Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Composition de la Eyrbyggja Saga

 | 
Jean-Pierre Mabire

III. La matière de la Eyrbyggja

Texte intégral

Après avoir tenté de situer la date de la composition de la Eyrb. et être parvenus à la période qui s'étend entre 1210 et 1230, nous allons pouvoir nous pencher maintenant sur les sources de cette saga en essayant de montrer avec précision où l'auteur a puisé la matière de son œuvre.

Comme nous l'avons déjà laissé entendre, l'auteur de la Eyrb. avait à sa disposition des sources écrites aussi bien qu'une abondante tradition orale. Il est évident qu'il sera fort difficile de faire le partage entre les documents écrits et les documents oraux qu'il a utilisés, car, si certains textes sont parvenus jusqu'à nous, d'autres, que l'auteur avait devant lui lorsqu'il composa son œuvre, ont pu être irrémédiablement perdus au cours des ans.

A) Les sources écrites.

1Examinons d'abord les sources écrites auxquelles l'auteur a très certainement recouru :

21° Sur sa table de travail se trouvait probablement un court texte rédigé par Ari inn frodi et intitulé « Aefi Snorra gođa » (biographie du gođi Snorri). Cette aefi contenait une chronologie de la vie de Snorri et nous donnait les noms de ses enfants ; ce texte se trouve dans le manuscrit important dont nous avons déjà parlé, la Melabók, qui renferme également une version de la Ldnb. La plupart des savants pensent que ce texte est indépendant et n'appartient pas à la Ldnb. sur laquelle nous reviendrons plus tard.

32° L'auteur de la Eyrb. a eu à coup sûr connaissance de la Heiđarvíga saga à laquelle il se réfère au chapitre 65. Il a utilisé certainement la première partie de cette saga pour les événements qu'il rapporte au sujet de Víga-Styrr, héros de cette première partie. L'« épisode » des berserks qui nous est raconté dans les chapitres 25 et 28 de la Eyrb. se retrouve également dans les chapitres 2 à 5 de la « Víga-Styrs saga », nom qui a été donné à la première partie de la Heid. Cet épisode nous est raconté sans divergences majeures dans les deux sagas. Il est donc permis de penser qu'il existait déjà sous une forme élaborée et formait un « θáttr » (court récit en prose). Dans ce cas, les auteurs de ces deux sagas ont pu utiliser le même « θáttr ». De même, les sanglantes batailles qui suivirent la mort de Styrr nous sont rapportées dans les chapitres 9 et 10 de la « Víga-Styrs saga » avec beaucoup plus de détails que dans le chapitre 56 de la Eyrb., qui n'insiste pas sur ces événements extérieurs à la Presqu'île-du-Mont-des-Neiges.

43° Nous ne reviendrons pas sur les correspondances qui existent entre la Eyrb. et la Gísla saga. Plusieurs phrases du chapitre 13 de la Eyrb. présentent en effet un parallélisme littéral avec d'autres phrases de la Gísla. Il est donc fort probable que les deux sagas aient puisé à la même source orale, si l'on écarte l'hypothèse de l'emprunt.

54° L'auteur connaissait également l'action décisive de Snorri lors de l'adoption du christianisme comme religion d'Etat en l'an 999. Ces événements nous sont contés avec un grand luxe de détails dans la Kristni saga, mais comme leur relation n'entre pas dans son sujet, l'auteur de la Eyrb. n'y fait qu'une brève allusion au chapitre 49. Il se contente de dire quelques mots sur l'implantation du christianisme dans la Presqu'île-du-Mont-des-Neiges et sur la construction des églises dans cette région.

65° La Eiríks saga rauda raconte également, avec beaucoup plus de détails, bien entendu, les événements décrits au chapitre 24 de la Eyrb., événements qui ont abouti à la découverte et à la colonisation du Groenland. Mais ni la Eiríks saga rauda, ni la Ldnb. ne nous parlent de l'émigration au Groenland de orleifr kimbi, fils de orbrandr (Eyrb. chap. 48). Quant à attribuer à ce dernier l'origine du toponyme « Kimbavágr » (Baie de Kimbi), comme le fait l'auteur de la Eyrbyggja, cela relève de la plus haute fantaisie.

7En revanche, la Eiríks saga rauđa aussi bien que la Ldnb. nous entretiennent du destin de son frère Snorri orbrandsson : la Ldnb. (II, 14) nous dit qu'il s'établit sur les rives de l' Álptafjord, au Groenland ; toutefois, la saga d'Eric le Rouge (chap. 41) diverge sensiblement de la Eyrb. : d'après elle, ce n'est pas Snorri qui tombe sous les flèches des « Skraelingar » au « Bon Pays du Vin » (Vínland hit gođa), mais son fils orbrandr Snorrason. Cependant, dans le cas présent, il peut s'agir d'une inversion malheureuse d'un scribe.

86° Nous n'insisterons pas à nouveau sur les rapports entre la Laxdœla saga et la Eyrb. L'échange de domaines entre Snorri et Guđrún, qui nous est brièvement signalé au chapitre 56 de la Eyrb., nous est décrit en détail au chapitre 56 de la Laxd., où la raison de cet échange nous est donnée : Gudrún en effet ne voulait pas vivre plus longtemps dans le même district que les meurtriers de son mari, Bolli.

97° Comme nous l'avons déjà indiqué plus haut, l'auteur de la Eyrb. connaissait les grands événements de la Njála qui ne sera couchée sur le vélin que beaucoup plus tard. La fin tragique de Gunnarr Hâmundarson (Njála, chap. 76 sqq), le bouillant ami de Njáll, était restée dans toutes les mémoires, et l'auteur de la Eyrb. l'avait certainement entendu raconter ou bien en avait lu le récit dans la Ldnb. (V, 3-5, 12). Dans l'allusion à cet événement contenue dans le chapitre 47 de la Eyrb., nous ne décelons que deux divergences mineures avec la Njála : cette dernière indique que 40 hommes étaient présents lors de l'ultime assaut contre la demeure de Gunnarr, tandis que la Eyrb. donne le chiffre de 80 ; d'autre part, dans la Njála, c'est Gizurr-le-Blanc, et non Geirr, qui remarque que Gunnarr a la corde de son arc rompue et ne peut plus tirer.

108° Les correspondances entre la Bjarnar saga hítdœlakappa et la Eyrb. sont fort réduites. Elles se résument à deux strophes quasi identiques et à un motif parallèle : ces deux strophes, qui sont prononcées dans la Eyrb. par Björn breiđvikingakappi (chap. 40), se retrouvent avec des variantes mineures dans la saga de Björn hítdcelakappi (chap. 21) auquel elles sont attribuées. Il est clair que la similitude des noms des deux poètes a dû conduire très tôt à une confusion de leurs œuvres. D'autre part, il est intéressant de remarquer le motif parallèle du fils naturel dans les deux sagas : le Kjartan de la Eyrb. a en effet son correspondant en la personne de Kolli dans la saga de Björn. Il est fort probable que, dans ce cas, nous ayons affaire à un emprunt de la Eyrb. à la saga de Björn.

119° Le procès entre Illugi-le-Noir et orgrímr Kjallaksson qui nous est relaté au chapitre 17 de la Eyrb. se retrouve dans le chapitre 4 de la saga du scalde Gunnlaugr-Langue-de-Serpent (Gunnlaugs saga Ormstunga), fils d'Illugi-le-Noir. Mais dans le cas présent, il est inutile de supposer un emprunt d'une saga à l'autre, car l'auteur de la Eyrb. a certainement utilisé deux strophes du scalde Oddr-du-Large-Fjord.

12Ainsi, comme nous venons de le constater, l'auteur de la Eyrb. inclut dans son œuvre une matière que l'on retrouve dans d'autres sagas. Ces sagas, lors de la rédaction de la Eyrb., existaient déjà par écrit, ou bien les grands événements qu'elles devaient plus tard raconter étaient déjà connus grâce à la tradition orale et à une source infiniment précieuse, la Landnámabók.

1310° Nous n'essaierons pas, dans le cadre restreint de cette étude, d'examiner la tradition manuscrite de la Landnámabók, car l'histoire de ce livre est extrêmement obscure, surtout dans sa première période. La Landnámabók (Livre de la Colonisation) est une espèce de terrier dans lequel sont consigné les noms de tous les premiers colons de l'Islande. Elle nous indique également les limites de leurs domaines et nous donne la liste de leurs descendants.

Ce livre d'une valeur inestimable pour les savants contient en outre de courtes anecdotes (frásagnir) au sujet des premiers colons et de leurs descendants illustres. Ces anecdotes constitueront une source de premier ordre pour les auteurs des sagas du xiiie siècle.

Beaucoup de savants ont voulu attribuer à Ari la paternité de la Landnámabók. Cette question n'est toujours pas élucidée, et G. Turville-Petre nous expose les différents points de vue sur ce sujet dans son remarquable ouvrage « Origins of Icelandic Literature » (chap. IV, pp. 88-108). Il est clair en tout cas que, même si Ari en personne n'a pas rédigé la première version de la Landnámabók, il a, par ses écrits historiques nombreux et documentés, grandement contribué à l'élaboration de cette première version.

  • 1 Jón Jóhannesson : Gerđir Landnámabókar, R-vfk 1941 (pp. 213 sqq.).

Il est beaucoup plus difficile en revanche de préciser quelle version de la Ldnb. l'auteur de la Eyrb. a eue entre les mains. L'auteur de la Laxd. se réfère dans ses généalogies à un livre qui ressemble beaucoup à la Ldnb. Jón Jóhannesson a montré dans son précieux ouvrage « Gerđir Landnámabókar »1 que ce livre ne pouvait être la « Styrmisbók », version de la Ldnb. compilée par Styrmir Kárason vers 1240. Le texte en question est plus court, plus pauvre et certainement plus ancien que la Styrmisbók. Ari est-il l'auteur de cette version, comme semble le penser Turville-Petre ? Ce n'est pas impossible. Il est probable que l'auteur de la Eyrb., qui, comme Ari et l'auteur de la Laxd., est originaire des Fjords de l'Ouest, a connu et utilisé, lui aussi, cette version ancienne de la Ldnb., comme nous le laisse supposer le passage précédemment cité dans lequel l'auteur de la Eyrb. se réfère à Ari en personne (chap. 7).

Nous n'allons pas, bien entendu, relever tous les passages de la Eyrb. qui se retrouvent sous une forme abrégée ou détaillée dans la Ldnb. Cette énumération serait trop longue et trop fastidieuse pour le lecteur. Qu'il soit donc permis de donner seulement quelques exemples : dans le deuxième livre de la Ldnb., les colons du Large Fjord nous sont présentés ; on nous y rapporte l'établissement de órólfr Mostrarskegg, ancêtre de Snorri, sur les rives de la Presqu'île-de-ór (II, 12). Les indications généalogiques du début du chapitre 7 de la Eyrb. ne sont qu'un abrégé de celles de la Ldnb. (II, 9-13). Les chapitres 16-22 de la Eyrb. se retrouvent résumés dans la Ldnb. II, 9). Nous pourrions multiplier ainsi les exemples à l'infini. La Ldnb. a en effet fourni à la Eyrb. un grand nombre d'informations sur l'établissement des premiers colons.

B) Les sources orales.

Mais l'auteur de la Eyrb. se fonde surtout sur une riche et active tradition orale. Comme nous allons le voir maintenant, cette tradition orale est fort diversifiée : elle comprend aussi bien de nombreuses anecdotes sur les surnoms des personnages de la saga et sur les toponymes de la région que plusieurs strophes scaldiques renfermant d'utiles renseignements pour l'auteur de cette saga. Ce dernier a également prêté une oreille attentive aux légendes, aux récits de fantômes et de sorcières, ainsi qu'aux superstitions de l'ancien temps. Examinons ces différentes sources dans l'ordre dans lequel nous venons de les présenter :

1° Les surnoms.

Les surnoms des personnages de la saga ont pour origine de nombreuses anecdotes : ainsi, le malveillant órólfr-le-boiteux doit son surnom à une blessure à la jambe reçue lors d'un « holmgangr ». Cette anecdote nous est contée au chapitre 8.

Le second mari de uríđr, óroddr, doit son surnom de « skattkaupandi » (acheteur de tribut) à l'anecdote suivante : un navire qui transportait le tribut payé par les Mannois au jarl Sigurdr des Orcades, s'était fracassé contre les écueils d'un îlot inhabité au nord de l'Irlande, óroddr, en route pour l'Islande, vint à passer par là, et les naufragés le supplièrent de les secourir. Il leur laissa sa chaloupe en échange d'une grande partie du tribut.

Björn Ásbrandsson a reçu son surnom de « breiđvíkingakappi » lors de son séjour au Jómsbórg auprès du légendaire Palnatoki. Ses exploits chez les Jómsvikingar nous sont contés brièvement à la fin du chapitre 29.

2° Les toponymes.

Mais ce sont surtout les toponymes qui ont conservé intact le souvenir des événements du temps passé. En effet, la plupart des toponymes islandais sont des composés : la deuxième partie du nom précise la nature du lieu en question, tandis que la première partie évoque le souvenir du personnage ou de l'événement qui a laissé son nom à ce lieu. Ces toponymes sont une matière qui résiste particulièrement bien à l'érosion des ans, et les événements qui y sont attachés sont parvenus à l'auteur de la saga, qui s'est empressé de les utiliser et de les fondre dans le cours de son récit. Citons quelques exemples caractéristiques :

  1. Le nom d'Helgafell (Montagne Sacrée) est riche de traditions et de légendes que l'auteur nous conte au chapitre 4 de la Eyrb.

  2. Un autre exemple plus probant nous est fourni au chapitre 18 dans le toponyme « raelaskrída » (Glissade des Esclaves) : Nagli, un Ecossais véloce au service d' Álfrgeirr, capitaine d'un bateau venant des Hébrides, s'enfuit du combat opposant orbjörn-le-Gros et ses hommes à órarinn-le-Noir, aidé d'Álfgeirr. Il rencontre dans sa fuite deux esclaves de órarinn et les conjure de le suivre, car l'issue du combat est à coup sûr défavorable pour órarinn et pour son maître. A ce moment, ils voient une troupe de cavaliers arrivant au galop. Pensant que ordjörn et ses hommes les poursuivent, ils prennent leurs jambes à leur cou et décampent au plus vite. Ces cavaliers sont en réalité órarinn et ses alliés qui tentent de rattraper Nagli et les esclaves avant que ceux-ci ne fassent une chute mortelle du haut des falaises. Ils parviennent à atteindre Nagli à temps, mais les esclaves tombent et se tuent sur les rochers. Telle est l'anecdote qui est à l'origine de ce toponyme.

  3. Nous trouvons un autre exemple au chapitre 37 : Arnkell, attaqué dans la ferme de Ørlygsstađir par Snorri et les fils de orbrandr, envoie deux de ses esclaves prévenir ses hommes à Bólstadr. L'un d'eux, dénommé Ófeigr, auquel la panique a fait perdre la tête, se précipite dans une cascade et s'y noie. Depuis lors, la cascade porte le nom de « Ófeigsfors » (cascade d'Ófeigr).

  4. Pour finir, nous citerons l'exemple qui nous est fourni au chapitre 43. On nous y raconte l'histoire de l'esclave Egill, au service des fils de orbrandr. Ces derniers lui demandent, en échange de sa liberté, d'assassiner l'un des habitants de la Large Baie. Egill échoue dans sa tentative, et le lendemain, il est exécuté dans la gorge qui porte désormais son nom (Egilsskarđ).

3° Les strophes scaldiques.

Nous pourrions encore étudier plusieurs autres toponymes, tout aussi révélateurs, comme le « Glaesiskelda » (marais de Glœsir), à la fin du chapitre 63, mais nous préférons en rester là pour passer à une autre source fort importante pour notre saga : les strophes scaldiques. La Eyrbyggja contient 37 strophes au total, que l'on peut ranger en deux groupes : nous avons d'un côté les strophes formant un poème complet ou extraites de poèmes plus importants, et de l'autre les strophes improvisées, ou « lausavísur ». Au premier groupe appartiennent les deux strophes extraites de la « Illuga-drápa », composée par le scalde Oddr-du-Large-Fjord, les cinq strophes extraites des « Hrafnsmál » du scalde ormódr Trefilsson, ainsi que les 17 « Máhlíđingavisur » du scalde órarinn-le-Noir, qui sont certes improvisées, mais ont été rapidement réunies en un tout. Le deuxième groupe comprend, outre la « staka », prononcée par une tête de mort, les deux visur des berserks, la visa attribuée à Víga-Styrr, ainsi que les poèmes de Björn breíđvikingakappi ; à ce groupe, on peut ajouter également les deux vísur que l'auteur a placées dans la bouche de la vieille mère nourricière de óroddr orbrandsson.

Nous n'essaierons pas ici de faire le partage entre les strophes authentiques et celles inventées de toutes pièces par l'auteur de la saga, car cela suppose une connaissance approfondie de la poésie scaldique que nous sommes loin de posséder. Il y a bien un moyen assez rudimentaire pour établir l'authenticité de certaines strophes : lorsque ces strophes sont accompagnées de quelques lignes de commentaire en prose, qui n'ajoutent rien à l'action décrite dans la strophe, mais ne sont là qu'à titre explicatif, il y a de fortes chances que ces strophes soient authentiques. Mais il peut y avoir des strophes authentiques qui ne satisfont pas à cette condition : l'auteur peut par exemple ajouter à la description de l'action une ou plusieurs strophes scaldiques qui n'ont d'autre fonction que d'apporter un caractère d'authenticité à son récit, comme c'est probablement le cas des « Hrafnsmál » de ormóđr Trefilsson, qui célèbrent les hauts faits de Snorri.

Etudions ces différentes strophes scaldiques en essayant de montrer l'importance qu'elles ont dans l'action de la saga.

  1. Commençons par les deux strophes extraites de la « Illuga-drápa » (poème funèbre à la gloire d'Illugi) et composées par le scalde Oddr qui vécut vers l'an mille. Il est clair que ces deux strophes constituent le noyau du chapitre 17 ; l'auteur de la saga a composé ce chapitre autour de ces strophes et l'a intercalé dans le cours de son récit parce qu'il connaissait ces deux strophes et voulait les utiliser.

  2. Le deuxième grand groupe de strophes scaldiques est représenté par les 17 « Máhlíđingavísur », dans lesquelles órarinn-le-Noir chante ses propres louanges. Le chapitre 19 est entièrement construit sur les seize strophes prononcées par órarinn ; les quelques lignes de prose qui se trouvent entre les strophes ne sont là qu'à titre explicatif et n'ajoutent rien au récit des événements. Elles ne servent qu'à introduire les vers du scalde et ménagent une transition entre chaque strophe.

  3. Les deux strophes du chapitre 28 attribuées aux berserks, ne sont bien entendu pas authentiques. Comment en effet ces deux individus incultes et de langue suédoise auraient-ils pu posséder une si parfaite maîtrise de la langue islandaise, et surtout de l'art ô combien raffiné de la poésie scaldique ? Il est possible que ces deux strophes aient été composées par un poète inconnu et fassent partie intégrante d'un hypothétique « berserkja θáttr » (récit des berserks). Si l'on écarte cette hypothèse, il faut admettre qu'elles ont été composées par l'auteur de la saga lui-même. On peut formuler les mêmes conclusions au sujet de la strophe attribuée à Víga-Styrr et qui se trouve dans le même chapitre.

  4. Il est difficile de porter un jugement sur les strophes attribuées à Björn breiđvíkingakappi. Ce sont de fort beaux poèmes d'amour ; mais comme Björn n'est pas cité en dehors de la Eyrb., à l'exception d'un passage de la Ldnb., interpolé de la Eyrb., on ne sait s'il a existé réellement. Comme nous l'avons vu plus haut, les deux premières strophes du chapitre 40 se retrouvent presque inchangées dans la saga de Björn hítdœlakappi, et il est vraisemblable de supposer un emprunt de la Eyrb. à cette dernière. Ajoutons pour terminer que les poèmes de Björn, empreints de lyrisme, n'apportent aucun élément nouveau à l'action de la saga.

  5. Chacune des cinq strophes, extraites des « Hrafnsmál » (Discours du Corbeau) et attribuées à ormódr Trefilsson célèbre un haut fait de la vie de Snorri :

  • la première (chap. 26) concerne le meurtre de Vigfúss.

  • la deuxième (chap. 37) concerne le meurtre d'Arnkell.

  • la troisième (chap. 44) concerne la bataille du Fjord des Cygnes.

  • la quatrième (chap.56) concerne la campagne de Snorri dans le Borgarfjord et le combat qui s'est déroulé au θing de la Presqu'île-de-ór.

  • la cinquième (chap. 62) concerne l'expédition contre Óspákr et la fin de ce dernier dans son camp retranché.

ormóđr Trefilson, lui non plus, n'est pas cité en dehors de la Eyrb., excepté dans un passage de la Melabók certainement interpolé de notre saga. Faut-il pour cela mettre en doute son existence réelle, ainsi que l'authenticité de ses poèmes ? Il est clair que ceux-ci n'apportent aucun élément nouveau à l'action de la saga ; mais peut-être l'auteur a-t-il voulu les ajouter à la relation des événements pour conférer à ces derniers un caractère d'authenticité.

Nous n'insisterons pas sur les deux vísur que l'auteur a placées dans la bouche de la vieille mère nourricière de óroddr orbrandsson, qui sont bien entendu inauthentiques.

4° Légende et récits fabuleux.

Un autre aspect de la tradition orale est représenté par les légendes et les récits fabuleux qui échappent à l'emprise du temps et restent vivants dans les campagnes les plus reculées. L'auteur de notre saga semble fort intéressé par cette matière fantastique à laquelle il fait une large part dans son œuvre. Lorsque les auditeurs de la saga, rassemblés autour du foyer au cours des longues soirées d'hiver, entendaient le récit des méfaits du fantôme de órólfr, plus d'un devait frissonner de terreur.

L'épisode des événements merveilleux de Fróđá, que l'auteur nous conte avec un art achevé, devait déjà exister à l'état de « θáttr » sous une forme élaborée.

L'énigmatique órgunna, originaire des Hébrides, devait de bonne heure avoir fourni matière à des récits fantastiques. Cette órgunna se retrouve également dans la saga d'Eric le rouge, mais dans un contexte différent : elle est toujours originaire des Hébrides, mais a quelques printemps de moins. Au cours de ses pérégrinations, Leifr-l'Heureux, fils d'Eric le rouge, la rencontre et a une liaison amoureuse avec elle. Quelques mois plus tard, elle met au monde un fils qui, lorsqu'il sera devenu adulte, ira avec sa mère rejoindre Leifr au Groenland. L'auteur de notre saga a dû avoir connaissance d'une autre version de cette histoire et c'est cette version qu'il nous raconte dans les chapitres 50 à 55. On retrouve dans ce récit tous les éléments des contes fantastiques islandais : la pluie de sang, la lune de malédiction qui avance dans une direction opposée à celle du soleil, et enfin le phoque qui est la « fylgja », ou esprit tutélaire de órgunna. On y rencontre aussi le cortège des revenants qui viennent s'asseoir autour du feu dans le « eldskáli » (pièce du foyer) pour y sécher leurs vêtements détrempés. Dans le dernier épisode de notre saga, qui se déroule sur la Presqu'île-du-Mont-des-Neiges, le fantastique reprend ses droits. Ainsi, la couleur du taureau aperçu près de la vache qui mettra bas Glæsir, est-elle caractéristique de son origine surnaturelle. Glæsir, qui héritera de cette robe gris pommelé, retournera à son élément naturel, l'eau, après avoir tiré vengeance de óroddr orbrandsson.

Notes

1 Jón Jóhannesson : Gerđir Landnámabókar, R-vfk 1941 (pp. 213 sqq.).

© Presses universitaires de Caen, 1971

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter