Version classiqueVersion mobile

La guerre en Normandie (XIe-XVe siècle)

 | 
Anne Curry
, 
Véronique Gazeau

Combattants étrangers et routiers en Normandie au XIVe siècle

Philippe Charon

Résumé

L’histoire de la Normandie au XIVe siècle est sans conteste marquée par la domination de Charles, comte d’Évreux et roi de Navarre (1332-1387). Sa principauté, et plus généralement le duché normand, sont marqués par un triple phénomène : des débarquements d’armées anglaises, un régime d’occupation militaire étrangère et une infestation de routiers. Quelles ont été les circonstances et les conséquences de ces présences d’hommes d’armes étrangers, et comment le pouvoir du roi de France et celui du comte d’Évreux réagirent-ils pour s’en défendre ou, au contraire, en tirer profit ?

Texte intégral

  • 1 Coll. Dom Lenoir, vol. VII, p. 209-211 (Arch. nat., 104 Mi 7).
  • 2 S. Luce, Histoire de Bertrand Du Guesclin et de son époque. La jeunesse de Bertrand, 1320-1 (...)

1En 1387, le lieutenant du bailli de Cotentin et le vicomte de Coutances se livraient à une enquête sur des faits remontant à vingt-deux ans environ. Les témoins interrogés affirmèrent que, cette année-là, le capitaine du château de Hambye, accompagné de quatre-vingts hommes d’armes, s’empara de la place de Saint-Denis-le-Gast et fit main basse sur tous les biens qui s’y trouvaient1. Le responsable de ce pillage en règle s’appelait le bascon de Mareuil. De son vrai nom Jean de Gasnoye, c’était un Gascon originaire de Sault-de-Navailles en Béarn. Son pseudonyme lui venait du château de Mareuil, près de Nontron-en-Périgord, qu’il occupait dans les années 1350 et dont il avait fait son quartier général pour, avec des bandes de Gascons, sillonner le Limousin et vivre sur le pays de rapines et de rançons. Le pillage de Saint-Denis dans le Cotentin n’était donc pas son premier coup d’essai, et il était, aux dires de Siméon Luce, l’un des plus audacieux chefs de bandes de son temps2. Le compte rendu de l’enquête précisait qu’il était au service de Charles, comte d’Évreux et roi de Navarre, son « familier et serviteur », c’est-à-dire qu’il avait été recruté et était aux gages de ce dernier.

  • 3 J.-C. Cassard, « Anglais et Bretons dans le duché sous Jean IV », in Le monde en Bretagne, (...)
  • 4 Le compte des recettes et dépenses du roi de Navarre en France et en Normandie de 1367 à 13 (...)

2Cet épisode n’est pas un fait isolé dans le royaume de France de la seconde moitié du XIVe siècle. La Bretagne en a connu de tout à fait semblables3. La présence de combattants étrangers en Normandie4, capitaines ou non de places fortes, soulève plusieurs questions : pourquoi de tels hommes de guerre se trouvaient-ils là ? D’où venaient-ils ? Qui combattaient-ils ? Quelles incidences et quels contrecoups provoquèrent-ils ? Les réponses à ces interrogations se placeront du point de vue du titulaire de la principauté d’Évreux, Charles de Navarre, qui a dominé la vie politique française des années centrales du XIVe siècle. Elles s’articuleront autour de deux grandes thématiques : le contexte de leur présence et leurs actions militaires contre les ennemis de la principauté, d’une part, et les conséquences économiques et sociales qu’elles engendrèrent, d’autre part.

Recruter pour se défendre et combattre ses ennemis

  • 5 P. Charon, Princes et principautés au Moyen Âge. L’exemple de la principauté d’Évreux, 12 (...)
  • 6 Sur ce phénomène, il est toujours indispensable de se reporter à P. Contamine, (...)

3Si Charles de Navarre a recruté des combattants qu’il payait en retour de leur service armé, c’est en raison de l’inadaptation du service d’ost féodal à répondre aux exigences d’une armée moderne, permanente, rapidement mobilisable et prête au combat. Il a actionné les obligations vassaliques, mais il en a vite saisi l’inefficacité, dans sa principauté comme dans son royaume, à l’instar des autres princes de son temps5. Et, s’il a voulu mettre sur pied, en Normandie, une armée de combat directement opérationnelle, c’était autant pour combattre un ennemi que pour s’en protéger. En l’espèce, l’ennemi, au début de son règne, ce fut le Français, puis ce furent l’ancien allié anglais et les bandes de routiers6.

Faire face à l’ennemi français

  • 7 Sur cet épisode, intervenu à L’Aigle le 8 janvier 1354, voir R. Delachenal, (...)
  • 8 « Tous les nobles de Normandie sont passés avec moi a mort et a vie » (Œuvres de Froiss (...)
  • 9 R. Ciganda Elizondo, Navarros en Normandía en 1367-1371. Hacia el ocaso de (...)

4Charles recruta dès 1353, avant même de faire assassiner le connétable de La Cerda qui, estimait-il, lui avait pris sa place auprès du roi de France7. Il s’agissait tout autant de se préparer à la guerre que de dissuader le roi de France d’en venir à cette extrémité. Les hostilités n’éclatèrent toutefois qu’en 1356, mais, pour la principauté et la Normandie, ce fut le début de plus de vingt ans d’une présence militaire. Au lieu de recruter dans ses domaines normands, ou d’élargir à ses zones limitrophes, Charles fit le choix de recruter parmi ses sujets navarrais. Sans doute lui était-il plus facile d’enrôler de tels hommes plutôt que des Français : ils auraient eu à combattre les armées du roi de France, et on peut se demander s’ils l’auraient effectivement fait. Charles s’est certainement posé cette question en agissant de la sorte : même s’il a prétendu au début de 1354 que les Normands, tous les Normands disait-il au duc de Lancastre, étaient avec lui8, il n’était comte d’Évreux que depuis trois ans, un temps insuffisant pour s’assurer une loyauté sans faille de toute une vassalité ayant le roi de France pour suprême suzerain. C’est ainsi qu’au cours de l’année 1353 deux forts contingents arrivèrent de Navarre en Normandie9. Composés de Navarrais, ils comprenaient aussi des Guipuzcoans, vassaux du roi de Castille, et des Gascons, vassaux du roi d’Angleterre par son duché d’Aquitaine, à l’instar du bascon de Mareuil.

  • 10 P. Charon, Princes…, p. 195.
  • 11 Il s’agissait d’Évreux, Pont-Audemer, Cherbourg, Gavray, Avranches, Mortain et (...)

5Ces hommes de guerre assurèrent la défense de la principauté contre les armées de Jean II. Ils le firent à la hauteur des espérances que Charles avait eues en les recrutant. Lorsqu’il quitta, en octobre 1354, le royaume pour se rendre secrètement à Avignon, et que sa principauté tomba sous le coup d’une confiscation pour être parti en contrevenant aux ordres de Jean II10, les capitaines navarrais refusèrent de livrer leurs places. Ils ne connaissaient que « le roy de Navarre, leur seigneur, lequel les leur avoit bailliees en garde »11. Ils eurent la même attitude après son arrestation à Rouen le 5 avril 1356, et maintinrent leurs portes fermées.

  • 12 K. A. Fowler, The King’s Lieutenant. Henry of Grosmont, First Duke of Lancaster, 1310-1 (...)
  • 13 K. A. Fowler, The King’s Lieutenant…, p. 156-157 ; J. Sumption, The Hundred (...)
  • 14 B. Leroy, El cartulario del Infante Luis de Navarra del año 1361, Pampelune, Institució (...)

6Charles prisonnier, ce fut son frère Philippe de Navarre qui organisa la défense. Livré à ses propres forces, il se tourna vers les Anglais, qui lui envoyèrent un contingent sous les ordres du duc de Lancastre en échange de son alliance12. Les Anglais ainsi débarqués s’installèrent dans le Cotentin, et commandèrent même à des châteaux navarrais – Avranches, Tinchebray et Condé-sur-Noireau notamment – malgré les protestations de Philippe13. Ils formèrent avec les Navarrais ces bandes que l’on désigne habituellement sous l’appellation de bandes anglo-navarraises qui firent la guerre aux armées françaises. Philippe demanda aussi des secours à la Navarre. Le chef de l’expédition militaire que son frère Louis lui envoya ne fut autre que le bascon14.

  • 15 S. Honoré-Duvergé, « La participation navarraise à la bataille de Cocherel », Les cahie (...)
  • 16 J. Froissart, Chroniques…, S. Luce (éd.), Paris, Renouard, 1876, t. VI, p.  (...)
  • 17 Sur cette bataille, il faut toujours se reporter à R. Delachenal, Histoire de Charles V(...)

7En 1364, dans le but de faire valoir militairement ses droits à la succession du duché de Bourgogne, Charles envoya une armée en Normandie, dont il confia le commandement à Jean III de Grailly, captal de Buch15. Ce Gascon d’excellente noblesse, au service du roi d’Angleterre, mais aussi homme-lige de Charles depuis au moins 1363, aurait pu entraîner ses compatriotes, et le Prince noir autorisa, semble-t-il, ses vassaux à s’engager à titre individuel. Mais il y en eut assez peu, la diplomatie royale travaillant pour les attirer à elle, de sorte que le captal fut, aux dires de Froissart, surpris de voir des Gascons dans l’armée adverse commandée par Du Guesclin16. Au total, l’armée de guerre du captal comprenait bien peu d’hommes du Sud-Ouest, et encore moins de Navarrais. Le sort des armes, qui jusqu’à présent n’avait pas été défavorable à Charles de Navarre, se solda par une défaite le 16 mai 1364 à Cocherel17.

  • 18 Historia de España, R. Menéndez Pidal (dir.), t. XIV : España cristiana, crisis de la R (...)
  • 19 P. Tucoo-Chala, Gaston Fébus, prince des Pyrénées (1331-1391), Pau, J. & D., 1993, (...)
  • 20 K. A. Fowler, Medieval Mercenaries, vol. I, p. 99-100.
  • 21 S. Honoré-Duvergé, « La participation navarraise… » ; P. Charon, « Louis de Navarre (†  (...)
  • 22 Ibid., p. 482.

8Pour réparer ce désastre, Charles envoya son frère Louis, mais l’armée qu’il recruta ne comprenait pas de Navarrais. La situation de la péninsule, où l’Aragon et la Castille se disputaient la suprématie, lui interdisait de dégarnir son royaume menacé par cette guerre18. Aussi recruta-t-il les routiers qui avaient permis au comte de Foix de triompher de son ennemi armagnac, et avaient été ensuite licenciés19. L’armée de Louis était donc composée de ces « mercenaires » commandés par Espiote, Elie Machin, dit Petit Machin, Bertuquin, etc.20, et de quelques Gascons21. Elle arriva dans la principauté en septembre 1365, et, après avoir rétabli autant que faire se peut la situation, Louis la débanda22.

Combattre l’ancien allié anglais

  • 23 P. Charon, Princes…, p. 256.
  • 24 Voir infra, n. 62, 63 et 64.
  • 25 S. Luce, « Du Guesclin en Normandie : le siège et la prise de Valognes », Revue des que (...)
  • 26 Chronique des quatre premiers Valois (1327-1393), S. Luce (éd.), Paris, Vve de J. Renou (...)

9Avec la paix de Brétigny entre la France et l’Angleterre et celle de Calais entre Jean II et Charles de Navarre (1360), les alliés anglais devinrent les nouveaux ennemis de la principauté. Philippe de Navarre, désigné lieutenant par son frère23, s’attacha à chasser les garnisons anglaises de Normandie. Il le fit en collaboration étroite avec les Français, qui étaient maintenant les alliés des Navarrais. Les forces ainsi coalisées reprirent possession du manoir de Graffart à Barneville-Carteret, de Barfleur en terre navarraise et du fort de Telle non loin de la française Saint-Lô24. Les gens du roi de Navarre collaborèrent également avec ceux du roi de France pour faire évacuer d’autres petits forts, comme Le Molay dans le Bessin25, et, lorsque le duc de Normandie prépara une grande expédition pour reprendre au redoutable Jouel le château de Rolleboise, quelques-uns des vassaux de Charles y participèrent26.

  • 27 L. Delisle, Histoire du château et des sires de Saint-Sauveur-le-Vicomte, Valognes, Mar (...)
  • 28 Le compte…, p. 283 et 338-339.
  • 29 Chronique des quatre premiers Valois…, p. 196-107, et Le compte…, p. 223.
  • 30 R. Delachenal, Histoire de Charles V, t. III, p. 450. La ville fut prise le 2 août 1368 (...)
  • 31 Sur cet épisode, voir C. Samaran, « Pour l’histoire des grandes compagnies : le (...)

10Malgré cela, des compagnies de routiers anglais continuèrent de sillonner la Normandie. Au milieu de l’année 1366, l’une d’elles réussit à s’installer dans le fort du Homme27, en plein Clos du Cotentin. Pour les en déloger, Français et Navarrais unirent leurs efforts28. En 1368, ce fut du côté de la basse Normandie que l’alerte eut lieu : des routiers parurent au sud de Paris, menacèrent Louviers puis progressèrent vers Carentan dans le but de s’en emparer29. Ils se replièrent finalement sur Vire, en terre française30. Quelque temps plus tard, une autre bande anglaise s’établit à Château-Gontier et fit des incursions dans le sud du Mortainais31.

  • 32 D.-F. Secousse, Recueil de pièces servant de preuves aux Mémoires sur les troubles exci (...)
  • 33 Le compte…, p. 29-31, 36, 39 et 286-288.
  • 34 L. Delisle, Histoire du château…, p. 155-156.
  • 35 Le compte…, p. 36.
  • 36 Ibid., p. 427.
  • 37 T. Rymer, Foedera, conventiones, litterae, Londres, Hagae comitis apud J. Neaulme, 1740 (...)
  • 38 Ibid., p. 174-175.
  • 39 Voir L. Delisle, Histoire du château…, p. 183 et suiv., et le résumé de R. Delachenal, (...)

11Un danger plus grand, parce que permanent, venait toutefois des Anglais solidement installés dans la puissante forteresse de Saint-Sauveur, que son ancien possesseur, Godefroy de Harcourt, avait léguée dans son testament à Édouard III en 1356. Ils s’agitaient régulièrement, et leur audace les fit se présenter sous les murs de Cherbourg dans le courant de 137032 ; Charles s’y trouvait, et il fut contraint de s’entourer d’une troupe de gardes du corps, chargée aussi d’assurer la tranquillité du pays33. Les Anglais s’étaient en effet emparés du manoir de Guernetot et de la place d’Éroudeville, qu’ils avaient fortifiés à l’instar de l’abbaye de Saint-Sauveur. Ils contrôlaient désormais trois points stratégiques en plein Cotentin. Charles tenta de négocier34, et, devant l’échec des pourparlers, se décida à mettre le siège devant Éroudeville. Il fut aidé par les Français, qui redoutaient tout autant que les Navarrais une autre installation permanente d’Anglais35. Il demanda avec insistance à Édouard III de faire cesser de tels agissements : « Hatez », lui écrivait-il, « sur toute chose le remède contre ces ribauds, car vous ne pourriez croire les deshonneurs et dommages qu’il nous fons chaque jour ; et s’il n’y a remède bientôt, tout est perdu… Ce nous est un martyr d’endurer les hontes qu’il nous font »36. L’appel fut entendu, Édouard III accorda une trêve jusqu’à Pâques37, et le nouveau capitaine reçut l’ordre de faire évacuer du Cotentin les compagnies qui s’y étaient abritées et de faire abattre le manoir de Guernetot comme l’abbaye de Saint-Sauveur38. Finalement, ce fut Charles V qui parvint à déloger les Anglais de Saint-Sauveur, avec l’aide des Navarrais, au bout d’un siège qui s’acheva en juillet 137539.

Combattre les routiers bretons

  • 40 A. Plaisse, Charles le Mauvais, comte d’Évreux, roi de Navarre, capitaine de Paris, Évr (...)
  • 41 R. Delachenal, Histoire de Charles V, t. II, p. 360.
  • 42 J. de Venette, Chronique latine de Guillaume de Nangis de 1113 à 1300, avec (...)
  • 43 Il fallut lui verser 14 000 francs (Le compte…, p. 33 et 216).

12L’armée de l’ennemi français comptait dans ses rangs des Bretons, qui semblent avoir eu toute latitude, une fois la victoire assurée au profit du roi de France à Cocherel, de profiter pour leur compte de la situation acquise. Ils étaient tellement réputés pour leur brigandage que, pour désigner les excès connus par ces hommes d’armes, on employait alors le verbe « bretonner ». La seule annonce de leur approche après Cocherel suffit à déterminer les habitants de Bernay à traiter avec les gens du roi de France pour éviter de connaître le sac de leur ville40, comme cela avait été le cas à Mantes pillée par les hommes d’Olivier de Mauny41, et à Meulan, réduisant beaucoup de ses habitants à la mendicité42. Du Guesclin, après Cocherel, installa à Carentan l’auteur des pillages de Mantes, et Louis de Navarre dut financièrement composer avec lui – et non avec les agents du roi – pour l’en faire partir43.

  • 44 BNF, ms. fr. 26007, no 408.
  • 45 Sur la participation aux événements de la péninsule de ce routier dénué de scrupules, v (...)
  • 46 Tous les forts de la principauté avaient été alertés (Le compte…, p. 379).
  • 47 P. López de Ayala, Crónica del rey Pedro I, J. L. Martín (éd.), Barcelone, Planeta, 199 (...)
  • 48 Le compte…, p. 227, et L. Delisle, Histoire du château…, p. 145.
  • 49 Le compte…, p. 275-281.
  • 50 Ibid., p. 273-274 et 355.
  • 51 Ibid., p. 279.
  • 52 Ibid., p. 380.
  • 53 L. Delisle, Mandements et actes divers de Charles V (1364-1380), Paris, Imprimerie nati (...)

13Le conseil de la principauté eut aussi à faire face à des chevauchées de routiers bretons à proprement parler, sans lien donc avec les armées royales, et qui, par le fait même, ne reconnaissaient aucune autorité. En septembre 1367, on s’inquiéta auprès du duc de Bretagne de la présence de compagnies rassemblées aux confins de l’Avranchin par ce même Olivier de Mauny44, de retour d’Espagne45. Le personnage était bien connu, et sa réapparition n’était rien moins que rassurante car c’était lui qui avait fait prisonnier Charles dans son royaume en mars 136746, et Charles lui avait fait payer sa prison de Borja, en capturant quelques-uns de ses compagnons47. Même si le Breton s’abstint personnellement de toute action, le Cotentin n’échappa pas à l’attaque. Elle se produisit au milieu du mois de janvier 1368 sous la conduite d’Eustache de La Houssaye. Celui-ci s’établit le 25 janvier non loin d’Avranches, à Champeaux et à Genêts48. L’inquiétude fut très grande, et toutes les forces du Cotentin furent mobilisées49. Un conseil de guerre se réunit à Breteuil autour du bailli d’Évreux et des capitaines de Breteuil et de Conches, qui décida l’envoi du capitaine de Pacy50. Devant la menace, les Normands serrèrent les rangs : l’évêque d’Avranches se tourna du côté des Français, et se rendit à Caen pour solliciter un concours en hommes et en argent51. Le lieutenant du roi en Normandie avait déjà reçu des messagers du captal l’informant du coup de main des Bretons52. La collaboration fonctionna à plein, et Charles V ordonna de se joindre à l’armée qui était sur le pied de guerre pour en découdre avec ces Bretons indésirables53.

Conséquences sociales et économiques

14Les opérations militaires qui s’enchaînèrent, à partir de 1356, dans toute la principauté, eurent trois conséquences majeures pour les populations. Elles ne sont rien moins qu’habituelles dans ce genre de situations : développement d’un système fiscal, dérèglement de la vie quotidienne et des échanges commerciaux, et, fait original, instauration d’un régime d’occupation militaire étranger en raison même de l’origine des défenseurs de la principauté.

L’effort de guerre

  • 54 Ibid., p. 230-272 : « Deniers payés pour la garde des chateaux de monseigneur », dont l (...)
  • 55 Ibid., p. 20-21.
  • 56 Ibid., p. 25 et 223.

15Le premier poste de dépenses militaires a consisté dans le paiement des garnisons permanentes des places fortes, dont le compte de la principauté témoigne amplement54. Ces places nécessitaient par ailleurs l’entretien de leurs fortifications et, comme dans le cas précédent, la levée de subsides. Ainsi les habitants de la vicomté de Valognes durent-ils contribuer à différentes aides et impositions pendant vingt-quatre mois en 1366-1368 pour donner au fort de Valognes les défenses qui le mettraient à l’abri d’une nouvelle prise, comme celle de 136455. On assura en 1368 des réparations à la ville de Carentan « pour l’effroy qui estoit des ennemis des compagnies »56.

  • 57 Ibid., p. 42, 43.
  • 58 Ibid., p. 45-46.
  • 59 Ibid., p. 43.
  • 60 Ibid., p. 48.
  • 61 Ibid., p. 31, 33 et 38.

16Le paiement des gages des combattants recrutés pour lutter contre les routiers entraînait de même la levée de subsides. Certains portaient un nom très explicite : ainsi, quand il s’agit d’aller déloger les Bretons de Champeaux, une aide dite « des glaives » de 5 sous par feu fut instaurée dans la ville d’Orbec57 comme dans la vicomté d’Évreux et les châtellenies de Pacy et de Nonancourt58 ; elle prit le nom d’« aide d’ost », au montant plus élevé, de 15 livres par feu, lorsqu’elle touchait les nobles qui ne pouvaient pas s’équiper ou n’étaient pas prêts pour participer à l’opération59. La guerre contre les Bretons imposa même de faire des emprunts, comme ceux faits sur les bourgeois et habitants d’Évreux60. Cette affaire bretonne mobilisa au demeurant toute la principauté : une aide de 600 francs fut imposée dans la vicomté d’Avranches, 2 221 francs dans celle de Valognes et 900 francs dans celle de Carentan61.

  • 62 Il en coûta 5 000 écus pour les vicomtés de Valognes, Coutances et Carentan (...)
  • 63 Ibid., p. 41 et 301.
  • 64 Ibid., p. 237-238 et 300-301.
  • 65 Ibid., p. 319, et L. Delisle, Histoire du château…, p. j. nos 1 (...)
  • 66 Le compte…, p. 320-321 et 328.

17Le départ des garnisons anglaises après le traité de Brétigny dut parfois être acheté : ainsi pour celle de Telle, conjointement par les Français et les Navarrais62. Graffart coûta 2 000 écus à la vicomté de Carentan63, et il fallut 12 000 royaux pour Barfleur64. Les Anglais de Saint-Sauveur restèrent sourds aux dispositions pacificatrices du traité et exigèrent des rançons pour se tenir tranquilles. C’est ainsi qu’en 1368, le maître de Saint-Sauveur, John Chandos, consentit, moyennant 15 000 francs, à protéger le Clos du Cotentin65. Son successeur Hugh Stockes fut également payé en 1369 pour s’abstenir de vivre sur le pays66.

  • 67 P. Charon, Princes…, p. 522-523.

18Cet effort de guerre greva les finances de la principauté : la lutte contre les bandes de routiers s’éleva à plus de 58 000 francs entre 1367 et 1371. Avec les soldes des combattants et les frais d’entretien des places fortes, ce chiffre grimpa à plus de 136 000 francs pour la même période, pour des recettes ordinaires et extraordinaires de plus de 322 000 francs (non compris les revenus de vicomtés haut-normandes pour lesquelles les informations manquent). C’étaient donc plus de 40 % des ressources de la principauté qui étaient consacrés à sa défense67 !

Inquiétudes et désorganisation de la vie sociale

  • 68 Le compte…, p. 341.
  • 69 Ibid., p. 226.
  • 70 Ibid., p. 355.
  • 71 BNF, PO 2845, doss. Tilly, no 10.

19La principauté vécut sur un qui-vive permanent. L’information y circulait pour prévenir de l’arrivée d’un danger. Un chevaucheur fut ainsi envoyé à Nogent-le-Roi et Nonancourt en mars 1367 pour prévenir les capitaines de ces lieux que des compagnies avaient été aperçues et qu’elles semblaient se diriger vers eux, leur conseillant de faire bonne garde68. « Pour doubte d’une route de la grande compaignie » qui avait pris Vire, on mit Gavray en état d’alerte en août et septembre 136869. Un autre sujet d’inquiétude survint, au début de 1369, aux portes du comté d’Évreux, et le capitaine de Pacy tint un conseil à Bernay pour envisager les mesures à prendre si la course des routiers se rapprochait70. À partir de mars 1369, le château de Valognes reçut une livre de chandelle par semaine pour voir de nuit ceux qui rentraient, craignant un coup de main des Anglais de Saint-Sauveur71, qu’aucun traité de tranquillité ne liait plus depuis Noël 1368.

  • 72 Le compte…, p. 172.
  • 73 Ibid., p. 174.
  • 74 Ibid., p. 144. La comptabilité du trésorier relate aussi qu’avant novembre 1366 la prés (...)

20Les marchés connaissaient une activité moindre, voire nulle, comme ceux autour de Cormeilles, lorsque les Anglais, après la paix de Brétigny, regagnèrent leur pays par Honfleur : ils ne se départirent pas d’un comportement inspirant la crainte, peu propice aux déplacements72. De même, ceux de la prévôté de Breteuil, après la prise de Mantes et de Meulan, restèrent désertifiés pendant plus d’un an jusqu’à la Saint-Michel 1365, car il y eut « si grant guerre que marchans ne conversoient ne n’osoient aller par païz »73, ou encore celui d’Avranches pendant que les Bretons occupaient Champeaux et Genêts : « nul n’osast aller ne venir au marchié »74.

  • 75 Ibid., p. 349.
  • 76 Ibid., p. 350.
  • 77 Ibid., p. 385.
  • 78 Ibid., p. 149. Pareille mésaventure était arrivée au maître des œuvres en juin 1368, et (...)
  • 79 Ibid., p. 143. Les Anglais de Château-Gontier firent d’autres prisonniers qu’ils mirent (...)

21Les déplacements exposaient aux dangers des grands chemins. Le secrétaire de Charles, Jean du Tilleul, fut ainsi fait prisonnier alors qu’il venait de Navarre, et tenu en prison quelque temps à Saint-James-de-Beuvron par des gens d’armes qui empêchaient les passages75. Les négociateurs français envoyés par Charles V en septembre 1369 à Cherbourg durent prendre un bateau à partir de Carentan « pour doubte des Angloiz » de Saint-Sauveur qui contrôlaient les routes terrestres76 ; un an plus tard, la situation n’avait guère évolué favorablement, puisqu’un autre secrétaire de Charles, qui venait d’Évreux, resta immobilisé douze jours dans la même ville de Carentan ; il se résolut à prendre aussi un bateau pour se rendre à Cherbourg « parce qu’il n’osa passer pour doubte des Angloiz estans ou païz de Costentin »77. Le même secrétaire avait déjà éprouvé la déconvenue d’avoir été, un mois auparavant, détroussé par des « Angloiz robeurs » dans la forêt de Brix au retour d’une mission à Saint-Lô78. Jean du Tilleul, pour recouvrer sa liberté, dut payer une rançon, comme cet autre officier de la principauté capturé par les Anglais installés à Château-Gontier, que leur audace d’un jour avait conduits en Cotentin79.

  • 80 En septembre 1368, le captal rabaissa à cause des Anglais qui avaient pris Vire, du tie (...)
  • 81 Ibid., p. 166.

22Ce climat d’insécurité et de désorganisation, les ravages, pillages et rançons, entraînaient des baisses des revenus des fermes d’impositions. Les autorités de la principauté en réduisirent très fréquemment les montants. Le compte de Jean Climence comporte de nombreuses remises gracieuses, surtout pour le Cotentin80, mais la partie orientale, certes moins touchée par les exactions des routiers, ne fut pas épargnée, tel ce fermier de Breteuil qui bénéficia d’un rabais « pour consideration de ce que les compagnes et gens d’armes furent sur le païz d’environ, pour quoy ladicte imposition li valu peu ou neant »81.

Un régime d’occupation militaire étranger

  • 82 Œuvres de Froissart, t. XVIII, p. j. p. 500, publiée avec la date erronée de 1369.
  • 83 « et aprés aucuns traités faits entre nostre dit seigneur et ledit roy de N (...)
  • 84 Le compte…, p. 34 et 41.
  • 85 R. Ciganda Elizondo, Navarros en Normandía en 1367-1371…, p. 302.
  • 86 Ibid.

23Les ennemis de la principauté, Bretons et Anglais, n’étaient pas les seuls à être à l’origine d’un climat social dégradé. Les Navarrais se sont également comportés comme les routiers qu’ils ont combattus. Leur origine étrangère participait de la crainte qu’ils inspiraient. Ainsi, le négociateur envoyé par Jean II en juillet 1355 auprès de Charles avait demandé un sauf-conduit « pour cause desdites gens estrangés »82 pour se prémunir de leurs écarts de conduite. L’enquête de 1387 sur les agissements du bascon de Mareuil illustre aussi le comportement de tels routiers, recrutés par Charles, qui, à l’instar de ce dernier, ont exercé leurs rapines au sein même de la principauté. Le bascon s’en serait pris à l’écuyer Henri de Saint-Denis pour avoir abandonné la cause de son suzerain ; du moins est-ce l’argument avancé par la victime pour obtenir de continuer de percevoir la rente que Charles lui avait abandonnée et compenser les dommages subis : le motif de représailles en réponse à la désertion est donc douteux. Mareuil dut en fait agir comme le routier sans scrupule qu’il était83 : vivre sur le pays, qu’il fût ou non payé de ses gages. Il y a d’autres exemples de telles inconduites. Le capitaine navarrais de Saint-Sever, Lope de San Julian, occupait un fort en terre française, et « faisoit guerre ». Il fut payé en 1363 pour « garder espargnier le païz de mons. et tenir paisible »84. Lorsqu’un certain Martín Chipía fut, en août 1367, récompensé de ses bons et loyaux services, l’acte de don précisait qu’il avait servi dans la garnison de Cherbourg « par lonc temps […] en bonne conversation senz prendre et senz meffaire sur le païz de monseigneur »85. Si cette précision était donnée, à dessein, c’est probablement que la conduite du bénéficiaire devait être, à l’inverse de ses compagnons d’armes, irréprochable. Le captal jugea prudent de récompenser la participation des hommes qui, sous le connétable d’Avranches Eneco Ruiz de Aibar, étaient allés combattre les Bretons de Champeaux et Genêts, « affin que il n’eussent cause de meffaire sur le païz »86.

  • 87 P. Charon, Princes…, p. 328.
  • 88 Chronique normande du XIVe siècle, A. et É. Molinier (éd.), Paris, Renouard (...)
  • 89 P. Charon, Princes…, p. 518.

24Les Gascons, arrivés dans la principauté avec le captal, passèrent ouvertement à la dissidence une fois la guerre reprise contre les Anglais dans le duché d’Aquitaine. N’en étaient-ils pas les vassaux ? Le captal avait lui-même rejoint le Prince noir, et les capitaines gascons laissés derrière lui à Conches et Breteuil entrèrent en guerre ouverte contre le roi de France. Ils ne reconnurent point le service qu’ils devaient à Charles. Ce dernier se présenta en personne devant Conches pour en obtenir la reddition, sans succès87. Ce fut Du Guesclin qui s’en empara l’année suivante, et il garda la place pour le roi de France. La garnison de Breteuil se montra plus « conciliante » et son capitaine accepta de tenir son château sans faire guerre tant que son maître ne la ferait pas non plus88. Cette dissidence n’était pas le propre des Gascons. Le Picard au service de Charles, le Moine de Polhay, s’était rendu de sa propre initiative maître du fort français de Thury, et y avait reçu des Anglais. Charles se déplaça également en personne en avril 1371, et parvint à faire déloger son capitaine… Mais il faut dire que ce dernier obtenait pour lui la somme substantielle de 14 000 francs, et, pour les Anglais, l’assurance de pouvoir se replier en toute sûreté sur Saint-Sauveur ou Bécherel89.

  • 90 P. Charon, « Relations entre les cours de France et de Navarre en 1376-1377 », Biblioth (...)
  • 91 R. Ciganda Elizondo, Navarros en Normandía en 1367-1371…, p. 303.

25C’est donc un régime d’occupation militaire étranger que connut la principauté. On ne pouvait pas s’attendre à un comportement exemplaire de la part de ceux que l’historien Kenneth Fowler désigne sous le nom de « mercenaires », fussent-ils soldés. Ils étaient certes des spécialistes de la guerre, mais ils recherchaient aussi leurs intérêts propres. Cette situation fut dénoncée par les Français qui la subissaient tout autant que les sujets de Charles, lors de négociations qui eurent lieu en 1377 entre les conseils des rois de France et de Navarre90. Fut mis au rang des griefs le fait que les hommes de guerre navarrais, perçus pour ce qu’ils étaient, des étrangers à la langue incompréhensible, n’hésitaient pas à réquisitionner, sans les payer, des équipements de la vie courante, tels que couettes, draps et couvertures, comme ils s’emparaient des ustensiles et provisions propres à venir alimenter les magasins de leurs forts. Ils faisaient, en résumé, « moult de grands malefices contre le roy et sur ses subgiez »91.

  • 92 R. Delachenal, Histoire de Charles V, t. I, n. 4 (p. 105).
  • 93 Sur le soutien (et l’absence de soutien) à Charles des nobles de sa principauté, voir P (...)
  • 94 Ibid., p. 783-785 : liste des capitaines des places fortes de la principauté, et les no (...)
  • 95 Ibid., p. 662-663.

26Cet état de fait contribua à creuser un fossé entre Charles et ses sujets normands. Lorsqu’il débarqua en juillet 1355 à Cherbourg avec une armée navarraise, les principaux seigneurs de Normandie, et parmi eux des nobles de la principauté, se trouvaient aux côtés du lieutenant de Jean II, prêts à entamer les hostilités contre leur suzerain92. S’ils revinrent un temps à Charles, ce fut pour mieux le quitter, définitivement, après 1360, année de la réconciliation avec le roi de France93. Quand on dresse la liste des capitaines des places fortes de la principauté pour 137894, année de sa conquête par Charles V, on trouve assez peu de nobles normands, et ceux qui y commandaient n’étaient pas de haut lignage, à même d’entraîner derrière eux leurs propres clientèles. Ils commandaient à cinq châteaux : Orbec, Valognes, Pacy, Condé-sur-Noireau et Bienfaite. Les places stratégiques avaient, elles, des capitaines navarrais à Avranches, Carentan, Cherbourg, Gavray, Mortain, Regnéville, Évreux et Pont-Audemer. Ce furent celles de Mortain, Gavray et Pont-Audemer qui montrèrent la plus longue résistance aux troupes françaises d’invasion en 137895. Courageux et fidèles Navarrais !

Conclusion

27Charles de Navarre, pour s’imposer face aux rois de France, a opté pour une stratégie militaire qui a consisté à faire venir dans sa principauté normande des combattants étrangers soldés et à leur faire tenir garnison dans des places qu’il a fait fortifier. De ce point de vue, il a su appréhender, avec un sens singulier d’une modernité précoce, les nouvelles conditions d’exercice de la guerre et du recrutement des armées. Le système qu’il instaura, tout moderne fût-il, devint toutefois contre-productif, car les nobles normands en furent exclus ; cette exclusion explique la conquête rapide de 1378, en deux mois à peine. Il a de plus entraîné une désolidarisation des populations locales, lasses de devoir contribuer aux charges militaires et subir les exactions de leurs occupants mais aussi celles des compagnies de routiers, qui ajoutaient à la désorganisation de la vie économique et sociale. L’expérience navarraise en Normandie illustre donc les limites d’une occupation militaire, telle que la connut le duché normand à différents moments de son histoire.

Notes

1 Coll. Dom Lenoir, vol. VII, p. 209-211 (Arch. nat., 104 Mi 7).

2 S. Luce, Histoire de Bertrand Du Guesclin et de son époque. La jeunesse de Bertrand, 1320-1364, Paris, Hachette, 1876, p. 276-277.

3 J.-C. Cassard, « Anglais et Bretons dans le duché sous Jean IV », in Le monde en Bretagne, la Bretagne dans le monde. Voyages, échanges et migrations (Actes de la journée d’études du Centre de recherche bretonne et celtique / université de Bretagne occidentale, 20 janvier 2006), E. Carrillo-Blouin (coord.), Brest, Centre de recherche bretonne et celtique – Université de Bretagne occidentale, 2006, p. 21-42.

4 Le compte des recettes et dépenses du roi de Navarre en France et en Normandie de 1367 à 1370, E. Izarn (éd.), Paris, Picard, 1885, passim.

5 P. Charon, Princes et principautés au Moyen Âge. L’exemple de la principauté d’Évreux, 1298-1412, Paris, École des chartes (Mémoires et documents ; 93), 2014, p. 476-477 ; J. A. Fernández de Larrea Rojas, Guerra y sociedad en Navarra durante la Edad Media, Bilbao, Universidad del País Vasco, 1992, p. 37-43.

6 Sur ce phénomène, il est toujours indispensable de se reporter à P. Contamine, « Les compagnies d’aventure en France pendant la guerre de Cent Ans », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, Temps modernes, t. LXXXVII, 1975, p. 365-396. Voir aussi K. A. Fowler, Medieval Mercenaries, vol. I : The Great Companies, Oxford – Malden (Mass.), Blackwell, 2001, et Routiers et mercenaires pendant la guerre de Cent Ans. Hommage à Jonathan Sumption (Actes du colloque de Berbiguières, 13-14 septembre 2013), G. Pépin, F. Lainé et F. Boutoulle (dir.), Bordeaux, Ausonius (Scriptoria mediævalia ; 28), 2016.

7 Sur cet épisode, intervenu à L’Aigle le 8 janvier 1354, voir R. Delachenal, Histoire de Charles V, Paris, Picard, 1909, t. I, p. 82-84, et F. Autrand, Charles V, Paris, Fayard, 1994, p. 122-128.

8 « Tous les nobles de Normandie sont passés avec moi a mort et a vie » (Œuvres de Froissart, J. Kervyn de Lettenhove [éd.], Bruxelles, Devaux, 1874, t. XVIII, p. j. no 82, p. 356).

9 R. Ciganda Elizondo, Navarros en Normandía en 1367-1371. Hacia el ocaso de Carlos II en Francia, Pampelune, EUNSA, 2006, p. 174-175 ; J. A. Fernández de Larrea Rojas, Guerra y sociedad…, p. 61-63.

10 P. Charon, Princes…, p. 195.

11 Il s’agissait d’Évreux, Pont-Audemer, Cherbourg, Gavray, Avranches, Mortain et Carentan. Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, R. Delachenal (éd.), Paris, Laurens, 1910, t. I, p. 47.

12 K. A. Fowler, The King’s Lieutenant. Henry of Grosmont, First Duke of Lancaster, 1310-1361, Londres, Elek, 1969, p. 151-152 ; J. Sumption, The Hundred Years War, t. II : Trial by Fire, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1999, p. 219-222.

13 K. A. Fowler, The King’s Lieutenant…, p. 156-157 ; J. Sumption, The Hundred Years War, t. II, p. 276.

14 B. Leroy, El cartulario del Infante Luis de Navarra del año 1361, Pampelune, Institución Príncipe de Viana, 1981, no 114. Sur ce personnage, voir P. Charon, Princes…, dictionnaire Normannia Navarrensis, notice no 269.

15 S. Honoré-Duvergé, « La participation navarraise à la bataille de Cocherel », Les cahiers vernonnais, t. IV, 1964, p. 99-102.

16 J. Froissart, Chroniques…, S. Luce (éd.), Paris, Renouard, 1876, t. VI, p. 105-108 et 292-293.

17 Sur cette bataille, il faut toujours se reporter à R. Delachenal, Histoire de Charles V, t. II, p. 27-64.

18 Historia de España, R. Menéndez Pidal (dir.), t. XIV : España cristiana, crisis de la Reconquista, luchas civiles : Pedro I, Enrique II, Juan I y Enrique III de Castilla, 1350-1406, Madrid, Espasa-Calpe, 1987, 4e éd., p. 232.

19 P. Tucoo-Chala, Gaston Fébus, prince des Pyrénées (1331-1391), Pau, J. & D., 1993, p. 95-107.

20 K. A. Fowler, Medieval Mercenaries, vol. I, p. 99-100.

21 S. Honoré-Duvergé, « La participation navarraise… » ; P. Charon, « Louis de Navarre († 1376). Un prince cadet entre solidarité familiale et ambition personnelle », Bibliothèque de l’École des chartes, t. CLXIX, 2011, p. 480.

22 Ibid., p. 482.

23 P. Charon, Princes…, p. 256.

24 Voir infra, n. 62, 63 et 64.

25 S. Luce, « Du Guesclin en Normandie : le siège et la prise de Valognes », Revue des questions historiques, t. LIII, 1893, p. 414-415. Les terres navarraises payèrent une aide à cette occasion en janvier et février 1364 (Le compte…, p. 34, 41 et 407), et des hommes d’armes et archers de Valognes et de Carentan participèrent au siège (ibid., p. 283).

26 Chronique des quatre premiers Valois (1327-1393), S. Luce (éd.), Paris, Vve de J. Renouard, 1862, p. 135-139.

27 L. Delisle, Histoire du château et des sires de Saint-Sauveur-le-Vicomte, Valognes, Martin, 1867, p. 140-143.

28 Le compte…, p. 283 et 338-339.

29 Chronique des quatre premiers Valois…, p. 196-107, et Le compte…, p. 223.

30 R. Delachenal, Histoire de Charles V, t. III, p. 450. La ville fut prise le 2 août 1368, et les Anglais en furent délogés après la fête de Notre-Dame en septembre (Le compte…, p. 174).

31 Sur cet épisode, voir C. Samaran, « Pour l’histoire des grandes compagnies : le “vuidement” de Château-Gontier par les Anglais (1369) », in Mélanges d’histoire du Moyen Âge dédiés à la mémoire de Louis Halphen, Paris, Presses universitaires de France, 1951, p. 641-644.

32 D.-F. Secousse, Recueil de pièces servant de preuves aux Mémoires sur les troubles excités en France par Charles II dit le Mauvais, roi de Navarre et comte d’Évreux, Paris, Durand, 1755, p. 428.

33 Le compte…, p. 29-31, 36, 39 et 286-288.

34 L. Delisle, Histoire du château…, p. 155-156.

35 Le compte…, p. 36.

36 Ibid., p. 427.

37 T. Rymer, Foedera, conventiones, litterae, Londres, Hagae comitis apud J. Neaulme, 1740, t. III, 2e partie, p. 175.

38 Ibid., p. 174-175.

39 Voir L. Delisle, Histoire du château…, p. 183 et suiv., et le résumé de R. Delachenal, Histoire de Charles V, t. V, p. 520-530.

40 A. Plaisse, Charles le Mauvais, comte d’Évreux, roi de Navarre, capitaine de Paris, Évreux, Société libre de l’Eure, 1972, p. 32.

41 R. Delachenal, Histoire de Charles V, t. II, p. 360.

42 J. de Venette, Chronique latine de Guillaume de Nangis de 1113 à 1300, avec les continuations de cette chronique de 1300 à 1368, H. Géraud (éd.), Paris, Renouard, 1843, t. II, p. 336-337.

43 Il fallut lui verser 14 000 francs (Le compte…, p. 33 et 216).

44 BNF, ms. fr. 26007, no 408.

45 Sur la participation aux événements de la péninsule de ce routier dénué de scrupules, voir K. A. Fowler, Medieval Mercenaries, vol. I, p. 272-274.

46 Tous les forts de la principauté avaient été alertés (Le compte…, p. 379).

47 P. López de Ayala, Crónica del rey Pedro I, J. L. Martín (éd.), Barcelone, Planeta, 1991, p. 359-360.

48 Le compte…, p. 227, et L. Delisle, Histoire du château…, p. 145.

49 Le compte…, p. 275-281.

50 Ibid., p. 273-274 et 355.

51 Ibid., p. 279.

52 Ibid., p. 380.

53 L. Delisle, Mandements et actes divers de Charles V (1364-1380), Paris, Imprimerie nationale (Collection de documents inédits sur l’histoire de France. 1re série : histoire politique), 1874, no 432 (acte du 13 février 1368). Les gages des hommes d’armes français furent notamment payés par l’argent remis par le vicomte navarrais de Coutances à son homologue français (Le compte…, p. 280).

54 Ibid., p. 230-272 : « Deniers payés pour la garde des chateaux de monseigneur », dont les recettes figurent au début de compte, dans les articles du chapitre « Aides ou taillees », dont le commencement manque (p. 18-45).

55 Ibid., p. 20-21.

56 Ibid., p. 25 et 223.

57 Ibid., p. 42, 43.

58 Ibid., p. 45-46.

59 Ibid., p. 43.

60 Ibid., p. 48.

61 Ibid., p. 31, 33 et 38.

62 Il en coûta 5 000 écus pour les vicomtés de Valognes, Coutances et Carentan (ibid., p. 215).

63 Ibid., p. 41 et 301.

64 Ibid., p. 237-238 et 300-301.

65 Ibid., p. 319, et L. Delisle, Histoire du château…, p. j. nos 110 et 111.

66 Le compte…, p. 320-321 et 328.

67 P. Charon, Princes…, p. 522-523.

68 Le compte…, p. 341.

69 Ibid., p. 226.

70 Ibid., p. 355.

71 BNF, PO 2845, doss. Tilly, no 10.

72 Le compte…, p. 172.

73 Ibid., p. 174.

74 Ibid., p. 144. La comptabilité du trésorier relate aussi qu’avant novembre 1366 la présence d’un certain Pierre d’Izieux, dont on ne sait rien par ailleurs, et d’autres, inspira tant de crainte que « les bonnes gens marchans ne autre du païz n’osoient aler converser ne venir aus marchés » (ibid., p. 173-174).

75 Ibid., p. 349.

76 Ibid., p. 350.

77 Ibid., p. 385.

78 Ibid., p. 149. Pareille mésaventure était arrivée au maître des œuvres en juin 1368, et les Anglais lui dérobèrent son or entre Gavray et Fougères (ibid., p. 348).

79 Ibid., p. 143. Les Anglais de Château-Gontier firent d’autres prisonniers qu’ils mirent aussi à rançon (ibid., p. 145, 146 et 150, 219 et 357).

80 En septembre 1368, le captal rabaissa à cause des Anglais qui avaient pris Vire, du tiers les montants auxquels furent adjugées les fermes des impositions de sergenteries du comté de Mortain (ibid., p. 135, 136, 137 et 174). Des remises comparables furent octroyées à différents fermiers à la suite de l’occupation de Champeaux et Genêts par les Bretons (ibid., p. 137, 138-139 et 143, 144). De même, les fermiers du treizième des vins de Mortain bénéficièrent d’une remise à cause de l’insécurité que faisaient régner les gens d’armes (Anglais et Navarrais) de Tinchebray et de Thury (ibid., p. 152).

81 Ibid., p. 166.

82 Œuvres de Froissart, t. XVIII, p. j. p. 500, publiée avec la date erronée de 1369.

83 « et aprés aucuns traités faits entre nostre dit seigneur et ledit roy de Navarre, et temps de bonne paix, le bascon de Mareul, familier et serviteur dudit roy de Navarre, print le fort de Saint Denis, et, en vengence de ce qu’il [Henri de Saint-Denis] avoit tenu et tenoit nostre partie, ou autrement, par force et contre le traité de paix, detruit et emporta les biens dudit chasteau », référence citée en n. 1.

84 Le compte…, p. 34 et 41.

85 R. Ciganda Elizondo, Navarros en Normandía en 1367-1371…, p. 302.

86 Ibid.

87 P. Charon, Princes…, p. 328.

88 Chronique normande du XIVe siècle, A. et É. Molinier (éd.), Paris, Renouard, 1882, p. 201.

89 P. Charon, Princes…, p. 518.

90 P. Charon, « Relations entre les cours de France et de Navarre en 1376-1377 », Bibliothèque de l’École des chartes, t. CL, 1992, p. 85-108.

91 R. Ciganda Elizondo, Navarros en Normandía en 1367-1371…, p. 303.

92 R. Delachenal, Histoire de Charles V, t. I, n. 4 (p. 105).

93 Sur le soutien (et l’absence de soutien) à Charles des nobles de sa principauté, voir P. Charon, Princes…, p. 354-372.

94 Ibid., p. 783-785 : liste des capitaines des places fortes de la principauté, et les notices biographiques correspondantes dans le dictionnaire Normannia Navarrensis, p. 787 et suiv.

95 Ibid., p. 662-663.

Auteur

Archives départementales de Loire-Atlantique

Philippe Charon, archiviste paléographe et diplômé de l’Institut national du patrimoine, est directeur des archives départementales de Loire-Atlantique. Docteur en histoire médiévale avec une thèse soutenue en 2006 à l’université Paris I – Panthéon-Sorbonne (Princes et principautés au Moyen Âge. L’exemple de la principauté d’Évreux, 1298-1412, publiée dans la collection « Mémoires et documents de l’École des chartes » en 2014), il a consacré l’ensemble de ses recherches à la Maison d’Évreux-Navarre au XIVe siècle, et à son principal représentant Charles (1332-1387), dont il a rédigé la première biographie scientifique dans le cadre d’une HDR obtenue en 2015.

© Presses universitaires de Caen, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search