Version classiqueVersion mobile

La guerre en Normandie (XIe-XVe siècle)

 | 
Anne Curry
, 
Véronique Gazeau

La guerre en Normandie au XIVe siècle et le problème de l’évolution textuelle des Chroniques de Jean Froissart

Godfried Croenen

Résumé

Le Premier Livre des Chroniques de Jean Froissart a été transmis dans plusieurs versions auctoriales, mais la chronologie relative et absolue de ces versions n’a jamais été déterminée de façon précise. Les théories de Siméon Luce et du baron Kervyn de Lettenhove se contredisent en plusieurs points. L’article proposé ici démontre que la version « A », dont seulement des fragments du texte ont survécu, doit représenter la première version auctoriale, écrite probablement en 1381. La version « d’Amiens », datant de la période 1384-1391, est la deuxième version conservée ; la version abrégée, datant de la même période, est pourtant postérieure à la version « d’Amiens ». Les versions « B » et « C » datent d’avant 1399 et respectivement d’après 1391 et 1395. La version « de Rome » est la version auctoriale la plus récente, datant d’après 1404 et d’avant 1415. L’évolution textuelle des Chroniques et les modes de réécritures sont illustrés par des exemples relatant les campagnes militaires en Normandie, en particulier la campagne militaire d’Édouard III en 1346, la campagne menée par le duc de Lancastre en 1356 et le siège de Cherbourg de 1378 à 1379.

Texte intégral

Genèse et évolution des Chroniques de Froissart

  • 1 Afin de simplifier les références au texte des Chroniques, elles se feront ici en principe avec les (...)
  • 2 Beaucoup de chroniques existent en plusieurs versions, mais souvent il s’agit de réécritures par de (...)

1La question de la genèse de l’œuvre historique de Jean Froissart occupe les érudits depuis longtemps1. L’interprétation de cet aspect des Chroniques n’est pas sans controverse et l’on peut toujours constater, dans la littérature secondaire, une grande divergence d’opinions, sinon une véritable confusion à ce sujet. Froissart n’est pas le seul auteur médiéval de chroniques qui s’est engagé dans la réécriture de sa propre œuvre2, mais chez lui le phénomène est d’une ampleur hors du commun, à cause de l’importance et de la longueur de son œuvre, ainsi que du fait qu’un nombre important de versions distinctes de son texte a été transmis dans les manuscrits.

  • 3 Parmi les travaux récents dans lesquels la chronologie des Chroniques a été discutée, les plus impo (...)
  • 4 C. Ridoux, « Deux éditeurs de Froissart : Kervyn et Siméon Luce », in Actes du colloque internation (...)

2Le débat scientifique sur la genèse des Chroniques de Froissart ne touche pas seulement à l’interprétation littéraire et historique de la méthode historiographique du chroniqueur hennuyer et au rôle joué par les réécritures successives de son texte, mais s’étend même au niveau de la constatation des faits, c’est-à-dire l’identification des versions auctoriales, leurs chronologies relative et absolue, et les relations stemmatologiques entre les manuscrits dans lesquels ces versions d’auteur sont conservées3. Cette situation doit beaucoup aux polémiques sur ce sujet menées par les éditeurs scientifiques de Froissart au XIXe siècle, Siméon Luce et le baron Kervyn de Lettenhove, dont les éditions font toujours autorité. Ces deux hommes n’arrivaient pas à se mettre d’accord sur plusieurs aspects fondamentaux de la question4.

  • 5 Chroniques de J. Froissart, t. I, p. 210.
  • 6 Sur la date, voir J. Devaux, « From the Court of Hainault to the Court of England : the Example of (...)

3Que le corpus historique composé par Froissart soit caractérisé par une certaine « variance » dont Froissart fut au moins en partie l’auteur a été reconnu dès le début des études sérieuses de ses Chroniques. À l’origine de l’intérêt critique pour cet aspect de l’écriture froissardienne se trouve une remarque de Froissart lui-même, insérée dans le prologue des Chroniques5. L’auteur hennuyer y explique qu’il avait, dans sa jeunesse, écrit une chronique rimée sur les guerres de France et d’Angleterre, qu’il avait présentée à sa compatriote Philippine de Hainaut, reine d’Angleterre (probablement en 1361 ou 1362)6. Ne considérant plus cette œuvre de jeunesse suffisamment correcte et complète, il précise qu’il a ensuite décidé d’écrire une nouvelle « histoire » en prose, fondée sur les informations fiables tirées de la Chronique du chanoine liégeois Jean Le Bel et sur des témoignages directs de chevaliers et d’hérauts anglais et français.

  • 7 On connaît actuellement 49 manuscrits complets ou fragmentaires de la version « A » du Premier Livr (...)
  • 8 Dacier mentionne deux témoins de la version « B », le manuscrit dit « de Soubise » – les actuels ms (...)
  • 9 Les Chroniques de sire Jean Froissart, J. A. C. Buchon (éd.), Paris, Desrez, 1835, t. III, p. 409-4 (...)
  • 10 J. Rigollot, « Mémoire sur le manuscrit de Froissart de la bibliothèque d’Amiens et en particulier (...)
  • 11 Le Premier Livre des Chroniques de Jehan Froissart. Texte inédit publié d’après un manuscrit de la (...)
  • 12 Chroniques de J. Froissart, t. I, p. XL, XLII-XLII ; Œuvres de Froissart, J. B. M. C. Kervyn de Let (...)
  • 13 P. Saenger, « A Lost Manuscript of Froissart Refound : Newberry Library Manuscript F 37 », Manuscri (...)
  • 14 G. Croenen, « A “Refound” Manuscript of Froissart Revisited… ».

4Les découvertes successives, dans des collections historiques, de plusieurs versions originales en prose du Premier Livre ont établi que Froissart a révisé et réécrit cette partie de son œuvre non pas une seule fois, comme l’aurait donné à penser la remarque de l’auteur citée plus haut, mais à plusieurs reprises. À la rédaction « ordinaire » (celle dite « A ») qui contient cette remarque, connue à travers plusieurs éditions imprimées se succédant depuis l’édition incunable parisienne publiée par Antoine Vérard, ainsi que par la plupart des manuscrits conservés7, s’ajoutent la version « B », découverte par Dacier à la fin du XVIIIe siècle lorsqu’il prépara sa nouvelle édition critique8, la version dite « de Valenciennes », dont Buchon trouva un fragment à la bibliothèque de Valenciennes qu’il édita en 18359, la version dite « d’Amiens », découverte quelques années plus tard à Amiens10, la version dite « de Rome », dont un manuscrit contenant presque la moitié du Premier Livre fut identifié par le baron Kervyn de Lettenhove en 1860 dans la Bibliothèque du Vatican11, et l’abrégé du Premier Livre, mentionné d’abord par Siméon Luce en 1869 et édité en entier par Kervyn de Lettenhove en 1872 dans son édition des Chroniques12. Plus récemment, un manuscrit contenant les Livres I et II, signalé au XIXe siècle mais depuis présumé perdu, a été repéré à la Newberry Library de Chicago par Paul Saenger13. L’analyse textuelle que j’ai publiée en 2010 a démontré que, contrairement à ce que Saenger et d’autres avaient pensé, le texte du Premier Livre contenu dans ce témoin ne représente nullement la version « B », mais plutôt une importante version remaniée jusque-là inconnue, appelée maintenant la version « C »14.

  • 15 Les Vrayes Chroniques jadis faites et rassemblées par vénérable homme et discret seigneur mgr Jehan (...)
  • 16 L. Polain, Les Vrayes Chroniques de messire Jehan Le Bel, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 1 (...)

5Le texte de la source textuelle mentionnée par Froissart dans son prologue, la Chronique de Jean Le Bel, resta longuement presque totalement inconnu, mais Lambert Polain arriva à en identifier de larges emprunts dans le texte du Myreur des histors de Jean d’Outremeuse, qu’il publia en 1850 sous le titre de Vrayes Chroniques jadis faites et rassemblées par vénérable homme et discret seigneur mgr Jehan Le Bel15. En 1861, enfin, Paul Meyer reconnut dans un manuscrit de la bibliothèque municipale de Châlons-sur-Marne le seul témoin direct de l’œuvre de Jean Le Bel. Le texte de ce manuscrit fut édité d’abord en 1863 par Polain et de nouveau en 1904 par Jules Viard et Eugène Déprez. Ces éditions permettent de comparer les différentes versions de Froissart à leur source principale16.

6Les deux éditeurs scientifiques de Froissart de la seconde moitié du XIXe siècle, Siméon Luce et le baron Kervyn de Lettenhove, se trouvèrent alors confrontés à une multiplicité de versions auctoriales de la vaste œuvre historique de Froissart, conservées dans un nombre considérable de témoins manuscrits, fréquemment fragmentaires ou incomplets. Dans leurs efforts de comprendre le développement du texte, ils ont souvent eu recours à des simplifications et des réductions afin de mitiger la nécessité d’analyser la totalité des matériaux textuels. D’abord, en ce qui concerne les versions « A » et « B », les deux érudits ont constaté qu’elles ont 90 % de leur texte en commun. Ils ont alors considéré cela comme preuve suffisante de la conclusion que la version « B » représente une révision assez mineure de la version « A » et que les deux versions ont dû se suivre immédiatement dans la chronologie relative des différentes versions du Premier Livre. Luce est même allé plus loin et a considéré que ces deux versions n’en étaient en réalité qu’une seule, qu’il appela la version « ordinaire » ou « première rédaction », à l’intérieur de laquelle il distingua la « première rédaction proprement dite » (« A ») et la « première rédaction révisée » (« B »).

7De même, en dépit des différences textuelles marquées entre les versions d’Amiens et de Valenciennes, les deux érudits ne les considèrent que comme une seule rédaction. Pour Luce, le manuscrit de Valenciennes contiendrait simplement une copie abrégée et fautive de la version d’Amiens, tandis que Kervyn de Lettenhove y voyait un brouillon de la version d’Amiens, sans doute parce que le texte d’Amiens est souvent plus développé que celui de Valenciennes.

  • 17 G. Croenen (éd.), « Jean Froissart… », p. 400-402.

8L’abrégé du Premier Livre a été classé par Luce parmi les témoins de la version « B », malgré le fait qu’il s’agit indiscutablement d’un texte complètement différent et qui n’est d’ailleurs aucunement un simple abrégé de la version « B », ce qui a été parfaitement reconnu par Kervyn de Lettenhove. L’abrégé s’avère souvent plus proche d’autres versions que de la version « B », en particulier des versions d’Amiens, de Valenciennes et de Rome. Il contient en outre plusieurs passages qui ne se retrouvent dans aucune autre version du Premier Livre17.

9Mise à part leur conclusion que la version « B » a dû suivre immédiatement la version « A » dans la chronologie, Luce et Kervyn de Lettenhove étaient aussi d’accord sur l’interprétation de la version de Rome comme la version la plus récente du Premier Livre, probablement écrite peu avant la mort de Froissart et qui montre un historien mûr et habile, qui maîtrise parfaitement la matière traitée dans son œuvre. Par contre, les deux érudits se trouvaient en profond désaccord sur la chronologie relative des versions « A » – « B » et des versions d’Amiens et de Valenciennes. Tandis que pour Kervyn de Lettenhove les versions de Valenciennes / Amiens représenteraient l’état le plus ancien conservé du texte en prose de Froissart, pour Luce ce sont les versions « A » et « B » qui précéderaient les autres (tabl. 1 a et b).

Tabl. 1 – Chronologie simplifiée des rédactions du Premier Livre : similarités, continuités et discontinuités structurelles.

Tabl. 1 a – La chronologie selon S. Luce.

Tabl. 1 a – La chronologie selon S. Luce.

Tabl. 1 b – La chronologie selon le baron Kervyn de Lettenhove.

Tabl. 1 b – La chronologie selon le baron Kervyn de Lettenhove.

Tabl. 1 c – La chronologie selon J.-M. Moeglin.

Tabl. 1 c – La chronologie selon J.-M. Moeglin.
  • 18 Chroniques de J. Froissart, t. I, p. IX-XVIII.

10La théorie complexe avancée par Luce pour soutenir sa conclusion est surtout fondée sur l’idée de la primauté chronologique de la version « A », pour laquelle Luce propose comme argument principal que cette version contient un nombre de transitions textuelles qui, selon lui, témoigneraient d’un processus de genèse graduelle18. Luce identifie des loci textuels importants situés entre les parties du texte qui sont identiques dans les versions « A » et « B » et celles où elles diffèrent, c’est-à-dire entre les § 11 et 12, entre les § 319/320 et 321, et enfin entre les § 697 et 698 (tabl. 1 a et b). Cette dernière soudure dans le texte serait, en plus, la preuve que Froissart aurait commencé la composition de la version « A » entre 1369 et 1373. Une première version préliminaire du Premier Livre, où sont seulement relatés les événements de 1356 à 1372, correspondrait selon Luce aux § 371-697. Puis, entre 1373 et 1378, l’auteur aurait continué ses Chroniques en rédigeant les § 698-788, qui racontent la période de 1372 à 1378, en ajoutant en même temps au début du texte une narration pour la période 1326-1356 (§ 0-370). Tout cela aurait abouti à l’état du Premier Livre qu’on trouve dans la majorité des manuscrits « A ». Enfin, selon le savant éditeur français, vers 1378 ou peu après, Froissart aurait produit la version « B », en réécrivant trois parties de ces passages ajoutés, au début (§ 0-11), au milieu (§ 319/320-369) et à la fin du texte (du § 698 jusqu’à la fin). Cette phase de révisions finales expliquerait les différences entre les rédactions « A » et « B ».

  • 19 Œuvres de Froissart, t. I/2, p. 27-28, 35-36, 46-49.

11La théorie de Kervyn de Lettenhove est beaucoup plus simple et repose surtout sur des arguments historiques internes et externes qui supporteraient la conclusion que les versions « A » et « B » devraient être de date plus récente que les versions de Valenciennes et d’Amiens19. Les arguments sont souvent formulés de manière moins scientifique, avec peu de références précises. Cela a sans doute contribué au fait que les conclusions de Luce ont pendant longtemps été acceptées par la plupart des spécialistes.

  • 20 J. J. N. Palmer, « Book I (1325-78) and its Sources », in Froissart : Historian, J. J. N. Palmer (é (...)

12Ni Kervyn de Lettenhove, ni Luce n’ont avancé beaucoup d’arguments fondés sur l’analyse comparative des textes, sauf pour la version de Rome, dont le texte diffère d’ailleurs considérablement de la Chronique de Jean Le Bel, ce qui semble confirmer la postériorité de la version de Rome vis-à-vis de la source originelle et des autres versions du Premier Livre. Cet aspect a été l’objet central d’un article publié en 1981 par John Palmer, qui y étudia la question du développement du Premier Livre20. À part son évaluation critique de certains éléments internes utilisés par Luce comme arguments pour la datation du texte, Palmer formula un programme méthodologique systématique pour l’analyse comparative du texte afin d’arriver à une chronologie plus fiable des différentes versions. L’approche proposée par Palmer consiste à évaluer, en principe pour chaque passage du Premier Livre, les similarités et les différences entre les trois versions des Chroniques qu’il considère comme les versions majeures (« Amiens », « B » et « Rome ») et leur source originelle (Le Bel). Le but est alors de décider, pour les versions « Amiens » et « B », quelle en est la plus ancienne, parce que plus proche du texte de Jean Le Bel, et quelle en est la plus récente, parce que plus proche de la version de Rome.

13Palmer n’a pas poursuivi l’analyse détaillée selon sa propre méthodologie, ce qui aurait d’ailleurs largement dépassé le cadre d’un seul article. Il s’est limité à la formulation de quelques remarques fondées sur les similitudes et dissimilitudes perçues de ces deux versions (« Amiens » et « B ») vis-à-vis de la Chronique de Jean Le Bel et de la version de Rome. Les conclusions apparemment contradictoires qu’il en tira le menèrent alors même à rejeter sa propre méthodologie. Il conclut que le Premier Livre des Chroniques de Froissart n’a pas évolué de manière linéaire, d’une version à une autre, et qu’il n’est alors pas possible d’en reconstruire une chronologie objective. Il suggéra que certaines versions conservées ne fussent pas auctoriales mais des fabrications postérieures, que Froissart eût entrepris les réécritures des différentes versions de son texte en parallèle, ou encore qu’il ne se souciât pas de la cohérence de sa propre œuvre.

  • 21 J.-M. Moeglin, « Froissart, le métier d’historien… ».
  • 22 Ibid., p. 432.
  • 23 J.-M. Moeglin caractérise la version d’Amiens comme un « ballon d’essai » (ibid.).
  • 24 J.-M. Moeglin, Les bourgeois de Calais…, p. 41-48.

14Jean-Marie Moeglin, dans un important article publié en 2006, a repris la méthodologie de Palmer pour effectuer sa propre analyse détaillée du début du Premier Livre21. Moeglin y montre de manière convaincante que pour la toute première partie du texte (§ 0-11), où les versions « A » et « B » contiennent un texte différent, la version « A » doit être la version originelle, plus proche de la Chronique de Jean Le Bel, et la version « B » représente un développement postérieur de la version d’Amiens, qui pour cette partie des Chroniques doit donc être placée entre les deux versions « A » et « B » dans la chronologie relative (tabl. 1 c)22. La conclusion de Moeglin se heurte pourtant à une difficulté majeure pour laquelle il n’arrive pas à formuler une explication satisfaisante. Il s’agit du fait qu’à partir du § 12 les versions « A » et « B », telles qu’on les trouve dans les manuscrits, sont largement identiques. Ceci signifierait apparemment que l’auteur, après avoir réécrit presque la totalité de son œuvre pour la version d’Amiens, l’aurait abandonnée par la suite et serait revenu au texte antérieur (« A ») pour la version « B »23. Mais cette explication proposée par Moeglin en 2006 est contredite par l’argument fouillé qu’il proposa en 2002 dans son étude sur les bourgeois de Calais, où il montra clairement que la version de ce passage qui se trouve dans la version « B » et de manière identique dans la version « A » doit être postérieure à celle dans la version d’Amiens24.

  • 25 S. Wales, Froissart, Book I : Manuscripts and Texts, thèse de doctorat inédite, université de Sydne (...)

15Une meilleure solution à ce problème avait pourtant déjà été proposée par Susan Wales qui, dans sa thèse inédite, suggéra que les manuscrits « A » ne contenaient pas une rédaction auctoriale, mais étaient plutôt le résultat d’un bricolage textuel effectué par différents copistes ne disposant pas d’exemplaires complets de l’une ou l’autre rédaction (tabl. 2)25. Ils se seraient alors efforcés de produire un texte « complet » en juxtaposant plusieurs fragments de textes d’origines diverses. Selon Susan Wales, il faut donc distinguer d’une part la version « A » auctoriale, alors largement perdue sauf pour le début (jusqu’au § 11), et la fin du texte (à partir du § 688 ou même avant dans certains manuscrits, à partir du § 698 dans les autres), et d’autre part la rédaction « A » telle qu’on la trouve dans les manuscrits. Le texte hybride dans les manuscrits « A » actuellement conservés combine ces deux passages de la version originelle (§ 0-11, § 688/698-fin), avec un extrait abrégé des Grandes Chroniques de France pour les années 1350-1356 (remplaçant les § 320/321-370), et deux longs passages de la rédaction « B » (§ 12-319/320, § 371-687/697).

Tabl. 2 – Les versions auctoriale et manuscrite « A » du Premier Livre.

Tabl. 2 – Les versions auctoriale et manuscrite « A » du Premier Livre.
  • 26 La chronologie « A » – « B » – « Amiens », adoptée par Luce, a pour résultat une discontinuité stru (...)

16L’interprétation des données textuelles de Wales donne une explication satisfaisante de l’incohérence relative de la rédaction « A » telle qu’on la trouve dans les manuscrits, certains chapitres étant clairement antérieurs à la version d’Amiens (le début et la fin), tandis que d’autres y sont apparemment postérieurs. En plus, elle fournit un cadre qui permet de mieux comprendre les discontinuités et contradictions apparentes dans le développement textuel de certains passages du Premier Livre qui émergent indépendamment de la chronologie relative adoptée pour les versions « A », « Amiens » et « B », ce que Palmer avait interprété comme la preuve de l’impossibilité d’établir une chronologie satisfaisante (tabl. 1)26.

  • 27 G. Croenen (éd.), « Jean Froissart… », p. 407-408. La version d’Amiens, qui est vraisemblablement a (...)

17L’hypothèse de Wales explique aussi une contradiction flagrante dans les éléments de datation des différentes versions des Chroniques. Le § 427 de la version « B », qui est reproduit textuellement dans les manuscrits « A », contient une allusion incontournable à la mort de Bernard de la Salle, qui fut tué le 29 mai 139127. Ce terminus post quem dément clairement le terminus ante quem qu’on peut déduire de la dédicace du prologue de la version « A », où Froissart mentionne comme son mécène Robert de Namur, mort lui-même en avril 1391. Le prologue daterait donc la rédaction « A » à la période avant avril 1391, tandis que le § 427 montre qu’elle doit dater de la période après mai 1391. Il faut en conclure que, sauf erreur sérieuse de la part de l’auteur, la dédicace à Robert de Namur dans le prologue (§ 0) et l’allusion à la mort de Bernard de la Salle dans le § 427 ne peuvent pas faire partie de la même version auctoriale du texte.

La datation de la version « A »

  • 28 Le fait que la narration de la campagne du Prince noir commence effectivement au § 370, et donc pas (...)

18En ce qui concerne les manuscrits de la rédaction « A », l’hypothèse de Susan Wales offre une explication assez élégante pour la présence, dans le texte, de ces « sutures » que Luce avait interprétées comme des signes d’un travail de rédaction à plusieurs étapes. Il est alors important de réévaluer l’autre argument principal de Luce pour son hypothèse, à savoir que Froissart aurait commencé, entre 1369 et 1373, l’écriture de sa première version du Premier Livre à partir du § 37128.

19Luce maintient que dans le texte d’avant la césure qu’il aperçoit en l’année 1373 (§ 697), on ne peut repérer aucune référence aux événements datés après 1373 ou aux chapitres qui suivent la césure présumée (§ 698-788). Pour lui, cela indique que le texte correspondant aux § 371-697 aurait été écrit avant 1373. En réalité, il y a trop d’éléments qui contredisent formellement cette conclusion. Bien au milieu de cet ensemble textuel, dans le chapitre qui raconte la naissance du deuxième fils du Prince noir (§ 560), on trouve une référence proleptique on ne peut plus claire au début du règne de Richard II d’Angleterre, couronné en 1377 : « Et eut a nom cilz enfes Richars, et fu depuis rois d’Engleterre, si com vous orés compter avant en l’ystore » (le couronnement de Richard II est raconté dans le § 779). Le § 610 réfère de la même manière à la libération du seigneur de Roye, qui aura lieu en 1374 (relaté dans le § 745). Enfin, le § 616 renvoie de manière explicite au § 732 et le § 691 renvoie au § 723.

20En plus de ces références proleptiques aux passages qui se trouvent plus loin dans la narration, l’ensemble de chapitres correspondant aux § 371-697, écrits selon Luce entre 1369 et 1373, contient plusieurs allusions incontournables à des événements postérieurs. À côté de la référence en § 429 à la mort de Bernard de la Salle († 1391), déjà mentionnée, on trouve plusieurs remarques de l’auteur qui impliquent que certains autres personnages mentionnés dans le texte étaient déjà morts au moment où le texte fut écrit. C’est le cas pour Jean de Werchin († 1375, § 427), Bertrand Du Guesclin († 1380, § 510), le captal de Buch et Louis d’Évreux (tous deux † 1376, § 545), le Prince noir († 1376, § 550, 592 et 657), Jean d’Harcourt († 1388, § 607), Louis d’Anjou († 1384, § 655) et Henri II, roi de Castille († 1379, § 693). En plus, dans le § 616, Froissart fait allusion, ou bien au transfert de l’évêque de Londres Simon Sudbury au siège de Cantorbéry en 1375, ou bien à sa mort en 1381. Parmi les autres références historiques, on trouve des mentions dans cette partie des Chroniques de la maladie et de la mort du roi Jacques IV de Majorque († 1375, § 683), de l’exécution du chevalier anglais John Menstreworth († 1377, § 681), et de la fin de la régence d’Aubert de Bavière en Hainaut et Hollande et du début de son propre règne comme comte après la mort de son frère en l’année 1389 (§ 616 et 686).

  • 29 À l’intérieur du premier passage qui est emprunté à la version « B » (§ 12-320), on trouve une allu (...)
  • 30 S. Laîné, « Localisation hypothétique d’une bataille de la guerre de Cent Ans au moyen d’éléments d (...)
  • 31 Il n’existe effectivement aucun manuscrit où la division entre Premier et Deuxième Livre correspond (...)

21Ayant donc établi l’invraisemblance que la version « A » manuscrite soit une véritable version d’auteur et que le noyau primitif de celle-ci, identifié par Luce comme § 371-697, fut écrit avant 1373, force est d’accepter que les manuscrits actuels de la rédaction « A » ne contiennent qu’un texte hybride dont seulement le début et la fin représentent la première phase auctoriale du Premier Livre des Chroniques29. L’analyse de ces deux parties, et en particulier de la fin du texte, apporte encore d’autres corrections importantes à l’interprétation de Luce, qui avait adopté l’année 1378 comme terminus ante quem pour l’achèvement de la « version ordinaire » (les versions « A » et « B ») du Premier Livre. Cette date ne tient pas compte du fait que le texte de la version « A » se termine avec le récit de la bataille de La Hogue (bataille de Brétot), qui eut lieu le 4 juillet 1379 et qui sera analysée plus loin30. Cet événement se trouve aussi raconté dans d’autres versions des Chroniques, notamment dans le § 93 du Livre II, ce qui indique en plus que Luce a tort de penser que la division du texte en différents volumes ou livres en dit quelque chose sur la genèse du texte31.

  • 32 La Haye, Koninklijke Bibliotheek, ms. 72 A 25, fol. 370 vo, voir Œuvres de Froissart, t. IX, p. 96.
  • 33 Pour la date de la libération de Du Guesclin, voir C. Given-Wilson, « The Ransom of Olivier Du Gues (...)

22La fin du Premier Livre dans la version « A » contient un autre élément important pour une datation correcte de ce texte. Juste avant le passage sur la bataille de La Hogue, la version « A » mentionne la capture d’Olivier Du Guesclin, frère du connétable, en décembre 1378, lors du siège de Cherbourg. Froissart y remarque : « et fut le dit messire Olivier envoyé en Angleterre et demoura grant temps prisonnier a Londres, puis fut reançonné a grant mise »32. Cette référence explicite à la libération de Du Guesclin montre que la version « A » n’a pas pu être terminée avant juin 1381, date de la libération de ce chevalier33.

  • 34 La Haye, Koninklijke Bibliotheek, ms. 72 A 25, fol. 371 vo : « La fist il tant d’armes et de proues (...)
  • 35 Voir plus haut et G. Croenen (éd.), « Jean Froissart… », p. 396-397.
  • 36 Journal de Jean Le Fèvre, évêque de Chartres, chancelier des rois de Sicile Louis Ier et Louis II d (...)

23Le dernier chapitre, sur la bataille de La Hogue, parle de Guillaume des Bordes († 1396) au temps présent34, ce qui donne un terminus ante quem fiable de 1396 pour la version « A » auctoriale. Néanmoins, ce texte doit être plus ancien et peut être daté en tout cas avant la version d’Amiens, elle-même à dater avant avril 139135. En plus, il est très probable que la version « A » fut achevée avant décembre 1381, parce qu’à cette date existait déjà un manuscrit complet des Chroniques. Ce manuscrit est probablement perdu, mais il est mentionné dans le registre du chancelier du duc d’Anjou36. Ce registre donne des détails sur les caractéristiques externes du manuscrit, qui se composait de 56 cahiers, ce qui indique que la longueur du texte qu’il contenait correspondait plus ou moins au texte du Premier Livre tel qu’il est connu par les autres versions auctoriales complètes. Comme le texte de 1381 ne peut pas être identifié à d’autres versions connues, qui sont toutes postérieures à 1384, le manuscrit mentionné en 1381 contient très probablement un texte complet de la version « A » auctoriale. De la combinaison des termini post et ante quem, enfin, résulte que la version auctoriale « A » fut probablement achevée par Froissart dans l’année 1381 même, entre juin et décembre.

La guerre en Normandie et la chronologie des Chroniques

  • 37 Il s’agit probablement de la période où Le Bel, de temps à autre, écrivait des continuations pour s (...)

24L’analyse de la fin du Premier Livre, en particulier les événements du siège de Cherbourg, nous a aidé à élucider la chronologie de la première version des Chroniques en montrant que la composition de la version « A » auctoriale, dont on n’a conservé que deux longs fragments du début et de la fin du texte, doit probablement être datée en 1381. Ce passage et les autres passages du Premier Livre des Chroniques qui concernent la Normandie offrent aussi une belle opportunité de valider la chronologie des différentes versions auctoriales et d’étudier le développement textuel des Chroniques selon la méthodologie de Palmer. La logique de cette approche limite pourtant le choix des chapitres qui satisfont aux conditions nécessaires pour effectuer, en même temps, des comparaisons à l’avant-texte (la Chronique de Jean Le Bel), ainsi qu’à la dernière version auctoriale du texte (la version de Rome) (tabl. 3). L’œuvre de Jean Le Bel continue jusqu’en 1362 et la fin de ce texte correspond au § 498 chez Froissart. Aucun des chapitres des Chroniques de Froissart qui suivent le § 498 n’a donc d’équivalent chez Le Bel, y compris la narration de l’importante bataille de Cocherel (§ 514-522). Mais il y a parfois aussi le cas que des passages dans les Chroniques de Froissart avant ce point dans le texte n’ont pas de correspondances dans la Chronique de Jean Le Bel. En effet, quand l’on considère la dernière partie de la Chronique de Jean Le Bel, qui couvre la période 1358-1362 (ce qui correspond aux § 430-498 chez Froissart), on peut trouver chez Le Bel des passages correspondants seulement pour la moitié des chapitres de Froissart37.

Tabl. 3 – La Chronique de Jean Le Bel et la transmission de cinq versions auctoriales du Premier Livre des Chroniques de Jean Froissart.

Tabl. 3 – La Chronique de Jean Le Bel et la transmission de cinq versions auctoriales du Premier Livre des Chroniques de Jean Froissart.
  • 38 Il est intéressant de noter que l’un des deux fragments d’un manuscrit contenant une chronique en v (...)
  • 39 G. Croenen (éd.), « Jean Froissart… », p. 396-397, 401-402, 408-409.
  • 40 Pour d’autres arguments qui confirment cette chronologie relative, voir ibid., p. 401-402.

25Par contre, avant l’année 1358, la plupart des événements racontés dans le texte de Froissart se trouvent aussi chez Le Bel. Il y a quand même plusieurs exceptions frappantes, parmi lesquelles il faut noter des événements ayant un rapport à la Normandie, telles la dernière bataille et mort de Godefroid d’Harcourt, en 1356 (§ 402-403)38, et la reprise de la ville d’Évreux par les Navarrais dans la même année (§ 406-407), qui ne sont pas mentionnées par Le Bel. Ce dernier passage fait d’ailleurs aussi défaut dans la version d’Amiens des Chroniques de Froissart. Cela ne doit pas surprendre compte tenu du fait que cette version est probablement la version la plus ancienne qui soit conservée intégralement et donc celle dont on peut supposer qu’elle soit plus proche du texte de Jean Le Bel que les autres versions auctoriales des Chroniques de Froissart39. Le fait que, par contre, la prise de la ville d’Évreux en 1356 est rapportée dans l’abrégé du Premier Livre s’accorde avec l’hypothèse selon laquelle cette version est postérieure à celle d’Amiens40.

  • 41 J’utiliserai l’édition de J. Viard et E. Déprez, Chronique de Jean Le Bel. Le passage se trouve au (...)
  • 42 J’utiliserai l’édition de G. T. Diller, Froissart. Chroniques. Livre I. Le manuscrit d’Amiens… Le p (...)
  • 43 Je citerai cette version d’après le seul témoin manuscrit, BNF, ms. fr. 10144. Le texte se trouve p (...)
  • 44 J’utiliserai l’édition de S. Luce, qui reproduit BNF, mss. fr. 6477-6479 : Chroniques de J. Froissa (...)
  • 45 Chicago, Newberry Library, ms. Case f.37, vol. I, fol. 100 ro-104 vo. Une transcription éditée peut (...)
  • 46 J’utiliserai l’édition de G. T. Diller, Froissart. Chroniques. Dernière rédaction du Premier Livre. (...)

26Le texte de la version de Rome des Chroniques impose des limites supplémentaires aux possibilités d’analyser les textes selon la méthodologie de Palmer. Le manuscrit unique de cette version s’arrête brusquement au milieu du § 331, qui relate la mort de Philippe VI de Valois (1350). La comparaison complète avec Le Bel et la version de Rome est alors seulement possible pour la première partie des Chroniques qui va jusqu’au § 331 (tabl. 3). En ce qui concerne les passages sur la Normandie, l’analyse comparative propre à la méthodologie de Palmer doit donc se limiter à la suite de chapitres qui relatent le début de la campagne de Crécy (§ 255-263). Ce long passage, qui est présent dans la Chronique de Jean Le Bel41 ainsi que dans toutes les versions auctoriales du Premier Livre de Froissart (sauf dans les versions qui ont survécu de façon fragmentaire, « A » et « Valenciennes », où le texte fait ici défaut), commence par le débarquement de l’armée d’Édouard III en Cotentin le 12 juillet 1346, et raconte d’abord la prise de Barfleur, la marche vers Cherbourg, les prises de Carentan et de Saint-Lô, pour enfin aboutir au siège et à la prise de Caen les 25 et 26 juillet, et le pillage de la ville pendant les jours qui suivent. La narration de cet épisode se trouve dans la version d’Amiens42, dans l’abrégé du Premier Livre43, dans la version « B »44, dans la version « C » (ici d’ailleurs identique à la version « B »)45, ainsi que dans la version de Rome46. Il existe néanmoins deux autres passages qui concernent la guerre en Normandie, qui sont pertinents dans une analyse comparative, parce qu’ils existent en trois ou quatre versions et qu’ils permettent alors de mettre à l’épreuve la chronologie relative. Il s’agit de la campagne du duc de Lancastre en 1356, dont on dispose d’un récit assez bref chez Le Bel, ainsi que dans la version d’Amiens de Froissart, l’abrégé du Premier Livre, ainsi que la version « B ». Le siège de Cherbourg, en 1378-1379, est relaté dans la fin conservée de la version « A », ainsi que dans les versions « B » et « C ».

  • 47 G. Croenen, « A “Refound” Manuscript of Froissart Revisited… » ; G. Croenen (éd.), « Jean Froissart (...)
  • 48 Ibid., p. 396-397. Je n’accepte pas les autres arguments de Palmer pour une datation de la version (...)
  • 49 Ibid., p. 401-402.
  • 50 Voir aussi, plus haut, la discussion de la prise d’Évreux (§ 406-407), absente de la narration de J (...)
  • 51 G. Croenen (éd.), « Jean Froissart… », p. 408-409. La version « C » fut composée entre 1395 et 1399

27Avant de procéder à l’analyse de tous ces passages, il faut brièvement rappeler la chronologie relative des versions auctoriales du Premier Livre des Chroniques de Froissart telle que je l’ai établie dans les pages qui précèdent ainsi que dans quelques publications récentes (tabl. 4)47. La première version des Chroniques, celle dite « A », doit probablement être datée en 1381. Le texte conservé est fragmentaire et les chapitres sur l’expédition de 1346 sont très probablement à jamais perdus. C’est pourquoi elle ne sera pas incluse dans l’analyse de la campagne de 1346, mais elle sera considérée vers la fin de cet article pour ce qu’elle contient sur le siège de Cherbourg et la bataille de La Hogue. En second lieu vient la version d’Amiens, qui est parmi les versions conservées de manière complète celle qui est plus proche de la version « A » (pour les passages conservés) et donc de la Chronique de Jean Le Bel. Des arguments internes montrent qu’elle a été écrite entre 1384 (mort du duc Louis d’Anjou) et 139148. L’abrégé du Premier Livre date aussi de la même période, 1384-1391, mais il est apparemment postérieur à la version d’Amiens49. La preuve s’en trouve dans la présence, dans la version abrégée, de plusieurs éléments qui se retrouvent ensuite dans les versions postérieures (« B », « C » et « Rome »), mais qui manquent dans la Chronique de Jean Le Bel et aussi dans la version d’Amiens50. La version « B », dont le texte pour le passage qui nous intéresse ici est identique à la version « C », a probablement été écrite en 1391 ou peu après51. Ces deux versions sont certainement antérieures à 1399.

Tabl. 4 – Datation des versions auctoriales du Premier Livre des Chroniques de Froissart.

Version Datation Termini post quem Termini ante quem
« A » 1381, [juin-décembre] – 4 juillet 1379 : dernier événement raconté (bataille de Brétot)
– juin 1381 : libération d’Olivier Du Guesclin
– décembre 1381 : confiscation d’un manuscrit du Premier Livre au nom du duc d’Anjou
– avril 1391 : mort de Robert de Namur
– 1396 : mort de Guillaume des Bordes
« Amiens » [1384-1391] – 21 septembre 1384 : mort de Louis d’Anjou – avril 1391 : terminus post quem de la version abrégée, qui est postérieure à celle d’Amiens
– 13 décembre 1393 : mort du duc Guillaume VI de Juliers
abrégé [1384-1391] – juillet 1378 : mort d’Owen de Galles
– 29 mai 1379 : mort d’Henri II de Castille
– juin 1381 : mort de Jean, comte de Blois
– 21 septembre 1384 : mort de Louis d’Anjou
– avril 1391 : mort de Robert de Namur
« B » [1391-1399] – 15 mars 1389 : mort de Guillaume III de Bavière, comte de Hainaut et de Hollande
– 29 mai 1391 : mort de Bernard de la Salle
– janvier 1399 : terminus post quem de la version « C », qui est postérieure à la version « B »
– 3 février 1399 : mort de Jean de Gand, duc de Lancastre
« C » [1395-1399] – 15 mars 1389 : mort de Guillaume III de Bavière, comte de Hainaut et de Hollande
– 29 mai 1391 : mort de Bernard de la Salle
– 1er août 1391 : mort de Gaston III (Fébus), comte de Foix
– 23 avril 1394 : mort d’Hugues de Calveley– 1395/1396 : mort du Chanoine de Robersart
– janvier 1399 : mort de Béraud II, daufin of Auvergne
– 3 février 1399 : mort de Jean de Gand, duc de Lancastre
– 28 septembre 1404 : mort du comte Jean II d’Auvergne
– 9 août 1410 : mort du duc Louis II de Bourbon
– 15 juin 1416 : mort du duc Jean de Berry
« Rome » [1404-1415] – 1396 : expédition de Guillaume IV de Bavière en Frise
– 16 janvier 1400 : mort de Jean de Holand, earl de Huntingdon et duc d’Exeter
– 14 février 1400 : mort de Richard II d’Angleterre
– 27 septembre 1404 : mort de Guillaume de Wykeham
– 12 décembre 1404 : mort d’Aubert de Bavière, comte de Hainaut et de Hollande
– 1415 : invasion de la Normandie par Henri V d’Angleterre
  • 52 Ibid., p. 644 : « Et demorerent li Frison en paix par celle desconfiture jusques en l’an de Grace M (...)
  • 53 Froissart. Chroniques. Dernière rédaction du Premier Livre. Édition du manuscrit de Rome…, p. 184 : (...)
  • 54 Ibid., p. 383.
  • 55 Ibid., p. 596 : « Et eurent chil ouvrier un clerc qui entendoit sus euls et qui les faisoit paiier, (...)
  • 56 Ibid., p. 644. Froissart réfère au fils aîné du comte Aubert comme « conte de Ostrevant, vivant son (...)
  • 57 La date proposée ici a des conséquences pour la datation du Livre IV des Chroniques, si l’on accept (...)
  • 58 C’est ce que suggère en tout cas la date de composition probable du Livre IV, qui, selon Varvaro, d (...)
  • 59 En racontant le siège d’Aiguillon en 1346, Froissart, dans la version de Rome, fait la remarque sui (...)

28La dernière version auctoriale du Premier Livre à être conservée, celle dite « de Rome », doit dater du début du XVe siècle. Un premier argument pour la datation se trouve dans le passage qui parle des Frisons et qui mentionne de manière explicite l’expédition militaire que Guillaume II de Bavière mena en Frise en 1396, qui doit donc être antérieure à la composition de la version du texte contenue dans le manuscrit du Vatican52. En plus, cette version ne peut être datée avant 1400 parce qu’elle contient une allusion aux morts de Richard II d’Angleterre et de ses demi-frères et sœurs53. En outre, en racontant les expéditions militaires de 1340, Froissart, dans cette version, remarque que la ville du Quesnoy « n’estoit point si bien fremee conme elle estoit LX ans apriés », ce qui confirme qu’il écrivait au début du XVe siècle54. La version de Rome contient, enfin, deux allusions à des morts survenues en 1404, celle de Guillaume de Wykeham, chancelier d’Angleterre, survenue le 27 septembre55, et celle d’Albert de Bavière, comte de Hainaut et de Hollande, survenue le 12 décembre56. C’est donc cette dernière date (12 décembre 1404) qu’il faut adopter comme terminus post quem pour la version de Rome57. On peut supposer que Froissart travaillait sur le texte vers la fin de l’année 1404 ou peu après58, mais il est difficile de trouver un terminus ante quem précis et fiable. Il serait probablement correct de dater la composition de cette version avant l’invasion de la Normandie par Henri V d’Angleterre en 1415, parce que la version de Rome donne l’impression d’être écrite pendant les années de trêve qui suivaient les conférences de Leulinghem59.

La campagne militaire d’Édouard III en 1346

  • 60 Sur la campagne de 1346, voir J. Sumption, The Hundred Years War, t. I : Trial by Battle, Londres, (...)

29L’analyse comparative du début du récit de la campagne de 1346 confirme amplement la chronologie relative des versions « Amiens », « B » / « C » et « Rome »60. À partir de la fin du § 256 (prise de Barfleur) jusqu’au § 263 (prise de Caen et marche de l’armée vers le comté d’Évreux), toutes les versions des Chroniques de Froissart répètent l’essentiel du récit qu’on trouve déjà chez Jean Le Bel. Froissart adopte le principe d’amplification en utilisant plusieurs procédés : il remplace des mots ou des phrases par des synonymes ; il ajoute des synonymes ; il met en valeur le caractère dramatique de l’action par l’ajout de discours directs ; il précise certains détails significatifs qui évoquent la réalité historique ou qui ajoutent à l’interprétation du récit ; il renforce la cohérence logique de la narration en corrigeant des fautes apparentes ou en enlevant des invraisemblances ; il omet des détails qui semblent superflus dans la narration. Là où le récit n’a subi que de légers changements à travers les différentes versions, le texte de la version d’Amiens, dans tous ses détails, est presque toujours plus proche du texte de Jean Le Bel, tant au niveau de l’expression (tabl. 5) que des détails mentionnés dans le texte (tabl. 6), tandis que la version « B » est presque toujours plus proche du texte de « Rome ».

Tabl. 5 – Prise de Barfleur et pillages effectués par les Anglais selon la Chronique de Jean Le Bel et les quatre versions des Chroniques de Froissart.

Le Bel « Amiens » abrégé « B » / « C » « Rome »
I Archers et gens a pyé aloient selonc la marine avecques eulx, et ardoient, et gastoient, et roboient tout. Archiers et gens de piet aloient de piet seloncq le marinne d’encoste yaux et reuboient et ardoient villettez, enssi qu’il lez trouvoient. et les autres qui alloient seloncq la marine de l’autre costé, pilloient et roboient tout le païs, Arcier et gens de piet aloient de costet selonch le marine, et reuboient, pilloient et prendoient tout che qu’il trouvoient. Archiers et honmes de piet aloient costiant la mer, et prendoient et enportoient devant euls tout che que il trouvoient.
II Tant alerent qu’ilz vinrent a ung bon port de mer qu’on appelle Blareflu et le conquirent, car les bourgoys se rendirent a eulx pour doubtance de mort ; Et tant allerent et chil de terre et chil de mer que il vinrent a I bon port de mer et a une moult forte ville que on claimme Blarefleu et le concquissent car li bourgois se rendirent a yaux pour doubtance de mort. sy alerent tant par terre et par mer que il vienrent a [B]arfleu, ung port de mer et une grosse ville, qui tantost fut prise des Englés. Car elle n’estoit point frumee. Et tant alerent et cil de mer et cil de terre qu’il vinrent a un port de mer et une forte ville que on claime Barflues; et le conquisent tantost, car li bourgois se rendirent pour le doubtance de mort. Et tant alerent et chil de mer et chil de terre, que il vinrent a I bon port de mer et une forte ville que on clainme Barflues, et entrerent dedens; car li bourgois se rendirent pour la doubtance de mort, mais li chastiaus n’eut garde, car il est trop fors.
III mais pour ce ne demoura pas que toute la ville ne fust robee et pris or, argent et joyaulx, et en trouvoient si grand planté que garchons n’avoient cure de draps fourréz de vair ne de couvertures ne de telles choses Mes pour ce ne demoura mies que toutte la ville ne fust reubee et pris or et argent et chiers jeuiaux car il en trouverent si grant plenté que garchon n’avoient cure de draps fourréz de vair ne de couvretoirs ne de telz coses. Sy fu toute pillie et arse et destruite et l’avoir mis es nefs et en estoient les gouverneur[s] le conte de Hostidonne et messire Jehan de Beaucamp Mes pour ce, ne demora mies que toute la ville ne fust reubee, et pris or et argent et chiers jeuiaulz, car il en trouverent si grant fuison, que garçon n’avoient cure de draps fourés de vair. Et pour ce ne demora pas que la ville ne fust courue et reubee de tout ce de bon que il i trouverent, et i trouverent or et argent a grant plenté, et [de] lor butin et pillage, il cargoient lors vassiaus,
IV et firent tous les hommes de la ville hors issir et monter sur leurs navez pour aler avecques eulx, car ilz ne vouloient pas que ces gens se poeussent rassembler pour les grever. Et fissent tous les hommes de le ville yssir hors et monter en naves et aller avoecq yaux pour ce qu’il ne volloient mies que ces gens se peuuissent rassambler quant il seroient oultre passet pour yaux grever. et firent les Englés les bourgois de [B]arfleu entrer avecq eulx en leur navire, par quoy il ne peuissent estre decheu Et fisent tous les hommes de le ville issir hors de leur ville, et entrer ens es vaissiaus avoecques yaus, et aler ent ossi avoech yaus, pour ce qu’il ne voloient mies que ces gens se peuissent rassambler, pour yaus grever, quant il seroient oultre passet. et fissent entrer en lors vassiaus tous les honmes aidables de la ville, et les enmenerent avoecques euls, afin que ils ne se requellaissent et mesissent ensamble et les poursievissent.

Tabl. 6 – Variation dans les informations historiques présentées dans les différentes versions des Chroniques de Froissart et de la Chronique de Jean Le Bel.

Le Bel « Amiens » abrégé « B » / « C » « Rome »
§ 256 Les maréchaux de l’armée anglaise sont Godefroy d’Harcourt et Robert Ufford, earl de Suffolk Les maréchaux de l’armée anglaise sont Godefroy d’Harcourt et Robert Ufford, earl de Suffolk Les maréchaux de l’armée anglaise sont Thomas Beauchamp, earl de Warwick (?), et Godefroy d’Harcourt Les maréchaux de l’armée anglaise sont Thomas Beauchamp, earl de Warwick, et Godefroy d’Harcourt Les maréchaux de l’armée anglaise sont Thomas Holland et Godefroy d’Harcourt
§ 257 Cherbourg prise et brûlée Cherbourg prise et brûlée Cherbourg n’est pas prise Attaque sur Cherbourg ; impossibilité de prendre le château Attaque sur Cherbourg ; impossibilité de prendre le château
§ 258 Disposition de l’ost : l’aile de gauche commandée par Robert Ufford, earl de Suffolk, et celle de droite par Godefroy d’Harcourt Disposition de l’ost : dans l’aile de gauche Thomas Beauchamp, earl de Warwick, Robert Ufford, earl de Suffolk, le seigneur de Stafford, Renaud Cobham, Thomas Holland et Jean Chandos ; celle de droite commandée par Godefroy d’Harcourt Disposition de l’ost : dans l’aile de gauche Richard Fitzalan, earl d’Arundel, Robert Ufford, earl de Suffolk, et Thomas Holland Disposition de l’ost : dans l’aile de gauche Thomas Beauchamp, earl de Warwick, Robert Ufford, earl de Suffolk, Thomas Holland et Renaud Cobham ; celle de droite commandée par Godefroy d’Harcourt Disposition de l’ost : dans l’aile de gauche Thomas Beauchamp, earl de Warwick, Robert Ufford, earl de Suffolk, Thomas Holland et Renaud Cobham ; celle de droite commandée par Godefroy d’Harcourt
§ 260 1) Les effectifs de l’armée anglaise : 1 500 hommes d’armes, 8 000 archers, 9 000 soldats à pied
2) La population de Saint-Lô : 8 000
1) Les effectifs de l’armée anglaise : 1 500 hommes d’armes, 6 000 archers, 10 000 soldats à pied
2) La population de Saint-Lô : 8 000
1) L’information sur les effectifs manque
2) La population de Saint-Lô : 8 000
1) Les effectifs de l’armée anglaise : 3 000 hommes d’armes, 6 000 archers, 10 000 soldats à pied
2) La population de Saint-Lô : 8 000 ou 9 000
1) L’information sur les effectifs manque
2) La population de Saint-Lô : 9 000 ou 10 000
§ 261 1) Le château de Caen n’est pas mentionné
2) La flotte d’Édouard III n’est pas mentionnée
3) Le connétable de France et la milice urbaine de Caen offrent la bataille à l’extérieur de la ville
1) Le château de Caen n’est pas mentionné
2) La flotte d’Édouard III n’est pas mentionnée [elle est toujours à Saint-Vaast-la-Hougue]
3) Le connétable de France et la milice urbaine de Caen offrent la bataille à l’extérieur de la ville
1) Le château de Caen n’est pas mentionné
2) La flotte d’Édouard III jette l’ancre à Ouistreham
3) Le connétable de France s’oppose aux bourgeois qui veulent offrir la bataille aux Anglais à l’extérieur de la ville
1) Le capitaine du château de Caen est Robert de Wargnies
2) La flotte d’Édouard III jette l’ancre à Ouistreham
3) Le connétable de France s’oppose aux bourgeois qui veulent offrir la bataille aux Anglais à l’extérieur de la ville
1) Le capitaine du château de Caen est Robert de Wargnies
2) La flotte d’Édouard III jette l’ancre à Ouistreham
3) Le connétable de France et la milice urbaine de Caen offrent la bataille à l’extérieur de la ville
§ 262 1) Description des abbayes de Saint-Étienne et de la Trinité
2) Pas d’information sur les morts et les blessés dans l’armée anglaise
3) L’intention d’Édouard III de saccager Caen n’est pas mentionnée
4) Les prisonniers français sont menés en Angleterre
1) Description des abbayes de Saint-Étienne et de la Trinité
2) Pas d’information sur les morts et les blessés dans l’armée anglaise
3) L’intention d’Édouard III de saccager Caen n’est pas mentionnée
4) Édouard III demande à William Clinton d’aller chercher la flotte anglaise à Saint-Vaast-la-Hougue pour mener les prisonniers en Angleterre
1) Description des abbayes de Saint-Étienne et de la Trinité déplacée (§ 261)
2) Pas d’information sur les morts et les blessés dans l’armée anglaise
3) L’intention d’Édouard III de saccager Caen n’est pas mentionnée
4) Les prisonniers français sont menés en Angleterre par la flotte sous le commandement de William Clinton
1) Description des abbayes de Saint-Étienne et de la Trinité déplacée (§ 261)
2) Plus de 500 Anglais tués ou blessés
3) Godefroy d’Harcourt empêche Édouard III de saccager Caen
4) Les prisonniers français sont menés en Angleterre par la flotte sous le commandement de William Clinton
1) Description des abbayes de Saint-Étienne et de la Trinité déplacée (§ 261)
2) Plus de 500 Anglais tués ou blessés
3) Godefroy d’Harcourt empêche Édouard III de saccager Caen
4) Les prisonniers français sont menés en Angleterre par la flotte sous le commandement de William Clinton
§ 263 1) Aucun détail sur le nombre de prisonniers français
2) L’armée anglaise prend Louviers et Vernon
1) Parmi les prisonniers sont présents 107 chevaliers et 400 bourgeois
2) L’armée anglaise prend Louviers et Vernon
1) Parmi les prisonniers sont présents 120 chevaliers et 1 500 bourgeois
2) L’armée anglaise prend Louviers ; elle s’approche de Rouen ; puis elle prend Vernon et Verneuil
1) Parmi les prisonniers sont présents 60 chevaliers et 300 bourgeois
2) L’armée anglaise prend Louviers ; elle s’approche de Rouen et en brûle le faubourg ; puis elle prend Vernon, Verneuil et Pont-de-l’Arche 
1) Parmi les prisonniers sont présents 60 chevaliers et écuyers et 500 bourgeois
2) L’armée anglaise prend Louviers ; elle s’approche de Rouen et en brûle le faubourg ; puis elle prend Vernon, Verneuil et Pont-de-l’Arche 

30Tout cela est très bien illustré par la description de la prise de Barfleur et les pillages par les troupes anglaises (tabl. 5). Chez Le Bel, les troupes « ardoient, et gastoient, et roboient tout » (tabl. 5, I) ; de cette série de trois verbes Froissart n’en garde que deux dans la version d’Amiens (« reuboient et ardoient »), tandis que dans l’abrégé le verbe « ardoient », dans cette phrase, a été remplacé par le verbe « pilloient ». La version « B » combine l’expression de la version d’Amiens et de l’abrégé et change la fin en « et prendoient tout che qu’il trouvoient ». Enfin, ce n’est qu’une version amplifiée de cette fin de phrase qui a été retenue dans la version de Rome : « et prendoient et enportoient devant euls tout che que il trouvoient ». Plus loin Le Bel dit qu’il y avait tellement de richesses à piller à Barfleur que « garchons n’avoient cure de draps fourréz de vair ne de couvertures ne de telles choses » (tabl. 5, III). La version d’Amiens retient cette phrase mot pour mot ; dans la version « B » Froissart l’abrège en omettant la fin, tandis que dans la version de Rome le passage entier a été réécrit et cette phrase a été omise.

31On trouve dans les chapitres qui suivent plusieurs autres cas où l’évolution du texte, à partir de la Chronique de Jean Le Bel vers la version ultime des Chroniques de Froissart, se laisse suivre de la même façon et où l’ordre des versions tel qu’il a été établi ici sur la base d’arguments historiques (« Amiens » – « B » / « C » – « Rome ») est, sans aucun doute, celui qui est le plus logique et qui permet le mieux d’appréhender les modalités de la réécriture froissardienne. Un autre bon exemple se trouve dans le passage où Jean Le Bel mentionne la prise d’otages parmi les bourgeois de Carentan « ainsy que les aultres », expression qui se trouve aussi de manière identique dans la version d’Amiens (§ 257). La version « B » rend cette remarque plus explicite : « ensi que il avoient fait chiaux de Barflues, de Chierebourch et des villes voisines, qu’il avoient pris et pilliés sus le marine » ; et la version de Rome encore davantage : « ensi que ceuls de Barflues, et les enmenerent avoecques euls, par quoi il ne se aunassent sus le païs et lor portaissent damage. Et ensi avoient il pris les honmes de Chierebourc, de Montebourc et des aultres villes voisines ». Dans le passage correspondant au § 258, Le Bel décrit Godefroy d’Harcourt et ses troupes qui fourragent en Cotentin. Quand ils découvrent les greniers pleins de blés et les animaux dans les fermes, « si les prenoient » ; la même phrase se trouve aussi dans la version d’Amiens. Dans la version « B », Froissart écrit de manière plus explicite : « Si en prisent a leur volenté desquelz qu’il veurent », tandis que dans la version de Rome cela devient : « Si prendoient les Englois de tous ces biens a lor volenté ». Le Bel conclut ce passage en disant qu’en Cotentin il y avait « asséz a gaagnier ». Froissart garde cette expression dans la version d’Amiens, mais écrit « assés a fourer » dans la version « B », et « bien a fourer » dans la version de Rome.

32L’abrégé, à cause de la nature même de ce texte, ne s’insère pas toujours parfaitement dans ce modèle d’évolution textuelle, comme cela se laisse d’ailleurs constater par l’analyse comparative de la description de la prise de Barfleur (tabl. 5). Mais dans certains passages, la comparaison des tournures de phrases montre néanmoins que l’abrégé s’approche tantôt de la version d’Amiens, tantôt de la version « B », et qu’il doit donc logiquement être placé entre les deux dans la chronologie de la genèse de l’œuvre historique de Froissart. Dans la description des nouvelles concernant la campagne d’Édouard III qui arrivent à Paris (§ 259), par exemple, la version d’Amiens et l’abrégé se montrent proches l’un de l’autre par l’emploi de la même expression (« Ces nouvelles vinrent au roy »), tandis que dans la version « B » Froissart élabore un peu ce passage en y ajoutant un autre substantif (« Dont les plaintes et les nouvelles vinrent au roy »). Enfin, c’est ce substantif ajouté dans « B » (« plaintes ») qui devient le point central autour duquel le texte est développé davantage dans la version de Rome : « de quoi les plaintes grandes et dolereuses en vinrent au roi ».

33Plus loin, dans la description de la marche d’Édouard III vers Caen (§ 261), Jean Le Bel dit : « il se parti de la pour venir devant la ville plus riche ». Dans la version d’Amiens, Froissart écrit de manière presque identique : « il se parti de la pour venir pardeviers le plus grosse ville ». Par contre, dans l’abrégé, il utilise l’expression « prendre son chemin » (« et puis prirent leur chemin pour aller a plus grosses villes »), qui est aussi présente dans la version « B » (« il s’en partirent et prisent lor chemin pour venir encores pardevers plus grosse ville ») et toujours dans la version de Rome (« il s’en departirent et prissent lor cemin pour venir deviers une plus grose ville »).

34Au sein du tabl. 6, on trouve la liste des différences majeures parmi les différentes versions du récit, mais il ne faut pas oublier que tous ces textes sont surtout marqués par une large mesure de stabilité et de continuité, qui couvre souvent plusieurs versions. La description de la prise de Barfleur (§ 256) est très similaire chez Le Bel et dans les versions « Amiens » et « B » de Froissart, mais le § 257 représente un peu plus de variation, avec des détails divergents de l’attaque sur Cherbourg qui concordent, d’une part, dans Le Bel et « Amiens », et d’autre part dans les versions « B » et « Rome ». L’attaque sur Carentan, par contre, contient très peu de variations. Le Bel et la version de Rome terminent cette unité textuelle par des remarques, formulées assez différemment d’ailleurs, sur les pillages en Cotentin, qui sont absentes des versions « Amiens » et « B ». La description des pillages en Cotentin par les troupes anglaises qui fourragent (§ 258) est très similaire dans toutes les versions de ce chapitre chez Froissart, sauf dans l’abrégé, qui donne ici vraiment un sommaire. Les différences concernent principalement les noms des commandants (entre « Amiens » et « B ») et la description du butin (entre « B » et « Rome »).

  • 61 Voir aussi H. Prentout, « La prise de Caen… », p. 260, n. 1.

35Les préparations militaires de la part de Philippe VI de Valois (§ 259) sont décrites de façon presque identique dans « Amiens » et « B », mais le texte est ici différent de ce qu’on trouve chez Le Bel, où ce passage est d’ailleurs situé plus tôt dans le texte, avant la prise de Barfleur. La mention de Jean de Bohême et de son fils aîné parmi les alliés du roi de France donne à Froissart, dans la version de « Rome », l’opportunité d’ajouter des remarques sur l’accession de Charles IV de Bohême au trône impérial. Le texte du § 260, qui décrit la marche de l’armée anglaise à travers le Cotentin et la prise de Saint-Lô, est très similaire dans « Amiens » et « B », sauf pour la fin, où le texte d’Amiens est à peine à distinguer de la version de Jean Le Bel. L’attaque sur Caen (§ 261-262) est presque identique dans les versions « B » et « Rome »61 ; ces versions sont beaucoup plus fouillées que le texte qu’on trouve dans « Amiens », et aussi assez différentes de celui-ci, qui par contre est beaucoup plus proche de Jean Le Bel. La fin du passage sur la campagne de 1346 en Normandie, avec la prise de Louviers, Vernon, Verneuil et Pont-de-l’Arche (§ 263), montre le plus grand nombre de divergences textuelles entre les différentes versions, bien que du point de vue des informations il y ait toujours une grande cohérence. Les similarités sont plus grandes entre Le Bel et la version d’Amiens, et entre la version « B » et « Rome ».

  • 62 J.-M. Moeglin, Les bourgeois de Calais…, p. 43 ; J.-M. Moeglin, « Froissart, le métier d’historien… (...)
  • 63 Froissart. Chroniques. Livre I. Le manuscrit d’Amiens…, t. II, p. 387 ; BNF, ms. fr. 10144, p. 320  (...)
  • 64 En 1346, le earl de Warwick fut sénéchal d’Angleterre : voir M. Prestwich, Armies and Warfare in th (...)
  • 65 F. Neveux, La Normandie pendant la guerre de Cent Ans…, p. 11. Dans la version « B » du Premier Liv (...)
  • 66 H. Prentout, « La prise de Caen… », p. 278-280.

36Certaines modifications que Froissart a effectuées dans son texte résultent apparemment d’une volonté de développer la cohérence de l’information historique dans les Chroniques ou d’en augmenter la vraisemblance62. Cela explique probablement le changement des noms des maréchaux anglais dans le § 256 : la version d’Amiens et l’abrégé mentionnent le earl de Warwick comme maréchal de l’armée anglaise plus loin dans le récit de la campagne de 1346, au lieu de Robert Ufford, earl de Suffolk, mentionné par Le Bel et dans la version d’Amiens au début de la campagne63. En changeant le nom du maréchal dans le § 256, l’abrégé, la version « B » / « C » et « Rome » évitent la contradiction entre ces deux passages qui s’est créée dans la version d’Amiens64. De même, le récit plus circonstanciel dans les deux dernières versions, qui précise que le château de Cherbourg ne fut pas pris par les Anglais, est vraisemblablement à comprendre dans le contexte de plusieurs autres passages des Chroniques, en particulier le récit du siège de Cherbourg en 1378-1379, qui mentionnent la présence, à Cherbourg, de fortifications importantes, ce qui ne s’accorde pas avec une ville qui aurait pu être facilement prise par l’armée anglaise en 134665. Enfin, le besoin de rendre le récit de la reddition du comte d’Eu et du seigneur de Tancarville à Thomas Holland plus vraisemblable serait aussi l’explication des détails qu’a ajoutés Froissart au récit de Jean Le Bel66.

  • 67 J.-M. Moeglin, Les bourgeois de Calais…, p. 43.
  • 68 F. Neveux, La Normandie pendant la guerre de Cent Ans…, p. 10-12. Il est à remarquer que dans la ve (...)

37D’autres modifications textuelles contribuent à l’enrichissement de l’aspect dramatique et à la peinture de la psychologie des personnages67. La réaction de Philippe de Valois à l’expédition anglaise chez Le Bel, située dans le texte après le débarquement d’Édouard III, mais déplacée chez Froissart jusqu’après la destruction de villes en Cotentin (§ 259), devient dans ce nouveau contexte une réaction psychologique encore plus compréhensible. L’ajout, chez Froissart, du fameux passage de la chute d’Édouard III lors du débarquement en Cotentin, qui lui vaut une blessure qui lui fait saigner du visage (§ 256), souligne sans doute les prétentions du roi anglais sur le duché de Normandie, terre de ces antécesseurs, mais est surtout une manière littéraire de les formuler à travers l’interaction entre le protagoniste royal et ses soldats68. D’autres changements concernent l’un des thèmes centraux du texte, le rôle joué par Godefroy d’Harcourt et l’influence qu’il exerce sur le roi Édouard d’Angleterre. Déjà chez Le Bel c’est Godefroy qui convainc le roi de faire entrer l’armée en Cotentin au lieu de continuer le voyage vers la Gascogne (§ 255). Dans la version « B » / « C » et la version « Rome », le rôle de Godefroy est développé davantage quand, après la prise de Caen, c’est lui qui parvient à dissuader le roi de punir la population civile de la ville, la colère du roi étant causée par la résistance armée des bourgeois. Plusieurs éléments qui manquent ici chez Le Bel et dans les plus anciennes versions de Froissart ont été ajoutés dans la version « B » / « C » et la version « Rome » (500 soldats anglais tués par les Caennais, la colère d’Édouard III, le rôle de médiateur de Godefroy d’Harcourt).

La campagne du duc de Lancastre en 1356

  • 69 Pour le contexte historique, voir R. Delachenal, Histoire de Charles V, Paris, Picard, 1909, t. I, (...)
  • 70 Chronique de Jean Le Bel, t. II, p. 225-227 ; Froissart. Chroniques. Livre I. Le manuscrit d’Amiens (...)

38Les mêmes stratégies de réécriture peuvent être discernées dans les passages qui racontent les événements qui suivent le « coup de force de Rouen » du 5 avril 1356 (§ 366-370)69. La narration nous a été transmise dans la Chronique de Jean Le Bel, ainsi que dans trois versions différentes des Chroniques de Froissart : la version d’Amiens, l’abrégé et la version « B » / « C ». Le passage fait défaut dans la version de Rome, le manuscrit qui contient celle-ci s’arrêtant brusquement avant ce passage, au milieu de l’année 135070.

39Le Bel raconte dans un récit assez bref que le roi Jean II, après avoir fait arrêter Charles de Navarre, le comte d’Harcourt et d’autres seigneurs normands dans le château de Rouen, et après l’exécution sur ses ordres de quatre de ses prisonniers, attaque Évreux et Breteuil. Philippe de Navarre organise la résistance au nom de son frère et obtient de l’aide de la part du duc de Lancastre, qui va débarquer en Cotentin. La chevauchée menée par le duc ravage la Normandie. Il évite la confrontation directe avec l’armée royale française mais il arrive à reprendre le château de Breteuil, pris auparavant par les Français.

  • 71 Ibid., p. 185.

40Dans toutes les versions des Chroniques de Froissart, l’auteur introduit ici dans le schéma narratif de Jean Le Bel le personnage de Godefroy d’Harcourt, qui apparaît à côté de Philippe d’Évreux, et il lui attribue un rôle majeur dans les développements politiques et militaires. Dans l’abrégé, c’est Godefroy qui convainc Philippe de l’accompagner en Angleterre afin d’y chercher de l’aide, incité par un désir de se venger de son neveu Louis d’Harcourt, qui a refusé de se révolter contre le roi français. Dans la version « B » / « C », les deux hommes demandent au roi Édouard III de les assister dans leur vengeance contre Jean II, « li uns de le mort de son neveu [le comte d’Harcourt], et li aultres de le prise et dou grant blasme, et sans cause, ce disoit, que on faisoit a son frere [Charles de Navarre] »71. Toutes les versions de Froissart présentent le roi français dans un rôle plus passif que chez Le Bel – comparable à ce qu’on a déjà constaté dans la narration de la campagne de 1346 –, en retardant la mention des sièges d’Évreux et de Breteuil. Les actions militaires du roi ne sont donc plus le résultat d’une offensive préparée d’avance, mais plutôt une réaction à l’alliance conclue entre Philippe d’Évreux, Godefroy d’Harcourt et Édouard III d’Angleterre et à l’arrivée du corps expéditionnaire commandé par le duc de Lancastre en Normandie.

  • 72 En réalité, Philippe de Navarre et Godefroy d’Harcourt restèrent en Normandie et envoyèrent comme m (...)

41Toutes les versions des Chroniques de Froissart ajoutent aussi à ce passage un éventail de détails, qui ne correspondent pas toujours à la réalité historique mais qui étoffent et développent de manière significative la narration originelle de Jean Le Bel. Ils concernent le voyage supposé de Philippe d’Évreux et de Godefroy d’Harcourt en Angleterre72, les pourparlers avec le roi anglais, les préparations pour l’expédition militaire anglaise et les sièges d’Évreux et de Breteuil. Les tendances qu’on peut constater dans les similarités et différences entre les versions confirment l’ordre de genèse de ces versions déjà établi plus haut (« Amiens » – abrégé – « B » / « C »), avec la version d’Amiens moins développée et plus proche du récit de Jean Le Bel, et l’abrégé qui correspond tantôt à la version d’Amiens, tantôt à la version « B » / « C ».

42La version d’Amiens et l’abrégé concordent, par exemple, en grande partie sur les noms de commandants de l’armée du duc de Lancastre (earl de March, earl de Pembroke, John [c’est-à-dire Henry] de Beaumont et John Langton), ainsi que sur l’Angleterre comme point de départ du duc de Lancastre, élément qui se trouve aussi chez Le Bel. Dans la version « B » / « C », par contre, on voit le duc se rendre en Normandie à partir de la Bretagne, ce qui n’est pas historiquement correct mais néanmoins logique du point de vue narratif dans cette version des Chroniques, parce que c’est en Bretagne que le duc a été mentionné auparavant (§ 345). En plus, parmi les commandants anglais qui accompagnent la partie de l’armée qui part d’Angleterre, cette version donne le nom de William de Ros, mentionné aussi dans l’abrégé (§ 367).

  • 73 Froissart. Chroniques. Livre I. Le manuscrit d’Amiens…, t. III, p. 79 et 84.

43L’abrégé et la version « B » / « C » convergent aussi dans leur description du déroulement du siège d’Évreux. Dans la version d’Amiens, Jean Carbonnel, le capitaine d’Évreux, rend la cité et le château à Jean II après la prise par l’armée du roi de la ville, tandis que l’abrégé et la version « B » / « C » mentionnent trois phases : la prise de la ville, puis la prise de la cité, enfin la capitulation du château. En plus, l’abrégé et la version « B » / « C » corrigent une faute de composition de la version d’Amiens, où la capitulation du château d’Évreux est narrée deux fois, une fois avant la reddition du château de Breteuil et une fois après73.

  • 74 BNF, ms. fr. 10144, p. 526 : « Dont le sire de Montigny fut moult navrés, et par especial il eult u (...)

44L’abrégé et la version « B » / « C » concordent enfin sur un détail du siège de Breteuil. Dans toutes les versions de ses Chroniques, Froissart raconte qu’un matin le seigneur de Montigny-en-Ostrevent et son écuyer furent surpris par les gens qui défendaient le château, un épisode qui ne figure pas chez Le Bel ; le résultat de cette attaque fut la capture du seigneur et la mort de son écuyer. Dans l’abrégé et la version « B » / « C », Froissart précise que le seigneur de Montigny fut sérieusement blessé à la jambe et qu’il souffrit pendant toute sa vie à la suite de cette blessure, un détail qui est absent de la version d’Amiens74.

Le siège de Cherbourg en 1378-1379

  • 75 S. Laîné, « Localisation hypothétique d’une bataille… » ; F. Neveux, La Normandie pendant la guerre (...)
  • 76 Œuvres de Froissart, t. IX, p. 97-98, 136-140. Ce passage a été omis dans l’édition de la Société d (...)
  • 77 Chroniques de J. Froissart, G. Raynaud (éd.), Paris, Renouard, 1894, t. IX, p. 95-98, 138-140.
  • 78 Une transcription partielle de ce manuscrit peut être consultée sur le site The Online Froissart, e (...)

45Ce genre de détails biographiques et d’informations sur la pratique militaire, qu’on rencontre dans l’anecdote du seigneur de Montigny et qui auraient pu intéresser le public aristocratique de Froissart, se retrouve en plus grand nombre dans les versions plus récentes des Chroniques. Cela s’avère aussi pour la lecture de quelques passages qui parlent des événements pendant le siège de Cherbourg en 1378-1379, en particulier la capture d’Olivier Du Guesclin en décembre 1378, mentionnée plus haut, et la bataille de La Hogue, ou de Brétot, qui a eu lieu le 4 juillet 137975. Ces deux épisodes furent trop tardifs pour être racontés dans la Chronique de Jean Le Bel, mais trois versions distinctes en ont été conservées chez Froissart. La version la plus ancienne provient de la version auctoriale « A » du Premier Livre, dont la fin a été transmise dans la plupart des manuscrits76. La continuation de la version « B » (la version « standard » du Livre II) contient une autre version77, tandis qu’une troisième version, encore inédite, se trouve dans le manuscrit de la Newberry Library (version « C », édition ici en appendice)78.

46Selon la version « A », Olivier Du Guesclin se serait mis en embuscade près de Cherbourg, mais il aurait été pris par les Anglais et Navarrais issus de Cherbourg lorsqu’il les attaqua. Dans la version « B », ce sont le capitaine de Cherbourg, John Arundel, et l’écuyer navarrais Jean Cocq qui ont reçu des informations sur une mission de reconnaissance menée par Du Guesclin et qui, à ce moment, ont décidé de se mettre en embuscade dans les bois entre Cherbourg et Montebourg, ce qui leur a permis de capturer le chevalier français. Dans la version « C », enfin, la rencontre entre Olivier Du Guesclin et les fourrageurs de la garnison de Cherbourg, sous le commandement de l’homme d’armes Jean Cocq, se produit complètement par hasard. Dans cette dernière version, ce sont les éléments du terrain (visibilité réduite à cause de l’aspect boisé, chemin creux) et les effectifs qui donnent l’avantage aux soldats de Montebourg, ce qui explique pourquoi ils arrivent à capturer un chevalier beaucoup plus expérimenté qu’eux.

47L’élément de surprise joue aussi un certain rôle dans la narration de la bataille de La Hogue, où se sont combattues les troupes des garnisons de Cherbourg et de Montebourg sous leurs capitaines respectifs, John Harleston et Guillaume des Bordes. Dans les versions « A » et « B » des Chroniques de Froissart, les Anglais et les Français, les uns à l’insu des autres, se sont mis à chevaucher dans la forêt de Brix, entre Cherbourg et Montebourg, quand ils se rencontrent fortuitement près du hameau « Pestor » (Brétot). Ils mettent pied à terre et commencent à livrer bataille. La description du combat dans la version « A », où abondent des expressions stéréotypées, est peu spécifique, sauf pour la mention du fait que les deux capitaines combattent à la hache. Ce détail est absent des deux autres versions, qui par contre parlent de la joute entre Lancelot de Lorris et John Coupland qui finit par la mort du premier, élément qui est absent de la version « A ». La version « C » donne un grand nombre de détails supplémentaires, évoquant par exemple le dialogue entre les Anglais et les bûcherons de Brétot et le défi lancé par Lancelot de Lorris aux Anglais avant le commencement de la bataille, et identifiant l’adversaire de Lancelot comme le fils de celui qui avait fait prisonnier le roi David II d’Écosse lors de la bataille de Neville’s Cross en 1346. Cette version décrit aussi en détail la blessure de Lancelot et la manière dont son écuyer prit soin du chevalier mourant.

48La version « C » raconte en plus un duel entre Othon de Granson, qui combat à la lance, et un Breton, Guy Creton, qui combat à la hache, ainsi que la capture de plusieurs chevaliers français. Avant de discuter en détail du paiement de la rançon du capitaine Guillaume des Bordes, par l’intermédiaire du seigneur de Coucy, envoyé en Hainaut par le roi de France, Froissart insiste encore sur l’importance, en général, pour les chevaliers de la discipline militaire et de l’entraînement physique, en mentionnant l’exemple du chevalier hennuyer Fierabras de Vertain, expert en matière de faits d’armes « car il l’entreprist en commencha jovenes ».

  • 79 Dans le récit de la bataille de La Hogue dans la version « C », Froissart utilise aussi une fois la (...)
  • 80 Chronique de Jean Le Bel, t. II, p. 73.
  • 81 Froissart. Chroniques. Livre I. Le manuscrit d’Amiens…, t. II, p. 376.
  • 82 Chroniques de J. Froissart, t. III, p. 135 : « Et puis passerent oultre, et vinrent viers Montebour (...)

49Le renvoi au récit de la bataille de Neville’s Cross dans le contexte du duel entre Lancelot de Lorris et John Coupland met en évidence un des procédés que Froissart, dans ses réécritures successives, utilisait pour augmenter la cohérence de son œuvre, qui souvent dépendent de lectures attentives des versions antérieures, y compris de son avant-texte, la Chronique de Jean Le Bel. L’exploitation minutieuse de l’avant-texte se décèle aussi dans la nomenclature, chez Froissart, de la toponymie du Cotentin, en particulier la manière confuse dont il renvoie à Montebourg, avec la forme composite « Montebourch d’Avalonne »79. Cette forme expose que Froissart n’avait probablement pas une connaissance de première main de la géographie du Cotentin. La forme composite est sans doute fondée sur la seule occurrence de ces deux noms géographiques (Montebourg et Valogne) chez Le Bel, dans le passage sur l’expédition d’Édouard III en 1346, où Le Bel écrit que « en semblable maniere firent ilz de Montebourch, d’Avalaigne et de toutes aultres bonnes villes »80. Cette phrase se retrouve presque identiquement dans la version d’Amiens81, mais fut modifiée dans les versions « B » et « Rome », où la préposition entre les deux noms fut interprétée comme faisant partie d’un nom composite82. C’est ensuite la forme composite qu’on retrouve dans les autres passages de la version « C » qui parlent du siège de Cherbourg (voir appendice).

Conclusion

50L’étude des passages des Chroniques de Froissart qui traitent de la guerre en Normandie, en 1346, 1356 et 1379, a permis d’établir et de préciser la chronologie des différentes versions du Premier Livre de cette œuvre, une question fondamentale dans les études sur l’un des plus importants textes historiographiques en français du XIVe siècle. Les détails concernant la capture d’Olivier Du Guesclin lors du siège de Cherbourg indiquent que la version « A », dont seulement une partie du texte a été transmise dans les manuscrits, est la version la plus ancienne, qui date probablement de 1381. Parmi les autres versions, l’analyse comparative de la Chronique de Jean Le Bel et des versions « Amiens » et « B » de Froissart confirme que celle d’Amiens (écrite entre 1384 et 1391) est plus proche de l’avant-texte, tant du point de vue textuel (l’expression) que du point de vue de la structure, et donc de la version auctoriale qui a dû suivre la version « A » dans le développement de l’œuvre. La version « B » (écrite entre 1391 et 1399), qui est postérieure à ces deux versions, se rapproche largement de la version la plus récente, celle dite « de Rome » (écrite en ou après 1404). La version « C » (écrite entre 1395 et 1399), conservée seulement dans le manuscrit de la Newberry Library à Chicago, représente un remaniement de la version « B » et doit donc suivre celle-ci dans la genèse. L’abrégé du Premier Livre (écrit entre 1384 et 1391), conservé dans le manuscrit de la BNF, ms. fr. 10144, se rapproche tantôt de la version d’Amiens, tantôt de la version « B » et doit donc apparemment être daté entre les deux.

  • 83 J.-M. Moeglin, Les bourgeois de Calais…, p. 41.
  • 84 C. Taylor, Chivalry and the Ideals of Knighthood in France during the Hundred Years War, Cambridge, (...)

51L’analyse ci-dessus a mis en évidence les modalités de la réécriture froissardienne. Le développement de discours directs vise à accroître le caractère dramatique du texte tandis que l’ajout de détails concrets en augmente la vraisemblance et le réalisme83. En outre, les détails concrets sont souvent liés à la pratique militaire et l’on peut présumer que Froissart y attachait une valeur pédagogique pour les jeunes chevaliers et hommes d’armes parmi son public, qui peuvent puiser dans son œuvre une connaissance pertinente au développement de leurs carrières militaires. Vues sous cette optique, les Chroniques de Froissart formaient un complément important à la littérature didactique chevaleresque vernaculaire, brillamment étudiée naguère par Craig Taylor84. À travers la réécriture, Froissart semble aussi tendre à une plus grande cohérence de son texte. Cela se constate en partie dans l’ajout de renvois explicites entre différentes parties des Chroniques, mais aussi dans des changements de détails afin de faire concorder les informations dans les différentes parties de l’œuvre. Un dernier aspect de la réécriture développe la motivation psychologique des personnages de plusieurs manières, y compris dans les dialogues mais aussi dans les enchaînements, dans la narration, des réactions individuelles aux événements.

  • 85 Parmi celles-ci, il faut mentionner les Récits d’un bourgeois de Valenciennes, édités par J. B. M.  (...)

52L’étendue remarquable de la réécriture dans le Premier Livre des Chroniques pose la question des sources que l’auteur avait à sa disposition, un problème qui n’a pas été abordé ici en détail. Or, l’analyse que voici suggère déjà que, à chaque moment de réécriture, Froissart avait sous les yeux non seulement la version de ses Chroniques qui précédait immédiatement, mais aussi toutes les autres, y compris son avant-texte (la Chronique de Jean Le Bel). Le décalage de plusieurs décennies entre les événements racontés et le moment de la réécriture suggère en outre la possibilité que dans certains cas Froissart ait utilisé d’autres sources écrites. Cela semble certainement une possibilité à considérer sérieusement pour les passages qui existent dans les versions remaniées de Froissart mais qui sont complètement absents chez Le Bel, ou qui en diffèrent substantiellement. Dans ce contexte, il faut mentionner des convergences importantes, qui semblent supporter cette interprétation, entre l’œuvre de Froissart et des chroniques hennuyères ou flamandes de l’époque, qui n’ont pas encore été signalées par les critiques85. Des recherches plus poussées sont néanmoins nécessaires pour confirmer cette hypothèse.

Annexes

Appendice : le siège de Cherbourg et le « vuidement du Cotentin » dans la version « C » des Chroniques de Froissart

La version « C » des Chroniques de Froissart, conservée dans le manuscrit Chicago, Newberry Library, MS f.37, a transmis un remaniement auctorial important de la narration du siège de Cherbourg en 1378-1379. Ces passages sont à comparer à la narration qui termine la version « A » du Premier Livre (Œuvres de Froissart, t. IX, p. 97-98, 136-140), ainsi qu’à la narration des mêmes événements qui fait partie du Livre II (Chroniques de J. Froissart, t. IX, à partir du § 44). La version « C » diffère considérablement de la version « standard » du Livre II entre le § 49 et le § 76 et à partir du § 91. Une transcription de toute cette partie de la version « C » a été publiée dans The Online Froissart, en ligne à l’adresse suivante : http://www.hrionline.ac.uk/​onlinefroissart/​ [consulté le 30 septembre 2015, désormais inaccessible].

1. La capture d’Olivier Du Guesclin (décembre 1378)

Ce passage correspond au § 68 de l’édition par G. Raynaud. Le texte est édité d’après le seul témoin textuel de la version « C » des Livres I et II, Chicago, Newberry Library, MS f.37, vol. II, fol. 70 vo-71 ro.

Encores avint en celle saison une autre aventure d’armes assés priés de Chierebourch apriés le deppartement fait dou siege de Saint Malo, tant des signeurs de Franche, comme de ceuls d’Engleterre qui estoient rentret en mer et retournet en leur paÿs. Messires Oliviers de Claiequin, freres au connestables de Franche, se tenoit a Montebourch d’Avalonne a VII lieues priés de Chierebourch. Et avoit la environ IIC lanches, Normans et Bretons desoubs li et a se delivranche. Entre Montebourch et Chierebourch sont grant plentet de bos et de haultes forés et est uns paÿs moult doubtieus a chevauchier pour le cause des embuches qui se puelent faire ens es bois. Messires Oliviers de Claiequin avoit entendut par le connestauble de Franche, sen frere, et par le signeur de Couchi et autrui que on venroit mettre le siege devant Chierebourch. Car toutes les villes et li castiel dou roy de Navare estoiient pris des Franchois et racquis en Normendiie et tournet franchois, reservet Chierebourch. Et avoiient li signeur de Franche grande indignation de chou que li rois de Navare l’avoit rendut as Englés, li quel le tenoiient et tenroiient bien et hardiiement a l’encontre des Franchois. Telle estoit leur intention. Messires Oliviers de Claiequin n’eut gaeres estet a Montbourch d’Avalonne quant il li prist volentet de chevauchier et d’aler veir le fortereche de Chierebourch a le fin que quant li autre baron de Franche y venroiient mettre le siege, il leur deviseroit la maniere de le plache et comment elle sciet et u a l’avantage on poroit bastir le siege. Si se depparti I jour de sa garnison nient trop fort acompagniiés. Car il ne quidoit avoir rencontre ensi qu’il eut. Che propre jour chevauchoiient auqun compagnon de la garnison environ C lanches et estoiient alet fouragier et les conduisoit uns homs d’armes navarois qui se nommoit Jehans Koc, pour chou que il congnissoit tout le paÿs. Et avoiient li compagnon de le garnison de Chierebourch passet tous les bois. Messires Oliviers de Claiequin ne savoit riens d’euls, ne iauls de li. Et avint que quant Jehans Kos et li fourragieur de Chierebourc retournoiient pour revenir en leur fort, d’aventure il encontrerent messire Olivier de Claiequin, qui estoit entrés en une chevauchoire ou bois de Chierebourch. Et n’en savoiient chil qui le menoiient issir. Et avoiient tournoiiet en chevauchant grant plentet de la forest et ja avoiient estet dusques a Chierebourch et aviset le lieu et la plache. Tantos congneut Jehan Kos que c’estoiient Franchois issu de Montbourc et avoiient chevauchiet oultre les bois et aviset la garnison de Chierebourc. Et de che furent ils et si compagnon moult resjoy quant il les veirent a jeu parti et plus II tamps que il ne feuissent, si abaissierent les glaves et ferirent chevaus des esporons et entrerent l’un dedens l’autre. Tantos furent espars li Franchois. Car il n’estoiient que I pau et tout pris. Pau s’en sauverent se che ne furent auqun varlet qui se bouterent ou bois. Et par ceuls sceurent chil de Montbourc comment le besongne avoit alet. La fu pris messire Oliviers de Claiequin et fianchés de che Jehan Ko[c] et amenés en la garnison de Chierebourch. De la quelle prise il fu grant nouvelle parmi le royaulme de Franche.

2. La bataille de La Hogue (4 juillet 1379)

Ce passage correspond au § 93 de l’édition par G. Raynaud. Le texte est édité d’après le seul témoin textuel de la version « C » des Livres I et II, Chicago, Newberry Library, MS f.37, vol. II, fol. 77 ro-78 ro.

Vous savés, si comme il est ichi contenut en nostre histore, comment messires Oliviers de Claiequin fu par grant aventure rués jus devant la garnison de Cherebourch en Normendiie en alant avisant la plache et comment on le poroit assegier. De le quelle prise li Franchois furent moult courouchiet. Et fu ordonnet adont depar le roy de Franche a renforchier le porsien des gens d’armes qui se tenoiient a Montebourch en Avalonne. Car li rois estoit tous enfourmés que le garnison de Chierebourch estoit bien pourveue d’Englés et de Hainnuiers et de bonnes gens d’armes pour faire des issues et chevauchiies a leur avantage, la ou il se vaulroiient traire et tourner, se ne voloit pas li rois que sa frontiere feuist si desgarnie que se li Englés issoiient et chevauchoiient, que il ne seuissent a qui parler. Et quant gens d’armes sont en garnisons ennemiies et contraires li uns a l’autre, et le guerre est ouverte, trop envis il sejournent et se tiennent clos en leur fort que il ne se remoustrent. Jou le di pour chiaus de Chierebourch et de Montebourch d’Avalonne, qui se tenoiient en armes et en garnison l’un contre l’autre. Dedens la fortereche de Chierebourch estoiient pour le tamps dont je parolle, messires Jehans de Harleston, vaillant homme d’armes. Avecques li messires Ostes de Grantson, li sires de Vertain, Fierabras ses freres, Tieris de Soumain, Guillaumes de Biaulieu, messires Phelippes Piquourde, messires Jehans Burlé, messires Jehans de Quopelant et pluiseur aultre, Englés et Hainnuiers, et tout d’unne sorte et alianche. Dedens le fort et bastide de Montbourch, le quel bastide li Franchois avoiient fortefiiet, estoiient messires Guillaumes des Bordes, messires Lanselos de Lorris, messires Guillaumes Marchiel, li petis seneschaus d’Eu, messires Braques de Braquemont, li sires de Troci, messires Perchevaus d’Ainneval, li Beghes d’Iveri et pluiseur aultre. Et mettoiient grandement leur entente li chevalier et li escuiier de une garnison et de l’autre que il se peuissent trouver seür les camps et en plache aissiie pour euls combatre, et faire armes, tant i penserent que leur desirriers en avint. Vous devés savoir, ensi que je ay dit aultre fois, on ne puet issir ne venir a Chierebourch de nul costet, se che n’est par la mer, que il ne conviengne passer plus de trois lieues de bois, et tout haulte foriés. Les Franchois issirent I jour de Montbourch d’Avalonne et les Englés de Chierebourch. Et ne savoiient li uns ne li aultres riens de leurs issues. Mais chevauchoient as aventures et se trouverent enmi la forest de Chierebourch sus une lande ample et grande, la quelle on appelle u paÿs Pestor, et sont ou dit village auquns hostels et tous ouvriers de bois. Et estoiient chil homme de Pestor apatichiet a chiauls de Chierebourch. Dou matin li Englés s’estoiient adrechiet par la pour chevauchier oultre la forés et pour querir les aventures. Environ heure de tierche li Franchois trouverent ches ouvriers au bois, li quels esquaroiient gros quaisnes et vinrent la et s’adrechierent a euls au son de leur ouvrage. Et par les ouvriers dou bois sceurent il que li Englés chevauchoient, si en furent tout joiant et dirent entre euls que il les attenderoiient seür la lande, ensi qu’il firent. Car il couvenoit que il retournassent par la. Si s’en vinrent li Franchois seür la lande de Pestor, la quelle est bielle, ample et ounniie et hierbue de petite hierbe. Et la s’aresterent et mirent a point et en ordenanche de bataille. Et vechi li Englés retournet de leur voiage et rentrerent en la forest de Chierebourch. Et quant il eurent chevauchiet une espasce, il oïrent et entendirent ches esquareurs dou bois qui ouvroiient, si se adrechierent a euls pour oïr et savoir se il avoiient nullui veüt. Euls la venut il leur demanderent seür aventure se il avoiient nullui veüt. Il respondirent et n’oserent mentir et dirent : « Oil. Li Franchois chevauchent et ont demandet de vous. » « Et quel cose avés vous respondu ? » « Nous avons dit oil. » « Vous avés bien respondu », disent li Englés. « Et quel samblant firent il de vo parolle ? » « Il en furent tout resjoy. » « Et quel chemin tiennent il ? » « En non Dieu, » respondirent li homme, « il tiennent le chemin dou village et la ou seür le chemin de Chierebourch en orés vous parler. » « C’est bien », dirent li Englés. A ches parolles il se deppartirent et entrerent ens ou droit froais des Franchois et aprochierent le vilage et vinrent seür la lande et si veirent les Franchois, qui tout estoiient deschendut a piet et mis en boine ordenanche et les atendoiient a che que il moustroiient. Quant les Englés en veirent la maniere et ordenanche, il s’adrechierent celle part en chevauchant tout souefs. Et quant il furent ensi priés d’euls que a une grande traictiié d’un arch, il deschendirent et prirent les lanches et les apuignierent. Entre les chevaliers de Franche la en i avoit I que on nommoit messires Lanselos de Lorris, jovenes chevaliers estoit et amoureus et en grant volentet de faire armes et bien le moustra et estoit demorés a cheval. Si s’en vint tout galopant et se depparti de leurs arrois. Et quant il fu moult priés des Englés, il parla tout hault et bien fu entendus et dist : « A la nuls chevaliers qui pour l’amour de sa dame sus le plache voelle courir uns cours de lanche ? » Se parolle fu requeilliie et acceptee d’un jovene chevalier amoureus, rade et fort et bien apiert, le quel on nommoit messires Jehans de Quopelant et avoit estet fils a Jehan de Quopelant, qui jadis prist le roy David d’Escoche entre le Noefcastiel sus le Thin et Durames, ensi comme chi deseure, le siege estant devant Calais il est contenut en nostre histore. Li jovenes chevaliers respondi et dist « Oil, pour l’amour de ma dame je vous deliveray. » Ensi furent il d’acort a faire une jouste et tout li autre ciesserent pour veir la jouste des II chevaliers.

Messires Lancelos de Lorris, Franchois, et messires Jehans de Quopelant, Englés, estoiient tout II a cheval et plus n’en i avoit que euls pour l’eure. Et avoit cascuns sa targe a son col et le portoiient ensi comme il apiertient a porter pour le jouste, si esporonnerent les chevaus et abaissierent les lanches et s’en vinrent randonnant l’un desseure l’autre de grant forche et volentet et se ferirent sus les targes sans espargner. Jehans de Quopelant consievi messire Lanselot de Lorris par telle maniere que il li fendi la targe et desboucla et passa toutes ses armeures et li entra li fiers u corps si avant que il le navra a mort. Bien se tint li chevaliers, point ne kei. Mais li chevaus canchela. Il estoit sievois de priés de ses varlés, si fu pris et adestrés et ramenés entre les aultres, li quel avoiient bien a quoi a entendre a aultre cose c’a lui, quoique li aucun as quels la congnissanche en vint de sa nauvreure, furent moult courouchiet. Il fu mis d’un lés et desarmés et sa plaiie tentee et bendelee. Mais il ne vesqui point demie heure. Or parlons de le bataille comment elle s’assambla. Ou premier chief des Englés et tout devant assés priés de messire Jehan de Harleston et dou signeur de Vertain et de Fierabras, son frere, estoit messires Ostes de Grantson, qui pour lors estoit jovenes et amoureus et en grant volentet de faire armes, et ne say se il l’avoit de veu ou par aultre voye. Mais il tenoit se lanche et dist en soi que il seroit des premiers assamblans et entrans sus ses ennemis, et tout a piet et le pas s’aprochoiient et li une partiie et li autre. Messires Ostes de Grantson s’esqueilla et se bouta tout devant et s’atacqua a l’escuiier breton le quel on nommoit, ce m’est advis, Guy Creton. Chils escuiiers estoit fors homs et apiers et de fors bras et apuigna la lanche dou chevalier et s’en vint tout paumiant tant qu’il aprocha le chevalier et tenoit en sa main, quoique il paumiast le lanche, une hache d’armes, si avisa messire Oste et le tapa au travers de le hache parmi les temples dou bachinet que il l’estourdi tout le chevalier et l’abati a terre de che cop devant lui. Et se dou second cop il le peuist avoir assenet il l’euist mort. Car il avoit tournet la hache dou taillant. Mais il n’eut point le loisir. Car les gens de messire Oste vinrent tantos seür lui et jetterent lanches et targes au devant dou cop et trairent hors le chevalier, qui estoit si blechiés dou grant horion que il avoit recheut que oncques en tout le jour il ne se peut aidier. Mais le prirent ses gens et le porterent et menerent et firent tant que il fu hors de le presse et bien arriere de le bataille. Et entrues li autre se combatoiient.

Ceste bataille fu forte et aduree et bien continuee en pousseiies de lanches, en cops de haches et d’espees et en toutes ordenanches et maniemens d’armes, et que vaillant gent et garni de proeche se doivent maintenir qui tendent a honneur et le desirent a avoir par bien combatre et i furent faites de tous costés pluiseurs grandes et belles apertises d’armes. Finablement li Englés qui la estoiient, et li Hainnuier avecques messires Jehan de Harleston obtinrent la plache. Et demora le journee pour euls et perdirent li Franchois. Et furent pris les capitainnes et moult d’aultres, Franchois, Pikars et Normans, teils que messires Guillaumes des Bordes. Et le prist et fiancha uns escuiiers de Hainnau qui se nommoit Guillaumes de Biaulieu. La furent pris dou costet des Franchois li petis senescaus d’Eu, uns moult appers chevaliers, messires Guillaumes Martiel, messires Braques de Braquemont, et moult d’aultres qui ne daignierent fuir pour leur honneur. Mais attendre l’aventure d’armes. Et conquirent li Englés et li Hainnuier la plache par sagement, ordonneement et vaillaument combatre. De le quelle cose faire il sont assés uset, et tout leur vient par bonne continuanche. Car li mestier d’armes est de telle nature et condition que il se voelt continuet. Et la fu Fierabras de Vertain moult vaillans homs et i fist pluiseurs apiertises d’armes. Car c’est uns mestiers dou quel a son loial pooir il a toudis volentiers uset et li doit par raison bien faire. Car il l’entreprist et commencha jovenes. La plache delivree et les fuians mis en cache, moult des Franchois se sauverent par les bois, ou il se bouterent et s’espardirent cha et la et ne les sievirent point li Englés. Mais entendirent a leurs prisonniers. Et retournerent dedens Chierebourch en grant joye et la les amenerent et trouverent chil qui pris estoiient, messire de Claiequin, qui la estoit prisonniers. Ensi se porterent les parchons d’armes et se sont toudis portees. Se li uns pert, li aultre gaegne. De che rencontre et fait d’armes qui avint en Constentin et assés priés de Chierebourch, furent grandes nouvelles en Franche et aillieurs. Et aussi fu il en Engleterre. Et furent li Englés et li Hainnuier moult courtois et amiable a leurs prisonniers. Et finerent assés legierement et furent recreu sus leurs fois et paiierent leurs raenchons ens es quelles il se composerent, depuis a leur aise. Li sires de Couchi, a l’ordenanche et parolle dou roy de Franche, vint au Kaisnoy en Hainnau parler au duch Aubert, pour che tamps bail de Hainnau, et a la duchoise Margerite, sa femme, pour traictier la delivranche et le finnanche de messire Guillaume des Bordes, pour tant que Guillaumes de Biaulieu estoit de Hainnau et homs au dit duch Aubert, si fu ranchonnés courtoisement et paiia XIIM frans. Mais je ne say pas conment li florin furent departi. Je croi bien que il alerent en plus d’un lieu. Car en teils fais d’armes li compagnon s’aünent ensamble a pierte et a gaegne. Et si appiertient que li capitaine en ait aulcune cose.

Notes

1 Afin de simplifier les références au texte des Chroniques, elles se feront ici en principe avec les numéros des § de l’édition de S. Luce, Chroniques de J. Froissart, Paris, Société de l’histoire de France, 1869-1888, 8 vol. Ce système de référence a aussi été adopté par le site The Online Froissart, qui donne des transcriptions complètes et partielles de tous les manuscrits conservés des trois premiers livres des Chroniques : The Online Froissart, P. F. Ainsworth et G. Croenen (dir.), version 1.5 (Sheffield : HRIOnline, 2013), en ligne à l’adresse suivante : http://www.hrionline.ac.uk/onlinefroissart/ [consulté le 30 septembre 2015].

2 Beaucoup de chroniques existent en plusieurs versions, mais souvent il s’agit de réécritures par des auteurs ou continuateurs postérieurs à l’auteur originel. Parmi les chroniques françaises à plusieurs versions dues au même auteur, on peut mentionner la Chronique dite de Baudouin d’Avesnes, voir F. Noirfalise, Family Feuds and the (Re)writing of Universal History : the Chronique dite de Baudouin d’Avesnes (1278-84), thèse de doctorat inédite, université de Liverpool, 2009.

3 Parmi les travaux récents dans lesquels la chronologie des Chroniques a été discutée, les plus importants sont, par ordre chronologique : Jean Froissart. Chroniques, Livre I (première partie, 1325-1350) et Livre II, P. F. Ainsworth et G. T. Diller (éd.), Paris, Le Livre de poche, 2001, p. 11-15, 61-69 ; L. Harf-Lancner, « Les prologues des Chroniques de Froissart : le triomphe du clerc sur le chevalier », in Seuils de l’œuvre dans le texte médiéval, E. Baumgartner et L. Harf-Lancner (dir.), Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2002, t. I, p. 147-175 ; J.-M. Moeglin, Les bourgeois de Calais. Essai sur un mythe historique, Paris, Albin Michel, 2002, p. 33-48 ; M.-T. de Medeiros, « Dans le sillage de Jean Le Bel. La chute d’Édouard II chez Jean d’Outremeuse et chez Froissart », Cahiers de recherches médiévales, t. X, 2003, p. 131-142 ; M. Schwarze, Generische Wahrheit – Höfischer Polylog im Werk Jean Froissarts, Stuttgart, Steiner, 2003, p. 208-212 ; A. Ayton, « Crécy and the Chroniclers », in The Battle of Crécy, 1346, A. Ayton et P. Preston (dir.), Woodbridge, Boydell Press, 2005, p. 287-350, en particulier p. 323-334 ; J.-M. Moeglin, « Froissart, le métier d’historien et l’invention de la guerre de Cent Ans », Romania, t. CXXIV, 2006, p. 429-470 ; Jean Froissart. Chroniques, Livre III, le manuscrit Saint-Vincent de Besançon, bibliothèque municipale, ms. 865, P. F. Ainsworth (éd.), Genève, Droz, 2007, p. 16-21 ; V. Mazzei, An Edition and Study of Besançon Municipal Library ms. 864 (Jean Froissart’s Chroniques, Book I, « A » Redaction), thèse de doctorat inédite, université de Sheffield, 2008, en particulier p. XVIII-XXXII ; P. F. Ainsworth, « Froissart, Jean », in The Encyclopedia of the Medieval Chronicle, G. Dunphy (dir.), Leyde – Boston, Brill, 2010, t. I, col. 642-645 ; G. Croenen, « A “Refound” Manuscript of Froissart Revisited : Newberry MS F. 37 », French Studies Bulletin, t. XXXI, 2010, p. 56-60 ; A. Varvaro, La tragédie de l’histoire. La dernière œuvre de Jean Froissart, Paris, Classiques Garnier, 2011, p. 11-28 ; V. Vejrychová, « La réécriture de l’histoire chez Jean Froissart. Le chroniqueur face à ses sources », in L’écriture de l’histoire au Moyen Âge. Contraintes génériques, contraintes documentaires, É. Anheim, P. Chastang et F. Mora-Lebrun (dir.), Paris, Classiques Garnier, 2015, p. 103-114 ; N. Bragantini-Maillard, « Les réécritures de dialogues dans le Livre I des “Chroniques” de Jean Froissart », in Réécritures. Regards nouveaux sur la reprise et le remaniement de textes, dans la littérature française et au-delà, du Moyen Âge à la Renaissance, D. Kullmann et S. Lalonde (dir.), Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 2015, p. 134-161 ; G. Croenen (éd.), « Jean Froissart, Chroniques [Amiens Version, Abridged Version, B/C Version] », in The Battle of Crécy : a Casebook, M. Livingston et K. DeVries (dir.), Liverpool, Liverpool University Press, 2015, p. 252-297, 306-337, 396-405, 407-411 ; P. Courroux, L’écriture de l’histoire dans les chroniques françaises (XIIe-XVe siècle), Paris, Classiques Garnier, 2016, p. 352-364 ; V. Vejrychová, La construction de la réalité historique chez le chroniqueur Jean Froissart, thèse de doctorat, université Paris-Sorbonne, 2016, p. 24-30, 68-91, 204-255.

4 C. Ridoux, « Deux éditeurs de Froissart : Kervyn et Siméon Luce », in Actes du colloque international Jehan Froissart. Lille 3 – Valenciennes, 30 septembre-1er octobre 2004, M.-M. Castellani et J.-C. Herbin (dir.), Paris, Société de langues et de littératures médiévales d’oc et d’oïl, 2006, p. 213-225.

5 Chroniques de J. Froissart, t. I, p. 210.

6 Sur la date, voir J. Devaux, « From the Court of Hainault to the Court of England : the Example of Jean Froissart », in War, Government and Power in Late Medieval France, C. Allmand (dir.), Liverpool, Liverpool University Press, 2000, p. 1-20, en particulier p. 13-14.

7 On connaît actuellement 49 manuscrits complets ou fragmentaires de la version « A » du Premier Livre, voir The Online Froissart.

8 Dacier mentionne deux témoins de la version « B », le manuscrit dit « de Soubise » – les actuels mss. fr. 6477-6479 de la BNF –, ainsi que le ms. fr. 5006, qui contient la fin de la version « B » du Premier Livre (à partir de SHF § 631) et le Deuxième Livre. Dacier semble avoir utilisé ce dernier témoin seulement pour les variantes du Deuxième Livre. Voir ses notes et transcriptions conservées dans BNF, ms. fr. 6481 (par exemple p. 1412 et 1771) et les bonnes pages de son édition inachevée, Chronique de Jehan Froissart, B. J. Dacier (éd.), Paris, Imprimerie royale, 1788, dont il subsiste encore quelques exemplaires (dans les bibliothèques de Paris, Londres, Bruxelles et Besançon). Les deux manuscrits y sont mentionnés avec les sigles R1 ou R2.

9 Les Chroniques de sire Jean Froissart, J. A. C. Buchon (éd.), Paris, Desrez, 1835, t. III, p. 409-478.

10 J. Rigollot, « Mémoire sur le manuscrit de Froissart de la bibliothèque d’Amiens et en particulier sur le récit de la bataille de Crécy », Revue anglo-française, 2e série, no 1, 1839, p. 273-310, 376-408 ; Froissart. Chroniques. Livre I. Le manuscrit d’Amiens. Bibliothèque municipale no 486, G. T. Diller (éd.), Genève, Droz, 1991-1998, 5 vol. ; A.-B. Rothemburger, « Les Chroniques de Froissart dans la bibliothèque communale d’Amiens : histoire d’une appropriation 1794-1900 », in Actes du colloque international Jehan Froissart…, p. 227-258.

11 Le Premier Livre des Chroniques de Jehan Froissart. Texte inédit publié d’après un manuscrit de la Bibliothèque du Vatican, J. B. M. C. Kervyn de Lettenhove (éd.), Paris – Bruxelles, Lévy – Heussner, 1863, 2 vol. Voir aussi Froissart. Chroniques. Dernière rédaction du Premier Livre. Édition du manuscrit de Rome Reg. Lat. 869, G. T. Diller (éd.), Genève, Droz, 1972. Au XVIIIe siècle, Dacier fut déjà au courant de l’existence du manuscrit du Vatican et disposait d’une transcription du début du texte, qui lui fut envoyée par Du Theil en 1777. Mais Dacier ne semble pas avoir reconnu le caractère original du texte contenu dans ce manuscrit et il ne l’étudia pas davantage pour son édition inachevée. Buchon, en 1824, mentionne aussi le manuscrit d’après la correspondance entre Du Theil et Dacier : voir Chroniques de Froissart, J. A. C. Buchon (éd.), Paris, Vendière, 1824, t. I, p. XVIII-XIX.

12 Chroniques de J. Froissart, t. I, p. XL, XLII-XLII ; Œuvres de Froissart, J. B. M. C. Kervyn de Lettenhove et A. Scheler (éd.), Bruxelles, Devaux, 1867-1877, t. XVII.

13 P. Saenger, « A Lost Manuscript of Froissart Refound : Newberry Library Manuscript F 37 », Manuscripta, t. XIX, 1975, p. 15-26 ; P. Saenger, A Catalogue of the Pre-1500 Western Manuscript Books at the Newberry Library, Chicago – Londres, University of Chicago Press, 1989, p. 67-68.

14 G. Croenen, « A “Refound” Manuscript of Froissart Revisited… ».

15 Les Vrayes Chroniques jadis faites et rassemblées par vénérable homme et discret seigneur mgr Jehan Le Bel, L. Polain (éd.), Mons, s. n., 1850, 2 vol. Les emprunts à la Chronique de Jean Le Bel que l’on trouve dans la chronique latine de Cornelius Menghers van Zantfliet ne sont probablement pas repris directement par van Zantfliet à Le Bel, mais plutôt par le biais de l’œuvre de Jean d’Outremeuse, J. B. M. C. Kervyn de Lettenhove, Froissart. Étude littéraire sur le XIVe siècle, Paris, Durand, 1857, t. II, p. 160-163 ; voir S. Balau, Les sources de l’histoire de Liège au Moyen Âge. Étude critique, Bruxelles, Lamertin, 1903, p. 609-610.

16 L. Polain, Les Vrayes Chroniques de messire Jehan Le Bel, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 1863, 2 vol. ; Chronique de Jean Le Bel, J. Viard et E. Déprez (éd.), Paris, Renouard, 1904-1905, 2 vol.

17 G. Croenen (éd.), « Jean Froissart… », p. 400-402.

18 Chroniques de J. Froissart, t. I, p. IX-XVIII.

19 Œuvres de Froissart, t. I/2, p. 27-28, 35-36, 46-49.

20 J. J. N. Palmer, « Book I (1325-78) and its Sources », in Froissart : Historian, J. J. N. Palmer (éd.), Woodbridge – Totowa, Boydell Press – Rowman & Littlefield, 1981, p. 7-24.

21 J.-M. Moeglin, « Froissart, le métier d’historien… ».

22 Ibid., p. 432.

23 J.-M. Moeglin caractérise la version d’Amiens comme un « ballon d’essai » (ibid.).

24 J.-M. Moeglin, Les bourgeois de Calais…, p. 41-48.

25 S. Wales, Froissart, Book I : Manuscripts and Texts, thèse de doctorat inédite, université de Sydney, 1988, t. I, p. 146-213.

26 La chronologie « A » – « B » – « Amiens », adoptée par Luce, a pour résultat une discontinuité structurelle inexpliquée pour les § 4-11 et 321-370 ; celle de Kervyn de Lettenhove (« Amiens » – « A » – « B ») pour les § 321-370 et 698-788 ; celle de Moeglin (« A » – « Amiens » – « B ») pour les § 12-320 et 371-697.

27 G. Croenen (éd.), « Jean Froissart… », p. 407-408. La version d’Amiens, qui est vraisemblablement aussi antérieure à la mort de Robert de Namur, ne réfère pas à la mort de Bernard de la Salle dans le § 427 : voir Froissart. Chroniques. Livre I. Le manuscrit d’Amiens…, t. III, p. 162.

28 Le fait que la narration de la campagne du Prince noir commence effectivement au § 370, et donc pas au § 371, et que des événements préliminaires sont déjà mentionnés au § 345, est en soi déjà une indication importante de l’invraisemblance de la théorie de Luce. En outre, le § 371 commence avec la conclusion de la campagne militaire de l’armée française en Normandie et contient une allusion à la narration qui précède dans le texte de Froissart : « Quant li rois Jehans de France eut fait ses chevaucies et ensi reconquis en le Basse Normendie les villes et les chastiaus dou roy de Navare ». On peut en plus noter que le § 405 renferme une référence analeptique au § 368. Tout cela montre que les chapitres qui se trouvent juste avant le § 371 ont dû déjà exister au moment où fut composé le § 371.

29 À l’intérieur du premier passage qui est emprunté à la version « B » (§ 12-320), on trouve une allusion à l’achèvement de l’enceinte de Paris, qui data de 1383, ce qui confirme encore une fois que la version manuscrite n’a pas pu être composée avant 1378, le terminus ante quem adopté par Luce : « Dont cil de Paris n’estoient mies bien assegur, car elle [= Paris] n’estoit adonc point fremee » (§ 263). Voir P. Lorentz et D. Sandron, Atlas de Paris au Moyen Âge : espace urbain, habitat, société, religion, lieux de pouvoir, Paris, Parigramme, 2006, p. 49-51.

30 S. Laîné, « Localisation hypothétique d’une bataille de la guerre de Cent Ans au moyen d’éléments de toponymie », in Mélanges Pierre Bouet, F. Neveux et C. Bougy (dir.), Caen, Annales de Normandie (Cahier des Annales de Normandie ; 32), 2002, p. 145-160. Kervyn de Lettenhove l’avait déjà identifié comme l’événement le plus récent dans la version « A » : voir Œuvres de Froissart, t. I/2, p. 47.

31 Il n’existe effectivement aucun manuscrit où la division entre Premier et Deuxième Livre correspond à ce que Luce a identifié comme la fin du Premier Livre et le début du Deuxième, ce qui montre qu’il s’agit d’une division artificielle qui ne remonte probablement pas à l’auteur mais qui a été introduite par les éditeurs postérieurs.

32 La Haye, Koninklijke Bibliotheek, ms. 72 A 25, fol. 370 vo, voir Œuvres de Froissart, t. IX, p. 96.

33 Pour la date de la libération de Du Guesclin, voir C. Given-Wilson, « The Ransom of Olivier Du Guesclin », Historical Research, t. LIV, 1981, p. 17-28, en particulier p. 17-18 et 22. Kervyn de Lettenhove avait déjà fait des commentaires sur l’importance de ce passage pour la datation de la version « A », mais il datait cet événement de septembre 1380. Voir Œuvres de Froissart, t. I/2, p. 48.

34 La Haye, Koninklijke Bibliotheek, ms. 72 A 25, fol. 371 vo : « La fist il tant d’armes et de prouesces de son corps que a tousjours il en doit estre loué et prisié ».

35 Voir plus haut et G. Croenen (éd.), « Jean Froissart… », p. 396-397.

36 Journal de Jean Le Fèvre, évêque de Chartres, chancelier des rois de Sicile Louis Ier et Louis II d’Anjou, H. Moranvillé (éd.), Paris, Picard, 1887, t. I, p. 7.

37 Il s’agit probablement de la période où Le Bel, de temps à autre, écrivait des continuations pour son texte, dont une première version stable fut peut-être achevée vers 1358.

38 Il est intéressant de noter que l’un des deux fragments d’un manuscrit contenant une chronique en vers, qui a été identifiée par certains auteurs comme la chronique rimée perdue de Froissart, contient un récit de ce combat, voir D. Stutzmann, « Un deuxième fragment du poème historique de Froissart », Bibliothèque de l’École des chartes, t. CLXIV, 2006, p. 573-580. La version d’Amiens, qui est la plus ancienne version en prose conservée de Froissart qui raconte cet événement, n’a pourtant guère de relations textuelles avec cette version rimée. Cela suggère qu’il ne s’agit probablement pas de la chronique en vers perdue de Froissart. On note quand même que la narration dans la version « B » contient une phrase, assez stéréotypée il est vrai, qui rappelle le poème : « Quant il fu cheus, onques puis ne se releva, car il fu hastés », Chroniques de J. Froissart, t. V, p. 78 ; voir « A terre l’abat parmi tant / Qu’onques puis ne se releva / car a lui vint qui li lancha / un espoit parmi le vis », D. Stutzmann, « Un deuxième fragment… », p. 575.

39 G. Croenen (éd.), « Jean Froissart… », p. 396-397, 401-402, 408-409.

40 Pour d’autres arguments qui confirment cette chronologie relative, voir ibid., p. 401-402.

41 J’utiliserai l’édition de J. Viard et E. Déprez, Chronique de Jean Le Bel. Le passage se trouve au t. II, p. 65-84. J’ai standardisé l’usage des signes diacritiques.

42 J’utiliserai l’édition de G. T. Diller, Froissart. Chroniques. Livre I. Le manuscrit d’Amiens… Le passage se trouve au t. II, p. 372-388. On peut le consulter aussi dans l’apparat de S. Luce, dans Chroniques de J. Froissart, t. III, p. 357-360, 362, 364-375, 379-380, et dans Œuvres de Froissart, t. IV, p. 375-382, 386-389, 394-395. J’ai standardisé l’usage des signes diacritiques.

43 Je citerai cette version d’après le seul témoin manuscrit, BNF, ms. fr. 10144. Le texte se trouve p. 295-308. Une reproduction de ce manuscrit est consultable sur Gallica, en ligne à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9061593n [consulté le 30 septembre 2015]. Une édition peu fiable du texte a été publiée par Kervyn de Lettenhove, dans Œuvres de Froissart, t. XVII ; le passage sur l’expédition de 1346 se trouve p. 188-196. Luce donne aussi quelques fragments de l’abrégé dans l’apparat de son édition sous le sigle B 6 : Chroniques de J. Froissart, t. III, p. 361-362, 364, 368, 370, 372, 378-379.

44 J’utiliserai l’édition de S. Luce, qui reproduit BNF, mss. fr. 6477-6479 : Chroniques de J. Froissart, t. III, p. 131-150. On peut également consulter le même texte dans Œuvres de Froissart, t. IV, p. 379-382, 389-392, 395-396, ainsi que Jean Froissart. Chroniques, Livre I…, p. 539-553. J’ai standardisé l’usage des signes diacritiques.

45 Chicago, Newberry Library, ms. Case f.37, vol. I, fol. 100 ro-104 vo. Une transcription éditée peut être consultée sur le site The Online Froissart : https://www.hrionline.ac.uk/onlinefroissart/browsey.jsp?div0=ms.f.transc.Chi-1&panes=1&GlobalMode=edition&img0=&GlobalWord=0&pb0=Chi-1_100r&GlobalShf=&disp0=shf [consulté le 30 septembre 2015, désormais inaccessible].

46 J’utiliserai l’édition de G. T. Diller, Froissart. Chroniques. Dernière rédaction du Premier Livre. Édition du manuscrit de Rome… Le texte se trouve p. 675-701. On le trouve aussi dans l’apparat de S. Luce, dans Chroniques de J. Froissart, t. III, p. 358, 360-363, 365-372, 375-378, 380-383, dans Œuvres de Froissart, t. IV, p. 382-386, 392-394, 396-397, ainsi que dans Le Premier Livre des Chroniques de Jehan Froissart…, t. II, p. 202-220. J’ai standardisé l’usage des signes diacritiques.

47 G. Croenen, « A “Refound” Manuscript of Froissart Revisited… » ; G. Croenen (éd.), « Jean Froissart… », p. 396-397, 401-402, 408-409.

48 Ibid., p. 396-397. Je n’accepte pas les autres arguments de Palmer pour une datation de la version d’Amiens postérieure à 1385 ou à 1390, mais la démonstration en dépasserait largement le cadre de cet article.

49 Ibid., p. 401-402.

50 Voir aussi, plus haut, la discussion de la prise d’Évreux (§ 406-407), absente de la narration de Jean Le Bel et de la version d’Amiens, mais racontée dans l’abrégé et dans la version « B ». Parmi les autres passages de la version « B » pour lesquels on trouve des passages correspondants dans l’abrégé mais ni chez Le Bel, ni dans « Amiens », on peut aussi mentionner les § 303, 323-328, 330, 344, 348 et 353-354.

51 G. Croenen (éd.), « Jean Froissart… », p. 408-409. La version « C » fut composée entre 1395 et 1399.

52 Ibid., p. 644 : « Et demorerent li Frison en paix par celle desconfiture jusques en l’an de Grace M CCC quatrevins et XVI, que uns jones homs qui se nonma Guillaumes, fils ainnés au duch Aubert, conte de Hainnau, de Hollandes et de Zellandes […] emprist le voiage a faire a tout bonne chevalerie de Hainnau et de Hollandes, de France et d’Engleterre, et ariva en Frise et desconfi les Frisons sus une marce que on dist le Vies Clostre ».

53 Froissart. Chroniques. Dernière rédaction du Premier Livre. Édition du manuscrit de Rome…, p. 184 : « Celle jone damoiselle de Qent estoit cousine germainne dou roi Edouwart d’Engleterre, et fu en son temps la plus belle dame de tout le roiaulme d’Engleterre, et la plus amoureuse ; mais toute sa generation vint a povre conclusion par les fortunes de ce monde qui sont moult diverses ». Le passage parle de la progéniture de Jeanne de Kent, mère de Richard II († 1400), dont les autres enfants étaient Thomas de Holland, earl de Kent († 1397), Jean de Holland, earl de Huntingdon et duc d’Exeter († 1400), Jeanne, duchesse de Bretagne († 1384), et Mahaut, comtesse de Saint-Pol († avant 1393).

54 Ibid., p. 383.

55 Ibid., p. 596 : « Et eurent chil ouvrier un clerc qui entendoit sus euls et qui les faisoit paiier, lequel on appella Willaume Wiqam. Et chils fu depuis si grans mestres en Engleterre que evesques et canceliers, et se passoient toutes coses par lui, et fu tellement en la grace dou roi que par lui, son temps durant, fu tout fait en Engleterre et sans li n’estoit riens fait ». L’emploi du passé simple dans la caractérisation de Guillaume ainsi que de la tournure « son temps durant » implique qu’il était mort quand ce passage fut écrit.

56 Ibid., p. 644. Froissart réfère au fils aîné du comte Aubert comme « conte de Ostrevant, vivant son pere, et gouverneres de tout le païs de Hainnau ». Cela implique que Guillaume II a succédé à son père au moment de la rédaction de la version de Rome.

57 La date proposée ici a des conséquences pour la datation du Livre IV des Chroniques, si l’on accepte les arguments de A. Varvaro qui prétend que le Livre IV est postérieur à la dernière version du Premier Livre. Voir A. Varvaro, La tragédie de l’histoire…, p. 14. Varvaro a argumenté que l’allusion à la mort d’Aubert de Bavière n’est pas convaincante comme terminus post quem pour la version de Rome, mais on ne peut nier la concordance parfaite de cette allusion avec les autres éléments mentionnés ici, que Varvaro ignorait.

58 C’est ce que suggère en tout cas la date de composition probable du Livre IV, qui, selon Varvaro, doit être postérieure à la version de Rome : ibid., p. 14, 20-21. Varvaro, comme la plupart des critiques, pense que c’est la mort de Froissart qui interrompit la composition du Livre IV.

59 En racontant le siège d’Aiguillon en 1346, Froissart, dans la version de Rome, fait la remarque suivante : « Pardevant Agillon ot le plus biau siege qui onques, les gerres durant de France et d’Engleterre, euist [esté] fait ne tenu ens ou roiaulme de France » (Froissart. Chroniques. Dernière rédaction du Premier Livre. Édition du manuscrit de Rome…, p. 663). Sans pouvoir en tirer une certitude absolue, on doit avouer que cela semble être écrit avant les sièges d’Harfleur (1415), de Caen (1417) et de Rouen (1418-1419).

60 Sur la campagne de 1346, voir J. Sumption, The Hundred Years War, t. I : Trial by Battle, Londres, Faber, 1990, p. 500-517 ; The Battle of Crécy, 1346, p. 35-72 ; F. Neveux, La Normandie pendant la guerre de Cent Ans (XIVe-XVe siècle), Rennes, Éditions Ouest-France, 2008, p. 9-16 ; W. M. Ormrod, Edward III, New Haven – Londres, Yale University Press, 2011, p. 269-276 ; The Battle of Crécy : a Casebook, ainsi que les ouvrages plus anciens de J. Viard, La campagne de juillet-août 1346 et la bataille de Crécy, Paris, Champion, 1926, extrait de Moyen Âge, t. XXVII ; et H. Prentout, « La prise de Caen par Édouard III, 1346. Étude critique », Mémoires de l’Académie nationale des sciences, arts et belles-lettres de Caen, 1904, p. 223-295. Les sources qui sont les plus utiles pour établir les détails historiques de cet épisode sont le compte de cuisine de l’armée d’Édouard et l’itinéraire de l’armée, tous deux édités dans The Battle of Crécy : a Casebook, p. 20-27, ainsi que les Acta bellicosa, un récit officiel de l’expédition anglaise, publié dans J. Moisant, Le Prince noir en Aquitaine, 1355-1356 – 1362-1370, Paris, Picard, 1894, p. 157-174, et traduit en anglais dans The Life and Campaigns of the Black Prince from Contemporary Letters, Diaries and Chronicles. Including Chandos Herald’s Life of the Black Prince, R. Barber (éd.), Woodbridge, Boydell Press, 1979, p. 26-40.

61 Voir aussi H. Prentout, « La prise de Caen… », p. 260, n. 1.

62 J.-M. Moeglin, Les bourgeois de Calais…, p. 43 ; J.-M. Moeglin, « Froissart, le métier d’historien… », p. 462.

63 Froissart. Chroniques. Livre I. Le manuscrit d’Amiens…, t. II, p. 387 ; BNF, ms. fr. 10144, p. 320 ; Chronique de Jean Le Bel, t. II, p. 70-71.

64 En 1346, le earl de Warwick fut sénéchal d’Angleterre : voir M. Prestwich, Armies and Warfare in the Middle Ages : the English Experience, New Haven – Londres, Yale University Press, 1996, p. 172 ; J. Moisant, Le Prince noir…, p. 160.

65 F. Neveux, La Normandie pendant la guerre de Cent Ans…, p. 11. Dans la version « B » du Premier Livre, Froissart décrit l’arrivée, en 1356, d’un corps expéditionnaire anglais « ou havene de Chierebourch, qui est, ensi que Calais, une des fortes places dou monde » : Chroniques de J. Froissart, t. IV, p. 186. En parlant du début du siège de Cherbourg dans la continuation de la version « B », Froissart précise que « Chierebourcq n’estoit mies a prendre legierement » : ibid., t. IX, p. 63. Dans la version « A », les Français conclurent que « Chierebourc estoit imprenable » : Œuvres de Froissart, t. IX, p. 97.

66 H. Prentout, « La prise de Caen… », p. 278-280.

67 J.-M. Moeglin, Les bourgeois de Calais…, p. 43.

68 F. Neveux, La Normandie pendant la guerre de Cent Ans…, p. 10-12. Il est à remarquer que dans la version d’Amiens le roi saigne du visage, tandis que dans les versions abrégées, « B » et « Rome », il saigne du nez, autre indice que la version « B » est textuellement plus proche de celle de « Rome ».

69 Pour le contexte historique, voir R. Delachenal, Histoire de Charles V, Paris, Picard, 1909, t. I, p. 170-187 ; K. A. Fowler, The King’s Lieutenant. Henry of Grosmont, First Duke of Lancaster, 1310-1361, Londres, Elek, 1969, p. 147-157 ; F. Neveux, La Normandie pendant la guerre de Cent Ans…, p. 64-66 ; J. Sumption, The Hundred Years War, t. II : Trial by Fire, Londres, Faber, 1999, p. 208-210, 219-222. Un témoignage oculaire de la campagne, probablement d’un membre de l’armée du duc de Lancastre, a été transcrit dans la chronique de Robert de Avesbury : Adae Murimuth Continuatio Chronicarum. Robertus de Avesbury De gestis mirabilibus regis Edwardi tertii, E. M. Thompson (éd.), Londres, HMSO, 1889, p. 462-465.

70 Chronique de Jean Le Bel, t. II, p. 225-227 ; Froissart. Chroniques. Livre I. Le manuscrit d’Amiens…, t. III, p. 75-82, 84-85 ; BNF, ms. fr. 10144, p. 522-528, et Œuvres de Froissart, t. XVII, p. 334-338 ; Chroniques de J. Froissart, t. IV, p. 183-198.

71 Ibid., p. 185.

72 En réalité, Philippe de Navarre et Godefroy d’Harcourt restèrent en Normandie et envoyèrent comme messagers Jean, seigneur de Morbecque, et Guillaume Carbonnel, seigneur de Brévands : voir K. A. Fowler, The King’s Lieutenant…, p. 150.

73 Froissart. Chroniques. Livre I. Le manuscrit d’Amiens…, t. III, p. 79 et 84.

74 BNF, ms. fr. 10144, p. 526 : « Dont le sire de Montigny fut moult navrés, et par especial il eult ung cop parmy le roielle du genoul, dont il en fu afollé tant qu’il vesqui, et la fu il prins, et son escuier ochis, et fu le dit chevalier mené ou castiel prisonnier » (voir Œuvres de Froissart, t. XVII, p. 336) ; Chroniques de J. Froissart, t. IV, p. 198 : « Si fu li dis chevaliers pris et menés ou chastiel, et navrés parmi le jenoul, dont il demora afolés, et li escuiers mors sus le place, dont ce fu damages ».

75 S. Laîné, « Localisation hypothétique d’une bataille… » ; F. Neveux, La Normandie pendant la guerre de Cent Ans…, p. 106-108 ; L. Delisle, Fragments d’une chronique inédite relatifs aux événements militaires arrivés en Basse-Normandie de 1353 à 1389, Saint-Lô, Le Tual, 1895, p. 10 et 21 ; M. de Masson d’Autume, Cherbourg pendant la guerre de Cent Ans de 1354 à 1450, Cherbourg, Société nationale académique de Cherbourg, 1948, p. 23. J. Sumption, The Hundred Years War, t. III : Divided Houses, Londres, Faber, 2009, p. 329, donne une localisation erronée de cette bataille qui, selon lui, se serait déroulée près de Saint-Vaast-la-Hougue.

76 Œuvres de Froissart, t. IX, p. 97-98, 136-140. Ce passage a été omis dans l’édition de la Société de l’histoire de France.

77 Chroniques de J. Froissart, G. Raynaud (éd.), Paris, Renouard, 1894, t. IX, p. 95-98, 138-140.

78 Une transcription partielle de ce manuscrit peut être consultée sur le site The Online Froissart, en ligne à l’adresse suivante : http://www.hrionline.ac.uk/onlinefroissart/ [consulté le 30 septembre 2015, désormais inaccessible].

79 Dans le récit de la bataille de La Hogue dans la version « C », Froissart utilise aussi une fois la forme « Montebourch en Avalonne » : voir appendice, no 2.

80 Chronique de Jean Le Bel, t. II, p. 73.

81 Froissart. Chroniques. Livre I. Le manuscrit d’Amiens…, t. II, p. 376.

82 Chroniques de J. Froissart, t. III, p. 135 : « Et puis passerent oultre, et vinrent viers Montebourch d’Avaloigne » ; Froissart. Chroniques. Dernière rédaction du Premier Livre. Édition du manuscrit de Rome…, p. 679 : « Si passerent oultre les Englois et vinrent a Montbourch d’Avalongne ».

83 J.-M. Moeglin, Les bourgeois de Calais…, p. 41.

84 C. Taylor, Chivalry and the Ideals of Knighthood in France during the Hundred Years War, Cambridge, Cambridge University Press, 2013, p. 61-64.

85 Parmi celles-ci, il faut mentionner les Récits d’un bourgeois de Valenciennes, édités par J. B. M. C. Kervyn de Lettenhove (Louvain, Muquardt, 1877), les différentes rédactions de la Chronique de Flandre, partiellement éditées par le même érudit (Bruxelles, Hayez, 1880), et la Chronique des rois de France de Priam à 1383, inédite, dont il existe des manuscrits à Londres (British Library, Harley 4411 et Cotton Julius E VI), Paris (BNF, ms. lat. 5027) et Poitiers (BM, ms. 215).

Table des illustrations

Titre Tabl. 1 a – La chronologie selon S. Luce.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/11862/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Tabl. 1 b – La chronologie selon le baron Kervyn de Lettenhove.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/11862/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Tabl. 1 c – La chronologie selon J.-M. Moeglin.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/11862/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Tabl. 2 – Les versions auctoriale et manuscrite « A » du Premier Livre.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/11862/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Tabl. 3 – La Chronique de Jean Le Bel et la transmission de cinq versions auctoriales du Premier Livre des Chroniques de Jean Froissart.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/11862/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 290k

Auteur

Université de Liverpool

Godfried Croenen est reader en études historiques françaises au Département de langues et cultures modernes à l’université de Liverpool. Il est diplômé de Louvain et Gand et fut post-doctorant à Oxford avant d’être élu à Liverpool. Il est directeur associé du projet The Online Froissart. Ses recherches ont pour objet les chroniques de la fin du Moyen Âge et leurs liens avec les autres genres littéraires ainsi que les commanditaires, les ateliers et le marché des chroniques. Il a publié plusieurs œuvres de Froissart et des travaux sur les livres et la production de livres à la fin de la période médiévale, et prépare une édition de la version C des Livres I et II de la Chronique de Flandre.

© Presses universitaires de Caen, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search