Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chevaux : de l’imaginaire universel aux enjeux prospectifs pour les territoires

 | 
Éric Leroy du Cardonnoy
, 
Céline Vial

Les enjeux de recherche et prospective

Le cheval a-t-il un avenir en France ?

What Future for the Horse Industry in France?

Fabien Clipet, Servane Le Clinche, Claire Olivier et Sophie Brard

Résumé

Le colloque de Cerisy sur le cheval a permis d’identifier plusieurs faiblesses, mais aussi des opportunités propres à la filière équine. La première faiblesse est un financement problématique car il repose sur les courses, et ce mode de fonctionnement n’est pas viable sur le long terme. Le deuxième problème est la fragilité économique des centres équestres. Ils sont à la base de la pratique de l’équitation, mais leur gestion plus associative qu’entrepreneuriale est loin d’être optimale et les rend très vulnérables face à des modifications défavorables de la fiscalité. Enfin, le dernier facteur est que les pratiquants ont de nouvelles demandes qui peinent à être satisfaites : d’une part, les centres équestres proposent une pratique fédérale tournée vers la compétition quand beaucoup veulent pratiquer l’équitation de loisir, et, d’autre part, la production de chevaux en France est largement tournée vers le sport et les courses avec une faible offre en chevaux de loisir, d’instruction ou de travail. Nous proposons en réponse une prospective fondée sur les atouts de la filière. Le réseau très dense des centres équestres est en soi une solution. Sous réserve de leur fournir les bons outils de gestion, leur mode de fonctionnement pourrait être amélioré et leur permettre de financer la filière. Leur développement devra passer par la diversification de leurs offres, afin d’atteindre les 2 millions de cavaliers pratiquants en dehors de la Fédération française d’équitation (FFE). Ces évolutions devront se faire en cohérence avec le territoire où se trouvent les centres équestres, en tenant compte des contraintes locales.

The Cerisy colloquium on horses identified a number of weaknesses but also a number of business opportunities in the horse industry. First, the problem of funding which relies on horse racing and the current system will not be sustainable in the long-term. Second, there is the problem of the economic fragility of riding schools. They are key players in the development of equestrian activities but they are managed as associations and not as businesses, which is far from being the best way and this makes them very vulnerable in the face of unfavourable fiscal changes. The final factor is that the participants have new needs that are not yet cared for: on the one hand, riding schools offer group practice preparing for competitions whereas a lot of people want to go riding for pleasure, on the other, horse breeding in France is mainly for sport and racing with a minority for leisure activities, training or work. We suggest a future approach based on the strengths of this sector of the equine industry. The dense network of riding schools in France offers a solution. Their management could be improved if the right tools were provided, they could enhance their incomes and be able to fund the sector. They should evolve by diversifying what they offer in order to reach the 2 million people who go horse riding but outside the French Riding Federation (Fédération française d’équitation – FFE). Such developments should be undertaken in harmony with the regional context where the riding schools are to be found and with respect for local constraints.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’avenir du cheval en France, c’est finalement la question que pose le colloque de Cerisy : « Les chevaux : de l’imaginaire universel aux enjeux prospectifs pour les territoires ». Ce dernier s’est déroulé du 17 au 22 mai 20141, peu avant les Jeux équestres mondiaux FEI Alltech™ 2014 en Normandie, et ce n’est pas un hasard. À l’heure où de nombreux changements s’opèrent dans le monde du cheval, les Jeux sont l’occasion d’aborder la question sous divers angles. C’est par ce contexte que le colloque peut être qualifié d’unique, puisqu’il nous propose d’aborder le cheval dans une perspective pluridisciplinaire en commençant par un état des lieux de ce qu’il représente et de son imaginaire, à la fois commun et unique à chacun. Cet « animal », si particulier, est pourvoyeur d’activités sur les territoires. Nous essaierons donc, à travers les points de vue de quatre jeunes chercheurs d’horizons très différents, qui ont assisté à ce colloque, d’apporter des éléments de réponse et de contex...

Auteurs

Institut national de la recherche agronomique (INRA)

Marchés, organisations, institutions et stratégies d’acteurs (UMR 1110 MOISA, F-34000 Montpellier, France)

Centre de droit et d’économie du sport – Observatoire des mutations institutionnelles et juridiques (CDES-OMIJ)

 

Fabien Clipet a débuté une thèse de doctorat intitulée La classe créative comme héritage des grands événements sportifs. Une application aux Jeux équestres mondiaux FEI Alltech™ 2014 en Normandie sous la direction d’Éric Barget (université de Limoges). Il a publié, en collaboration avec Céline Vial et Éric Barget, « Economic Impact of Equestrian Events, Examples from France », in The New Equine Economy in the 21st Century, Céline Vial, Rhys Evans (dir.), Wageningen, Wageningen Academic Publishers (EAAP Scientific Series ; 136), 2015, p. 19-32 ; et coécrit, avec Céline Vial et Éric Barget, « Les Jeux équestres mondiaux FEI Alltech™ 2014 en Normandie : quels impacts économiques, sociaux et environnementaux pour le territoire ? », communication aux Journées internationales de management du sport, du tourisme sportif et des loisirs actifs, 12 et 13 mai 2015, Dijon.

Université Paris-Sud

 

Servane Le Clinche a soutenu en juin 2016 une thèse de doctorat intitulée Étude de la prise en considération de la spécificité du contexte sportif dans l’attachement des spectateurs aux composantes des événements sportifs liés. Cas de la place du cheval dans les concours équestres, sous la direction de Michel Desbordes et Nicolas Chavanat à l’université Paris-Sud. Elle est actuellement attachée temporaire d’enseignement et de recherche en marketing à l’Institut universitaire de technologie de Sceaux et a publié « J’aime les chevaux : de l’attachement sportif aux sentiments amoureux », Équ’idée, octobre 2016.

Université Paris-Sud

 

Claire Olivier a obtenu un master « Sciences et techniques des activités physiques et sportives » (STAPS) à l’université Paris-Sud. Elle a effectué un stage de six mois au Comité régional d’équitation de Normandie avant les Jeux équestres mondiaux et produit un mémoire intitulé : Étude de “L’élan des Jeux”, le projet territorial associé aux Jeux équestres mondiaux FEI Alltech™ 2014 en Normandie. Elle est actuellement chargée de mission au Comité régional d’équitation d’Île-de-France (CREIF) et a collaboré à la production d’un dossier de l’Institut régional de développement du sport (IRDS) sur les centres équestres franciliens : « Établissements équestres franciliens : une activité porteuse d’emplois », Les dossiers de l’IRDS, nº 32, novembre 2015.

Institut national de la recherche agronomique (INRA)

Génétique physiologique et systèmes d’élevage (GenPhySE)

 

Sophie Brard a soutenu en octobre 2015 une thèse de doctorat intitulée Quel cadre théorique et pratique pour l’utilisation de la sélection génomique dans l’amélioration génétique des chevaux ?, sous la direction d’Anne Ricard (Institut national de la recherche agronomique – Institut français du cheval et de l’équitation). Elle est actuellement ingénieure en sélection génomique au Syndicat des sélectionneurs avicoles et aquacoles français (SYSAAF) et a copublié, avec Anne Ricard, « Genome-Wide Association Study for Jumping Performances in French Sport Horses », Animal Genetics, vol. 46, nº 1, 2015, p. 78-81 et « Should We Use the Single Nucleotide Polymorphism Linked to DMRT3 in Genomic Evaluation of French Trotter ? », Journal of Animal Science, vol. 93, nº 10, 2015, p. 4651-4659.

© Presses universitaires de Caen, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540