Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Composition de la Eyrbyggja Saga

 | 
Jean-Pierre Mabire

Introduction

Texte intégral

A — Les sagas islandaises.

1Les sagas islandaises comptent parmi les plus beaux fleurons de la littérature du Moyen Age ; elles constituent d'autre part un phénomène unique à l'intérieur de la littérature de tous les temps. En effet, elles échappent à toute classification à l'intérieur d'un genre dûment codifié : si, par leur contenu, on pouvait leur découvrir une parenté avec nos chroniques médiévales, l'étude de leur forme nous interdirait ce rapprochement, car, à la différence de ces chroniques, rédigées exclusivement en prose, les sagas n'hésitent pas à mêler au récit proprement dit des dialogues, et même des strophes scaldiques improvisées (désignées sous le nom de « lausavisur »).

2La saga apparaît donc comme un genre hybride, présentant des affinités plus ou moins importantes avec les genres épique, dramatique et historique. Ce caractère hybride, qui pourrait nuire à l'unité de ton, confère à la saga une grande souplesse de forme et une infinie variété des effets obtenus.

  • 1 Assemblée des hommes libres d'une région qui se réunissaient au début du printemps sous l'autorité (...)
  • 2 Assemblée générale qui se tenait chaque année au début de l'été sur les Θingvellir (Plaines du Θin (...)

3Les sagas ont également ceci de particulier : elles étaient destinées à être lues à haute voix, que ce soit au cours des longues soirées d'hiver, devant les habitants de la ferme rassemblés autour du foyer, ou bien lors de la réunion du θing1local, au début du printemps, ou encore pendant la durée de l'Alθing2, au début de l'été. L'homme qui possédait l'art inestimable de conter les sagas était appelé « sögumadr » ; cet homme jouissait d'une haute estime, aussi bien parmi ses compatriotes qu'à l'étranger, auprès des rois de Norvège et de Danemark. Il est essentiel de garder en mémoire l'existence de ce stade oral des sagas, car il ne sera pas sans influencer leur composition lorsqu'elles seront couchées sur le vélin au cours du xiiie siècle.

4Note : Pour des raisons techniques, nous avons été contraints pour désigner la spirante sourde islandaise (cf. « th » anglais dans « thin » de recourir à la lettre grecque θ. Le lecteur voudra bien nous excuser pour cette imperfection graphique, due à des difficultés d'édition.

B — La Eyrbyggja.

1) Présentation générale :

5La Eyrbyggja saga, qui sera l'objet de cette étude, est rangée par les savants islandais au nombre des « Islendinga sögur », c'est-à-dire « sagas des Islandais ». Elles forment le groupe le plus développé et le plus illustre de la littérature islandaise médiévale. Par son ampleur et par sa valeur littéraire et historique, la Eyrbyggja se place directement à côté des grandes sagas, comme la Njála, l'Eigla, la Laxdœla et la Grettla. Elle est une parfaite illustration du genre « saga », tant par sa forme que par son contenu : en effet, elle fait une large place aux dialogues qui constituent 20 % de l'ensemble, dialogues extrêmement vivants, et parfois même savoureux ; d'autre part, les strophes scaldiques n'en sont pas absentes, et il arrive quelquefois (Cf. chap. 19) que ce soient elles qui forment le cœur du récit. L'auteur, qui a une prédilection marquée pour les choses de l'ancien temps, n'hésite pas à faire intervenir dans son récit fantômes et sorcières, et rapporte maintes superstitions populaires auxquelles il semble accorder grand crédit. En outre, on retrouve également dans cette saga l'ordinaire de ses consoeurs : d'interminables procès, se soldant par de sanglantes vengeances, de belles batailles, comme celle qui se déroule sur la glace du Vigrafjord, une romantique histoire d'amour entre le vaillant Björn-de-la-Large-Baie et la coquette Θuríđr, demi-sœur du godi Snorri, de longues généalogies qui ne manqueront pas de lasser le lecteur moderne non averti, mais qui présentaient un grand intérêt pour l'auditeur de cette époque ; celui-ci, en effet, appartenait à une communauté rurale réduite dont il connaissait parfaitement les membres plus ou moins éloignés.

2) Cadre de la saga :

6Avant d'aborder les multiples problèmes que soulève la composition de cette saga, problèmes qui constitueront le centre de cette étude, il est peut-être bon, pour plus de clarté, d'esquisser le cadre à l'intérieur duquel se déroulent les événements de notre saga.

a) L'époque : (Cf. tableau chronologique)

7L'époque qui a vu évoluer les personnages de la Eyrbyggja a reçu des historiens islandais le nom de « söguöld », c'est-à-dire « âge de la saga ». Ils font aller cette époque de la fondation de l'Alθing (930) jusque vers le milieu du xie siècle qui, après l'introduction du christianisme en Islande en l'an 999, voit se terminer peu à peu les luttes sanglantes entre les grandes familles du pays.

8Le prologue de notre saga a pour cadre la période qui précède la söguöld. Durant cette période, appelée « landnámsöld », ou « époque de la colonisation », les colons venus de Norvège, à la suite de la prise du pouvoir par Harald-aux-beaux-cheveux, s'établissent progressivement sur les côtes d'Islande après un séjour plus ou moins prolongé dans les îles de l'Atlantique Nord (Orcades, Hébrides, Shetland, Féroé et Irlande). En 930 la colonisation est terminée, et l'Islande compte alors environ 30 000 habitants.

9L'action principale de la saga s'amorce en 964 avec la naissance du fils posthume de Θorgrímr, petit-fils de Θórólfr Mostrarskegg, un des premiers colons. Cet enfant, riche de promesses, deviendra plus tard, sous le nom de Snorri, l'un des grands personnages de l'Islande de la « söguöld ». En 979, il fait sa véritable entrée en scène, prenant possession du domaine paternel, Helgafell, dont il a racheté la moitié à son oncle, Börkr-le-gros. A partir de cette date, et tout au long de cette saga, il apparaîtra tantôt à l'arrière-plan. Tantôt au premier plan de tous les événements. Ce n'est qu'après son départ d'Helgafell, en 1007, qu'il quittera le devant de la scène pour n'y plus faire que des apparitions isolées. Les dernières lignes de la Eyrbyggja nous entretiennent de sa fin, en 1031, un an après la mort du roi de Norvège Olaf le Saint, dans la bataille de Stiklastađir.

b) Le lieu et les personnages : (Cf. carte et tables généalogiques)

10La Eyrbyggja appartient au groupe des « Vestfirđinga sögur », ou « saga des habitants des fjords de l'Ouest ». Les événements qu'elle décrit ont pour théâtre la montagneuse et sauvage Presqu'île du Mont des Neiges (Snaefellsness), promontoire long de 80 à 90 kilomètres d'ouest en est et large de 10 à 35 kilomètres du nord au sud. Cette presqu'île sépare les deux grands golfes de l'Ouest de l'Islande, le Breiđafjord (Large Fjord) au nord, du Faxaflói au sud. La masse imposante du Snaefellsjökull (Glacier du Mont des Neiges), point de repère des navigateurs vikings, domine son extrémité occidentale. Notre saga nous révèle son titre dans sa dernière phrase :

« Og lýkr θar sögu Θórsnesinga, Eyrbyggja og Álptfir-đinga ».

(Et ici se termine la saga des habitants de la Presqu'île de Θór, de ceux des Sablons et de ceux du Fjord des Cygnes).

11Ainsi donc les trois grands foyers de l'action nous sont déjà connus. Celle-ci en effet gravite autour de quelques points principaux qu'il sera facile de localiser sur la carte qu'on trouvera à la fin de cette étude.

12Considérons de plus près ces lieux et leurs habitants, qui tiendront les grands rôles de cette saga : à tout seigneur, tout honneur ! Commençons par Helgafell, dont nous avons déjà parlé. C'est dans cette ferme, sise au milieu de la Presqu'île de Θór, que réside le gođi Snorri, personnage central de cette saga.

13Au sud de cette Presqu'île, le Fjord des Cygnes accueille sur ses rives plusieurs grandes familles. Au fond du fjord, les fils de Θorbrandr ont élu domicile dans la ferme qui portera plus tard le nom de « Kársstađir ». C'est auprès d'eux que Snorri passera sa jeunesse, et Θorleifr kimbi, Snorri, Θóroddr, Θorfinnr et Θormóđr seront plus tard ses alliés fidèles des bons et des mauvais jours.

14A quelques lieues au nord-ouest de leur domaine, sur la rive occidentale du fjord, se trouve Bólstađr, résidence du noble gođi Arnkell qui, dans la première partie de la saga, sera le plus grand adversaire de Snorri.

15Sur l'autre versant des Monts de Úlfarr (Úlfarsfell), à Hvammr, habite Θórólfr baegifótr, père du gođi Arnkell. Cet homme malveillant doit son surnom de « boiteux » à une blessure reçue lors d'un duel (holmgangr) avec Úlfarr-le-champion ; après l'avoir terrassé, il s'empara des terres du vaincu, qui était sans enfants. Ce personnage maléfique fut aussi nuisible après sa mort que de son vivant. Ses conseils malveillants entraînèrent la perte de son fils qui tomba sous les coups de Snorri et des fils de Θorbrandr. Θórólfr, après son trépas, se transforma en un fantôme fort actif et revint maintes fois hanter les lieux où il avait vécu, en chassant les habitants sans ménagements. Dans un des derniers chapitres de la saga, il prend l'apparence du taureau Glaesir pour se venger de son vieil ennemi Θóroddr qui s'est approprié ses terres. Sa vengeance accomplie, il disparaît à jamais.

16A l'ouest de la Presqu'île de Θór, au pied du Champ de Lave (Undir Hrauni), réside Arngrímr Θorgrímsson qui passera à la postérité sous le nom de Víga-Styrr et sera le héros de la première partie de la Heiđarvíga saga. Après s'être réconcilié avec Snorri, il lui donnera sa fille Asdis en mariage.

17Un peu plus à l'ouest, à Bjarnarhöfn, où leur ancêtre Björn austrœni débarqua, demeure le frère de Styrr, Vermundr mjovi (le svelte), marié à une nièce du gođi Arnkell. Il se signalera dans le cours de notre saga par ses talents de médiateur.

18Devant l'embouchure de l'Urthvalafjord habitent Θorlákr et ses fils. Le plus célèbre d'entre eux, Steinθórr, sera l'adversaire acharné du godi Snorri dans la deuxième partie de notre saga. Celle-ci d'ailleurs doit son nom de Eyrbyggja à leur demeure baptisée Eyrr (les Sablons).

19A l'extrémité nord de la Presqu'île du Mont des Neiges, la Pente aux Mouettes (Mávahlíđ) s'abaisse doucement vers la mer. C'est là que vit Geirridr sœur d'Arnkell, avec son fils, le scalde Θorarinn-le-Noir, qui composera les « Máhlíđinga vísur ». Par sa vaillance au combat, le paisible Θórarinn confondra ceux qui raillaient son apparence efféminée.

20A un demi-mille à l'ouest de Mávahlíđ, la ferme de Fróđá où réside la belle Θurídr, sera à la fin de notre saga le théâtre d'événements extraordinaires, après la mort de la mystérieuse Θórgunna.

21Enfin, à l'extrémité sud de la Presqu'île du Mont des Neiges, les fils de Asbrandr ont élu domicile sur les rives de la Large Baie (Breiđavík). Björn, le-Champion-de-la-Large-Baie (Breiđvíkin-gakappi), habite à Kambr ; il est célèbre en Islande pour ses exploits chez les Jómsvíkingar sur les rives de la Baltique. Son frère Arnbjörn, lui, vit à Bakki, à côté de la demeure de son beau-frère Θórđr blígr, frère de Steinθírr. Les habitants de la Large Baie seront les alliés fidèles des habitants des Sablons dans leurs luttes contre Snorri.

Notes

1 Assemblée des hommes libres d'une région qui se réunissaient au début du printemps sous l'autorité du godi, chef spirituel et temporel de la communauté, pour expédier les affaires courantes et trancher les litiges

2 Assemblée générale qui se tenait chaque année au début de l'été sur les Θingvellir (Plaines du Θing) et réunissait les notables islandais et leur suite. Cette assemblée constituait en particulier la dernière instance dans les litiges que les Θings locaux n'avaient su régler, et jouait un rôle d'arbitre dans les procès entre les ressortissants de Θings différents.

© Presses universitaires de Caen, 1971

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter