Version classiqueVersion mobile

La guerre en Normandie (XIe-XVe siècle)

 | 
Anne Curry
, 
Véronique Gazeau

Le Clos du Cotentin à l’aube du XVe siècle : une région en ruine ?

Nicolas Abraham

Résumé

Fortement touché par le passage de troupes armées dans la première moitié de la guerre de Cent Ans et par le « vuidement », le Cotentin tente de se reconstruire à partir de la dernière décennie du XIVe siècle. Quelle était donc la situation économique des campagnes du Cotentin à cette époque ? Les sources étudiées ici viennent souligner la désolation des seigneuries et l’état d’abandon des campagnes mais montrent aussi les efforts produits par la population pour remettre en culture des terres laissées à l’abandon depuis de nombreuses années et reconstruire les bâtiments seigneuriaux tels que les moulins avant que des raids anglais sur les côtes puis la conquête de la Normandie par les Anglais ne fassent craindre de nouvelles destructions.

Texte intégral

1À l’été 1378, alors que la majorité du royaume de France connaît une période de paix, la Normandie et le Cotentin continuent d’être un terrain d’affrontement entre Français et Anglo-Navarrais. Soupçonnant Charles de Navarre de l’avoir une fois de plus trahi, Charles V, par l’intermédiaire du connétable Du Guesclin, entreprit la confiscation et la conquête des nombreuses places tenues par les Navarrais en Normandie. La Normandie et le Cotentin se trouvèrent donc parcourus par les deux armées en guerre alors qu’ailleurs dans le royaume le calme était revenu.

  • 1 M. de Masson d’Autume, Cherbourg pendant la guerre de Cent Ans de 1354 à 1450, Cherbourg, Société n (...)
  • 2 F. de Beaurepaire, « L’exil des habitants du Nord du Cotentin de 1378 à 1392 », Revue du départemen (...)

2La situation se détériora un peu plus lorsque Charles de Navarre, ne pouvant faire face aux troupes françaises et voyant ses possessions se réduire comme peau de chagrin, décida de céder la ville de Cherbourg aux Anglais. Les troupes de Charles V qui avaient reconquis les autres places de Normandie mirent alors le siège devant la ville à l’automne 1378. Malgré les importants moyens déployés pour acheminer de nombreuses armes de siège, l’entreprise française fut un échec et le Nord-Cotentin fut abandonné aux mains des Anglo-Navarrais1. Les choses auraient pu se stabiliser et ce siège aurait pu être semblable à bien d’autres si Charles V n’avait pas pris une décision extraordinaire et sans équivalent à cette période : contraint d’abandonner le Nord-Cotentin aux Anglais mais souhaitant les empêcher de se ravitailler sur le pays, il ordonna à la population de quitter les alentours de Cherbourg dans un premier temps, puis l’ensemble du Clos, c’est-à-dire de la presqu’île. C’est ce phénomène d’exode et d’abandon que l’on nomme le « vuidement du Cotentin »2.

3À l’occasion d’informations sur la valeur de la fiefferme de Gréville établies pour obtenir des remises de rentes en 1391 et 1427, les habitants de cette paroisse témoignèrent de l’état de leurs terres et de la cause de cette désolation :

  • 3 Arch. dép. Manche, coll. Dom Lenoir, 1 Mi 504, vol. VII, p. 33-36.

Item que ladite terre de Greville ne vaut à present aucune chose, ni ne valut depuis l’an 78 que les Anglois vindrent à Cherebourg parce que des lors les gens tant par commendemant du roi comme pour doubte desdits Anglois s’en fuirent du pais. [...] et aussi pour ce que Messire Guillaume des Bordes lors lieutenant du roi en Normandie fit crier et commander que chacun vuidast le pays, ce que ferent les gens dudit pays sans plus y retourner3

  • 4 Ibid., vol. IX, p. 63.

Item que longtemps après ledit fief faite, pour ce que la ville de Chierebourg fut par aucun temps en main des Anglois, qui est à 3 lieues près du lieu où est le chef de ladite fiefferme, et afin que les Anglois dudit lieu de Chierrebourg ne peussent avoir vivres sur le pays pour eux substenter, fut crier et commandé de par le roi que tous hommes tenant feu et lieu demeurant à 2 lieues près la ville de Chierrebourg vuidast et s’en allât demeurer hors d’illec […], et qu’aprés que partie des gens furent revenus, le vicomte de Valongnes qui étoit lors voulut contraindre ledit Nicolas de Groucy à lui paier les susdites rentes desdites fieffermes, mais qu’icelles fieffermes étant alors comme en non valoir4

  • 5 N. Abraham, Le Clos du Cotentin au XVe siècle, mémoire de master 2 d’histoire, université de Caen B (...)

4Suite à de nouveaux échecs militaires français, à l’été 1379, la limite des deux lieues évoquée dans le texte précédent fut étendue à un rayon de dix lieues autour de Cherbourg, une zone correspondant à la quasi-totalité de la presqu’île du Cotentin, soit environ 200 paroisses. Les villageois, mis hors de leurs foyers, se réfugièrent dans les alentours (Bessin, Coutançais ou région des marais de l’isthme du Cotentin) sans savoir quand ils pourraient rentrer chez eux, ce retour étant soumis à la décision du roi. Mais la mort de Charles V en septembre 1380 et la mise en place du gouvernement des oncles éloignèrent le Cotentin des préoccupations royales et ce n’est finalement que vers 1389 que les Cotentinais commencèrent à réintégrer la presqu’île à la faveur de la signature de trêves avec les Anglais. Le Clos du Cotentin resta donc dans un état d’abandon total pendant une décennie. Cet épisode laissa des séquelles durables et les sources de la fin du XIVe siècle et du début du XVe siècle sont nombreuses à déplorer l’état de désolation dans lequel se voit plonger le Cotentin5. Toutefois, si la ruine du pays est souvent imputée au vuidement, de nombreux signes montrent que, avant même cet épisode, les campagnes du Cotentin et sa population avaient déjà été lourdement touchées par la guerre et les mortalités.

  • 6 G. Bois, Crise du féodalisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 198 (...)

5L’épisode de 1378 marqua finalement une sorte de paroxysme dans la crise que connut le Cotentin à la fin du Moyen Âge et nous pourrions parler, en pastichant Guy Bois, d’un « Hiroshima en Cotentin » pour cette fin de XIVe siècle. Ce dernier avait utilisé cette image forte pour décrire la situation de la Normandie dans les années 1436-1450, expliquant qu’à cette époque « sa population est décimée et ses terroirs désertés se couvrent de broussailles »6. À la lumière de ce que nous venons d’exposer, il apparaît que la chronologie du Cotentin diffère de celle proposée par Guy Bois et que cette situation décrite par l’auteur de la Crise du féodalisme au cours du XVe siècle en Normandie orientale semble s’appliquer pour le Clos du Cotentin au dernier quart du XIVe siècle et à cette période du « vuidement ». Les sources, qui se multiplient à partir de la dernière décennie du XIVe siècle, ne manquent d’ailleurs pas de brosser le tableau de la désolante situation des campagnes du Cotentin après que les habitants ont regagné leurs villages.

Le retour de la population après le « vuidement » : tableau d’une terre désolée

6En raison de ce long exil, les terres labourées et les herbages du Clos du Cotentin firent place à de vastes espaces de landes, de broussailles et de marécages. Beaucoup de maisons étaient en ruine et les habitants durent, à leur retour dans le pays, entamer la reconstruction de leurs habitations et le défrichement de leurs terres pour y cultiver à nouveau et assurer leur subsistance. Quant aux seigneurs dont les manoirs avaient été aussi très touchés par la guerre, ils veillèrent à reprendre le contrôle de leurs seigneuries et s’employèrent à prendre connaissance de la valeur nouvelle de leurs biens, souvent fort diminuée.

  • 7 Arch. dép. Manche, coll. Dom Lenoir, 1 Mi 504, vol. XLIV, p. 309-311.
  • 8 Arch. dép. Manche, fonds Alfred Butot, 145 J 15.

7Dans l’aveu que baille Guillaume de Brucourt pour la baronnie d’Orglandes dans les années qui suivent le vuidement7, huit des fiefs dépendant de ladite baronnie sont dits en non-valeur, six moulins sont détruits, de même qu’un des manoirs lui appartenant. En 1395, Roger de Bricqueville, baron de La Haye-du-Puits, déclare tenir en sa main « bien mil acres ou environ de terres vacantes à présent de possesseurs pour les guerres et mortalitez qui ont esté ou pays »8, soit 800 hectares environ de terres qui n’étaient plus cultivées.

  • 9 G. Bois, Crise du féodalisme, p. 208.
  • 10 Arch. dép. Manche, coll. Dom Lenoir, 1 Mi 504, vol. V, p. 365.
  • 11 Ibid., vol. VI, p. 127.

8Alors qu’au début du XIVe siècle les paysans du Cotentin continuaient d’étendre les surfaces arables, la fin du siècle vit donc au contraire un net recul de l’espace cultivé. Si ce phénomène est général dans la majeure partie de l’Occident en raison notamment de la chute démographique, il s’y ajoute dans le Cotentin un motif supplémentaire, le vuidement. Les sources contiennent de nombreuses mentions de terres couvertes de broussailles, d’épines ou « venues en la main du seigneur par défaut d’hommes ». Les moulins, infrastructures-clés de l’économie seigneuriale, furent également particulièrement touchés. Comme le notait Guy Bois, « on ne pouvait mieux frapper une seigneurie qu’en détruisant son moulin »9. En s’attaquant à ces bâtiments, les Anglais font preuve d’une véritable volonté de saper l’économie seigneuriale adverse en s’en prenant à l’une de ses principales sources de revenus et à l’un des symboles de son autorité sur la population. En 1407, ils s’attaquèrent au moulin d’Omonville-la-Petite et se saisirent du bois de merrain situé à proximité et destiné à assurer la réparation de ce moulin qui n’était déjà plus en fonction10. En 1413, Perrine Carbonnel, qui tient le moulin royal de Valognes, déclare qu’au mois d’août 1412, lors d’un raid sur le Cotentin, les Anglais s’étaient attaqués à plusieurs maisons de Valognes, s’emparant des blés et « entrerent audit moulin, le pillerent et le mirent hors d’etat de pouvoir servir »11.

  • 12 G. Bois, Crise du féodalisme, p. 208.

9Les causes n’en sont pas toujours précisées mais nous voyons se multiplier dans les aveux les mentions de « place de moulin », désignant le lieu où se tenait un moulin désormais en ruine. Le vuidement aggrava cette situation puisque les moulins ne connurent aucun entretien durant cette période alors qu’il fallait régulièrement entretenir le bief, la roue et la chaussée. Sans que le phénomène fût lié directement à la guerre, Guy Bois pointait également les facteurs économiques dans la disparition de certains moulins : la baisse démographique ayant entraîné une plus faible production, les revenus du moulin diminuent même si les coûts d’entretien restent les mêmes12. Réalisant moins de profits, le seigneur hésite alors à réparer un moulin qui se dégrade de plus en plus jusqu’à être totalement détruit. La réédification de moulins peut dès alors être lue comme un signe d’embellie économique et de reprise démographique.

  • 13 Arch. dép. Manche, fonds Alfred Butot, 145 J 15.

10Le fait de continuer à mentionner les « places de moulin » dans les aveux indique en revanche que leur reconstruction tarde à se faire, alors que ne pas mentionner ces moulins dans son dénombrement, même s’ils étaient totalement détruits, c’était s’exposer au délai de la prescription trentenaire et prendre le risque de voir disparaître le droit de posséder ledit moulin. À titre d’exemple, Roger de Bricqueville, baron de La Haye-du-Puits, déclara que sur les neuf moulins qu’il tenait, un seul, celui se trouvant au pied du château de La Haye-du-Puits, était en fonction en 1399 mais il conserve le droit de reconstruire les autres13.

  • 14 Arch. nat., P 2891, no CIII.

11Les aveux sont également l’occasion pour l’historien de découvrir un état des lieux des seigneuries à un moment donné. À l’extrême fin du XIVe siècle, en 1399, l’aveu très détaillé rendu par Jehan du Hommet pour le fief de la Varenguière, près de Valognes, nous donne ainsi un aperçu de l’état de désolation d’un fief du Cotentin à l’aube du XVe siècle14(tabl. 1).

Tabl. 1 – Tableau des rentes du fief de la Varenguière d’après l’aveu de 1399.

Rentes Avant 1399 1399 Perte
rentes en argent 250 l. 18 s. 4 d. 40 l. 6 s. 6 d. 210 l. 11 s. 10 d.
froment
(quantité et valeur monétaire)
450 q. 3 b. 107 q. à 6 s. 8 d. le q. 343 q. 3 b.
150 l. 5 s. 35 l. 13 s. 4 d. 114 l. 11 s. 8 d.
avoine
(quantité et valeur monétaire)
210 q. 2 b. 27 q. 1/2 b. à 3 s. 6 d. le q. 183 q.
36 l. 16 s. 9 d. env. 4 l. 14 s. 11 d. env. 32 l. 1 s. 10 d.
œufs (valeur moyenne de 2 s. le cent) 4 500 1 090 3 410
45 l. 10 l. 18 s. 34 l. 2 s.
terres en la main du seigneur par défaut d’hommes et louées à herbage 33 l. 14 s. gain de 33 l. 14 s.
viviers « y souloit prendre grand nombre de poissons » en non-valeur perte impossible à calculer
TOTAL (selon avouant) 500 l. t. 200 l. t. 300 l. t.
  • 15 Ibid., P 2894, no Vc II.

12Nous constatons ici que les plus grosses pertes de revenus sont subies sur les rentes en argent (environ 84 % de la valeur initialement perçue) et sur les rentes en céréales, qui constituaient jusqu’alors la part la plus importante du profit de la seigneurie (baisse d’environ 80 % du volume de froment et d’avoine perçu). Ces pertes se voient légèrement amorties par les 33 livres perçues pour le louage à herbage des terres vacantes. Les pertes sont très lourdes mais n’empêchent pas le seigneur du lieu d’entreprendre la remise en état de son fief puisque cinq années plus tard, lorsque l’héritier de Jehan du Hommet baille à son tour l’aveu du fief de la Varenguière, l’un des moulins de la seigneurie avait été réédifié15, signe que la reconstruction était déjà en œuvre dans le Cotentin dans les premières années du XVe siècle.

Le temps de la reconstruction ?

13Si l’on voulait faire une chronologie comparée de la première période de reconstruction dans le Cotentin et dans d’autres régions du royaume, on observerait alors un « retard » de la presqu’île dans ce mouvement de restauration. Guy Bois, dans la Crise du féodalisme, délimita ainsi la première période de reprise dans le pays de Caux aux années 1364-1410. Robert Boutruche délimita quant à lui une ellipse dans le Bordelais de 1379 à 1405 et Guy Fourquin constata pour la région parisienne une première reprise entre 1365 et 1410. Dans le Cotentin, c’est seulement à partir de 1389, voire à partir de 1393 que la reconstruction s’amorça, soit dix à vingt ans après les autres régions.

  • 16 Arch. dép. Manche, coll. Dom Lenoir, 1 Mi 504, vol. VI, p. 281.
  • 17 Ibid., p. 257.

14Le roi, pour éviter une ruine totale du pays, accorda des remises ou modérations sur les rentes qui lui étaient dues. Il renonçait donc un temps à percevoir tout ou partie de ses rentes, pour laisser le temps à ces seigneurs de reconstituer leurs domaines. Il semble que ce fut là l’un des seuls moyens de permettre une reconstruction du pays, et le roi consentit à cet effort. Les lettres de remise précisaient généralement une clause de remise en état de la fiefferme, une manière d’encourager les reconstructions. Ainsi, le seigneur de Chiffrevast, dont les biens avaient été détruits par Godefroy d’Harcourt, obtient de Charles VI une remise de rente « à condition qu’il seroit tenu de faire refaire en certains temps limité et mettre en état dû, lesdits moulins, chaussées et viviers »16. En 1405, Guillaume de Campserveux demande au roi une remise de rentes de huit années et en échange « offre de faire refaire ledit moulin et le mettre en bon état »17. On observe ainsi dès la fin du vuidement, dans la dernière décennie du XIVe et le début du XVe siècle, des efforts pour permettre un relèvement des campagnes.

15La multiplication des aveux, ainsi que le nombre important d’informations et d’enquêtes menées à cette époque témoignent des efforts entrepris pour la réorganisation et la rénovation des fiefs du Cotentin après le chaos que fut le vuidement. Peut-être faut-il y voir une pression accrue de l’administration royale sur les seigneuries, au détriment de la noblesse, très affaiblie par cet épisode.

16Par la mise aux enchères de terres vacantes et de fieffermes, le roi et son administration encouragèrent les entreprises de reconstruction et de remise en valeur du domaine. Les seigneurs pouvaient alors trouver là un moyen de percevoir de nouveaux revenus, à condition d’avoir les moyens d’investir, et certains roturiers que la crise avait enrichis pouvaient trouver là l’occasion d’acquérir du roi une terre.

  • 18 Ibid., p. 247.

17Ces différents investissements, accompagnés d’une nécessaire campagne de défrichements, permirent la remise en valeur d’une partie des terres du Cotentin. Nous étudierons ici cette restauration à travers l’exemple de la fiefferme de Morville, près de Valognes, qui s’étendait sur environ 200 acres et qui fut prise à fieffe en 1405 par Guillaume le Hogues pour la somme de 25 livres tournois de rente par an alors même que ledit fief était envahi de haies et de buissons. En 1430, sous la domination anglaise, une enquête fut menée à la requête d’Estienne Rogier, un prêtre qui estimait que la valeur dudit fief avait été sous-évaluée et qui se proposait lui-même de le bailler pour la somme de 40 livres tournois. L’information qui s’ensuivit, menée par le vicomte de Valognes pour connaître la valeur réelle de ladite terre de Morville, révéla alors que lorsqu’elle fut baillée en 1405, elle ne valait pas plus de 10 à 12 livres. En l’espace de quelques décennies, une terre qui ne valait qu’une dizaine de livres vit donc sa valeur quadruplée, et ce en raison des travaux mis en œuvre par Guillaume le Hogues car, comme le déclare le vicomte en 1430, « si aujourd’hui [la fiefferme] vaut d’avantage c’est parce que ledit le Hogues la fait efforter, ce qui lui a coûté considérablement »18.

  • 19 Hougue est un mot normand pour désigner une hauteur, une dune. Sur ce lieu sera créée la commune de (...)

18La fiefferme de Lestre, située à proximité de la hougue de Saint-Vaast19, avait également été très touchée par les attaques anglaises lors de la première phase de la guerre de Cent Ans. De plus, en raison d’un manque d’entretien des digues, la mer recouvrait désormais une large bande de terre qui n’était plus cultivable, faisant perdre à la fiefferme une partie de sa valeur. Les paysans de la fiefferme regagnèrent pour une partie leurs habitations après le vuidement, se réorganisèrent, mais sans chercher à remettre en culture tout le finage. Ils s’adaptèrent autant que possible au contexte économique de l’époque. En 1420, les paroissiens dudit lieu font à l’occasion d’une nouvelle information le constat suivant :

  • 20 Arch. dép. Manche, coll. Dom Lenoir, 1 Mi 504, vol. V, p. 285.

la vergée de terre qui souloit valoir 4 boisseaux de froment ne se baille pas de present à un boissel ou environ tant pour ce qu’il est mort grant foison de peuple comme pour ce que ung boissel de fourment qui souloit couter 2 s. 6 d. coûte de present 20 sols, et la beste aumaille qui souloit couster deux frans en coute maintenant dix ou douze20.

  • 21 B. Campbell, English Seigniorial Agriculture, 1250-1450, Cambridge, Cambridge University Press, 200 (...)

19Le labour semble donc avoir perdu de la valeur tandis que l’élevage devient plus lucratif. Dans ses travaux sur le Norfolk, Bruce Campbell a démontré que sur le plan économique les herbages offraient de nombreux avantages financiers comparés aux labours puisqu’ils n’exigeaient qu’1/5 de force par unité de surface quand à cette époque la main-d’œuvre se faisait plus rare21. La forte baisse de la valeur de la terre peut également être un facteur explicatif de l’intérêt croissant pour les herbages alors que la surface en labour a ostensiblement reculé. En réorientant leurs activités, les paysans du Cotentin ont ainsi trouvé un moyen d’accélérer la reprise économique dans les campagnes.

  • 22 R. Jouet, « Le Cotentin entre 1394 et 1417. Restauration économique ou marasme persistant ? », Anna (...)

20Jehan Damours, qui tenait également une terre en la paroisse de Lestre, était quant à lui parvenu à réédifier son manoir et le moulin du lieu au début du XVe siècle. Dans une autre fiefferme qu’il tenait à Vaudreville, il fit également réédifier à neuf un moulin qui était longtemps resté en ruine mais dont il avait conservé le droit. Cette remise en état eut à peine le temps d’être achevée que les Anglais reparaissaient déjà sur les côtes du Cotentin22.

Une nouvelle période de troubles : les raids anglais du début du XVe siècle

  • 23 Arch. dép. Manche, coll. Dom Lenoir, 1 Mi 504, vol. VI, p. 253.
  • 24 Ibid., p. 101.

21Si des premiers mouvements de reconstruction et de reprise ont pu être observés dans les quelques exemples que nous venons de citer, le retour des Anglais dans le Cotentin dès les premières années du XVe siècle mit rapidement à mal ces entreprises et réduisit parfois à néant les efforts menés comme cela fut le cas dans la fiefferme de Lestre. Alors que Jehan Damours s’était efforcé au début du XVe siècle de remettre en état manoir et moulin, ses efforts furent rapidement réduits à néant par les Anglais qui réapparurent dans le Cotentin dans les premières années du XVe siècle et le moulin qu’il avait achevé de reconstruire en 1403 se vit ainsi incendié dès 140523. Reconstruit à nouveau peu de temps après, le nouveau moulin fut victime du débarquement du duc de Lancastre dans le Cotentin en 141224.

  • 25 R. Jouet, « Le Cotentin entre 1394 et 1417… », p. 250-254.

22Le répit qui avait fait suite à l’épisode du vuidement fut donc de courte durée. Ayant quitté Cherbourg en janvier 1394, les Anglais reparaissent sur les côtes du Cotentin dès l’année 1400. Dans les douze premières années du XVe siècle, on recense dans les sources au moins six raids anglais. Certains ne touchèrent que les paroisses du littoral mais d’autres opérations, de plus grande envergure, pénétrèrent plus en avant dans le Cotentin et le traversèrent vers d’autres régions en guerre25.

  • 26 Arch. dép. Manche, coll. Dom Lenoir, 1 Mi 504, vol. VI, p. 149.

23Le premier raid connu intervint dès l’année 1400 et toucha la paroisse de Tourlaville. En 1403, puis en 1405, les Anglais descendirent à la hougue de Saint-Vaast, comme Édouard III l’avait fait en 1346. Un témoin raconte qu’à l’occasion de l’une de ces incursions, les Anglais « ardirent toutes les maisons et mesnages de Reville, couperent et detruirent les pommiers et autres arbres et firent moult d’autres maux en icelle paroisse et en plusieurs autres où pais d’environ que ils destruirent et ardirent au nombre de plus de 30 paroisses »26.

24En 1407 et 1410, c’est dans la Hague que débarquèrent les Anglais, détruisant sur leur passage les habitations et s’emparant à Omonville des ornements de l’église. Engageant des opérations de plus grande envergure, les Anglais débarquèrent à nouveau à Saint-Vaast à la Saint-Jean 1412. Selon les contemporains, ce sont 16 000 à 18 000 hommes, sous les ordres de Thomas de Lancastre et du duc d’York, qui traversèrent le Cotentin avant de partir vers l’Anjou et l’Aquitaine. Il est également à noter que si aucune source ne mentionne d’incursions anglaises sur ces côtes, il est pourtant fort probable que les « Yslemens » originaires de Jersey et Guernesey firent des coups de main sur le littoral qui leur faisait face.

25Ces raids, aussi destructeurs fussent-ils, ne touchèrent pas l’ensemble du Cotentin mais se concentrèrent souvent sur des zones plus vulnérables : le Val de Saire et la Hague en particulier. Dans le reste de la presqu’île, les tentatives de reconstruction eurent sans doute plus de chance d’aboutir mais restent plus discrètes dans les sources puisque celles-ci s’attardent le plus souvent sur les destructions. Nous pouvons alors penser que malgré le retour épisodique des Anglais dans la presqu’île, il fut tout de même possible au Cotentin de se reconstruire au cours de la dernière décennie du XIVe siècle et au début du XVe siècle, du moins dans certains villages éloignés du littoral et du passage des troupes anglaises. Le Cotentin connut dans la première moitié de la guerre de Cent Ans une plus longue période de guerre et d’insécurité, liée en partie à la présence des Navarrais. Il s’ensuit que la presqu’île commença à se reconstruire et connut une phase de paix plus tardivement que d’autres régions du royaume du France. Les efforts menés à cette époque furent réels, et ce malgré les nouvelles incursions anglaises du début du XVe siècle.

  • 27 F. Neveux, La Normandie pendant la guerre de Cent Ans (XIVe-XVe siècle), Rennes, Éditions Ouest-Fra (...)

26Après le débarquement de 1415 à Harfleur et la prise de Caen en septembre 1417, Henry V se présenta aux portes du Cotentin au printemps 1418. Après un siège de plusieurs mois, Cherbourg céda aux Anglais en septembre 1418, tout comme Rouen quelques mois plus tard. Les Anglais s’étaient rendus maîtres de la Normandie27. Que pouvaient en attendre les Cotentinais ?

La paix anglaise ?

27En menant une politique de conciliation, le roi d’Angleterre chercha à ramener une certaine stabilité politique en Normandie. Les Anglais n’étaient plus là pour scier les pommiers et détruire le pays, ils souhaitaient s’y implanter durablement. Hormis quelques exactions de la part de troupes anglaises qui œuvraient indépendamment de l’autorité royale, le Clos du Cotentin fut relativement paisible jusqu’en 1449. Il ne fut pas touché par les mouvements de révolte ou du moins n’y prit pas part, ce qui peut être lu comme une meilleure acceptation de la domination anglaise. À l’inverse du pays de Caux et du sud du bailliage du Cotentin qui, de par la proximité avec les Français, voyaient de nombreux affrontements entre les deux armées, le Clos du Cotentin resta épargné par les combats jusque dans les toutes dernières années de la présence anglaise. Durant cette période de l’occupation anglaise, de grands chantiers furent entamés, comme celui de l’église de la Trinité de Cherbourg ou de Notre-Dame de Carentan. Dans certaines seigneuries, on voit apparaître des « froments de nouvel escroit », tandis que les rôles de fouage tendent à montrer une croissance de la population à cette époque. C’est pourquoi, aussi paradoxal que cela puisse paraître, la situation politique et économique du Clos du Cotentin fut sans doute plus favorable sous la régence du duc de Bedford et sous la domination anglaise que dans les premiers temps du XVe siècle.

Notes

1 M. de Masson d’Autume, Cherbourg pendant la guerre de Cent Ans de 1354 à 1450, Cherbourg, Société nationale académique de Cherbourg, 1948, p. 22-23.

2 F. de Beaurepaire, « L’exil des habitants du Nord du Cotentin de 1378 à 1392 », Revue du département de la Manche, t. XII, fasc. XLVI, avril 1970, p. 95-100.

3 Arch. dép. Manche, coll. Dom Lenoir, 1 Mi 504, vol. VII, p. 33-36.

4 Ibid., vol. IX, p. 63.

5 N. Abraham, Le Clos du Cotentin au XVe siècle, mémoire de master 2 d’histoire, université de Caen Basse-Normandie, 2015, p. 33-40.

6 G. Bois, Crise du féodalisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1981, 2e éd., p. 299.

7 Arch. dép. Manche, coll. Dom Lenoir, 1 Mi 504, vol. XLIV, p. 309-311.

8 Arch. dép. Manche, fonds Alfred Butot, 145 J 15.

9 G. Bois, Crise du féodalisme, p. 208.

10 Arch. dép. Manche, coll. Dom Lenoir, 1 Mi 504, vol. V, p. 365.

11 Ibid., vol. VI, p. 127.

12 G. Bois, Crise du féodalisme, p. 208.

13 Arch. dép. Manche, fonds Alfred Butot, 145 J 15.

14 Arch. nat., P 2891, no CIII.

15 Ibid., P 2894, no Vc II.

16 Arch. dép. Manche, coll. Dom Lenoir, 1 Mi 504, vol. VI, p. 281.

17 Ibid., p. 257.

18 Ibid., p. 247.

19 Hougue est un mot normand pour désigner une hauteur, une dune. Sur ce lieu sera créée la commune de Saint-Vaast-la-Hougue.

20 Arch. dép. Manche, coll. Dom Lenoir, 1 Mi 504, vol. V, p. 285.

21 B. Campbell, English Seigniorial Agriculture, 1250-1450, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 10.

22 R. Jouet, « Le Cotentin entre 1394 et 1417. Restauration économique ou marasme persistant ? », Annales de Normandie, t. XX, no 4, 1970, p. 249-265.

23 Arch. dép. Manche, coll. Dom Lenoir, 1 Mi 504, vol. VI, p. 253.

24 Ibid., p. 101.

25 R. Jouet, « Le Cotentin entre 1394 et 1417… », p. 250-254.

26 Arch. dép. Manche, coll. Dom Lenoir, 1 Mi 504, vol. VI, p. 149.

27 F. Neveux, La Normandie pendant la guerre de Cent Ans (XIVe-XVe siècle), Rennes, Éditions Ouest-France, 2008, p. 231-242.

Auteur

Université de Caen Normandie

Nicolas Abraham, diplômé du master recherche Histoire de l’université de Caen Normandie et du master pro Archives de l’université d’Angers, a consacré son mémoire de recherche à l’étude de la presqu’île du Cotentin au cours de la guerre de Cent Ans. Archiviste aux archives départementales de la Manche, il est chargé des archives anciennes et privées. Il a publié « Quand les Anglais tenaient Cherbourg : des échecs militaires au “vuidement” du Cotentin (1378-1393) », in Les Normands et la guerre (Actes du XLIXe congrès de la FSHAN) (Louviers, FSHAN, 2015) ; « Galants de la Feuillée et Bretons : contestation populaire d’une occupation militaire à la fin du Moyen Âge », in Événements contestataires et mobilisations collectives en Normandie, du Moyen Âge au XXIe siècle (Actes du LIe congrès de la FSHAN) (Louviers, FSHAN, 2017), et « L’évolution du Cotentin et de ses limites : de l’empereur romain à la communauté d’agglomération », Revue de la Manche, t. LIX, no 236, avril-mai-juin 2017.

© Presses universitaires de Caen, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search