Version classiqueVersion mobile

La guerre en Normandie (XIe-XVe siècle)

 | 
Anne Curry
, 
Véronique Gazeau

La flotte normande à la fin du XIIIe siècle

Élisabeth Lalou

Résumé

La proximité des Normands avec la mer, leur capacité à s’y déplacer et à y commercer n’est pas à démontrer. Le roi de France utilisa à plusieurs reprises les ressources de la Normandie dans les conflits qui l’opposèrent aux Flamands ou aux Anglais. Après les trente années de paix qui ont suivi le traité de Paris (1258-1259), Philippe le Bel s’opposa de nouveau militairement aux Anglais et, à partir de 1294, la volonté de posséder une flotte qui lui permettrait d’avoir la maîtrise de la Manche est très nettement perceptible. C’est à Rouen plutôt qu’à Harfleur que Philippe IV installa le Clos des Galées, l’arsenal royal dirigé par des Génois que le roi fit venir en Normandie. Il tenta aussi, sans grand succès, de s’allier avec les Norvégiens. Les entreprises de guerre sur mer du roi se soldèrent ensuite souvent par des échecs. Nous sommes en droit de nous interroger sur les véritables motivations de Philippe IV le Bel : le roi rêvait-il d’un débarquement en Angleterre, dans la mémoire de l’expédition du prince Louis quelque 80 ans auparavant ou voulait-il seulement être le maître des côtes normandes et flamandes ? La flotte rencontra rapidement des déconvenues, et la bataille de l’Écluse, dans laquelle les Normands et leurs bateaux payèrent un rude tribut, mit un terme définitif à ces grands projets.

Texte intégral

  • 1 É. Lalou, « Les négociations diplomatiques avec l’Angleterre sous le règne de Philippe le B (...)

1En 1294, Philippe le Bel ralluma la guerre apaisée depuis plus de trente ans entre le royaume de France et l’Angleterre1. Cette guerre fut dirigée contre l’Aquitaine, saisie par le roi, mais comporta aussi un important versant maritime sur la Manche. Philippe mit sur pied le « Clos des Galées » à Rouen, rassembla une flotte et envisagea peut-être de conquérir l’Angleterre ; il fut prévu en tout cas de s’y livrer à des actes de piraterie. Le roi eut recours aux Italiens, aux marins génois, très importants dans toute l’affaire, depuis les simples marins jusqu’aux amiraux, Lanfranco Tartaro, Benedetto Zaccaria et Reniere Grimaldi. C’est cet épisode que je veux reprendre ici pour examiner dans quelle mesure il s’insère sur le long terme dans les pratiques des rois capétiens face à la mer et plus spécialement la Manche et le voisin anglais dans un long XIIIe siècle.

  • 2 L. Jean-Marie, La Normandie, les villes et la mer (XIIe-milieu XIVe siècle). Titre du mémoire inédi (...)
  • 3 Exposition « Traverser la Manche : 1 000 ans de relations anglo-normandes », archives dépar (...)

2On aura compris que le titre « la flotte normande » correspond à un sens géographique de l’adjectif « normand » et que je ne parlerai pas ici de la flotte de l’époque de la Normandie ducale : ni des bateaux que Guillaume ordonna de construire en 1066, ni de l’organisation de la traversée de la Manche telle qu’on peut la comprendre au temps où le duc de Normandie était aussi roi d’Angleterre et telle que David Bates ou Laurence Jean-Marie2 l’ont étudiée3.

  • 4 R. Fawtier, L’Europe occidentale de 1270 à 1380, t. VI de l’Histoire du Moyen Âge, (...)
  • 5 É. Lalou, « Les négociations diplomatiques… », p. 329. Les Cinque Ports étaient Hastings, R (...)
  • 6 C. Bémont, Rôles gascons, Paris, Imprimerie nationale, 1900, t. II, introd. p. CXXVI.

3Le prétexte de la guerre eut lieu sur mer4. À la fin du XIIIe siècle, la rivalité entre marins anglais et bayonnais d’une part et marins normands, bretons et poitevins de l’autre s’exaspéra. En 1292, une bagarre éclata entre marins normands et marins bayonnais près de la pointe Saint-Mathieu. À Royan, les Normands venus charger du vin coulèrent quatre nefs bayonnaises. Le connétable de Bordeaux fit jurer aux maîtres des nefs de garder la paix sur mer mais en vain. Les Normands assaillirent les Anglo-Bayonnais et avec 80 nefs groupées coulèrent et saisirent 68 navires des Cinque Ports5. Philippe le Bel fit interdire à ses marins d’attaquer les sujets du roi d’Angleterre mais les représailles avaient déjà commencé. En Aquitaine, dans le port de Fronsac, des officiers du roi de France furent pris et décapités. Dans la Manche, Édouard Ier envoya une flotte de 64 bateaux avec l’amiral Robert Typtoft : il défit une flotte marchande dans l’estuaire de la Seine. Au printemps de 1293, les Normands prirent et coulèrent 81 navires anglais et bayonnais ; mais au retour ils rencontrèrent la flotte des Cinque Ports et furent écrasés, le 15 mai 12936.

  • 7 P. Chaplais, English Medieval Diplomatic Practice, Londres, Public Record Office, 1982, Par (...)

4Les vainqueurs saccagèrent La Rochelle. Philippe le Bel exigea satisfaction. Il demanda par des messagers livraison des coupables « e restitucion des personnes, nefs e marchaundises pris sur mer par sa gent »7. Édouard Ier lui envoya les clefs de Bayonne, Bordeaux et Agen en signe d’hommage pour essayer d’apaiser la guerre. Mais celle-ci semblait inévitable. Tout se passa comme si Philippe IV avait vraiment voulu la guerre quand Édouard Ier, menacé dans son royaume par les Écossais et les Gallois, aurait voulu éviter de devoir combattre sur plusieurs fronts.

  • 8 C. Bémont, Rôles gascons, p. CXXVII ; P. Chaplais, English Medieval Diplomatic Practice, p. (...)
  • 9 C. Bémont, Rôles gascons, p. CXXVIII ; Recueil des historiens des Gaules et de la France, J (...)

5Philippe IV envoie le 27 octobre 1293 une ambassade qui apporte à Édouard Ier citation à comparaître le 14 janvier 1294 devant sa cour. La citation fut lue publiquement sur les terres de son vassal à Saint-Astier, le 1er décembre, et devant les portes closes de Libourne et de Saint-Émilion8. En réponse, Édouard Ier envoie son frère Edmond en ambassade. Malgré un traité négocié par Edmond et les deux reines Jeanne de France et Marie de Brabant, le roi s’obstine dans sa volonté de faire la guerre et le fief est confisqué le 19 mai 12949.

  • 10 É. Lalou, « Les négociations diplomatiques… ». Parmi les raisons : roi jeune face à un Édou (...)

6Les raisons qui menèrent Philippe IV à la guerre restent encore obscures mais ce n’est pas ici notre sujet10. On connaît la suite de cette guerre en Gascogne. Le mémoire anonyme sur la guerre contre l’Angleterre, un de ces nombreux mémoires de cette époque, conservé aux Archives nationales (J 654, no 16), publié par Edgard Boutaric, permet de résumer la partie terrestre de la guerre :

  • 11 E. Boutaric, « Documents relatifs à l’histoire de France sous Philippe le Bel », Notices et (...)

L’an 94 ala le premier ost en Gascoigne c’est a ssavoir les desuss diz connestable [Raoul de Clermont sire de Nesle] et mareschal [Simon de Melun] et autres barons de par deça et de la Langue d’oc.
L’an 95 ala le secont et grant ost en Gascoigne, c’est à savoir monseigneur Challes, [Charles de Valois] li conestable, li comte de la Marche, et plusieurs autres barons par deça et tous les barons de Langue d’Oc11.

7La troisième campagne fut confiée à Robert d’Artois.

  • 12 X. Hélary, L’armée du roi de France…, p. 148 ; J. R. Strayer, The Reign of Philip t (...)
  • 13 Ibid. Traduction : « Bien qu’il n’y eût pas de batailles navales, les Français dépensèrent (...)
  • 14 Un nombre très important de comptes est cité dans Inventaire d’anciens comptes roya (...)

8La guerre terrestre en Gascogne est relativement bien connue12. Mais la partie navale et normande de la guerre est moins souvent mise en valeur. « Although there were no naval battles, the French spent large sums of money on preparing an invasion fleet, and Edward spent considerable, though lesser, amounts in building galleys to repel invasion »13. La guerre en effet nécessita beaucoup d’argent et nous disposons sur ce point de comptes14 qui nous renseignent. Rien de moins qu’une invasion de l’Angleterre, c’est du moins ce que crut le roi d’Angleterre et peut-être ce à quoi pensait Philippe le Bel.

  • 15 Sur les négociations diplomatiques, voir J. R. Strayer, The Reign of Philip the Fai (...)

9La première partie de la guerre se passe en négociations diplomatiques des deux côtés : Édouard obtint l’appui d’Adolphe de Nassau, de l’archevêque de Cologne, du comte de Gueldre, de seigneurs allemands, du comte de Bar, du comte de Savoie ou encore de Jean de Chalon, seigneur de Arlay. Se rangèrent aux côtés de Philippe IV, le dauphin de Viennois, l’évêque de Valence, le comte de Bourgogne, le comte de Luxembourg, le comte de Hainaut, le comte de Hollande. Le roi d’Écosse, John Balliol, scella le 23 octobre 1295 à Paris un traité d’alliance, qui est la base de la Auld Alliance15.

  • 16 22 octobre 1295 : Arch. nat., J 457, nos 2 et 2 bis. Document en ligne sur ARCHIM ; (...)

10Plus intéressant ici, Erik, roi de Norvège, dans le traité négocié par Ouen Huglac, seigneur d’Egrennes, signé le 22 octobre 1295 dans le palais du roi à Paris16, promet des bateaux : 200 galées et 100 navires de charge avec 50 000 guerriers contre la promesse de 30 000 livres sterling. Mais la guerre éclata entre la Norvège et le Danemark : les renforts n’arrivèrent jamais. Dans le traité avec la Norvège, l’invasion de l’Angleterre était mentionnée. Le roi Jacques II d’Aragon avait promis 40 galées qui n’arrivèrent pas non plus.

  • 17 Rappelons la convention conclue par Philippe Auguste avec les Génois en 1190 pour partir en (...)
  • 18 Guill. Boccuce, viguier d’Aigues-Mortes en 1294-1295, avait dirigé à Marseille la c (...)
  • 19 « C’est dire si le roi de France n’a pas confiance dans les Normands et Picards pour (...)
  • 20 Sources d’histoire médiévale, É. Lalou et G. Brunel (dir.), Paris, Larousse, 1992, p. 502-5 (...)

11Les secours les plus efficaces vinrent de Gênes17 : le roi de France paye les arbalétriers génois. Une flotte est confiée à Guglielmo del Mar et Guglielmo Boccuce, viguier d’Aigues-Mortes18. Del Mar enrôle des équipages à Gênes et part de Marseille le 1er avril 1295 avec 30 galées qui arrivent en Normandie deux mois après : c’est la première fois qu’une flotte de guerre accomplit un tel périple19. Des mariniers gagnent Rouen depuis Aigues-Mortes et la Provence. Ainsi Pierre Leroux de Nîmes, Pierre Robert de Vallabrègues, Lappo Bonhomme de Florence conduisent 241 marins génois depuis Aigues-Mortes jusqu’à la Normandie. Ils viennent pour équiper la flotte en cours d’armement au Clos des Galées de Rouen20. Leur périple par terre et la voie Régordane de plus d’un mois (38 jours) avec 11 chevaux coûta 588 livres. Biche et Mouche financèrent ce voyage.

12Dans le même mémoire cité ci-dessus, le second paragraphe est consacré précisément à l’alliance avec les Génois :

  • 21 E. Boutaric, « Documents relatifs… », p. 124.

le roy envoya ses messages à Gênes, le visiteur du Temple, et mestre Clement de Savi, et autres, pour traiter du fait de la mer, et firent venir mons. Henri Marquis [Enrico Marquese], mons. Guet et mons. Aubertin Espinole, [Uguetto et Obertino Spinola] mons. Lanfranc Tartar [Lanfranco Tartaro] et mons. Nicole de Paraz [de Varese] et plusieurs autres soffisanz hommes de Genes, lesquieux firent venir plusieurs charpentiers et maistres pour faire les galees qui se firent en Normandie, et XX en ot l’en des faites du roi de Sicile21.

  • 22 En 1295, Pierre Luissier (Hostarii) dirige aussi la construction des galées de l’armée comm (...)

13Tous ces Génois sont appelés pour diriger les constructions navales22.

  • 23 Documents relatifs au Clos des Galées de Rouen…
  • 24 Le « Clos des Galées » ne porte ce nom qu’à partir de 1300.
  • 25 M. Mollat du Jourdin, « Philippe Auguste et la mer », p. 617.
  • 26 En 1213, 1 500 nefs sont prêtes à passer la Manche ; en 1215, 7 000 hommes sont tra (...)

14Le roi, en effet, préparait avec énergie et de grosses sommes de deniers la guerre sur mer. Au printemps 1295, il fait donc venir des Génois pour diriger le Clos des Galées à Rouen, dont il a déjà conçu le plan. Il crée en effet un premier arsenal sur les bords de la Seine. Le Clos des Galées de Rouen est bien connu23. Anne Merlin-Chazelas a publié l’essentiel des documents24. Le roi voulait en effet pouvoir disposer de bateaux qui se trouvent sur la Manche. Peut-être avait-il en mémoire en effet l’expédition du prince Louis en 1215 qui ne disposait que d’une flotte hétéroclite, quoique relativement importante. Pour cette expédition, Philippe Auguste avait fait rassembler des bateaux ; « ils envoierent tantost as pors de mer, si firent retenir toutes les nés que il trouverent, et puis cuisent carpentiers, et en fisent assés faire de novieles »25. Malgré ce qui semble une forme d’improvisation, Philippe Auguste et le prince Louis finirent par disposer d’un grand nombre de bateaux26.

  • 27 Cette flotte réunie et construite en partie au Clos des Galées devait être constituée de ba (...)
  • 28 F. Funck-Brentano, « Document pour servir à l’histoire… », p. 326-348.
  • 29 M. Mollat du Jourdin, « Philippe Auguste et la mer », p. 617 ; C. Petit-Dutaillis, Étude…, (...)
  • 30 Compte de Girard Le Barillier, in Comptes royaux, t. II, p. 584 et 596-610. L’éditi (...)

15Pour Philippe IV, la flotte réunie grâce à toutes les aides venues de toutes parts – Gênes, Marseille et les bateaux construits sur le Clos à Rouen – aurait compté 700 nefs et 50 galères. Le Clos aurait fourni en 1295 50 galées et 7 galiotes27. Et surtout les villes normandes fournirent des bateaux : un bateau est ainsi payé par les villes d’Harfleur, Caen, Leure, Chef-de-Caux et Rouen28. Le système était moins productif toutefois que celui des Cinque Ports : ceux-ci en effet devaient fournir une cinquantaine de bateaux à la demande du roi d’Angleterre29. Mais ce sont toutefois 223 bâtiments de la flotte de commerce normande qui furent réunis à Rouen et plus de 33 à Harfleur30.

  • 31 Merlin-Chazelas, t. I, p. 27. Le clos, entouré d’une palissade, comportait deux écluses et (...)
  • 32 Sur Jean d’Aix, voir son compte des garnisons de l’armée de mer en 1295 : Comptes royaux, t (...)
  • 33 Dans ibid., nos 6332, 6334, 1552, mais surtout « Compte de Renaut Barbou pour l’arm (...)

16La décision de disposer d’un arsenal à Rouen est importante pour comprendre la politique royale. Le Clos des Galées aurait peut-être préexisté au règne de Philippe IV. Des charpentiers de marine devaient exister en effet à Rouen sur la rive gauche dès 1226. Mais l’arrivée des Génois mandés par Philippe IV marque sa volonté de faire « monter en puissance » cet arsenal31. Il fut dirigé par des officiers royaux. Le premier Jean d’Aix y joua un rôle important en 1295 et 129632. Renaut Barbou, bailli de Rouen et en charge du Clos, rendit aussi un compte que nous avons conservé33.

  • 34 E. Boutaric, « Documents relatifs… », p. 124.

17Les chefs de la flotte furent dans un premier temps Français : le roi avait choisi le comte d’Artois (Boulogne et Calais), le comte d’Aumale (vers Abbeville), « li sire d’Aricourt et mons. Jehan de Rouvray, en Normandie », outre « mons. Fouque de Mel[lo] et mons. Hugues de Thouars » « vers la Rochelle », « et li dessusdit comte d’Aubemale et li sire de Montmorenci. Estoient mestres ordeneeurs de faire armer toutes les nés en Flandres et les nés et les gaies en Normandie, et faisoient payer les gens d’armes pour toute cele grant armee de cele année [1295] qui cousta avec le coust des galies et la garde de la marine plus de 600 000 livres tournois »34.

  • 35 Graville ou Graville-Sainte-Honorine est aujourd’hui un quartier du Havre, Seine-Maritime.
  • 36 É. Lalou, Itinéraire de Philippe IV le Bel…, t. II, p. 114, août 1295.
  • 37 Comptes royaux, t. II, no 25 364.
  • 38 Livre rouge, nos 244 et 381. Livre rouge = C.-V. Langlois, « Registres perdus de la Chambre (...)
  • 39 Arch. dép. Orne, H 3196.

18Le roi était très attentif à la guerre sur la mer : « en cele année » 1295 il se rendit plusieurs fois à Rouen et à Graville35, pour « surveiller les travaux », rencontrer les amiraux et préparer la guerre36. Depuis Graville, en août 1295, le roi fit don d’une rente à Lanfranco Tartaro, ce même Lanfranco Tartaro qui reçut les 234 marins venus de Gênes le 26 mai37. Depuis Graville encore, le roi donna la maison royale de Gravenchon et 1 000 livres de rente à Jean d’Harcourt38. Mathieu de Montmorency, chambellan et commandant de nefs, reçoit en ce même mois d’août 1295 à Graville le château d’Argentan39. Ces dons récompensaient les services rendus par les amiraux.

  • 40 « The Treason of Sir Thomas de Turberville », in Chronicles of the Mayors and Sheriffs of L (...)
  • 41 C. de La Roncière, « Le blocus continental… », p. 418.

19Montmorency avait en effet commandé une descente sur Douvres le 1er août 1295 – une partie de la ville fut brûlée et des habitants tués, tandis que Jean d’Harcourt naviguait le long des côtes de Flandre pour entraver le commerce anglais. Un espion travaillant pour la France40, Thomas de Turbeville, qui avait été libéré à la condition de fournir des renseignements, fut découvert par Édouard Ier, qui fut ainsi averti du plan français. Il s’agissait d’envahir l’Angleterre. En effet, Édouard Ier convoqua le 30 septembre 1295 à Westminster un certain nombre de grands « à propos de l’invasion »41. La découverte de cet espion marqua la fin de la possibilité de s’attaquer par mer à l’Angleterre après 1295. La flotte se dirigea ensuite vers la Flandre.

  • 42 M. Mollat du Jourdin, « Philippe Auguste et la mer », p. 606, qui cite l’Histoire des ducs (...)

20Philippe IV voulait-il « envahir l’Angleterre » comme Édouard Ier semble l’avoir cru ? Le prince Louis, 80 ans auparavant, avait bien réussi à débarquer en Angleterre, même si la mort du roi Jean changea la donne et le contraignit à repartir. On se souvient du rêve fait par Philippe Auguste qui, se réveillant subitement : « Dex ! k’atenc-jou qui ne vois Engletierre conquerre ?! », fit aussitôt venir ses conseillers, frère Guérin, Barthélemy de Roye, Henry le Maréchal. « Li rois commanda à eus que il envoiassent tost par toute la terre as pors de mer, si fesissent retenir toutes les nés que il trouveroit, et des nouvieles fessissent à grant planté ; car il voloit passer en Engletierre et le regne conquerre »42.

  • 43 E. Boutaric, « Documents relatifs… », p. 112-118, no V ; Arch. nat., J 456, no 36 ; (...)
  • 44 Le mémoire est une estimation des sommes nécessaires pour le projet. B. Zaccaria compte (...)
  • 45 F. Neveux, La Normandie royale (XIIIe-XIVe siècles), Rennes, Éditions Ouest-France, 2005. S (...)
  • 46 M. Mollat du Jourdin, « Philippe Auguste et la mer », p. 611.

21Nous disposons d’un projet rédigé pour le roi par Benedetto Zaccaria et édité par Edgard Boutaric43. C’est une proposition chiffrée44, de guerre de harcèlement plus que d’invasion. Des galées attaqueront les ennemis en mer, mais aussi dans les ports, les brûlant et tuant les habitants qui se porteraient à la rescousse. Sont envisagées aussi des « descentes » « gastant et essillant », « et menant le pais a feu et a flamme », « destruiant les bestiaus, les bours et les villes que il porroient prendre ». Et ensuite une fois le pays, la contrée « destruite et essilié », « ils se retraroient en leur ussiers sans bataille prendre ». On croirait entendre décrite la stratégie des raids vikings à l’origine de la Normandie ou plus tard de la course ou piraterie pratiquée au début du XIIIe siècle par Eustache Le Moine45, suivi par les Normands Fauquet de Bréauté et Pierre d’Auge46. Les pirates devaient agir depuis plusieurs ports normands : Saint-Valéry, Dieppe, Fécamp et Honfleur.

  • 47 R. S. Lopez, Benedetto Zaccaria…
  • 48 Compte de Renaut Barbou, in Comptes royaux, t. II, p. 724, nos 27 168-27 252. Il es (...)

22Ce Benedetto Zaccaria, auteur du projet, est célèbre. Il se mit au service du roi comme amiral. L’historien de l’amiral de Philippe IV est Roberto Lopez, qui y consacra sa thèse en 193347. Amiral, marchand, diplomate et homme politique génois, il appartenait à la grande famille génoise degli Zaccaria de Castro o de Castello, plus simplement Zaccaria. Le mémoire qu’il soumit au roi est daté par Boutaric de 1294 ; mais Charles de La Roncière estime, justement, qu’il doit dater plutôt de 1297, donc après la fin de la guerre de Gascogne. Si la date du début de sa fonction est imprécise, on sait que Zaccaria resta au service de Philippe IV au moins jusqu’en 1300 puisqu’il est mentionné dans le compte de Renaut Barbou de 1300 sous le titre de « l’amiraut » : il dirige en effet les vaisseaux de la guerre avec la Flandre48. Zaccaria disparaît en 1307.

  • 49 Cet événement explique peut-être la mention de « 10 galies » seulement à Rouen dans (...)
  • 50 Les chefs de ces flottes étaient Robert d’Helleville, Michel du Mans et Oton de Toucy.

23En embauchant les marins génois pour travailler au Clos des Galées et Benedetto Zaccaria pour diriger la flotte, Philippe IV voulait mettre tous les atouts de son côté, surtout après les piteux résultats obtenus par Jean d’Harcourt et Mathieu de Montmorency, pourtant récompensés à Graville. Une flotte fut emportée en novembre 1295 au large de l’Écosse49 et c’est sans compter avec la vengeance des Anglais après le sac de Douvres, qui firent des raids sur Cherbourg et Barfleur. Il y eut encore des opérations sur mer mais l’heure n’était plus au débarquement en Angleterre. Les combats eurent lieu au large de la Guyenne et de la Flandre50. Une victoire navale fut remportée en 1304, les 10-11 août à Zierikzee par Reniere Grimaldi, l’amiral qui succéda à Zaccaria, juste avant Mons-en-Pévèle (18 août 1304). Guy de Namur y fut fait prisonnier. Reniere Grimaldi reçut le 2 septembre 1 000 livres de rente de la part du roi.

24Philippe IV, avec la mise en place du Clos des Galées, la venue des Génois comme mariniers et charpentiers de marine à Rouen, l’embauche de Benedetto Zaccaria comme amiral, concentra donc à Rouen une flotte destinée, sinon à une invasion, au moins à une stratégie de piraterie sur les côtes anglaises. Cette stratégie ne réussit qu’à moitié ; elle fut arrêtée par les trêves en Gascogne, bien que les Italiens aient continué à opérer sur les côtes de Flandre avec la guerre qui s’y transporta.

  • 51 Un Guglielmo Spinola recevait de Philippe Auguste une rente à vie de 10 marcs assignée sur (...)
  • 52 F. Neveux, La Normandie royale…, p. 480-482.

25Les Italiens sont encore présents – Spinola51, Doria, Grimaldi et Barbavera – lors de la bataille de l’Écluse (24 juin 1340), où ils ne purent s’opposer à l’incompétence des Français mis à la tête de la flotte, l’amiral Hue Quiéret et Nicolas Béhuchet, capitaine de la mer52. Les navires normands furent alors détruits en grand nombre, de même que les marins : 20 000 Normands d’après la Chronique normande, à côté de 10 000 Génois et 10 000 Anglais.

  • 53 C. de La Roncière, « Le blocus continental… », p. 409.

26Le roi Philippe IV le Bel dépensa en tout cas de très grosses sommes, montrant par là sa volonté de se munir d’une flotte. Sans aller jusqu’à l’enthousiasme de Charles de La Roncière qui parle de « cette merveilleuse création d’une marine d’État, puissante et vivace, que nous dûmes au génie de Philippe IV »53, il convient de souligner l’importance du projet du roi qui n’avait pas abandonné dans un premier temps l’idée d’un débarquement, même limité, en Angleterre.

  • 54 M. Mollat du Jourdin, « Philippe Auguste et la mer », p. 606-623 ; J. Baldwin, Philippe Aug (...)
  • 55 J. Le Goff, Saint Louis, Paris, Gallimard, 1996, p. 433.

27Si l’on garde à l’esprit que l’invasion de l’Angleterre était envisageable encore sous Philippe le Bel, on peut trouver là une explication au mariage de Philippe Auguste avec Ingeborg de Danemark54. Les royaumes scandinaves étaient encore, avec les Génois ou les Vénitiens, une partie du monde experte en navigation, d’où l’essai sous Philippe IV pour obtenir l’alliance d’Erik de Norvège et ses bateaux. De même, Louis IX avait espéré en d’autres temps que Haakon IV de Norvège lui apporterait son aide pour partir en croisade55. Le mariage de Philippe Auguste avec Ingeborg fut peut-être motivé par le simple désir de disposer de bateaux pour envahir l’Angleterre.

Notes

1 É. Lalou, « Les négociations diplomatiques avec l’Angleterre sous le règne de Philippe le Bel », in La « France anglaise » au Moyen Âge (Actes du CXIe congrès national des sociétés savantes, Poitiers, 1986), Paris, CTHS, 1988, p. 325-355, particulièrement p. 334 ; X. Hélary, L’armée du roi de France. La guerre de Saint Louis à Philippe le Bel, Paris, Perrin, 2012.

2 L. Jean-Marie, La Normandie, les villes et la mer (XIIe-milieu XIVe siècle). Titre du mémoire inédit : Le prince, la Normandie et la mer (milieu du XIIe siècle-1204), habilitation à diriger des recherches, université de Caen, 9 décembre 2016.

3 Exposition « Traverser la Manche : 1 000 ans de relations anglo-normandes », archives départementales de Seine-Maritime, 18 octobre 2013-28 janvier 2014, désormais exposition itinérante. D. Bates y présenta une conférence sur le sujet. Voir aussi La traversée France-Angleterre du Moyen Âge à nos jours (VIIe colloque européen des pays du Calaisis, 28-29 novembre 2009), org. Stéphane Curveiller (université d’Artois), avec les interventions de C. Mériaux (université Lille III), « De Longuenesse à Bath : des moines de Saint-Bertin de Saint-Omer traversent la Manche en 944 » ; C. Giraud (université Nancy II), « Les voyages forment la jeunesse : les migrations scolaires entre la France du Nord et l’Angleterre au XIIe siècle » ; F. Laget (université de Nantes), « Traversée ou invasion ? Le point de vue des chroniques anglaises de la fin du Moyen Âge » ; J. Devaux (université Littoral – Côte d’Opale), « Une chevauchée anglaise en Flandre maritime : Froissart et la “croisade” de l’évêque de Norwich ». Et plus largement les colloques du groupe de recherches du CNRS « France-îles Britanniques ».

4 R. Fawtier, L’Europe occidentale de 1270 à 1380, t. VI de l’Histoire du Moyen Âge, G. Glotz (dir.), Paris, Presses universitaires de France, 1940, p. 314-325 ; C. de La Roncière, « Le blocus continental de l’Angleterre sous Philippe le Bel », Revue des questions historiques, 31e année, nouv. série, t. XVI (LXe de la collection), 1896, p. 401-441, volume en ligne sur Gallica ; C. Jourdain, « Les commencements de la marine militaire sous Philippe-le-Bel », Revue des questions historiques, 15e année, t. XXVIII, 1880, p. 398-427.

5 É. Lalou, « Les négociations diplomatiques… », p. 329. Les Cinque Ports étaient Hastings, Romney, Hythe, Douvres, Sandwich et plus tard Winchelsea, Pevensey et Rye.

6 C. Bémont, Rôles gascons, Paris, Imprimerie nationale, 1900, t. II, introd. p. CXXVI.

7 P. Chaplais, English Medieval Diplomatic Practice, Londres, Public Record Office, 1982, Part I, no 250, p. 395.

8 C. Bémont, Rôles gascons, p. CXXVII ; P. Chaplais, English Medieval Diplomatic Practice, p. 272.

9 C. Bémont, Rôles gascons, p. CXXVIII ; Recueil des historiens des Gaules et de la France, J.-D. Guigniaut et N. de Wailly (éd.), Paris, Imprimerie impériale, 1855, t. XXI, p. 133 ; Recueil des historiens des Gaules et de la France, N. de Wailly et L. Delisle (éd.), Paris, Imprimerie impériale, 1865, t. XXII, p. 575. Edmond de Lancastre rapporte très précisément l’évolution des négociations entre la France et l’Angleterre. Edmond fut joué par le roi : après de bonnes paroles, une entrevue avec le roi mit fin à l’entente (T. Rymer, Foedera, conventiones, litterae, Londres, s. n., 1816-1869, I2 794). Édouard Ier lui donna sa lettre de pouvoir le 1er janvier 1294. Après que « molt de tratiez eussent esté entre le roy de France et son conseil d’une part e moy de par mon seigneur le roi d’Engleterre, d’autre, cela n’aboutit pas ». « La royne Marie [de Brabant] et la royne Jehanne [de France] prierent que jeo repreisse les traiz avec elles » « et jeo avec monsire Hugh de Ver, e maistre Johan de Lacy, repreismes les traitez ovec les dites roynes après molt de paroles, accordasmes entre elles et nous ». Édouard Ier accorde son assentiment au traité. Manque celui du roi « lequele vint en un chambre ou moy, la royne ma famme [Blanche de Navarre], monsire Hue de Ver et maistre Johan de Lacy estoiens, e mena ove li le duc de Borgoine, e nous promist sicome il estoit loiaux roys, que il nous tendreit toutes cestes choses dessus dites, en la presence des avant nomez, e repela ladite somonse a meismes leure et puis la fist repeler par l’evesque d’Orlians [Pierre de Mornay] en pleine sale, sicome elle fust fait ». Rapport d’Edmond à Édouard Ier : « nous venimes a le deux roignes que eles priassent au roi que il donast condut pur mon seigneur le roi, qu’il rendust la terre et les prisons si come il avaoit en covenance. Et le dit roi moi fist dire en secret, en la presence ladite dame Johanne, que joe ne fusse grevez de la dure respounce que moi seroit fait devant dits consaillez ». Devant les conseillers, le roi refuse de rendre l’Aquitaine occupée. mutatoque vultu quasi dedignando recessit / le roi changea de visage et se retira dans le dédain (T. Rymer, Foedera…, I795).

10 É. Lalou, « Les négociations diplomatiques… ». Parmi les raisons : roi jeune face à un Édouard Ier plus vieux et trop puissant ; influence de Pierre Flote, très anti-Anglais (il aurait voulu « tout prendre » au roi d’Angleterre : cité dans J. Favier, Philippe le Bel [1998], rééd. Un roi de marbre, Paris, Fayard, 2005, p. 214) ; animosité de même de Charles de Valois, toujours à court d’argent. Ou encore volonté de Philippe IV de maintenir le royaume dans la guerre : proposition hardie de X. Hélary lors de son intervention à Francfort, lors du colloque « Bouvines » en novembre 2014 – proposition non reprise dans son article « Ceux qui n’auraient pas dû y être : quelques combattants de la bataille de Bouvines », dans le volume publié : Bouvines 1214-2014. Histoire et mémoire d’une bataille / Eine Schlacht zwischen Geschichte und Erinnerung, P. Monnet (dir.), Bochum, Verlag Dr. Dieter Winkler, 2016, p. 19-28.

11 E. Boutaric, « Documents relatifs à l’histoire de France sous Philippe le Bel », Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque impériale, t. XX, 2e partie, 1862, no VII, p. 123-129. Document réédité par F. Funck-Brentano, « Document pour servir à l’histoire des relations de la France avec l’Angleterre et l’Allemagne sous le règne de Philippe le Bel, étude critique », Revue historique, t. XXXIX, janvier-avril 1889, p. 326-348.

12 X. Hélary, L’armée du roi de France…, p. 148 ; J. R. Strayer, The Reign of Philip the Fair, Princeton, Princeton University Press, 1980, p. 319.

13 Ibid. Traduction : « Bien qu’il n’y eût pas de batailles navales, les Français dépensèrent de grosses sommes d’argent pour préparer une flotte d’invasion et Édouard dépensa beaucoup d’argent pour construire des bateaux pour repousser l’invasion ». M. Prestwich pensait que cette guerre fut la plus chère de toutes les guerres d’Édouard Ier (War, Politics and Finance under Edward I, Totowa [NJ], Rowman and Littlefield, 1972, p. 171-172).

14 Un nombre très important de comptes est cité dans Inventaire d’anciens comptes royaux dressé par Robert Mignon, C.-V. Langlois (éd.), Paris, Imprimerie nationale (Documents financiers ; 1), 1896 (cité désormais Mignon). Dans les Comptes royaux (R. Fawtier [éd.], Paris, Imprimerie nationale, 1956), R. Fawtier a publié dans le tome II, p. 575 à 649, les comptes se rapportant à la guerre sur mer. Ce sont le compte de Jean d’Aix (1295.- Arch. nat., K 36, no 43 bis), de Girard Le Barillier et Bertaut Mouton pour les garnisons à Rouen (1295.- Ibid., K 36, no 43, et BNF, Clairambault 469, fol. 199), de Vincent Tancret (1296.- Bibl. mun. Rouen, Leber 5870, Menant VIII, fol. 132 vo), de Pierre Luissier (1297-1298.- BNF, NAF 20025, no 15 ; ms. fr. 25992, no 41), du sire de Harcourt (1295.- Ibid., NAF 2628, fol. 7). Sans compter le compte de Pierre Leroux pour acheminer des marins de Nîmes à Rouen (1295.- Ibid., NAF 20025, no 11).

15 Sur les négociations diplomatiques, voir J. R. Strayer, The Reign of Philip the Fair, p. 320.

16 22 octobre 1295 : Arch. nat., J 457, nos 2 et 2 bis. Document en ligne sur ARCHIM ; édité dans Bibliothèque de l’École des chartes, 1re série, t. IV, 1842-1843, p. 358 et suiv. L’acte porte le sceau de Thibaut de Pouancé et de Simon Matifas de Bucy, qui ont mené la négociation pour le roi. É. Lalou, Itinéraire de Philippe IV le Bel (1285-1314), Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres (Mémoires ; 37), 2007, 2 vol., ici t. II : Routes et résidences, p. 117, à la date du 22 octobre 1295.

17 Rappelons la convention conclue par Philippe Auguste avec les Génois en 1190 pour partir en Terre sainte : les Génois transporteraient 650 chevaliers et 1 300 écuyers, avec des vivres pour 8 mois pour les hommes et les chevaux, sauf le vin pour 4 mois, moyennant 5 850 marcs d’argent fin payable en deux termes. M. Mollat du Jourdin, « Philippe Auguste et la mer », in La France de Philippe Auguste. Le temps des mutations, R.-H. Bautier (dir.), Paris, CNRS, 1982, p. 614 (p. 605-623).

18 Guill. Boccuce, viguier d’Aigues-Mortes en 1294-1295, avait dirigé à Marseille la construction de galées. Documents relatifs au Clos des Galées de Rouen et aux armées de mer du roi de France de 1293 à 1418, recueillis et analysés par A. Merlin-Chazelas, Paris, Bibliothèque nationale, 1977-1978, 2 vol., ici t. II, p. 34 (les deux tomes sont en ligne sur Gallica ; cité désormais Merlin-Chazelas). Et Mignon, p. 94 (no 660), 292 (no 2293) et 295 (no 2329).

19 « C’est dire si le roi de France n’a pas confiance dans les Normands et Picards pour financer un tel périple », dit C. de La Roncière (« Le blocus continental… »). Mais ce n’est pas seulement un manque de confiance : il ne faut pas sous-estimer l’habitude qui se prend alors de payer des soudoyers. Voir notamment R.-H. Bautier, « Soudoyers d’Outremont à Plaisance. Leur origine géographique et le mécanisme de leurs emprunts (1293-1330) », in La guerre et la paix : frontières et violence au Moyen Âge (Actes du CXe congrès national des sociétés savantes, Lille, 1976), Paris, Bibliothèque nationale, 1978, p. 95-130 ; rééd. R.-H. Bautier, Commerce méditerranéen et banquiers italiens au Moyen Âge, Aldershot, Variorum, 1992, no XI.

20 Sources d’histoire médiévale, É. Lalou et G. Brunel (dir.), Paris, Larousse, 1992, p. 502-503 ; Comptes royaux (1285-1314), R. Fawtier (dir.), Paris, Imprimerie nationale – Klincksieck, 1954, t. II, p. 626-630 ; C. de La Roncière, Histoire de la marine française, t. I : Les origines, Paris, Plon, 1899, p. 323-363 ; R.-H. Bautier, « Recherches sur les routes de l’Europe médiévale. I. De Paris et des foires de Champagne à la Méditerranée par le Massif central », Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1610) du Comité des travaux historiques et scientifiques, t. I, 1960, p. 99-143.

21 E. Boutaric, « Documents relatifs… », p. 124.

22 En 1295, Pierre Luissier (Hostarii) dirige aussi la construction des galées de l’armée commandée par Oton de Toucy. Renaut Barbou lui succède de 1302 à 1305 après avoir été bailli de Rouen et il travaille avec Pierre de la Reue. Renier Renier (un Italien pourrait se cacher sous ce nom) et Pierre Le Prévost leur succèdent. Pour Pierre Luissier, cinq comptes sont cités dans Mignon : p. 289 (no 2280), 290-291 (no 2288), 293 (no 2302) et 321 (no 2510) ; Merlin-Chazelas, t. I, p. 35. Pierre Luissier, même si l’on ne connaît pas son titre, joue le rôle qui sera plus tard celui du garde du Clos des Galées, réunissant notamment les « garnisons ».

23 Documents relatifs au Clos des Galées de Rouen…

24 Le « Clos des Galées » ne porte ce nom qu’à partir de 1300.

25 M. Mollat du Jourdin, « Philippe Auguste et la mer », p. 617.

26 En 1213, 1 500 nefs sont prêtes à passer la Manche ; en 1215, 7 000 hommes sont transportés ; en 1216, 41 nefs arrivent dans la Tamise ; le 20 mai, 800 nefs appareillent de Boulogne, Wissant, Gravelines et Calais. En 1217, 200 nefs partent de Boulogne, 120 nefs françaises arrivent en Angleterre ; encore 80 appareillent de Calais et du Boulonnais. Louis – le prince Louis – disposa aussi de bateaux fournis par les Cinque Ports. C. Petit-Dutaillis, Étude sur la vie et le règne de Louis VIII (1187-1226), Paris, E. Bouillon (Bibliothèque de l’École des hautes études. Sciences philologiques et historiques ; 101), 1894, p. 107, 141.

27 Cette flotte réunie et construite en partie au Clos des Galées devait être constituée de bateaux de différentes sortes : grandes ou petites nefs, huissiers, galées, galiotes…

28 F. Funck-Brentano, « Document pour servir à l’histoire… », p. 326-348.

29 M. Mollat du Jourdin, « Philippe Auguste et la mer », p. 617 ; C. Petit-Dutaillis, Étude…, p. 96 ; J. Boussard, Le gouvernement d’Henri II Plantagenêt, Abbeville, F. Paillart, 1956.

30 Compte de Girard Le Barillier, in Comptes royaux, t. II, p. 584 et 596-610. L’édition dit Honfleur mais c’est probablement plutôt Harfleur. La ville d’Harfleur accueillit en effet aussi une autre partie du Clos des Galées.

31 Merlin-Chazelas, t. I, p. 27. Le clos, entouré d’une palissade, comportait deux écluses et des « halles » nommées (plus tard) de noms de provinces (Flandre, Normandie, Bretagne).

32 Sur Jean d’Aix, voir son compte des garnisons de l’armée de mer en 1295 : Comptes royaux, t. II, p. 575.

33 Dans ibid., nos 6332, 6334, 1552, mais surtout « Compte de Renaut Barbou pour l’armée de mer à Rouen » (1299-1300), t. II, p. 724, nos 27 168-27 252 (BNF, NAF 20025, fol. 28). Il correspond au no 2599 de Mignon. Ce compte est classé dans le chapitre sur la guerre de Flandre. Autres chefs militaires qui ont fait des comptes pour le Clos : Jean de Butonnera, l’amiral Oton de Toucy, Nicole de Paraz, Benoit Zaccharie, Gobert de Heleville, Michel du Mans, l’amiral Reniere Grimaldi ainsi que le sénéchal de Périgord et Quercy ou le comte d’Eu, Jean Arrode, ou d’autres personnages chargés des garnisons des résidences royales. Travaillèrent aussi au Clos des Galées : Girart Le Barillier, Bertaud Mouton, Thomas Lenglois, Robert Boutier, dont les comptes publiés par R. Fawtier sont recensés plus haut en notes.

34 E. Boutaric, « Documents relatifs… », p. 124.

35 Graville ou Graville-Sainte-Honorine est aujourd’hui un quartier du Havre, Seine-Maritime.

36 É. Lalou, Itinéraire de Philippe IV le Bel…, t. II, p. 114, août 1295.

37 Comptes royaux, t. II, no 25 364.

38 Livre rouge, nos 244 et 381. Livre rouge = C.-V. Langlois, « Registres perdus de la Chambre des comptes de Paris », Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale, t. XL, 1917, p. 33-398.

39 Arch. dép. Orne, H 3196.

40 « The Treason of Sir Thomas de Turberville », in Chronicles of the Mayors and Sheriffs of London 1188-1274, H. T. Riley (éd.), Londres, Trübner, 1863, p. 293-295. British History Online : http://www.british-history.ac.uk/no-series/london-mayors-sheriffs/1188-1274/pp293-295 [consulté le 20 août 2016].

41 C. de La Roncière, « Le blocus continental… », p. 418.

42 M. Mollat du Jourdin, « Philippe Auguste et la mer », p. 606, qui cite l’Histoire des ducs de Normandie et des rois d’Angleterre, F. Michel (éd.), Paris, Renouard, 1840, p. 119-120.

43 E. Boutaric, « Documents relatifs… », p. 112-118, no V ; Arch. nat., J 456, no 36 ; A. Musara, « Un progetto di razzia del suolo inglese redatto per Filippo IV il Bello (1294 ca.) », Francigena, t. II, 2016, p. 249-272 ; R. S. Lopez, Benedetto Zaccaria, ammiraglio e mercante nella Genova del Duecento, Milan – Messine, Principato, 1933. Un compte rendu se trouve dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. XCVIII, 1937, p. 374, par R. Brun. Je remercie ici mon collègue Dan Muresan qui m’a facilité l’accès à la lecture de ce livre.

44 Le mémoire est une estimation des sommes nécessaires pour le projet. B. Zaccaria compte ainsi : les gages des mariniers 9 600 £t pour le mois ; les « choses a vivre » 2 300 £t ; les « armeures » 3 000 livres tournois et les armements (voiles, cordes, etc.) 5 000 livres tournois. Il compte aussi « pour amener les galies à Rouen qui sont en Petou et en Gascoigne, qui seront XIII, quar nous n’en avons a Rouen que X » 3 000 livres tournois pour une « somme toute 63 800 livres tournois ».

45 F. Neveux, La Normandie royale (XIIIe-XIVe siècles), Rennes, Éditions Ouest-France, 2005. Sur Cadoc : p. 80-81 ; Eustache Le Moine : p. 32, 33 et 80. Voir M. Mollat du Jourdin, « Philippe Auguste et la mer », p. 616. Philippe Auguste et son fils Louis forment un premier plan de campagne contre l’Angleterre en 1213. Eustache Le Moine, descendant d’une noble famille artésienne, passé du cloître de Saint-Vulmer à l’office de sénéchal du comte de Boulogne, puis du service de Jean sans Terre à celui de Louis de France, opérait selon la méthode habituelle des chefs de bande et des aventuriers de la mer en procédant à des razzias, à partir de l’île de Serk. Pirata fortissimus, il fit régner la panique au point qu’on lui attribua le pouvoir magique de dissimuler son propre navire pour mieux surprendre ses victimes. Son rôle au service du roi fut très actif entre 1216 et 1217. Il protégea les convois successifs qui transportèrent les troupes d’invasion et d’occupation ; mais le 24 août 1217 son bateau fut abordé et il eut la tête tranchée.

46 M. Mollat du Jourdin, « Philippe Auguste et la mer », p. 611.

47 R. S. Lopez, Benedetto Zaccaria…

48 Compte de Renaut Barbou, in Comptes royaux, t. II, p. 724, nos 27 168-27 252. Il est mentionné aussi dans deux comptes de Pierre Luissier en 1297-1298 (ibid., nos 24 614 et 24 676) : « Item a messire Beneet Zacharie, amiraut : 2 tonneaus. Sine litteris ». « Pour blé acheté, pois, feves et pour les galies Beneet Zacharie ».

49 Cet événement explique peut-être la mention de « 10 galies » seulement à Rouen dans le mémoire de Zaccaria (voir note ci-dessus).

50 Les chefs de ces flottes étaient Robert d’Helleville, Michel du Mans et Oton de Toucy.

51 Un Guglielmo Spinola recevait de Philippe Auguste une rente à vie de 10 marcs assignée sur le trésor de sa « chambre » « pour le récompenser de ses services sur terre et sur mer ». Rente confirmée par Louis VIII en 1226 (C. Petit-Dutaillis, Étude…, p. 507, et J. Monicat et J. Boussard, Recueil des actes de Philippe Auguste, roi de France, t. IV : Années du règne XXVIII à XXXVI [1er novembre 1206-31 octobre 1215], C. Samaran [dir.], Paris, Imprimerie nationale, 1966, no 2231).

52 F. Neveux, La Normandie royale…, p. 480-482.

53 C. de La Roncière, « Le blocus continental… », p. 409.

54 M. Mollat du Jourdin, « Philippe Auguste et la mer », p. 606-623 ; J. Baldwin, Philippe Auguste et son gouvernement, Paris, Fayard, 1991.

55 J. Le Goff, Saint Louis, Paris, Gallimard, 1996, p. 433.

Auteur

Université de Rouen Normandie

Élisabeth Lalou, professeur d’histoire médiévale à l’université de Rouen Normandie, travaille sur l’Hôtel du roi et sa comptabilité au XIIIe et au début du XIVe siècle et aborde sur la même période des sujets normands comme Eudes Rigaud, archevêque de Rouen pendant le règne de Saint Louis. Elle a publié Les comptes sur tablettes de cire de la chambre aux deniers de Philippe III le Hardi et Philippe IV le Bel (1282-1309), sous la direction de R.-H. Bautier (Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 1994), Les comptes sur tablettes de cire de Jean Sarrazin, chambellan de Saint Louis (Turnhout, Brepols [Monumenta palaeographica Medii Aevi], 2003) et Itinéraire de Philippe IV le Bel (1285-1314) (Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres [Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres ; 37], 2007).

© Presses universitaires de Caen, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search