Version classiqueVersion mobile

La guerre en Normandie (XIe-XVe siècle)

 | 
Anne Curry
, 
Véronique Gazeau

Rapport introductif

Anne Curry

Texte intégral

  • 1 D. Bates, Normandy before 1066, Harlow, Longman, 1982, p. 2.
  • 2 Ibid., p. 3.

1Le duché de Normandie a été forgé par la guerre. Ou peut-être devrait-on dire plus précisément qu’il est né d’un effort pour éviter la guerre. En 911, Charles le Simple accorda certains districts bordant la côte et la cité de Rouen à une bande de pillards vikings. Cet accord est connu normalement sous le nom de traité de Saint-Clair-sur-Epte. L’emploi du mot « traité » souligne le fait qu’il était destiné à mettre fin à une situation de conflit entre le roi français et les envahisseurs. Les termes d’un diplôme de Charles en 918 indiquent bien son objectif : « la portion que nous avons accordée à Rollon et ses compagnons pour la sécurité de notre royaume ». Comme le fait remarquer David Bates dans son étude remarquable de 1982, Normandy before 1066, ce « traité » n’était pas « dans son contexte contemporain, un événement particulièrement inhabituel » mais simplement un exemple de la manière dont les souverains de l’Europe de l’Ouest « cherchaient à atténuer la menace viking »1. De longue date, les vikings avaient eu tendance à s’emparer de territoires, ce qui conduisit à la colonisation de territoires vierges au Groenland, en Islande et aux îles Féroé, mais, pour utiliser une fois encore une expression de David Bates, « De telles tendances devenaient une tout autre affaire lorsqu’elles étaient dirigées contre des régions où il existait déjà une certaine mesure d’organisation politique »2.

  • 3 P. Bauduin, La première Normandie (Xe-XIe siècles). Sur les frontières de la haute Normandie : iden (...)

2C’était, bien entendu, le cas du nord de la France. La région avait déjà fait l’expérience d’une création antérieure dans un contexte militaire : la marche de Neustrie, s’étendant de Calais aux confins de la Bretagne. En 862, elle fut accordée par Charles le Chauve à Robert le Fort, dans l’intention de freiner les incursions bretonnes, mais cette expérience ne fut pas couronnée du succès qu’on aurait pu espérer, si l’on considère que moins de cinq ans plus tard les Bretons se virent accorder le Cotentin et l’Avranchin. En fait, la forme que prit cet accord préfigure celui de Rollon en 911, et révèle bien le fait que la Neustrie était une région contestée et en proie à des conflits, comme l’a montré Pierre Bauduin3. Les origines de la Normandie sont bien ancrées dans cette Neustrie carolingienne. Rien ne pouvait garantir que les vikings réussissent mieux que leurs prédécesseurs à établir leur contrôle sur une longue période ou à l’étendre au-delà des territoires qui leur avaient été accordés initialement, et dans lesquels ils avaient déjà une certaine implantation paisible, comme l’ont montré des études postérieures à 1982. Ils purent établir un régime politique en Normandie en raison de la contestation qui existait au sein de feu le règne carolingien lui-même. L’autorité de Charles le Simple était affaiblie par les rivalités avec Robert, fils de Robert le Fort, marquis de la marche de Neustrie. Et, quasiment de la même manière, il devait faire face également à d’autres contestations au sein des territoires carolingiens, particulièrement avec ses voisins des Flandres au nord.

3Rollon et son fils Guillaume purent étendre leur territoire surtout par des moyens militaires, chaque phase culminant, après coup, en une concession accordée par Raoul le Robertien : en 924 ce fut la Normandie centrale, depuis Bayeux en direction du Maine pacto pacis eis concessae ; en 933 les territoires accordés préalablement aux Bretons dans le Cotentin et l’Avranchin. Avec le temps, et après soixante années de pouvoirs passés entre Carolingiens et Robertiens, la fin de la monarchie carolingienne advint en 987, et ceci marqua l’accession des Robertiens à une nouvelle dynastie – les Capétiens. Le fondateur du même nom, Hugues Capet, était l’arrière-petit-fils de Robert le Fort.

4Nous voyons donc là un second point fondamental : la création du duché de Normandie est liée inextricablement à la formation de la France capétienne elle-même. Quand Hugues accéda au trône, les territoires des rois de France étaient limités géographiquement en raison d’aliénations formelles, telles que celles de Normandie, et limités dans leur ensemble par un haut degré de free for all dans le nord de la France. Même les vikings en Normandie, qui se firent appeler ducs à partir de 963, trouvèrent leur expansion vers le sud et vers l’ouest limitée par d’autres, si bien que les frontières de leur duché furent établies grâce à la guerre – ou peut-être devrait-on dire pour être plus correct : à la suite d’un échec militaire.

5Le duché de Normandie fut donc créé et défini par la guerre. Pour Hugues Capet et ses successeurs, essentiellement des rois parisiens, la frontière avec la Normandie revêtait une grande importance, justifiée, elle aussi, par les contraintes de guerre. Elle devint la plus importante de toutes leurs frontières, à la suite de la consolidation de l’autorité des ducs de Normandie, et encore davantage quand le duc de Normandie conquit le royaume d’Angleterre en 1066, créant un voisin royal puissant aux confins de la France royale. S’il existe un thème bien évident à travers l’ensemble de la période couverte par ce colloque, c’est l’opposition entre la monarchie française et le duché de Normandie tenu par le roi anglais.

6Les communications se concentrent sur deux périodes-clés : de 1066 à 1204-1205, période à la fin de laquelle Philippe Auguste envahit le duché par la force militaire, ce qui lui permit de le réintégrer dans le domaine royal. Et deuxièmement de 1415 à 1450, une période qui débuta avec le plan forgé par Henri V pour conquérir le duché. Henri ne parvint à prendre qu’une seule ville – Harfleur – et, en 1415, il coupa court à sa campagne de conquête ; en essayant de quitter la France, il fut intercepté à Azincourt. Henri V revint en Normandie en 1417, s’autorisant cette fois-ci le titre de duc de Normandie et combinant la conquête militaire avec la manipulation politique, pour s’efforcer de recréer le vieux duché lié au royaume d’Angleterre (bien que pour ce faire, Henri dût se proclamer roi de France : la revendication ducale anglaise sur la Normandie avait été abandonnée par Henri III au traité de Paris de 1259, et la Normandie ne fit pas partie des territoires conférés à Édouard III par le traité de Brétigny en 1360).

7En 1449-1450 Charles VII, tout comme l’avaient fait ses prédécesseurs royaux français en 1204-1205, entra en Normandie par la force, bouta les Anglais hors du duché et réintégra celui-ci dans son propre domaine royal. Cependant en théorie, la Normandie n’avait jamais quitté le royaume de France, que ce soit dans la première ou la seconde période : c’est peut-être durant la brève période qui suivit le traité de Troyes en 1420 que celle-ci fut la plus proche d’une véritable indépendance, puisque Henri la tenait directement. Mais comme le stipulait le traité, cela ne devait durer que jusqu’à ce qu’il accède au trône de France, en tant qu’héritier de Charles VI.

  • 4 Les fondations scandinaves en Occident et les débuts du duché de Normandie, P. Bauduin (dir.), Caen (...)

8En concevant le programme avec Véronique Gazeau, nous avons choisi de ne pas remonter complètement à la période viking – un sujet qui a donné lieu à un grand colloque à Cerisy en 20014 – mais de nous concentrer sur ces deux périodes, pour ainsi dire comme serre-livres. En préparant ce colloque, nous avons adopté un ordre thématique plutôt que chronologique.

  • 5 La Normandie et l’Angleterre au Moyen Âge, P. Bouet et V. Gazeau (dir.), Caen, Publications du CRAH (...)
  • 6 Les Anglais en Normandie (Actes du XLVe congrès de la FSHAN, 20-24 octobre 2010), B. Bodinier (dir. (...)
  • 7 Les Normands et la guerre (Actes du XLIXe congrès de la FSHAN, 15-18 octobre 2014), B. Bodinier et (...)

9Comme nous l’avons indiqué dans notre appel à contribution, « Ce colloque vise à explorer la nature de la guerre dans la Normandie médiévale, et à identifier les continuités et les changements en la matière ». Ce colloque s’organise autour de trois axes : « L’impact de la guerre sur la société et l’économie » ; « Écrire, raconter et décrire la guerre » ; « La mémoire de la guerre (archéologie, ruines, archives, héritages) ». Nos deux périodes principales sont dominées par ce qu’on pourrait appeler le triangle éternel de Normandie, Angleterre et France. Ceci dit, ce sont les aspects militaires qui ont été au cœur de ce colloque de manière plus évidente qu’à celui de Cerisy sur le thème de la Normandie anglaise5, ou qu’au congrès des sociétés historiques et archéologiques de Normandie qui, en 2010, avait choisi pour thème « Les Anglais en Normandie »6. Plus récemment, en octobre 2014, la Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Normandie opta pour le thème « Les Normands et la guerre »7, mais cela allait du Moyen Âge au XXe siècle, l’anniversaire du début de la Première Guerre mondiale l’ayant inspiré.

  • 8 F. Neveux, La Normandie pendant la guerre de Cent Ans (XIVe-XVe siècle), Rennes, Éditions Ouest-Fra (...)
  • 9 La Normandie dans la guerre de Cent Ans, 1346-1450, J.-Y. Marin (dir.), Caen – Milan, Skira Editore (...)

10Alors que la plupart des communications se trouvent au cœur des deux périodes identifiées, quelques contributions portent sur la période entre 1204 et 1415. Les Anglais abandonnèrent de façon formelle leurs prétentions sur le duché en 1259, mais quatre-vingts ans plus tard, Édouard III, en tant que prétendant au titre de roi de France, envahit la Normandie en 1346. Pour cette période, et au-delà, François Neveux nous a fourni une excellente vue d’ensemble dans son livre de 2007, La Normandie pendant la guerre de Cent Ans (XIVe-XVe siècle)8, avec le splendide catalogue produit par l’exposition sur La Normandie dans la guerre de Cent Ans, 1346-1450, tenue à Caen et à Rouen en 1999. La préface de ce dernier résume nettement la question de la position de la Normandie : « Dans cette tragédie dont elle est un des enjeux, la Normandie va être un acteur majeur »9.

11L’avantage du duché comme point d’accès à la France royale fut une inspiration-clé, nous rappelant avec quelle efficacité Philippe Auguste et ses successeurs avaient maintenu leur domination militaire et politique après 1204. Nous pouvons également observer l’éternel fondement géographique pour la guerre de Normandie, quelle que soit la période. La Normandie possède un littoral particulièrement long, ce qui rendait sa défense difficile et ce qui facilita l’invasion anglaise : ce n’est pas une coïncidence si en 1412 les Anglais, sous le commandement de Thomas, duc de Clarence, débarquèrent dans le Cotentin, au même emplacement qu’Édouard III en 1346. Cet endroit étant éloigné des principaux lieux de contrôle royal, le fait d’y débarquer donnait un avantage immédiat, moins de résistance et plus d’occasions de raids avant le moindre risque d’interception. Édouard put chevaucher sans entrave à travers toute la basse Normandie.

  • 10 M. de Masson d’Autume, Cherbourg pendant la guerre de Cent Ans de 1354 à 1450, Cherbourg, Société n (...)

12Il n’est pas non plus surprenant que les Anglais aient eu envie de capturer ou de tenir des têtes de ponts : Cherbourg fut dans leurs mains grâce à un marché conclu avec les seigneurs navarrais entre 1378 et 1393. L’étude de Madeleine de Masson d’Autume reste le meilleur compte rendu de l’importance militaire de Cherbourg à cette époque-là10. D’autres endroits du Cotentin furent tenus par les Anglais au XIVe siècle, et plus particulièrement Saint-Sauveur-le-Vicomte, sur laquelle l’étude de Léopold Delisle de 1867 demeure toujours fondamentale. Saint-Sauveur était entre les mains de Geoffroy de Harcourt en 1340 et, grâce au transfert d’allégeance de ce dernier à Édouard III, passa sous le contrôle des Anglais. Ceci aida Édouard à sécuriser le Cotentin et à protéger ainsi son débarquement et sa campagne initiale. À sa mort, Geoffroy de Harcourt légua son château au roi anglais : dans les années 1350, celui-ci servit de base importante pour le harcèlement de la région, particulièrement dans les mains de John Chandos, et pour l’alliance anglo-navarraise.

13Ceci nous rappelle que les installations militaires de petite taille pouvaient elles aussi causer des problèmes. Il est également remarquable que Saint-Sauveur soit demeuré sous contrôle anglais même après le traité de Brétigny et que Charles V ait été contraint de l’assiéger en 1375, une rare occasion d’action militaire en Normandie durant la seconde phase de la guerre de Cent Ans.

  • 11 A. Curry, « Harfleur et les Anglais, 1415-1422 », in La Normandie et l’Angleterre au Moyen Âge, p.  (...)
  • 12 A. Merlin-Chazelas, Documents relatifs au Clos des galées de Rouen et aux armées de mer du roi de F (...)

14Mes propres études montrent bien qu’Henri V avait l’intention de faire de Harfleur un second Calais11. En réponse aux menaces anglaises, la ville de Rouen fut transformée en une base militaire royale majeure grâce à l’établissement du Clos des Galées12. Le trafic maritime basé en Normandie était un élément-clé de défense et d’attaque : après tout, les actions et les plaintes des marins normands avaient justifié la confiscation par Philippe le Bel du duché d’Aquitaine tenu par Édouard Ier et également ses efforts militaires pour envahir ce duché durant la guerre de 1294-1297. Et c’est l’île du Mont-Saint-Michel, avec sa baie à marée, qui était parvenue à maintenir son indépendance face à la domination anglaise, même en étant encerclée par un cercle de bastides construites spécialement à l’est et au sud. Si les Anglais avaient pu maintenir un siège efficace par la mer, le résultat aurait pu être différent. La contribution de David Fiasson a trait à la manière dont les défenseurs du Mont purent résister à leurs attaquants anglais.

  • 13 D. Power, The Norman Frontier in the Twelfth and Early Thirteenth Centuries, Cambridge, Cambridge U (...)
  • 14 B. Bachrach, « L’art de la guerre angevin », in Plantagenêts et Capétiens : confrontations et hérit (...)
  • 15 M.-P. Baudry, « Les châteaux des Plantagenêts et Capétiens : combats et limitations », in Plantagen (...)

15La Normandie avait aussi de longues frontières terrestres et un grand nombre de voisins et d’ennemis potentiels. La frontière nord-est en direction de Paris, correspondant au Vexin (où Philippe Auguste conduisit son invasion initiale infructueuse en 1198), fut plusieurs fois particulièrement fragile13. C’est dans cette région que Guillaume le Conquérant trouva la mort à la guerre en 1087 (il est blessé à Mantes, proche du Vexin). La frontière sud en direction du Maine et de la Bretagne était également une scène de conflit, et Thomas, duc de Clarence, frère d’Henri V, perdit la vie à la bataille de Baugé en 1421. Ces frontières rendirent nécessaire la construction de fortifications puissantes. Les châteaux construits par les rois-ducs anglais pour la défense de leur duché à la fin du XIIe siècle (ce qui, selon Bernard Bachrach, indique bien qu’ils poursuivaient les enseignements de Végèce sur la guerre défensive14) allèrent de pair avec le cercle de forteresses construites par Philippe Auguste, à la fois pour menacer le duché et pour pouvoir l’amener de façon sûre sous son éventuelle domination. Ce sujet a été élucidé très récemment par Marie-Pierre Baudry dans sa contribution à Plantagenêts et Capétiens : confrontations et héritages, avec pour conclusion que « les formes nouvelles des châteaux révèlent bien les combats et imitations auxquels se livrent les Plantagenêts et Capétiens dans les années 1200. Les constructions traduisent des conceptions différentes, et l’on peut opposer le rationalisme du plan philippien à la diversité architecturale Plantagenêt »15.

  • 16 Voir aussi le livre très important de M. Strickland, War and Chivalry. The Conduct and Perception o (...)
  • 17 F. Neveux, « Saint Sauveur-le-Vicomte et les Anglais en Normandie », in Les Anglais en Normandie, p (...)

16Résultat : la Normandie avait un nombre particulièrement élevé de châteaux royaux et de villes bien fortifiées, difficiles à capturer mais qui, une fois sécurisés, offraient un formidable système de défense16. Le fait qu’ils aient été utilisés et remis à neuf continuellement au cours du XIVe et du XVe siècle met en valeur quelques points-clés : le premier, c’est que la guerre de Cent Ans obligea le maintien d’une position défensive forte en Normandie, comme nous le constatons dans la seconde phase après 1369, à une époque où la Couronne de France craignait une invasion, même si celle-ci ne se matérialisa pas à l’échelle où on l’attendait. Ceci incita à garder les fortifications dans les mains royales, comme ce fut le cas à Saint-Sauveur, même quand la seigneurie fut accordée à d’autres17.

17Le second point-clé, c’est que la guerre en Normandie fut dominée par des sièges, à partir de la fin du XIIe jusqu’au milieu du XVe siècle. Ici les parallèles entre 1204, 1417-1419 et 1449-1450 sont frappants. La conquête est faite d’une séquence de sièges, quelquefois simultanés, comme le siège final de Rouen par Philippe Auguste, alors qu’au même moment ses commandants s’emparaient d’autres endroits. Et aussi comme les plans d’Henri de 1418-1419 qui, après avoir sécurisé un corridor de Caen à Alençon, envoya ses frères simultanément vers l’est et l’ouest pour prendre des territoires en les assiégeant. En réalité, et nous trouvons ceci dans les trois périodes, les sièges n’étaient pas nécessaires partout : une fois les villes-clés et les châteaux tombés, les autres capitulaient sans qu’on ait besoin d’intervenir. Un « effet domino » est une description tout à fait justifiable. L’autre problème fut la difficulté, quelle que soit la période, de trouver les moyens d’assurer la relève d’une place assiégée.

  • 18 D. Pitte, « La prise de Château-Gaillard : un acte purement militaire ? », in 1204 : la Normandie e (...)
  • 19 A. Curry, « Les villes normandes et l’occupation anglaise : l’importance du siège de Rouen (1418-14 (...)

18Il y eut des sièges remarquables, comme celui de Château-Gaillard en 1204. Dominique Pitte a réaffirmé la nature exceptionnelle de ce château, dans lequel les Anglais avaient investi de grandes ressources qui retardèrent l’invasion française, et il démontre bien dans quelle mesure les références des chroniques peuvent être authentifiées par l’étude archéologique du site lui-même18. Le siège de Rouen en 1418-1419 est significatif parce que ce fut la plus grande des villes assiégées avec succès durant toute la guerre de Cent Ans, même s’il fallut six mois pour y parvenir, et tout comme Château-Gaillard, la population civile souffrit énormément quand les assiégeants refusèrent de la laisser passer à travers leurs lignes19. Ces incidents nous rappellent que la guerre de siège en Normandie ne fut pas simplement une tâche réservée aux armées professionnelles. En fait, la population ne fut protégée à aucun moment puisque les incursions militaires étaient généralement accompagnées d’une recherche de victuailles à la campagne et de dégâts matériels, afin de bien souligner le niveau de menace de l’envahisseur. Mais nous pouvons voir aussi comment les conquérants essayèrent de se concilier les populations autochtones, particulièrement les citadins, tenant compte du pouvoir financier et politique de ces derniers. Par exemple, Philippe Auguste confirma les Établissements de Rouen après avoir pris la ville. Bien qu’au début Henri V se soit comporté durement, les droits de la ville furent restaurés et sa rançon collective fut réduite. Ailleurs, nous voyons Henri gagner les villes au moyen de concessions, une stratégie que poursuivit Charles VII à la veille de sa reconquête, en 1449-1450. Les communications de Rémy Ambühl, Neil Murphy et Graeme Small soulignent ces lignes politiques dans le contexte de la chute de la Normandie anglaise : des moyens non militaires pour s’assurer du contrôle militaire.

  • 20 A. Baume, « Le document et le terrain : la trace du système défensif normand au XIIe siècle », in 1 (...)

19Généralement, cependant, l’intensité des fortifications en Normandie servit de protection contre les attaques et les bouleversements et contribua à un strict maintien de l’ordre de la part de l’autorité centrale. On a fait remarquer récemment que Richard Cœur de Lion avait laissé à son frère Jean un ensemble de défenses de frontières très solides20. Seules des campagnes de conquête systématiques et sur une grande échelle, comme en 1204, 1417-1419 et 1449-1450, furent à même de supprimer cette protection. Toutefois, les circonstances changèrent à la fin de notre période, quand la progression et l’usage plus extensif de l’artillerie de poudre à canon apportèrent une différence réelle à l’équilibre entre une guerre défensive et une guerre offensive.

  • 21 M. Strickland, « Henry I and the Battle of the Two Kings, Brémule, 1119 », in Normandy and its Neig (...)
  • 22 Tinchebray 1106-2006 (Actes du colloque international de Tinchebray, 28-30 septembre 2006), V. Gaze (...)

20Sur l’ensemble de notre période, il y eut très peu de batailles sur une grande échelle dans le duché. En 1173 à Verneuil, 1174 à Rouen et 1194 à Fréteval, les Français refusèrent de s’engager – témoignage de leur perception de la force militaire anglo-normande. Le 20 août 1119, les armées du roi-duc Henri Ier battirent l’armée de Louis VI à Brémule dans le Vexin normand, un bon exemple de bataille de frontières puisque, comme le fit remarquer Matthew Strickland, « les confrontations directes entre souverains […] avaient généralement lieu en marche – sur les frontières du duché – ou aux confins des territoires du roi-duc, même si […] ceux-ci étaient des terrains de domination disputés par les Français »21. Comme le montre Matthew Strickland, il s’agissait d’un engagement parmi d’autres, durant la période anglo-normande, où les troupes à pied étaient cruciales, même si elles étaient soutenues par la cavalerie. Tinchebray (1106) en est un exemple encore plus célèbre. En fait, des études de ces batailles et des tactiques anglo-normandes mettent généralement fin aux notions plus anciennes, selon lesquelles la cavalerie était dominante dans la conception normande de la guerre. La bataille fut un autre exemple de conflit de frontière, aux confins du comté de Mortain, une région tenue par un partisan-clé de Robert Courteheuse. Tinchebray fut le sujet d’une intéressante collection d’essais édités par Véronique Gazeau et Judith Green, à la faveur du 900e anniversaire de la bataille en 200622. Sans les anniversaires, que ferions-nous pour donner forme à des études historiques ?

  • 23 S. Laîné, « Localisation hypothétique d’une bataille de la guerre de Cent Ans au moyen d’éléments d (...)

21À une plus petite échelle, la victoire anglaise à la bataille de Brétot en 1379 peut être attribuée à l’avantage offert par Cherbourg à celui qui en disposait. Stéphane Laîné a identifié, ce qui est fort utile, l’emplacement de la bataille grâce à une étude toponymique23. La bataille de Verneuil, en août 1424, fut le résultat d’une journée liée au siège d’un château, Ivry. Cela fait aussi écho à Azincourt en tant que triomphe des archers en masse sur la cavalerie et sur des soldats à pied solidement armés. Celle de Formigny en 1450 fut le dernier soubresaut des Anglais, à la suite d’une campagne de conquête relativement facile pour Charles VII – une indication supplémentaire que les armes utilisant la poudre à canon avaient fait pencher la balance du côté de l’agresseur. Mais la Normandie était une région vaste et extrêmement compartimentée, avec certains endroits difficiles à contrôler, en vertu de leur terrain et de leur environnement : il en découle que nous y trouvons des conflits informels à petite échelle, bases de routiers et de brigands, plus particulièrement durant le XVe siècle.

  • 24 P. Contamine, « Conclusions », in 1204 : la Normandie entre Plantagênets et Capétiens, p. 409 ; J.  (...)

22Et pourtant le duché ne semble pas être sujet à des guerres privées autant que d’autres parties de la France, sauf durant les périodes où la possession du duché était disputée, comme au début du XIIe siècle, par exemple. Cette absence générale de combats fut le résultat d’un haut niveau de contrôle central, à la fois durant la période ducale et la période royale. Après 1204, la loyauté à la couronne fut d’un niveau élevé en général. Louis IX préserva les obligations des détenteurs de fiefs normands, mais on peut toutefois noter un glissement graduel vers un paiement financier plutôt qu’un véritable service militaire, comme l’indique Philippe Contamine : « très tôt le roi de France put apparemment se fier à une partie de la classe militaire normande »24. Dans ce volume, Xavier Hélary évalue le service d’ost dans la Normandie du XIIIe siècle. Toutefois, les principes du service féodal normand seront apparents au XVe siècle, et prêts à être exploités par Henri V, bien que tout lien direct entre les quotas qu’il mit en place et ceux des Normands soit difficile à définir.

  • 25 F. Neveux, « Saint Sauveur-le-Vicomte et les Anglais en Normandie », p. 26. Voir aussi La Normandie (...)

23Le niveau élevé de l’autorité royale aida Henri V dans sa conquête à une époque où la loyauté pouvait tout simplement être transférée à un nouveau roi, une fois que celui-ci avait démontré l’effectivité de son pouvoir militaire et politique. Dans ce contexte, Geoffroy de Harcourt, qui encouragea et aida l’invasion d’Édouard III en 1346, apparaît comme une exception : son changement d’allégeance est complexe, comme l’a fait remarquer François Neveux, mais il résulte aussi de la force musclée utilisée par Philippe VI pour maintenir l’ordre en Normandie25. La contribution de Quentin Auvray revient sur cette question.

  • 26 C. Allmand, « The Lancastrian Land Settlement in Normandy 1417-50 », Economic History Review, t. XX (...)
  • 27 A. Curry, « Le service féodal en Normandie pendant l’occupation anglaise, 1417-50 », in La France a (...)

24Dans les décennies qui suivirent, la possession de domaines par le parti navarrais créa une nouvelle menace, d’autant plus que cela venait s’ajouter aux ambitions anglaises : nous pouvons voir son importance anticipée en 1356, quand Édouard III décida d’adopter le titre de duc de Normandie. Au bout du compte, toutefois, la menace finit par ne pas être aussi significative que l’on aurait pu le craindre. Le traité de Brétigny de 1360 imposa aux Anglais de se retirer de leurs petites conquêtes en basse Normandie, ce qui aboutit rapidement à la défaite des Navarrais par les Français, et ce qui marqua la fin de tout véritable défi contre une autorité royale unique : la Normandie n’était pas un territoire de nobles tout-puissants mais un territoire de pouvoir royal, ce qui fut vital dans les défis des années 1460. Au cours de l’invasion anglaise, précédemment dans le siècle, certains nobles préférèrent l’exil à la soumission, pourtant Henri V put quand même faire appel au soutien militaire des autres, de même que créer sa propre nouvelle noblesse26. La société normande fut militarisée à travers son nombre relativement important de nobles et de ceux qui vivaient noblement et qui suivaient les guerres : la réponse à la semonce des nobles en 1415 (et donc le nombre de morts et de blessés provenant de la haute Normandie à la bataille d’Azincourt) était élevée. Sous la domination anglaise, la semonce fut publiée au moins à cinquante occasions27. La responsabilité locale pour la défense était également bien établie (et soutenue par le système d’impôts des quatrièmes) et exploitée habilement par Henri V et ses successeurs. Il est certain que les forces militaires et défensives de la Normandie, et son haut niveau de contrôle royal central, s’offrirent à lui pour son bénéfice.

  • 28 S. Brownlie, Memory and Myths of the Norman Conquest, Woodbridge, Boydell Press, 2013.

25Il est vrai que presque tout l’intérêt des historiens britanniques pour la guerre en Normandie s’est concentré sur des périodes où l’activité anglaise fut à son maximum et, nous devons l’admettre, sur des périodes où les entreprises anglaises furent couronnées de succès. Les Anglais ont adopté les ducs normands comme leurs propres ducs : dans un travail récent, Siobhan Brownlie démontre l’admiration continuelle au Royaume-Uni pour les conquérants normands de l’Angleterre et la croyance selon laquelle ils auraient apporté une contribution fondamentale au développement de la grandeur nationale28. Au cours de la commémoration d’un autre anniversaire en 2015, celui de la Magna Carta, nous avons détourné la perte de la Normandie en 1204-1205 à notre avantage national : si Jean sans Terre n’avait pas perdu la Normandie, il ne se serait pas conduit aussi outrageusement qu’il le fit (un grand nombre de ses excès découlèrent de ses efforts pour récupérer le duché) et ses barons ne se seraient pas rebellés contre lui. Nous devons donc le remercier de la perte de la Normandie puisqu’elle nous a permis d’établir nos libertés ! Le duché nous a donc donné une solide monarchie, de même que notre démocratie. Le duché joue sans doute également un rôle-clé dans l’identité et la fierté nationales françaises, grâce aux deux reconquêtes de 1204 et 1450, points culminants de l’histoire nationale.

  • 29 É. Robert-Barzman, « La conquête de la Normandie dans la Philippide de Guillaume le Breton », in 12 (...)

26L’histoire écrite des Normands en guerre fut commanditée par eux-mêmes. Le duc Richard passa commande à Dudon de Saint-Quentin – pour tout dire un homme venant de l’extérieur du duché – pour écrire le De moribus et actis primorum Normanniae ducum, qui couvrit l’histoire du duché de 852 à la mort de Richard en 996. La prouesse militaire des Normands y est soulignée. Le travail de Dudon servit de base à ceux qui continuèrent l’histoire normande pendant et après la conquête de l’Angleterre. Les récits historiques distinctifs se concentrant sur la guerre normande dans les chroniques de Guillaume de Jumièges, Robert de Torigni, Wace et Orderic Vital, conservent leur importance pour les historiens d’aujourd’hui. On s’est beaucoup servi des sources de ces riches chroniques pour reconstruire les événements militaires et aussi pour identifier la place que tient la guerre dans la psyché contemporaine. La conquête de la Normandie par Philippe Auguste fut aussi le sujet de récits historiques intentionnels (en particulier La Philippide de Guillaume le Breton)29, centrés sur les succès des rois en tant qu’individus, tout comme le travail de Dudon avec les ducs. Bien que l’épithète de Philippe provienne de l’expansion en Vermandois, c’est pour sa conquête de la Normandie qu’il fut le plus encensé.

  • 30 P. Contamine, « Conclusions », p. 402.
  • 31 D. Power, « L’établissement du régime capétien en Normandie : structures royales et réactions arist (...)

27Ceci souligne bien l’importance des ducs-rois normands en tant qu’ennemis qui faisaient bloc à l’expansion du domaine des rois de France. On a versé plus d’encre sur les guerres de la fin du XIIe et du début du XIIIe siècle que sur toute autre période30. L’anniversaire du triomphe de Philippe Auguste a été l’occasion d’un autre colloque organisé par les trois universités normandes en juin 2004, bien que Daniel Power y ait fait valoir le point de vue selon lequel « les historiens ont analysé en profondeur l’effondrement du pouvoir ducal en Normandie en 1204. Par contraste, on a négligé la Normandie capétienne ». La raison pourrait en être attribuée à ce que « troublée de temps en temps, sa passivité reste frappante »31. Pour D. Power, la noblesse conserva suffisamment de son pouvoir dans les affaires locales pour créer un état de compromis, même lorsqu’elle fut confrontée à une autorité royale croissante.

  • 32 J. Gillingham, « The Meetings of the Kings of France and England, 1066-1204 », in Normandy and its (...)

28On était déjà au courant depuis quelque temps de la menace française qui allait culminer en 1204. Les années 1190 furent une période particulièrement belliqueuse en Normandie. John Gillingham a donné un aperçu sur ces périodes de tension dans son analyse de la fréquence des rencontres entre les rois d’Angleterre et les rois de France32. Entre 1066 et 1154, ils se rencontrèrent cinq fois, mais soixante fois au cours des cinquante années qui suivirent, la majorité de leurs rencontres ayant lieu à la frontière – un précieux aperçu sur une relation de plus en plus tendue qui devait culminer avec la victoire française en 1204. La perte de la Normandie signifia qu’il fallut attendre encore cinquante ans avant que les rois anglais et français se rencontrassent à nouveau. À la suite de la revendication du trône de France par Édouard III en 1340, il n’y eut que six rencontres supplémentaires entre les rois d’Angleterre et de France, la plupart d’entre elles dans des circonstances peu favorables aux Français. Au XVe siècle, l’équilibre des pouvoirs tourna en faveur des Anglais.

  • 33 D. Goulay, « La résistance à l’occupation anglaise en Haute-Normandie (1435-1444) (suite) », Annale (...)

29Les guerres de Normandie au XVe siècle ont généré un grand nombre d’études historiques. Ce colloque ne fait pas exception puisque huit des communications sont présentées sur cette période. Je suis Anglaise et je dois donc me demander si moi-même et les autres historiens de langue anglaise avons été convaincus par l’efficacité de la machine militaire anglaise, et particulièrement par ce modèle de roi médiéval couronné de succès que fut Henri V. Dominique Goulay spécula que les Anglais se sont montrés beaucoup trop bureaucratiques dans leur administration de la France à cette période et que cela contribua à leur chute33.

  • 34 B. Schnerb, « Sauver les meubles. À propos de quelques traités de capitulation de forteresses du dé (...)

30Il est bien vrai qu’il existe une vaste documentation sur l’organisation militaire durant la période du gouvernement anglais. Il existe une double raison pour cela. Tout d’abord, la conquête anglaise est documentée dans les archives anglaises. En plus des archives financières qui nous permettent de reconstruire les armées d’invasion, nous disposons d’une nouvelle source exceptionnelle – les rôles normands (Norman Rolls), enregistrements au sein de la chancellerie royale qu’Henri créa en 1417 pour s’occuper de sa conquête et de l’occupation du duché qui s’ensuivit, et qui dura jusqu’à sa mort. Ils enregistraient le déploiement des troupes et les nominations aux grades de capitaines, et procuraient également un aperçu vital sur les changements de politique à l’égard des relations civiles-militaires, un sujet sur lequel j’ai fait de nombreuses recherches ces dernières années. Les rôles normands fournissent des textes d’ordonnances militaires variées. Ils comprennent également les textes des traités de capitulation en Normandie (1417-1419), donnant parfois des informations sur les départs de garnisons françaises. Bertrand Schnerb a déjà analysé le vocabulaire de la capitulation34. Dans sa communication pour ce colloque, il considère de manière plus détaillée la défense de la Normandie contre les assauts anglais, un sujet de discussion allant au-delà de l’aspect purement militaire puisqu’il soulève la question des allégeances factionnelles des Normands à cette époque-là. Étaient-ils partisans du duc de Bourgogne ? C’est ce qu’on pourrait penser.

  • 35 Rotuli Normanniæ in turri Londinensi asservati Johanne et Henrico Quinto Angliae regibus, T. D. Har (...)
  • 36 J. H. Wylie et W. T. Waugh, The Reign of Henry the Fifth, Cambridge, Cambridge University Press, 19 (...)
  • 37 L. Puiseux, « Rôles normands et français et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréqui (...)

31La décision d’Henri de créer un rôle normand fut inspirée par des registres similaires durant le règne du roi Jean : cela constitue donc une preuve-clé de son désir de recréer le duché anglo-normand à travers sa conquête. En 1835, Thomas D. Hardy publia les deux rôles en même temps : les rôles normands de Jean et le premier rôle normand d’Henri V in extenso. Dans les années 1880, ce qu’il restait des rôles normands d’Henri fut publié sous une forme résumée comme Appendices du Rapport annuel du gardien-adjoint des Archives nationales du Royaume-Uni35. Cela fait donc plus d’un siècle que les historiens de langue anglaise en tirent parti et ils ont été largement utilisés par James H. Wylie dans son influente étude sur le règne d’Henri V36. Toutefois ces registres étaient déjà connus en France, grâce à Dom Brétigny qui, au cours de visites en Angleterre en 1764, 1765 et 1766, réussit à extraire des documents provenant de registres normands et français, abrités à la Tour de Londres et dans la salle capitulaire de l’abbaye de Westminster. Il en résulta une publication dans les Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie en 1858, où de nombreux articles furent donnés in extenso, et ont donc continué à étayer de nombreuses études des deux côtés de la Manche, même après la publication des calendars dans les années 188037.

  • 38 A. Curry, « L’administration financière de la Normandie anglaise : continuité ou changement ? », in (...)

32Au fur et à mesure que la conquête d’Henri progressait, les Anglais adoptèrent de plus en plus le style français de gouvernement. Leur Chambre des comptes, établie à Caen depuis au moins novembre 1417, fut transférée à Paris, mais après la perte de la capitale en 1436, elle fut déplacée à Rouen38. Leurs archives furent réunies à Paris avec celles de la couronne française au XVIe siècle, et bien qu’elles aient souffert de pertes durant l’incendie de 1757 et qu’elles aient été dispersées pendant la Révolution, elles n’en permettent pas moins une reconstruction complète de l’establishment militaire anglais en Normandie durant toute l’occupation, de même que des aperçus de la réaction française à cette occupation. Un certain nombre de documents perdus peuvent être redécouverts grâce à des notes prises par Dom Lenoir au milieu du XVIIIe siècle. Ajoutons à cela d’importants calendars et éditions de documents nationaux et locaux par Paul Le Cacheux, Michel Nortier et d’autres historiens en Normandie même : cette tradition d’éditions érudites françaises avec des commentaires approfondis a largement contribué à l’étude des guerres de Normandie durant la première moitié du XVe siècle.

  • 39 C. de Robillard de Beaurepaire, De l’administration de la Normandie sous la domination anglaise aux (...)
  • 40 R. A. Newhall, The English Conquest of Normandy, 1416-1424. A Study in Fifteenth Century Warfare, N (...)

33Ce sont bien les auteurs français qui ont été les premiers à utiliser ces documents, plus particulièrement Charles de Robillard de Beaurepaire à partir des années 1850 et au-delà. Son étude de 1859, De l’administration de la Normandie sous la domination anglaise aux années 1424, 1425 et 1429, se fondait sur les trois livres de comptes survivants du receveur général de Normandie, sources qui apportent une image complète de l’establishment militaire et des actions militaires à ces dates39. Toutefois, c’est un historien américain, Richard A. Newhall, qui produisit en 1924 la première étude approfondie : The English Conquest of Normandy, 1416-1424. A Study in Fifteenth Century Warfare dérivait de sa thèse de doctorat soutenue à Harvard dix ans plus tôt, et se fondait sur une recherche documentaire approfondie en Angleterre et en France en 1914-1915 et 1917. Par la suite, comme le note sa préface, « l’auteur fut trop distrait par d’autres circonstances pour prêter attention aux guerres du XVe siècle »40. Richard A. Newhall dédia son livre à un ami avec qui il avait fait campagne à la frontière de la Normandie et en Picardie, durant le printemps de 1918.

  • 41 Ibid., p. XIV.

34Son livre retrace la conquête chronologiquement depuis la défense de Harfleur en 1416 jusqu’à la victoire anglaise de Verneuil en août 1424, qui assura la Normandie aux Anglais et rendit possible le déploiement de troupes, jusque-là retenues dans le duché, pour la conquête du Maine. Richard A. Newhall avait également inclus des chapitres sur l’organisation militaire, les finances et l’approvisionnement, son but étant de « donner une impression vivante et raisonnablement correcte des problèmes militaires auxquels les chefs français et anglais se trouvaient confrontés et des moyens qu’ils employèrent pour les résoudre ». Il fit remarquer une importante différence avec la guerre menée par Édouard III en Normandie au siècle précédent. Selon lui, Édouard III avait été contrarié dans ses efforts pour conquérir des territoires en France par le fait que le pays était « tellement doté de châteaux, forteresses et cités fortifiées que le processus de conquête ne pouvait être que lent et les efforts pour tenir les provinces conquises coûteux en hommes »41. Et malgré la prise de Caen en 1346, il ne fit aucun effort pour s’y accrocher. La conquête systématique d’Henri V était donc une nouvelle stratégie et cela incita Richard A. Newhall à montrer comment elle avait été menée et maintenue.

  • 42 B. J. H. Rowe, « Discipline in the Norman Garrisons under Bedford, 1422-35 » et « The Estates of No (...)
  • 43 R. A. Newhall, Muster and Review. A Problem of English Military Administration, 1420-1440, Cambridg (...)

35Dans les années 1920, le travail méticuleux de Richard A. Newhall, fondé sur la source exceptionnelle décrite précédemment, stimula une attention accrue à l’égard de la présence militaire anglaise en Normandie. Les recherches de Benedicta J. H. Rowe soulignent quelle haute importance les Anglais accordaient au maintien de la discipline militaire, spécialement dans les moments de crises potentielles qui suivirent la mort d’Henri V42. L’attention accordée aux relations avec la population locale révèle comment les Anglais se rendirent compte qu’ils ne pouvaient pas se contenter d’occuper le duché avec leurs propres soldats : ils devaient générer un investissement et une participation locale de manière à minimiser aliénation et résistance. Et donc, tout en continuant à faire appel à l’obligation défensive des Normands pour effectuer guet et garde, les Anglais avaient l’intention d’opérer dans des paramètres définis. Le soutien des États de Normandie jouait également un rôle-clé, et les Anglais y firent appel fréquemment, puisque des impôts étaient nécessaires pour payer les garnisons. Les Anglais durent prendre en considération l’opinion locale et éviter les disputes entre soldats et civils. Richard A. Newhall lui-même produisit un deuxième livre en 1940 qui considérait la façon dont les Anglais essayèrent d’exercer un contrôle sur leurs troupes43.

  • 44 C. Allmand, Lancastrian Normandy. The History of a Medieval Occupation, 1415-1450, Oxford, Oxford U (...)
  • 45 www.medievalsoldier.org ; A. Curry, « English War Captains in the Hundred Years War », in La prosop (...)
  • 46 Par exemple, A. Curry, « Les Rouennais et la garnison anglaise de la ville pendant la guerre de Cen (...)

36Ces études, de même que le travail considérable de Christopher Allmand sur la Normandie anglaise plus généralement44, ont stimulé mon propre intérêt pour l’organisation militaire de la période. Les considérables archives nominales m’ont également permis d’observer de plus près le personnel – capitaines et baillis, ainsi que la nationalité des troupes – et de créer une base de données sur les soldats45. J’ai également établi la taille des garnisons, variable selon les différentes parties du duché, et les changements au fil du temps en réponse aux menaces militaires, montrant aussi comment les troupes étaient extraites des garnisons pour des actions sur le terrain, et servaient aux côtés des troupes expéditionnaires venues d’Angleterre46.

  • 47 M. K. Jones, « The Relief of Avranches (1439). An English Feat of Arms at the End of the Hundred Ye (...)

37Le système est clair et donne un aperçu immédiat sur la guerre dans le duché. La paix relative après la bataille de Verneuil peut contraster avec les incertitudes après la reprise française de 1429 et encore plus après la reprise du pays de Caux en 1435-1436 et la perte de territoires importants sur la frontière orientale, comme Évreux en 1440. Les réponses anglaises – déplacer les troupes vers les endroits vulnérables, démolir les fortifications qui étaient trop difficiles à maintenir et établir des contingents mobiles permanents – ont été identifiées. Des études de cas réalisées par Michael K. Jones sur Avranches, par Juliet Barker sur l’ennemi de l’intérieur, par moi-même sur les gens vivant sur le pays (pour la grande majorité des soldats vétérans anglais) et par Valérie Toureille ont indiqué que la Normandie ne fut jamais débarrassée de la guerre, pas même quand les Anglais paraissaient en avoir le plein contrôle47.

  • 48 R. Jouet, La résistance à l’occupation anglaise en Basse-Normandie (1418-1450), Caen, Annales de No (...)
  • 49 Par exemple, G. Lefèvre-Pontalis, « Épisodes de l’invasion anglaise. La guerre des partisans dans l (...)

38À partir du XIXe siècle et au-delà, les écrits historiques français sur la guerre dans la Normandie du XVe siècle se concentrent de manière significative sur la question de la résistance. Comme le fit remarquer Roger Jouet dans son étude magistrale de 1969, La résistance à l’occupation anglaise en Basse-Normandie (1418-1450), « il est à noter que les travaux consacrés à la résistance se multiplièrent pendant la période 1871-1914 et il est indéniable que la perte de l’Alsace-Lorraine ait été pour quelque chose dans cette recrudescence »48. Cette recherche de patriotes qui combattirent contre les Anglais comporte non seulement des études sur « les défenseurs du Mont-Saint-Michel », mais aussi sur ceux que les occupants anglais classaient comme « brigans » mais que les historiens français des périodes ultérieures, particulièrement Germain Lefèvre-Pontalis et Léon Puisieux, considèrent comme patriotes « tombés pour la France »49. On insistait sur le fait que l’occupation anglaise détestée n’avait pas duré longtemps, son glas ayant été sonné par les actions de Jeanne d’Arc et par son meurtre final, ce qui fit le jeu de Charles VII et de ses réformes militaires (qui paraissent devoir une dette substantielle à l’organisation anglaise).

39La résistance interne à la domination anglaise demeure un élément important. En soulignant qu’il s’agissait davantage de guérilla plutôt que de l’image traditionnelle d’une guerre entre des armées professionnelles, Henri V et ses successeurs cherchèrent à abaisser les actes de résistance en les traitant comme des actes criminels, évitant ainsi toute suggestion selon laquelle ceux qui se battaient pour la France pouvaient prétendre être des guerriers légitimes ou représenter une véritable cause politique. Ainsi les Anglais espéraient dissuader la population de s’impliquer dans la résistance. Le débat est devenu plus compliqué avec les interprétations marxistes selon lesquelles la résistance paysanne était un acte économique, et par des recherches qui indiquent que les soldats anglais eux aussi – particulièrement ceux « vivans sur le pais » – se laissaient aller à des activités perturbatrices et criminelles, quelquefois même aux côtés des Normands.

  • 50 Par exemple, « Towns at War : Norman Towns under English Rule, 1417-1450 », in Towns and Townspeopl (...)

40La guerre en tant qu’expression d’identité nationale est ainsi problématisée. La place de la population pendant l’occupation anglaise de la Normandie continue de retenir l’attention des historiens. Quel rôle les habitants jouèrent-ils dans leur propre destinée militaire ? Mon propre travail sur les villes de Normandie est situé en partie dans ce domaine de discussion50. Plus récemment, Rémy Ambühl a examiné en détail la capitulation de Rouen ; il révèle la complexité et la sophistication du peace making (large catégorie dans laquelle sont comprises les capitulations – la guerre n’est pas simplement une question de combat). Cela montre aussi comment guerre et identité, de même que les concepts légaux et les pratiques, se trouvaient entrelacés. La fin de la Normandie anglaise donna également naissance à des textes narratifs fascinants, et jusqu’alors peu étudiés, par Robert Blondel et le Héraut Berry, dont les titres (De Reductione Normanniae et Le recouvrement de Normandie) soulignent le message politique. Les communications de Philippe Contamine et de Neil Murphy et Graeme Small s’inscrivent dans ce contexte.

41La résistance interne doit être examinée en parallèle avec les interventions militaires externes des Français. La guerre-éclair de 1449-1450 permit de reconquérir la Normandie plus vite qu’Henri V n’avait accompli sa conquête. Mais l’échec militaire anglais est apparent avant cette date, comme l’a révélé le travail de Michael K. Jones. Valérie Toureille contribue davantage sur ce point, à travers son étude sur l’incapacité des Anglais à reprendre Dieppe, alors qu’ils avaient investi dans des ressources militaires substantielles pour tenter d’y parvenir.

42L’étude de la guerre en Normandie révèle combien l’étude de l’histoire, elle-même, a changé au cours des deux derniers siècles, depuis l’époque où les historiens ont commencé à s’intéresser au sujet. À l’époque post-moderniste, nous sommes plus conscients des nuances de formulation dans les textes que nous étudions et du besoin de sonder les mentalités autant que les événements. Ceci est plus apparent qu’ailleurs dans l’étude de la violence. La guerre est une manifestation où les différences nationales et culturelles sont apparentes dans les périodes elles-mêmes. La manière dont on écrit sur la guerre procure un aperçu significatif sur la manière dont celle-ci était considérée, que ce soit à travers les lentilles de Froissart (contribution de Godfried Croenen) ou d’autres traités narratifs et politiques. Ces ouvrages livraient également un message sur la guerre, qui est aussi puissant que les commentaires d’aujourd’hui.

  • 51 Cette communication n’a pas donné lieu à publication.

43Certes Azincourt, que l’on a commémoré en 2015, ne se situe pas en Normandie, mais des soldats, qui combattirent, tombèrent ou furent prisonniers le 25 octobre 1415 lors de cette bataille, venaient de Normandie, prétexte de ce colloque de Cerisy. Véronique Gazeau se joint à moi pour convenir que le château de Cerisy-la-Salle est le cadre chaleureux où se sont retrouvés les spécialistes de la guerre médiévale en Normandie, comme le font depuis presque vingt ans des médiévistes qui auscultent l’histoire de la Normandie et des mondes normands. Chaque colloque réunit des historiens chevronnés et de plus jeunes, étudiants issus des universités françaises et britanniques, mais aussi, cette fois, de Suisse et de Russie. Il nous a été donné d’entendre une passionnante communication de Dominique Barthélemy sur « Chevaliers et samouraïs »51. Travaux scientifiques et soirées musicales et sportives permirent des échanges tout aussi fructueux qu’amicaux. Que soient remerciés tous les membres de l’équipe du château de Cerisy qui, avec Édith Heurgon et Philippe Kister, œuvrent à la réussite de ces journées. Ce colloque s’est tenu avec le concours et le soutien précieux de l’université de Caen Normandie, du centre Michel-de-Boüard (UMR 6273), de l’Office universitaire d’études normandes, du conseil régional de Basse-Normandie, du conseil général (devenu depuis départemental) de la Manche et de l’Institut universitaire de France. Les Presses universitaires de Caen achèvent de donner aux communications une valorisation toujours impeccable et nous tenons à remercier tout particulièrement Cécile Beauchamps, Guillaume Lelièvre et Pierre Cousseau avec lesquels le travail est si facile et si agréable.

Notes

1 D. Bates, Normandy before 1066, Harlow, Longman, 1982, p. 2.

2 Ibid., p. 3.

3 P. Bauduin, La première Normandie (Xe-XIe siècles). Sur les frontières de la haute Normandie : identité et construction d’une principauté, Caen, Presses universitaires de Caen, 2004.

4 Les fondations scandinaves en Occident et les débuts du duché de Normandie, P. Bauduin (dir.), Caen, Publications du CRAHM, 2005.

5 La Normandie et l’Angleterre au Moyen Âge, P. Bouet et V. Gazeau (dir.), Caen, Publications du CRAHM, 2003.

6 Les Anglais en Normandie (Actes du XLVe congrès de la FSHAN, 20-24 octobre 2010), B. Bodinier (dir.), Louviers, FSHAN, 2011.

7 Les Normands et la guerre (Actes du XLIXe congrès de la FSHAN, 15-18 octobre 2014), B. Bodinier et F. Neveux (dir.), Louviers, FSHAN, 2015.

8 F. Neveux, La Normandie pendant la guerre de Cent Ans (XIVe-XVe siècle), Rennes, Éditions Ouest-France, 2007.

9 La Normandie dans la guerre de Cent Ans, 1346-1450, J.-Y. Marin (dir.), Caen – Milan, Skira Editore, 1999, p. 11.

10 M. de Masson d’Autume, Cherbourg pendant la guerre de Cent Ans de 1354 à 1450, Cherbourg, Société nationale académique, 1948.

11 A. Curry, « Harfleur et les Anglais, 1415-1422 », in La Normandie et l’Angleterre au Moyen Âge, p. 249-264.

12 A. Merlin-Chazelas, Documents relatifs au Clos des galées de Rouen et aux armées de mer du roi de France de 1293 à 1418, Paris, Bibliothèque nationale (Collection de documents inédits sur l’histoire de France ; 11 et 12), 1977-1978, 2 vol.

13 D. Power, The Norman Frontier in the Twelfth and Early Thirteenth Centuries, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

14 B. Bachrach, « L’art de la guerre angevin », in Plantagenêts et Capétiens : confrontations et héritages, M. Aurell et N.-Y. Tonnerre (éd.), Turnhout, Brepols, 2006, p. 267-284.

15 M.-P. Baudry, « Les châteaux des Plantagenêts et Capétiens : combats et limitations », in Plantagenêts et Capétiens…, p. 356.

16 Voir aussi le livre très important de M. Strickland, War and Chivalry. The Conduct and Perception of War in England and Normandy, 1066-1217, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, chap. VIII.

17 F. Neveux, « Saint Sauveur-le-Vicomte et les Anglais en Normandie », in Les Anglais en Normandie, p. 31.

18 D. Pitte, « La prise de Château-Gaillard : un acte purement militaire ? », in 1204 : la Normandie entre Plantagênets et Capétiens, A.-M. Flambard Héricher et V. Gazeau (dir.), Caen, Publications du CRAHM, 2007, p. 139-152.

19 A. Curry, « Les villes normandes et l’occupation anglaise : l’importance du siège de Rouen (1418-1419) », in Les villes normandes au Moyen Âge : renaissance, essor, crise, P. Bouet et F. Neveux (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 2006, p. 109-124.

20 A. Baume, « Le document et le terrain : la trace du système défensif normand au XIIe siècle », in 1204 : la Normandie entre Plantagênets et Capétiens, p. 111.

21 M. Strickland, « Henry I and the Battle of the Two Kings, Brémule, 1119 », in Normandy and its Neighbours, 900-1250 : Essays for David Bates, D. Crouch et K. Thompson (dir.), Turnhout, Brepols, 2011, p. 94.

22 Tinchebray 1106-2006 (Actes du colloque international de Tinchebray, 28-30 septembre 2006), V. Gazeau et J. Green (dir.), Le Pays bas-normand, t. CCLXXI-CCLXXII, 2008-2009.

23 S. Laîné, « Localisation hypothétique d’une bataille de la guerre de Cent Ans au moyen d’éléments de toponymie », in Mélanges Pierre Bouet, F. Neveux et C. Bougy (éd.), Caen, Annales de Normandie (Cahier des Annales de Normandie ; 32), 2002, p. 145-160.

24 P. Contamine, « Conclusions », in 1204 : la Normandie entre Plantagênets et Capétiens, p. 409 ; J. R. Strayer, The Administration of Normandy under Saint Louis, Cambridge (Mass.), Medieval Academy of America, 1932, chap. V.

25 F. Neveux, « Saint Sauveur-le-Vicomte et les Anglais en Normandie », p. 26. Voir aussi La Normandie royale (XIIIe-XIVe siècle), Rennes, Éditions Ouest-France, 2005.

26 C. Allmand, « The Lancastrian Land Settlement in Normandy 1417-50 », Economic History Review, t. XXI, 1968, p. 461-479.

27 A. Curry, « Le service féodal en Normandie pendant l’occupation anglaise, 1417-50 », in La France anglaise au Moyen Âge, P. Contamine (dir.), Paris, CNRS, 1988, p. 233-257.

28 S. Brownlie, Memory and Myths of the Norman Conquest, Woodbridge, Boydell Press, 2013.

29 É. Robert-Barzman, « La conquête de la Normandie dans la Philippide de Guillaume le Breton », in 1204 : la Normandie entre Plantagênets et Capétiens, p. 153-188.

30 P. Contamine, « Conclusions », p. 402.

31 D. Power, « L’établissement du régime capétien en Normandie : structures royales et réactions aristocratiques », in 1204 : la Normandie entre Plantagênets et Capétiens, p. 319 et 343.

32 J. Gillingham, « The Meetings of the Kings of France and England, 1066-1204 », in Normandy and its Neighbours…, p. 17.

33 D. Goulay, « La résistance à l’occupation anglaise en Haute-Normandie (1435-1444) (suite) », Annales de Normandie, t. XXXVI, no 2, 1986, p. 92-93, 97.

34 B. Schnerb, « Sauver les meubles. À propos de quelques traités de capitulation de forteresses du début du XVe siècle », in Frieden schaffen und sich verteidigen im Spätmittelalter / Faire la paix et se défendre à la fin du Moyen Âge, G. Naegle (dir.), Munich, Oldenburg Verlag, 2012, p. 215-264.

35 Rotuli Normanniæ in turri Londinensi asservati Johanne et Henrico Quinto Angliae regibus, T. D. Hardy (dir.), Londres, Record Commission, 1835 ; Annual Report of the Deputy Keeper of the Public Records, Londres, HMSO, 1880 et 1881, vol. XLI et XLII.

36 J. H. Wylie et W. T. Waugh, The Reign of Henry the Fifth, Cambridge, Cambridge University Press, 1914-1929, 3 t.

37 L. Puiseux, « Rôles normands et français et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny, en 1764, 1765 et 1766 », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, 3e série, t. XXIII, 1858, p. 1-294.

38 A. Curry, « L’administration financière de la Normandie anglaise : continuité ou changement ? », in La France des principautés. Les Chambres des comptes, XIVe et XVe siècles, P. Contamine et O. Mattéoni (dir.), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France – IGPDE, 1996, p. 83-103.

39 C. de Robillard de Beaurepaire, De l’administration de la Normandie sous la domination anglaise aux années 1424, 1425 et 1429, Caen, A. Hardel, 1859.

40 R. A. Newhall, The English Conquest of Normandy, 1416-1424. A Study in Fifteenth Century Warfare, New York, Russell and Russell, 1924, p. XI.

41 Ibid., p. XIV.

42 B. J. H. Rowe, « Discipline in the Norman Garrisons under Bedford, 1422-35 » et « The Estates of Normandy under the Duke of Bedford, 1422-35 », English Historical Review, t. XLVI, 1931, p. 194-208 et 551-578 ; « John, Duke of Bedford and the Norman “Brigands” », English Historical Review, t. XLVII, 1932, p. 583-600.

43 R. A. Newhall, Muster and Review. A Problem of English Military Administration, 1420-1440, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1940.

44 C. Allmand, Lancastrian Normandy. The History of a Medieval Occupation, 1415-1450, Oxford, Oxford University Press, 1983.

45 www.medievalsoldier.org ; A. Curry, « English War Captains in the Hundred Years War », in La prosopographie au service des sciences sociales, B. Cabouret et F. Demotz (éd.), Lyon, De Boccard (Études et recherches sur l’Occident romain ; 44), 2014, p. 183-196.

46 Par exemple, A. Curry, « Les Rouennais et la garnison anglaise de la ville pendant la guerre de Cent Ans (1419-1449) », in Les Normands et la guerre, p. 73-78.

47 M. K. Jones, « The Relief of Avranches (1439). An English Feat of Arms at the End of the Hundred Years War », in England in the Fifteenth Century, N. Rogers (dir.), Stamford, Paul Watkins (Harlaxton Medieval Studies ; 4), 1994, p. 42-55 ; A. Curry, « Les gens vivant sur le pays pendant l’occupation de la Normandie, 1417-1450 », in La guerre, la violence et les gens au Moyen Âge. 1. Guerre et violence (CXCIXe congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Amiens, 1994), P. Contamine et O. Guyotjeannin (dir.), Paris, CTHS, 1996, p. 209-221 ; J. Barker, Conquest. The English Kingdom of France, Londres, Little, Brown, 2009 ; V. Toureille, Vol et brigandage au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France, 2006.

48 R. Jouet, La résistance à l’occupation anglaise en Basse-Normandie (1418-1450), Caen, Annales de Normandie (Cahier des Annales de Normandie ; 5), 1969, p. 15.

49 Par exemple, G. Lefèvre-Pontalis, « Épisodes de l’invasion anglaise. La guerre des partisans dans la Haute-Normandie, 1424-1429 », Bibliothèque de l’École des chartes, t. LIV, 1893, p. 475-521 ; t. LV, 1894, p. 259-305 ; t. LVI, 1895, p. 433-509 ; t. LVII, 1896, p. 5-54 ; L. Puiseux, L’émigration normande et la colonisation anglaise en Normandie au XVe siècle, Caen – Paris, Durand, 1866 ; L. Puiseux, Des insurrections populaires en Normandie pendant l’occupation anglaise au XVe siècle, Caen, A. Hardel, 1851.

50 Par exemple, « Towns at War : Norman Towns under English Rule, 1417-1450 », in Towns and Townspeople in the Fifteenth Century, J. A. F. Thomson (dir.), Gloucester, Alan Sutton, 1988, p. 148-172 ; « Bourgeois et soldats dans la ville de Mantes pendant l’occupation anglaise de 1419 à 1449 », in Guerre, pouvoir et noblesse au Moyen Âge, J. Paviot et J. Verger (dir.), Paris, CTHS, 2000, p. 175-184.

51 Cette communication n’a pas donné lieu à publication.

Auteur

Université de Southampton

Anne Curry est professeur d’histoire médiévale à l’université de Southampton et en a été la doyenne de la Faculté des Humanités de 2010 à 2018. Elle a publié plusieurs ouvrages sur la bataille d’Azincourt et s’est impliquée dans les commémorations du 600e anniversaire de cette bataille. Elle a dirigé le projet The Soldier in Later Medieval England (www.medievalsoldier.org) et poursuit ses recherches sur l’armée anglaise en Normandie de 1415 à 1450, sur laquelle elle a publié de nombreux ouvrages.

© Presses universitaires de Caen, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search