Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps et témoignage

 | 
Claire Perrin

L'impossible dissociation

Rôle et statut du corps dans le témoignage : un regard psychosocial

Catherine Garncarzyk

Texte intégral

1Le témoignage peut être envisagé comme une forme particulière de communication où corps et parole s’unissent et s’enrichissent mutuellement pour créer cette expérience si particulière. La réflexion que nous menons ici a pour objectif de proposer un cadre psychosocial d’analyse du témoignage en tant que situation de communication. Pour réaliser ce projet, nous mettrons dans un premier temps en évidence les apports de la psychologie sociale de la communication en rapport avec la problématique du témoignage, spécialement de la place et du rôle du corps et de la présence corporelle du témoin dans le témoignage. Nous reprendrons dans un second temps les caractéristiques du témoignage à travers la grille de lecture proposée. Quelques exemples empruntés à des univers contrastés illustreront notre réflexion.

  • 1 Jodelet 2000.
  • 2 Jodelet et Ohana 1982 ; Jodelet 1983.
  • 3 Bruchon-Schweizer 1990.

2La psychologie sociale n’a pas pour principal objet d’étude le corps. Cependant, l’étude des diverses formes d’interaction a nécessairement conduit à développer une perspective psychosociale sur la question du corps dans les relations à autrui. Ainsi les recherches sur les relations interpersonnelles ont apporté des éclairages sur les liens entre perception d’autrui et formation des impressions lors d’une première rencontre entre des personnes ; la perception est dans ce type de situations essentiellement focalisée sur des apparences extérieures (physiques, morphologiques, vestimentaires). La psychologie sociale s’est également penchée sur la tendance spontanée que nous possédons à faire des inférences à partir de ces premières impressions, inférences concernant les dispositions, le caractère, les intentions d’autrui. Ainsi, la perception d’autrui lors des interactions sociales joue un rôle essentiel dans la construction de la représentation de soi et de la représentation d’autrui. Le corps véhicule des images, qui sont traduites, interprétées. L’existence d’un tel langage du corps est très présent dans les savoirs de sens commun comme l’exprime la sagesse populaire. Comme le remarque D. Jodelet1, depuis l’Antiquité les proverbes et maximes ont accordé une place importante au corps dans la perception sociale. Des théories diverses ont même tenté de formaliser ces connaissances, comme la morphopsychologie par exemple, dont on peut d’ailleurs remarquer l’usage social important (cabinets de recrutement…) malgré une perte de légitimité scientifique. Les travaux scientifiques sur les interactions montrent que la part de la corporéité se réduit quand on passe de la formation des impressions à l’expression d’un jugement d’appréciation et à la formulation d’une connaissance sur l’autre2. C’est peut-être une des raisons pour lesquelles l’apparence et l’expressivité du corps sont moins souvent étudiées (dans ce champ théorique) que les traits psychologiques ou les comportements. La dimension esthétique fait exception grâce en particulier aux travaux de Bruchon-Schweizer3 montrant son rôle dans l’établissement d’un jugement positif ou négatif sur les personnes.

  • 4 Corraze 1983.

3Les psychologues sociaux se sont également focalisés sur le corps dans le but d’étudier les communications non-verbales, explorant en particulier la lecture des émotions. Ce sont surtout dans cette perspective les mimiques faciales, l’expressivité du visage et les postures et gestes corporels qui ont fait l’objet d’investigations, considérant souvent la gestuelle comme un complément, un « soulignement », un accompagnement de l’expression verbale (voir par exemple Corraze4 à ce sujet). Ce pan de recherches souligne en particulier que les signaux corporels émis dans les interactions sociales ne sont pas nécessairement conscients chez les partenaires de l’interaction mais qu’ils sont néanmoins socialement codés : la dimension corporelle joue donc un rôle essentiel dans les situations de communications.

4La dimension corporelle des processus psychosociaux est donc présente dans de nombreuses études, dans lesquelles elle occupe une place importante sans pour autant en être l’objet principal. Ce constat légitime le développement d’une réflexion sur la place et le rôle du corps dans le témoignage, conçu comme une situation de communication.

La communication interpersonnelle : complexité des situations, diversité des approches

  • 5 Mucchielli 1998.
  • 6 Shannon et Weaver 1949.

5Il est possible de recenser différents modèles théoriques de la communication, relevant de différentes orientations scientifiques, conçus pour des objectifs spécifiques5. Le très célèbre et déjà ancien modèle Émetteur-Récepteur de Shannon et Weaver6 décrit l’architecture de base d’une situation de communication. De nombreux travaux interdisciplinaire ont ensuite contribué à faire évoluer ce modèle. Dans la perspective de cette approche, l’émetteur est la personne (le collectif) qui envoie un message ; c’est donc l’auteur du message. Le contenu du message : des unités d’information, qui sont codées (c’est le modèle de la transmission téléphonique). Ce contenu transite par un canal, dans la mesure du possible sans que sa signification s’en trouve altérée par les effets du canal et/ou d’un quelconque parasitage. Le Récepteur reçoit et décode le message, finalement compris avec plus ou moins de distorsions par rapport à son contenu d’origine.

6L’analyse psychosociale de la communication a contribué à faire évoluer le modèle initialement proposé par Shannon et Weaver. En effet, l’idée que la communication ne serait en définitive qu’un transfert d’information n’est plus d’actualité. Abric souligne :

  • 7 Abric 1999.

Toute communication est une interaction. Étant une interaction, elle se présente comme un phénomène dynamique produisant une transformation. C’est-à-dire qu’elle s’inscrit dans un processus d’influence réciproque entre des acteurs sociaux7.

7Les approches théoriques ont donc fait évoluer la notion de transmission vers celle de transaction. La situation de communication ne confronte plus une source et une cible mais fait se rencontrer deux interlocuteurs. Au-delà des intentions premières de l’émetteur du message, c’est de la rencontre de deux sujets qui échangent réciproquement dans la situation de communication que naît la signification sociale du contenu de la communication.

  • 8 Bromberg 1999.
  • 9 Bromberg et Trognon 2004.

8Pour autant, sur le plan opérationnel, l’étude technique de la communication mobilise toujours les concepts de transmission, de codage, et d’échange d’information. Mais les partenaires de la situation de communication ne sont plus considérés comme des « machines à traiter de l’information », mais bien comme des sujets qui produisent et traitent du sens. Bromberg8 démontre que le « récepteur », devenu acteur dans la situation de communication retrouve une forme d’autonomie : il est nécessaire de tenir compte de ses buts, de ses intentions et ses savoirs préalables. Il s’agit actuellement pour les théoriciens de la communication de répondre à la question : « comment l’interlocuteur peut-il avoir accès aux intentions et aux pensées du locuteur ? »9. Ainsi doit-on se demander comment un individu peut-il être prêt à recevoir un témoignage et l’interpréter selon les intentions de son interlocuteur.

  • 10 Bromberg 2004.

9La communication mobilise bien sûr la parole, mais aussi le geste et l’écrit. Le langage en particulier nous permet de partager nos pensées avec autrui. Bromberg10 souligne que

ce que nous partageons, c’est un ensemble de comportements qui jamais ne contiennent nos pensées mais qui en constituent la trace. […], puisque nous ne pouvons lire dans les esprits [un des aspects de la communication] consiste à comprendre justement la signification du comportement.

10Ainsi la crédibilité, voire la vérité, d’un témoignage n’est certes pas l’affaire du seul témoin (témoignant), mais naîtra de la qualité de l’interaction sociale construite par la situation de témoignage. Communiquer consiste à la fois à transmettre de l’information ET établir une relation ; concrètement on communique quelque chose à quelqu’un, mais aussi on communique avec quelqu’un. Ainsi le modèle initial reposant sur un principe de codage-décodage ne peut rendre compte de la complexité de nombre d’interactions communicatives où les inférences jouent un rôle essentiel. Bromberg illustre cette idée par un exemple quotidien : la réponse « le café m’empêche de dormir ! » à la question « prendrez-vous un café ? » signifiera une acceptation ou un refus suivant le contexte de l’interaction sociale où sont plongés les interlocuteurs.

  • 11 Marc 1993.

11Dans une perspective davantage pluridisciplinaire mais entièrement compatible, la conception interactionniste de la communication a largement été développée par l’école de Palo Alto, que l’on désigne parfois par le nom de collège invisible, qui a eu recours à une démarche systémique pour appréhender les situations de communication. Ainsi les chercheurs (anthropologues, psychologues et thérapeutes) relevant de ce courant ont mis l’accent non plus sur les individus (émetteur, récepteur) mais sur les systèmes et réseaux de relations entre ces individus, complexifiant le modèle initial basé sur la notion de transmission d’une information ou d’un signal. E. Marc11 rappelle quelques-uns des principes essentiels développés par cette approche :

12– La communication est un phénomène interactionnel. La signification est élaborée au travers de l’interaction.

13– La communication ne se réduit pas à des messages verbaux, comme le souligne cette citation de Watzlawick :

  • 12 Watzlawick et al. 1972, 45-46.

Le comportement possède une propriété on ne peut plus fondamentale et qui, de ce fait, échappe souvent à l’attention : le comportement n’a pas de contraire. Autrement dit, il n’y a pas de « non-comportement » ou pour dire les choses encore plus simplement : on ne peut pas ne pas avoir de comportement. Or, si l’on admet que, dans une interaction, tout comportement a la valeur d’un message, c’est-à-dire qu’il est une communication, il suit qu’on ne peut pas ne pas communiquer, qu’on le veuille ou non. Activité ou inactivité, parole ou silence, tout a valeur de message12.

  • 13 Marc 1997.

14– La communication est déterminée par le contexte de sa production où les rapports de place13 (symétrie vs asymétrie, distance vs proximité, convergence vs divergence) entre les interlocuteurs sont essentiels. Les positions et statuts respectifs de chacun sont ainsi essentiels pour la compréhension des mécanismes et des enjeux de la communication.

  • 14 Searle 1985.
  • 15 Moscovici 1984.

15Une approche interactionniste de la communication permet d’aborder la question des finalités poursuivies par les interlocuteurs : quelle(s) intention(s) dans l’acte de communication, quelle maîtrise, quelles parts respectives de contrôle et d’inconscient, quelles contradictions entre la parole et le geste, le corps et le langage ? Par exemple, Searle14 distingue les intentions préalables des intentions en action, les premières relevant d’un niveau de conscience plus manifeste. Dans la lignée de Moscovici15, la psychologie sociale envisage les phénomènes de communication comme des moyens utilisés pour transmettre une information et pour influencer autrui. Nombre de travaux portent ainsi sur la communication dite persuasive. Mais influencer c’est surtout transformer, changer les modalités de distribution et de partage de l’information pour construire ensemble une vision commune du monde.

Le témoignage comme une forme particulière de communication

Un contrat de communication

  • 16 Ghiglione 1986.
  • 17 Bromberg et al. 1983.
  • 18 Bromberg 1999.
  • 19 Ghiglione et Trognon 1993.

16L’argumentation développée s’appuie sur le modèle du contrat de communication conçu par Ghiglione16, Bromberg, Ghiglione et Dorna17, Bromberg18, Ghiglione et Trognon19. Ce modèle repose sur deux principes :

  1. Une interaction communicative est sous-tendue par un contrat implicite entre les interlocuteurs, contrat qui repose sur certaines règles ;

  2. Cette situation contractuelle est porteuse d’enjeux.

17Ce contrat de communication prend en compte l’ensemble des paramètres interactionnels de la situation et définit la nature des contraintes sociales, des droits et des devoirs de chacun des interlocuteurs. C’est dans ce cadre que l’on assiste à une co-construction de la réalité sociale au travers des actes et paroles des participants. Selon Bromberg, ce contrat fournit aux co-acteurs un cadre d’interprétation de la situation, une trame interprétative, en déterminant les rôles, les statuts, les savoirs partagés ainsi que les enjeux en présence, sous-tendus par des processus d’influence réciproques. Ces trois axes devraient permettre de porter un regard psychosocial sur le témoignage.

18Les situations de témoignage sont variées et la diversité des contributions présentes dans cet ouvrage en constitue une preuve indéniable. Les formes et les enjeux de communication sont eux aussi très divers ; sur le plan de la forme la présence du témoin ainsi que tous les aspects corporels sont plus ou moins saillants. Nous avons choisi deux univers (que nous n’aborderons ici qu’à titre d’illustrations) très contrastés de ce point de vue afin d’établir un parallèle :

19– celui de la danse de création :

20Concevoir l’interprétation du spectacle de danse contemporaine en tant que création artistique comme une situation de communication permet de cerner les rôles assumés par chacun des partenaires en présence. L’émetteur est double : témoin engagé de son époque, le chorégraphe qui possède l’intention de témoigner de sa propre vision du monde ; le danseur qui émet concrètement le message par sa prestation. Le contenu du message est corporellement codé ; son canal de transmission est le(s) danseur(s) (le corps du danseur) ; le spectateur est le récepteur du message. La signification s’élabore au travers de l’interaction grâce à l’évocation d’images, la sollicitation de représentations, l’émergence d’émotions ; tout mouvement, toute occupation de l’espace, toute gestuelle a de fait valeur de message ; le message et la communication n’existent véritablement qu’en situation, dans le contexte exact du spectacle dansé ; le message aura une réalité dans la mesure où l’ensemble des acteurs de la situation partagera, au moins pour un moment, un même monde, un imaginaire commun. Le CORPS du danseur est évidemment au centre de cette modalité de communication, dont la parole est absente ;

21– celui de la justice :

22Dans cette situation, le terme de témoin possède une reconnaissance officielle. Il représente le statut d’une personne ayant assisté à des faits et qui en rend compte auprès des diverses instances judiciaires. Le témoignage est ici sollicité dans le but d’établir la certitude, la vérité et c’est la PAROLE qui est le principal centre d’intérêt ;

La communication face aux caractéristiques du témoignage :

  • 20 Dulong 1998 ; Engel 2001.

23Pour amorcer notre réflexion, nous situerons le témoignage comme un récit autobiographiquement certifié d’un événement passé20. Le témoin est dans ce cadre une personne pouvant attester d’un fait en vertu d’une connaissance directe. La définition de P. Engel reprend cette idée en situant le témoignage comme un

  • 21 Engel 2001, 19.

Compte-rendu intentionnel fait à un tiers d’un événement ou d’un ensemble d’événements pertinents aussi bien pour l’auteur du compte-rendu que pour son destinataire21.

24Il s’agit bien d’une forme particulière de communication où l’« émetteur » a assisté et/ou participé à un événement (il en a été le témoin oculaire) et vient en rendre compte, en témoigner auprès d’un ou plusieurs « récepteurs », en en appelant à leur jugement. Cette définition met en avant l’acte de parole du témoin. Cette modalité de communication est sans surprise dans le cadre du témoignage dans une procédure judiciaire ; à l’inverse, elle est dans la danse remplacée par un acte de langage corporel faisant office de récit : ce que le corps du danseur raconte.

25Cette définition laisse apparaître également une dimension dynamique au témoignage, qui suppose plusieurs étapes : être témoin de… et ensuite témoigner de… auprès de quelqu’un, qui pourra éventuellement à son tour prolonger cette dynamique, en continuant à acheminer, colporter ce témoignage. Ainsi le témoignage, en tant que récit demandant à être partagé, peut facilement être défini comme une forme particulière de communication. En se basant sur les critères avancés par R. Dulong et P. Ricœur, nous préciserons la spécificité du témoignage en tant que forme originale de communication, particulièrement en précisant le rôle et le statut du corps dans cette perspective.

26Pour chacun des critères avancés, nous soulignerons ce que les actuelles théories de la psychologie sociale de la communication participent à clarifier en nous efforçant de montrer le rôle du corps et de la présence du témoin, en l’illustrant au travers de nos deux exemples.

Assertion, certification

  • 22 Lecomte 1993.

27Selon cette première caractéristique, témoigner nécessite de rendre compte d’une réalité factuelle, en quelque sorte objective. L’orientation que nous avons privilégiée nous conduit à concevoir avec P. Watzlawick22, la réalité comme une construction, une création de l’esprit. La signification de la situation vécue s’élabore dans le cadre du contrat de communication établi : c’est une co-construction de sens de la part des interlocuteurs.

28La certification repose sur l’idée que le « récit » est authentique grâce à l’expérience vécue de son auteur. L’expression « expérience vécue » souligne la nécessaire présence matérielle, corporelle du témoin, qui partage ensuite cette expérience en en faisant le récit ; les modalités de ce partage sont complexes et variées (d’un constat visuel à une expérience corporelle vécue).

29Considérons le témoin-chorégraphe : il choisit de témoigner de sa propre vision du monde et de la société : il y vit, y est présent, en possède une expérience à la fois réelle et sensible : son message sera donc authentique, certifié. La réalité est constituée par son propre regard sur le réel : elle n’est en aucun cas un amoncellement de faits mais une lecture de ces faits. Le critère de l’assertion est ici au cœur d’un triangle réel, réalité, vérité. La démarche de création artistique autorise, voire nécessite des choix de modalités d’expression en décalage avec les normes habituelles : le corps des danseurs ne reflète pas la réalité, mais l’évoque, la détourne, la suggère. Le témoignage est ici délibérément décalé par rapport aux normes habituellement convenues dans ce type de contrat.

30À l’inverse, dans une procédure judiciaire, le témoin a comme contrainte de rester au plus près de la réalité, dont il a pourtant aussi une vision subjective. Sa présence et son corps sont aussi sollicités : pour une nouvelle expérience vécue (cas d’une reconstitution où le corps est retransporté sur les lieux) mais aussi parce qu’ils sont sources d’interprétation de la part des auditeurs (juges, jurés,…) : les signes non-verbaux, attitudes, gestes soulignent-ils la parole, la renforcent-t-ils ou au contraire la contredisent-ils ? La sincérité du témoin est pesée dans le cadre du contrat de communication préalablement établi.

Auto-désignation

31Le récit de type témoignage se fait à la première personne et est inséparable de l’affirmation « j’y étais ». Tout témoignage est donc consécutif à une situation réellement, corporellement vécue par la personne qui effectue le récit. Il se trouve pourtant, y compris dans nos exemples si différents, quelques étapes intermédiaires.

32Dans le cadre de la danse de création, considérons le témoin-chorégraphe : il est dans le monde dont il souhaite témoigner ; par exemple il vit au quotidien une révolte qu’il souhaite exprimer et transmettre. Quand il en témoigne en direction du ou des danseurs, c’est bien lui qui l’exprime, mais c’est en dehors du spectacle de danse à proprement parler qui est notre situation de communication de référence. Dans ce spectacle, le message qu’il a initialement formulé est « interprété », communiqué par procuration par le danseur qui utilise pour ce faire un langage corporel. La transmission passe ensuite au spectateur : nous assistons à une succession d’emboîtements de témoignages.

33La procédure judiciaire quant à elle sollicite bien sûr les témoins oculaires directs (d’un crime ou d’un accident par exemple) mais aussi des personnes ayant obtenu des informations de manière plus indirecte (arrivées sur les lieux peu après) : leur témoignage mêle constat et interprétation et souligne l’enjeu lié à la présence physique du témoin.

34Ainsi les différents statuts de témoins que nous avons repérés répondent différemment à la caractéristique « auto-désignation ». Dans la perspective systémique que nous avons retenue, les interactions entre les partenaires et l’enchaînement des différents actes de témoignage permettent de satisfaire la définition, alors qu’une approche analytique séparant les différents acteurs occulterait ce passage de relais dans le témoignage qui est une caractéristique essentielle de la situation étudiée.

Demande d’accréditation

35Dans le témoignage, le témoin qui donne à entendre (ou voir) son récit demande à être cru « sur parole ». Il se joue dans cette situation une question de confiance et/ou de suspicion. Le récepteur doit accepter de considérer pour vrai ce qui est avancé par le témoin. Il ne s’agit pas nécessairement pour lui d’être convaincu mais d’accorder du crédit au témoin et donc au témoignage. Pour autant il est possible de rencontrer des témoignages contradictoires, dans une enquête judiciaire par exemple, sans qu’il s’agisse nécessairement de mensonges, de faux témoignages ou de manipulation ; et, dans ce cas, le récepteur peut se trouver davantage convaincu par une version que par l’autre. La crédibilité accordée à la personne qui émet le message est liée à la nature des comportements non-verbaux qui accompagnent le message à proprement parler, qui permettent aux interlocuteurs d’attribuer compétence, confiance ou sérieux au témoin. Selon les situations, les indices non-verbaux ne sont que secondaires ou bien ont un statut équivalent au contenu verbal du message.

36La demande d’accréditation nous renvoie aux enjeux du contrat de communication : influencer, convaincre, convertir. Dans le cadre d’une procédure judiciaire, cet enjeu est capital et la non-concordance entre le corps et la parole entame définitivement le crédit accordé au témoin (l’étude systématique des commentaires publics de procès serait à cet égard fructueuse). Dans le cas du spectacle de danse, il est implicitement demandé au spectateur d’entrer dans le jeu proposé par danseur (s) et chorégraphe : « nous voyons la société comme cela, elle est comme cela, croyez-nous, faites-nous confiance, et partagez notre enthousiasme ou notre colère… »

37Deux cas de figures sont certains, et des intermédiaires probables. Premier cas de figure : le spectateur a fait la démarche d’assister à un spectacle d’un auteur et d’une troupe dont il connaît les engagements et les prestations antérieures, qu’il a appréciées et dont il a retiré des satisfactions. Autant dire qu’il sera réceptif et prêt à entrer dans cet ailleurs qu’on va lui proposer. Sa familiarité (et son expertise) le conduiront à accorder le crédit demandé ; l’attente est sans doute assez forte de sa part et sera potentiellement déçue si le spectacle est perçu trop différent de l’univers précédemment adopté. Second cas de figure : le spectateur est au contraire très distant par rapport à la démarche des artistes, soit par non-connaissance (néophyte), soit par goût pour une autre forme de chorégraphie par exemple. La demande d’accréditation ne sera pas satisfaite à priori ; elle pourra prendre forme progressivement si le spectateur se laisse « conquérir » ou rester lettre morte si décidément il ne parvient pas à entrer dans l’univers qui lui est proposé. Le message, les émotions ne passeront pas : c’est un échec de la communication le témoignage ne sera en quelque sorte pas entendu. Cependant le projet artistique est une invitation à partager un point de vue et n’a donc pas nécessairement pour objectif d’emporter l’adhésion de tous.

Confrontation, dimension publique

38La question de la confrontation semble dans la définition initialement proposée essentiellement teintée d’une dimension juridique ; la confrontation ayant pour objectif de faire éclater la vérité. Tel n’est pas l’objectif des différentes formes d’art, qui proposent une lecture de la réalité, qui peuvent souhaiter en laisser une trace (écrite, peinte,…). La co-présence des interlocuteurs passe par leur rencontre corporelle même si elle ne s’y limite pas. Dans la procédure judiciaire, l’objectif de la confrontation est d’éprouver la solidité et la fiabilité du témoignage en lui portant d’éventuelles contradictions. À proprement parler, la dimension technique de la confrontation dans le but de recherche de vérité n’est pas présente dans le spectacle-témoignage de danse. Par contre, la dimension publique du témoignage-spectacle est constitutive de ce type de situation ; elle offre l’opportunité de bousculer des représentations et des certitudes, d’interroger le spectateur sur sa propre vision du monde ou de la société, en termes de point de vue et non de vérité. Les finalités poursuivies sont donc très différentes, bien que la co-présence soit essentielle dans les deux illustrations.

Promesse et fiabilité

39Cette caractéristique du témoignage concerne la possibilité de réitérer le récit, l’histoire racontée. L’idée de fiabilité est teintée de justice et de valeur de vérité : la multiplicité des versions d’un même témoin embarrasse les auditeurs en charge de se forger un jugement : elle est dans ce cadre indéniablement un obstacle puisqu’elle porte le discrédit sur le témoignage. Ainsi, un procès peut être émaillé de « coups de théâtre » quand un témoin dans cette situation particulière ne reproduit pas le même témoignage que lors de l’instruction. L’utilisation d’une expression empruntée au spectacle vivant souligne que ce qui est un handicap dans une procédure judiciaire est une richesse dans une démarche artistique : deux représentations distinctes ne peuvent pas être rigoureusement identiques mais seulement similaires, d’autant plus si elles incluent une part d’improvisation ; d’autre part que chaque édition est une nouvelle création. Le témoignage-spectacle de danse est ainsi une forme d’art éphémère ; en d’autres termes il ne possède aucune forme de permanence objective (son enregistrement filmographique change définitivement sa nature) et cela contribue à son identité. Témoigner inclut l’idée de communiquer vers autrui avec l’intention de laisser une trace : convaincre, partager, voire attester pour la postérité. Certains reflets de société ou d’événements historiques ont ainsi servi de matière à diverses formes de créations artistiques, telles que peintures et sculptures, dont une caractéristique est la permanence temporelle. La représentation d’un spectacle vivant est elle typiquement éphémère : le témoignage du spectacle dansé est en quelque sorte à vivre, tant dans son expression corporelle pour le danseur que dans l’accession au monde partagé par le spectateur. C’est ce vécu qui constitue la trace commune et partagée du témoignage. Dans une spirale sans fin, il pourra donner lieu à son tour à un récit, une parole, destiné à prolonger et/ou revivre cette expérience. La pérennité est ainsi assurée par une succession d’étapes.

Un monde partagé

40Pouvoir s’entendre, se comprendre parce que l’on partage un sens commun, un langage commun, des modalités communes d’expression. Le témoignage étant une forme de communication qui engage la confiance réciproque des interlocuteurs, cette communauté, ce monde partagé est essentiel. Le contrat de communication établi définit le cadre et l’ensemble des références partagées. L’inconnu, l’inhabituel, est considéré comme incongru et déstabilisant.

41Dans la procédure judiciaire, la précision des termes (consacrés) employés tente de garantir très concrètement cet univers partagé.

42Dans la production artistique, l’interpellation du sens commun n’est pas de cet ordre : elle peut même parfois être l’objectif recherché : choquer pour convaincre, émouvoir, transformer. Ce qui permet de considérer le spectacle comme un témoignage, c’est que le(s) danseur(s) invitent les spectateurs à partager l’univers qu’ils explorent et expriment par leur prestation. C’est une invitation au partage : elle n’est pas donnée d’avance ni universellement ; elle se construit pendant la situation de communication et disparaît avec elle. Certains témoignages touchent au registre de l’indicible, de l’inimaginable car les références communément partagées ne préexistent pas à la situation de communication : le contrat ne peut être établi à priori.

43Cette invitation au partage peut être assimilée à un défi, relevé à chaque représentation : emmener le public dans l’univers du créateur. Cela nécessite cependant un fond commun culturel permettant en particulier la lecture d’un langage corporel. Il est certain que cette « alchimie » n’est pas toujours présente : il se trouve toujours un spectateur pour dire « je n’ai rien compris », « ce n’est pas mon truc », « décidément je n’accroche pas ». Pour celui-là pourtant l’intention communicative du chorégraphe et du danseur était la même que pour le reste du public ; mais ils sont restés dans deux mondes parallèles, sans se rencontrer. La nature de la relation construite a fait échec au témoignage.

Conclusion : contribution à une nouvelle définition du témoignage

44Le regard psychosocial que nous avons porté sur le témoignage en tant que situation originale de communication interpersonnelle permet d’établir une relation triangulaire entre trois pôles :

  • La dimension corporelle nécessitant la présence du témoin : sujet qui dit « Je », par la parole et par le corps ;

  • Le projet, l’intention du témoin : c’est la question de la finalité poursuivie dans l’acte de témoignage ;

  • Le récit qui est produit, pour être partagé.

45Le contenu langagier du récit dans les définitions du témoignage comme dans les travaux sur la communication d’une manière plus générale est le plus souvent mis en avant. S’en contenter ne peut que mener à un appauvrissement de l’analyse. La dimension corporelle n’est pas un élément à surajouter mais bien une dimension constitutive du témoignage, dont elle peut dans certains contextes être la modalité essentielle, voire exclusive. Ainsi le corps et/ou la présence corporelle intervient selon les types de témoignage comme complément ou comme substitut du récit. Dans ce dernier cas de figure, on assisterait en quelque sorte à un inattendu témoignage sans récit. D’autres contributions présentes dans cet ouvrage devraient permettre d’argumenter en ce sens et d’ouvrir une discussion sur les critères d’accession au statut de témoignage de telles modalités d’expression et de communication essentiellement corporelles. Dans les situations où la modalité corporelle de communication accompagne un récit, le corps est tour à tour support (canal) de communication, contenu d’un message, ou garant de l’authenticité du récit.

46La diversité des situations et modalités de témoignage fait apparaître que chacune de ces expériences repose sur des finalités particulières et comporte des enjeux très spécifiques. C’est au regard de ces finalités et enjeux qu’il nous sera possible de situer l’importance des modalités corporelles de communication ainsi que de la présence du témoin, et ce pour chacune des situations rencontrées.

Bibliographie

Références bibliographiques

Abric J.-C. (1999), Psychologie de la communication, théories et méthodes, Paris, Armand Colin.

Bromberg M., Ghiglione R. et Dorna A. (1983), « Les conditions de la persuasion », Champs éducatifs, n° 4, p. 141-181.

Bromberg M. (1999), Contrat de communication : persuasion et langage, thèse de doctorat d’État, Université de Paris VIII (dactyl.).

Bromberg M. et Trognon A. (2004) Psychologie sociale et communication, Paris, Dunod.

Bruchon-Schweitzer M.-L. (1990), Une psychologie du corps, Paris, PUF.

Corraze J. (1983), Les Communications non-verbales, Paris, PUF.

Dulong R. (1998) Le Témoin oculaire : les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris, Éditions de l’EHESS.

Engel P. (2001), « Remarques sur l’épistémologie du témoignage », in Le Témoignage, dossier de présentation du projet ACI – Réseau des MSH, C. Dornier et V. Carraud (dir.), Caen, MRSH, p. 24-28 (dactyl.).

Ghiglione R. (1986), L’Homme communiquant, Paris, Armand Colin (U).

Ghiglione R. et Trognon (1993), Où va la pragmatique ? De la pragmatique à la psychologie sociale, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Jodelet D. (1983), « La représentation du corps, ses enjeux privés et sociaux », in Le Corps en jeu, J. Hainard et R. Kaehr (dir.), Neuchâtel, Musée d’ethnographie, p. 127-140.

Jodelet D. (2000), « Le corps, la personne et autrui », in Psychologie sociale des relations à autrui, S. Moscovici (dir.), Paris, Nathan, p. 41-68.

Jodelet D. et Ohana J. (1982), Représentations sociales du corps et groupes sociaux, Paris, Éditions de l’EHESS.

Lecomte J. (1993), « La réalité est une construction : entretien avec Paul Watzlawick », Sciences humaines, n° 32, p. 38-41.

Marc E. (1993), « Palo Alto : l’école de la communication », Sciences Humaines, n° 32, p. 36-38.

Marc E. (1997), « Le face-à-face et ses enjeux », Sciences Humaines, hors-série n° 16, p. 30-32.

Moscovici S. (1984), Psychologie sociale, Paris, PUF.

Mucchielli A. (1998), « Les modèles de la communication », in La Communication : état des savoirs, P. Cabin (dir.), Auxerre, Éditions Sciences Humaines, p. 65-78.

Searle J.R. (1985), L’Intentionnalité, C. Pichevin (trad.), Paris, Minuit.

Shannon C.E. et Weaver (1949), The Mathematical Theory of Communication, University of Illinois Press, Urbana.

Watzlawick P., Beavin J.H. et Jackson D.D. (1972), Une logique de la communication, Paris, Seuil.

Notes

1 Jodelet 2000.

2 Jodelet et Ohana 1982 ; Jodelet 1983.

3 Bruchon-Schweizer 1990.

4 Corraze 1983.

5 Mucchielli 1998.

6 Shannon et Weaver 1949.

7 Abric 1999.

8 Bromberg 1999.

9 Bromberg et Trognon 2004.

10 Bromberg 2004.

11 Marc 1993.

12 Watzlawick et al. 1972, 45-46.

13 Marc 1997.

14 Searle 1985.

15 Moscovici 1984.

16 Ghiglione 1986.

17 Bromberg et al. 1983.

18 Bromberg 1999.

19 Ghiglione et Trognon 1993.

20 Dulong 1998 ; Engel 2001.

21 Engel 2001, 19.

22 Lecomte 1993.

Auteur

CRAPS, Université de Caen Basse-Normandie

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540