Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sécularisation en Irlande

 | 
Paul Brennan

Début et fin de la tolérance

L’arithmétique politique de la religion selon Sir William Petty

Michel Fuchs

Texte intégral

1Résumé : Petty se déclare favorable à une politique de tolérance puisque les tensions d’origine religieuse rompent l’activité économique. Selon lui les minorités hétérodoxes travaillent pour le bien-être de leur pays. Afin d’appliquer des réformes et de promouvoir la tolérance, il propose des transferts de populations entre l’Angleterre et l’Irlande. Mais l’argument de Petty est marqué de la logique du maître et de l’esclave. En effet, il ne tient pas compte du refus des Irlandais d’être assimilés.

2Abstract : Petty advocates religious toleration since religious tensions disrupt economic activity. According to him heterodox minorities work for the benefit of their country. To implement reforms and toleration he suggests population transfers between Ireland and England. But Petty’s argument is stamped with the logic of the master and slave since he does not take into account the Irish refusal to be assimilated.

  • 1 Political Arithmetick, Hull (ed.), I, p. 244. La mention Hull renvoie, ici et plus loin, à l’éditi (...)

3Sir William Petty est essentiellement connu comme le père fondateur de l’économie politique, l’inventeur de l’arithmétique politique, méthode d’analyse peu goûtée d’un siècle déclamateur qui, dit-il, n’aime rien tant que « d’avoir recours à des termes comparatifs et superlatifs et à des arguments intellectuels ». Il peut donc sembler paradoxal de s’intéresser à ce qu’il pense de la religion, d’autant qu’il définit ainsi son objet et sa méthode1 :

J’ai choisi de m’exprimer en termes de nombres, poids ou mesures, de n’avoir recours qu’à des arguments tombant sous les sens et de ne prendre en considération que les causes qui ont de visibles fondements dans la nature, laissant aux autres la considération de celles qui dépendent des avis, opinions, appétits et passions perpétuellement changeants des individus.

  • 2 PAI, p. 129 : « I therefore who profess no politicks. »

4On peut, à la rigueur, contester les prétentions de Petty à l’originalité, on ne peut nier qu’il semble par avance récuser le titre même de cette étude : la religion fait bien partie pour lui de ces avis infondés et changeants, matières immatérielles et, peut-être, inintelligibles ; au même titre que les goûts ou les couleurs, elle ne saurait se prêter à une approche quantitative, c’est-à-dire mathématisable, ou encore scientifique, la seule qui paraisse l’intéresser au lendemain d’une guerre civile en Angleterre et entre deux sanglantes répressions en Irlande. Ces événements tragiques de son siècle ont de multiples causes fondamentales ; mais il est constant que, pour lui, les approximations et les insuffisances d’un langage polémique ou idéologique ont plus d’une fois joué le rôle de cause occasionnelle ou de prétexte à une relance des hostilités : or, si celles-ci ont provoqué des morts, elles ont surtout eu un coût économique élevé pour la grandeur et la sécurité de l’Angleterre. Petty n’a donc aucun goût pour les débats idéologiques anciens ; tout son propos politique – même s’il prétend n’en point avoir2 – c’est de les éviter de manière à prévoir aussi scientifiquement que possible les probables développements économiques de son pays dans sa course à la suprématie européenne, en évitant de ranimer des querelles qu’il estime superflues.

  • 3 Voir comment dans The Protestant Ethic and the Spirit of Capitalism, Weber réduit ce que dit Petty (...)

5Et pourtant, ce même Petty, si dédaigneux des choses religieuses relevant davantage selon lui de la superstition que de l’analyse rationnelle, consacre de nombreuses pages, et même des chapitres entiers, à l’analyse de la religion, singulièrement lorsqu’il parle de l’Irlande ; c’est encore lui, le matérialiste frivole, follement enrichi grâce à la guerre des idées que les diverses factions se sont livrées pendant la révolution anglaise, et, du coup, ne semblant pas concevoir qu’on puisse mourir pour des idées, c’est lui qui esquisse une manière de sociologie des religions d’une finesse que ne retrouvera pas Max Weber lui-même, qui pourtant l’avait lu3. C’est lui, enfin, qui, bien loin de vouloir faire disparaître la religion, élabore une théorie et, surtout, une politique de la tolérance. Il convient donc d’y regarder d’un peu plus près : on s’apercevra alors que Petty, en raison même de sa frivolité ou de ce qu’on pourrait appeler son agnosticisme radical, a une sûreté de regard, une certaine générosité aussi, même si son souci de la grandeur de l’État l’empêche de lui laisser libre cours.

  • 4 PAI, p. 198. La référence est à la Première Épitre à Timothée, chap. I, verset 4.

6Ce qui caractérise surtout Petty lorsqu’il parle de la religion en Irlande, c’est, apparemment, son persiflage à l’égard d’une église catholique dont les travers traditionnels semblent démesurément grossis dans un pays en marge des grands mouvements intellectuels de l’époque. Et, en agnostique imbu des préjugés de l’anti-catholicisme protestant traditionnel, Petty ne résiste pas à décocher une flèche à ces catholiques qui violent ouvertement les préceptes de Paul en s’attachant aux légendes de leur pays et aux généalogies sans fin de ses grands hommes4. Pourtant la description du catholicisme irlandais que fait Petty est un curieux mélange de préjugés mesquins, de notions effrayantes et de traits magnanimes ; elle est très éloignée des témoignages le plus souvent médisants de ses contemporains :

  • 5 PAI, p. 199-200.

La prédication des prêtres consiste davantage à épouvanter leurs paroissiens par des histoires affreuses, qu’à les persuader par la raison ou par les Écritures [...] Le tout-venant des prêtres est rarement sorti d’Irlande et ceux d’entre eux qui ont pu voyager ont été confinés à des couvents ou sont devenus des Frères pour la plupart, et ont piètre opinion des Anglais et des protestants et des maux qu’introduisent l’établissement des manufactures et du commerce. Ils réconfortent aussi leurs ouailles, en partie, en leur prophétisant qu’ils recouvriront leurs propriétés et libertés anciennes [...] Ils font peu de cas d’un serment fait sur une bible protestante, mais prendront plus dévotement une pierre et prêteront serment sur elle, après l’avoir nommée livre, qu’ils n’utiliseront le dit livre des livres, à savoir la Bible [...] Ils n’ont pas grande crainte de la mort si elle est administrée par pendaison à un arbre, vers lequel, comme vers un gibet, ils se rendent à genoux dès qu’ils l’aperçoivent. Ils ne confessent rien lors de leur exécution, quelque coupables qu’ils puissent être. Bref, il y a beaucoup de superstition parmi eux, mais moins aujourd’hui que jadis ; car, par le commerce des protestants, ils prennent honte de leurs pratiques ridicules qui ne relèvent pas de la foi proprement dite. Les riches et ceux qui sont mieux instruits que les autres sont catholiques comme on en trouve en d’autres lieux. Quant aux pauvres, qui adhèrent à leur religion plus par habitude que par dogme, ils semblent davantage obéir à leurs supérieurs, à leurs anciens propriétaires, aux chefs de leurs sectes ou clans, qu’à Dieu5.

7On le voit : si Petty laisse libre cours à sa bile protestante contre la superstition, il s’élève très vite au-dessus des piètres rivalités religieuses pour montrer que la religion n’est pas une, mais qu’elle varie en fonction des classes sociales notamment, et que les Irlandais sont capables d’une grandeur d’âme peu commune.

8Au reste, les flèches lancées contre les catholiques s’appliquent, mutatis mutandis, aux protestants aussi, et singulièrement aux anglicans. D’ailleurs Petty ne se prive pas de les brocarder : précurseur de Malthus, mais limitant soigneusement son propos aux ministres du culte anglican, il précise :

[il] faudrait mettre un frein aux capacités reproductrices des pasteurs et leur imposer à nouveau le célibat.

9Car, ajoute-t-il, sûr d’être compris de ceux auxquels il s’adresse :

alors notre pasteur célibataire pourrait vivre aussi bien de la moitié de son bénéfice qu’il vit maintenant de son bénéfice entier.

10Il sait bien sûr qu’il n’a aucune chance d’être entendu, mais il veut ainsi souligner que la religion établie de son pays, comme toutes les religions établies, est un « débouché » économique pour une partie de la population qu’il tient pour essentiellement improductive. Dès lors, il se livre à une série de variations ironiques sur les avantages de la mortification, singulièrement lorsqu’elle s’applique à ceux qui la professent :

La religion prospère le mieux lorsque les ecclésiastiques sont le plus mortifiés, de même que le droit est le mieux servi quand les hommes de loi meurent de faim.

  • 6 A Treatise of Taxes and Contributions, 1667, p. 7-8 et 57 respectivement.

11Un contrôle des naissances ecclésiastiques est donc d’autant plus recommandé que le nombre des bénéfices n’est pas illimité – il devrait, dit-il, être réduit – et que les laissés pour compte ne tarderaient pas à tenter de se trouver une compensation en faisant croire à la population que les pasteurs en titre empoisonnent les âmes, les font mourir de faim ou leur font faire fausse route dans la quête du ciel6. Les voies de l’hétérodoxie ne sont pas toutes impénétrables !

  • 7 PA, p. 255.

12Ce qui signifie que, pour Petty, la religion n’a rien d’essentiel. Le principe de population, celui de subsistance, ou encore la loi d’acquisition des richesses font réellement partie de l’essence humaine et définissent l’homme. La religion, elle, n’est qu’un attribut dont certains se parent mais qui sert de cible à d’autres. Il s’ensuit, outre l’humour dévastateur de Petty, que, pour lui, tous les hommes ne sont que des hommes. C’est à cette tautologie qu’il se tient ; il n’hésite pas à la réaffirmer pour ridiculiser ceux qui ont voulu expliquer la supériorité des Pays-Bas en faisant des Hollandais une race d’inspirés, d’êtres bénis de Dieu, de surhommes voués de toute éternité à dominer les mers et les hommes qui les fréquentent. Pour lui, ils ne sont que des hommes comme les autres, que les circonstances de leur vie et de leur pays ont déterminés autrement7. C’est même la raison pour laquelle on peut apprendre des autres peuples et qu’une émulation avec eux est possible.

13Il faut insister sur ce point qui peut nous paraître aujourd’hui évident, mais ne l’était à coup sûr pas du temps de Petty. Avant, pendant et après les massacres des années 1640 en Irlande, on a tendance, parmi les survivants de tous bords, à diaboliser l’adversaire, à l’essentialiser pour le rendre radicalement différent, partant inassimilable et donc exterminable en droit. Pendant ces années sanglantes, un catholique n’était pas un protestant et réciproquement, et ceci en vertu d’une essence religieuse transformant radicalement les individus physiques concrets en les séparant à jamais. Un tel essentialisme paraît à Petty la plus fatale des superstitions. C’est la raison pour laquelle, à rencontre de ses contemporains, Petty définit l’hétérodoxie en soi comme facteur de progrès économique (et non pas seulement l’hétérodoxie protestante contre l’orthodoxie catholique). Si bien que l’on ne trouve pas chez lui les prémisses des thèses webériennes sur les liens qui uniraient protestantisme et commerce ou capitalisme, mais bien une théorie générale de l’hétérodoxie, dont le théorème majeur pourrait se formuler ainsi : en toute société où une orthodoxie est soit établie soit en position de fait dominante, le commerce constitue l’activité où excellent la ou les minorités hétérodoxes, quelles qu’elles soient :

  • 8 PA, p. 264.

Il faut observer que le commerce n’est pas le plus florissant (contrairement à ce que certains pensent) là où existent des gouvernements populaires, mais bien plutôt que ceux qui le pratiquent le plus vigoureusement, dans tout État et tout gouvernement, font partie de sa fraction hétérodoxe et de ceux qui professent des opinions différentes de celles qui sont publiquement établies : ainsi, par exemple, aux Indes, là où la religion musulmane est établie, ce sont les Banians qui sont les plus considérables des marchands. Dans l’empire turc, ce sont les Juifs et les Chrétiens. A Venise, Naples, Libourne, Gênes et Lisbonne, les Juifs et les étrangers marchands non-papistes. En bref, dans cette partie de l’Europe, où la religion catholique est établie, ou bien l’était il y a peu de temps encore, là les trois quarts de tout le commerce se trouve dans les mains de ceux qui se sont séparés de l’Église : autrement dit, les habitants d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande, ainsi que ceux des Provinces Unies, avec le Danemark, la Suède et la Norvège, de même que les sujets des princes protestants allemands et des villes hanséatiques possèdent les trois-quarts du commerce du monde : en France même, les Huguenots sont proportionnellement de loin les marchands les plus importants, et on ne peut nier qu’en Irlande, où ladite religion catholique n’est pas légalement établie, ceux qui la professent possèdent la plus grosse partie du commerce. D’où il s’ensuit que le commerce n’est pas lié à une religion déterminée, mais plutôt, comme nous l’avons déjà dit, aux éléments hétérodoxes de l’ensemble8.

14Ce que Petty affirme ici n’est nullement en contradiction avec son propos épistémologique général : il ne s’agit pas pour lui d’étudier les liens unissant hypothétiquement une religion (changeante et instable par définition) et l’activité économique par excellence, car précisément il récuse une telle hypothèse relevant davantage de l’esprit de stupide croisade religieuse que d’une démarche scientifique. En revanche, il ne s’interdit absolument pas d’étudier le comportement économique des minorités religieuses puisque cette étude lui permet de découvrir la loi de l’hétérodoxie, c’est-à-dire l’identité de comportement économique d’hétérodoxies hétérogènes.

15Il semblerait que nous touchions le point où, dans la pensée de Petty, la conscience rejoint la science. Si l’hétérodoxie est indéracinable, s’il est impossible de contrôler les opinions changeantes des hommes, mais si ces opinions sont parfois source de richesses matérielles par l’industrie qu’elles encouragent et le développement du commerce qu’elles favorisent, une conclusion s’impose et une seule : il faut les tolérer. Et les tolérer signifie pour Petty appliquer à l’Irlande, la politique de tolérance des Hollandais, et ceci au nom de leurs propres principes et constatations qu’il résume en ces termes :

  • 9 PA, p. 262-263.

Tout en conservant une force pour le maintien de la paix commune, [les Hollandais] ont considéré, (1) qu’ils avaient rompu avec l’Espagne pour éviter de se voir imposer un clergé, (2) que les dissidents de cette sorte sont pour la plupart des hommes réfléchis, sobres et patients et qui croient que le travail et l’industrie est leur devoir envers Dieu (quelque erronées que puissent être leurs opinions), (3) que ces hommes qui croient à la justice de Dieu, s’apercevant que les personnes les plus licencieuses jouissent le plus du monde et de ses choses les meilleures, ne s’aviseront jamais d’être de la même religion ou confession que des sybarites, hommes de richesse et de pouvoir extrêmes, qui, pensent-ils jouissent de leur part de ciel en ce monde, (4) ils ne peuvent ignorer qu’autrui ne peut croire ce qui vous plaît et que forcer des hommes à dire qu’ils croient ce qu’ils ne croient pas est vain, absurde et sans honneur pour Dieu. (5) Se sachant une église non infaillible, et que d’autres ont pour guide les mêmes écritures qu’eux et, de plus, le même intérêt au salut de leur âme, les Hollandais n’ont pas jugé utile de se mêler de cette question, au-delà du souci de faire promettre à leurs marins de ne pas faire fi de leur navire et de leur vie. (6) Les Hollandais observent qu’en France et en Espagne (surtout dans ce dernier pays) les ecclésiastiques sont à peu près cent fois plus nombreux qu’il n’est besoin et que leur souci principal est de préserver l’uniformité de la foi, ce qu’ils pensent être une charge superflue. (7) Ils observent que c’est là où on a pris le plus de soin à maintenir l’uniformité, que l’hétérodoxie a le plus abondé. (8) Ils pensent que, à supposer qu’un quart des gens soient hétérodoxes et que par miracle on puisse se débarrasser de ce quart, en très peu de temps un quart du reste ne manquerait pas de devenir hétérodoxe d’une manière ou d’une autre, étant donné qu’il est naturel pour les hommes d’être d’opinions différentes dans les matières qui sont au-dessus des sens et de la raison, comme il est naturel pour ceux qui possèdent moins de richesse de penser qu’ils ont beaucoup plus de sens et d’intelligence, et singulièrement des choses divines, qu’ils estiment appartenir essentiellement aux pauvres. (9) Ils estiment que le cas des chrétiens primitifs, tel qu’il est représenté dans les Actes des Apôtres, ressemble à celui des dissidents d’aujourd’hui9.

  • 10 PAI, p. 155.
  • 11 PAI, p. 151.
  • 12 PAI, p. 152.

16De fait, Petty n’a de cesse qu’il ait convaincu ses compatriotes de pratiquer le respect des opinions différentes des leurs. Contrairement à ces furieux qui ne songent qu’à en découdre et à souhaiter que les Irlandais se soulèvent à nouveau pour leur donner l’occasion de noyer dans le sang cette révolte10, il prêche inlassablement en faveur d’une union des intérêts : une épreuve de force est toujours coûteuse, alors que la concorde permet d’engranger les fruits d’une paix durable. C’est l’une des raisons pour lesquelles il s’étend si longuement sur le coût des soulèvements récents : les deux camps ont fortement exagéré le nombre des victimes produites par l’adversaire, mais il reste que la guerre a fait, entre 1641 et 1652, 689 000 morts dans les deux camps (c’est-à-dire près du tiers de la population totale) et que « quelqu’un doit répondre devant Dieu et devant le roi du sang versé »11 ; et comme rien ne parle mieux qu’un calcul, il multiplie ce nombre, non pas par le prix auquel est évalué en moyenne un Anglais, à savoir 70 livres – ce qui serait une manière d’exagérer –, mais par le prix moyen d’un esclave noir des plantations américaines, soit 15 livres et il aboutit au chiffre de 10 355 000 livres12.

  • 13 PAI, p. 182.

17La guerre a un coût économique élevé et c’est la raison pour laquelle il faut à tout prix l’éviter. Mais la paix ne saurait se concevoir pour lui comme le retour pur et simple à ce qui existait antérieurement à la guerre. C’est dire que, tolérance ou pas, des réformes doivent intervenir, ne serait-ce que pour prévenir le retour d’éventuels massacres. Au nombre de celles-ci figurent en bonne place des transferts de population (permutation de 200 000 Anglais et de 200 000 Irlandais), une politique de mixité des familles en Irlande (20 000 vierges anglaises allant concevoir en Irlande tandis que 20 000 vierges irlandaises les remplaceraient en Angleterre), et une politique d’apaisement par l’Église catholique elle-même, des prêtres catholiques anglais étant envoyés en Irlande pour préparer les esprits irlandais à s’angliciser ; toutes ces mesures qualitatives ont une contrepartie économique calculable, puisque Petty, grâce à ce qu’on pourrait appeler sa théorie générale du coût économique de l’opinion13, peut évaluer combien de soldats avec solde et équipement sa politique permet d’économiser. Paradoxe bienheureux de l’économie politique : une femme ou un prêtre catholique valent un nombre considérable de soldats, et un nombre limité de ces deux catégories méprisées des Anglais équivaut à un nombre quasiment illimité de bataillons : l’Irlande est ce pays étrange, dont les circonstances font qu’une femme ou qu’un prêtre catholique assurent davantage la sécurité des sujets que la force armée. Et Petty de conclure cette partie de sa démonstration en ces termes délicieux :

  • 14 PAI, p. 158-159.

Si bien que quand les prêtres, qui gouvernent les consciences, et les femmes qui influent sur d’autres appétits puissants, seront Anglais, les unes et les autres se trouvant dans le sein des hommes, il sera impossible que des massacres d’Anglais se produisent à nouveau. De plus, quand la langue des enfants sera l’anglais, de même que toute l’économie de la famille, à savoir la nourriture, l’habillement, etc. la transmutation sera aisée et rapide14.

18Le grand mot est lâché : transmutation ou transformation de l’autre en même, par quoi Petty veut conjurer jusqu’au souvenir des tragédies passées et ouvrir une autre histoire en Irlande, celle de l’union législative entre les deux nations.

  • 15 Report from the Council of Trade, (1676), Hull, I, p. 218.
  • 16 PAI, p. 203.

19L’idéal de Petty pour l’Irlande est, par l’union politique, d’uniformiser la législation entre les deux pays, mais aussi les modes de vie et de travail. Pour y préparer les esprits, il s’efforce de calculer équitablement le nombre de prêtres et d’évêques dont ont besoin les catholiques en prenant le même taux que pour la population anglicane d’Angleterre. Il calcule ainsi le coût économique du catholicisme : il y a en Irlande quelques 2 500 prêtres réguliers et séculiers de trop (par rapport aux normes anglaises) : à vingt livres par tête, cela représente une perte annuelle de 50 000 livres ; à cause des jours fériés catholiques, les ouvriers obéissant à Rome travaillent 24 jours, c’est-à-dire environ un dixième de moins tous les ans que les protestants. Autrement dit, le catholicisme prive l’Irlande de 60 000 ouvriers soit, à 4 livres par tête, de 250 000 livres environ et ceci pour des raisons qui n’ont rien de métaphysique15. En homogénéisant les populations anglaises et irlandaises, Petty espère parvenir à élever le niveau de vie des plus misérables paysans irlandais, les cottagers, dont il fait un tableau saisissant. Il espère y parvenir car il est de leur intérêt bien compris de se transmuer en Anglais : et, si la rébellion l’avait emporté en Irlande, ils n’auraient rien obtenu qu’une servitude accrue16.

20L’image parlante de ce que Petty cherche à promouvoir, c’est la complète translation de la population irlandaise, mais aussi de la Haute-Écosse, avec tous ses biens meubles, dans le reste de la Grande-Bretagne. Il retrouve ainsi, de son propre aveu, les désirs insensés de ceux qui souhaitent que l’Irlande s’abîme à jamais dans l’océan. Mais il n’obéit pas à un vain désir de se débarrasser d’un irritant problème ou de se venger des avanies subies en Irlande par les Anglais. Son hypothèse irréaliste repose sur une théorie tout à fait sérieuse, et même géniale, de la richesse des États : cette richesse dépend certes de la population, mais aussi de considérations sur la productivité du travail, c’est-à-dire sur la densité de cette population, son urbanisation et sa mobilité physique et sociale. De la sorte, il fait voler en éclat l’alibi par lequel depuis des siècles les Anglais tentent de justifier leur injustifiable occupation de l’Irlande : selon une thèse encore en vigueur, la sécurité de l’Angleterre l’obligerait, malgré elle, à garder un pied dans l’île voisine, ne serait-ce que pour empêcher un des ennemis de sa majesté britannique (espagnol, français, catholique, communiste, de gauche, etc.) d’y mettre le sien et de la prendre à revers. A ces billevesées, Petty répond simplement :

  • 17 PAI, p. 157.

en ce jour où l’Irlande n’a jamais été si riche ni si splendide. il serait avantageux que les Anglais abandonnent tout intérêt dans ce pays, et fatal à tout autre nation de les y remplacer17.

21Dans son Political Arithmetick, il avait déjà énoncé ces évidences qui ne se sont pas encore imposées au gouvernement anglais :

  • 18 PA, p. 289.

si l’on m’objecte qu’il est dangereux pour l’Angleterre que l’Irlande se trouve entre les mains d’une autre nation, je réponds que toute nation qui acquerra l’Irlande, sera par cette acquisition divisée d’avec elle-même et pas plus capable d’inquiéter l’Angleterre qu’elle ne l’est dans son état unifié. Au reste l’Irlande n’est pas plus proche de l’Angleterre que la France ou les Flandres18.

22Argument imparable par quoi Petty veut ouvrir la voie à une ère de fructueuse collaboration entre les communautés.

  • 19 PAI, p. 202.

23A vrai dire son argument imparable n’a pas encore triomphé. C’est peut-être qu’il n’est pas si imparable qu’on aurait pu le penser. Il devrait l’être si l’on interprète la notion de transmutation comme voulant dire assimilation volontaire de part et d’autre. Or il se trouve que les Irlandais, dans leur immense majorité, n’ont jamais voulu s’assimiler à l’Angleterre. Les incompréhensions de Petty à propos de ce qu’il appelle leurs superstitions sont révélatrices d’une farouche résistance à l’assimilation : que les Irlandais violent les préceptes de Paul en se régalant de légendes sur leurs origines et en se gargarisant de généalogies, voilà qui n’est peut-être pas très chrétien, mais qui est nationaliste à coup sûr et d’un nationalisme réactif, celui que se crée, même s’il ne le possédait pas auparavant, tout peuple colonisé. Pareillement, l’attachement des Irlandais à leur langue nationale est sous-estimé par Petty : cette langue, contrairement à ce qu’il pense19, est de plus en plus nécessaire aux Irlandais, puisqu’elle est devenue le signe même d’une différence fièrement revendiquée par eux. Il en va de même des aspects proprement irlandais de leur religion, qui n’est certes pas un dogme religieux mais est déjà devenue un signe de ralliement patriotique.

  • 20 PAI, p. 154-155.
  • 21 PAI, p. 201-202.

24Mais si les Irlandais ne veulent pas s’assimiler aux Anglais, Petty lui-même veut-il réellement qu’ils le veuillent ? La manière dédaigneuse dont il rejette tout le passé des Irlandais ou, plus exactement, dont il leur dénie tout passé culturel est typique de la mentalité coloniale qui, elle, contrairement aux opinions changeantes des hommes, ne varie guère20. Que les Anglais qui ne comprennent pas le celtique s’imaginent en l’entendant parler que cette langue ne sert qu’à dire impunément du mal des occupants britanniques, prouve bien qu’un fait massif domine la vie réelle de l’Irlande et des deux côtés : la colonisation, la conquête. Les Anglais voudraient la remplacer par une nouvelle donne politico-sociale garantissant les spoliations antérieures par la définition d’imaginaires droits communs ; les Irlandais veulent inverser le cours de l’histoire pour recouvrer leurs anciennes libertés et leurs droits historiques, au nombre desquels celui, que Petty déplore, de se contenter de pommes de terre, de lait et des fruits gratuits de la mer, au lieu de travailler pour le plus grand profit de leurs maîtres anglais21.

25Cette présence massive du fait colonial un détail symptomatique l’atteste. Dans la préface à son Anatomie politique de l’Irlande Petty justifie son entreprise en rappelant en quoi consiste une anatomie :

  • 22 PAI, p. 129.

comme les étudiants en médecine pratiquent leurs recherches sur des animaux communs et peu coûteux et avec lesquels ils sont le plus familiarisés, et où se rencontre une confusion et complexité moindre des parties, j’ai choisi l’Irlande comme étant un animal politique de ce genre et qui n’a pas vingt ans22.

26Cheap and common animais, voilà à quoi, sans penser à mal, il assimile les Irlandais dont l’histoire politique ne serait vieille que de vingt ans ! Comment s’étonner que Petty les assimile aussi à des nègres, ces « animaux » courants de l’époque coloniale !

  • 23 Voir, sur cette analogie, Douglas Hay, « Property, Authority and the Criminal Law », in D. H. Line (...)
  • 24 On se reportera, pour des élaborations théoriques de ce thème, au livre récent d’Étienne Balibar, (...)

27Mais la tolérance, dont il souhaite les voir bénéficier ne contredit-elle pas ce mépris de Petty à l’égard des Irlandais ? Rien n’est moins sûr. Car enfin, rien ne l’empêchait d’imaginer autre chose que la tolérance. Lui qui n’hésite pas à rêver d’un impossible transfert total de population entre l’Irlande et l’Angleterre, il n’envisage pas un instant de supprimer la tolérance en supprimant les causes de l’intolérance, c’est-à-dire l’existence d’une Église établie et les exclusions qu’elle implique. Supprimer l’orthodoxie, ce serait supprimer du même coup l’hétérodoxie. Mais c’est précisément là la raison pour laquelle Petty s’en tient à la tolérance et à l’absence de persécution. Car, de toute évidence, il tient aux bénéfices économiques de l’hétérodoxie. Voyez avec quelle admiration il en parle : les hétérodoxes, contrairement aux paysans irlandais qui se contentent de peu, sont persuadés que travailler encore et toujours plus, c’est adorer Dieu. Envient-ils leurs voisins riches ? Nullement : imbus de la loi de proportionnalité inverse dégagée par Petty, ils se font gloire de leur pauvreté, persuadés que si la terre est aux riches, le royaume des cieux leur appartient ! On ne saurait rêver meilleur outil de contrôle social que la tolérance : elle divise le peuple créateur de richesse, suscite la reconnaissance des victimes des persécutions envers les autorités établies dès lors que la tolérance remplace l’intolérance, amène, enfin, les victimes de discrimination à l’intérioriser mais en en inversant le signe qui devient une marque d’élection divine ! Ce qui signifie que la tolérance, comme système de gouvernement prôné par Petty, introduit une dialectique du maître et de l’esclave qui fait que l’esclave, parce qu’il est esclave, s’imagine le maître du maître. Cette tolérance est, comme le droit de grâce23, une injustice fondamentale, mais une injustice rentable. Ce que Petty souhaite voir fonctionner durablement en Irlande, c’est un système dans lequel l’État apparaît comme suprême recours contre une intolérance toujours potentielle dont il est lui-même l’instrument. Grâce à cette tolérance, l’État n’a plus à redouter les attaques « religieuses » des minorités hétérodoxes – surtout si des prêtres catholiques anglais enseignent à leurs paroissiens irlandais les vertus éminentes du commerce et des manufactures –, les Anglais conservent les emplois les plus qualifiés et les mieux rémunérés – c’est Petty qui l’affirme – et les Irlandais s’enorgueillissent d’occuper les échelons subalternes de l’activité économique. Bref, la tolérance institutionnalise l’exclusion en empêchant l’émergence de l’égalité dans la différence24.

28L’ennui, c’est que l’Irlande ne remplit pas sur un point, mais un point essentiel, les conditions auxquelles la tolérance peut fonctionner harmonieusement : les catholiques y sont bien hétérodoxes, mais ils constituent l’écrasante majorité, et ce sont les orthodoxes qui sont une minorité ; c’est même la raison essentielle du transfert total de population rêvé par Petty : la majorité catholique deviendrait une minorité inoffensive et utile.

  • 25 Maureen Wall, The Penal Laws, 1691-1760, Dundalk, 1976.

29Dès lors, il n’est plus certain que la loi de l’hétérodoxie s’applique à l’Irlande. Elle ne s’applique pas à la majorité puisqu’elle ne s’y est jamais appliquée ; elle ne s’applique pas non plus à la minorité qui, au lieu d’avoir le fier sentiment d’appartenir à un ghetto librement choisi, cultive en Irlande la mentalité obsidionale d’une caste menacée et menaçante. Du même coup, la tolérance dont il peut lui arriver de faire preuve à l’égard des catholiques est très vite percée pour ce qu’elle est : un moyen peu coûteux de maintenir des inégalités lucratives. Que le pouvoir soit plein de mansuétude ou de hargne ne trompe guère : le pouvoir reste le pouvoir de l’occupant et la revendication de l’égalité, à tout le moins, ne cesse de se faire entendre. Le pouvoir anglais n’est pas dupe, lui non plus, puisqu’il multiplie les lois pénales contre les catholiques entre 1697 et 1709 tout en se réservant la faculté de les appliquer à sa manière25.

  • 26 Michel Foucault, « Deux essais sur le sujet et le pouvoir », in H. Dreyfus et P. Rabinow, Michel F (...)

30On le voit : il existe bien une économie politique de la religion chez Petty, d’autant plus marquée en réalité qu’elle s’articule sur le fait de la conquête et de la pacification ultérieure. Du même coup, la tolérance autorise des économies ; elle permet surtout de passer d’une relation de violence à une relation de pouvoir, dans laquelle la liberté religieuse relative, ou tolérance, apparaît comme la condition d’existence du pouvoir lui-même26. Même si Petty a sous-estimé les effets de la conquête et de la colonisation sur les Irlandais, il a défini une politique de la tolérance qui n’a pas été elle-même sans effet, celui notamment de faire croire à certaines élites irlandaises que leur pays n’était pas une colonie britannique.

Notes

1 Political Arithmetick, Hull (ed.), I, p. 244. La mention Hull renvoie, ici et plus loin, à l’édition en deux volumes des œuvres de Sir William Petty procurée par C. H. Hull (ed.), The Economic Writings of Sir William Petty, Cambridge, CUP, 1899. Les sigles PA et PAI désignent Political Arithmetick et The Political Anatomy of Ireland dans le volume I.

2 PAI, p. 129 : « I therefore who profess no politicks. »

3 Voir comment dans The Protestant Ethic and the Spirit of Capitalism, Weber réduit ce que dit Petty de toute hétérodoxie religieuse à sa thèse sur la spécificité de l’hétérodoxie protestante.

4 PAI, p. 198. La référence est à la Première Épitre à Timothée, chap. I, verset 4.

5 PAI, p. 199-200.

6 A Treatise of Taxes and Contributions, 1667, p. 7-8 et 57 respectivement.

7 PA, p. 255.

8 PA, p. 264.

9 PA, p. 262-263.

10 PAI, p. 155.

11 PAI, p. 151.

12 PAI, p. 152.

13 PAI, p. 182.

14 PAI, p. 158-159.

15 Report from the Council of Trade, (1676), Hull, I, p. 218.

16 PAI, p. 203.

17 PAI, p. 157.

18 PA, p. 289.

19 PAI, p. 202.

20 PAI, p. 154-155.

21 PAI, p. 201-202.

22 PAI, p. 129.

23 Voir, sur cette analogie, Douglas Hay, « Property, Authority and the Criminal Law », in D. H. Linebaugh, E. P. Thompson et al., Albion’s Fatal Tree, Harmondsworth, Peregrine Books, 1972.

24 On se reportera, pour des élaborations théoriques de ce thème, au livre récent d’Étienne Balibar, Les Frontières de la démocratie, Paris, La Découverte. 1992.

25 Maureen Wall, The Penal Laws, 1691-1760, Dundalk, 1976.

26 Michel Foucault, « Deux essais sur le sujet et le pouvoir », in H. Dreyfus et P. Rabinow, Michel Foucault. Un parcours philosophique au-delà de l’objectivité et de la subjectivité, Paris, Gallimard, 1984, p. 297-321.

Auteur

Université de Nice

© Presses universitaires de Caen, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540