Version classiqueVersion mobile

La guerre en Normandie (XIe-XVe siècle)

 | 
Anne Curry
, 
Véronique Gazeau

La chute de la Normandie ducale (1202-1204) : un réexamen

Daniel Power

Résumé

Cette contribution réexamine les campagnes militaires qui menèrent entre 1202 et 1204 à l’annexion capétienne de la Normandie. Depuis l’œuvre célèbre de Maurice Powicke, The Loss of Normandy (1913), un grand nombre d’études ont examiné ce conflit, mais il reste toujours beaucoup à comprendre du déroulement de la guerre. La contribution commence par une considération des documents fiscaux, des chartes et lettres, et des récits, pour montrer ce qu’ils révèlent de l’avance française en Normandie ainsi que des essais des forces Plantagenêt pour défendre le duché. Ensuite, elle fournit quelques aperçus sur l’identité des participants et sur leur connexion l’un avec l’autre, qui influencèrent le déroulement de la guerre. Enfin, elle présente une série de cartes qui aident à la compréhension de l’établissement du pouvoir capétien en Normandie au fur et à mesure que Philippe Auguste sécurisa les forteresses, le territoire et les allégeances des Normands. Considérées ensemble, ces approches indiquent de nouvelles pistes de recherche qui contribuent à améliorer notre compréhension de la chute du « royaume anglo-normand » et de l’« empire Plantagenêt ».

Texte intégral

  • 1 Je remercie Christine Gérard Baycroft et Élodie Papin pour la correction de mon français, et Anne C (...)

1Toute discussion sur la guerre dans la Normandie médiévale doit prendre en considération l’annexion capétienne du duché entre 1202 et 12041. On ne peut surestimer la signification politique de cet événement. Le roi Philippe Auguste vainquit son principal rival au sein de son royaume et mit fin à trois cents ans de domination normande sur le nord-ouest de la France, tout en y assurant l’hégémonie de la monarchie capétienne : le duché sera désormais une clé de voûte du royaume français. En revanche, la chute de la Normandie ducale eut aussi une très grande importance militaire. Au début de cette guerre, le roi de France adopta une stratégie traditionnelle pour son invasion, mais les conséquences furent totalement différentes de celles des attaques capétiennes antérieures contre la Normandie. En l’espace de trois saisons de campagne, Philippe Auguste pénétra les défenses normandes qui résistaient aux invasions françaises depuis plus de cent cinquante ans et assujettit l’ensemble de ce territoire, château par château et ville par ville.

  • 2 Giraldi Cambrensis Opera, J. S. Brewer et al. (éd.), Londres, Rolls Series, 1861-1891, 8 vol., ici (...)
  • 3 The Historical Collections of Walter of Coventry, W. Stubbs (éd.), Londres, Rolls Series, 1872-1873 (...)
  • 4 Voir la liste des textes narratifs ci-dessous, n. 18.

2Les auteurs contemporains offrirent diverses explications à l’échec du régime ducal. Maints commentateurs louèrent la prééminence des chevaliers français. Pour Giraud de Barry (le Cambrien), la virilité normande ne pouvait plus résister ni au pouvoir des Français qui resurgissait après les luttes intestines du haut Moyen Âge, ni à la vertu supérieure des rois de France : l’adoption par ceux-ci de la fleur de lys comme emblème héraldique démontra leur modération et contrasta avec le choix des rois d’Angleterre, qui adoptèrent les lions ou les léopards pour faire étalage de leur agressivité2. Pour d’autres auteurs, par exemple le compilateur des annales de Crowland (anciennement dites de Barnwell) qui continuait la chronique de Roger de Howden, l’infériorité des ressources de Jean sans Terre par rapport aux ressources capétiennes expliquait la défaite anglo-normande3. Mais les sources narratives invoquaient aussi l’incompétence, la paresse, la lâcheté et le comportement tyrannique et traître de Jean sans Terre ainsi que l’infidélité de ses hommes continentaux4.

  • 5 K. Norgate, England under the Angevin Kings, Londres, Macmillan, 1887, vol. II, p. 388-429.
  • 6 M. Powicke, The Loss of Normandy : Studies in the History of the Angevin Empire, 1189-1204, Manches (...)

3En règle générale, les auteurs modernes ont reproduit et développé ces explications, soit en soulignant les caractères et les actions des principaux protagonistes, soit par une comparaison des ressources fiscales et des institutions dont les campagnes militaires étaient dépendantes, soit par une analyse des loyautés et des infidélités des autres participants, tant des aristocrates que des gens de statut relativement humble. Depuis longtemps, les historiens reconstituent de manière détaillée les campagnes militaires de 1202 à 1204. Si Kate Norgate effectua en 1887 la première reconstitution scientifique de la chute de la Normandie Plantagenêt à la fin de son ouvrage England under the Angevin Kings5, l’étude de très loin la plus importante est The Loss of Normandy de Maurice Powicke, qui parut en 1913 et qui fut republiée en 1961 avec de modestes modifications6. Le chef-d’œuvre de Powicke étudie de nombreux aspects des campagnes capétiennes et Plantagenêt ainsi que l’organisation militaire de l’empire Plantagenêt. Bien que ses descriptions des sentiments français et normands apparaissent très démodées aujourd’hui, The Loss of Normandy reste l’œuvre la plus importante pour l’étude des campagnes militaires qui menèrent à la chute du régime ducal.

  • 7 Parmi ces travaux : J. Ramsay, The Angevin Empire, Londres, Macmillan, 1903, p. 251-255, 368-373, 5 (...)
  • 8 K. Thompson, « William Talvas, Count of Ponthieu, and the Politics of the Anglo-Norman Realm », in (...)
  • 9 D. Power, The Norman Frontier in the Twelfth and Early Thirteenth Centuries, Cambridge, Cambridge U (...)
  • 10 J. C. Holt, « The End of the Anglo-Norman Realm », Proceedings of the British Academy, t. LXI, 1975 (...)
  • 11 S. R. Packard, « King John and the Norman Church », Harvard Theological Review, t. XV, 1922, p. 15- (...)
  • 12 W. B. Stevenson, England and Normandy 1204-1259, thèse de doctorat inédite, université de Leeds, 19 (...)

4Bien qu’aucune analyse n’ait dépassé celle de Powicke, de nombreux historiens ont élargi notre connaissance et notre compréhension de ces événements. Le développement historiographique le plus significatif est celui de l’analyse des sources financières, commencée par Sir James Ramsay, Ferdinand Lot et Robert Fawtier, et développée par les regrettés John Baldwin et Sir James Holt ainsi que Thomas Bisson, Nicholas Barratt et Vincent Moss7. L’autre champ de recherche qui a connu des avancées importantes depuis Powicke est celui de l’aristocratie, marqué par l’étude soit de familles particulières telles que celles des comtes de Sées, des seigneurs de L’Aigle, d’Ivry et de Rouvray ou d’individus comme Guillaume le Maréchal8, soit des aristocraties considérées dans leurs cadres régionaux, par exemple les seigneurs dominant les marches du duché9 ou l’aristocratie de toute la Normandie, voire de tout l’empire Plantagenêt10. Un troisième champ, que Powicke a omis presque entièrement, est celui du contexte ecclésiastique. Selon l’interprétation orthodoxe établie par Sidney Packard et John Baldwin, l’Église normande n’aurait été qu’un spectateur de l’annexion française, voire aurait été favorable au roi de France11. À l’inverse, d’autres ont soutenu la thèse selon laquelle plusieurs prélats normands furent beaucoup plus étroitement liés au dernier duc de Normandie que ne l’ont cru Packard et Baldwin, de sorte que l’Église n’aurait pas été une alliée secrète de Philippe Auguste au service des ambitions capétiennes12. Cette question reste cependant ouverte.

  • 13 É. Audouin, Essai sur l’armée royale au temps de Philippe Auguste, Paris, E. Champion, 1913 ; P. Co (...)
  • 14 N. Vincent, « Introduction : the Record of 1204 », in Records, Administration and Aristocratic Soci (...)

5On voit que la plupart des études depuis Powicke fixent leur attention sur les structures administratives ou sur les loyautés politiques plutôt que sur les événements militaires. Alors qu’Édouard Audouin et Philippe Contamine ont analysé l’armée de Philippe Auguste13, les armées de Jean sans Terre demeurent mal connues et il reste beaucoup à découvrir en ce qui concerne les campagnes de cette guerre. Nicholas Vincent a même déclaré : « Il n’y a encore aucun récit relatant la progression jour par jour de l’invasion française […] les événements de 1203-1204 méritent sûrement un récit détaillé de la conquête française »14.

  • 15 Pour les fortifications de la frontière normande, voir par exemple J. Yver, « Philippe Auguste et l (...)

6Cet article ne peut remplir cette brèche historiographique, mais il offre une réponse préliminaire au défi lancé par le professeur Vincent. Il identifie quelques aspects qui n’ont pas fait l’objet de recherches approfondies, mais qui peuvent améliorer la compréhension de la conquête du duché. En premier lieu, il reconsidère certaines sources bien connues pour identifier quelques pistes de recherche possibles. Deuxièmement, il discute des sources négligées, surtout des chartes privées, pour identifier leurs apports à la reconstitution des événements. La troisième partie considère les apports de la prosopographie destinée à connaître les forces opposées. Enfin, il fournit quelques cartes fondées sur des données à la fois géographiques et prosopographiques pour indiquer les détails de l’avancée des forces françaises ainsi que les méthodes utilisées par le roi de France pour assujettir le duché. Plusieurs thèmes importants mériteraient une investigation plus profonde, mais impossible ici : par exemple la taille, la disposition, le recrutement et le financement des armées et des garnisons ; le caractère des défenses normandes ainsi que les techniques de siège utilisées par les Français15 ou encore les stratégies de chaque camp. Néanmoins, cet article souligne tout le potentiel d’une nouvelle étude globale pour comprendre la guerre qui mit fin au royaume anglo-normand en 1202-1204.

Une nouvelle approche des sources classiques

  • 16 Par exemple W. L. Warren, King John, D. Carpenter (éd.), New Haven, Yale University Press, 1997, 3e(...)
  • 17 Recueil des annales angevines et vendômoises, L. Halphen (éd.), Paris, Picard et fils, 1903, p. 21. (...)
  • 18 Histoire des ducs de Normandie, F. Michel (éd.), Paris, SHF, 1840, p. 90-103 ; « Chronique des rois (...)
  • 19 G. Labory, « Les manuscrits de la Grande chronique de Normandie du XIVe et du XVe siècle », Revue d (...)
  • 20 Les annales de l’abbaye Saint-Pierre de Jumièges, J. Laporte (éd.), Rouen, Lecerf, 1954, p. 77-79, (...)
  • 21 Voir surtout G. Fedorenko, « The Thirteenth-Century Chronique de Normandie ».

7On a souvent remarqué que les chroniques et les histoires du règne de Jean sans Terre étaient d’une qualité inférieure à celles des règnes de son père et de son frère aîné16. Ainsi, l’auteur des annales de l’abbaye de Saint-Aubin d’Angers fut bien placé pour comprendre les événements de la vallée de la Loire en 1203-1204. De façon brève, il attribua surtout la défaite de Jean sans Terre à la mort d’Aliénor d’Aquitaine (un point de vue adopté aussi par William Shakespeare dans sa pièce King John !), mais en négligeant la conjoncture complexe de sa région17. Pourtant, on ne manque pas de récits vivants, tels que les deux textes de l’Anonyme de Béthune, la chronique de Raoul de Coggeshall, l’Histoire de Guillaume le Maréchal et les histoires de Guillaume le Breton et Roger de Wendover18. Notre compréhension des textes de l’époque, en latin ou en langue vulgaire, a bien avancé ces dernières années, par exemple grâce aux études de Gilette Labory, Gabrielle Spiegel, Olivier Laborderie et Gregory Fedorenko sur l’Histoire des ducs de Normandie par l’Anonyme de Béthune ou celle d’Élisabeth Robert-Barzman sur la Philippide de Guillaume le Breton19. Quelques textes, dont les annales de Jumièges, pourraient être mieux exploités, et même certains textes moins importants tels que les annales de l’abbaye de Bury St Edmunds en Angleterre contribuent à notre compréhension des événements plus qu’on ne l’a reconnu20. Si la version de l’histoire des ducs de Normandie par l’Anonyme de Béthune est bien connue, la plupart des autres histoires de ce corpus sont inédites et peu consultées, malgré les études de Labory et Fedorenko21.

  • 22 V. D. Moss, « The Norman Exchequer Rolls of King John ».
  • 23 Magni Rotuli Scaccarii Normanniæ, T. Stapleton (éd.), Londres, Society of the Antiquaries of London (...)

8Par comparaison avec les guerres antérieures en Normandie, les historiens disposent de davantage de sources pour la guerre de conquête, mais celles-ci restent très fragmentaires par rapport à celles de la guerre de Cent Ans, par exemple. Pourtant, elles n’ont pas été pleinement exploitées jusqu’ici. Commençons par les sources financières. Celles-ci sont notoirement fragmentaires et difficiles à interpréter, mais elles offrent aussi la possibilité de recherches plus étendues, tout comme les documents des chancelleries. Les études importantes de Vincent Moss ont montré que le régime de Jean sans Terre percevait avec difficulté toutes les dettes qui lui étaient dues, mais aussi qu’il fonctionnait toujours à l’automne 120322. Cependant, les documents de l’Échiquier normand méritent une analyse plus approfondie. Les rouleaux de la Saint-Michel 1203 sont les principaux pour le règne de Jean sans Terre. Leur état fragmentaire a fait penser que l’administration normande était déjà écroulée à l’été 1203 : la carte 1 présente la superficie limitée des bailliages enregistrés dans ces rouleaux, qui était beaucoup plus réduite qu’en 119823. En revanche, comme l’indique la carte, les Normands tenaient d’autres châteaux et d’autres villes hors de cette région.

Carte 1 – Étendue approximative des bailliages enregistrés dans les rouleaux d’échiquier.

Carte 1 – Étendue approximative des bailliages enregistrés dans les rouleaux d’échiquier.
  • 24 Pour les autres documents, voir surtout Miscellaneous Records of the Norman Exchequer, 1199-1204, S (...)
  • 25 Magni Rotuli Scaccarii Normanniæ, vol. II, p. 539-540.
  • 26 Ibid., p. 548 : 20 li. ang. payées à la suite d’un bref royal « pro Hamelot de Basochia redimendo d (...)
  • 27 J. W. Baldwin, The Government of Philip Augustus…, p. 167-168.
  • 28 Pour quelques exemples, voir D. Power, « The End of Angevin Normandy… », p. 451-452 ; pour l’utilis (...)

9Ces rouleaux et les autres lambeaux de la documentation fiscale pourraient faire l’objet d’une investigation géographique et prosopographique qui en révélerait beaucoup plus sur l’étendue du pouvoir ducal sous Jean sans Terre24. Ils possèdent aussi une valeur certaine comme preuves de l’impact de la guerre sur la société normande. On y trouve, par exemple, dans le Val de Mortain, des villages qui ne rendirent aucun revenu du fait des dévastations causées par la guerre25, et un jeune homme que le bailli Richard de Fontenay dut racheter « des mains des routiers »26. Les documents fiscaux anglais et français tireraient un grand profit d’une nouvelle étude, malgré les calculs de Sir James Holt et de Nicholas Barratt. Par exemple, les détails des confiscations en Angleterre et des exemptions de l’écuage en raison de services militaires rendus outre-Manche pourraient contribuer à notre compréhension de la défense de la Normandie. Quant au budget capétien de 1202-1203, les calculs précis de John Baldwin révèlent quelques aspects de la stratégie française. Ils démontrent que Philippe Auguste augmenta les garnisons sur la rive gauche de la Seine en vue d’une avancée en Normandie, mais, après l’échec de Mirebeau, il dut puiser dans ces garnisons pour former rapidement une force qui l’accompagnerait dans la vallée de la Loire27. Pour approfondir les recherches de Baldwin, le budget capétien se prêterait à une analyse géographique et prosopographique qui pourrait mettre mieux en évidence la composition des forces de Philippe Auguste issues du domaine royal, des autres grands fiefs tels que la Flandre et la Bourgogne ou des révoltés contre Jean sans Terre qui recevaient des versements des officiers capétiens28.

  • 29 T. K. Moore, « The Loss of Normandy and the Invention of the Terre Normannorum, 1204 », English His (...)
  • 30 Rotuli de liberate ac de misis et præstitis, T. D. Hardy (éd.), Londres, Record Commission, 1844, p (...)
  • 31 Rotuli Normanniæ in Turri Londinensi asservati, T. D. Hardy (éd.), Londres, Record Commission, 1835 (...)
  • 32 D. Power, « Guérin de Glapion… », p. 172-173.

10Pour reconstituer le déroulement de la guerre, Powicke se servit surtout des lettres et des chartes royales des deux camps plutôt que des rouleaux de l’Échiquier. Pourtant, il n’a pas étudié ces sources en profondeur. Tony Moore a utilisé l’enregistrement des confiscations des terres des « Normands » en Angleterre au printemps 1204 pour construire un récit de l’effondrement du régime ducal dans l’ouest et le centre du duché, en montrant que la plupart des manoirs furent arrachés aux seigneurs de cette région au moment où le roi de France la traversa29. On peut appliquer cette méthode ailleurs. Par exemple, pendant la crise provoquée en Normandie par l’élection disputée de l’évêque de Sées, en octobre 1203, Jean sans Terre pouvait encore empêcher l’installation dans sa cathédrale de Silvestre, l’élu de Sées. Il est donc difficile de contester qu’à cette date-là – en dépit de la tentative avortée de Jean pour reprendre Alençon quelques semaines auparavant – le roi d’Angleterre contrôlait toujours le siège épiscopal situé à quelques kilomètres seulement des révoltés30. Il est aussi possible de relier les dons généreux du roi d’Angleterre à Guillaume de Briouze en 1203 à l’avance française : ils servirent sans doute à le récompenser pour son appui à Jean sans Terre en Normandie, en Angleterre, au pays de Galles et en Irlande depuis l’avènement du roi, ainsi que pour sa complicité dans le sort d’Arthur de Bretagne. En revanche, l’intensification des dons à Guillaume en 1203 signifie peut-être que la baronnie ancestrale de Briouze était alors menacée par les attaques des alliés manceaux et normands de Philippe Auguste et que le roi Jean ait voulu récompenser son fidèle31. La défection de l’ancien sénéchal de Normandie, Guérin de Glapion, vers septembre 1203, aurait également marqué l’avance des Français dans la région de la Sarthe32.

  • 33 Pour les chartes originales de Jean sans Terre, voir l’inventaire numérique dressé par The Magna Ca (...)
  • 34 « anno regni nostri quarto, quo Comes Robertus Sagiensis fecit nobis proditionem apud Alenc(onem) » (...)
  • 35 Recueil des actes de Philippe Auguste, roi de France, H.-F. Delaborde et al. (éd.), Paris, Imprimer (...)
  • 36 Recueil des actes de Philippe Auguste, vol. II, no 770 : « quam cito Deus ea nobis dederit aut eide (...)

11Tournons-nous maintenant vers les chartes. Quelle est leur valeur pour la compréhension de la guerre ? On s’est souvent servi des chartes royales, de celles des Plantagenêts tout comme celles des Capétiens. Cependant, la perte des rouleaux de la chancellerie dans lesquels les chartes de Jean sans Terre furent inscrites pendant la troisième et la quatrième année de son règne – c’est-à-dire entre l’Ascension (3 mai) 1201 et la veille de l’Ascension (14 mai) 1203 – laisse un grand vide parmi les preuves de la guerre. Beaucoup des actes de Philippe Auguste furent inscrits dans son registre, tandis que pour les chartes de Jean sans Terre de ces deux années-là, l’historien doit compter sur la survie aléatoire des originaux33. Deux d’entre eux possèdent pourtant une valeur exceptionnelle, car ils sont datés de « la quatrième année de notre règne, à savoir l’année où Robert, comte de Sées, nous a trahis à Alençon »34. Ces actes offrent de rares exemples d’expression d’émotions dans des actes de la pratique. La datation des autres actes royaux est plus prosaïque, mais elle fournit toujours une indication sur les itinéraires royaux : c’est grâce à un acte de Philippe Auguste, redécouvert par Michel Nortier, que nous savons qu’en mai 1204 le roi de France assiégea le château de Chambois près d’Argentan, qui appartenait alors à Guillaume le Maréchal, mais que le roi de France octroya ensuite à Guérin de Glapion. Cet acte, qui est daté « au camp devant Chambois »35, élargit notre connaissance de l’assujettissement de la Normandie en 1204 tout en laissant transparaître les motivations de Guillaume le Maréchal, qui soumit très peu de temps après ses autres châteaux normands au roi de France pour les sauver de la confiscation. Quelquefois les conditions des donations précisent si la propriété accordée était déjà aux mains françaises ou bien s’il s’agissait d’un don des biens qui restaient encore aux mains normandes. En octobre 1203, Philippe Auguste promit au comte de Boulogne la terre de Bellencombre appartenant au comte de Varenne, le château de Guillaume le Maréchal à Meulers près de Dieppe et la forêt ducale d’Éawy, « aussitôt que Dieu les donne à nous ou au comte »36. L’autre contribution des actes royaux, mais seulement du côté Plantagenêt où la pratique diplomatique la permettait, est de donner le nom des témoins, une indication précieuse sur l’entourage de Jean sans Terre au cœur de la guerre.

Les chartes « privées » illustrant la guerre

  • 37 Magni Rotuli Scaccarii Normanniæ, introductions aux deux volumes ; Calendar of Documents Preserved (...)
  • 38 Descriptive Catalogue of Derbyshire Charters, I. H. Jeayes (éd.), Londres, Bemrose, 1906, no 1753 ( (...)

12Si cet article s’est appuyé jusqu’ici sur des sources bien connues, produites par les deux monarchies, on n’a guère exploité les actes « privés ». Powicke a exploité l’introduction de Thomas Stapleton à son édition des rouleaux de l’Échiquier normand et le Calendar of Documents Preserved in France par John Horace Round37, mais n’a guère examiné les nombreuses études et éditions françaises disponibles en 1913. Certes les détails à glaner dans les chartes privées sont aléatoires et fragmentaires, mais ils éclairent la guerre angevino-capétienne de maintes façons. Deux chartes montrent que le tribunal de l’Échiquier normand tenait encore séance à Caen sous la présidence du sénéchal de Normandie, Guillaume le Gras, au printemps 1204 quand le roi de France se tenait prêt à envahir la Normandie centrale et même après que l’invasion de l’armée française eut commencé38.

  • 39 Cartulaire manceau de Marmoutier, E. Laurain (éd.), Laval, Impr. de Vve A. Goupil, 1945, 2 vol., ic (...)
  • 40 Paris, Arch. nat., L 974, no 852 : don par Hamelin de l’Écluse du « servitium equi » et d’autres dr (...)
  • 41 Norman Charters from English Sources : Antiquaries, Archives and the Rediscovery of the Anglo-Norma (...)
  • 42 Rouen, bibl. mun., Y 52, fol. 81 ro-vo : « Actum est hoc in primo anno in quo Philippus Rex Francor (...)
  • 43 Arch. dép. Seine-Maritime, 8 H 100 : acte de Robert de Rétonval daté de 1196, « eo tempore quo Abba (...)
  • 44 Arch. dép. Seine-Maritime, 18 HP 4 (acte d’Hélie de Longueil).

13Les exactions militaires apparaissent fréquemment dans les exemptions, de sorte que les chartes permettent de connaître l’évolution de « l’aide de l’ost » (auxilium exercitus), qui allait devenir une des prétendues « trois aides féodales de Normandie » sous Philippe Auguste, ainsi que d’autres exactions telles que le « service de cheval » (servitium equi). D’autres chartes font mention des pertes et des dégâts dus à la guerre. Deux actes pour les moines du prieuré de la Fontaine-Géhard au nord du Maine révèlent que Juhel, seigneur de Mayenne, parmi les principaux révoltés contre Jean sans Terre, dut détruire les maisons et un étang des moines à Mayenne pour renforcer son château contre la menace du roi d’Angleterre39. Un chevalier de Juhel déclara dans un acte pour l’abbaye de Savigny qu’il avait perdu son sceau pendant la guerre40. Quelques actes font allusion aux événements de la guerre dans leurs clauses de datation. Geoffroi de Repton, maire anglais de Caen lors de la prise de la ville par Philippe Auguste, data un acte pour les chanoines d’Ardenne au diocèse de Bayeux « en l’an où le sire Arthur fut pris à Mirebeau avec de nombreux hommes nobles par Jean, roi d’Angleterre »41. Une charte de Guillaume de Tancarville, chambrier honoraire de Normandie, fut faite « en la première année où Philippe, roi des Français, eut la seigneurie de Normandie, à savoir 1204 »42. Mais les chartes ne sont pas des sources fiables à cet égard. De fait, elles laissent penser que l’événement militaire le plus important de l’époque fut le siège français d’Aumale en 1196, seulement parce que trois actes pour le compte de l’abbaye voisine de Foucarmont y font référence dans leur datation43. Les limites des actes privés du point de vue méthodologique apparaissent clairement dans un acte en faveur de l’abbaye du Valasse, daté du 29 mai 1204 à Lanquetot dans le pays de Caux. On n’y trouve aucune indication de l’invasion française ou du siège de Rouen qui allait pourtant prendre fin par un armistice trois jours plus tard44.

  • 45 D. Power, « The End of Angevin Normandy… », p. 449-458, 463 (arch. dép. Eure, H 672, no 8). L’octro (...)

14En revanche, deux chartes sont frappantes. À Alençon, en mai 1203, un chevalier de l’Évrecin, Robert du Bois-Gencelin, donna une terre à son voisin Roger de Caugé. Parmi les témoins de ce contrat entre laïcs figuraient le comte rebelle d’Alençon, le maréchal du roi de France, Henri Clément, Richard d’Argences, ancien officier ducal, qui s’était rallié au parti français, et Aubert de Hangest, un chevalier picard au service de Philippe Auguste. On y découvre la composition des forces qui tenaient Alençon pour le roi de France : un mélange des fidèles français du roi, des chevaliers de l’Évrecin ralliés à leur nouveau seigneur le roi de France et le comte rebelle qui avait trahi la forteresse d’Alençon au profit des Français45.

  • 46 Paris, Arch. nat., S 5049, liasse 7 : voir Annexe.
  • 47 Histoire des ducs de Normandie, p. 97-98.
  • 48 Layettes du Trésor des chartes, A. Teulet et al. (éd.), Paris, Plon, 1863-1909, 5 vol., ici vol. I, (...)
  • 49 D. Power, « Between the Angevin and Capetian Courts… » et « The French Interests… », p. 207-209.

15Un second acte fut dressé à Rouen le 4 mai 1204, c’est-à-dire au moment où Philippe Auguste avait pénétré dans les défenses normandes et traversait la basse Normandie46. L’archevêque de Rouen y déclare qu’il a reçu les gages pour une somme d’argent qui formait la dot d’une héritière de la région, dont le père était mort en Terre sainte. Cet acte atteste que l’archevêque jouait toujours un rôle important dans les affaires publiques de Rouen jusqu’à sa reddition, comme le soutenait l’Histoire des ducs de Normandie47. La liste des garants révèle les activités des membres de la garnison de la ville, ainsi que leur statut social parmi les citoyens, peu avant l’arrivée de l’armée française devant les murs de Rouen. Geoffroi et Renaud du Bois avaient servi Jean sans Terre fidèlement pendant la guerre, au prix de leurs seigneuries au nord-est du duché et dans le Vexin normand. Ils participèrent aux négociations qui aboutirent à la reddition de la ville48. Guillaume le Meunier fut l’un des citoyens de Rouen qui y participa à leurs côtés. Le garant le plus intéressant est Osbert de Rouvray. On le voit ici à Rouen le 4 mai, mais au cours du même mois Guillaume le Maréchal, suivant son accord avec Philippe Auguste, nomma Osbert gardien de ses châteaux cauchois jusqu’à la Saint-Jean-Baptiste, après laquelle Osbert devait les rendre au roi de France. De plus, Jean de Rouvray, son frère puîné, servait déjà le roi de France et il allait négocier la reddition de toutes les forteresses de Normandie à partir de l’armistice de Rouen en juin49. De tels liens entre les assiégeants et les assiégés auraient dû jouer un rôle important dans la reddition de la capitale normande.

16En somme, il y a beaucoup à glaner dans les sources bien connues, mais d’autres sources plus négligées peuvent apporter des détails importants à notre connaissance des campagnes militaires. Une étude plus approfondie pourrait pousser plus loin de façon systématique ce qui a été aperçu ici.

Mieux connaître les guerriers

  • 50 Par ex. Curia Regis Rolls, Londres, HMSO, 1922-2006, 20 vol., ici vol. IV, p. 101-102, qui montre q (...)
  • 51 Magni Rotuli Scaccarii Normanniæ, vol. I, p. 221 (menés par des capitaines nommés Renaud Cruiete et (...)
  • 52 Par exemple Baudouin, chambrier de Flandre, Guillaume de Crecques et Adam Quiéret (Rotuli de libera (...)
  • 53 Magni Rotuli Scaccarii Normanniæ, vol. II, p. 570.
  • 54 Recueil des actes de Philippe Auguste, vol. III, no 1021. Voir Rotuli Normanniæ…, p. 91, pour un «  (...)
  • 55 Ibid., p. 98 : ordre au maire de Rouen de livrer aux sergents (ou serviteurs) de « Cadwallon » les (...)
  • 56 Rotuli de liberate…, p. 85 : ordre au sheriff de Gloucestershire de payer 10 marcs à « Cadwallon le (...)

17La discussion des chartes ci-dessus démontre que l’analyse prosopographique peut contribuer à la compréhension de la guerre, puisque les actions et les décisions des individus au sein des structures de pouvoir déterminèrent le cours de la crise suprême du régime anglo-normand. Une approche prosopographique est aussi nécessaire pour mieux connaître les forces qui participèrent à la guerre. Si l’étude systématique de la composition des armées et des garnisons n’est pas réalisable ici, quelques remarques peuvent néanmoins être présentées. L’importance des chevaliers anglais dans la défense du duché est bien connue et apparaît même dans les documents des tribunaux anglais tout comme dans les lettres royales50. Mais d’autres groupes y participèrent aussi. Sous Richard Cœur de Lion, la forteresse de Domfront avait eu une garnison de « Sarraceni », présente aussi dans la forêt voisine de Passais ; il est regrettable que l’origine ainsi que le sort de ces hommes après 1198 soient inconnus51. De nombreux Flamands furent au service des rois d’Angleterre en Normandie, souvent pour le compte de terres en Angleterre52. Jean sans Terre fut obligé de recruter quelques soldats venus de vraiment loin : le rouleau de l’Échiquier de 1203 fait mention de deux chevaliers catalans dans les rangs de l’armée anglo-normande qui assiégea Alençon53 ; et à la veille de la croisade albigeoise, Philippe Auguste se plaignit au pape que la garnison de Falaise pour le compte du roi d’Angleterre en 1204 eût compris des hommes du comte de Toulouse54. En outre, on peut retracer l’itinéraire de Gallois jusqu’en Normandie. Ainsi on y trouve Cadwallon, frère du seigneur gallois d’Afan, dont les prisonniers français furent confisqués par le maire de Rouen en juillet 120355 ; ce noble gallois aurait normalement dû rentrer au pays de Galles, mais il rejoignit avec son frère aîné les fidèles de Jean sans Terre en Normandie en mars 1204 grâce à la médiation de Guillaume de Briouze, son voisin au pays de Galles56.

  • 57 Recueil des actes de Philippe Auguste, vol. II, no 761 ; vol. IV, nos 1566, 1575 ; M. Powicke, The (...)
  • 58 Ibid., p. 227.
  • 59 Rotuli Normanniæ…, p. 71 ; I. J. Sanders, English Baronies : a Study of their Origin and Descent 10 (...)
  • 60 Layettes du Trésor des chartes, vol. I, nos 680-682 ; D. Power, The Norman Frontier…, p. 255-259, 4 (...)

18Le rôle de la parenté dans les conflits armés est un autre domaine susceptible de faire l’objet d’une approche prosopographique, bien qu’il reste toujours mal connu. Les dispositions complexes de Philippe Auguste à l’égard du château de Radepont après sa prise en 1203 ont déconcerté les historiens, mais les données généalogiques des familles du Neubourg et de Poissy, les anciens seigneurs du site, expliquent sa donation en 1203 à Pierre de Moret, dont la femme fut Lucie du Neubourg, veuve de Guillaume de Poissy, ainsi que la partition en 1219 de la seigneurie entre les fils de Lucie nés de deux lits57. On voit quelquefois la complicité des familles apparentées qui se trouvaient dans les camps opposés : par exemple, lorsqu’en 1203 Jean sans Terre confisqua la baronnie de Néhou à son seigneur révolté, Richard de Vernon, il la transféra à Guillaume et Thomas du Hommet, le beau-père et le beau-frère de Richard de Vernon, qui restaient alors fidèles au roi d’Angleterre58. La même année, Jean le Maréchal reçut Ryes près de Bayeux, arrachée au baron breton André de Vitré : il est sûrement significatif que la femme de Jean le Maréchal fut Aline de Ryes, une héritière anglaise, bien qu’on ne puisse préciser les liens familiaux entre celle-ci et le seigneur de Vitré59. Le rôle de la parenté reste aussi à découvrir pleinement à travers les cautions prises par le roi de France au fur et à mesure qu’il contrôlait le territoire normand. Au Vaudreuil en juillet 1203, Simon, seigneur de Beaussault près de Gournay, rendit son château de Beaussault avec trois garants issus de l’aristocratie picarde : le frère, le beau-frère et le cousin de sa femme, à savoir le bouteiller du roi, Gui de Senlis, Raoul de Clermont et Baudouin de Dargies. Si leur parenté avec Simon de Beaussault peut être reconstruite grâce à une étude minutieuse des chartes, on attend toujours une étude détaillée qui mettra au jour le processus d’annexion exécuté par Philippe Auguste60.

Vers une reconstitution du cours de la guerre

  • 61 Au colloque de Cerisy, les données qui suivent ont été présentées par une série de cartes numérique (...)

19À la lumière des sources et de l’application de la prosopographie, comment peut-on améliorer la compréhension des guerres franco-normandes ? Les cartes qui suivent dévoilent les possibilités d’une étude cartographique plus approfondie de la guerre angevino-capétienne61. Il faut noter que le contrôle des blocs territoriaux est difficile à établir. Si les deux rois contrôlaient plutôt des points forts avec des garnisons, les documents fiscaux témoignent, quant à eux, des tailles et des tenseries perçues par les officiers royaux, démontrant une maîtrise territoriale plus étendue. De plus, ces cartes ne concernent que la Normandie (sauf la carte 3), bien que la rupture formelle entre Jean et le duc de Bretagne, Guy de Thouars, n’eût lieu qu’en septembre 1203 et que Jean gardât encore quelques forteresses au Mans jusqu’à l’été de la même année.

  • 62 Pour une analyse détaillée de cette phase de la guerre, voir D. Power, The Norman Frontier…, p. 532 (...)

20La carte 2 dépeint les gains français pendant la première phase de la guerre jusqu’au premier siège français du château d’Arques en juillet 1202. Lors du déclenchement de la guerre, Philippe Auguste tenait déjà au sud-est du duché un nœud de forteresses qu’il avait arrachées à Richard Cœur de Lion pendant la captivité de celui-ci en Allemagne : les principales furent Évreux et ses châteaux satellites, Gisors et les châteaux de la vallée de l’Epte, ainsi que Nonancourt, Vernon, Pacy et Gaillon. Le roi de France pouvait aussi compter sur l’appui de plusieurs révoltés contre Jean sans Terre, notamment Juhel de Mayenne (qui tenait Gorron, Ambrières et Châteauneuf-sur-Colmont en Normandie) et le comte d’Eu qui tenait Drincourt contre le roi d’Angleterre, mais la ville comtale se trouvait au début de la guerre entre les mains ducales, n’admettant les Français que vers le 23 mai 1202. Il est également probable que la comtesse du Perche soutenait alors Philippe Auguste, ajoutant ainsi Moulins-la-Marche et Bonsmoulins aux châteaux dont disposaient les Français. On peut reconstituer l’avance des Français jusqu’en juillet 1202 grâce aux actes des deux rois et aux comptes fiscaux du roi de France, tout en essayant de concilier ces données avec les récits des chroniqueurs. Au cours de ces mois, le roi de France resserra son étau sur la Normandie orientale, bien qu’il eût subi des revers avant même la prise d’Arthur à Mirebeau, par exemple à Radepont en juillet 1202. Philippe Auguste se concentra probablement sur la vallée de l’Andelle et les terres d’Hugues de Gournay, alors que ses alliés, les comtes d’Eu et de Boulogne, prirent les châteaux d’Aumale, d’Eu et de Mortemer. Après la chute de Gournay en juillet, peu après l’échec de l’attaque sur Radepont, les forces capétiennes se rejoignirent pour assiéger Arques62.

Carte 2 – Les gains français en 1202.

Carte 2 – Les gains français en 1202.
  • 63 Voir surtout Rotuli Normanniæ…, p. 68-78.

21L’échec de Mirebeau le 1er août 1202 obligea le roi de France à mener son armée principale vers les pays de la Loire, inaugurant la deuxième phase de la guerre, pendant laquelle le conflit se déroula principalement en dehors de la Normandie. Il apparaît que les Français n’y firent aucun gain jusqu’au commencement de la troisième phase en janvier 1203, lorsque le comte de Sées livra Alençon à Philippe Auguste et se rallia à lui, tout comme le vicomte de Beaumont-sur-Sarthe, Guillaume de Fougères, gardien de la seigneurie de Fougères en Bretagne, et Richard de Villers, seigneur de Carrouges. La carte 3 illustre cette révolte et indique les confiscations que Jean sans Terre ordonna par vengeance, et qui empêchèrent la diffusion de la révolte dans la Normandie centrale63.

Carte 3 – Les révoltes contre Jean sans Terre (janvier 1203).

Carte 3 – Les révoltes contre Jean sans Terre (janvier 1203).

22Après ces révoltes hivernales, on peut discerner une quatrième phase à partir de l’ouverture de la saison de campagne au printemps 1203. Les redditions traîtresses de Pierre de Meulan et Hugues de Gournay, en mai 1203, livrèrent les forteresses de Beaumont-le-Roger, Brionne et Montfort-sur-Risle aux Français, même si les Normands allaient bientôt récupérer la dernière. La chute de Beaumont-le-Roger fut suivie par la prise de Conches et de Tillières en mai et la reddition soudaine du Vaudreuil en juillet. Jean sans Terre répondit en août 1203 par des attaques contre les rebelles à Alençon et les Français qui menaçaient Les Andelys, mais toutes les deux échouèrent. Jean poursuivit sa campagne avec le vain siège de Brezolles dans le Chartrain, une forteresse du baron Gervais de Châteauneuf en face de Verneuil, et ensuite avec le pillage de Dol et de Fougères en septembre 1203. Ces efforts n’empêchèrent pas Philippe Auguste d’assiéger de nouveau Radepont, qui tomba cette fois-ci aux mains des Français, et il commença le siège de Château-Gaillard. Rassemblées, ces cartes révèlent comment le pouvoir français progressa, comme une marée montante, à travers le territoire normand en 1202 et 1203 (carte 4). Cependant, il reste beaucoup de lieux dont le sort n’est toujours pas clair, par exemple Briouze, La Ferté-Macé, Sainte-Scolasse, L’Aigle et Breteuil.

Carte 4 – Les gains français au printemps et en été 1203.

Carte 4 – Les gains français au printemps et en été 1203.
  • 64 M. Powicke, The Loss of Normandy…, p. 174-177.
  • 65 Ibid., p. 160-162 ; la principale source est Rotuli Normanniæ…, p. 91-96. Guillaume de Ulmo (auj. L (...)

23La carte 5 met en évidence le large impact des confiscations des biens des révoltés, souvent loin des centres de révolte. Les confiscations par les officiers de Jean sans Terre en Normandie se déroulèrent en quatre grandes étapes : au début de la guerre ; après la révolte du comte d’Alençon et du vicomte de Beaumont-sur-Sarthe, en janvier 1203 ; en réponse aux désertions en mai 1203 ; et à l’automne 1203, après l’échec des quatre contre-attaques de Jean sans Terre contre Alençon, Brezolles, Les Andelys et la Bretagne. Certes, le livre de Powicke fournit une liste des rebelles en 1203, mais elle est incomplète et n’est pas organisée chronologiquement64. Si la carte 3 ci-dessus illustre les confiscations à la suite de la révolte des seigneurs des marches méridionales en janvier 1203, la carte 5 présente une semaine de grande activité pour les officiers de Jean sans Terre, entre le 6 et le 12 mai 1203. Cette activité eut lieu quelques jours après la reddition perfide des forteresses de Brionne et de Beaumont-le-Roger par leur seigneur Pierre de Meulan et de Montfort-sur-Risle par Hugues de Gournay, qui tenait ce dernier château en tant que connétable du duc. Les confiscations de cette semaine-là avaient de nombreuses causes, mais la plupart touchaient Pierre et Hugues ou leurs hommes, tels que Hélie de Bouelles et Guillaume de Ulmo65.

Carte 5 – Confiscations des terres des révoltés, 6-12 mai 1203.

Carte 5 – Confiscations des terres des révoltés, 6-12 mai 1203.
  • 66 Pour les campagnes militaires de Philippe Auguste au printemps 1204, voir Recueil des actes de Phil (...)
  • 67 Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, vol. I, p. 220-221.
  • 68 Radulphi de Coggeshall Chronicon Anglicanum, p. 145 ; Histoire des ducs de Normandie, p. 97-98.
  • 69 M. Powicke, The Loss of Normandy…, p. 256-259.
  • 70 Recueil des actes de Philippe Auguste, vol. II, nos 792-796 : à André Propensée, maire de Falaise ( (...)
  • 71 Layettes du Trésor des chartes, vol. I, no 715 ; voir D. Power, « The French Interests… », p. 207-2 (...)

24Le dernier groupe de cartes (nos 6, 7 et 8) présente la progression de Philippe Auguste à travers la basse Normandie en mai 1204, avec ses octrois des biens arrachés aux partisans du roi d’Angleterre66. Le roi passa par Argentan, Chambois et Falaise pour arriver à Caen. À Argentan, il délivra un acte touchant l’Anjou, tandis qu’à Chambois et à Falaise il fit des dons concernant les deux côtés de la frontière franco-normande. Vers le même temps, les Bretons menés par Gui de Thouars saisirent le Mont Saint-Michel et Avranches et rejoignirent Philippe Auguste à Caen. Les Bretons seraient retournés dans le Sud-Ouest pour prendre Mortain et Pontorson, accompagnés par le comte de Boulogne (qui revendiquait Mortain) et deux cents chevaliers français sous le commandement du courtisan et héros Guillaume des Barres, ainsi que par la garnison de routiers qui avaient récemment quitté le service de Jean sans Terre à Falaise67. D’autres Français soumirent le Cotentin, notamment Cherbourg et Barfleur. On peut dater la reddition de Domfront, de Cherbourg et de Bayeux du même moment68. Tous ces détails sont bien établis69. Ce qui est le plus intéressant, c’est la chronologie des dons de Philippe Auguste pendant sa progression vers Rouen. Quittant Caen, Philippe Auguste se tourna vers l’Est et ce n’est que lors de son arrivée à Saint-Pierre-sur-Dives qu’il commença à faire des dons prodigues de ses acquêts en Normandie, tous à ses alliés normands70. Ensuite, à Lisieux, Guillaume le Maréchal rendit son château d’Orbec tout en plaçant ses châteaux de Longueville et Meulers, beaucoup plus éloignés de l’armée française, dans les mains d’Osbert de Rouvray comme intermédiaire71.

Carte 6 – Dons par Philippe Auguste pendant sa campagne en basse Normandie (mai 1204) : d’Argentan à Caen.

Carte 6 – Dons par Philippe Auguste pendant sa campagne en basse Normandie (mai 1204) : d’Argentan à Caen.

Carte 7 – Dons par Philippe Auguste pendant sa campagne en Basse-Normandie (mai 1204) : de Caen à Rouen.

Carte 7 – Dons par Philippe Auguste pendant sa campagne en Basse-Normandie (mai 1204) : de Caen à Rouen.
  • 72 Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, vol. I, p. 221 ; Histoire des ducs de Normandie, p. 98- (...)
  • 73 Recueil des actes de Philippe Auguste, vol. II, nos 797, 802, 804, 806-807, 809. Pour la situation (...)

25Des sources narratives font mention de l’avance du roi de France au Bec-Hellouin, à Bonneville et à Pont-Audemer ; finalement, après trois semaines de siège, il prit d’assaut la barbacane de Rouen sur la rive gauche de la Seine, poussant la garnison de la capitale normande à négocier une trêve72. Pendant le siège de Rouen, le roi de France octroya des terres à travers le duché, notamment aux renégats Jean de Rouvray (les terres de Roger Bigod, comte de Norfolk, en pays d’Auge) et Guérin de Glapion (Chambois), aux moines du Bec, aux bourgeois de Caen et de Pont-Audemer et au maréchal du roi de France, Henri Clément, qui reçut la ville et la forteresse ducales d’Argentan73. La dernière carte illustre donc comment le roi de France resserra son emprise sur la basse Normandie au moment où son armée chercha à soumettre la haute Normandie grâce au siège de la capitale ducale.

Carte 8 – Dons par Philippe Auguste pendant le siège de Rouen (juin 1204).

Carte 8 – Dons par Philippe Auguste pendant le siège de Rouen (juin 1204).

Conclusions

  • 74 Pour les esquisses de ce processus, voir L. Musset, « Quelques problèmes de l’annexion de la Norman (...)

26Cet article a cherché à identifier les possibilités qui existent pour des recherches ultérieures sur la chute de la Normandie. Sans sous-estimer la valeur des études antérieures, il démontre comment les sources bien connues se prêtent à une nouvelle lecture et comment d’autres sources jusque-là négligées peuvent être mieux exploitées. Une nouvelle précision géographique et prosopographique qui utiliserait toutes ces preuves pourrait mieux faire comprendre la dynamique de l’annexion normande, en mettant en valeur les rapports entre les rois, l’aristocratie et le territoire. En outre, une étude plus large pourrait mettre en évidence comment le roi de France établit son pouvoir à l’échelle locale en Normandie après la reddition de Rouen, c’est-à-dire en réalisant une conquête plus pacifique après la guerre qui décida du sort de la Normandie74.

Annexes

Gautier (de Constantiis), archevêque de Rouen, notifie qu’Isabelle, fille d’Eremburge de Gautervilla75, demandait aux Hospitaliers cent marcs d’argent que son père lui aurait légués en tant que dot avant sa mort en Terre sainte. À la demande des Hospitaliers, l’archevêque nomme des garants pour cette somme.

Rouen, 4 mai 1204

A = Paris, Archives nationales, S 5049, 7e liasse, no 4 : anciennement scellé sur double queue (sceau et attaches perdus), larg. 175 mm x haut. 110 mm (dont repli de 15 mm) ; bord gauche déchiré, touchant les six premières lignes. Au dos : (i) G 14 (date incertaine). (ii) 1204 Villedieu Acte pour vng depost de cent marcs dargent pour marier une fille (XVIIe s.). (iii) S.5049. no 19 (XIXe s.). (iv) 4e. No. de la 7e liasse (XIXe s.).

Omnibus Christi fidelibus ad quos presens scriptum peruenerit, Walterus dei gr(aci)a Roth(omagensis) archiepiscopus salutem in domino. Ad uniuersitatis uestre noticiam uolumus peruenire, quod cum Isabel filia Ere(m)burge de Gauteruill(a) a fratribus hospitalis Ierosol(ime), [co]ram [n]obis centum marc(as) argenti peteret, quas tanquam eis ad eam maritandam commissas, sibi ab eis deberi asserebat de ……ta…a patris sui in terra Ierosol(imitana) defuncti, dicti hospitalarii a nobis petierunt quod fideiussores acciperemus, qui pro predicta ……iab se plegios constituerent, quod si dictum depositum non ita factum inueniretur, et de iure posset in irritum reduci, [predi]c[t]as centum marc(as) sibit et domui hospital(is) Ierosol(ime) sine contradictione restituerent. Nos siquidem, ad eorum peticionem, plegios inde accepimus videlicet Gaufr(idum) de Bosco, Reginald(um) de Bosco76, Osb(er)tu(m) de Roureio77, Osb(er)tu(m) Gifard’, Rob(ertum) de Freauuill(a), W(i)ll(elmu)m Roillart, W(i)ll(elmu)m Le Mo(n)nier78, Rob(ertum) Maschef(er)c, Gisleb(er)t filium Adan, Gaufrid(um) de Criolio, qui omnes in suprascripta forma coram nobis pro prefata puella, se plegios obligauerunt. Et ad maiorem cautelam litteras suas pendentes sigillis suis signatas, nobis tradiderunt. vt autem huius facti noticia in memoriam transeat futororum, et prorsus in posterum tollatur occasio malignandi, nos id ipsum presenti scripto et sigilli nostri munimine, roborauimus. Dat(um) per manum magistri Symonis cancellarii nostri apud Rothom(agum), anno dominice Incarnationis. m°.cc°. Quarto, Qvarto nonas maii.

a peut-être [heredi]ta[te]

b peut-être [pecun]ia

c modifié de Marchef(er) ?

Notes

1 Je remercie Christine Gérard Baycroft et Élodie Papin pour la correction de mon français, et Anne Curry et Véronique Gazeau pour l’invitation à participer au colloque de Cerisy. Les cartes ont été dessinées par Paul Coles (The Cartographic Company, Sheffield).

2 Giraldi Cambrensis Opera, J. S. Brewer et al. (éd.), Londres, Rolls Series, 1861-1891, 8 vol., ici vol. VIII, p. 257-259 et 320-322. Giraud attribua le premier aveu à Ranoul de Glanville († 1190), justicier vers la fin du règne d’Henri II, qui aurait souligné le changement de l’équilibre politique depuis les guerres de Louis le Pieux et ensuite de Raoul de Cambrai. Giraud préférait le second aveu, à savoir l’explication morale, qui opposait la « tyrannie insulaire » des rois d’Angleterre avec les « libres armes » des Français.

3 The Historical Collections of Walter of Coventry, W. Stubbs (éd.), Londres, Rolls Series, 1872-1873, vol. II, p. 197.

4 Voir la liste des textes narratifs ci-dessous, n. 18.

5 K. Norgate, England under the Angevin Kings, Londres, Macmillan, 1887, vol. II, p. 388-429.

6 M. Powicke, The Loss of Normandy : Studies in the History of the Angevin Empire, 1189-1204, Manchester, Manchester University Press, 1961, 2e éd.

7 Parmi ces travaux : J. Ramsay, The Angevin Empire, Londres, Macmillan, 1903, p. 251-255, 368-373, 504-507 ; F. Lot et R. Fawtier, Le premier budget de la monarchie française, Paris, Champion, 1932 ; J. C. Holt, « The Loss of Normandy and Royal Finances », in War and Government in the Middle Ages : Essays in Honour of J. O. Prestwich, J. C. Holt et J. Gillingham (dir.), Woodbridge, Boydell Press, 1984, p. 92-105 ; T. N. Bisson, « Les comptes des domaines au temps de Philippe Auguste. Essai comparatif », in La France de Philippe Auguste. Le temps des mutations, R.-H. Bautier (dir.), Paris, CNRS, 1982, p. 521-539 ; J. W. Baldwin, The Government of Philip Augustus : Foundations of French Royal Power in the Middle Ages, Berkeley, University of California Press, 1986 ; N. Barratt, « The Revenues of John and Philip Augustus Revisited », in King John : New Interpretations, S. D. Church (dir.), Woodbridge, Boydell Press, 1999, p. 75-99 ; V. D. Moss, « The Norman Exchequer Rolls of King John », in King John : New Interpretations, p. 145-161.

8 K. Thompson, « William Talvas, Count of Ponthieu, and the Politics of the Anglo-Norman Realm », in England and Normandy in the Middle Ages, D. Bates et A. Curry (dir.), Londres, Hambledon Press, 1994, p. 169-184 ; K. Thompson, « The Lords of Laigle : Ambition and Insecurity on the Borders of Normandy », Anglo-Norman Studies XVIII, 1996, p. 177-199 ; D. Power, « Between the Angevin and Capetian Courts : John de Rouvray and the Knights of the Pays de Bray, 1180-1225 », in Family Trees and the Roots of Politics : the Prosopography of Britain and France from the Tenth to the Twelfth Century, K. S. B. Keats-Rohan (dir.), Woodbridge, Boydell Press, 1997, p. 361-384 ; D. Power, « The End of Angevin Normandy : the Revolt at Alençon (1203) », Historical Research, t. LXXIV, 2001, p. 444-464 ; D. Power, « Guérin de Glapion, Seneschal of Normandy (1200-01) : Service and Ambition under the Plantagenet and Capetian Kings », in Records, Administration and Aristocratic Society in the Anglo-Norman Realm, N. Vincent (dir.), Woodbridge, Boydell Press, 2009, p. 153-192 ; D. Crouch, William Marshal : Knighthood, War and Chivalry, 1147-1219, Londres, Longman, 2002, 2e éd. ; D. Power, « The French Interests of the Marshal Earls of Striguil and Pembroke, 1189-1234 », Anglo-Norman Studies XXV, 2003, p. 199-225.

9 D. Power, The Norman Frontier in the Twelfth and Early Thirteenth Centuries, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

10 J. C. Holt, « The End of the Anglo-Norman Realm », Proceedings of the British Academy, t. LXI, 1975, p. 223-265 ; R. Jouet, Et la Normandie devint française, Paris, Éditions Mazarine, 1983 ; D. Power, « King John and the Norman Aristocracy », in King John : New Interpretations, p. 117-136 ; M. Aurell, L’empire des Plantagenêt, 1154-1224, Paris, Perrin, 2003, p. 185-239 ; M. Billoré, De gré ou de force : l’aristocratie normande et ses ducs, 1150-1259, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

11 S. R. Packard, « King John and the Norman Church », Harvard Theological Review, t. XV, 1922, p. 15-31 ; J. W. Baldwin, « Philip Augustus and the Norman Church », French Historical Studies, t. VI, 1969, p. 1-30 ; P. A. Poggioli, From Politican to Prelate : the Career of Walter of Coutances, Archbishop of Rouen, 1184-1207, thèse de doctorat inédite, Johns Hopkins University, 1984, p. 118-156 ; F. Neveux, « Les évêques normands et la conquête française », in 1204 : la Normandie entre Plantagenêts et Capétiens, A.-M. Flambard Héricher et V. Gazeau (dir.), Caen, Publications du CRAHM, 2007, p. 367-388.

12 W. B. Stevenson, England and Normandy 1204-1259, thèse de doctorat inédite, université de Leeds, 1974, p. 29-52, 113-136 ; D. Power, « The Norman Church and the Angevin and Capetian Kings », Journal of Ecclesiastical History, t. LVI, 2005, p. 205-234 ; J. Peltzer, Canon Law, Careers and Conquest : Episcopal Elections in Normandy and Greater Anjou, c. 1140-c. 1230, Cambridge, Cambridge University Press, 2008, p. 238-256.

13 É. Audouin, Essai sur l’armée royale au temps de Philippe Auguste, Paris, E. Champion, 1913 ; P. Contamine, « L’armée de Philippe Auguste », in La France de Philippe Auguste…, p. 577-594.

14 N. Vincent, « Introduction : the Record of 1204 », in Records, Administration and Aristocratic Society in the Anglo-Norman Realm, N. Vincent (dir.), Woodbridge, Boydell Press, 2009, p. XIV-XV : « There is still […] no standard agreed narrative of the day-to-day progress of the French invasion […] the events of 1203-4 surely merit a detailed account of the French conquest to set alongside those of the English counter-conquests of 1346, 1415 or indeed of 1944 ».

15 Pour les fortifications de la frontière normande, voir par exemple J. Yver, « Philippe Auguste et les châteaux normands : la frontière orientale du duché », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. LIX, 1967-1989, p. 309-348 ; C. L. H. Coulson, « Fortress-Policy in Capetian Tradition and Angevin Practice : Aspects of the Conquest of Normandy by Philip Augustus », Anglo-Norman Studies VI, 1984, p. 13-38 ; M.-P. Baudry, « Les châteaux des Plantagenêts et des Capétiens : combats et imitations », in Plantagenêts et Capétiens : confrontations et héritages, M. Aurell et N.-Y. Tonnerre (dir.), Turnhout, Brepols, 2006, p. 319-357 ; L. Mesqui, Les seigneurs d’Ivry, Bréval et Anet aux XIe et XIIe siècles. Châteaux et familles à la frontière normande, Caen, Société des antiquaires de Normandie, 2011.

16 Par exemple W. L. Warren, King John, D. Carpenter (éd.), New Haven, Yale University Press, 1997, 3e éd., p. 1-16. Pour les sources de son règne, voir en général A. Gransden, Historical Writing in England c. 550 to c. 1307, Londres, Routledge, 1974, p. 318-379.

17 Recueil des annales angevines et vendômoises, L. Halphen (éd.), Paris, Picard et fils, 1903, p. 21. Voir W. Shakespeare, King John, IV:ii, lignes 127-128 : « What ! Mother dead ! How wildly then walks my estate in France ! ».

18 Histoire des ducs de Normandie, F. Michel (éd.), Paris, SHF, 1840, p. 90-103 ; « Chronique des rois de France », L. Delisle (éd.), in Recueil des historiens des Gaules et de la France, D. Bouquet et al. (éd.), Paris, V. Palmé – Imprimerie nationale, 1738-1904, 24 vol. en 25, ici vol. XXIV, p. 759-762 ; Radulphi de Coggeshall Chronicon Anglicanum, J. Stevenson (éd.), Londres, Rolls Series, 1875, p. 135-148 ; Roger de Wendover, Flores Historiarum, avec les additions de Mathieu Paris, in Matthæi Parisiensis, monachi Sancti Albani, Chronica Majora, H. R. Luard (éd.), Londres, Rolls Series, 1872-1873, 7 vol., ici vol. II, surtout p. 477-489 ; Histoire de Guillaume le Maréchal, P. Meyer (éd.), Paris, SHF, 1891-1894, 3 vol., ici vol. II, lignes 12005-12994 (vol. III, p. 163-178) ; History of William Marshal, A. J. Holden (éd.), S. Gregory (trad.), D. Crouch (notes), Londres, Anglo-Norman Text Society, 2002-2006, 3 vol., ici vol. II, lignes 12005-12994 ; Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, H.-F. Delaborde (éd.), Paris, Renouard, 1882-1883, 2 vol., ici vol. I, p. 151-162 (Rigord), 207-222 (Guillaume le Breton) ; vol. II, p. 150-227 (Philippide).

19 G. Labory, « Les manuscrits de la Grande chronique de Normandie du XIVe et du XVe siècle », Revue de l’histoire des textes, t. XXVII, 1997, p. 191-222 ; G. M. Spiegel, Romancing the Past : the Rise of Vernacular Prose Historiography in Thirteenth-Century France, Berkeley, University of California Press, 1993, surtout p. 214-268 ; É. Robert-Barzman, « La conquête de la Normandie dans la Philippide de Guillaume le Breton », in 1204 : la Normandie…, p. 153-188 ; O. Laborderie, « Convergences et divergences de points de vue : la conquête de la Normandie en 1204 dans les deux chroniques de l’Anonyme de Béthune », in 1204 : la Normandie…, p. 189-213 ; G. Fedorenko, « The Thirteenth-Century Chronique de Normandie », Anglo-Norman Studies XXXV, 2013, p. 163-180.

20 Les annales de l’abbaye Saint-Pierre de Jumièges, J. Laporte (éd.), Rouen, Lecerf, 1954, p. 77-79, 85-87 ; « Annales S. Edmundi », in Ungedruckte Anglo-Normannische Geschichtsquellen, F. Liebermann (éd.), Strasbourg – Londres, Trübner, 1879, p. 97-155 (p. 139-144 et, pour les liens entre ce texte et les Flores Historiarum de Roger de Wendover, voir p. 101-105).

21 Voir surtout G. Fedorenko, « The Thirteenth-Century Chronique de Normandie ».

22 V. D. Moss, « The Norman Exchequer Rolls of King John ».

23 Magni Rotuli Scaccarii Normanniæ, T. Stapleton (éd.), Londres, Society of the Antiquaries of London, 1840-1844, 2 vol., ici vol. II, p. 289-497 (1197-1198), p. 503-574 (1202-1203).

24 Pour les autres documents, voir surtout Miscellaneous Records of the Norman Exchequer, 1199-1204, S. R. Packard (éd.), Smith College Studies in History XII, 1926-1927, p. 65-69.

25 Magni Rotuli Scaccarii Normanniæ, vol. II, p. 539-540.

26 Ibid., p. 548 : 20 li. ang. payées à la suite d’un bref royal « pro Hamelot de Basochia redimendo de manibus Ruptar(iorum) ». « Hamelot » serait un diminutif de « Hamo » ou « Hamelinus ».

27 J. W. Baldwin, The Government of Philip Augustus…, p. 167-168.

28 Pour quelques exemples, voir D. Power, « The End of Angevin Normandy… », p. 451-452 ; pour l’utilisation du budget afin de dater des gains français au printemps 1202, voir D. Power, The Norman Frontier…, p. 535-538.

29 T. K. Moore, « The Loss of Normandy and the Invention of the Terre Normannorum, 1204 », English Historical Review, t. CXXV, 2010, p. 1071-1109 (p. 1084-1088 et Map II).

30 Rotuli de liberate ac de misis et præstitis, T. D. Hardy (éd.), Londres, Record Commission, 1844, p. 72. Selon Rigord, Sées fut aux mains des Français avant mai 1204 (Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, vol. I, p. 160).

31 Rotuli Normanniæ in Turri Londinensi asservati, T. D. Hardy (éd.), Londres, Record Commission, 1835, p. 59, 65, 74, 96 : le roi confia à Guillaume de Briouze la garde des terres normandes de Gautier de Lassy (6 août 1202) ; Agon confisqué à Guillaume des Roches, avec l’aide de l’ost des terres confisquées à Juhel de Mayenne (15 déc. 1202) ; l’honor du Pin(-au-Haras) arraché à Hugues de Lacy (6 fév. 1203) ; Longueil, confisqué à Hugues de Gournay et des terres royales à Lillebonne (12 mai 1203). Rotuli de liberate…, p. 62, 64 : octroi à Guillaume de Briouze des terres anglaises de la femme de Jean du Hommet (8 sept. 1203) et celles d’Étienne de Longchamps (22 sept.). On croyait plus tard au XIIIe siècle que Guillaume avait extorqué la seigneurie galloise de Gower à Jean sans Terre, qui avait peur que le baron l’abandonnât pendant la guerre de Normandie : voir D. Power, « The Briouze Family in the Thirteenth and Early Fourteenth Centuries : Inheritance Strategies, Lordship and Identity », Journal of Medieval History, t. XLI, 2015, p. 341-361 (p. 356). Dans les Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, vol. II, p. 170-171 (VI, lignes 480-492), il est prétendu que Guillaume de Briouze quitta l’entourage du roi à cause des plans meurtriers de ce dernier contre Arthur de Bretagne, et se retira à Briouze (avr. 1203). En fait, Guillaume resta aux côtés de Jean sans Terre tout le temps que le roi Jean resta en Normandie et il abandonna le duché avec le roi d’Angleterre en décembre 1203.

32 D. Power, « Guérin de Glapion… », p. 172-173.

33 Pour les chartes originales de Jean sans Terre, voir l’inventaire numérique dressé par The Magna Carta Project, en ligne à l’adresse suivante : http://magnacartaresearch.org/read/original_charters [consulté le 1er décembre 2015].

34 « anno regni nostri quarto, quo Comes Robertus Sagiensis fecit nobis proditionem apud Alenc(onem) ». Oxford, Bodleian Library, DD Wykeham-Musgrave, C.59, item 1 ; Rouen, arch. dép. Seine-Maritime, 3 H 16. Pour une édition de ces deux actes avec un commentaire, voir D. Power, « The End of Angevin Normandy… ».

35 Recueil des actes de Philippe Auguste, roi de France, H.-F. Delaborde et al. (éd.), Paris, Imprimerie nationale, 1916-2005, 6 vol., ici vol. V, p. 49, no 1858 : « in castris ante Chambayum ». Pour Guillaume le Maréchal comme seigneur de Chambois et la reddition de ses châteaux normands, voir C. L. H. Coulson, « Fortress-Policy in Capetian Tradition… », p. 37-38 ; D. Power, « The French Interests… », p. 206-209.

36 Recueil des actes de Philippe Auguste, vol. II, no 770 : « quam cito Deus ea nobis dederit aut eidem comiti ». Voir D. Power, « The French Interests… », p. 208.

37 Magni Rotuli Scaccarii Normanniæ, introductions aux deux volumes ; Calendar of Documents Preserved in France, J. H. Round (éd.), Londres, HMSO, 1899.

38 Descriptive Catalogue of Derbyshire Charters, I. H. Jeayes (éd.), Londres, Bemrose, 1906, no 1753 (original maintenant disparu) ; Caen, arch. dép. Calvados, H 6510, fol. 3 vo-4 ro, no 7. Parmi ceux qui assistaient à l’Échiquier se trouvaient les principaux justiciers ducaux : Samson, abbé de Saint-Étienne de Caen, et le bourgeois Raoul l’Abbé.

39 Cartulaire manceau de Marmoutier, E. Laurain (éd.), Laval, Impr. de Vve A. Goupil, 1945, 2 vol., ici vol. I, p. 274-277 (s. d.) : « dedi monachis Majoris monasterii de Meduana in eleemosynam et excambium suarum domorum et edificiorum que oportuit me frangere et mutare in tempore guerre contra Johannem regem Anglie ». Ibid., p. 285-286 (acte d’Hugues, abbé de Marmoutier, fév. 1211, n. s.) : « cum dominus Juhellus de Meduana ad majorem castri sui fortitudinem quamdam calciatam erexisset de novo juxta aliam calciatam subtus quam quoddam molendinum pridem habere solebamus, scilicet in calciata superioris stagni quod tempre guerre regum Francie et Anglie fuerat penitus destructum, et novum stagnum ibidem fecisset, et sic propter restagnationem aque prejudicium factum fuerit nobis ».

40 Paris, Arch. nat., L 974, no 852 : don par Hamelin de l’Écluse du « servitium equi » et d’autres droits à Oisseau (dépt. Mayenne, cant. Mayenne) et à l’abbaye de Savigny ; « eam presentis scripti et sigilli noui mei munimine, quoniam uetus sigillum meum in tempore guerre perdideram, roboraui ». Juhel de Mayenne confirma ce don (ibid., L 967, no 139).

41 Norman Charters from English Sources : Antiquaries, Archives and the Rediscovery of the Anglo-Norman past, N. Vincent (éd.), Londres, Pipe Roll Society, 2013, p. 198-199, no 72 : « Postea autem anno quo captus est dominus Artur com [sic] multis nobilibus viris apud Mirebel a domino Iohanne rege » (à l’abbaye d’Ardenne, 1202, après le 1er août).

42 Rouen, bibl. mun., Y 52, fol. 81 ro-vo : « Actum est hoc in primo anno in quo Philippus Rex Francorum habuit Dominium Normannie, anno videlicet ab incarnatione domini .mo.cco.iiijo ».

43 Arch. dép. Seine-Maritime, 8 H 100 : acte de Robert de Rétonval daté de 1196, « eo tempore quo Abbamarla a Philip[po re]ge Francorum longa subsidione subversa est ». Rouen, bibl. mun., Y 13, fol. 60 vo : acte de Jean de Villers, daté de 1196, « eo scilicet anno quo Philippus rex Francie Albam Marlam subuertit ». Ibid., fol. 82 vo : acte de Richard d’Illois daté de 1197, « sequenti scilicet anno postquam Philippus rex Francie Albammarlam longa obsidione subuertit ».

44 Arch. dép. Seine-Maritime, 18 HP 4 (acte d’Hélie de Longueil).

45 D. Power, « The End of Angevin Normandy… », p. 449-458, 463 (arch. dép. Eure, H 672, no 8). L’octroi fut confirmé par Philippe Auguste au cours du même mois : Londres, British Library, Cotton Charter XX.2, publié dans le Recueil des actes de Philippe Auguste, vol. V, no 1857, où Michel Nortier propose que le roi de France délivra son acte à Alençon, mais il n’y a pas d’autre preuve que le roi visita la ville en ce temps-là. Pourtant, il est probable que l’acte de Robert du Bois-Gencelin fut écrit par le même scribe royal que celui de Philippe Auguste.

46 Paris, Arch. nat., S 5049, liasse 7 : voir Annexe.

47 Histoire des ducs de Normandie, p. 97-98.

48 Layettes du Trésor des chartes, A. Teulet et al. (éd.), Paris, Plon, 1863-1909, 5 vol., ici vol. I, no 716, et Recueil des actes de Philippe Auguste, vol. II, no 803.

49 D. Power, « Between the Angevin and Capetian Courts… » et « The French Interests… », p. 207-209.

50 Par ex. Curia Regis Rolls, Londres, HMSO, 1922-2006, 20 vol., ici vol. IV, p. 101-102, qui montre que les seigneurs anglo-normands Elie d’Imbleville et Alain Martel appartenaient à la garnison d’Arques vers 1202. Elie choisit l’Angleterre en 1204 tandis qu’Alain resta en Normandie. Pour les chevaliers de l’archevêque de Cantorbéry pris à Château-Gaillard, voir Rotuli litterarum patentium in Turri Londinensi asservati, T. D. Hardy (éd.), Londres, Record Commission, 1835, p. 40b ; M. Powicke, The Loss of Normandy…, p. 254 n. Même en mai 1204, Jean envoya le comte d’Aumale avec ses chevaliers anglais défendre la Normandie (Rotuli litterarum patentium…, p. 41b).

51 Magni Rotuli Scaccarii Normanniæ, vol. I, p. 221 (menés par des capitaines nommés Renaud Cruiete et Gibelin le Sarrasin) ; vol. II, p. 350 ; voir p. 301 pour une autre bande de « Sarrasins » dans la Normandie orientale, menée par un certain Soubresaillant.

52 Par exemple Baudouin, chambrier de Flandre, Guillaume de Crecques et Adam Quiéret (Rotuli de liberate…, p. 29-30). Pour Ivon de Bracq, membre de la garnison de Tillières et seigneur de Saint-Saëns (probablement grâce à Jean sans Terre), voir Rotuli litterarum patentium…, p. 18, et Magni Rotuli Scaccarii Normanniæ, vol. II, p. 551 ; Philippe Auguste le força à abandonner le roi d’Angleterre en mars 1203 (Layettes du Trésor des chartes, vol. I, no 666).

53 Magni Rotuli Scaccarii Normanniæ, vol. II, p. 570.

54 Recueil des actes de Philippe Auguste, vol. III, no 1021. Voir Rotuli Normanniæ…, p. 91, pour un « Sanche de Narbonne » qui reçut un versement du bailli Richard de Villequier en avril 1203.

55 Ibid., p. 98 : ordre au maire de Rouen de livrer aux sergents (ou serviteurs) de « Cadwallon » les prisonniers de celui-ci que le maire lui avait arrachés (Rouen, 13 juillet 1203). Il s’agit certainement de Cadwallon ap Morgan, frère de Lleision ap Morgan, seigneur d’Afan, dans le Glamorgan. Voir The Acts of Welsh Rulers 1120-1283, H. Pryce (éd.), Cardiff, University of Wales Press, 2005, p. 20-21.

56 Rotuli de liberate…, p. 85 : ordre au sheriff de Gloucestershire de payer 10 marcs à « Cadwallon le Gallois » (Cadawallano Walensi) qui va traverser la mer au service du roi (27 mars 1204). Ibid., p. 88 : 10 marcs versés à Guillaume de Briouze pour « Lleision le Gallois » (à savoir Lleision ap Morgan) qui vient au service du roi avec 200 autres Gallois (28 mars 1204). Pour ces versements, voir Great Roll of the Pipe for the Sixth Year of the Reign of King John, D. M. Stenton (éd.), Londres, Pipe Roll Society, 1940, p. 146 ; voir aussi p. 37 pour des revenus payés à Cadwallon à Merthen en Cornouailles. Remarquons que Merthen se situait dans la paroisse de Constantine, d’où le Cornouaillais Gautier de Constantiis, archevêque de Rouen, pourrait avoir tiré son nom de famille (plutôt que de Coutances en Normandie, avec laquelle l’archevêque n’avait aucun lien connu). Cadwallon y recevait des rentes depuis plusieurs années : Great Roll of the Pipe for the Third Year of the Reign of King John, D. M. Stenton (éd.), Londres, Pipe Roll Society, 1936, p. 187 (Saint-Michel 1201), ainsi que les rouleaux suivants.

57 Recueil des actes de Philippe Auguste, vol. II, no 761 ; vol. IV, nos 1566, 1575 ; M. Powicke, The Loss of Normandy…, p. 164 n, 252, 275 ; C. L. H. Coulson, « Fortress-Policy in Capetian Tradition… », p. 34-35 ; voir D. Power, « Les châteaux en Normandie orientale : défenses Plantagenêt ou résidences aristocratiques ? », in Cinquante années d’études médiévales à la confluence de nos disciplines (Actes du colloque organisé à l’occasion du cinquantenaire du CESCM, Poitiers, 1er-4 septembre 2003), C. Arrignon et al. (dir.), Turnhout, Brepols, 2005, p. 149-164 ; D. Power, The Norman Frontier…, p. 174, 512.

58 Ibid., p. 227.

59 Rotuli Normanniæ…, p. 71 ; I. J. Sanders, English Baronies : a Study of their Origin and Descent 1086-1327, Oxford, Clarendon Press, 1960, p. 53. Pour Jean le Maréchal, neveu du célèbre Guillaume, voir D. Crouch, William Marshal : Court, Career and Chivalry in the Angevin Empire, 1147-1219, Londres, Longman, 1990, p. 89.

60 Layettes du Trésor des chartes, vol. I, nos 680-682 ; D. Power, The Norman Frontier…, p. 255-259, 488-489, qui montre que Constance, femme de Simon de Beaussault, fut la belle-sœur de Baudouin de Dargies et très probablement la sœur de Raoul de Clermont et la cousine de Gui de Senlis.

61 Au colloque de Cerisy, les données qui suivent ont été présentées par une série de cartes numériques, qui illustre d’une façon plus dynamique l’avance du pouvoir capétien.

62 Pour une analyse détaillée de cette phase de la guerre, voir D. Power, The Norman Frontier…, p. 532-538 (carte à la p. 536).

63 Voir surtout Rotuli Normanniæ…, p. 68-78.

64 M. Powicke, The Loss of Normandy…, p. 174-177.

65 Ibid., p. 160-162 ; la principale source est Rotuli Normanniæ…, p. 91-96. Guillaume de Ulmo (auj. Le Hom, dépt. Eure, ch.-l. cant. et comm. Beaumont-le-Roger) doit être distingué du connétable de Normandie, Guillaume du Hommet.

66 Pour les campagnes militaires de Philippe Auguste au printemps 1204, voir Recueil des actes de Philippe Auguste, vol. II, nos 788-809 ; vol. V, nos 1858-1859 ; Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, vol. I, p. 160-161, 220-221 ; vol. II, p. 210-218 (Philippidos, VIII, lignes 1-214) ; Radulphi de Coggeshall Chronicon Anglicanum, p. 144-146 ; Histoire de Guillaume le Maréchal, vol. II, lignes 12839-12932 (History of William Marshal, vol. II, lignes 12839-12932) ; vol. III, p. 176-177.

67 Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, vol. I, p. 220-221.

68 Radulphi de Coggeshall Chronicon Anglicanum, p. 145 ; Histoire des ducs de Normandie, p. 97-98.

69 M. Powicke, The Loss of Normandy…, p. 256-259.

70 Recueil des actes de Philippe Auguste, vol. II, nos 792-796 : à André Propensée, maire de Falaise (terres à Lassy, Campeaux, Crocy, Blocqueville), à Guérin de Glapion (les baronnies de Moyon et de Montpinçon), à Richard d’Argences (Briouze et d’autres lieux qui ne sont pas identifiés), à Guillaume d’Argences, vraisemblablement le frère de ce Richard (Tilly-la-Campagne, Montchamps [comm. Castillon-en-Auge], Danestal-en-Auge), et à Payen de Méheudin (Moulineaux, Pinterville).

71 Layettes du Trésor des chartes, vol. I, no 715 ; voir D. Power, « The French Interests… », p. 207-209, et plus haut.

72 Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, vol. I, p. 221 ; Histoire des ducs de Normandie, p. 98-99 ; Layettes du Trésor des chartes, vol. I, no 716, et Recueil des actes de Philippe Auguste, vol. II, no 803. Cambridge, Cambridge University Library, Ii.VI.24, fol. 47 vo (une histoire des ducs de Normandie) : « le reis de France entra en Normendie, e li fu rendu le Pont Audem(er) e Bone vile e Kaa(n). E sen reuint au pont de Roen e orent Normanz trieues .xl. iorz por enueier por lor seignor ».

73 Recueil des actes de Philippe Auguste, vol. II, nos 797, 802, 804, 806-807, 809. Pour la situation des terres du comte Bigod, voir L. C. Loyd, The Origins of some Anglo-Norman Families, C. T. Clay et D. C. Douglas (éd.), Leeds, Harleian Society, 1951, p. 14-15, 32.

74 Pour les esquisses de ce processus, voir L. Musset, « Quelques problèmes de l’annexion de la Normandie au domaine royal français », in La France de Philippe Auguste…, p. 291-307 ; R. Jouet, Et la Normandie devint française ; D. Power, « L’établissement du régime capétien en Normandie : structures royales et réactions aristocratiques », in 1204 : la Normandie…, p. 319-343 ; D. Power, « Les Français en Normandie après 1204 », in 911-2011. Penser les mondes normands médiévaux, D. Bates et P. Bauduin (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 2016, p. 245-261.

75 Peut-être Vatierville (dépt. Seine-Maritime, cant. Neufchâtel-en-Bray).

76 Pour Geoffroi de Bosco et son frère Renaud, voir D. Power, The Norman Frontier…, p. 426-427, 491 ; D. Power, « Les dernières années du régime angevin en Normandie », in Plantagenêts et Capétiens…, p. 163-192 (p. 178). Geoffroi fut le mari en premières noces de Perronelle, une des trois co-héritières de Baudemont et de Cailly, et en secondes noces avant 1202 d’Agnès Biset, héritière de Brétizel (dépt. Somme, cant. Hornoy-le-Bourg, comm. Saint-Germain-sur-Bresle), dont la terre a été saisie par les Français en 1202 (D. Power, The Norman Frontier…, p. 486, 491). Il fut un des chevaliers qui négocièrent la reddition de Rouen (voir plus haut). Renaud fut le second mari de Mathilde, une autre co-héritière de Baudemont et de Cailly.

77 Pour Osbert de Rouvray, voir plus haut.

78 Guillaume Molendinarius fut un des bourgeois rouennais qui négocièrent la reddition de leur ville en 1204.

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Étendue approximative des bailliages enregistrés dans les rouleaux d’échiquier.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/11837/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Carte 2 – Les gains français en 1202.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/11837/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Carte 3 – Les révoltes contre Jean sans Terre (janvier 1203).
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/11837/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Carte 4 – Les gains français au printemps et en été 1203.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/11837/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Carte 5 – Confiscations des terres des révoltés, 6-12 mai 1203.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/11837/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Carte 6 – Dons par Philippe Auguste pendant sa campagne en basse Normandie (mai 1204) : d’Argentan à Caen.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/11837/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Carte 7 – Dons par Philippe Auguste pendant sa campagne en Basse-Normandie (mai 1204) : de Caen à Rouen.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/11837/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Carte 8 – Dons par Philippe Auguste pendant le siège de Rouen (juin 1204).
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/11837/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

Auteur

Swansea University

Daniel Power est professeur d’histoire médiévale à l’université de Swansea. Son livre The Norman Frontier in the Twelfth and Early Thirteenth Centuries (Cambridge, Cambridge University Press, 2004), ainsi que de nombreux articles, concernent le royaume anglo-normand, l’empire Plantagenêt, la France capétienne (dont la croisade albigeoise) et les frontières médiévales. Il prépare actuellement une étude de l’aristocratie anglo-française entre l’annexion capétienne de la Normandie en 1204 et le traité de Paris en 1259, avec une édition des chartes des Du Hommet, connétables de Normandie.

© Presses universitaires de Caen, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search