Version classiqueVersion mobile

La guerre en Normandie (XIe-XVe siècle)

 | 
Anne Curry
, 
Véronique Gazeau

Le service militaire dû au roi en Normandie au XIIIe siècle : autour de l’ost de 12721

Xavier Hélary

Résumé

Trois listes subsistent pour l’« ost de Foix », conduit en 1272 par le roi de France Philippe III (1270-1285) pour mater la révolte du comte de Foix. Les trois listes donnent les noms des vassaux convoqués, de ceux qui se sont effectivement présentés à Tours et de ceux, enfin, qui sont allés jusqu’à Toulouse. Comme les historiens l’ont déjà souvent remarqué, la part des vassaux normands parmi les noms cités est prédominante, ce qui confirme la solidité de la structure féodale en Normandie. Cette contribution se veut un travail préalable à une nouvelle édition des trois listes et à une étude approfondie du service féodal dans le royaume de France au XIIIe siècle.

Texte intégral

  • 1 Cette étude préparatoire à une investigation plus poussée sur le corpus documentaire relatif à l’«  (...)
  • 2 Y. Dossat, Saisimentum comitatus Tholosani, Paris, Bibliothèque nationale (Collection des documents (...)

1Au printemps 1272, le roi de France Philippe III (1270-1285) décide de rassembler son armée pour châtier la rébellion du comte de Foix Roger-Bernard III. Du point de vue militaire, l’« ost de Foix » n’est pas beaucoup plus qu’une démonstration de force. Ce premier objectif est facilement atteint, puisque le comte de Foix se soumet dès que paraît l’armée royale. Toutefois, en se rendant en personne dans le Midi, à la tête d’une grande armée, Philippe III souhaite également affirmer ses droits tout neufs. C’est seulement en septembre 1271, en effet, à la suite du décès de son oncle Alphonse de Poitiers et de la femme de celui-ci, Jeanne, que Philippe a hérité du vaste comté de Toulouse. Le jeune roi est sans doute soucieux de faire reconnaître son autorité dans des territoires en cours d’incorporation au domaine royal2. Un autre élément doit enfin être pris en compte : pour Philippe III, l’expédition qu’il médite dans le Midi est aussi l’occasion de faire le point sur les ressources militaires qu’il peut mobiliser.

  • 3 N. de Wailly, L. Delisle et C. Jourdain, Recueil des historiens des Gaules et de la France, Paris, (...)

2L’effort consenti au printemps 1272 par l’administration royale est connu par un ensemble de sources atypique si on le replace dans le contexte documentaire du XIIIe siècle capétien. Trois listes, en effet, ont été compilées à l’occasion de la réunion de l’« ost de Foix ». La première donne les noms des vassaux de plusieurs circonscriptions du domaine royal convoqués à Tours, deux semaines après Pâques (8 mai 1272), les vassaux des sénéchaussées du Midi devant se présenter, à Toulouse, deux semaines plus tard, le 22 mai. Dans la deuxième liste, se trouvent portés les noms de ceux qui se sont effectivement présentés à Tours, aux alentours de la date prévue, ou qui se sont fait représenter ou excuser. Arrivées à Tours, ces personnes déclarent devant Fourrier de Verneuil, maréchal de France, le service qu’elles savent ou pensent devoir rendre. La troisième liste est établie à Toulouse, au moment où l’armée est déjà entrée en campagne depuis environ trois semaines. Un certain nombre de vassaux indiquent alors la durée théorique du service qu’ils doivent, et le temps qu’ils ont déjà servi3.

***

3Reprenons la première liste. Malheureusement, elle n’est que partielle, puisqu’elle couvre seulement, dans cet ordre, les bailliages de Cotentin, Caen, Vermandois, Orléans, Caux, Gisors et la châtellenie de Pacy. Plusieurs circonscriptions manquent : la prévôté de Paris, les bailliages d’Amiens, Bourges, Étampes, Mâcon, Rouen, Sens et Senlis.

  • 4 Tous les exemples concernant le bailliage de Coutances se trouvent dans ibid., p. 735-736.
  • 5 Le bailli de Coutances change au cours de l’année 1272, mais c’est sans doute Jean de Chevreuse qui (...)

4Pour chaque circonscription, la présentation est différente. Pour le bailliage de Coutances, il s’agit d’une liste globale4. Chaque nom est accompagné de deux précisions : la qualité de chevalier, le cas échéant ; le fief dont la tenue justifie le service (« Henri de Friscamps, chevalier, tient [un fief] par don du roi, par une charte », Henricus de Friscampis, miles, tenet de dono regis per cartam). La mention per cartam, dans ses variantes orthographiques (per quartam), indique probablement que le feudataire est en mesure de produire la lettre de don du roi, sinon Philippe III, peut-être Saint Louis ou même Philippe Auguste. Les personnages les plus importants tiennent leur fief « en baronnie », per baronniam (dans l’ordre dans lequel ils apparaissent dans la liste : Guillaume de Vernon ; l’évêque de Coutances ; Jean d’Harcourt ; Robert Bertrand ; Guillaume de Courcy ; Raoul Tesson ; l’abbé du Mont Saint-Michel ; Eudes de Montfort tient « en moitié de baronnie », per dimidiam baroniam). La diversité des situations est donc très grande. Beaucoup de vassaux doivent le service « pour un fief entier » (per feodum integrum), mais beaucoup d’autres pour une moitié, un tiers, un quart, un cinquième, un sixième et même un septième de fief. Dans certains cas, les informations données par le vassal sont mises en doute par le bailli : « Renaud de Cartret, chevalier, est vassal pour la tierce partie [d’un fief], selon ce qu’il dit, mais nous croyons que c’est un fief entier » (Reginaldus de Cartret, miles, tenet per tertiam partem, ut dicitur, sed credimus per feodum integrum). Dans un cas, celui de Jean Painel, le vassal déclare ne pas savoir à quel titre il est le vassal du roi (nescit quomodo tenet). Toutes ces constatations incitent à penser que cette liste du bailliage de Coutances a été dressée à l’occasion de la convocation de 1272, et que son établissement s’est accompagné d’une vérification sur pièces. Il existait peut-être, dans les archives du bailliage, des documents sur lesquels s’appuyer, ce qui expliquerait le doute jeté sur la déclaration de Renaud de Cartret. Les feudataires, de leur côté, ont dû être invités à produire les pièces qui justifiaient leurs dires. Comme on l’a dit plus haut, nombreux sont ceux qui déclarent tenir un fief per cartam. Or, pour l’un d’entre eux, il est précisé que la pièce n’a pas été vue : « Thomas de Meullent est vassal par une charte de don du roi, mais nous ne [l’]avons pas vue » (Thomas de Meullent tenet per quartam de domini regis dono, sed non vidimus) ; ce qui laisse penser que les autres chartes de don avaient été vérifiées. Un assez gros travail est donc à porter au crédit du bailli de Coutances ou de ses agents5.

  • 6 RHGF, p. 736-737.

5Dans le bailliage de Caen, les vassaux sont classés en plusieurs catégories. Certains ont été convoqués par des lettres du roi, qui leur ont été présentées par le bailli. Les autres n’ont pas eu ce privilège, et ce sont les sergents du bailli qui se sont chargés de les mander ; ceux-là sont classés par vicomté (Bayeux, Caen, Vire et Falaise). Leur éventuelle qualité de chevalier est précisée ; en revanche, sauf exception, il n’est rien dit de la nature de leur fief. Une dernière mention indique que les bourgeois de Caen et de Bayeux ont été mandés à Toulouse, un mois après Pâques6.

  • 7 Ibid., p. 738-741.

6Le bailliage de Vermandois présente une configuration encore différente. Les vassaux sont classés par prévôté (Péronne, Chauny, Montdidier, Saint-Quentin et Ribémont, Béthisy, Laon, Roye, Compiègne, Pierrefonds), puis, au sein de chaque prévôté, distingués entre chevaliers (milites) et « écuyers » (armigeri), ceux-ci étant les membres de la classe chevaleresque n’ayant pas encore reçu l’adoubement7.

  • 8 Ibid., p. 741-744 (Orléans) et 744-747 (Caux).

7Pour le bailliage d’Orléans, la liste est en français. Comme à Caen, une poignée de vassaux ont reçu des lettres du roi ; les autres sont classés par prévôté (Orléans, Neuville-aux-Bois, Courcy, Vitry-aux-Loges, Châteauneuf, Boiscommun, Yèvre-le-Châtel, Boesse, Montargis, Janville, Lorris, Gien)8.

  • 9 Ibid.

8Vient ensuite le bailliage de Caux. Sont donnés d’abord les noms des abbés et des clercs ; ensuite ceux des chevaliers, puis des écuyers et des « vavasseurs ». Les vassaux du bailliage de Gisors sont classés par vicomté (Breteuil, Lire, Glos, Verneuil, Perticum, Bonsmoulins, « Potin », Bréval, Anet et Évreux) ; enfin, les noms des villes des bailliages de Verneuil et de Gisors convoquées à l’ost9.

  • 10 Ibid., p. 751-752.

9La liste se termine par les vassaux de la châtellenie de Pacy : d’abord les chevaliers, puis les abbés, les écuyers et les villes10.

10Autant qu’on peut le voir, cette première liste n’est donc en réalité qu’une compilation de listes partielles, chaque officier ayant dressé son propre état des feudataires dans sa circonscription, selon son plan propre. Peut-être les responsables des circonscriptions qui ne figurent pas dans la liste n’ont-ils rien envoyé, à moins que la trace n’en ait pas été gardée ; après tout, nous ne savons pas à quel moment la liste globale a été compilée.

11Deux points communs à toutes les listes méritent toutefois d’être signalés. Le premier, c’est que sont convoqués des tenanciers de fief, et non des combattants. On trouve, cités en nombre, des évêques, des abbés et des prêtres, convoqués soit ex officio, soit au titre de leur patrimoine personnel ; les femmes, notamment les veuves, sont également convoquées. Second point : quand elle est due, la qualité de chevalier est toujours mentionnée. En revanche, seul le bailli de Coutances a fait préciser la nature exacte du support féodal motivant le service dû par chaque vassal.

12Au total, du point de vue qui nous occupe, en prenant en compte le caractère partiel de la liste, les bailliages normands fournissent le plus grand nombre de noms, et le détail le plus grand quant à la nature des obligations de service. Du reste, comme on y reviendra plus loin, il est en soi significatif que quatre bailliages normands sur cinq figurent dans la liste (seul manque celui de Rouen), alors que les autres bailliages sont très majoritairement absents.

***

  • 11 Ibid., p. 752-766.

13La deuxième liste donne les noms de ceux qui, ayant été convoqués par le roi, se sont présentés à Tours11. Le document paraît plus homogène que celui que nous venons d’examiner ; sans doute l’original a-t-il été dressé d’un seul jet, au mois de mai 1272. Sont présentés d’abord les évêques (dont plusieurs viennent de Normandie : Bayeux, Coutances et Sées) ; puis les vassaux classés par bailliage : Rouen, Caen, Caux, Vermandois, Senlis, Sens, Orléans, Coutances, la prévôté de Paris, les bailliages de Gisors et de Verneuil (ensemble) et enfin Étampes. Plusieurs bailliages qui ne se trouvaient pas documentés dans la première liste sont donc mentionnés ici (Rouen, Senlis, Sens, Paris, Étampes).

  • 12 Le comte de Soissons et Robert et Jean de Neuville, ibid., p. 758.
  • 13 Robert de Corbeilles, Geoffroy de La Chapelle et Ausbert d’Andrezel, ibid., p. 760.

14La constatation faite à la lecture de la première liste se trouve confirmée. Globalement, les vassaux normands du roi savent à peu près pour quel fief ils doivent le service militaire – ou pour quel fief ils ne le doivent pas, car nombreux sont ceux qui déclarent ne pas devoir servir le roi, surtout dans le bailliage de Caen. Très différente est la situation dans le bailliage de Vermandois, où le service n’est jamais lié à un fief précis, mais simplement présenté comme « dû au roi », comme le montre l’exemple suivant : « Le comte de Soissons a comparu et va à l’ost avec trois chevaliers, pour ce qu’il doit au roi, ce qu’il a reconnu, et il a conduit avec lui six chevaliers en plus de son service » (ou plutôt : « en plus du service qu’il doit ») (comes Suessionis comparuit et vadit ad exercitum se quarto militum pro debito regis, quod confitetur, et ducit secum sex milites ultra suum servicium). En Vermandois, beaucoup de vassaux, d’ailleurs, précisent qu’ils doivent servir aux gages du roi (« Robert de Neuville, chevalier, et Jean de Neuville ont comparu, disant qu’ils doivent le service d’ost aux gages du seigneur roi », Robertus de Nova Villa, miles, et Johannes de Nova Villa comparuerunt, dicentes se debere exercitum ad gagia domini regis12). Dans le bailliage de Senlis, la situation se présente de la même façon. En revanche, dans le bailliage de Sens, il est parfois précisé que le service est dû pour un fief précis : « Robert de Corbeilles, écuyer, a comparu pour lui, pour la quarte partie d’un certain fief » (Robertus de Corboliis, armiger, comparuit pro se, pro quarta parte cujusdam feodi). On notera toutefois que ce fief n’est pas nommé, et que ce degré de précision demeure l’exception ; on ne la trouve jamais dans le bailliage d’Orléans. La plupart des vassaux cités se présentent « pour eux-mêmes », et fournissent parfois en plus un autre chevalier, servant pour une autre terre : « Geoffroi de La Chapelle, chevalier, a comparu pour lui-même ; il a conduit avec lui un chevalier pour le fief qu’il tient dans le bailliage de Sens » (Gaufredus de Capella, miles, comparuit pro se ; ducit secum unum militem pro feodo quod tenet in baillivia Senonensi). Il se dégage alors l’impression que le service est dû sur une base personnelle, davantage que pour un fief, alors que dans les bailliages normands, c’est l’inverse qui était vrai. Par ailleurs, plusieurs feudataires ne savent pas ce qu’ils doivent : « Ausbert d’Andrezel, chevalier, a comparu pour lui-même, étant dans le doute sur le service qu’il doit ; il est allé cependant à l’ost » (Ausbertus de Andresello, miles, comparuit pro se, dubitans quale servicium debeat ; vadit tamen ad exercitum13).

***

  • 14 Ibid., p. 767-783.
  • 15 Pierre d’Étampes est assez bien connu des spécialistes du Trésor des chartes, comme H.-F.Delaborde (...)

15Les conditions de rédaction de la troisième liste sont mieux connues14. Pierre d’Étampes, un clerc du roi de France, déclare avoir extrait d’un certain rouleau conservé à la Chambre des comptes les noms qu’il a consignés dans une liste spéciale, notre troisième document15. Le rouleau original, qui a servi de source à Pierre d’Étampes, avait été lui-même composé à partir des déclarations faites, à Toulouse, par les vassaux qui s’étaient joints à l’armée. Les personnages les plus importants sont regroupés dans une première section : ducs et comtes, chevaliers bannerets ; viennent ensuite les chevaliers de la prévôté de Paris et des autres bailliages « autour » (Milites balliviae Parisiensis, Stampensis et circa qui debent servitium domino regi) ; puis « les chevaliers de Normandie qui doivent le service au roi » (Milites de Normannia qui debent servicium domino regi), rangés par bailliage : Rouen, Caen, Caux, Cotentin, Gisors ; puis vient le tour des sénéchaussées de Poitiers et de Saintonge ; enfin, celles du Midi, de façon plutôt confuse. Cette troisième liste paraît notoirement incomplète ; mais elle confirme que les bailliages normands sont les mieux organisés, et les plus gros contributeurs.

***

16En tant que sources documentaires, les trois listes de l’ost de Foix sont à la fois précieuses et trompeuses. Trompeuses, car elles peuvent donner l’impression d’avoir été conçues dans un même mouvement, sur le même modèle, de manière à renseigner le gouvernement royal sur les ressources militaires disponibles. Or il n’en est rien, et les informations qu’elles donnent ne se complètent ou ne se recouvrent que de façon très partielle. Il est par exemple possible de suivre quelques vassaux d’une liste à l’autre, mais il serait hors de propos de fonder sur les données qu’elles contiennent une évaluation des effectifs mobilisés par Philippe III, car le roi pouvait compter sur les nombreux chevaliers recrutés directement par l’Hôtel. Ce n’est qu’au début du XIVe siècle, dans le contexte de profonde mutation que connaît alors le système militaire, que les conseillers de Philippe le Bel ou de ses successeurs ont vu l’utilité de ces différentes listes, qui permettaient de mobiliser un assez grand nombre de combattants sur une base féodale, et souvent gratuitement.

17Il n’en reste pas moins que ces listes, en dépit de leurs limites et en raison du manque de documents contemporains comparables, sont très utiles. Un des enseignements qu’elles fournissent concerne directement les bailliages normands. C’est en Normandie que le service féodal apparaît le mieux fondé, le mieux connu de ceux qui le doivent comme de ceux qui l’exigent, et aussi le plus intéressant, puisqu’il s’agit d’un service gratuit (pendant quarante jours), le fantasme des puissants. C’est en conséquence en Normandie que le service est le plus productif. On ne peut exclure, bien entendu, qu’il y ait une part de hasard dans la constitution de ces listes ; que ce soit un hasard que, dans les trois documents, bien que ceux-ci aient été, on l’a dit, constitués de façon distincte et autonome, les bailliages normands soient à chaque fois très bien représentés. Mais tout porte à croire, au contraire, que, s’ils figurent dans chacune des trois listes, c’est parce que c’est en Normandie que le service féodal est le mieux établi. Dans les autres circonscriptions du domaine royal, le fondement du service n’est presque jamais précisé ; les feudataires se présentent « pour eux-mêmes », comme s’il s’agissait d’un service personnel. En Normandie, en revanche, ils servent pour tel fief, ou telle part de tel fief ; ils savent d’ailleurs beaucoup mieux qu’ailleurs ce qu’ils doivent ; et c’est pour eux que la durée de quarante jours, souvent présentée comme universelle, paraît la norme.

  • 16 P. Guilhiermoz, Essai sur l’origine de la noblesse en France au Moyen Âge, Paris, Picard, 1902, not (...)

18Faut-il s’en étonner ? Certainement pas, car les historiens ont depuis longtemps montré le caractère très structuré du système féodal en Normandie. Pour ne citer que ces trois noms, Paul Guilhiermoz, Charles Haskins et Joseph Strayer y ont tour à tour insisté16. En Normandie, le service est fondé sur la définition d’une unité de compte, le « fief de haubert ». Un vassal qui tient un fief doit le service d’un chevalier. Ailleurs, dans les autres régions du royaume de France, le service est défini de façon beaucoup plus vague, apparemment sur une base personnelle. Un tel est homo ligius de tel autre, il doit exercitum et equitatum, ou éventuellement l’« estage », le service de garde d’une forteresse, mais c’est tout.

  • 17 La publication des registres Arch. nat. JJ 35 et 36 est en cours par les soins d’Élisabeth Lalou, p (...)

19En dehors du cas normand, une autre constatation doit être faite. Si ces trois listes ont été conservées de façon relativement précoce, c’est parce qu’elles ont été jugées utiles. C’est donc que le gouvernement royal, encore sous Philippe le Bel, ne dispose pas de documents similaires. On comprend que, dans les registres JJ 35 et 36, compilés vers 1302-1305, les clercs du roi aient pris soin de consigner les listes de combattants auxquels le roi expédiait les convocations pour les armées qu’il réunissait chaque année contre les rebelles flamands ; de tels documents, faisant état de l’effort de mobilisation conduit par le gouvernement royal, étaient précieux dans le sens où ils fondaient un précédent. De fait, les conseillers de Philippe V copient à leur tour des listes dans des registres, sur le modèle de celles qu’on trouve dans les JJ 35 et 3617.

  • 18 J. Longnon, L’empire latin de Constantinople et la principauté de Morée, Paris, Payot, 1949, p. 61- (...)
  • 19 On trouve d’autres exemples dans les principautés du royaume capétien : R.-H. Bautier, « Cartulaire (...)
  • 20 J. Boussard, « L’enquête de 1172 sur les services de chevalier en Normandie », in Recueil de travau (...)
  • 21 Les registres de Philippe Auguste, J. Baldwin, avec le concours de F. Gasparri, M. Nortier et É. La (...)
  • 22 RHGF, p. 725-726 (1236), 726-728 (1242) et 730-731 (1253).

20Avant cela, le roi capétien apparaît longtemps assez démuni. Si l’on revient au début du règne de Philippe III, dans les deux premières listes de l’ost de Foix, les vassaux déclarent eux-mêmes ce qu’ils doivent ; sauf dans le bailliage de Cotentin, les agents du roi ne disposent pas des moyens de contrôler leurs déclarations – mettre par écrit des listes, c’est bien se donner la faculté d’exiger à l’avenir un service qui aura déjà été reconnu une fois. Néanmoins, l’effort consenti en 1272 et dans les années qui suivent paraît bien modeste. Le gouvernement royal n’aurait-il pas pu lancer une vaste enquête déterminant les services dus au roi par ses vassaux ? N’aurait-il pas été capable de mettre au point une sorte de Domesday Book à l’échelle du domaine royal ? L’idée n’a rien d’absurde. Selon le témoignage de Geoffroy de Villehardouin, quand les croisés, après avoir pris Constantinople (1204), se préoccupent de partager les territoires jusqu’ici contrôlés par les Grecs, ils envoient sur place des enquêteurs estimer la valeur des futurs fiefs. Tel comte reçoit ensuite deux cents fiefs de chevalier, tel haut baron cent, tel seigneur cinquante ou vingt, chaque fief devant en principe le service d’un chevalier18. Il est difficile d’admettre que l’administration capétienne n’ait pas été en mesure d’accomplir ce qui paraît avoir été une tâche si naturelle pour les quelques centaines de croisés de 1204. Du reste, en Champagne, vers 1272, la comtesse Blanche d’Artois et son mari Edmond de Lancastre diligentent une enquête ambitieuse qui vise à recenser tous les droits et tous les biens qui leur reviennent19. Or, jusqu’au règne de Philippe le Bel, rien ou presque n’atteste d’un effort allant dans ce sens pour le domaine royal. La seule tentative de grande ampleur faite antérieurement par le gouvernement royal est celle de Philippe Auguste. Au lendemain de ses grandes conquêtes (la Normandie, l’Anjou et le Maine), Philippe prend soin de faire dresser l’inventaire de ses nouvelles ressources – c’est « l’esprit de bilan » dans lequel l’historien américain John Baldwin voit la marque du règne. Dans plusieurs registres successifs, progressivement améliorés, les clercs du roi inscrivent les services dus par les chevaliers. Pour la Normandie, ils se contentent d’abord de recopier la liste que Henri II Plantagenêt, comme duc de Normandie, avait fait compiler en 1172, une enquête qui était le pendant de celle de 1166 réalisée en Angleterre20. Des mises à jour, en 1204 et en 1208, permettent d’en actualiser les informations. En 1207, un nouvel état complet des fiefs normands est établi. À peu près à la même époque, c’est une liste de tous les chevaliers bannerets de la moitié nord du royaume, classés par région, qui est compilée. Une autre liste regroupe les trente-quatre évêchés royaux, avec la mention succincte des droits que possède le roi sur chacun d’entre eux, et avant tout s’il est en droit d’exiger le service militaire (exercitum). L’objectif de cette « mise en listes » est simple : le roi doit savoir qui doit venir le servir quand il réunit son ost21. Il faut croire pourtant que cet effort n’a guère été poursuivi par la suite, notamment sous le règne de Saint Louis, pourtant si important à bien d’autres égards. Saint Louis, de toute façon, recourt peu à la « semonce féodale », c’est-à-dire à la convocation à l’ost des vassaux. Pendant la seconde moitié de son règne, il n’en a pas besoin : le royaume est en paix avec ses voisins. Ses deux croisades sont fondées sur le volontariat et le recrutement de combattants soldés, sans que l’obligation féodale joue en tant que telle. Dans la première moitié du règne, en revanche, il doit à plusieurs reprises convoquer ses vassaux, ainsi en 1236 et en 1242. En septembre 1253, alors qu’il est encore en Terre sainte, Alphonse de Poitiers, qui gouverne en l’absence de son frère, réunit une armée contre le roi d’Angleterre Henri III22. Mais, après le retour de Saint Louis en 1254, aucune guerre ne justifie plus une convocation générale des vassaux. On comprend qu’en 1272, au début de son règne, Philippe III paraît bien démuni quand il s’agit d’appeler à l’ost ses vassaux ; dans les années qui suivent, tout en restant attaché au principe du service féodal, le roi fait d’ailleurs généraliser le paiement de gages, notamment à l’occasion de l’expédition de 1285 (la « croisade d’Aragon »), avant que son fils et successeur Philippe le Bel ne procède à des changements encore plus importants, qui culminent avec la proclamation de l’arrière-ban, en août 1302.

***

21Malgré leurs limites, les trois listes de l’ost de Foix ne sont donc pas sans intérêt. Globalement, leur lecture, même menée de façon superficielle et sommaire comme cela a été le cas ici, confirme la part prépondérante de l’ancienne Normandie ducale, désormais royale, dans la puissance du roi capétien. Les historiens l’ont montré depuis longtemps à propos des ressources « fiscales », mais le même constat s’applique aux vassaux qui se pressent dans les armées royales ; la part de la noblesse normande y paraît considérable.

  • 23 Les Établissements de Saint Louis, P. Viollet (éd.), Paris, Librairie Renouard, 1883, t. III, p. 31

22L’autre conclusion à laquelle on peut arriver n’est pas non plus très nouvelle, mais il est bon, là aussi, de la rappeler : le service militaire dû au roi par ses vassaux est très variable selon les régions ; celles qui forment le vieux domaine des Capétiens ne sont d’ailleurs pas les plus intéressantes de ce point de vue. L’Île-de-France, par exemple, est peu représentée dans les listes de l’ost de Foix, alors même que la chevalerie y est nombreuse et fidèle aux Capétiens, et qu’elle ne rechigne pas au service du roi. La situation en Touraine et en Anjou est encore différente. Vers 1270, les Établissements de Saint Louis, un coutumier compilé dans ces régions à la toute fin du règne de ce roi, affirment encore que les barons et les hommes du roi doivent le servir dans son ost quarante jours et quarante nuits. Ce temps écoulé, ils ne restent que s’ils le veulent, sauf s’il s’agit de défendre le royaume : ils sont alors tenus de demeurer au service du roi, mais contre une solde. En revanche, si l’ost doit d’emblée sortir du royaume, les vassaux sont autorisés à reprendre leur liberté au bout des quarante jours, même si une solde leur est promise23.

  • 24 Le Livre de Jostice et de Plet, connu par une édition ancienne de P.-N. Rapetti (Li Livres de Josti (...)

23N’y a-t-il pas, dans les questions soulevées par le service militaire dû au roi par ses vassaux, un passionnant thème d’enquête collective ? On peut l’espérer. Une refonte de l’édition des trois listes de 1272 et une étude diplomatique précise, attentive à la tradition manuscrite, permettraient déjà d’avancer et de préparer une comparaison fructueuse avec d’autres listes du même type, tout comme avec la littérature juridique qui connaît, dans la seconde moitié du XIIIe siècle, un fort développement24.

Notes

1 Cette étude préparatoire à une investigation plus poussée sur le corpus documentaire relatif à l’« ost de Foix » et sur le service militaire des vassaux dérive de ma thèse de doctorat, L’Ost de France. La guerre, les armées, la société politique (fin du règne de Saint Louis – fin du règne de Philippe le Bel), soutenue en 2004 à l’université Paris-Sorbonne (dir. J. Verger) ; la partie consacrée au recrutement et à la composition des armées en a été publiée dans L’armée du roi de France. La guerre de Saint Louis à Philippe le Bel, Paris, Perrin, 2012, particulièrement, pour la période 1270-1285, aux p. 111-146. Dès lors qu’il est question de Philippe III, il faut toujours renvoyer à l’étude de C.-V. Langlois, Le règne de Philippe III, Paris, Hachette, 1887. Les questions évoquées ici ont déjà été traitées de façon lumineuse par J. Strayer (ci-dessous, n. 16).

2 Y. Dossat, Saisimentum comitatus Tholosani, Paris, Bibliothèque nationale (Collection des documents inédits de l’histoire de France, série in-8°, vol. I), 1966.

3 N. de Wailly, L. Delisle et C. Jourdain, Recueil des historiens des Gaules et de la France, Paris, Welter, 1904, t. XXIII, p. 735-752 (index primus, première liste), 752-766 (index secundus, deuxième liste) et 767-783 (index tertius, troisième liste) [cité désormais RHGF, suivi du numéro de la page].

4 Tous les exemples concernant le bailliage de Coutances se trouvent dans ibid., p. 735-736.

5 Le bailli de Coutances change au cours de l’année 1272, mais c’est sans doute Jean de Chevreuse qui est en fonction quand se prépare l’expédition de Foix ; il est remplacé par Gautier de Villiers (L. Carolus-Barré, « Les baillis de Philippe III le Hardi. Recherches sur le milieu social et la carrière des agents du pouvoir royal dans la seconde moitié du XIIIe siècle », Annuaire-Bulletin de la Société de l’histoire de France, 1966-1967, p. 109-244, aux p. 122, 167-168, 239-240).

6 RHGF, p. 736-737.

7 Ibid., p. 738-741.

8 Ibid., p. 741-744 (Orléans) et 744-747 (Caux).

9 Ibid.

10 Ibid., p. 751-752.

11 Ibid., p. 752-766.

12 Le comte de Soissons et Robert et Jean de Neuville, ibid., p. 758.

13 Robert de Corbeilles, Geoffroy de La Chapelle et Ausbert d’Andrezel, ibid., p. 760.

14 Ibid., p. 767-783.

15 Pierre d’Étampes est assez bien connu des spécialistes du Trésor des chartes, comme H.-F.Delaborde (Étude sur la constitution du Trésor des chartes et sur les origines de la série des sacs, dite aujourd’hui Supplément du Trésor des chartes, dans, du même, Layettes du Trésor des chartes, t. V : Ancienne série des sacs dite aujourd’hui Supplément, Paris, Plon-Nourrit, 1909, p. I-CCXXIV ; « Notice sur le registre de Pierre d’Étampes », Bibliothèque de l’École des chartes, 1900, p. 426-446 ; « Un registre égaré du Trésor des chartes », in Mélanges Paul Fabre, Paris, Picard, 1902, p. 380-389) ; ou O. Guyotjeannin et Y. Potin (« La fabrique de la perpétuité. Le Trésor des chartes et les archives du royaume [XIIIe-XIXe siècle] », Revue de synthèse, 5e série, 2004, p. 15-44).

16 P. Guilhiermoz, Essai sur l’origine de la noblesse en France au Moyen Âge, Paris, Picard, 1902, notamment p. 273-275 ; C. H. Haskins, Norman Institutions, Cambridge, Cambridge University Press, 1918 ; J. R. Strayer, The Administration of Normandy under Saint Louis, Cambridge (Mass.), Medieval Academy of America (Monographs ; 6), 1932, particulièrement p. 56-68.

17 La publication des registres Arch. nat. JJ 35 et 36 est en cours par les soins d’Élisabeth Lalou, professeur à l’université de Rouen, et les miens.

18 J. Longnon, L’empire latin de Constantinople et la principauté de Morée, Paris, Payot, 1949, p. 61-62, avec une citation du chroniqueur grec contemporain Nicétas : « Ils envoyèrent dans les provinces de l’empire des enquêteurs pour en connaître d’abord les revenus » (p. 62) ; voir aussi Robert de Clari, La conquête de Constantinople, J. Dufournet (éd. et trad.), Paris, Champion (Classiques Moyen Âge), 2004, p. 202-203.

19 On trouve d’autres exemples dans les principautés du royaume capétien : R.-H. Bautier, « Cartulaires de chancellerie et recueils d’actes des autorités laïques et ecclésiastiques », in Les cartulaires (Actes de la table ronde organisée par l’École des chartes et le GDR 121 du CNRS, Paris, 5-7 décembre 1991), O. Guyotjeannin, L. Morelle et M. Parisse (dir.), Paris, École des chartes, 1993, p. 363-376 (p. 368-369 pour la Champagne).

20 J. Boussard, « L’enquête de 1172 sur les services de chevalier en Normandie », in Recueil de travaux offerts à M. Clovis Brunel, Paris, Société de l’École des chartes, 1955, p. 193-208.

21 Les registres de Philippe Auguste, J. Baldwin, avec le concours de F. Gasparri, M. Nortier et É. Lalou (éd.), Paris, Imprimerie nationale (Recueil des historiens de la France. Documents financiers et administratifs, t. VII), 1992. Pour le commentaire de ces listes, voir J. R. Strayer, The Administration of Normandy…, p. 60-61 ; et J. Baldwin, Philippe Auguste et son gouvernement. Les fondations du pouvoir royal en France au Moyen Âge, traduction de l’anglais, Paris, Fayard, 1991 [éd. orig. 1986], notamment aux p. 357-377.

22 RHGF, p. 725-726 (1236), 726-728 (1242) et 730-731 (1253).

23 Les Établissements de Saint Louis, P. Viollet (éd.), Paris, Librairie Renouard, 1883, t. III, p. 31.

24 Le Livre de Jostice et de Plet, connu par une édition ancienne de P.-N. Rapetti (Li Livres de Jostice et de Plet [avec glossaire de Polycarpe Chabaille], Paris, Firmin Didot, 1850), a été publié en ligne sur le site de l’École des chartes par G. Pastore (http://elec.enc.sorbonne.fr/josticeetplet/, novembre 2016).

Auteur

Université Jean Moulin – Lyon 3

Xavier Hélary, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’université Jean-Moulin – Lyon III et chercheur au CIHAM (UMR 5648), s’intéresse aux rois capétiens, de Saint Louis à Philippe le Bel, et à l’histoire de la guerre, surtout du point de vue des obligations militaires. Il est l’auteur de L’armée du roi de France. La guerre de Saint Louis à Philippe le Bel (Paris, Perrin, 2012) et de La dernière croisade. Saint Louis à Tunis (1270) (Paris, Perrin, 2016).

© Presses universitaires de Caen, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search