Version classiqueVersion mobile

La guerre en Normandie (XIe-XVe siècle)

 | 
Anne Curry
, 
Véronique Gazeau

Relire et comprendre Godefroy d’Harcourt, un noble normand au début de la guerre de Cent Ans1

Quentin Auvray

Résumé

Une double tradition historiographique a fait de Godefroy d’Harcourt, fils cadet de l’importante famille des Harcourt et seigneur de Saint-Sauveur-le-Vicomte, un homme aux fidélités fluctuantes et un héros normand. La relecture des sources tend à le montrer comme un noble attaché à ses droits et prêt à les défendre par tous les moyens. Se tournant vers le roi d’Angleterre car s’estimant lésé par la justice du roi de France, il s’appuie sur un réseau de clients normands qui, le cas échéant, le soutiennent par les armes dans la défense de ses intérêts locaux. Si les troubles et les nombreux faits d’armes dont il est accusé ne peuvent être niés, ceux-ci doivent être relus à la lumière de ses intérêts personnels, bien loin, à l’origine, du conflit franco-anglais.

Texte intégral

  • 1 Cette contribution synthétise un mémoire de master 2 réalisé à l’université de Caen Norma (...)

1Du personnage Godefroy d’Harcourt, cadet de la noblesse normande né au début du XIVe siècle et mort sur les bords de la Vire en combattant une compagnie royale menée par Robert de Clermont en novembre 1356, on peut à la fois dire tout et son contraire. Son ambiguïté, ainsi que le caractère relativement exceptionnel de son parcours, en font un protagoniste important des débuts de la guerre de Cent Ans, lui qui tour à tour appartint à l’ost du roi de France et chevaucha aux côtés de celui d’Angleterre.

  • 2 La seigneurie étant érigée en comté en mars 1339, Arch. nat., JJ 71, fol. 144 vo, no 205.
  • 3 On sait très peu de choses sur les ascendants maternels de Godefroy d’Harcourt. Godefroi (...)
  • 4 L. Delisle, « Preuves », in Histoire du château et des sires de Saint-Sauveur-le-Vicomte, V (...)

2Godefroy d’Harcourt est le troisième fils de Jean III, seigneur d’Harcourt2, un des plus puissants nobles normands de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècle, maréchal et amiral de France, et d’Alix, petite-fille du duc de Brabant3. Godefroy est ainsi membre d’une très ancienne famille de Normandie. À la mort de son père en 1326, c’est son aîné Jean qui hérite de la terre de Harcourt, dans la région de Rouen. Godefroy est, lui, seigneur de Saint-Sauveur-le-Vicomte, dans le Cotentin, terre que lui a transmise le second de la fratrie Harcourt, Louis, avant 13354.

3Au début de la guerre de Cent Ans, Godefroy d’Harcourt sert dans l’armée de Philippe VI lors de la première campagne de ce dernier en Flandre, où Édouard III a débarqué au printemps 1339. Le service de Godefroy prend fin après l’opposition avortée de Buironfosse (20 octobre 1339), et il est renvoyé à Saint-Sauveur-le-Vicomte. Une querelle matrimoniale impliquant une jeune héritière (Jeannette Bacon) et une famille concurrente voisine (les Bertran) prend alors des proportions démesurées. Appelé à comparaître pour lèse-majesté, il quitte le duché de Normandie, puis le royaume de France, et gagne celui d’Angleterre, où il propose ses services au roi Édouard III. La chronologie est ensuite bien connue : Godefroy débarque à ses côtés à Saint-Vaast-la-Hougue le 12 juillet 1346, et ravage avec lui la Normandie lors de la chevauchée menant à la bataille de Crécy, puis se concluant par le siège de Poitiers. Godefroy est dans le camp victorieux le 26 août 1346, assiste à l’apothéose de l’archerie anglaise, mais y perd son frère aîné Jean IV d’Harcourt et son neveu le comte d’Aumale, combattant tous les deux dans les rangs français.

  • 5 Arch. nat., JJ 68, fol. 78 vo.
  • 6 L. Delisle, « Preuves », p. 113-114.

4Il quitte les rangs de l’armée d’Édouard III avant la fin de l’année 1346, et fait amende honorable auprès du roi de France pour obtenir la rémission de ses méfaits5. Il est alors rapidement nommé en juin ou juillet 1347 « capitaine souverain de par le roi dans la partie du bailliage de Rouen située au sud de la Seine et dans tout le bailliage de Caen »6. Il est donc chargé de défendre la région qu’il a contribué à dévaster un an plus tôt et se trouve, pour un temps, fidèle du roi de France.

  • 7 Épisode sur lequel revient plus précisément J. Le Patourel dans « Edward III and th (...)
  • 8 Calendar of the Patent Rolls Preserved in the Public Record Office, vol. X : Edward III, 13 (...)

5C’est alors que la noblesse normande est de plus en plus largement considérée comme une menace par le roi de France Jean II que Godefroy d’Harcourt se retrouve de nouveau aux prises avec la justice royale quand, en 1354, il est accusé d’avoir dévasté les terres d’un de ses voisins, Nicholas de Chiffrevast. Épousant la cause de Charles de Navarre, il refuse de prêter serment de fidélité au fils de Jean II et nouveau duc de Normandie, Charles, en janvier 1356. En avril 1356, l’exécution sordide du comte Jean V d’Harcourt, neveu de Godefroy, et l’arrestation de Charles de Navarre par le roi Jean enterrent le fragile équilibre régnant en Normandie7. Godefroy d’Harcourt s’accorde avec Philippe de Navarre pour reconnaître l’autorité et la souveraineté d’Édouard III, et c’est en combattant le futur maréchal de Normandie, Robert de Clermont, que Godefroy perd la vie au gué Saint-Clément, sur la Vire. Son testament fait d’Édouard III son unique successeur8.

  • 9 E. Déprez, « La double trahison de Godefroi de Harcourt (1346-1347) », Revue historique, t. (...)
  • 10 L. Delisle, Histoire du château…, p. 49.
  • 11 E. Meyer, Charles II, roi de Navarre, comte d’Évreux, et la Normandie au XIVe siècle, Paris (...)
  • 12 J. Mabire, Godefroy de Harcourt, seigneur normand, Paris, Éditions du Lore, 2007 [nouv. éd. (...)
  • 13 J. Favier, La guerre de Cent Ans, Paris, Fayard, 1980, p. 104 ; The Battle of Crécy(...)

6Il a à la fois été écrit de celui que Jean Froissart surnommait « le Boiteux » en raison d’une infirmité, qu’il fut un « double traître » selon Eugène Déprez9, un « homme étrange »10 aux dires de Léopold Delisle, un « révolté »11 aux yeux d’Edmond Meyer, avant que les jugements n’évoluent vers une forme d’admiration à l’occasion des commémorations du six-centième anniversaire de sa mort, en 1956. Une historiographie majoritairement normande, résolument d’extrême-droite, s’empare alors de la figure pour en faire un régionaliste convaincu, récupération pouvant même aller vers des comparaisons fantasmées et douteuses : c’est le cas de la biographie que lui consacre Jean Mabire en 198012. Mais depuis cette date, la plupart des historiens (de Jean Favier dans sa somme concernant la guerre de Cent Ans à Andrew Ayton13) ont justement écarté les thèses du traître et du héros résistant, conscients qu’une lecture sélective des informations fournies par les sources permet de soutenir l’une ou l’autre de ces thèses.

7La production historiographique des vingt dernières années considère ce constat comme acquis, faisant de Godefroy un sujet moins polémique. La conséquence principale en est un intérêt bien moindre pour le personnage. Relire le parcours de ce cadet de la noblesse normande à la lumière de ses intérêts personnels et locaux peut être matière à une réflexion stimulante sur les liens entre guerre et société normande dans la première partie du XIVe siècle. Quelles furent les motivations de Godefroy d’Harcourt qui le menèrent à s’opposer au roi de France ? Comment considérait-il son rôle dans la guerre de Cent Ans ? Comment Godefroy faisait-il la guerre ? Et enfin, dans une société normande en temps de guerre, quelle fut sa place ? Autant de questions auxquelles je voudrais tenter d’apporter des réponses en trois temps. D’abord en revenant sur les motivations de Godefroy, entre féodalité et intérêts régionaux, puis en m’interrogeant sur sa pratique de la guerre en Normandie, et enfin sur sa place au sein d’une société en guerre.

Godefroy d’Harcourt : entre féodalité et intérêts régionaux

8Si les actions de Godefroy d’Harcourt ont été analysées dans leur impact sur les premiers déroulements de la guerre, il faut toutefois noter qu’elles sont motivées, d’une part, par des intérêts purement régionaux, voire très localisés, et, d’autre part, par des principes liés à la féodalité, où les ambitions personnelles jouent un rôle important.

Le respect de coutumes féodales : la vassalité et la guerre privée

  • 14 Arch. nat., J 210, nos 4 et 7.
  • 15 Dom Le Noir, Preuves généalogiques et historiques de la Maison de Harcourt, Paris, Cham (...)

9Godefroy d’Harcourt est membre d’une famille depuis longtemps fidèle au roi de France. Lui-même est, dans les premières années de la guerre, un bon vassal au service de la cause de Philippe VI. En 1339, il appose son sceau à la promesse faite par la noblesse normande de fournir au roi 4 000 hommes d’armes et 20 000 hommes de pied14, dans le cadre du grand plan d’invasion de l’Angleterre, projet qui sombre au large de l’Écluse l’année suivante. Ce n’est que quelques années plus tard qu’il aurait trahi la cause du roi de France pour embrasser celle du roi d’Angleterre, traversant la Manche pour se faire le vassal d’un nouveau seigneur15. L’historiographie héritée du XIXe siècle a, me semble-t-il, trop considéré le parcours de Godefroy à la lumière des enjeux contemporains concernant la Nation, à laquelle le noble normand aurait été un « traître » avant l’heure. Un retour sur la chronologie des événements permet de saisir à la fois le comportement résolument féodal de Godefroy d’Harcourt et d’affiner, par la suite, l’accusation de trahison.

  • 16 Dans le Bessin, à l’ouest de Caen.
  • 17 Les grandes chroniques de France, J. Viard (éd.), Paris, Champion, 1937, t. IX, p. 236.
  • 18 L. Delisle, « Preuves », p. 87.

10De retour de Flandre, à la fin de 1339 ou au début de l’année 1340, Godefroy cherche à se marier. Soutenu par son frère, Jean IV, il jette son dévolu sur une riche héritière locale, Jeannette Bacon, fille unique de feu Roger Bacon, seigneur du Molay16. Godefroy dispute la main de cette dernière à Guillemet Bertran, deuxième fils du seigneur de Bricquebec et maréchal de France, Robert Bertran17. Cette dispute matrimoniale entre deux familles importantes du Cotentin manque à plusieurs reprises de dégénérer, et Philippe VI se résout à leur interdire formellement le recours à la guerre privée en 134118.

  • 19 Arch. nat., X 1a 10, fol. 12 vo.

11Ce n’est que partie remise : en 1343, alors que Jeannette Bacon a finalement choisi d’épouser Guillemet, Godefroy d’Harcourt mène un assaut dévastateur sur les terres de Guillaume Bertran, évêque de Bayeux et frère de Robert. Il passe donc outre l’interdiction royale et revendique le droit de recourir à la guerre privée pour le règlement d’un conflit du même ordre. Cependant, cette voie de règlement du conflit s’oppose aux progrès de la monarchie valoise qui cherche à mettre fin à ces comportements, réel gaspillage de force en temps de guerre. Pour appuyer son interdiction d’un tel règlement par les armes, le roi de France avait placé Guillaume Bertran sous sa sauvegarde spéciale19. La guerre privée est au cœur du décalage entre le roi, qui considère cette coutume comme à proscrire, et la frange de la noblesse normande incarnée par Godefroy d’Harcourt, qui n’entend pas renoncer à un droit qui avait été une des revendications de la ligue des barons en 1314.

  • 20 Ibid.
  • 21 BNF, ms. fr. 5333, fol. 69 ro.
  • 22 L. Delisle, « Preuves », p. 87.

12L’interdiction de la guerre privée posait un certain nombre de difficultés, en particulier la popularité de cette coutume au sein de la noblesse normande. En temps de paix, s’attaquer à cette prérogative pouvait être un motif de contestation au sein de cette noblesse. Aussi le pouvoir royal s’efforçait-il de la prohiber en temps de guerre, quand elle menaçait directement les forces vives du royaume : il est en effet reproché particulièrement à Godefroy d’Harcourt d’« avoit chevauchié en armes, durantes noz guerres et de nostre chier filz le duc de Normandi »20. Dès 1337, une ordonnance de l’Échiquier de Normandie interdisait explicitement cet usage féodal21. En 1341, le roi sommait les comtes Bertran et Harcourt de se faire la paix, « pour cause de nos guerrez, qui sont si prestes et prochaines comme chascun scet »22. Mais la répétition des injonctions à l’arrêt de la guerre privée témoigne de la difficulté de mettre fin à cette pratique.

Des intérêts géographiquement localisés

  • 23 Ibid., p. 105.
  • 24 Ibid. ; Arch. nat., JJ 75, fol. 269.

13On le voit, ce qui se joue ici est un conflit d’ordre matrimonial circonscrit au Cotentin, entre deux familles normandes fidèles au roi de France : on est bien loin des enjeux de la guerre. La réaction de la justice royale est exemplaire : sous l’accusation de « lèse-majesté »23, Godefroy et ses acolytes ayant fait fi des panneaux royaux stipulant la sauvegarde spéciale sous laquelle était placé Guillaume Bertran, trois seigneurs inculpés sont exécutés : Jean Tesson, Guillaume Bacon et Richard de Percy. Godefroy lui-même s’est exilé en Brabant, chez son cousin le duc Jean, et attend pendant des mois un pardon royal qui ne vient pas. Jugé contumax, condamné pour « lèse-majesté », ses terres sont confisquées par Philippe de Valois, qui en dispose selon son bon plaisir à partir de juillet 134424. Ici semble se jouer le point de basculement entre les enjeux locaux et le déroulement de la guerre.

14Le cadet Harcourt se trouve alors dans une situation compliquée. S’il possède quelques terres en Brabant par l’héritage de sa mère, il est avant tout un seigneur normand important dans le Cotentin. Devant l’impossibilité de recouvrer ses terres, il se tourne alors vers la seule alternative possible pour arriver à ses fins, qu’il trouve en la personne d’Édouard III, à la faveur des enjeux de la guerre de Cent Ans. Ce soutien à la cause du Plantagenêt est un soutien négocié, où les deux partis agissent selon leurs intérêts propres.

  • 25 Je suis ici redevable des nombreux conseils et références bibliographiques (...)

15C’est ce soutien qui a fait l’objet du qualificatif de traître que reçut Godefroy, en sus de sa participation à la chevauchée de 1346. Or, comme nous l’avons vu, au moment où Godefroy passe du côté du roi d’Angleterre, il est déjà condamné par la justice du roi de France, banni du royaume, et ses terres ont été confisquées. Il est en quelque sorte « libre » de monnayer sa fidélité selon ses intérêts. La trahison de Godefroy d’Harcourt est celle qu’il commet en menant l’assaut sur les terres de Guillaume Bertran et en portant atteinte à la majesté du roi, symbolisée notamment par les panneaux royaux jetés à terre. Cette trahison se rapproche davantage de la félonie, telle que la considère notamment Jacques Chiffoleau25, que de la trahison à la cause « nationale ».

  • 26 Dom Le Noir, Preuves généalogiques…, p. 63.

16Des lettres patentes données à Westminster en juin 1345 stipulent que Godefroy soutiendra le roi d’Angleterre dans le but de recouvrer son héritage normand26. Il est alors très clair que les motivations de Godefroy d’Harcourt s’expliquent non pas par la conviction de la légitimité d’Édouard III ou une trahison manifeste de la cause de Philippe VI, mais bien par sa propre ambition personnelle qui est de récupérer les terres que lui a confisquées le roi de France, voire d’en acquérir de nouvelles en cas de victoire finale d’Édouard III.

  • 27 L. Delisle, « Preuves », p. 121.

17Le Cotentin est donc la clef d’analyse des actions de Godefroy d’Harcourt. Ces premières pistes d’analyses se trouvent renforcées par le schéma analogue des événements de 1354. Le conflit trouve son origine dans une querelle d’ordre féodal et local : un seigneur voisin de Saint-Sauveur-le-Vicomte, Nicolas de Chiffrevast, tue par mégarde une des biches de Godefroy de Harcourt. Godefroy, comme en 1343, a recours à la guerre privée pour laver l’affront, et dévaste les terres de son voisin. Dans l’engrenage du règlement du conflit se trouve impliquée la majesté royale, Nicolas de Chiffrevast s’étant placé sous la sauvegarde spéciale du roi Jean II27.

18Le comportement et les actions de Godefroy d’Harcourt peuvent donc être lus au prisme de la féodalité et des enjeux locaux. Une deuxième clef de lecture est peut-être le caractère fier et ambitieux de ce noble puîné.

Godefroy d’Harcourt, l’honneur et l’ambition

  • 28 Arch. nat., X 2a 4, fol. 221.

19L’enquête concernant les événements de 1343 conclut à qualifier l’assaut des terres de Guillaume Bertran comme un complot, aboutissant à des peines exemplaires, puisque Tesson, Percy et Bacon sont exécutés le 3 avril 134428. La raison de la sévérité du jugement nous est peut-être indiquée par l’auteur des Grandes chroniques :

  • 29 Les grandes chroniques de France, p. 247.

Lesquiex se portoient traitreusement contre le roy, en tant qu’il entendoient Geffroy de Harecourt […] faire duc de Normendie, et duquel duchié ledit messire Geffroy avoit ja fait hommage au roy d’Angleterre29.

  • 30 Arch. nat., X 2a 4, fol. 221.
  • 31 Qui se fait dès lors appeler « Jehan ainsnez filz du Roy de France, duc de normandie et (...)
  • 32 Ibid., J 370, nos 2 et 5.
  • 33 J. Tricart, « Jean, duc de Normandie et héritier de France : un double échec », Annales (...)

20En effet, Godefroy est fortement soupçonné d’avoir, soutenu en cela par une partie de la noblesse du Cotentin, envisagé de réclamer le titre de duc de Normandie30, réintroduit en 1332 pour Jean, fils aîné de Philippe VI31. Mais Jean n’a que 13 ans, et ne reçoit le droit d’administrer la Normandie qu’en 134732. Or, s’il est d’abord accueilli favorablement par la noblesse normande, la méfiance s’installe rapidement, ainsi que le rappelle Jean Tricart33.

21Sans prétendre au titre de duc de Normandie, il est vrai que Godefroy se distingue par sa volonté d’étendre son influence le plus largement possible. Lors de la chevauchée de 1346, les dommages infligés à certaines portions du pays peuvent être une manière de mettre en place un rapport de force lui étant favorable, tout en se distinguant par sa clémence (ainsi à Caen où il tempère la fougue d’Édouard III). Si la conquête de la Normandie en 1346 est la condition pour que Godefroy récupère ses terres, et en particulier Saint-Sauveur-le-Vicomte, rien n’interdit de penser qu’il n’ait espéré s’emparer de terres prises par Édouard III pour accroître son influence en Normandie, ce que la suite des événements pourrait même confirmer.

22On comprendrait ainsi pourquoi il quitterait le camp d’Édouard III peu de temps après la bataille de Crécy. En effet, les ambitions de Godefroy ne peuvent être réalisées que si Édouard III tourne son armée vers Paris et vainc définitivement Philippe VI. Dans ce cas, Harcourt peut espérer être récompensé de son aide. Or, alors qu’Édouard III se dirige vers Calais dans l’optique de rejoindre ensuite l’Angleterre, le seigneur normand se retrouve sans autre alternative que celle de reprendre la mer avec lui, ce qui n’est évidemment pas son objectif. Profitant alors du rapport de force qui le met en état de négociation – relative – avec le roi de France, il peut obtenir la rémission en quittant les rangs de l’ost anglais.

  • 34 L. Delisle, « Preuves », p. 118.

23La thèse selon laquelle Godefroy aurait été principalement mué par son prestige local et par sa volonté d’étendre son influence sur le Cotentin gagne en substance lorsque l’on s’attarde sur l’attaque menée en 1354 contre les terres de Nicolas de Chiffrevast. Lors du sac du manoir sont détruits une grande partie des documents attestant des possessions de ce dernier (registres, actes et autres terriers34). À cela s’ajoute le fait qu’à l’assaut succède la nomination par Godefroy de ses propres officiers pour récolter les revenus des terres dudit Nicolas.

  • 35 Ibid., p. 117.

24Quoi qu’il en soit, Godefroy, cadet de la famille d’Harcourt, se fait rapidement une place dans la société politique en Normandie. Il est connu de tous, et c’est un individu par rapport auquel on se positionne. Ce dernier est, à raison, toujours surveillé. En mars 1350, le roi Jean fait saisir le manoir de Ham, où Godefroy avait élu domicile, considérant que Harcourt y faisait construire une forteresse plus que menaçante35. Or, c’est par la dénonciation que cette information parvint à la connaissance du roi.

Guerre, opérations militaires et violence en Normandie

25Que ce soit à l’occasion des opérations militaires auxquelles il participe ou du règlement de conflits d’ordre privé, Godefroy d’Harcourt fait un usage appuyé des armes pour arriver à ses fins, par le biais de deux modes de combat privilégiés, que sont le siège et la chevauchée.

Godefroy et la prise de places fortes

  • 36 Arch. nat., X 1a 10, fol. 32.
  • 37 L. Delisle, « Preuves », p. 99 ; Actes normands de la Chambre des Comptes s (...)
  • 38 Arch. nat., X 1a 10, fol. 12 vo.

26L’assaut des terres de Guillaume Bertran est une opération qui se caractérise par sa préparation, sa minutie et la conscience des enjeux. On le sait, la motivation principale est le règlement d’un affront personnel, à savoir l’octroi de la main de Jeannette Bacon à un héritier de la famille Bertran au détriment de Godefroy. Ce dernier rumine sa rancune jusqu’à ce que, au début de l’année 1343, à l’occasion d’une partie de chasse organisée en forêt de la Lande-Pourrie, dans le sud de l’actuel département de la Manche, près de Mortain, il se ménage des soutiens au sein de la petite noblesse locale, dont Richard de Percy, Jean de la Roche-Tesson, ou même un cousin de Jeannette, Guillaume Bacon36. À cette « prise de contact » succèdent plusieurs entrevues puis, quelques semaines plus tard, l’arrêt définitif du plan d’action à Saint-Lô, selon les conclusions de l’enquête menée par Roger Baudouin37, mandataire du roi. À ce moment, les différents protagonistes savent que l’évêque de Bayeux est placé sous la sauvegarde du roi, des placards accrochés aux limites de ses domaines le stipulant38.

  • 39 Ibid., fol. 108.
  • 40 Ibid., JJ 76, fol. 89 vo.

27L’opération prend la forme de sièges de petite envergure, celui du château de Neuilly et celui de la tour de Glatigny39, deux possessions de l’évêque de Bayeux, sièges entremêlés de petites chevauchées où les serviteurs de Guillaume Bertran sont notamment détroussés. Après avoir détruit la tour de Glatigny, la troupe quitte les terres de l’évêque Bertran, emportant avec elle un butin composé notamment d’armes, entreposées au château de Saint-Sauveur-le-Vicomte, lequel est immédiatement mis en état de défense, sous le commandement de deux fidèles de la famille Harcourt, Raoul Patri et Raoul de Bigars40. On retient de cette opération la minutie de la préparation, l’organisation des assaillants et les nombreux appuis que compte Godefroy d’Harcourt parmi la noblesse locale.

  • 41 Chronique normande du XIVe siècle, A. et É. Molinier (éd.), Paris, Renouard, 1882, p. 7 (...)
  • 42 A. Ayton, « The Crécy Campaign », in The Battle of Crécy, p. 54.

28Godefroy a une nouvelle fois l’occasion de mesurer sa maîtrise de la prise des places fortes en 1345 lorsque, pendant trois jours et aux côtés de Renaud de Cobham, il mène l’assaut contre les Français à Guernesey, retranchés dans le château Cornet41. Andrew Ayton ayant noté qu’Édouard III avait payé les dépenses de Godefroy du 13 août au 19 novembre42, il est probable que l’assaut ait été précédé d’un petit blocus avant la prise du château. Prise très symbolique quand on sait que le seigneur de Guernesey n’est autre que Robert Bertran.

  • 43 J. Froissart, Chroniques, Livres I et II, P. F. Ainsworth et G. T. Diller (éd.), Paris, (...)

29Lors de la chevauchée de 1346, le seigneur de Saint-Sauveur est présent aux sièges de Cherbourg (bien qu’avorté), de Carentan, de Caen et aux débuts de celui de Calais. En 1356, il participe notamment au siège de Verneuil. Godefroy d’Harcourt est donc relativement expérimenté dans l’art de prendre villes et forteresses, dans le cadre d’opérations militaires de plus ou moins grande envergure. L’importance de ces prises de places fortes tend néanmoins à être relativisée quand on connaît l’état des fortifications du duché de Normandie en cette première partie du XIVe siècle. Le déficit est tel que la défense de la ville de Caen dépend entièrement de l’obstacle naturel que formait l’Orne, ce qui fut, on le sait, un échec, le cours d’eau étant alors à sec43.

Godefroy et les chevauchées

  • 44 Ibid., p. 543 ; voir par exemple C. Rogers, War Cruel and Sharp : English S (...)
  • 45 Les grandes chroniques de France, p. 271.

30Godefroy joue un rôle important lors de l’expédition de 1346, en raison de sa connaissance inégalable de la région : c’est ainsi qu’il chevauche au devant de l’armée royale, et ouvre en quelque sorte la voie au reste de la troupe. Il est à la tête, selon Froissart, de 500 hommes d’armes et 2 000 archers, un total qui, à l’instar de la taille de l’ost anglais, reste discuté44. Mais, alors que la chevauchée menée par Édouard III semble poursuivre un itinéraire établi plus ou moins précisément, le seigneur de Saint-Sauveur agit en parallèle, quittant le gros de l’armée au matin, passant la journée à piller le pays et ne rejoignant le campement anglais qu’à la nuit tombée pour y rapporter son butin45.

31On retrouve en 1356 des traits communs à la chevauchée de 1346, que nous transmet une source narrative de qualité, l’Expédition du duc de Lancaster en Normandie (22 juin-26 juillet 1356), relation anonyme de la chevauchée probablement rédigée par un Anglais, soit membre de l’expédition, soit directement renseigné par des participants. Il s’agit d’un raid de pillage, dont le but est d’amasser rapidement un butin conséquent, mais cette fois en évitant tout combat comportant un risque et en libérant le plus possible de places navarraises : c’est ainsi que la chevauchée libère Verneuil le 7 juillet, mais refuse le combat face à l’armée française à L’Aigle le lendemain.

  • 46 Chronique normande…, p. 112.
  • 47 Ibid.

32Après le départ du duc de Lancastre, Godefroy d’Harcourt utilise cette expérience de la chevauchée à une échelle plus locale, reproduisant cette tactique de guerre pour satisfaire des intérêts privés. Pendant quelques mois, il mène ses propres expéditions dans le Cotentin, secondé par Pierre de Saquainville (un autre des fidèles de Charles de Navarre) et Robert Porte, évêque d’Avranches, plusieurs fois par semaine46. On est ici bien loin des grands enjeux de la guerre de Cent Ans ou de la défense d’un particularisme normand. Le but est évident : s’imposer comme la puissance hégémonique en Cotentin, en installant ses hommes dans plusieurs localités pour contrôler le territoire, tout en s’enrichissant. Son expérience de ce type d’opération, couplée à sa connaissance incomparable de la région, en fait une menace redoutable, en témoigne l’expédition avortée d’Amaury de Meulan. Ce personnage est, en août 1356, le capitaine nommé par le roi de France pour reprendre le contrôle de la basse Normandie. Son rôle semble toutefois se cantonner, lui aussi, à « chevaucher et gâter le Clos du Cotentin » selon la Chronique normande47. À la tête d’un corps d’armée, il ne parvient qu’à reprendre quelques villages supposément tenus par des partisans de Godefroy, qui n’intervient pas. Mais c’est alors que le capitaine et ses hommes se replient hors de la région qu’ils sont interceptés par Harcourt et ses hommes, qui mettent le corps d’armée en pièces. Amaury de Meulan est fait prisonnier.

33Probablement satisfait de la réussite de ce mode opératoire, Godefroy reproduit ce schème d’action en novembre de la même année. Il s’agit alors d’intercepter Robert de Clermont et ses hommes fidèles au roi de France, qui depuis le 19 octobre menaient campagne dans le Cotentin, poussant jusqu’à Barfleur. Il est cependant cette fois-ci moins heureux : abandonné par une partie de ses hommes au lieu-dit du gué Saint-Clément, Godefroy d’Harcourt se retrouve presque seul face à ses adversaires et se distingue par une mort qu’il veut héroïque. Il attire les partisans du roi de France dans un clos où il meurt l’épée à la main, blessant grièvement plusieurs assaillants le sommant de se rendre.

3 mars 1354 : le saccage des terres de Chiffrevast

  • 48 L. Delisle, « Preuves », p. 126.
  • 49 Ibid., p. 123-124.
  • 50 Arch. nat., X 1a 10, fol. 108.

34En 1354, l’attaque des terres de Nicolas de Chiffrevast ne répond pas aux efforts de planification que nous avions observés dans l’attaque de Guillaume Bertran. Une des principales conséquences est le rassemblement d’une troupe plus disparate et dispersée, ce qui est peut-être une des causes d’un déchaînement de violence moins contrôlé et plus aléatoire. Ainsi le matin du 3 mars 1354, Godefroy se présente sur les terres de Chiffrevast à la tête d’une troupe de 500 hommes, dont seulement quatre chevaliers selon l’arrêt du Parlement48, pour ce qui se présente comme une succession d’actes de vandalisme. Les panonceaux royaux sont jetés à terre et piétinés dans la boue. On abat les chevaux, les bœufs, que l’on jette ensuite dans l’eau du puits pour la contaminer. On brûle tout ce que l’on n’emporte pas comme butin. Les tonneaux dans les caves sont défoncés, les blés des greniers saccagés. Les moulins à eau et les écluses sont détruits, et le manoir n’est plus qu’une ruine. La violence entraîne la violence, qui est de moins en moins régulée. Si Godefroy participe au saccage du manoir de Chiffrevast, une partie de la bande, peut-être échauffée par les méfaits et par le vin des caves pillées, se rend sur les autres domaines de Chiffrevast, où les manoirs sont eux aussi attaqués. Le déferlement de violence est tel que la mère de Nicolas de Chiffrevast en meurt d’épouvante49. Notons également que, lors de l’expédition contre Guillaume Bertran de 1346, certains participants comme Raoul de Bigars prétendirent avoir été choqués de la tournure des événements50.

35Au total, on retient que le recours à la force est le mode de résolution de conflit privilégié par Godefroy d’Harcourt, lui qui maîtrise plusieurs facettes de l’art de la guerre, la chevauchée et le siège. Tant que faire se peut, la violence est donc canalisée vers un objectif précis, elle est un moyen, non une fin. On note cependant que lors d’opérations à caractère privé, l’effet de foule et un commandement hiérarchique peut-être moins marqué que dans un corps d’armée laissent plus de place aux débordements incontrôlés.

Godefroy d’Harcourt, noble normand au sein d’une société en guerre

36La guerre a profondément bouleversé les relations entre la société politique normande et le pouvoir royal, bouleversement incarné par le parcours de Godefroy d’Harcourt, dont la vie tumultueuse ne doit pas faire oublier qu’il était pourtant issu d’une famille liée de longue date au pouvoir royal, et à la fidélité éprouvée.

37Dans le contexte de la guerre, où la province occupe une place stratégique, la société politique normande se déchire progressivement, et les camps sont de plus en plus marqués, notamment aux États de Normandie. En 1346, de nombreux nobles sont fidèlement liés au roi de France et impliqués dans la défense du duché, comme c’est le cas des Bertran, des Tancarville ou des seigneurs d’Eu. Mais avec le rôle grandissant que joue Charles de Navarre dans le jeu politique, les positions de chacun sont de plus en plus polarisées, ce qui accélère la déstabilisation et exacerbe les enjeux locaux.

L’importance stratégique de Godefroy

38Dans ce contexte, quelle fut la place de Godefroy d’Harcourt ? Il peut difficilement être qualifié comme une menace en lui-même pour le roi de France. S’il est certes un seigneur important du Cotentin, il ne reste qu’un cadet de grande famille.

  • 51 J. Froissart, Chroniques…, p. 542.
  • 52 Expédition du duc de Lancaster en Normandie (22 juin-26 juillet 1356), A. Chevalier (éd (...)

39Mais, en raison de l’importance stratégique de la Normandie dans la guerre de Cent Ans, son excellente connaissance de la région, associée à l’effet d’attraction qu’il peut exercer sur la petite noblesse locale, en fait un appui qui peut se révéler décisif, d’autant qu’il n’a que peu de scrupule à monnayer sa fidélité. Par deux fois, le roi d’Angleterre eut recours à cet appui dans le cadre de ses tactiques militaires. Ce fut en cas en 1346, quand il fit de Godefroy le « conduiseur de tout son ost »51 selon la formule de Froissart, mais également en 1356, puisqu’aux côtés de Philippe de Navarre il rejoint la chevauchée du duc de Lancastre en apportant avec lui une centaine d’hommes d’armes normands, en sus des 500 débarqués par les Anglais52.

  • 53 Ibid., p. 4-5.
  • 54 Les chroniques de Jean Froissart, Livre I, J. A. C. Buchon (éd.), Paris, Desrez, (...)

40La mise à mort du comte d’Harcourt et l’emprisonnement de Charles de Navarre à la suite du banquet de Rouen en 1356 actionnent un levier dangereux de la géopolitique normande. Philippe de Navarre, puis Godefroy d’Harcourt et plusieurs autres nobles normands, envoient leurs lettres de défi au roi, et unissent ainsi leurs efforts pour exercer leur contrôle sur une partie de la Normandie. Si les places fortes restées fidèles aux Navarrais sont surtout situées dans la région haute de la Normandie (ainsi Pont-Audemer ou Breteuil53), le soutien de Godefroy d’Harcourt permet de mettre la main sur une partie du Cotentin. De fait en 1356, Froissart considère que Godefroy d’Harcourt tient « frontière à Saint-Sauveur-le-Vicomte » dans ce qu’il qualifie de « marches de Cotentin »54.

  • 55 Chronique normande de Pierre Cochon, notaire apostolique à Rouen, C. de Robillard de Be (...)

41Godefroy d’Harcourt entraîne avec lui tout un réseau de seigneurs locaux (surtout originaires du Cotentin) qui lui sont liés de différentes manières (rentes, terres, voire des liens plus ponctuels). Cet effet d’entraînement fait que des conflits personnels peuvent rapidement se propager à l’ensemble d’une région et, dans le cadre de la guerre, démultiplient les enjeux et intensifient les risques. De plus, avec l’importance grandissante que prend Charles de Navarre, le seigneur de Saint-Sauveur-le-Vicomte se trouve impliqué dans des enjeux qui dépassent une nouvelle fois ses propres intérêts. Et de fédérateur, il se place désormais en position de fédéré, puisque c’est vers le comte d’Évreux que se tournent les mécontents, ainsi que le rappelle le chroniqueur Pierre Cochon55.

La figure de Godefroy d’Harcourt

  • 56 Chronique des quatre premiers Valois (1327-1393), S. Luce (éd.), Paris, Vve de J. Renou (...)

42Un épisode, qui pour certains ferait de Godefroy d’Harcourt le champion du particularisme normand, permet de nous interroger sur l’image que Godefroy tend à renvoyer de lui-même. Suivons la narration du chroniqueur de Saint-Denis : en janvier 1356, depuis peu intronisé duc de Normandie, l’héritier du roi Jean, Charles, reçoit alors au château de Rouen les principaux barons de la province pour recueillir leurs hommages. Godefroy s’y rend, muni de deux documents : un sauf-conduit et un exemplaire de la Charte aux Normands. Il exige de Charles qu’il confirme les privilèges de la Charte et jure fidélité sur cette dernière comme condition à son serment de fidélité. S’ensuit une scène d’incompréhension mutuelle entre les conseilleurs ducaux qui réclament de pouvoir étudier le document et Godefroy qui, piqué au vif, quitte le château sans avoir fait hommage56.

43Dans cet épisode, il faut noter une singulière ambiguïté. Le fait que Godefroy ne laisse même pas le temps aux conseillers du duc Charles de lire le document donne à penser que la manœuvre s’apparente à une démonstration de force, plus qu’à une volonté de la reconnaissance d’un particularisme normand. Par ce coup d’éclat, Godefroy renforce sa place dans le paysage politique régional, tout en se montrant intransigeant sur le respect des droits féodaux.

44Il est évident que Godefroy d’Harcourt fut un personnage influent de la politique normande de la première moitié du XIVe siècle, tant et si bien que le duc Charles, ainsi que l’écrit le chroniqueur des quatre premiers Valois :

  • 57 Ibid.

Moult voulentiers l’escoutoit parler et grant plaisir eust eu qu’il fust demouré de sa retenue de son conseil pour le tres grant sens de lui57.

45Godefroy entretient cette réputation et se montre soucieux de l’image qu’il présente. Ce fut le cas, nous l’avons vu, en janvier 1356 avec le duc Charles. Mais même, voire surtout, en se sachant condamné, Godefroy tente de se distinguer. Sa mort elle-même est teintée d’héroïsme, alors qu’il attire et affronte seul les hommes du roi de France, mort qui semble marquer les chroniqueurs dans les derniers mots qu’ils lui prêtent. Ainsi le chroniqueur des quatre premiers Valois :

  • 58 Ibid., p. 66-67.

Au jour d’uy en suaire d’armes sera mon corps ensevely. Doulx Dieu Jhesu Christ, je tent à mourir en deffendant et en vengant la cruelle mort dont à tort et sans raison on a fait mourir mon sang villainement […] A ! Dieu Jhesus Crist, je te mercye de l’onnourable mort que tu m’envoyez58.

Conclusion

  • 59 Chronique normande de Pierre Cochon…, p. 81.

46L’économie normande se trouve fortement fragilisée par l’impact des chevauchées anglaises du début de la guerre de Cent Ans. Aux États de Normandie, la politique fiscale du roi de France connaît de fait une opposition de plus en plus forte, ce qui contribue à détériorer les relations entre le roi de France (Philippe VI puis surtout Jean II, comme le note Pierre Cochon59) et la société politique normande. Godefroy, par sa participation active aux chevauchées et son appui tactique, a donc contribué à la déstabilisation politique et économique de la Normandie dans la première moitié du XIVe siècle.

  • 60 Arch. nat., JJ 87, fol. 75 vo.

47Au total, Godefroy aura démontré tout au long de sa vie des qualités de meneur d’hommes et de stratège au cœur d’une région qu’il connaît parfaitement. Il n’est probablement pas le seul exemple de ce genre dans le royaume de France. Cependant, la place stratégique qu’occupe la Normandie, et plus particulièrement le Cotentin, dans la guerre de Cent Ans lui aura donné une envergure exceptionnelle, en tant qu’appui régional pour les différents protagonistes (rois de France, d’Angleterre et de Navarre). Et du Cotentin, il aura contribué à faire une frontière : à sa mort, quiconque provient du Clos du Cotentin est suspecté d’être ennemi, en témoigne le triste sort de ce porteur de pardons royaux qui, revenant du Cotentin, est tué par deux partisans du roi de France le soupçonnant d’être Navarrais60.

  • 61 L. Delisle, « Preuves », p. 105-106.

48Revenons sur les jugements émis par une certaine historiographie pour les analyser à la lumière de ces pistes de réflexion. Nous avons vu que les grilles de lecture du traître ou du champion du particularisme normand trouvaient leurs fondements dans la « politique » qu’entendait mener le seigneur de Saint-Sauveur au cœur du Cotentin : hégémonie locale, enrichissement substantiel, volonté d’incarner une polarité au sein de la société politique normande. Certes, Godefroy renia par trois fois ses engagements envers ses seigneurs : il le fit une fois en étant banni du royaume de France, et ses terres confisquées ; une autre pour quitter Édouard III qui ne semblait pas compter sur lui ; une dernière enfin à la suite de la mise à mort de son neveu. Cette trahison ne doit pas être pensée à l’aune des enjeux nationalistes du XIXe siècle, mais plutôt de ceux de la construction de la majesté royale dans le royaume de France au XIVe siècle, mis en lumière par Jacques Chiffoleau. Par l’accusation de lèse-majesté, qui est notamment celle de l’acte du 15 juillet 1344, par lequel Godefroy est jugé par contumace61, la monarchie contribue à construire sa propre souveraineté.

49Il en va de même quand on veut faire de Godefroy d’Harcourt le champion d’un particularisme normand. S’il semble certes attaché aux coutumes de la province, il n’en fait pas un étendard. Godefroy est le garant de ses libertés féodales avant d’être celui de celles de sa province. S’il faut, pour assouvir ses ambitions personnelles, gâter la moitié de la région, Godefroy s’en accommode. En reconnaissant la place majeure qu’occupe la géopolitique du Cotentin dans le parcours de Godefroy d’Harcourt, on saisit ainsi mieux les retournements d’allégeance du seigneur, alors que sa fidélité jurée est au service de son ambition personnelle. On comprend ainsi le rôle majeur de la province de Normandie au début de la guerre de Cent Ans, celui géostratégique et celui inhérent à sa politique interne.

Notes

1 Cette contribution synthétise un mémoire de master 2 réalisé à l’université de Caen Normandie en 2014-2015 sous la direction de Véronique Gazeau.

2 La seigneurie étant érigée en comté en mars 1339, Arch. nat., JJ 71, fol. 144 vo, no 205.

3 On sait très peu de choses sur les ascendants maternels de Godefroy d’Harcourt. Godefroi de Brabant, seigneur d’Aerschot et de Vierzon, disposait de biens à Paris, dans le Berry et dans l’Orléanais. Il tomba lors de la bataille des Éperons d’or (1302) en servant Philippe le Bel. Son fils Jean de Brabant est seigneur de Vierzon (M. Bruwier, « Marie, reine de France, règle la succession de Godefroid de Brabant. Un problème de provenance », in Mélanges Charles Braibant, Bruxelles, Comité des Mélanges Braibant, 1959, p. 65-82 ; p. 65-67). Godefroy d’Harcourt tient son nom de sa famille maternelle. Alix, sa mère, meurt avant 1339 (C. Knetsch, Das Haus Brabant. Genealogie der Herzoge von Brabant und der Landgrafen von Hessen, Darmstadt, Historischer Verein für das Grossherzogtum Hessen, 1917, p. 33-38). Je remercie Godfried Croenen pour ces références généalogiques.

4 L. Delisle, « Preuves », in Histoire du château et des sires de Saint-Sauveur-le-Vicomte, Valognes, Martin, 1867, p. 85-86.

5 Arch. nat., JJ 68, fol. 78 vo.

6 L. Delisle, « Preuves », p. 113-114.

7 Épisode sur lequel revient plus précisément J. Le Patourel dans « Edward III and the Kingdom of France », History, t. XLIII, 1958, p. 173-189.

8 Calendar of the Patent Rolls Preserved in the Public Record Office, vol. X : Edward III, 1354-1358, Londres, HMSO, 1909, p. 477.

9 E. Déprez, « La double trahison de Godefroi de Harcourt (1346-1347) », Revue historique, t. XCIX, 1908, p. 32-34.

10 L. Delisle, Histoire du château…, p. 49.

11 E. Meyer, Charles II, roi de Navarre, comte d’Évreux, et la Normandie au XIVe siècle, Paris, E. Dumont, 1898, p. 17.

12 J. Mabire, Godefroy de Harcourt, seigneur normand, Paris, Éditions du Lore, 2007 [nouv. éd.].

13 J. Favier, La guerre de Cent Ans, Paris, Fayard, 1980, p. 104 ; The Battle of Crécy, A. Ayton et P. Preston (dir.), Woodbridge, Boydell Press, 2005.

14 Arch. nat., J 210, nos 4 et 7.

15 Dom Le Noir, Preuves généalogiques et historiques de la Maison de Harcourt, Paris, Champion, 1907, p. 63.

16 Dans le Bessin, à l’ouest de Caen.

17 Les grandes chroniques de France, J. Viard (éd.), Paris, Champion, 1937, t. IX, p. 236.

18 L. Delisle, « Preuves », p. 87.

19 Arch. nat., X 1a 10, fol. 12 vo.

20 Ibid.

21 BNF, ms. fr. 5333, fol. 69 ro.

22 L. Delisle, « Preuves », p. 87.

23 Ibid., p. 105.

24 Ibid. ; Arch. nat., JJ 75, fol. 269.

25 Je suis ici redevable des nombreux conseils et références bibliographiques concernant les travaux de Jacques Chiffoleau qui m’ont été transmis dans le cadre du colloque de Cerisy ; voir notamment J. Chiffoleau, « Le crime de majesté, la politique et l’extraordinaire : note sur les collections érudites de procès de lèse-majesté du XVIIe siècle français et sur leurs exemples médiévaux », in Les procès politiques (XIVe-XVIIe siècle) (Actes du colloque de Rome, 20-22 janvier 2003), Y.-M. Bercé (dir.), Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome ; 375), 2007, p. 577-662.

26 Dom Le Noir, Preuves généalogiques…, p. 63.

27 L. Delisle, « Preuves », p. 121.

28 Arch. nat., X 2a 4, fol. 221.

29 Les grandes chroniques de France, p. 247.

30 Arch. nat., X 2a 4, fol. 221.

31 Qui se fait dès lors appeler « Jehan ainsnez filz du Roy de France, duc de normandie et du main », Arch. nat., JJ 75, fol. 247 vo.

32 Ibid., J 370, nos 2 et 5.

33 J. Tricart, « Jean, duc de Normandie et héritier de France : un double échec », Annales de Normandie, t. XXIX, no 1, 1979, p. 30.

34 L. Delisle, « Preuves », p. 118.

35 Ibid., p. 117.

36 Arch. nat., X 1a 10, fol. 32.

37 L. Delisle, « Preuves », p. 99 ; Actes normands de la Chambre des Comptes sous Philippe de Valois (1328-1350), publiés par L. Delisle, Rouen, Le Brument, 1871, p. 288.

38 Arch. nat., X 1a 10, fol. 12 vo.

39 Ibid., fol. 108.

40 Ibid., JJ 76, fol. 89 vo.

41 Chronique normande du XIVe siècle, A. et É. Molinier (éd.), Paris, Renouard, 1882, p. 74-75.

42 A. Ayton, « The Crécy Campaign », in The Battle of Crécy, p. 54.

43 J. Froissart, Chroniques, Livres I et II, P. F. Ainsworth et G. T. Diller (éd.), Paris, Librairie générale française, 2001, p. 550.

44 Ibid., p. 543 ; voir par exemple C. Rogers, War Cruel and Sharp : English Strategy under Edward III, 1327-1360, Woodbridge, Boydell & Brewer, 2000, p. 217 ; A. Ayton, « The English Army at Crécy », in The Battle of Crécy, p. 159-252.

45 Les grandes chroniques de France, p. 271.

46 Chronique normande…, p. 112.

47 Ibid.

48 L. Delisle, « Preuves », p. 126.

49 Ibid., p. 123-124.

50 Arch. nat., X 1a 10, fol. 108.

51 J. Froissart, Chroniques…, p. 542.

52 Expédition du duc de Lancaster en Normandie (22 juin-26 juillet 1356), A. Chevalier (éd.), Rouen, L. Deshays, 1872, p. 3.

53 Ibid., p. 4-5.

54 Les chroniques de Jean Froissart, Livre I, J. A. C. Buchon (éd.), Paris, Desrez, 1824, t. III, p. 252.

55 Chronique normande de Pierre Cochon, notaire apostolique à Rouen, C. de Robillard de Beaurepaire (éd.), Rouen, Le Brument, 1870, p. 81.

56 Chronique des quatre premiers Valois (1327-1393), S. Luce (éd.), Paris, Vve de J. Renouard, 1862, p. 34.

57 Ibid.

58 Ibid., p. 66-67.

59 Chronique normande de Pierre Cochon…, p. 81.

60 Arch. nat., JJ 87, fol. 75 vo.

61 L. Delisle, « Preuves », p. 105-106.

Auteur

Université de Caen Normandie

Quentin Auvray est professeur agrégé d’histoire au lycée Edmond-Michelet d’Arpajon. Il a soutenu sous la direction de Véronique Gazeau un mémoire de master 1 dans le cadre du programme Erasmus, à Cardiff University (pays de Galles) : Les barons de la marche de Galles sous Richard II : l’exemple des familles Mortimer et Fitzalan, ainsi qu’un mémoire de master 2 à l’université de Caen Normandie : La noblesse normande dans la première moitié du XIVe siècle : l’exemple de Godefroy d’Harcourt.

© Presses universitaires de Caen, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search