Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Composition de la Eyrbyggja Saga

 | 
Jean-Pierre Mabire

Conclusion

Texte intégral

1A la fin de cette étude, on constate immédiatement que la question de la composition est l'une des plus complexes et des plus riches de celles qui touchent à l'étude des sagas. Certes, il resterait encore beaucoup de choses passionnantes à écrire sur la Eyrbyggja : il faudrait vanter la sobriété et le réalisme de son style, l'art accompli avec lequel l'auteur nous dépeint les caractères, la saveur et l'humour grinçant de certains dialogues, sans parler des tendres strophes lyriques de Björn, mais là n'est pas notre propos. Nous nous sommes bornés à essayer de montrer l'art avec lequel l'auteur a ordonné et agencé les divers éléments à sa disposition en un tout vivant et harmonieux. Il est possible qu'après avoir parcouru la Eyrbyggja une première fois, le lecteur ne découvre pas cette architecture intérieure, dissimulée aux yeux du profane. Qu'il consacre alors quelques heures de son précieux temps à une seconde lecture, et il sera récompensé de ses efforts. Surtout, qu'il se console, car beaucoup avant lui, dont l'auteur de cette étude, ont maintes fois éprouvé le sentiment de perdre le fil d'Ariane à travers le labyrinthe des actions racontées et des personnages décrits. Nous ne doutons pas un instant que, lorsqu'il sera parvenu à la phrase finale de notre saga, ce lecteur éprouvera une secrète jalousie, teintée d'admiration et de respect, pour l'auditeur islandais capable de suivre avec aisance les sinuosités sans fin du récit.

© Presses universitaires de Caen, 1971

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter