Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Composition de la Eyrbyggja Saga

 | 
Jean-Pierre Mabire

V. L'art de la composition

Texte intégral

A) L'introduction de la Eyrbyggja.

1Lorsque l'on veut étudier si une œuvre est bien construite, on commence par se pencher sur son introduction. Si celle-ci est à la fois claire et complète, cela nous laisse bien augurer du reste de l'ouvrage.

2Soumettons donc l'introduction de la Eyrb. à cet examen. Le rôle de cette introduction est de nous amener progressivement au seuil de l'action principale, après nous avoir présenté les principaux protagonistes. Voyons comment elle procède :

  • dans le premier chapitre, l'auteur nous présente Ketill-au-nez-plat, ancêtre des Kjalleklingar (Víga-Styrr et Vermundr-le-Svelte), alliés et parents des Eyrbyggjar.
  • le second chapitre nous entretient du destin de son fils Björn qui fuit la tyrannie d'Haraldr-aux-beaux-cheveux.
  • le troisième chapitre nous présente le grand personnage de cette époque, Θórólfr Mostrarskegg, ancêtre du gođi Snorri, qui quitte la Norvège et vient s'établir sur les rives d'une presqu'île qu'il baptise « Presqu'île-de-Θór » en hommage à son grand ami. (chapitre 4).
    Ainsi, dans ces quatre premiers chapitres, l'auteur a introduit les deux grands ancêtres des acteurs de notre saga.
  • Le chapitre 5 nous ramène au fils de Ketill, Björn, qui se rend aux Hébrides pour y retrouver son père. Mais lorsqu'il apprend que ce dernier est déjà mort et que son frère et sa sœur ont abandonné la foi de leurs ancêtres, Björn préfère partir pour l'Islande où il débarque à Bjarnarhöfn (Port-Björn).

3Ainsi, à la fin de cette première partie, la plupart des ancêtres des acteurs de notre saga sont arrivés sur le sol islandais. Il ne reste plus alors à l'auteur qu'à nous citer les quelques autres personnages restants dans les chapitres 7 et 8. Il nous y rapporte l'établissement de Fingeirr, aïeul de Θorbrandr, sur les rives du Fjord des Cygnes, ainsi que celui de Vestarr, ancêtre des Eyrbyggjar, aux Sablons.

4L'auteur passe alors à la seconde génération des colons : il nous nomme les enfants de Björn, ainsi que le fils, issu d'un second mariage de Θórólfr, Θorsteinn Θorskabítr. Dans le chapitre 8, il nous annonce l'arrivée d'un dernier colon, Θórólfr et nous présente ses descendants les plus illustres : son fils, le gođi Arnkell, et son petit-fils, le scalde Θórarinn-le-Noir, fils de Geirriđr.

5Le chapitre 9 nous conte le premier heurt entre les « Kjalle-klingar », appuyés par les « Eyrbyggjar », et les Θórsnesingar », soutenus par les « Álptfirđingar ». Le combat se termine par un compromis arrangé par le godi Θórđr-le-Hurleur (chap. 10).

6Le chapitre 11 nous apprend l'installation de Θorsteinn Θorskabítr à Helgafell, ainsi que sa fin en mer ; ses enfants nous sont aussi présentés : ils ont nom Börkr-le-Gros et Θorgrímr. Au chapitre 12, l'auteur nous apprend la naissance de Snorri, ainsi que la mort de son père Θorgrímr, qui survient quelques jours plus tôt.

7L'auteur profite de la venue au monde de Snorri pour nous présenter tous ceux qui participeront à l'action de la saga, avec ou contre lui :

  1. Les fils de Θorbrandr, avec lesquels il sera élevé, et qui resteront ses plus fidèles alliés.
  2. Le gođi Arnkell, le grand adversaire de Snorri dans la première partie de la saga qui, à cette époque, était déjà fort puissant.
  3. Les fils de Θorgrímr Kjallaksson, Vermundr-le-Svelte et Víga-Styrr.
  4. Enfin, les fils de Θorlákr Ásgeirsson, habitants des Sablons, Steinθórr et Θórdr blígr.

8L'auteur consacre les deux derniers chapitres de l'introduction à nous présenter Snorri. Il nous brosse son portrait en trois étapes :

  1. L'auteur nous montre d'abord l'esprit prévoyant de Snorri qui, lors de son voyage en Norvège, économisera les cinquante onces d'argent que lui a confiées son oncle Börkr, et les utilisera pour racheter à ce dernier sa part du domaine d'Helgafell.
  2. Nous sommes ensuite témoins, dans une courte scène, du courage dont fait preuve Snorri en protégeant sa mère contre le courroux de son oncle et beau-père.
  3. Au début du chapitre 15, au seuil de l'action principale, l'auteur complète en quelques lignes le portrait physique et moral de Snorri, puis aussitôt après, il introduit sur la scène les acteurs de la première partie du récit.

9Ainsi, à la fin de l'introduction, le lecteur ou l'auditeur est parfaitement au courant des relations entre les diverses familles, des haines cachées qui éclateront en sanglantes vengeances ; de plus, il connaît maintenant tous les protagonistes des actions qui vont se dérouler devant lui tout au long de cette saga.

10Passons maintenant à un autre aspect de la composition de la Eyrbyggja.

B) La Eyrbyggja est-elle « episodique » ?

11Tous les spécialistes qui, jusqu'ici, ont étudié la Eyrb., ont été frappés par son caractère apparemment épisodique. Il est clair qu'à une première lecture, cette saga apparaît plus « épisodique » qu'aucune autre « Islendinga saga ». Cette constatation a conduit certains savants aux conclusions les plus diverses.

12Quelques-uns ont été jusqu'à soupçonner que nous ne possédions pas la saga dans sa forme originale, qui, pour eux, est la forme parfaite par excellence.

13L'opinion de Gudbrandur Vigfusson est ainsi caractéristique de l'esprit hypercritique du xixe siècle : il considère en effet qu'un nombre important d'épisodes ont été interpolés par les rédacteurs de manuscrits plus récents.

  • 1 Finnur Jónsson : Den islandske Littérature Historie, 1907, p.244.

14Finnur Jónsson1 qui, comme nous l'avons vu plus haut, place la date de la composition de la Eyrb. tout au début du xiiie siècle, arrive lui aussi à la même conclusion que Vigfusson et est obligé d'exclure de la saga de nombreux chapitres contenant des allusions à des événements historiques postérieurs à la date de composition qu'il propose.

15Ni l'un, ni l'autre cependant ne peuvent avancer de preuves tangibles, susceptibles d'étayer leur point de vue.

16Dans le cas présent, il est possible de se livrer à une contre-épreuve qui consiste à lire chaque chapitre individuellement, exactement comme si on le considérait comme une interpolation, et le comparer ensuite avec le reste de la saga ; on ne décèle alors aucune différence marquée dans l'attitude du narrateur ou dans le style de la saga (à l'exception peut-être de l'avant-dernier chapitre qui plonge tout entier dans la fiction, et dont le style diffère sensiblement de celui de l'ensemble de la saga).

  • 2 Eirikur Magnússon: Saga Library, II, 1892, Introduction, p. XXIX.

17A partir de cette même constatation sur le caractère épisodique de notre saga, d'autres spécialistes sont parvenus à une opinion inverse, et ont pensé que la Eyrb., telle que nous la possédons dans les manuscrits, nous est parvenue incomplète, et que plusieurs fragments touchant à la fin de la vie de Snorri ont été perdus. C'est le cas d'Eiríkur Magnússon2, qui pense que la Eyrb. n'a pas été achevée par son auteur, car ce dernier passe quasiment sous silence les vingt dernières années de la vie de Snorri. Il ajoute que des épisodes aussi fantastiques et étranges que ceux des merveilles de Fróđá et de la découverte de Björn breiđvikingakappi dans la Grande Irlande ont été probablement ajoutés par un rédacteur plus récent pour combler cette lacune.

18De fait, le traitement plutôt fragmentaire de la fin de la vie de Snorri et des événements importants dans lesquels il a joué un rôle de premier plan, a toujours frappé le lecteur de la saga.

  • 3 S. Bløndal, « Um Uppruna Eyrbyggju », in Fs. til Finnur Jónsson, Køben-havn 1928, pp.15-18.

19C'est le sentiment de Sigfúss Bløndal3 qui insiste sur le fait que Snorri était le personnage le plus important de son époque, et probablement l'homme au sujet duquel le plus de choses avaient été écrites. Il considère qu'une saga le concernant aurait dû être « itarlig og mikil » (détaillée et volumineuse). Il pense donc qu'une partie importante de cette saga hypothétique a été perdue de bonne heure, et que seuls les 47 premiers chapitres de cette saga nous sont parvenus intacts dans la Eyrb. Les lacunes de la dernière partie de la saga considérée par Bløndal auraient été comblées par de brefs comptes rendus des actions de Snorri, et quelquefois même par de simples renvois à d'autres sagas. Les derniers mots de la Eyrb., qui nous révèlent son titre, n'auraient été écrits qu'après que les derniers chapitres concernant la fin de la vie de Snorri eurent été perdus.

20Il est clair que tout ceci est hautement hypothétique ; et Bløndal n'aurait peut-être pas avancé cette opinion s'il avait prêté attention aux prudentes paroles de Konrad Maurer ; ce dernier, dans sa pénétrante analyse de l'édition de Vigfússon, avait montré que le propos de l'auteur de la Eyrb. était de coucher sur le vélin, aussi fidèlement que possible, uniquement les traditions de sa région, à l'exclusion de celles déjà exposées dans d'autres sagas concernant d'autres contrées. En outre, on peut se demander comment il aurait pu arriver que ce soit précisément le passage concernant le plus éminent personnage de la saga qui ait été perdu. Il est clair que toutes les probabilités sont contre la théorie de Bløndal.

  • 4 H. Gering: Eyrbyggjasaga, Anord. Sagabibliothek 6, Halle 1897, Introduction p. XIV.

21D'autres savants ont avancé l'opinion que la Eyrb. était mal construite. Ainsi, Hugo Gering4 déclare :

« Es ergibt sich..., dass die Komposition der Saga, ...nicht besonders geschickt ist ».

  • 5 G. Turville-Petre: Origins of Icelandic Literature, Oxford 1953, p.242.

22L'opinion de G. Turville-Petre5 est déjà plus nuancée. Certes, il écrit:

« This (c'est-à-dire la Eyrb.) has none of the excellencies of construction which are admired in many sagas ».

23Mais il ajoute ce que l'on peut considérer comme un critère esthétique :

« It is a series of scenes and stories, which follow the disordered course of life itself ».

  • 6 E. Mogk: Geschichte der norw.-isl. Literatur, Strasbourg 1904 (2e éd.) p.752.

24Eugen Mogk6, par contre, se refuse à considérer les « épisodes » de la partie centrale comme des interpolations.

25Suivons plutôt l'opinion de Maurer et d'Ein. Ól. Sveinsson, et écartons toutes les hypothèses hypercritiques que nous venons d'examiner. Considérons que nous avons devant nous la saga sous une forme proche de celle de l'original ; analysons son contenu, étudions minutieusement sa structure afin de voir si réellement elle est aussi « épisodique » et aussi pauvrement construite que la plupart des savants ont bien voulu le prétendre.

26En règle générale, les « Islendinga sögur » suivent une construction linéaire, un fait en entraînant un autre ; les événements se suivent chronologiquement, et aucun épisode important ne vient retarder les rapports de cause à effet entre les différentes phases de l'action. Ce n'est pas le cas de la Eyrb. Toutefois, il nous est impossible de déceler quelque inconséquence majeure dans la suite chronologique des événements ou de mettre à jour quelque faiblesse dans la motivation à l'intérieur du récit. Bien au contraire. Mais ces éléments fondamentaux de réalisme ne nous apparaissent pas à la première lecture. Est-ce à cause de l'incapacité de l'auteur, comme certains ont voulu le prétendre, ou bien, comme nous allons essayer de le montrer, parce que l'auteur, modeste, certes, mais conscient de son art, n'hésite pas à s'effacer pour laisser parler d'eux-mêmes les faits qu'il rapporte.

  • 7 Eyrbyggja Saga, The University of Nebraska Press, 1959. Introduction p. xiv.

27La position de l'Américain Lee M. Hollander est fort révélatrice sur cette question. En effet, alors que, dans son introduction à la traduction anglaise de la Eyrbyggja saga7, il déclare :

« ...the whole is built up of loosely connected episodes -so much so, in fact, that one may call it the most episodic of the longer sagas »,

28il ajoute dans une note en bas de page qu'il est entre temps parvenu à une autre conclusion :

« ...there is reason to think that the arrangement of the various seemingly disconnected « episodes » is due to deliberate planning by the author ».

29Il développe son argumentation dans un article paru dans le « Journal of English and Germanic Philology » en avril 1959. Nous allons suivre dans notre exposé les grandes lignes de cette argumentation.

30Après l'introduction habituelle à toutes les sagas, qui narre les événements qui ont conduit à l'émigration en Islande et nous présente les premiers colons et leurs institutions (construction du temple de Θór), l'auteur nous entretient, aux chapitres 15 et 16, d'une affaire quelque peu scabreuse dans laquelle est impliqué Gunnlaugr, fils de Θorbjörn-le-Gros et de Θuriđr Ásbrandsdóttir. Ce Gunnlaugr nous est présenté comme « námgjarn », (i.e. avide de savoir) et il a l'habitude de faire de fréquentes visites à Geirríđr sœur du noble Arnkell, ainsi qu'à une certaine veuve du nom de Katla ; ces femmes sont toutes deux fort versées dans la sorcellerie. Il est inutile de préciser que ces dames sont jalouses l'une de l'autre. Un jour, après avoir passé la journée chez Geirríđr, Gunnlaugr reçoit d'elle l'avertissement de ne pas rentrer chez lui cette nuit-là, car un danger le menace. Il part sans tenir compte de ce conseil, et on le retrouve le lendemain matin, inconscient et meurtri. Le fils de Katla, Oddr, accuse Geirrídr d'être à l'origine du malheur qui a frappé Gunnlaugr ; et l'affaire est portée devant le θing de la Presqu'île-de-Θór par Θorbjörn, qui est soutenu dans son procès par son beau-frère Snorri. Geirríđr est défendue par son frère Arnkell qui obtient son acquittement.

31Appelons cette action « A »

32A ce moment, dans le cours ordinaire d'une saga, on s'attendrait à une vengeance immédiate de Arnkell qui châtierait dénonciateur et accusateur. Ce n'est pas le cas, car l'auteur intercale alors les longs chapitres 18 et 19 où sont rapportés les tragiques événements entraînant la mort de Θorbjörn, de la main de Θórarinn, fils de Geirríđr. Ce dernier appelle à l'aide ses parents pour échapper à la vengeance de Snorri, qui ne manquera pas de suivre. Le lecteur, rempli d'appréhension, se demande comment Θórarinn pourra résister à son puissant adversaire.

33Appelons cette action « B »

34Mais de nouveau, l'auteur le laisse provisoirement sur sa faim et revient à l'action « A ». Il nous raconte dans le chapitre 20 comment Arnkell et Θórarinn se vengent de la sorcière Katla et de son fils Oddr : la première est lapidée, et le second est pendu.

35Ce n'est que lorsque cette vengeance est accomplie que Θórarinn choisit de quitter le pays plutôt que de s'engager dans un dangereux procès qui le ruinerait financièrement, même s'il parvenait à l'emporter (chap. 21 et 22 : retour à l'action « B »).

36Citons un autre exemple encore plus probant d'entrelacement des actions. Au chapitre 23 ; l'auteur nous décrit une altercation entre un berger de Snorri et un certain Björn, parent de Vigfúss, lui-même voisin de Snorri. Björn assomme le berger ; Már, oncle de Snorri, intrevient alors et inflige une grave blessure à Björn. Avant l'ouverture du procès, au θing de Θórsness, on parvient à un arrangement qui annule la plainte de Vigfúss, homme plein d'arrogance. Nous sentons alors qu'il médite de se venger de Snorri.

37Appelons cette action « C »

38Au lieu de nous présenter immédiatement l'exécution de cette vengeance, pendant que le lecteur garde encore en mémoire cette affaire non réglée, l'auteur nous entretient brièvement de la découverte du Groenland par Eric le rouge et de son établissement là-bas (cap. 24) ; puis il revient à l'action « B » et nous parle du séjour de órarinn et de son parent Vermundr auprès du jarl Hákon de Norvège. Dans ce même chapitre 25, nous apprenons que le jarl Hákon offre à Vermundr comme cadeau d'adieu deux berserks de sa suite. Rentré en Islande, Vermundr veut se débarrasser de ces deux individus gênants, et les offre en gage d'amitié et de réconciliation à son frère Styrr.

39Appelons cette action « D »

40Nous sommes alors particulièrement curieux de savoir comment Styrr va bien pouvoir s'accommoder de la présence de ces deux gêneurs. Cependant, l'auteur se réserve de satisfaire plus tard notre curiosité et revient à l'action « C ». Le chapitre 26 nous conte comment Vigfúss cherche à se venger de Snorri par l'intermédiaire d'un de ses esclaves auquel il promet la liberté en échange de la tête du godi. L'esclave échoue dans sa tentative d'assassinat, et Snorri, furieux, se rend sur-le-champ chez Vigfúss et l'abat. Dans le chapitre suivant (27), la veuve de Vigfúss, Θorgeirđr, finit par obtenir, grâce à un ingénieux stratagème, l'aide d'Arnkell. Dans le procès qui s'ensuit, Snorri échappe à toute condamnation, et seul son oncle Már est banni pour trois ans. Ainsi se termine cet épisode « C ».

41Ce n'est qu'alors que l'auteur revient à l'action « D » et que nous lisons au chapitre 28 comment Styrr se débarrasse de ses berserks en les tuant tous les deux dans leur sauna, et comment, à cette occasion, il se réconcilie avec Snorri. C'est la fin de l'action « D ».

42Ainsi, nous avons de nouveau un entrelacement des actions sur le schéma : C-B-D-C-D. Chacune de ces actions étant terminée, Θorgerdr et Θórarinn sont « sortis de la saga », et l'auteur va passer à un autre complexe d'actions.

43Le cas suivant d'entrelacement d'actions est encore plus compliqué : ces actions, en effet, couvrent les deux tiers restants de la saga, et il sera bien difficile de les suivre si l'on n'a pas devant les yeux le texte de cette saga.

44Le chapitre 29 nous apprend que Snorri marie sa demi-sœur Θuríđr, veuve de Θorbjörn, à un certain Θóroddr qui a fait fortune dans les conditions très particulières que nous connaissons, Θuríđr supporte aussi bien la perte de son premier mari que la présence de son second mari, surtout depuis qu'elle entretient des relations amoureuses avec le galant Björn-de-la-Large-Baie. Θóroddr, bien entendu, voit d'un très mauvais œil les fréquentes visites de Björn à Fróđá et lui tend un guet-apens. Björn a la vie sauve et tue même les deux fils de Θórir, alliés de Θóroddr. Ce dernier demande l'aide de Snorri dans le procès qui suit : Björn est banni pour trois ans, mais il n'est pas pour autant « sorti de la saga ».

45Appelons cette action « E »

46En attendant le retour de Björn, les longs et mouvementés chapitres 30-34 nous content les nombreuses machinations de ce vieil avare de Θórólfr-le-Boiteux.

47Nous apprenons comment il vole le foin de son voisin Úlfarr, met le feu à la maison de ce dernier et se débarrasse de lui en le faisant assassiner. Finalement, après avoir échoué dans sa tentative de s'approprier les biens de Úlfarr, il meurt de dépit et hante dangereusement le voisinage. De son vivant, il avait cherché à monter l'un contre l'autre son fils Arnkell et le godi Snorri, mais sans succès apparent. Cependant, après que le fantôme de Θórólfr est écarté pour un temps par une nouvelle inhumation, la tension ne cesse de croître entre Snorri et Arnkell, surtout après que ce dernier a tué un berger de Snorri (cap. 35), et que Snorri a cherché à faire assassiner Arnkell (chap. 36). Le chapitre 37 nous décrit comment Arnkell est finalement attaqué par surprise et tué par Snorri et les fils de Θorbrandr. Sa veuve ne parvient pas à obtenir réparation ; Snorri n'est pas condamné, et seul Θorleifr kimbi est exilé pour trois ans.

48Appelons cette action « F »

49Au cours de son voyage à l'étranger, Θorleifr se brouille avec Arnbjörn, frère de Björn de l'action « E ». Appelons cette nouvelle action « G ». Θorleifr remet sa vengeance à plus tard (chap. 39).

50A son retour, Björn reprend son badinage amoureux avec uridr (chap. 40, action « E »).

51Au chapitre 41, Θorleifr demande la main de Helga, fille de Θorlákr et sœur de Steinθórr et de Θórđr bligr. Il est éconduit par ce dernier qui se moque de lui à cause d'une brûlure reçue lors de sa querelle avec Arnbjörn, beau-frère de Θórđr. Θorleifr et ses frères, assoiffés de vengeance, tentent sans succès d'assaillir Arnbjörn dans sa maison (chap. 42, action « G » de nouveau).

52Ils envoient alors un esclave avec la mission d'assassiner l'un des habitants de la Large Baie (chap. 43). Cette tentative échoue et conduit aux batailles sanglantes de l' Álptafjord (chap. 44) et du Vigrafjord (ch. 45), entre, d'une part, Snorri et les fils de Θorbrandr, et d'autre part, les habitants des Sablons et ceux de la Large Baie. Au chapitre 46, Vermundr-le-Svelte parvient à établir un compromis entre les deux clans qui quittent le θing réconciliés.

53Nous revenons alors à l'action « E » pour être témoins de la tentative d'assassinat de Snorri sur la personne de Björn lorsque ce dernier refuse de mettre un terme à sa liaison avec Θuriđr. Björn finit alors par consentir à quitter la région (chap. 47). Mais il n'est pas encore définitivement « sorti de la saga ».

54Ensuite, après deux brefs chapitres touchant l'émigration des fils de ©orbrandr au Groenland (chap. 48) et l'établissement du christianisme en Islande (chap. 49), vient le long récit des événements fantastiques qui se sont déroulés à Fróđá après la mort de la mystérieuse Θórgunna. Les chapitres 50-55, nous content les agissements des revenants, tels Θóroddr et son équipage, qui ont péri en mer. Ces fantômes sont finalement bannis par un tribunal improvisé et par les exorcismes d'un prêtre, appelé à la rescousse.

55Après le chapitre 56 qui nous conte la campagne de Snorri dans le Borgarfjord et ses démêlés avec les meurtriers de son beau-père Víga-Styrr, l'auteur de la Eyrb. introduit un nouvel épisode qui nous entraîne assez loin de la Presqu'île-de-Θór. Cet épisode nous décrit les méfaits du pirate óspákr qui pille et ravage les côtes du district de Bitra (chap. 57-62). Snorri, appelé à l'aide, met sur pied une expédition contre lui et son acolyte Hrafn. Le chapitre 62 nous rapporte la fin tragique de ces deux pirates et le démantèlement de leur camp fortifié.

56Et puis, alors que nous avons presque tout oublié à son sujet, Θórólfr-le-boiteux fait un retour fort remarqué. Sous l'apparence d'un taureau (Glœsir), il se venge définitivement de l'homme qui s'est approprié ses terres en l'éventrant de ses cornes (chap. 63). Fin de l'action « F ».

57Enfin, avant d'abandonner pour toujours les héros de notre saga, nous apprenons ce qu'il est advenu de Björn que l'on supposait péri en mer : il est découvert par des Islandais jetés sur le rivage par la tempête, sous les traits d'un grand chef, dans le fabuleux Hvitra-mannaland (Pays des Hommes Blancs), connu également sous le nom de Grande Irlande. Björn s'enquiert du destin de Θuriđr, sa bien-aimée, et de Kjartan, son fils. Il aide ses compatriotes à quitter ces rivages inhospitaliers et leur confie un précieux anneau d'or pour Θuriđr et une bonne épée pour Kjartan. C'est ainsi que prend fin l'action « E ».

58Le dernier chapitre de la saga nous entretient de la fin du godi Snorri et nous cite sa nombreuse descendance.

59Ainsi, dans cette partie essentielle de la Eyrb., nous avons le schéma suivant : E-F-G-E-G-E-F-E.

60Si elle ne nous était pas ainsi présentée de façon schématique, cette suite d'actions inextricablement entrelacées nous serait fort difficile à suivre. Bien entendu, le lecteur moderne qui a sous les yeux un beau texte imprimé peut à loisir revenir en arrière pour débrouiller l'écheveau des actions. Mais on reste émerveillé devant l'agilité mentale des auditeurs islandais, capables d'une telle prouesse.

  • 8 Lee M. Hollander : JEGP 58, avril 1959, p.227.

61Ceci nous montre que, à la différence d'une nouvelle ou d'un roman classiques, les sagas ne peuvent être lues passivement. Leur lecture requiert une certaine part de coopération de la part du lecteur ; ce dernier, en effet, doit faire l'effort de se mettre à la place de l'auditeur islandais qui participe vraiment à leur lecture. Lorsque l'on conçoit la lecture des sagas dans une telle perspective, on aboutit à la conclusion que l'entrelacement des actions n'est ni l'effet du hasard, ni la preuve de l'incapacité de l'auteur, mais que, comme l'écrit Lee M. Hollander8 :

« ...it shows conscious planning on the part of an author who has in mind an audience that is constantly on the qui-vive and able to follow this method of presentation. He does not merely string along the traditions of his countryside artlessly — popular tradition does just that — but arranges them to suit his purpose.
Esthetically, it would seem that this technique of inter-braiding several strands of action serves to create suspense, similar to the premonitions and predictions which are so frequently used in the sagas ».

C. Methode de composition adoptee par l'auteur.

62Mais il y a une autre raison qui a conduit l'auteur à entrelacer différentes actions. En effet, comme Lee M. Hollander a omis de le préciser, notre auteur a choisi pour exposer les événements la méthode la plus naturelle du monde ; c'est-à-dire qu'il nous les présente dans l'ordre chronologique dans lequel ils se sont déroulés.

63Cette méthode de présentation lui a posé un problème important : en effet, lorsqu'il avait affaire à deux événements simultanés, il était contraint de recourir à un ordre particulier, résultant d'un choix personnel, dans leur exposition. Mais cette méthode offre aussi plusieurs avantages :

  1. Elle lui évitait tout d'abord de lointains retours en arrière, l'exposant à de multiples répétitions, ce qui se serait inévitablement produit s'il avait choisi une présentation diachronique des événements et avait traité une action in extenso pour ensuite passer à une action parallèle.
  2. Mais le grand avantage de ce mode d'exposition réside surtout dans la faculté que l'auteur avait de créer ce que les Anglo-Saxons désignent d'un mot bien pratique : le « suspense ». En effet, comme l'a précisé plus haut Lee M. Hollander, l'auditoire, sachant que l'action n'est pas terminée, reste toujours sur le qui-vive et attend avec impatience que l'auteur satisfasse sa curiosité bien légitime.

D. Artifices menageant le « suspense »

64L'auteur sait également, au moyen d'artifices savamment dosés, exciter la curiosité de son lecteur. Au nombre de ces artifices, on peut ranger les paroles lourdes de mystère ainsi que les événements prémonitoires que l'on rencontre un peu partout dans la Eyrbyggja :

  1. Un excellent exemple nous est donné à la fin du chapitre 20. La sorcière Katla, avant d'être lapidée, maudit ses bourreaux et prédit à Arnkell qu'il subira par la faute de son père encore plus de malheurs qu'Oddr n'en a endurés à cause de sa mère. Le lecteur, sur le moment, peut ne pas prêter attention à ces paroles, d'autant plus lourdes de sens pourtant qu'elles sont prononcées par quelqu'un qui va mourir. Lorsqu'il est parvenu au seuil du chapitre 30, il a probablement oublié la malédiction de Katla, car à ce moment-là, Arnkell est au sommet de sa puissance. Mais au fur et à mesure qu'il progresse dans sa lecture, il s'aperçoit que la terrible malédiction est en marche, et lorsque Arnkell tombe sous les coups de Snorri, le lecteur sait qu'il était depuis longtemps condamné.
  2. Un double présage se trouve également dans le chapitre 43 : l'esclave Egill est en effet témoin d'une scène au cours de laquelle un aigle saisit dans ses serres un gros chien de berger et s'envole sur la tombe de Θórólfr, de l'autre côté du Fjord des Cygnes ; là, l'aigle disparaît avec sa proie dans le tumulus funéraire (haugr.). Θorbrandr, auquel Egill raconte la scène, pense que ceci est le présage d'événements extraordinaires. Un peu plus loin dans le même chapitre, Freysteinn, fils adoptif de Θorbrandr, mène paître ses moutons sur la colline de Geirvör et aperçoit une tête de mort qui prononce ces vers mystérieux :

« Rouge est Geirvör
Du sang des braves.
Sûr, elle abrite
Les crânes des héros ».

65Freysteinn rapporte ces vers à Θorbrandr qui y voit l'annonce d'événements peu communs. Le lecteur n'a pas longtemps à attendre, et les chapitres 44-45 lui apportent le récit des sanglantes batailles de l' Álptafjord (qui se déroule sur la colline de Geirvör) et du Vigrafjord.

66L'auteur utilise de brèves notations qui guident le lecteur et ménagent des transitions entre les différentes actions. Ainsi, lorsqu'il nous parle incidemment de Björn breiđvíkingakappi, au chapitre 15, il ajoute que nous retrouverons plus tard ce personnage dans la saga (er enn kemr sídar viđ θessa sögu). De même, lorsqu'il revient à une action qu'il a laissée en suspens, il introduit cette action par une courte notation dans le genre de celles-ci :

« Nú skal segja frá Birni... » (chap. 5)
(Il faut maintenant parler de Björn...)
« Nú er at segja frá θeim Vermundi ok Θórarni svarta, at
θeir kómu... » (chap. 25)
Il convient maintenant de parler de Vermundr et de
Θórarinn, qui arrivèrent...)

67Un autre exemple remarquable de la volonté qu'a l'auteur de mener son récit nous est donné au chapitre 6 :

« Ok θarf hér ekki at segja frá θeira manna landnámum, er eigi koma viđ θessa sögu ».
(Il n'est pas besoin de parler ici des prises de possession des colons, dont il n'est pas question dans cette saga).

68L'auteur n'abandonne jamais le lecteur à lui-même, et il jalonne son récit de discrets points de repère qui permettent au lecteur de retrouver son chemin dans le cours quelquefois embrouillé de l'action.

Notes

1 Finnur Jónsson : Den islandske Littérature Historie, 1907, p.244.

2 Eirikur Magnússon: Saga Library, II, 1892, Introduction, p. XXIX.

3 S. Bløndal, « Um Uppruna Eyrbyggju », in Fs. til Finnur Jónsson, Køben-havn 1928, pp.15-18.

4 H. Gering: Eyrbyggjasaga, Anord. Sagabibliothek 6, Halle 1897, Introduction p. XIV.

5 G. Turville-Petre: Origins of Icelandic Literature, Oxford 1953, p.242.

6 E. Mogk: Geschichte der norw.-isl. Literatur, Strasbourg 1904 (2e éd.) p.752.

7 Eyrbyggja Saga, The University of Nebraska Press, 1959. Introduction p. xiv.

8 Lee M. Hollander : JEGP 58, avril 1959, p.227.

© Presses universitaires de Caen, 1971

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter