Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chevaux : de l’imaginaire universel aux enjeux prospectifs pour les territoires

 | 
Éric Leroy du Cardonnoy
, 
Céline Vial

Les enjeux de recherche et prospective

Quelles recherches pour un monde du cheval aux attentes aussi diverses ?

Planning Research for the French Horse Sector and Its Wide Range of Expectations

Bernard Hubert

Résumé

La programmation de la recherche dans le domaine équin repose sur la convergence de l’attente des parties prenantes du monde professionnel d’un côté et de l’offre des équipes de recherche de l’autre. Ce n’est jamais une situation facile car chaque partie est porteuse de motivations différentes. À cela s’ajoute, d’une part la relativement faible mise financière de l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE) dans ses appels, ce qui fait qu’il n’intervient le plus souvent qu’en complément d’autres financements. Et, de l’autre, un certain éclatement de ce qu’il est convenu d’appeler la « filière équine française » qui regroupe un faisceau d’intérêts et d’enjeux divergents qui n’expriment pas tous les mêmes attentes vis-à-vis de la recherche. Une vision des futurs de la filière, fondée sur une réflexion prospective, s’impose afin de définir une programmation stratégique sur le moyen / long terme.

Programming scientific research in the equine industry depends on the convergence of the expectations of the stakeholders in the professional sector on the one hand and on what research teams can offer on the other. The situation is never an easy one as the motivations of each party are different. In addition, the financial contribution of the French Horse and Riding Institute (Institut français du cheval et de l’équitation – IFCE) in its calls for tenders is relatively low, which means that the IFCE’s input is mostly as a complement to other financial sources. Besides, the French Equine Sector, as it is generally called, is relatively fragmented and brings together a range of diverging issues and interests that do not all share the same expectations with regard to research. A vision for the sector’s future, based on a forward-thinking plan, is imperative in order to work out strategic programming for the medium to long term.

Texte intégral

Je voudrais remercier les organisateurs de ce colloque pour m’avoir invité à dire quelques mots à la table ronde de clôture.

Introduction

1Ce texte se distingue des autres contributions de cet ouvrage en ce qu’il tente de reprendre les points principaux que j’ai énoncés à l’occasion d’un débat au haras du Pin, conclusif du colloque de Cerisy « Les chevaux : de l’imaginaire universel aux enjeux prospectifs pour les territoires ». Je ne suis pas un spécialiste professionnel du cheval, même si j’ai de considérables affinités avec cet animal, qui fait partie de ma sphère intime depuis plus de quarante ans. Je crois que je ne pourrais pas me passer de relations régulières avec des chevaux, celles-ci me sont indispensables en regard de celles que j’entretiens avec les humains. Pour moi, le cheval est un hybride entre ce qu’il est convenu d’appeler « nature et culture » : il reste un représentant du monde vivant, mais totalement domestiqué et particulièrement disposé à s’engager dans un relationnel étroit avec les humains qui le montent, l’attellent, l’accompagnent à pied… et attendent de lui ce qu’il est prêt à leur donner. Il ne reste d’ailleurs quasiment sur cette planète que des représentants domestiqués de cette espèce, hormis les réintroductions à la vie sauvage de quelques exemplaires reproduits sous contrôle en station expérimentale, comme il se pratique avec le cheval de Przewalski. Le cheval n’existe pas – ou n’existerait plus – sans relations avec les humains…

2En tant que chercheur, je me suis gardé d’avoir affaire à eux, ne souhaitant pas les réifier pour mieux les connaître. Je me contente pour cela de mes relations directes avec un animal sans chercher à en faire un objet d’étude. Cavalier franchement moyen, je m’applique ainsi depuis des années à réaliser ces moments éphémères de partage, d’accord, d’entente avec un animal dans un geste, un mouvement à remettre à l’ouvrage sitôt accompli. Toutefois, on m’a demandé de participer au conseil scientifique de l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE), ce que j’ai bien volontiers accepté, au nom des quelques compétences que je peux avoir dans les domaines des sciences économiques et sociales et de mon intérêt pour les chevaux.

3Je vais donc présenter quelques réflexions, issues de cette expérience de quelques années, à propos de l’établissement de priorités de recherche pour l’IFCE, soit à travers l’énoncé des orientations publiées dans l’appel annuel à projets soit à travers les débats sur le classement de projets de qualité scientifique équivalente. Ce qui me frappe est à la fois la bonne volonté de chacun pour s’entendre et arriver en fin de journée à un résultat consensuel et la grande difficulté à faire converger, en l’espace d’une journée, des modes de pensée et des intérêts aussi différents. Et cela vaut non seulement entre chercheurs et professionnels mais également au sein des deux groupes. Le monde du cheval n’a pas été homogénéisé par des politiques de développement fortes comme l’ont été d’autres secteurs du monde agricole et rural, et c’est plutôt une chance d’un certain point de vue, mais cela le rend exemplaire de la difficulté à faire converger un collectif hétérogène. Cette expérience me met au cœur de deux de mes préoccupations professionnelles : la gestion de la recherche et l’action collective impliquant des chercheurs. Alors pourquoi m’en priver puisqu’on m’en donne l’occasion !

4Je commencerai donc par présenter cette diversité du monde professionnel du cheval puis des collectifs de recherche qui s’y intéressent. Je dirai quelques mots sur les difficultés générées par les nouveaux modes de financement de la recherche, qui ne contribuent pas à faciliter une vision et une priorisation à moyen terme, pourtant indispensable à toute activité de recherche.

5Je conclurai en regrettant que notre collectif ne s’appuie pas davantage sur l’excellent travail de prospective réalisé par l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) et l’IFCE, mais il n’est peut-être pas trop tard ! Surtout si on est conscient qu’il est temps de revoir comment s’engage la recherche dans une société si marquée par les technosciences, certainement pas en jouant les utilités à court terme dans une posture de problem solving – alors que, bien souvent, quand on arrive aux résultats, le problème s’est déplacé –, mais justement en contribuant à la formalisation des problèmes dans une logique de problem finding. Un problème ne se pose pas comme ça tout seul, il est construit. Alors construisons-le ensemble, et commençons par résoudre le problème qui consiste à poser le problème, on augmentera considérablement nos chances de lui trouver une solution.

Une diversité d’expression des attentes…

6Au sein de ce conseil, auquel participent des chercheurs et des représentants des secteurs professionnels concernés, j’ai été frappé par la diversité des attentes exprimées par ces professionnels s’exprimant au nom d’une « filière » comme si celle-ci pouvait être unique ! Et c’est cela que j’ai envie de mettre en discussion aujourd’hui… au moins du point de vue des conséquences pour ceux qui cherchent à identifier des priorités de recherche.

7Le monde du cheval est diversifié et cette diversité s’est accrue ces dernières années depuis la relance des années 1970 après la grande chute des effectifs. Et c’est cette diversification qui a permis la remontée du cheptel, mais sans pour autant constituer une « filière », et l’usage de ce terme, comme s’il était englobant et porteur de stratégie, ou de plusieurs stratégies, comme c’est le cas des productions laitières ou aviaires, ne sert pas l’avenir des professionnels qui y sont engagés. Après avoir été essentiel pour l’armée, les transports, la force de travail et fait l’objet à ce titre d’une « administration » attentive de la part de l’État pendant plusieurs siècles, le secteur s’est retrouvé à côté des grands enjeux du développement agricole et rural de ces cinquante dernières années. Il ne colle pas aux modèles qui ont facilité le développement des autres secteurs agricoles et d’élevage, avec les succès et les limites que nous connaissons. Ce modèle repose, grossièrement, sur la priorité à donner à l’amélioration génétique des plantes comme des animaux afin d’en augmenter les performances technico-économiques (essentiellement évaluées en termes de productivité par hectare, par animal ou par travailleur), ce qui a pour conséquence la nécessité de « nourrir » ces plantes ou animaux plus performants à l’aide d’engrais pour les unes, de rations « équilibrées » et d’aliments du bétail composés pour les autres. Il s’accompagne bien sûr d’un traitement, si possible prophylactique, des pathologies auxquelles ces individus sélectionnés se sont montrés plus sensibles que leurs congénères plus rustiques.

8Ces modèles ont certes permis de préserver des famines une large partie de l’humanité, mais ils opèrent à partir d’une conception « industrielle » du vivant, en le réduisant à un processus de production d’un bien à partir d’intrants (fertilisants, aliments, etc.) fournis aux plantes et aux animaux sélectionnés pour leur productivité, tout en réduisant également la variabilité du monde vivant et des conditions de milieu. Ces modèles ont rencontré les limites sociales et environnementales de leur approche. Ils sont également questionnés, au moins en ce qui concerne les animaux, sur leurs conséquences éthiques, sur les relations entre les hommes et les autres êtres vivants.

  • 2 Martin-Rosset 2012.

9Ce n’est pas le schéma qui a prévalu dans le monde du cheval, où ont évolué sans beaucoup de contacts entre eux les secteurs des courses, du sport et des loisirs, voire du cheval lourd. Si les modèles et les outils d’une amélioration génétique sont disponibles, ils ne sont pas appliqués car on travaille ici sur les individus, leur descendance, dans des cercles restreints et non pas sur des masses comme cela a été mis au point pour les autres espèces. Il en est de même avec l’alimentation : on sait tout de ce qu’il faudrait donner à un cheval compte tenu de son état physiologique, de ses activités et niveaux de performance2, mais on continue à le nourrir selon des recettes transmises entre générations et de bouche à oreille, et selon des références et des normes différentes d’un secteur à l’autre, quasiment comme si ce n’étaient pas les mêmes animaux, mais ce ne sont effectivement pas les mêmes gens qui décident pour eux.

10Cette diversité est plutôt réjouissante et on aimerait bien en retrouver une identique dans d’autres secteurs du monde de l’élevage, mais elle n’aide pas à fixer des priorités quand les budgets sont limités, à agir « politiquement » vis-à-vis de l’État, des utilisateurs, de la concurrence des autres pays, etc.

…vis-à-vis de la recherche…

11Dans les débats que nous avons au sein de ce conseil scientifique, au moment de la sélection des priorités et donc des projets de recherche qui seront (modestement) soutenus par l’IFCE, j’ai été frappé de la considérable asymétrie entre les représentants de ces différents groupes et le poids de leurs voix en tant que porte-parole des intérêts qu’ils défendent : galop, trot, saut d’obstacles, endurance, etc. Il n’y a d’ailleurs pas de représentant des « amateurs », majoritaires au vu des travaux de Céline Vial et Philippe Perrier-Cornet, ceux qui comme moi possèdent un ou deux chevaux pour leur plaisir, font un peu de carrière, pas mal d’extérieur, participent à des concours sans enjeux entre amis et surtout ont le contact avec l’animal (le montent bien sûr – voire l’attellent – mais aussi le pansent, lui font les pieds, le soignent, lui parlent, le font tourner dans le rond de longe, etc.). Ces propriétaires discrets ne s’expriment pas, même s’ils représentent un marché considérable (au moins en nombre de chevaux si ce n’est en prestige et en masse monétaire). Les autres représentants institués font part de leurs priorités, souvent contradictoires, mais c’est bien le jeu de tels dispositifs multi-acteurs, et le conseil scientifique de l’IFCE permet de s’accorder sur des priorités consensuelles ; il fonctionne assez bien de ce point de vue.

12De leur côté, les chercheurs, présents physiquement dans la salle ou identifiés par les projets qu’ils ont soumis, s’expriment à partir de leurs propres questionnements issus de leurs compétences disciplinaires, de leur itinéraire professionnel et de leurs sujets d’intérêt : reproduction, pathologie, alimentation, génétique, etc. Ils s’intéressent au cheval, soit parce qu’ils sont spécialisés dans le domaine de la recherche équine, soit parce qu’ils y voient des domaines d’application intéressants pour les travaux à caractère générique qu’ils mènent, éventuellement sur d’autres « modèles animaux ». Ils se tournent vers l’IFCE par intérêt pour les chevaux (peut-être pour certains avec des raisons voisines des miennes) ou tout simplement par opportunisme : en ces temps où la recherche fonctionne et se finance « sur projet », tout guichet qui s’ouvre est bon à prendre – programme H2020 de la Commission européenne, Agence nationale de la recherche (ANR), conseils régionaux, IFCE.

…renforcée par le « modèle économique » actuel de la recherche

13L’IFCE seul ne finance de manière exclusive que peu de projets, quand ceux-ci sont vraiment spécialisés et originaux, ce qui est particulièrement le cas pour le domaine qualifié de socio-économique, pour lequel d’ailleurs nous avons du mal à générer une demande concurrentielle sérieuse. Sinon, il intervient majoritairement en complément d’autres sources de financements : aide à la recherche des établissements d’enseignement ; appoint sur des programmes plus généralistes de l’INRA, des écoles vétérinaires, des universités ; ou plus spécialisés quand il s’agit de soutiens des conseils régionaux ou départementaux (pour ceux qui sont intéressés) ou d’associations professionnelles. Il va de soi que ce sont aussi les opportunités de financement qui génèrent les projets de recherche, et pas seulement l’intérêt intellectuel de ceux qui les rédigent : ainsi, pour s’adresser aux grandes agences (direction générale de la recherche de la Commission européenne, ANR), il faut traiter surtout de questions de compétitivité économique, de changement climatique ou de biodiversité et pas beaucoup de cheval.

14Une des principales activités du conseil scientifique consiste donc à s’assurer que ces propositions ont bien un intérêt pour au moins un des groupes concernés et, éventuellement, à infléchir partiellement le projet afin qu’il s’adresse plus efficacement à des enjeux ressentis par les professionnels. Ainsi, l’IFCE n’est pas vraiment en position de piloter un véritable programme de recherche. Il lui faudrait disposer d’une vision à moyen / long terme des enjeux sur l’élevage des chevaux, prenant en compte la diversité des attentes, aussi bien des professionnels que des « amateurs », de façon à prendre en compte les temporalités, souvent incommensurables, entre les dynamiques économiques, sociales et politiques d’une part et le temps de la recherche de l’autre. Si on ne veut pas se décevoir les uns les autres, il faut savoir travailler sur des objectifs partagés, même si on sait bien que ceux-ci n’ont pas le même sens pour les praticiens qui attendent des solutions à leurs problèmes et les chercheurs qui portent d’abord un projet de production de connaissances, sur lequel ils sont, avant tout, évalués.

Se doter d’une vision à moyen terme…

  • 3 Jez 2014.

15La prospective La filière équine française à l’horizon 2030, réalisée par l’INRA et l’IFCE3, devrait aider à dégager de telles perspectives. Il y apparaît clairement que la « filière équine » est multiple et que son avenir ne dépend pas d’une seule voie, mais de plusieurs chemins à mener de front pour tenir compte d’une variété d’intérêts et d’options. Une prospective n’est pas faite pour dire de quoi l’avenir sera fait, mais pour aider à réfléchir aux futurs possibles et à faire en sorte que ce soit les plus favorables qui se dessinent. Elle interpelle ainsi la recherche, qui, comme chacun sait, ne débouche pas immédiatement sur des résultats opérationnels : quelles recherches devons-nous mettre en place dès aujourd’hui si nous voulons être prêts dans les années qui viennent et disposer des données et des compétences pour faire face aux problèmes que nous voyons poindre et que nous aurons anticipés ? Cela nécessite bien sûr un travail collectif, ainsi que cela a été fait par ceux et celles qui ont directement participé à l’exercice de prospective lui-même. Le travail reste à faire pour les autres, toutes celles et tous ceux qui se sentent concernés par l’avenir des chevaux et des cavaliers en France dans les années qui viennent. Toutes les personnes concernées, chercheurs aussi bien que praticiens, devraient commencer par lire cet ouvrage d’environ 150 pages.

  • 4 Ibid., titre d’une des parties de l’ouvrage (p. 35-116).
  • 5 Ibid., 152.

16À partir d’un croisement de micro-scénarios élaborés pour chacun des « déterminants de l’évolution de la filière équine française »4 identifiés par le groupe de travail (contexte économique et sociétal, attentes des usagers et de la société, politiques publiques et réglementations, offre équestre et hippique, organisation et stratégie des producteurs de chevaux), quatre scénarios ont été discutés : « Tous à cheval », « Le cheval des élites », « Le cheval citoyen » et « Le cheval compagnon ». Comme dans tout exercice de prospective, aucun de ces scénarios ne se réalisera comme tel, mais ils aident à cadrer le paysage à venir des activités liées au cheval et qui sera probablement le produit de compromis entre ces différentes figures. Il n’est pas dans mon propos ici de les décrire, leurs intitulés sont assez bien trouvés pour permettre d’imaginer ce qu’ils peuvent contenir, mais d’illustrer en quoi ils peuvent renvoyer à des types de priorités différentes en matière de recherche pour suivre les conclusions de cet exercice de prospective qui soulignent « la nécessité de modifier la hiérarchie actuelle des recherches : la montée des travaux dans les domaines économique, social et environnemental mais aussi sur le comportement animal est indispensable »5.

17On peut d’ailleurs regretter, de mon point de vue, une prise en compte insuffisante des travaux conduits depuis plusieurs années sur les dimensions territoriales de l’élevage : réalité des formes d’élevage et de pratique cavalière diffuses, retour du cheval de service dans les collectivités locales (« outil territorial » disent même certains !), impact économique des événements équestres au-delà de leurs seuls opérateurs, etc. N’est-il pas temps, comme dans beaucoup d’autres secteurs d’activité, d’articuler les points de vue « verticaux » (filières, secteurs économiques) et « horizontaux » (territoires, bassins d’emploi, développement local, environnement) et de poser la question du soutien du secteur, non pas seulement comme celui d’une filière en soi qui serait a-territoriale, mais du développement de territoires marqués par l’image, la culture, la pratique, la capacité événementielle autour du cheval, dans sa diversité et dans la variété des manières de l’intégrer dans la vie sociale et économique ? Peut-être verrions-nous alors apparaître de nouvelles problématiques de recherche, utiles pour le développement des activités équestres mais plus indirectement liées au cheval lui-même ?

  • 6 Ibid., 149.
  • 7 Ibid.

18Et peut-être, ainsi que cela est énoncé dans les réflexions issues de la prospective, se donner les moyens de développer « un programme de recherche pluridisciplinaire, axé sur la compréhension et la modélisation des systèmes pris dans leur ensemble […] autour de la question d’optimiser la façon dont on héberge les chevaux, afin d’allier performance économique, environnementale, bien-être et sécurité du cheval comme du cavalier (ou de celui qui s’en occupe), en contribuant à créer un nouveau type d’écurie, plus fonctionnelle et respectueuse de ces critères »6, que j’élargirais volontiers au-delà du strict périmètre des activités équestres en incluant les autres domaines concernés par le développement des territoires auxquels contribuent le cheval et ceux qui s’y intéressent. On retrouve bien là l’esprit d’un rapport du conseil d’orientation scientifique et technique des Haras nationaux (COST, devenu le conseil scientifique de l’IFCE) des années 2000 qui pointait le fait que « les recherches concernant – explicitement ou indirectement – le monde du cheval étaient quasiment toutes consacrées aux seuls animaux (reproduction, génétique, alimentation, santé et pathologie, locomotion… visant à l’amélioration de la performance animale), alors que la recherche ne s’intéressait pas ou marginalement ni aux hommes qui utilisent les équidés, ni aux entreprises dans lesquelles se déroulent les activités équestres »7. Il faut aborder l’avenir du cheval avec un point de vue systémique en interaction avec les dynamiques de son environnement… et en mobilisant toutes les formes de connaissance sur le sujet.

…afin de concevoir et conduire différemment des recherches en société

  • 8 Cook & Brown 1999.

19Et si, justement, il n’y avait pas de différence substantielle entre agir et connaître, à partir du moment où ils procèdent l’un et l’autre des interactions que génère toute praxis, celle-ci étant une expérience singulière de notre rapport aux autres, au monde biophysique et aux transformations ainsi engendrées ? C’est d’ailleurs ce à quoi nous invitent également ceux qui distinguent8 les connaissances établies (knowledge), enseignables et transmissibles, et les connaissances en train de se produire au cours de l’action (knowing), pour les appeler à interagir dans le cadre d’une danse créative (generative dance) à l’origine de l’inédit, du nouveau, du changement… Ce sont dans les interactions que cette dualité émerge, et plus particulièrement lors des échanges réitérés entre les différentes connaissances, par exemple les connaissances scientifiques du chercheur, les connaissances techniques des praticiens et les savoirs en action des responsables administratifs ou politiques en charge de la gestion d’une situation ; cette dualité émerge également lors des élaborations collectives et lors des échanges de points de vue entre ces différents acteurs, chercheurs et non-chercheurs. Ce sont toutes ces interactions qui engendrent des conditions nouvelles et donc une situation nouvelle. Certes, ce n’est pas le conseil scientifique de l’IFCE qui peut être le lieu de ces interactions, mais il faudrait leur donner un espace dans le cadre de contacts entre chercheurs et professionnels en amont de la programmation, dans des commissions spécialisées, dans des concertations régionales, à l’occasion d’événements partagés, etc.

20Cela pourrait conduire à un véritable changement de régime dans la production de connaissances, en engageant la recherche dans de nouvelles dynamiques cognitives ouvertes à une diversité d’acteurs, éleveurs, professionnels mais aussi d’autres parties prenantes, présentes sur les territoires ruraux comme urbains. Nous savons que l’accumulation des connaissances ne diminue que rarement l’incertitude, mais l’accroît du fait de la mise en lumière de nouvelles interdépendances. Il ne s’agit plus de réduire ou d’éliminer l’incertitude, mais de la gérer. Traiter ces situations relève alors du partage de connaissances, de processus d’apprentissage et d’explorations qui ouvrent de nouveaux espaces à l’action, en changeant à la fois la dimension cognitive (la compréhension de la situation) et la dimension pratique (les actions menées) : la situation change parce que nous changeons avec elle, c’est ainsi que se produit collectivement l’innovation…

Conclusion

21Afin de conclure ces réflexions, je me contenterai de citer à nouveau quelques lignes du document issu de cet exercice de prospective :

  • 9 Jez 2014, 5.

Pour autant, la filière doit s’attendre à de fortes ruptures, liées à l’apparition des avancées techniques et aux évolutions sociétales, qu’il est préférable d’anticiper plutôt que subir : émergence des nouvelles technologies de l’information dans la traçabilité sanitaire, développement d’un suivi médicalisé de l’entraînement, apparition de la génomique et de ses conséquences sur la caractérisation objective des équidés, sélection, aide à la commercialisation et à l’utilisation, prise en compte du comportement et du bien-être des chevaux, transparence en matière d’information économique, etc.9.

  • 10 Vial & Gouguet 2014.
  • 11 Un groupe de travail a ainsi été mis en place dans le cadre du conseil scientifique de l'IFCE début (...)

22Cela nécessite une prise en compte collective de ces enjeux, une ouverture de chacun aux problématiques des autres, et en particulier de ceux qui sont « sans voix » dans les instances professionnelles mais qui possèdent 30 à 90 % du cheptel selon les régions10. Cela nécessite de mieux connaître la diversité des enjeux économiques, sociaux, territoriaux de l’élevage du cheval en France, et d’inciter effectivement à davantage de recherches dans ces domaines… C’est ce à quoi nous allons nous engager dans les mois qui viennent au sein du conseil scientifique de l’IFCE afin de dégager quelques priorités dans le domaine socio-économique11.

Bibliographie

Cook S. D. N., Brown J. S. (1999), « Bridging Epistemologies : The Generative Dance between Organizational Knowledge and Organizational Knowing », Organization Science, vol. 10, nº 4, p. 381-400, en ligne : http://pubsonline.informs.org/doi/pdf/10.1287/orsc.10.4.381.

Jez C. (dir.) (2014), La filière équine française à l’horizon 2030, Versailles, Quae.

Martin-Rosset W. (dir.) (2012), Nutrition et alimentation des chevaux : nouvelles recommandations alimentaires de l’INRA, Versailles, Quae.

Vial C., Gouguet J.-J. (2014), « L’équitation de loisir comme levier de développement économique et social des territoires ruraux », in Repenser l’économie rurale, P. Jeanneaux, P. Perrier-Cornet (dir.), Versailles, Quae, p. 155-167.

Notes

2 Martin-Rosset 2012.

3 Jez 2014.

4 Ibid., titre d’une des parties de l’ouvrage (p. 35-116).

5 Ibid., 152.

6 Ibid., 149.

7 Ibid.

8 Cook & Brown 1999.

9 Jez 2014, 5.

10 Vial & Gouguet 2014.

11 Un groupe de travail a ainsi été mis en place dans le cadre du conseil scientifique de l'IFCE début 2015 qui a débouché sur la publication fin 2016 d’un appel à recherches dans le domaine des sciences économiques et sociales.

Auteur

Institut national de la recherche agronomique (INRA)

Écodéveloppement (UR 0767)

École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

Centre Norbert Elias (UMR 8562)

Président d’Agropolis International

Membre du conseil scientifique de l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE)

 

Bernard Hubert est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS, équipe Sciences, nature et sociétés du Centre Norbert Elias – UMR 8562), et directeur de recherche émérite à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA, unité de recherche Écodéveloppement – UR 0767). Il préside Agropolis International à Montpellier. Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages et a notamment coécrit, avec Élisabeth de Turckheim et Antoine Messéan, Concevoir et construire la décision : démarches en agriculture, agroalimentaire et espace rural (Versailles, Quae, 2009) ou plus récemment codirigé avec Nicole Mathieu, Interdisciplinarités entre Natures et Sociétés (Actes du colloque de Cerisy, 2013) (Bruxelles, P. Lang, 2016).

© Presses universitaires de Caen, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site