Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps et témoignage

 | 
Claire Perrin

L'impossible dissociation

Des Corps qui font foi aux corps suspects : historiciser les notions de témoignage et de corps

Ria Lemaire

Texte intégral

  • 1 Gaudard et Suarez 2003 (désormais cité FD dans le texte).
  • 2 En poésie et en prose, chanté, déclamé ou dicté et enregistré – médiatisé – sous diverses formes, t (...)

1Une des approches qui s’est avérée particulièrement féconde pour l’étude du témoignage a été celle de ses formes discursives1 ; elle a donné lieu à de nombreuses contributions, presque toutes qualifiées de « littéraires » : mémoires, témoignages sur la Shoah, récits de vie, littérature des femmes, écrivains et poètes de plusieurs époques et aires géographiques. Une forte présence latino-américaine, allant du témoignage oral proprement dit2, passant par des récits de vie au roman – et à la poésie-témoignage dans le sens actuel du terme, a permis de découvrir dans la littérature latino-américaine, des formes de témoignages qui, malgré leur recours à l’écrit, relèvent de l’oralité, font appel à la voix, voire au corps humain, comme facteur constitutif de l’acte de témoigner. Un thème de discussion récurrent a été celui de la nécessité de questionner radicalement la notion même de témoignage et surtout de l’« historiciser », de la contextualiser, remettant en question cette tendance épistémologique inhérente à la science du monde occidental qui consiste à universaliser sans réflexion critique ses concepts et son discours.

2Parallèlement, et dans le cadre de l’étude du thème « Corps et témoignage », s’imposait la nécessité de contextualiser et d’historiciser non seulement la notion de témoignage, mais encore et surtout la notion actuelle, moderne de corps, de questionner son acception presque systématique de « corps physique », opposé à des concepts tels que esprit et âme et excluant, par la même, l’existence d’un corps témoin.

  • 3 Zumthor 1984.

3Dans ce double but, l’analyse comparative et contrastive des deux types de témoignage – oral et écrit – qui avait été entamée, en focalisant leurs formes de transmission (FD, 125-141), sera poursuivie dans cette contribution sur leurs formes de production selon le modèle d’analyse établi par Paul Zumthor qui distingue cinq moments successifs dans la production du texte oral, à savoir : sa production, sa transmission, sa réception, sa conservation et sa répétition3.

4Il y a toujours, à la base de l’acte du témoignage, un besoin, une volonté de reconnaissance, de célébration ou de restauration de la cohésion sociale, d’intégration ou réintégration à la vie ou au savoir d’une communauté. Comme le dit François-Charles Gaudard : « témoigner est une fonction existentielle et vitale » (FD, 21). Vitale dans le sens positif du terme, quand un savoir ou un événement importants ou nouveaux doivent être intégrés ou réintégrés, ou dans un sens plus problématique, quand un événement choquant, inédit, inattendu perturbe la cohésion sociale, provoquant des formes de rupture et un refus initial d’écoute.

  • 4 Dornier et Carraud 2001 (désormais cité LT dans le texte).

5Autrefois c’était le poète-témoin nomade, venu de loin, un inconnu qui entrait dans une communauté traditionnelle. Cette arrivée de l’étranger porteur de témoignage (la langue française, dans l’expression « porter témoignage » garde la réminiscence de cet acte originel), y causait immédiatement une rupture dans le rythme quotidien et les rapports humains, provoquant une méfiance mélangée avec de la curiosité. Ces sentiments ambigus étaient souvent renforcés, voire exacerbés, par la rivalité entre les poètes de la communauté et le nouveau venu. Après la Deuxième Guerre mondiale, ce seront les témoins du génocide, revenus « de loin », dont on se méfiait, qu’on refusait d’écouter ; dans les années soixante-dix il y aura l’accueil agressif des femmes, reléguées à la vie privée – cet « ailleurs » au sein de la société occidentale ! – qui commencent à témoigner dans la vie publique de la violence masculine. Le Dossier de présentation du projet Le Témoignage4 a commencé avec une constatation qui révèle, dans le monde actuel, les mêmes attitudes de méfiance : « Malgré la défiance à l’égard du témoignage dans les instances judiciaires et dans la critique historique (LT, 3) et à l’égard du savoir dont il est porteur, faisant allusion à « l’opposition entre l’autorité des experts et des médias et celle de l’expérience du témoin et de sa mémoire » (LT, 3).

6Le contenu du témoignage, lui aussi, porte les marques de ce choc initial : il relate généralement un événement qui a perturbé l’ordre social. S’y associe parfois le thème du mensonge, par exemple, celui que divulguent sur ces événements le pouvoir en place, les journalistes… La mission du témoin consiste justement à apporter le savoir nécessaire pour que le mensonge soit démasqué, afin que l’ordre social, la dignité humaine soient restaurés et que les rapports humains fondés sur la compassion, la solidarité, le pardon (éventuellement la punition) puissent s’installer de nouveau.

7Les contributions sur l’Amérique latine ont toutes montré cette rupture, en associant le témoignage à la voix des subalternes, de ceux qui n’ont pas d’existence et qui font entendre un « contre-discours » (FD, 79), celui de « la patrie de 3e classe » (FD, 94), invalidant le discours hégémonique du pouvoir en place. Renaud Dulong a évoqué la même révolte, mais en France, à l’origine des témoignages des poilus de la Première Guerre mondiale ; révolte contre les absurdités et les mensonges divulgués par les journaux, contre le discours officiel et la mythification de la guerre et du poilu par les autorités du pays (FD, 16).

8Un phénomène latino-américain particulièrement intéressant a été celui qui oppose le témoignage oral au témoignage écrit, remettant en cause la suprématie de celui-ci par un retour à l’oralité pour témoigner (FD, 92) et, au-delà même de la voix humaine, à une reconnaissance du corps humain comme témoin authentique des événements ou d’une situation. Reconnaissance évoquée par Hervé le Corre dans l’analyse du « témoignage par le visage » (FD, 74), et portée à son expression la plus pertinente dans la très belle traduction qu’a faite Claire Pallier du témoignage du poète nicaraguayen Pablo Antonio Cuadra (FD, 95) :

J’ai vu un visage…
J’ai vu le visage d’un jardinier…
J’ai vu un visage austère…
La dignité/je l’ai vue.

9D’autres contributions, sur le corrido colombien et la cantoria/cordel brésiliens, ont permis de deviner qu’il y a parfois une autre rivalité sous-jacente : celle qui oppose la vérité des poètes témoins à celle de ceux qui témoignent en prose. Depuis Platon qui accusait les poètes d’être des menteurs, jusqu’aux poètes latino-américains actuels qui accusent les journalistes et le pouvoir en place de mentir, les contacts des témoins oraux avec ceux qui représentent le pouvoir établi et le monde de l’écrit ont toujours été tendus.

10Avant toute autre démarche, il paraît donc nécessaire d’examiner la distinction entre témoignage oral et témoignage écrit et les différences de « qualité » et de « statut » qui leur sont attribués. Le système juridique français, en accordant en 1566, par l’Ordonnance de Moulins, la place centrale au témoignage écrit, lui conférant un statut supérieur à celui du témoignage oral, a rendu explicites le fait et la conscience qu’il s’agit de deux pratiques distinctes, comme le confirme aussi la place du témoignage oral comme « source de remplacement » dans la recherche historique :

il est certain que cet état de « source de remplacement » confère au témoignage oral un statut moins noble que celui de l’archive écrite » ; source moins noble et moins sûre ajoutent certains […] (LT, 52, nous soulignons).

11Cependant, cette hiérarchie n’est pas du tout universelle ; elle est plutôt le produit, historiquement déterminé et géographiquement localisé, de changements politiques et sociaux. La contribution de Corinne Bléry a été très intéressante à cet égard : « l’histoire des modes de preuve est le miroir fidèle d’une société ; elle peut se résumer en quelques mots : de la preuve orale à la preuve écrite » (LT, 30). Produit historiquement déterminé d’abord, comme elle l’explique :

Au Moyen Âge, la valeur du témoignage était affirmée par le brocard « témoins passent lettres », autant dire que le témoignage était considéré comme ayant une plus grande force probante que l’écrit ; dès l’Ordonnance de Moulins en 1566, le brocard est inversé et il est toujours vrai aujourd’hui, en France, que l’écrit est une meilleure preuve que le témoignage… (LT, 30).

12La localisation géographique est explicite et précisée par la suite :

En droit anglais, la preuve normale est la preuve testimoniale : l’audition des témoins a toujours lieu au tribunal, le témoin étant interrogé par les avocats des parties en présence et non par le juge, à la différence de ce qui se produit chez nous (LT, 30).

13Deux pays voisins, deux réalités politiques, sociales et culturelles qui semblent s’exclure, mais qui heureusement co-existent jusqu’à présent et qui montrent l’intérêt d’études comparatives entre les civilisations de l’oralité et celle de l’écrit, entre les différentes périodes et phases du passage de l’oralité à l’écrit, entre différentes époques historiques, disciplines scientifiques, domaines de l’expression artistique et autres.

14Une comparaison systématique des différences entre les deux types de témoignage permettra de voir mieux les points communs, les divergences et les formes transitoires, tout en permettant d’introduire le thème « Corps et témoignage ».

  • 5 Il y a, à la fois, la notion de dichotomie (oralité versus écrit) et celle d’évolution, quand Zumth (...)

15Une première distinction est celle établie par Renaud Dulong (FD, 11) entre « conditions de réalisation » et « conséquences sociales », fondée sur la conviction qu’il n’y a pas de témoignage, s’il n’y a pas partage de la vérité, donc : conséquence sociale. La différence entre communication et témoignage oral se situe, du point de vue de la pragmatique linguistique, exactement à ce niveau, tout comme le critère permettant de distinguer le vrai et le faux témoignage. Il faudra, ensuite, trouver des critères plus détaillés permettant d’analyser les étapes constitutives de l’acte de témoigner, pour lesquels nous proposons la terminologie et les distinctions établies par le médiéviste Paul Zumthor comme instrument de travail pour la recherche sur les traditions orales des peuples et les premières étapes du passage de ces traditions orales à l’écrit5.

  • 6 Les chercheurs américains utilisent des termes tels que ethnopoetics et ethnography of speaking pou (...)

16Zumthor a apporté une contribution fondamentale aux études des traditions orales dans le cadre du débat autour du nouveau paradigme concernant les rapports entre oralité et écrit, élaboré au cours du dernier quart du siècle passé autour de la notion de performance6. Les distinctions et catégories qu’il a établies permettront de faire une analyse contrastive détaillée des deux types de témoignage, oral et écrit, celui-ci étant considéré comme :

  • texte, défini comme : « séquence linguistique tendant à la clôture » ; celui-là défini comme :

    • 7 Zumthor 1984, 246.

    œuvre, à savoir : « ce qui est poétiquement communiqué, ici et maintenant, textes, sonorités, rythmes, éléments visuels, la totalité des facteurs de la performance »7. Une fois cette différence établie, Zumthor distingue cinq moments successifs dans la production du texte oral, à savoir : sa production, sa transmission, sa réception, sa conservation et sa répétition. Il s’agira donc, pour chacune des cinq étapes, de bien distinguer le fonctionnement de l’œuvre orale (comportant généralement, mais pas nécessairement, une séquence linguistique) de celui du texte écrit, séquence linguistique figée.

La perspective historisante de l’oralité

Em Palmares Pernambuco
Tem algo de admirar
Alí existe um reinado
Só falta se desencantar
Um velhinho pude ver
Depois veio me dizer
A verdade vou contar

Romildo Luiz dos Santos,
A princesa encantada de Palmares

17Prenons comme point de départ la définition donnée par Carole Dornier :

Oral ou écrit, le témoignage appartient à une classe de discours […] à prédominance narrative et descriptive, portant sur des événements à la factualité attestée et considérés comme importants ou significatifs (FD, 39).

18à laquelle elle ajoute, plus loin, une autre exigence considérée comme fondamentale, en parlant de « genres de discours identifiables par les marques textuelles de l’intention de témoigner » (FD, 53).

19Dans la production du témoignage oral, cette « déclaration d’intention » (de témoigner) est toujours présente, si ce n’est que par la présence physique du témoin, venu pour témoigner. Très souvent, il y a en plus une formule telle que « Je suis venu pour... », voire des apostrophes s’adressant à un auditoire, faisant allusion au fait que le public, lui aussi, est là intentionnellement, venu à son tour pour être témoin. S’y ajoute en général une autre déclaration d’intention : l’expression de la volonté explicite de dire la vérité, par exemple ; par l’invocation de Dieu, ou des muses, comme témoins. Dans l’oralité, ces déclarations peuvent s’accompagner d’une déclaration d’intention de la part du public, qui se dira, ce faisant, prêt à écouter, à participer. C’est ainsi que s’établit, entre témoin et auditoire, le pacte qui permettra que la vérité se fasse.

20La première strophe du feuillet La Princesse enchantée de Palmares montre bien les étapes constitutives de ce type de témoignage :

À Palmares Permambouc
Vous serez déconcerté
Là existe un royaume
Pas encore désenchanté
Un vieillard y est allé
Puis, est venu m’en parler
Je raconte la vérité.

Du témoin passeur au témoin sujet

21Une première distinction entre « producteurs » de témoignages sera, partant de la perspective historicisante de l’oralité, celle qui oppose le témoin/porte-parole/passeur au témoin/individu/sujet.

  • 8 Penvenne et Sitõe 2000. Il s’agit d’une étude fascinante sur le témoignage d’un poète improvisateur (...)

22Le témoin, porte-parole/passeur (FD, 72) se caractérise par la volonté de témoigner pour sa communauté, au nom d’elle ; il évitera souvent de donner attention à sa personne et peut même vouloir rester anonyme, ou se présenter avec un pseudonyme, tel son nom de poète. Il peut, à la limite, même donner un nom faux8. Cette fonction de passeur anonyme (et dont le nom n’a aucune importance) est encore rendue plus explicite dans le terme porta-voz, qu’utilise le portugais pour dire porte-parole ; le poète témoin est celui qui (ap)porte la voix d’un autre à la communauté.

23Dans une situation d’oralité mixte, déjà médiatisée, il révélera son nom sous une forme plus ou moins ouverte/cachée, par exemple à l’aide de l’acrostiche qui termine tant de feuillets de la littérature de cordel brésilienne.

24Très différent de ce premier type de témoin est le témoin/individu/sujet que l’on rencontre dans « une classe de textes marqués par la factualité, l’auto-désignation et l’existence d’un engagement à dire la vérité » (CD, 45) et dans lesquels il y a « identité référentielle du je narrant, du je narré et de l’auteur », excluant « l’anonymat ou le recours au pseudonyme » (FD, 40). Plusieurs types, assez différents, de témoignages s’associent à ce type de témoin. Il y a des témoignages mémoires plutôt « traditionnels », par exemple de personnages de haut rang, « ceux dont la naissance et la notoriété justifient de prendre la plume » (FD, 46). Individus exceptionnels, sujets de l’histoire qu’ils racontent, ils sont très différents des témoins d’aujourd’hui, « individus sans nom qui cherchent à exister », grâce à leur témoignage.

25Ainsi, on peut distinguer les témoignages dans lesquels prédomine la volonté de faire appel à une mémoire collective (FD, 50-51), les témoignages « de collectivité » ou « de communauté », souvent encore dictés, enregistrés, transcrits, avant de devenir manuscrits ou « écrits » au sens actuel du terme, des témoignages dans lesquels l’autobiographie, au sens moderne du terme, prend de plus en plus de place, pour aboutir aux récits de vie de l’époque actuelle. Vu de la perspective des civilisations de l’oralité, il existe une infinité de formes transitoires, mixtes, permettant tous ensemble d’illustrer la longue évolution parcourue par l’humanité depuis la mémorisation orale du témoignage, aux mémoires écrits, à l’histoire, à l’autobiographie et au récit de vie.

Du témoin extérieur au témoignage « de l’intérieur »

26Vu de la perspective de l’oralité, plusieurs types de témoins coexistent ou se succèdent et plusieurs types de « récits ultérieurs de ce qu’on a vu ou entendu » (FD, 39).

27Il y a, d’abord, le témoin direct, oculaire, qui a vu, observé de l’extérieur (« J’ai vu quelqu’un, un groupe, un événement qui… ») et le témoin indirect, auriculaire qui dira : « J’ai ouï-dire par quelqu’un qui avait vu, ouï-dire que… ». Il s’agit, dans ce cas, de ce que Pascal Engel appelle « témoignages de témoignages » (LT, 25) ; le témoin sera un porte-parole ou passeur de « témoignages (de plus en plus) emboîtés » (LT, 25).

28Ces deux catégories de témoins ont été parfois classés comme « témoins extérieurs », car sujet narrant et sujet narré ne sont pas les mêmes, par opposition à la catégorie des témoins « de l’intérieur », qui comporte d’un côté celui qui a vu pour avoir participé aux événements, pour les avoir vécus lui-même et qui dit : « j’ai vu pour avoir vécu et souffert moi-même… » et, de l’autre côté, le témoin de la vie personnelle, intime, sentimentale, psycho-somatique, religieuse, sexuelle…

29Dans la longue transition des civilisations de l’oralité à celle de l’écrit, ce sont les témoins « de l’intérieur » qui, lentement et progressivement, – et avec de nombreuses formes mixtes et intermédiaires – s’installeront, avant de devenir largement majoritaires à l’époque actuelle. Leurs témoignages auront des liens de plus en plus étroits avec ce qu’on appelle actuellement le récit autobiographique, supposant comme lui cette « identité référentielle du je narrant, du je narré et de l’auteur » (FD, 40), excluant par là même, « l’anonymat ou le recours au pseudonyme » (ibid.). Dans des situations d’oralité primaire, par contre, l’immense majorité des témoins appartient aux deux premières catégories ; celles des témoins oculaires et auriculaires extérieurs.

30Il est intéressant d’étudier un peu mieux le sort réservé au témoin auriculaire dans cette longue évolution. En régime d’oralité, le témoin auriculaire est le témoin par excellence, étant donné qu’il est celui qui permet de conserver le témoignage, une fois le témoin « physique » parti, de sauvegarder la mémoire des événements, de les répéter, par « témoignages emboîtés », pour qu’ils ne se perdent pas. Sans témoin auriculaire, il n’y a pas de mémoire de la communauté ! C’est justement cette fonction qui sera prise par le document écrit qui, à l’origine, servira comme support parchemin/papier de la mémoire et entrera en concurrence tout de suite avec le témoin auriculaire traditionnel qu’il substituera progressivement. De là, la suspicion qui naîtra dès le Moyen Âge contre le témoignage auriculaire, sa relégation au second plan, son exclusion progressive comme base constitutive d’une preuve ou vérité.

31Ce qui est devenu l’élément constitutif du témoignage moderne, cette « identité du je narrant et du je narré » (FD, 40), la subjectivité, n’est en fait qu’un produit plutôt récent d’une longue évolution, caractérisée par l’invention de la subjectivité d’abord, celle de l’intimité beaucoup plus tard (cf. FD, 45, note de bas de page) ; la même succession qui est celle dans la cure psychanalytique, où l’intersubjectivité précède aussi la subjectivité.

Du corps support au corps témoin

32Le témoignage oral est un acte de langage qui est en même temps un acte du corps, impliquant toute une série de formes d’expression que l’on a parfois résumées à l’aide du terme langage corporel. Ce langage corporel peut exercer plusieurs fonctions :

  • confirmer l’acte de langage ; un exemple serait la déclaration d’amour, accompagnée de l’acte involontaire de rougir (confirmant l’acte linguistique) ;

  • occulter la vérité : comme cela se fait à travers le masque, ou le maquillage comme formes d’utilisation délibérée du corps pour cacher la vérité ;

  • trahir la vérité : par exemple quand le témoin produit un acte linguistique qui est un mensonge, mais rougit sans le vouloir ; c’est le corps qui dira la vérité (variante de ce que Marc Bloch appelle les « témoins malgré eux ») ;

  • inverser délibérément le message linguistique émis, s’opposer à lui. Par un geste expressif, par des clins d’œil, le corps témoin peut témoigner de la vérité et ceci contre le message émis dans la séquence linguistique. Ainsi, la lecture/déclamation d’un feuillet de la littérature de cordel brésilienne, dont le texte est le panégyrique d’un homme politique contemporain, peut se transformer en dénonciation de ses abus par la déconstruction gestuelle du texte imprimé et déclamé, par exemple, en faisant un geste obscène, ou par des clins d’œil. Pensons aussi à des gestes révélateurs, tels que celui d’un poète satirique qui louera à haute voix tout le bien que fait un homme politique et fera en même temps le geste typique du pick-pocket ! Le corps devient témoin lui-même, la vérité est communiquée par le corps, qui dénonce le faux témoignage du texte linguistique. C’est donc par le corps ou dans l’entre-deux du corps et du langage que se construit la vérité du témoignage oral.

Historiciser la place du corps dans le témoignage

The oral word never exists in a simply verbal context as a written word does. Spoken words are modifications of a total, existential situation, which always engages the body.
Walter Ong, Orality and Literacy

33Un des plus anciens textes en langue portugaise est un testament, dicté par une jeune femme noble, Elvire. Ses parents décédés, elle vient de partager avec ses trois frères l’héritage et décide de prendre le voile. Le testament commence de la façon suivante :

Moi, Elvira Sanchiz, j’offre mon corps aux vertus de Saint Salvador du couvent de Vayram et j’offre avec mon corps tout l’héritage que je possède.

34Suit la liste des biens qu’elle a hérités des parents. Il n’y a qu’à comparer ce texte avec celui d’un testament moderne dans lequel quelqu’un fait don de son corps à la médecine, après sa mort, pour se rendre compte des deux significations radicalement différentes du terme corps : corps bien vivant, jeune, corps-personne (sans distinction des deux composantes actuelles corps/esprit ou corps/âme) dans le testament d’Elvira, corps physique, mort, dans un acte de donation d’aujourd’hui.

35Les littératures médiévales offrent d’innombrables exemples de cette signification du terme corps. Pensons à la poésie épique et à Roland qui dans la Chanson de Roland dit : « Jo cunduirai mun cors en Rencesvals ». Ou à la poésie lyrique, comme cette chanson d’ami, chantée par une jeune fille venue au pèlerinage de Vigo en Galice :

  • 9 Nunes 1973, 445. Traduction : « Sur le parvis de l’église de Vigo/Dansait beau corps ».

Eno sagrado en Vigo
Bailava corpo velido
9

  • 10 Invalidant par la même, l’explication par laquelle commence le Robert, Dictionnaire historique de l (...)

36Aussi, les dictionnaires d’ancien français donnent-ils la définition suivante : Mes cors/mon cors : ma personne, moi-même, accompagnée d’expressions telles que Il ses cors : lui-même en personne10.

37Il existe dans le monde moderne d’innombrables réminiscences d’une conception, d’un vécu de ce corps-personne dans lequel ne s’est pas encore opérée la séparation radicale entre corps et esprit/âme qui constitue la base des conceptions et pratiques actuelles. C’est bien toute sa personne – corps et âme –, tout son statut social de fille noble qu’Elvire dédiera au service de Saint Salvador et c’est bien toute la personne que l’on vise dans l’expression habeas corpus que le système juridique a conservée pour la procédure qui consiste à statuer sur la validité de l’arrestation d’un prévenu.

38Les termes appartenant aux civilisations de l’oralité sont difficiles à définir à l’aide des mots disponibles aujourd’hui et qui proviennent tous d’un discours scriptocentrique que le monde occidental considère comme universel et universellement applicable. Essayons de nous mettre à la tâche ardue en adoptant la stratégie cognitive qui est celle des civilisations de l’oralité, c’est-à-dire : en partant non de ce qu’ils sont (de leur définition) mais de ce qu’ils font.

39Marcel Jousse a publié en 1925 une étude pionnière dans ce domaine, intitulée Études de psychologie linguistique : le style oral rythmique et mnémotechnique chez les Verbomoteurs. Malgré la terminologie d’époque, excessivement rébarbative pour l’oreille actuelle, cette étude fournit des éléments de réponse intéressants. Voyons comment Jousse définit ce que Walter Ong beaucoup plus tard appellera the oral word – la parole orale –, pour lequel Jousse utilise l’expression gesticulation sémiologique :

  • 11 Jousse 1925, 39.

Réaction mimique de tout le composé humain …], à la fois motrice, affective et intellectuelle, de toute l’attitude mentale à une réception ou à une reviviscence, la gesticulation sémiologique n’est que le raccourci manuel et visible, ou bien laryngo-buccal et audible, de toute cette attitude mentale de l’être humain en face des autres et de lui-même11.

40Les nombreuses italiques sont de l’auteur ; il s’agit d’expressions qu’il a dû inventer pour dénoter le corps-personne ; la répétition de tout trahit la difficulté qu’a éprouvée l’auteur à dire l’unité de corps et esprit dans ce « composé humain » qui fonctionne et ne saurait exister qu’« en face des autres », ce que Walter Ong plus tard appellera « a total existencial situation ».

41Cette unité originelle, Jousse l’illustrera plus loin en étudiant un phénomène linguistique particulièrement révélateur. Il s’agit des innombrables expressions que possèdent les langues de l’oralité – ou celles qui restent fortement ancrées dans l’oralité traditionnelle, telles que celles que Jousse a étudiées – pour dire les sentiments, les émotions, les idées abstraites. Là où la civilisation de l’écrit possède toute sa gamme de notions abstraites (amour, joie, haine, colère, justice) fondées sur la conviction que le corps et l’esprit sont deux entités différentes, les langues des civilisations orales ont des expressions qui se fondent sur l’unité indissociable de l’un et de l’autre. Jousse décrit le phénomène de la façon suivante :

  • 12 Jousse 1925, 44.

Ainsi la colère s’exprime en hébreu d’une foule de manières également pittoresques et toutes empruntées à des faits physiologiques. Tantôt la métaphore est prise du souffle rapide et animé qui accompagne la passion ; tantôt de la chaleur, du bouillonnement ; tantôt de l’action de briser avec fracas ; tantôt du frémissement. Le découragement, le désespoir sont exprimés dans cette langue par la liquéfaction intérieure, la dissolution du cœur ; la crainte par le relâchement des reins. L’orgueil se peint par l’élévation de la tête, la taille haute et raide. La patience, c’est la longueur du souffle ; l’impatience sa brièveté. Le désir, c’est la soif ou la pâleur […]. Remuer la tête, se regarder les uns les autres, laisser tomber ses bras, sont autant d’expressions que l’hébreu préfère de beaucoup pour exprimer le dédain, l’indécision, l’abattement, à toutes nos expressions psychologiques12.

42Qui ne reconnaît pas les réminiscences dans les langues actuelles : « se jeter dans le corps à corps », « affronter corps à corps la réalité », « la prise de corps », « garde du corps », « esprit de corps », « à son corps défendant », « se jeter à corps perdu dans une entreprise »…

43Ces expressions ne cessent de montrer que, tout comme le cœur qui a ses raisons que la raison ne connaît pas, le corps-personne a ses raisons – ses intentions ! – que notre raison n’est plus toujours apte à discerner. Ce corps peut témoigner de la vérité avec une force de persuasion – une intentionnalité – qui arrive à invalider la vérité que la raison, l’acte du langage, souhaite imposer, ce qui nous ramène à la notion de corps intentionnel à l’aide de laquelle Jacky Chemouny remet en question la notion d’intention telle qu’elle fonctionne dans la définition de base du projet Témoignage et dans ce qui en constitue, en fait, le noyau, le concept d’« intentionnalité ».

44Quelques notions d’étymologie aideront à mieux historiciser encore la problématique. Le point de départ est fourni par les mots que possède la langue hollandaise pour le corps : lijf et lichaam aux connotations traditionnellement différentes, le premier signifiant personne et faisant penser à la vie ; le second renvoyant au corps physique. Ainsi, les hollandais disent lichaamskracht où le français dit : force musculaire ; lichaamsarbeid pour travail physique, lichaamswarmte pour chaleur animale et lichaamsverzorging pour soins du corps. Par contre, il y a un grand nombre de substantifs composés, tels que : lijfblad (journal préféré), lijfeigen (serf), lijfgevecht (duel), lijfspreuk (devise), lijfrente (rente viagère), lijfsbehoud (vie sauve) et lijfwacht (garde du corps) ; l’idée sous-jacente étant toujours celle de vie et personne.

  • 13 En allemand : Leib et Körper, en danois : leme et krop.
  • 14 En ancien grec et chez Homère, le terme sôma qui signifie : corps mort (devenu plus tard le terme p (...)

45Dans les diverses langues germaniques13 les deux mots, lijf et lichaam, coexistent avec un troisième terme pour le corps qui est lijk et qui signifie : corps mort. Les dictionnaires étymologiques révèlent des rapports intéressants entre les trois termes. En hollandais, par exemple les deux mots les plus anciens sont : Lijf, remontant à la même racine que le verbe leven (vivre), qui signifie : vie, personne et : lijk, qui signifie cadavre, corps mort, chair14. Lichaam, arrivé plus tard, est dérivé de : lijk suivi de haam (membrane protectrice). À l’origine ce substantif composé était une expression poétique dans une civilisation qui prônait une conception sacrée, magique du corps humain, illustrant ainsi la longue évolution de cette signification originelle, sacrée, au corps physique, corps objet de la modernité.

L’intentionnalité au cœur du débat

46Une des questions centrales de la discussion sur le thème « Corps et témoignage » est bien la suivante : est-ce que le corps (et surtout et avant tout la voix mais pas uniquement elle, pensons à la perruque dont est revêtu le corps du juge anglais) est uniquement le support du témoignage oral, un peu dans le sens où le papier l’est du témoignage écrit ? Si oui, les notions d’intentionnalité et de fait de langage excluent celle de corps témoin.

47Le présupposé courant est que le témoignage oral relève d’un fait de langage, le langage comprenant des dimensions non verbales et impliquant une interaction (émetteur et récepteur, bouche et oreille) et que, pour être qualifié comme témoignage, il faut que ce fait de langage soit intentionnel. Les notions d’intentionnalité et de fait de langage excluent par conséquent celle de corps témoin et le rôle du corps se réduirait à celui de support du témoignage oral. La notion de corps intentionnel, témoin du socialement ou personnellement indicible, du réprimé, du tabou imposé, et celle de corps-personne n’auraient pas de sens, ou n’auraient de sens que métaphoriquement.

48L’étymologie, une fois de plus, pourra aider à éclaircir le débat. Le terme d’intention entre dans la langue française en 1119 sous la forme entenciun, dérivée du latin intentum, le supin de intendere qui signifie : tendre à, diriger vers. À la base il y a une racine indo-européenne, *ten qui signifie : étirer, tendre, une action concrète, un mouvement du corps, visant à s’approcher de quelqu’un ou de quelque chose, voire à tendre vers avec le but d’entrer dans, comme le révèle le préfixe in. Intentio, à l’origine, était un mouvement concret, d’un corps-personne ; il dénotait ce mouvement qui, dans la discussion sur les stratégies discursives du témoignage oral et médiatisé, a été décrit à l’aide de termes tels que : cœur, émotion, empathie, sympathie. (FD, 101-113 et 125-143). Or, cette intention primaire n’a pas toujours besoin de paroles pour témoigner ; c’est après être devenue intention abstraite, rationnelle, dessein, objectif que le support parole lui est devenu indispensable.

49Vue de la perspective de l’oralité, une question intrigante s’impose. Si c’est le corps qui « sert de pont » entre l’épisode/événement (base historique du témoignage) et sa narration dans le témoignage oral ultérieur, comment voir le lien entre l’événement et sa narration ultérieure faite sous forme de témoignage écrit ? Témoignage qui ne permet plus, à son public lecteur, de constater les éléments émotionnels, physiques, expressifs qui se sont perdus dans le passage au papier, mais qui ont bien joué un rôle déterminant dans la genèse de ce contenu rationnel/rationalisé, de ce « vestige » écrit qui reste de l’acte originel.

Et si tout était une question de perspective épistémologique ?

50L’effort d’historiciser et de contextualiser le témoignage à partir des civilisations de l’oralité a permis de découvrir une longue histoire aux nombreux avatars qui ont mené aujourd’hui le témoignage, le témoin et ses publics, témoins à leur tour, à des significations, à des fonctions et à des positionnements différents et parfois même radicalement opposés à ce qu’ils étaient à l’origine :

  • le témoin auriculaire, base de la transmission et de la conservation du savoir, a été substitué par le témoignage écrit ; la vérité du témoin auriculaire est devenue suspecte, avant d’être éliminée ; seul le témoignage oculaire est resté ;

  • le système traditionnel de transmission et conservation du savoir par vérités « emboîtées », mouvantes, a été remplacé par le document écrit, considéré comme la vérité unique ;

  • le système traditionnel de contrôle de la vérité hic et nunc étant devenu inutilisable, l’expérience et sa mémoire deviennent peu à peu suspectes, remplacées par le document écrit, l’expertise, la science livresque.

51Le parcours historique parallèle du terme corps a permis ensuite, en passant par la notion de corps-personne, de légitimer les notions de corps témoin et de corps intentionnel et de questionner, surtout dans les cas où le corps est lui-même le témoin, la notion d’intentionnalité, telle qu’elle a été définie dans le cadre du projet global du Témoignage. Le corps-personne d’Elvire médiévale, les expressions idiomatiques qui en gardent le souvenir, l’habeas corpus dans le système juridique, le corps intentionnel que scrute la psychanalyse, montrent tous l’existence, aussi factuelle et dans l’expérience, que dans la conscience et l’imaginaire des êtres humains, d’une conception du corps comme un tout unique, indissociable, que la dichotomie – corps versus esprit – base du discours de nos disciplines scientifiques, empêche de verbaliser et d’analyser.

Conclusion

52En combinant maintenant les résultats des analyses des formes de production et de transmission du témoignage oral, nous pouvons conclure que c’est bien sur le corps-personne que se fonde le témoignage oral : un hic et nunc bien définis et délimités, une voix, une diction, des gestes, des habits, des poses reconnues comme supports, porteuses, voire « diseuses » de la vérité, qui font confiance, font passer le message dont le texte linguistique est une composante, importante mais pas indispensable !, parmi tant d’autres.

53Les notions de performance et d’œuvre, ont permis de dégager une intentionnalité radicalement différente de celle qui est à la base du témoignage écrit : à savoir, une intentionnalité dans le sens originel du terme : ce « tendre vers », essayer de s’approcher de, cette volonté d’empathie, de sympathie, de compassion qui permettent la fusion de témoin et de destinataire dans un processus perpétuel de création de « vérités » toujours mouvantes, de co-création et recréation d’un savoir partagé.

54Dans son passage de l’oralité à l’écrit, c’est le texte linguistique, l’acte de langage dans le sens étroit du terme, qui se détache du contexte de la performance, s’isole, se « transcrit », devient objet, document. Un moment – relativement fortuit – de la chaîne de production des vérités se fige, devient unique. Les conséquences sont multiples, mais l’essentiel c’est que la communication directe avec l’auditoire disparaît ; il n’y a donc plus co-création de la vérité ; le partage du savoir ne peut pas s’effectuer sous l’œil vigilant de toute une communauté. Au fond, vu de la perspective du témoignage oral, il n’y aura donc plus témoignage ; il y aura déclaration, attestation, ou simplement communication, ou transmission d’un message, d’un savoir. Il faudra dorénavant créer, fonder, garantir la vérité – celle du témoignage devenu écrit – d’une autre façon.

Bibliographie

Références bibliographiques

Dornier C. et Carraud V. (dir.) (2001), Le Témoignage, dossier de présentation du projet ACI – Réseau des MSH, Caen, MRSH (dactyl.).

Gaudard F.-C. et Suarez M. (2003), Formes discursives du témoignage, Toulouse, Éditions universitaires du Sud (Champs du Signe).

Jousse M. (1925), Études de psychologie linguistique : le style oral rythmique et mnémotechnique chez les Verbo-moteurs, Paris, Beauchesne.

Nunes J.J. (1973), Cantigas de amigo dos trovadores galego-portugueses, Lisbonne, Centro do Livro Brasileiro, 1973, vol. II, 445.

Ong W. (1982), Orality and Literacy : the Technologizing of the Word, Londres, Methuen.

Penvenne J.-M. et Sitõe B. (2000), « Power, Poets and the People : Mozambican Voices Interpreting History », Social Dynamics 26, 2, p. 55-86.

Zumthor P. (1984), La Lettre et la Voix : de la littérature médiévale, Paris, Seuil.

Zumthor P. (1987), La Poésie et la Voix dans la civilisation médiévale, Paris, PUF.

Notes

1 Gaudard et Suarez 2003 (désormais cité FD dans le texte).

2 En poésie et en prose, chanté, déclamé ou dicté et enregistré – médiatisé – sous diverses formes, telles que manuscrit, feuillet, cassette ou CD.

3 Zumthor 1984.

4 Dornier et Carraud 2001 (désormais cité LT dans le texte).

5 Il y a, à la fois, la notion de dichotomie (oralité versus écrit) et celle d’évolution, quand Zumthor distingue l’oralité primaire des civilisations dans lesquelles l’écrit n’a pas du tout ou très superficiellement été introduit, de l’oralité mixte et secondaire ; périodes, parfois très longues, de transition dont le Moyen Âge européen est l’exemple par excellence.

6 Les chercheurs américains utilisent des termes tels que ethnopoetics et ethnography of speaking pour bien distinguer leurs travaux des approches conventionnelles.

7 Zumthor 1984, 246.

8 Penvenne et Sitõe 2000. Il s’agit d’une étude fascinante sur le témoignage d’un poète improvisateur mozambicain qui a délibérément menti sur son identité.

9 Nunes 1973, 445. Traduction : « Sur le parvis de l’église de Vigo/Dansait beau corps ».

10 Invalidant par la même, l’explication par laquelle commence le Robert, Dictionnaire historique de la langue française qui dit : « issu (v. 881) du latin corpus… ». Dès l’origine, corpus est pris dans l’opposition « corps-âme », opposé à anima ou animus

11 Jousse 1925, 39.

12 Jousse 1925, 44.

13 En allemand : Leib et Körper, en danois : leme et krop.

14 En ancien grec et chez Homère, le terme sôma qui signifie : corps mort (devenu plus tard le terme pour : corps physique en général dans somatique, par exemple). Ainsi, le grec anemos et le latin anima signifient à l’origine : souffle, air, vie. Cf. le récit de la Genèse : Dieu créa un corps dans lequel il insuffla la vie : corps + vie = être humain, personne.

Auteur

Université de Poitiers

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540