Versión clásicaVersión móvil

Les chevaux : de l’imaginaire universel aux enjeux prospectifs pour les territoires

 | 
Éric Leroy du Cardonnoy
, 
Céline Vial

L’imaginaire du cheval à travers l’histoire et les arts

Endurer la Grande Guerre du côté des chevaux

Un exemple de vécus entre imaginaires et pratiques équestres

How Horses Endured the Great War: An Example of Experiences alongside the Imagery surrounding Horses and Equestrian Practices

Éric Baratay

Resumen

Les millions de chevaux enrôlés dans la Première Guerre mondiale ont aussi connu de violentes expériences. D’abord fortement stressés par les réquisitions, qui ont représenté un intense bouleversement de leur monde, ils ont ensuite enduré de grosses fatigues, notamment lors des offensives ou des plus grandes batailles, les menant jusqu’à l’épuisement. Se sont ajoutées les multiples souffrances provoquées par les diverses blessures, surtout de harnachement, beaucoup moins de combat. Tout cela a entraîné de forts taux de mortalité, qui auraient provoqué la mort de plus de trois millions de Poilus s’ils les avaient subis. En restituant les émotions, les fatigues, les souffrances et les destins de ces chevaux, il s’agit de se tenir sur le troisième pan de la question équestre, à côté des imaginaires humains et des pratiques concrètes, pour mieux comprendre ceux-ci et mettre en valeur leurs incessantes interactions.

Los formatos HTML, PDF y ePub de este libro son accesibles para los usuarios de las bibliotecas e instituciones que lo han adquirido como parte de la oferta OpenEdition Freemium for Books. El libro también puede adquirirse en los sitios de las librerías asociadas, en formatos PDF y ePub, si el editor ha optado por esta distribución comercial. Si la edición en papel está disponible, en esta página se proponen enlaces a las librerías.

Extracto del texto

Introduction

Environ dix millions d’équidés, cent mille chiens, deux cent mille pigeons auraient été enrôlés sur le front ouest pour porter, tirer, guetter, secourir, informer… Les tranchées ont également abrité des milliers d’animaux domestiques ou de ferme, abandonnés par des civils en fuite, et d’animaux sauvages coincés au milieu du front, mais aussi des myriades de rats, de mouches, de poux, attirés par l’aubaine1.

Parmi les équidés, à côté des mulets et des ânes, minoritaires, les chevaux sont de loin les animaux les plus nombreux. Forts, puissants, rapides, ils sont indispensables à la guerre pour porter les cavaliers, tirer les canons et la plupart des voitures, à tel point que l’empereur Guillaume II déclare, lors d’un discours d’août 1914 : « Nous allons nous défendre jusqu’au dernier souffle de nos hommes et de nos chevaux »2. De fait, l’état des chevaux conditionne le déroulement de la guerre, notamment en 1914, lorsque leur épuisement empêche les Français de prendre défin...

Autor

Université Lyon 3 – Jean-Moulin
Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA – UMR 5190)

 

Éric Baratay est professeur d’histoire contemporaine à l’université Lyon 3 – Jean-Moulin, spécialiste des relations entre l’homme et l’animal. Il participe régulièrement à des émissions radiophoniques sur ce sujet. Il a publié notamment La corrida (Paris, PUF, 1995), Bêtes de somme. Des animaux au service des hommes (Paris, Points, 2011), Bêtes des tranchées. Des vécus oubliés (Paris, CNRS Éditions, 2013) et L’Église et l’animal (France, XVIIe-XXIe siècle) (Paris, Cerf, 1996, réédité en 2015). Il a aussi participé à des films comme Chevaux de bataille de Pascal Vannier et François Hérard (France Télévisions – TGA Production – Equidia, 2013) et Cheval de guerre, une histoire française de Serge Tignères (Peignoir Prod, 2014).

© Presses universitaires de Caen, 2017

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search