Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinq études sur Célestin Freinet

 | 
Alain Vergnioux

Annexe 1. L’école Freinet doit devenir l’institut des nouveaux éducateurs prolétariens

Célestin Freinet

Texte intégral

L’Éducateur prolétarien, 30 novembre 1936

1En un an, malgré des conditions matérielles extrêmement difficiles, l’école Freinet a conquis, dans la pédagogie nouvelle française et étrangère, une place de tout premier plan. Le compte rendu que nous avons donné de cette première année de travail a fait comprendre à nos nombreux lecteurs que nous apportions vraiment quelque chose de nouveau à la classe prolétarienne et à la pédagogie, et que nous avions notre raison d’être et de continuer.

2Nous donnerons sans doute encore en fin d’année un compte rendu détaillé sur nos expériences en cours. Nous voulons seulement jeter aujourd’hui un coup d’œil d’ensemble sur nos plus récentes initiatives et faire connaître aussi un projet dont la réalisation aiderait puissamment la diffusion des principes d’éducation nouvelle parmi les grandes masses d’éducateurs, d’administrateurs, de paysans et d’ouvriers.

3Nous avons l’avantage – qui est payé, croyez le par de bien durs sacrifices – de pouvoir considérer le problème de l’éducation dans toute sa complexité globale.

4Nous montrons, par notre réalisation, que l’action individuelle et sociale de l’école proprement dite est bien plus réduite qu’on ne croit communément, que la salle de classe ne devrait être que le complément naturel d’une vie harmonieusement organisée, et que l’école proprement dite ne saurait être séparée ni de la vie des adultes, donc des réactions sociales et politiques, ni de la formation physiologique des individus, c’est-à-dire de tout le problème initial de la santé et de la vie.

5Cette conception totalitaire de l’éducation a une importance primordiale dont se persuadent peu à peu – grâce à l’action persévérante des Pionniers de l’éducation nouvelle – tous ceux qui ont charge de l’enfance.

6C’est parce qu’ils l’ont comprise que nos camarades administrateurs des municipalités ouvrières ne se contentent pas seulement d’améliorer les locaux scolaires, mais pensent en même temps – et parfois avant – à organiser des cantines, des écoles d’anormaux, des patronages, des terrains de jeux, des colonies de vacances.

7Le problème éducatif a délibérément débordé l’école. Et il est encourageant que ce soient des administrateurs ouvriers qui aient les premiers admis et réalisé ce fait aujourd’hui incontestable, dont devront bien, peu à peu, se persuader les pédagogues à œillères et les exploiteurs conscients ou inconscients de l’école prolétarienne.

8Il n’en reste pas moins que cette conception nouvelle de l’éducation pose un certain nombre de problèmes et de tâches dont la technique pédagogique actuelle n’a point étudié la solution et dont l’urgence pourtant ne fait plus de doute :

  • comment sera réglée l’alimentation dans les cantines ?

  • Comment seront conçus et organisés les terrains de jeux ?

  • Comment préparer les responsables de patronages ? selon quels principes ? avec quelles directives ?

  • Quelle sera la pédagogie dans les écoles d’anormaux ? où seront formés ces éducateurs d’enfants délinquants que le ministre voudrait maintenant recruter pour humaniser ces établissements tant décriés ?

  • Quelles activités offrir aux enfants, dans les camps et colonies de vacances, dans les organisations d’enfants ? selon quels principes ?

9À toutes ces questions pourtant essentielles, nul organisme à ce jour n’est en mesure, pratiquement, de répondre. Les éducateurs eux-mêmes, qui se dévouent pour œuvrer, en dehors des heures de classe, soit dans les patronages, soit dans les diverses colonies d’enfants, sont désorientés par la nouveauté des besognes qui s’offrent à eux et auxquelles il ne leur a jamais été donné de réfléchir. Quant aux camarades ouvriers qui, plus méritoires encore, ne craignent pas de s’improviser éducateurs – ou mieux, entraîneurs – ils sont capables d’initiatives de génie, certes ; mais ils useront une énergie précieuse à redécouvrir, avec des tâtonnements dangereux et de graves risques d’erreurs, ce que notre expérience pourrait aujourd’hui leur offrir.

10Dans le chaos complexe de ce réseau d’initiatives extra-officielles, nous pouvons affirmer, sans fausse modestie, que nous sommes les seuls à pouvoir apporter quelque clarté. Il faut que ce soient nos idées qui triomphent, dans l’organisation naissante, si l’on ne veut pas que l’orthodoxie et la routine reprennent leurs droits pour étouffer à leur naissance tant d’initiatives généreuses et enthousiastes.

11Outre notre effort de dix ans dans le domaine de l’éducation nouvelle, nous menons ici, depuis un an, une expérience qui est, à tous points de vue, du plus haut intérêt. Ce que n’enseignent pas les écoles officielles, cet élan nouveau vers la vie et l’éducation synthétique, cet effort d’organisation harmonieuse de l’activité enfantine dans tous les domaines, nous sommes maintenant en mesure de les présenter à tous les éducateurs ainsi qu’aux camarades ouvriers qui désirent s’occuper de l’enfance.

12C’est à leur intention que nous allons faire de notre école l’Institut des nouveaux éducateurs prolétariens, où tous ceux qui s’intéressent à l’enfance viendront puiser directives et conseils.

13Nous continuerons, certes, par nos publications, à divulguer notre œuvre. Mais rien ne vaut, pour s’imprégner d’un idéal et d’une technique, la vie, ne serait-ce que quelques semaines, dans une communauté de recherche et de travail telle que la nôtre.

14Nous sommes donc en mesure de recevoir dans notre école-institut tous les camarades éducateurs, professionnels ou non, qui veulent se perfectionner. Il sera organisé des cours théoriques qui compléteront la leçon efficace des faits et de la vie.

15Dès que les engagements seront assez nombreux, nous prendrons des mesures pour offrir à nos grands élèves des conditions de séjour certainement compatibles avec les possibilités économiques des associations et municipalités désireuses de préparer méthodiquement des entraîneurs expérimentés pour les œuvres vitales dont ils prennent l’initiative.

16Institut d’entraîneurs prolétariens, notre école pourrait, dans les mêmes conditions, et dans le même temps, devenir un institut de pédagogie nouvelle.

17Les expériences que nous poursuivons ici ont une grande portée pratique immédiate. Outre l’imprimerie à l’école, dont nous poursuivons l’adaptation en collaboration avec plusieurs centaines d’écoles publiques, nous sommes en train d’expérimenter et de préparer le matériel nécessaire à l’introduction de nos techniques dans toutes les écoles populaires.

18Nous avons fait maintes fois le procès des méthodes scolastiques, qui demandent aux éducateurs une tension nerveuse continue, prélude d’un assoupissement prématuré dans la routine triomphante. Nous avons crié, il y a dix ans : plus de manuels scolaires ! plus de leçons dogmatiques ! plus de devoirs inutiles !

19Ce qui paraissait alors paradoxe d’illuminé prend pied solidement dans la réalité. Mais notre pédagogie nouvelle ne triomphera que si nous avons soigneusement préparé les techniques appelées à remplacer les méthodes désuètes et, surtout, si nous avons su créer, mettre au point et divulguer le matériel qui remplacera définitivement manuels et leçons.

20Il suffit d’approcher de très près des enfants de treize, quatorze et quinze ans, usés par l’école traditionnelle, pour se rendre compte du mal souvent irréparable fait par les méthodes que nous dénonçons. Les plus graves parmi leurs tares sont leur passivité désespérante, leur impuissance à secouer la torpeur d’un esprit qui attend la leçon, la formule toute faite et qui se résigne à ingurgiter un mot à mot qui masque toujours la géniale simplicité des réalités vivantes.

21Si les éducateurs qui s’époumonent dans les cours supérieurs et complémentaires, dans les écoles supérieures ou dans les cours secondaires, pouvaient assister, hors de cette ambiance scolaire qui fait illusion, à l’état véritable de leurs élèves, ils seraient effrayés et découragés.

22La curiosité et le désir de s’instruire étant naturels chez les enfants normaux, comment organiser l’enseignement, quel matériel créer et utiliser pour que l’écolier, avec l’aide fraternelle de l’adulte, puisse accéder au maximum de la culture humaine ?

23C’est cette technique de travail scolaire, c’est ce matériel nouveau que nous mettons au point dans notre école.

24Nous sommes dès maintenant en mesure de prouver :

  • que l’éducation ainsi comprise est harmonisatrice des individus, donc formative à tous points de vues ;

  • qu’elle ménage l’élan de vie et la curiosité, le désir de se perfectionner et de s’enrichir qui sont naturels chez tous les êtres normaux ;

  • que la besogne de l’éducateur redevient naturelle et humaine et que la disparition du “maître d’école”, l’avènement de l’éducateur aide, guide et camarade, marqueront dans l’histoire de la pédagogie.

25On a parfois cru que, chercheurs de vie et d’activité, nous sous-estimions jusqu’à la négliger l’acquisition proprement dite que glorifie notre époque trépidante. Nous pensons au contraire que nos enfants sont trop ignorants parce qu’on n’a pas su encore adapter à notre époque d’acquisition extensive, des méthodes rationnelles et efficaces. On continue à piétiner avec une vieille charrue de bois des champs qui devraient être ensemencés et vivifiés au tracteur moderne. Mais nous voulons éviter en même temps que ce tracteur recouvre dangereusement et tue la graine de vie sans laquelle il ne saurait y avoir de puissante récolte.

26Notre but est de former des enfants instruits en toutes choses, mais instruits d’une science solide, chevillée à l’être, accrochée à la vie.

27Comment parvenir à ce résultat ? Comment s’initier au mystère de ces nouvelles techniques ? Quel est le matériel indispensable et comment l’utiliser ? Nous avons déjà répondu à la plupart de ces questions dans notre livre L’Imprimerie à l’école et dans les pages de cette revue.

28Mais la mise au point que nous désirons faire n’est pas encore terminée. Nous n’avons pas mis en pièces, comme nous le désirerions, la formation scolastique et la fausse culture qui en résulte. Le matériel nouveau qui détrônera les vieilles méthodes commence à peine à voir le jour. C’est dans notre école même, dans cette activité journalière et permanente toute dominée par la pensée libératrice, que les éducateurs comprendront le mieux, pour l’instant, l’ampleur de la révolution pédagogique que nous préparons.

29À l’heure où nos techniques s’imposent à l’attention de tous les éducateurs et même de nos administrateurs, il serait bon que des camarades, comprenant parfaitement notre pensée et nos buts, puissent ainsi se répandre parmi les écoles pour y semer le grain véritable d’où germera la culture prolétarienne de l’avenir.

© Presses universitaires de Caen, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540