Jacques Le Gris, d’outrage sur son épouse. Après de longs et vains mois de procédure, le Parlement de Paris abandonna la sentence au jugement de Dieu. La querelle fut vidée en champ clos dans les premiers jours du mois de janvier 1387 sous le regard de la Cour et de la foule parisienne. Le favori de Pierre II – qui s’était personnellement et bien imprudemment engagé en sa faveur – succomba, non sans avoir une dernière fois hurlé son innocence, jetant le trouble dans les consciences. Les chroniqueurs Jean Froissart, Michel Pintoin et Jean Jouvenel des Ursins, ainsi que le juriste Jean Lecoq ont consacré des pages à cette affaire.

8 E. Jarry, La vie politique de Louis de France, duc d’Orléans (1372-1407), Paris, A. Picard, 1889, p. 295-296.

9 Arch. nat., J 227, no 82 – traité en date du 15 décembre 1391, entre les gens du roi et les procureurs du comte et de la comtesse d’Alençon, messire Philippe de Harcourt, sire de Bonnétable, Jean, sire de La Ferté, et Girard de Tournebu, sire d’Auvilliers, chevaliers, en vue du mariage d’Isabelle de France, fille aînée du roi, et de Jean, fils et héritier du comte Pierre d’Alençon.

10 Perceval de Cagny, Chroniques, p. 37.

11 Une petite série de quittances remises par Jean d’Alençon, ou par son trésorier Jean Lallemant, au trésorier général du duc d’Orléans dans les années 1403-1406 témoigne des faveurs dont bénéficia très tôt l’héritier de Pierre II (BNF, PO 1623, no 89, et PO 1624, nos 7-8).

12 Évoquant l’Hôtel du duc de Berry à la même époque, Françoise Autrand écrit : « plus de 250 personnes pour le service d’honneur et le service domestique du prince, c’était sans commune mesure avec la soixantaine d’officiers qui suffisaient à l’administration de l’apanage. C’était royal. C’était un monde » (F. Autrand, Jean de Berry. L’art et le pouvoir, Paris, Fayard, 2000, p. 313). Ce chiffre correspond, à très peu de choses près, aux réalités alençonnaises. En 1398, l’Hôtel du duc de Berry comptait 245 officiers et serviteurs ; celui de Louis d’Orléans, frère du roi, en comptait 260 en 1405 ; celui du dauphin Louis de Guyenne, 206 seulement en 1415 (F. Mauger, « L’Hôtel de Pierre de Valois, comte d’Alençon [1367-1404] et du Perche [1377-1404] », Cahier des Annales de Normandie, t. XXXV, 2009, p. 97-113).

13 Dans son œuvre, Michel Pintoin revient à trois reprises sur le « beau patrimoine » et les « immenses richesses » échues au comte d’Alençon élevé, en janvier 1415, à la dignité ducale (Chronique du Religieux de Saint-Denys contenant le règne de Charles VI, de 1380 à 1422, L. Bellaguet [éd. et trad.], Paris, Crapelet, 1839-1852, 6 vol., ici vol. V, p. 205, 399 et 571).

14 Le duché d’Anjou semblait ainsi neutralisé : au nord, l’apanage d’Alençon, à l’est, l’apanage d’Orléans et bientôt, à l’ouest, le duché de Bretagne également gagné, du bout des lèvres, à l’alliance armagnaque.

15 La carte insérée dans cet article a été mise au clair par Michel Daeffler, ingénieur d’études et cartographe au Centre de recherches en histoire quantitative (CRHQ), que je remercie sincèrement.

16 Seul le ressort des vicomtés de Pontorson et de Saint-Sauveur-Lendelin, anciennes possessions de Philippe d’Orléans, a pu être cartographié (P. Gouhier, A. Vallez et J.-M. Vallez, Atlas de Normandie. Institutions, économie, comportements, 2e livraison, Université de Caen / CRHQ, 1993, carte intitulée « Les possessions du duc d’Orléans en Cotentin »). Il faut, sinon, s’en remettre à la documentation comptable pour appréhender l’assise territoriale de la Maison d’Orléans en Normandie occidentale. Les registres du domaine d’Orléans sont une source de choix (arch. dép. Calvados, A 160 et A 280 – apanage du duc d’Orléans / comptabilité de la vicomté d’Auge, entre 1461 et 1471). Par ailleurs, une masse conséquente de mandements, de quittances et de pièces diverses repérés dans les séries A et F des archives départementales du Calvados et dans la collection Mancel du musée des Beaux-Arts de Caen, complète avantageusement la documentation conservée aux Archives nationales et à la Bibliothèque nationale de France.

17 L’appellation de « terres françaises » recouvre les trois châtellenies de Brezolles, Senonches et Châteauneuf-en-Thymerais.

18 Un rapide déroulé chronologique des événements politiques, militaires et diplomatiques auxquels prit part le duc Jean Ier d’Alençon dans les années 1407-1415 figure en annexe.

19 É. Gonzalez, Un Prince en son Hôtel. Les serviteurs des ducs d’Orléans au XVe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne (Histoire ancienne et médiévale ; 74), 2004, p. 165-166.

20 Ces dossiers individuels doivent étoffer le corpus des officiers en charge sous le règne du roi Charles VI que le Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LaMOP) recense depuis 2001 dans le cadre d’un programme coopératif nommé Opération Charles VI.

21 G. Bry, Histoire des pays et comté du Perche et duché d’Alençon où est traité des anciens seigneurs de Bellesme […], Paris, Pierre Le Mur, 1620, p. 290-292 – transcription des appels de l’Échiquier d’Alençon, alors conservés à la Chambre des comptes de Paris. Les identités transcrites par Gilles Bry étaient pour la plupart fautives. Elles ont été rétablies grâce aux investigations prosopographiques.

22 Guillaume Cousinot tenait à la même époque les grands jours de Saint-Sauveur-Lendelin pour le duc d’Orléans (BNF, coll. Gaignières, no 894, fol. 168 – mandement ducal du 12 août 1409, ordonnant le paiement des cinq officiers chargés de tenir les grands jours de la terre de Saint-Sauveur-Lendelin, dont Me Guillaume Cousinot).

23 Tel était notamment le cas des deux premiers chambellans de l’Hôtel d’Alençon, Yves de Vieuxpont et Jean d’Aché. Leurs itinéraires illustrent les passerelles précoces entre les clientèles aristocratiques des Maisons d’Orléans et d’Alençon. Jusqu’en 1404, ces deux chevaliers normands ont consacré la meilleure part de leur temps à Louis d’Orléans, au service duquel ils sont entrés à la fin des années 1380, lorsque celui-ci n’était encore que duc de Touraine. Tous deux avaient été chargés par le comte Pierre II de veiller sur son fils entré en l’Hôtel d’Orléans. En octobre 1413, ils étaient à ses côtés lors du « Voyage de Lombardie » entrepris par Louis d’Orléans pour défendre ses intérêts milanais. De retour sur Paris, en février 1404, ils l’escortèrent à Argentan, où le comte Pierre se mourait. Celui-ci sut récompenser leurs services en les couchant en tête de liste des bénéficiaires de ses legs testamentaires. Les deux hommes privilégièrent dès lors le service de son successeur qu’ils connaissaient si bien, bénéficiant d’honneurs auxquels ils n’auraient sans doute pu prétendre en demeurant dans la foule des chambellans de l’Hôtel d’Orléans.

24 É. Gonzalez a recensé vingt-neuf participations de ce personnage au Conseil d’Orléans (Un Prince en son Hôtel…, p. 322).

25 Arch. dép. Calvados, F 5726, p. 28 – registre des statuts et liste des agrégés de la confrérie Notre-Dame de Montperroux (1372-1462), copie XIXe siècle, d’après Arch. nat., K 1201, no 77. Imbert de Boissy présida l’Échiquier d’Alençon en 1393 et en 1397 (G. Bry, Histoire…, p. 290). D’autres alliances familiales étendaient encore les réseaux du parti armagnac, comme l’union du fils de Jean de Montaigu avec la fille du connétable d’Albret qui perdit la vie sur le champ de bataille d’Azincourt, aux côtés du duc d’Alençon et de l’ancien chancelier de son père (Chroniques du Religieux de Saint-Denys…, vol. V, p. 573).

26 Le chroniqueur Michel Pintoin place le chancelier Le Veneur, le chevalier d’Anières et le secrétaire comtal Thomas Bonassé, ambassadeurs du comte d’Alençon, au nombre des « personnages recommandables par leur sagesse et par leur probité » chargés de négocier la paix de Pontoise entre le roi et les princes coalisés, le 8 août 1413 (ibid., p. 97).

27 P.-R. Gaussin, « Les conseillers de Charles VII (1418-1461). Essai de politologie historique », Francia, t. X, 1982, p. 75. Les notices biographiques consacrées à ce grand commis de l’État ignorent sa présence dans l’entourage des Valois-Alençon.

28 La ligue de Gien fédérait, face à l’influence bourguignonne, les ducs d’Orléans, de Berry, de Bourbon et de Bretagne, les comtes d’Alençon, de Clermont et d’Armagnac. « Après la constitution de la ligue de Gien, l’opposition à Jean sans Peur a désormais une âme et des troupes » (B. Schnerb, Les Armagnacs et les Bourguignons. La maudite guerre, Paris, Perrin, 2001, p. 105).

29 En 1415, l’écuyer Guillaume d’Acqueville cumulait l’office de vicomte d’Argentan et Exmes qu’il exerçait déjà en 1388 au nom des Valois-Alençon et celui de sénéchal des prévôtés de Falaise et de La Ferté-Macé pour le duc d’Orléans (arch. dép. Calvados, F 1565 / 11 – acte du 20 juillet 1415 communiqué par J.-Y. Laillier, que je remercie sincèrement).

30 Arch. nat., K 534A, no 4 – testament de Louis, duc d’Orléans, en date du 19 octobre 1403.

31 M. Rey, Le domaine du roi et les finances extraordinaires sous Charles VI (1388-1413), Paris, SEVPEN, 1965, p. 272. La chronologie de cette grâce, octroyée à l’occasion d’un doublement exceptionnel des aides, reste à préciser : une quittance d’octobre 1406 portant sur la somme de 1 000 livres tournois précise que le comte d’Alençon avait droit, cette année-là, au tiers des aides levées sur ses terres (arch. dép. Calvados, F 4875). En revanche, le 6 octobre 1408, Jean Lallemant, trésorier comtal, reçoit de Michel de Rouvres, receveur des aides à Alençon, une somme de 644 livres « sur ce qu’il peut avoir a mondit seigneur a cause de la moittié desdictes aides ayans cours en ses terres estans en ladicte recepte pour l’annee fenie le derrenier jour de septembre derrain passé » (BNF, ms. fr. 26036, no 4091). Cette moitié des aides était elle-même complétée d’autres dons. Le 2 novembre 1408, par exemple, Jean Ier avait reçu du roi un secours de 1 125 livres supplémentaires, tant pour les hommes d’armes qu’il entretenait que pour ses autres dépenses du mois d’octobre (BNF, collection Clairambault, titres scellés, vol. IV, fol. 89, référence citée dans Perceval de Cagny, Chroniques, p. 43). Louis d’Orléans ponctionnait au titre de sa pension une part des aides royales levées en Normandie. En 1401, par exemple, une somme d’un peu plus de 166 livres lui était allouée tous les deux mois sur la recette des aides d’Alençon (arch. dép. Orne, 108 J 4 – décharges de cette somme à Raoul Piffaut, receveur des aides à Alençon, les 8 février et 6 octobre 1412).

32 M. Rey, Le domaine du roi…, p. 272. À cette date, la principauté d’Alençon comptait cinq greniers à sel : Exmes, Alençon, Bellême et, sur les seigneuries patrimoniales du Maine et d’Anjou, La Flèche et Château-Gontier. Le grenier de Verneuil, un temps supprimé par l’ordonnance cabochienne de 1413, semble plus tardif. Sa création est peut-être à mettre au nombre des faveurs dont bénéficiait alors Jean d’Alençon.

33 BNF, ms. fr. 20372, no 23 – lettres royales données au Conseil sur l’avis du dauphin Louis de Guyenne, le 3 novembre 1412, abandonnant pour un an à Jean d’Alençon tout le profit des aides, gabelles et autres droits royaux levés sur ses seigneuries. Une attestation de Pierre des Essarts, garde de la prévôté de Paris, en date du 18 novembre 1412, souligne que ce don porte finalement sur deux années (BL, Add Ch 6792). C’est donc à tort que Perceval de Cagny lie le retentissement inquiétant de la victoire de Jean sans Peur sur les Liégeois, fin septembre 1408, au fait que son maître reçut aussi le droit de lever « pour son estat et pencion toute la revenue des aides de sa terre, desquelles aides son père, le conte Pierre, n’en print ne ne leva oncques le tiers » (Perceval de Cagny, Chroniques, p. 42-43).

34 En 1413, le comte d’Alençon fait lever à son seul profit toutes les aides et gabelles de l’élection d’Alençon. L’année suivante, il est amené à composer ; mais en janvier 1416, sa veuve bénéficie de cette même générosité royale (arch. dép. Orne, 108 J 4 – tensions entre le duc Jean et le receveur de l’aide de l’année 1414 en l’élection d’Alençon [sept pièces] ; BNF, ms. fr. 18944, fol. IIIC et IIIC vo).

35 Jean d’Alençon fut fait lieutenant général du roi en Normandie le 30 novembre 1413 (J. Duquesne, Dictionnaire des gouverneurs de province sous l’Ancien Régime, 1315-1791, Paris, Éditions Christian, 2002, p. 128).

36 Arch. nat., JJ 168, fol. 210, no IIIC XXII.

37 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, Charles Osmont, 1742-1746, 3 t., ici t. II, col. 831-832.

38 Perceval de Cagny note que le 1er juillet 1411 son maître, « qui, pour honneur du roy, faisoit de la querelle du duc d’Orleens comment se ce fust son propre fait, se trouva en sa ville de Fougieres ; auquel lieu il assembla grant nombre de chevaliers, escuiers et autres gens de guerre, et les contenta touz tellement qu’il [sic] lui promisdrent de le servir bien et loiaulment ; et trouva que ce qu’il avoit assemblé audit lieu de Fougieres, et ceulx qui trouveroit du pais de Normendie, povoient bien estre nombrez mil et VC combatans. Et ainssi le fist sçavoir au duc de Berry et aux autres seigneurs, et que chacun d’eulx s’avansast d’aller passer ladicte riviere de Saine où mieulx le pourroit faire, et que ainssi le feroit » (Perceval de Cagny, Chroniques, p. 58-59).

39 A. Demurger, « Le rôle politique des baillis et sénéchaux royaux pendant la guerre civile en France (1400-1418) », Beihefte der Francia, t. IX, 1980, p. 289.

40 Le 16 février 1415, la Couronne avait fait verser 8 500 livres au duc d’Alençon au titre de cet emprunt (H. Moranvillé, « Extraits de journaux du Trésor [1345-1419] », Bibliothèque de l’École des chartes, t. XLIX, 1888, p. 421, no 495). Il n’était toutefois pas soldé lorsque les sollicitations du dauphin Charles s’abattirent sur la duchesse d’Alençon.

41 Le total des sommes arrachées aux Valois-Alençon à cette époque est difficile à estimer. Il avoisine sans doute les 40 000 à 50 000 livres. Cette estimation repose, d’une part, sur les informations chiffrées de lettres du dauphin Charles, données de Loches le 28 août 1423, engageant au duc d’Alençon les ville, château et châtellenie de Niort afin de garantir les prêts contractés auprès de sa Maison, et, d’autre part, sur une série de pièces comptables relatives à ces mêmes créances, glanées dans les inventaires modernes du chartrier d’Alençon (BNF, ms. fr. 18944, fol. IIC L et IIC IIIIXX XII ; arch. dép. Orne, A 426, fol. 11 vo, 37 vo, 59 vo, 64 vo, 66 ; Arch. nat., X 1a 8604, fol. 67 – lettres de cession des ville, château et châtellenie de Niort au profit de Jean, duc d’Alençon, publiées par P. Guérin, « Recueil de documents concernant le Poitou dans les registres de la chancellerie de France, 1403-1430 », Archives historiques du Poitou, t. XXVI, 1896, p. 405-412). Perceval de Cagny, qui n’était en rien dupe des accords boiteux imposés à ses maîtres, note au sujet de 25 000 livres gagées sur Niort que Jean II et sa mère Marie de Bretagne « fuitiz et boutez hors de leur pays aiderent au roy en sa necessité, en joiaulx d’or et d’argent estimez et prisiez à la somme de XXV mille escuz ; pour quoi et de ce le roy ne leur bailla en seureté que la chastellenie de Mort [Niort], qui ne vault en tout pour le seigneur, les officiers payez, que de V à VIC livres » (Perceval de Cagny, Chroniques, p. 27).

42 Olivier de Blois-Châtillon, comte de Penthièvre, seigneur de L’Aigle en parage avec son frère Jean, avait épousé Isabelle de Bourgogne, la sœur de Jean sans Peur, en 1406, dix ans après que l’union de Jean d’Alençon avec Marie de Bretagne a œuvré au rapprochement entre les Maisons d’Alençon et de Montfort. Philippe d’Harcourt, baron de Montgommery depuis la mort de son père Jacques, en avril 1405, adopta une ligne de modération. Il appartenait à l’Hôtel du roi. Sa tante, la comtesse Marie d’Harcourt, était fille du défunt comte Pierre d’Alençon ; son oncle Philippe, seigneur de Bonnétable, fréquentait l’entourage comtal et avait donné sa fille Blanche en mariage à Yves de Vieuxpont, chambellan des Hôtels d’Alençon et d’Orléans. La position de Waléran III de Luxembourg, comte de Saint-Pol et seigneur de Nogent-le-Rotrou depuis son union avec Bonne de Bar, en 1393, fut différente. Lié au parti bourguignon, il devint connétable de France en mars 1411 et participa en personne, l’année suivante, aux opérations contre Jean d’Alençon, après avoir échoué à reprendre la ville de Dreux.

43 É. Gonzalez, Un Prince en son Hôtel…, p. 64-65 (tabl. 1, « Les serviteurs de Louis Ier [effectifs et cumuls de services] »).

44 Ibid., p. 165.

45 Chronique normande de Pierre Cochon, notaire apostolique de Rouen, C. de Robillard de Beaurepaire (éd.), Rouen, A. Le Brument, 1870, p. 263.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La Normandie des princes en 1410 (carte Michel Daeffler).
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/11872/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k

Auteur

Lycée Malherbe, Caen

Franck Mauger est professeur des classes préparatoires aux grandes écoles au lycée Malherbe de Caen. Il a soutenu à l’université de Caen Normandie, en mai 2017, une thèse d’histoire médiévale intitulée Le dernier apanage. Gouvernement et administration des comtés d’Alençon et du Perche (1290-1525), préparée sous la direction de François Neveux. Ses recherches portent sur les Valois-Alençon et leur principauté et, de façon plus large, sur les relations entre les princes et le pouvoir royal à la fin du Moyen Âge. Il travaille actuellement à une relecture des procès intentés contre les ducs Jean II et René d’Alençon dans les années 1450-1480.

© Presses universitaires de Caen, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search