Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chevaux : de l’imaginaire universel aux enjeux prospectifs pour les territoires

 | 
Éric Leroy du Cardonnoy
, 
Céline Vial

Le renouveau des usages des chevaux

Les nouveaux cavaliers de loisir

Tous fils (et surtout filles) de Crin-Blanc ?

The New Leisure Riders: All Sons (and Especially Daughters) of Crin-Blanc?

Sylvie Brunel

Résumé

Cette contribution s’attache à comprendre dans quel contexte l’équitation de loisir a pu se développer en France, au point de devenir le premier sport féminin et le troisième sport national, le cheval devenant le troisième animal préféré des Français avec près de trois millions de cavaliers réguliers ou occasionnels.
Deux éléments structurants expliquent cette évolution : l’abandon des chevaux outils dans les transports et la guerre d’abord, mais surtout dans les campagnes, au tournant des années 1960. C’est en 1953 que le film Crin-Blanc obtient le prix Jean-Vigo et diffuse dans l’imaginaire français l’image du cheval ami, celui avec lequel se noue une relation exclusive et passionnée.
Imaginé par Denys Colomb de Daunant, qui fut le premier à offrir, dans ce territoire emblématique qu’est la Camargue, l’accès à une équitation de loisir qui ne présupposait pas que l’on fût cavalier, Crin-Blanc a durablement influencé la relation que les nouveaux cavaliers « sentimentaux », en majorité des cavalières, entretiennent avec leurs chevaux.
Mais cette nouvelle orientation de la filière équestre soulève un certain nombre de questions : perte de savoir équin, problèmes posés par le vieillissement des chevaux, difficulté pour la filière équestre à appréhender les implications de cet engouement et de ses conséquences pour l’usage des territoires.

The aim of this paper is to understand what has motivated the development of recreational horse riding in France, to such an extent that it has become the first female sport and the third national sport. In addition, the horse has become the third favourite animal of French people with nearly three million regular or occasional riders.
Two important elements explain this evolution: firstly, the abandonment of horses used for transportation and war, but most importantly, they are no longer used in agriculture since the early 1960s. Secondly, in 1953, the film Crin-Blanc won the Jean-Vigo prize and instilled in the collective imagination the image of a friendly horse, with which one could have an exclusive and passionate relationship.
Crin-Blanc was created by Denys Colomb de Daunant. In the iconic setting of the Camargue, he was the first to offer an opportunity to ride for pleasure without being an experienced rider. In this way, Crin-Blanc has had a long-lasting influence on the relationship that the “romantic” new riders, mostly women, have with their horses.
But this new orientation of the equestrian sector raises a number of issues: a diminution in understanding the horse, problems caused by aging horses, the difficulty for the horse industry to come to grips with the implications of this craze and how it affects land use.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’engouement pour le cheval de loisir en France doit beaucoup à l’imaginaire du cheval idéal diffusé par le film Crin-Blanc dans les années 1960, qui s’est construit parallèlement au passage du cheval outil au cheval ami. Tous les cavaliers, et surtout les cavalières, amateurs aujourd’hui en France sont peu ou prou des enfants de Crin-Blanc.

La montée de l’équitation sentimentale

La réapparition et la multiplication des chevaux en France s’opèrent sur une base qui rompt radicalement avec les usages passés.

Le grand retour des chevaux

L’obligation de l’identification électronique des équidés, instaurée par les Haras nationaux à partir de 2008, a mis au grand jour l’ampleur du phénomène : les chevaux sont de retour en France ! Alors que leur nombre n’a cessé de diminuer depuis l’apogée du début du XXe siècle (3,5 millions de chevaux en France) pour atteindre un effectif de 350 000 en 1995, les chevaux connaissent une remontée significative depuis le milieu des années 1990, au point que pr...

Auteur

Université Paris-Sorbonne
Espaces, nature et culture (ENEC – UMR 8185)
Membre du conseil scientifique de l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE)

 

Sylvie Brunel est professeure des universités à Paris-Sorbonne. Géographe, économiste et écrivaine, spécialiste des questions de développement, elle est aussi éleveuse de chevaux et cavalière. Membre du conseil scientifique de l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE), elle a notamment obtenu en 2009 le prix Pégase, décerné par l’École nationale d’équitation (IFCE – Cadre noir de Saumur), pour son roman Cavalcades et dérobades (Paris, J.-C. Lattès, 2008). Derniers ouvrages parus : Un escalier vers le Paradis (Paris, J.-C. Lattès, 2014), L’Afrique est-elle si bien partie ? (Auxerre, Éd. Sciences humaines, 2014), “Crin-Blanc” ou l’invention de la Camargue : l’œuvre de Denys Colomb de Daunant, avec Florian Colomb de Daunant (Paris, Actes Sud, 2016), Croquer la pomme : l’histoire du fruit qui a perdu le monde et qui le sauvera (Paris, J.-C. Lattès, 2016), Plaidoyer pour nos agriculteurs. Il faudra demain nourrir le monde… (Paris, Buchet Chastel, 2017). Elle a également assuré la direction de l’ouvrage Le cheval berba (Lausanne, Favre, 2014) d’après le mémoire de recherche d’un de ses étudiants, Omar Coulibaly.

© Presses universitaires de Caen, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540