Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chevaux : de l’imaginaire universel aux enjeux prospectifs pour les territoires

 | 
Éric Leroy du Cardonnoy
, 
Céline Vial

L’imaginaire du cheval à travers l’histoire et les arts

Le cheval, compagnon ou avatar des dieux ?

The Horse, Avatar or Companion of the Gods?

Hélène Dubois-Aubin

Résumé

La plastique exceptionnelle du cheval, son instinct grégaire et son comportement particulier ont amené l’être humain à lui réserver une place privilégiée dans les modes d’expression naissants. Animaux les plus représentés dans l’art pariétal préhistorique, les équidés sont ensuite d’une importance majeure à partir de la fin de l’âge de Bronze dans les cultures d’Europe du Nord et de l’Ouest. La plupart des divinités des panthéons celtes et germaniques ont été présentées sous un aspect zoomorphe ou polymorphe et de nombreux indices laissent supposer que certaines divinités, tels Epona ou Lug, ont directement été associées au cheval.
Dans la majorité des religions anciennes, égyptienne, chinoise ou indo-européenne, dieux et personnages mythologiques sont également conçus sous un aspect zoomorphe. Ils adoptent progressivement une apparence anthropomorphe et sont accompagnés d’animaux pouvant représenter un de leurs attributs. Les créations plastiques de ces civilisations montrent la grande popularité du thème du cheval, notamment lorsque les divinités solaires ou protectrices sont évoquées. Dieux mi-humains, mi-chevalins, les figures asiatiques de Vâlâhaka, de Bâto Kannon ou d’Hayagrîva en sont des exemples remarquables.

The extraordinary versatility of the horse, his herd instinct and his specific behaviour led man to give him a prominent place in the evolution of various modes of artistic expression. The most represented animals in prehistoric parietal art, the Equidae then became key figures from the end of the Bronze Age in the culture of northern and western Europe. Most of the deities of the Celtic and Germanic pantheons were given a zoomorphic or polymorphic form and considerable evidence suggests that certain deities, such as Epona or Lugus, were directly associated with the horse.
In most of the ancient religions – Egyptian, Chinese or Indo-European –, gods and mythological figures were also conceived as being zoomorphic. They gradually adopted an anthropomorphic appearance and were accompanied by animals representing one of their attributes. The plastic creations of these civilisations bear witness to the great popularity of the theme of the horse, in particular when the solar or guardian deities are evoked. Half-human, half horse-like gods, the Asian figures of Valahaka, of Bato Kannon or of Hayagriva, are just three outstanding examples.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

La multitude des représentations d’équidés à travers les âges et sur l’ensemble des territoires où l’animal a existé nous interroge sur le sens même de ces représentations. En offrant sa silhouette galopante, écumante et aérienne au regard de l’homme émerveillé, le cheval a participé à la découverte et à la compréhension d’un monde aux multiples aspects ; monde sensible animé par les quatre forces élémentaires mais aussi monde suprasensible où règnent dieux et démons, mystère et magie.

La valeur esthétique du cheval n’est pas étrangère à l’intérêt que lui a porté et lui porte toujours l’homme, mais c’est de son comportement que les artistes de toutes les époques se sont inspirés en mettant en avant ses valeurs symboliques tant positives que négatives. Ainsi l’animal représenté a-t-il servi régulièrement d’allégorie (force, vitesse, liberté, élégance, pouvoir, désir, etc.). Pour autant, l’homme est-il allé jusqu’à lui conférer une nature divine ? Par le biais de quelques e...

Auteur

Assistante principale de conservation du patrimoine au château-musée de Saumur

 

Hélène Dubois-Aubin est assistante principale de conservation du patrimoine au château-musée de Saumur. Elle est l’auteure de Légendaire cheval (Turquant, Mens sana, 2011). Ses activités de guide-interprète, mais aussi de monitrice d’équitation, l’ont amenée à découvrir de nombreuses régions du globe. Elle s’est attachée au cours de ses voyages à rassembler des témoignages sur le rapport qu’ont pu entretenir, et entretiennent encore, les différents peuples avec le monde végétal et animal.

© Presses universitaires de Caen, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540